Navigation – Plan du site
la mort

Avant-propos

Claudine Fabre-Vassas
p. 5-6

Entrées d’index

Thème :

mort
Haut de page

Texte intégral

1Dès ses débuts l’anthropologie a su voir dans la mort un moment essentiel où chaque culture dévoile ce qui la fonde, fait tenir ensemble la société des vivants et ce qui l'enveloppe, son passé et son futur qu'incarnent des défunts dont on s'applique à faire des ancêtres. Mais la mort européenne, celle des sociétés où l'ethnologie s'inventait, a dû longtemps attendre avant d'être à son tour découverte, et d'abord par les historiens1. Le « sentiment de la mort » défini par Philippe Ariès a ouvert le débat, repris bientôt par Michel Vovelle, mais l'ethnologue a noué un dialogue plus profond avec Jacques Le Goff car La naissance du purgatoire mettait en place, au xiiie siècle et pour la chrétienté latine, une double classification de l'espace métaphysique et des morts qui le parcourent. Une perspective était dessinée qui permettait de situer toute la poussière des croyances, des observances et des expériences que l'ethnographie européenne avait engrangée dans le désordre. D'un côté, les « revenants » et ceux qui se font une spécialité de dialoguer avec eux trouvaient place dans un système qui allait se révéler particulièrement efficace pour penser la réciprocité entre vivants et morts dans la longue durée, mais, d'autre part, cette stabilité ne faisait pas obstacle aux réalisations singulières, aux remodelages et aux manipulations qui n'ont cessé de la travailler de l'intérieur.

2Sous cet angle la mort devient plurielle, car ce sont bien les morts comme êtres sociaux qui occupent toute la scène en la personne des revenants – racontés ou mimés – et, surtout, des médiateurs, ces voyants, prêtres, saints intercesseurs, animaux ou jeunes garçons auxquels on reconnaît une affinité avec l'au-delà. Le thème n'a cessé de s'enrichir et, depuis maintenant dix ans, Terrain a souvent accueilli des recherches qui prolongeaient son exploration. Ainsi est-il présent dans le numéro Boire, avec l'ivresse rituelle des jeunes pèlerins et des conscrits en tournée qui les conduit à explorer les dangereuses frontières d'un autre monde dont il faut savoir revenir. Il ressurgit quand on interroge profondément le rapport Des hommes et des bêtes, avec les abeilles chrétiennes pourvoyeuses de la cire funéraire ou les chats familiers qui hantent le cimetière du Père-Lachaise. Il s'impose dans Le Feu avec l'imagerie du purgatoire. Mais c'est le numéro consacré au Corps en morceaux que les morts, et pas seulement leurs dépouilles, sont venus largement occuper. Là résonnent des échos que nous retrouverons plus loin.

3En faisant appel aux seuls ethnologues le présent numéro n'abandonne pas ces horizons, mais il s'efforce de prendre pied sur les territoires de la mort contemporaine alors que semblent s'estomper les repères métaphysiques dont le christianisme offrait la ressource. Demeure cependant, massive, la question de la bonne et de la mauvaise mort qui, moins que le destin du défunt, gouverne le repos de ceux qui lui survivent.

4Meurt toujours mal qui meurt avant l'heure, que l'accident soudain interrompe sa vie ou que la « longue maladie » fasse basculer son corps dans un état intermédiaire et inéluctable où le mort a déjà saisi le vif. Mais qu'en est-il des suicidés ? Sont-ils toujours frappés d'opprobre pour avoir voulu échapper à la fois à l'ordre « naturel » et à l'ordonnance sociale de la mort ? Non, répond Maria Cátedra, pas chez les vaqueiros asturiens en tout cas, où se donner la mort est la manière commune de fuir la place que le groupe assigne à chacun. En s'abandonnant à l'aburrimiento, à la mélancolie qui les conduit à « prendre la corde », certains en viennent à incarner avec une intensité suprême l'expérience commune. Reste que, en général, la « bonne mort » est une mort accompagnée, soutenue par des mots et des gestes justes, sur lesquels précisément l'accord ne se fait plus. Si, pour les ruraux encore, la mort à l'hôpital est l'envers insupportable de la mort « dans son lit », chez soi, elle n'en fait pas moins l'objet, de la part de ceux qui soignent, d'un souci de retrouver ou d'inventer des coutumes, de faire corps autour du disparu et des siens. Mais cette mort-là, comme entravée par le refus des anciens rites et l'impossibilité d'en inventer qui soient aussi efficaces, est traversée de conflits indicibles. Peut-être est-elle si proche que l'ethnologie hésite encore à la regarder dans les yeux. Et, de fait, ce numéro ne s'en approche que par des chemins détournés. Il faut la courte mais suffisante distance de l'histoire pour aborder avec Yves Pourcher la quête des corps disparus dans la guerre, la fouille des champs d'honneur de 14-18. Quant aux pratiques des funeral homes, dont traite ici Clara Saraiva, elles parviennent jusqu'au Portugal depuis les États-Unis. Là-bas, des émigrés connaissent les nouveaux gestes qui nient les effets immédiats de la mort, mais cet embellissement posthume dans des entreprises spécialisées ne prend sens qu'au regard d'un accompagnement coutumier, celui que retrouvent les corps rapatriés au pays. L'ethnologue, dans ce cas, tire parti du contraste et du mélange, les transmue en éclairante comparaison.

5Mais c'est une autre métamorphose qui traverse la plupart des articles composant le présent numéro. Elle est implicitement mise en œuvre dans le travail d'Emmanuelle Godeau qui nous conduit dans un amphithéâtre où les futurs médecins, étudiants de première année, entrent en contact avec la mort. Tous voient, certains manipulent des cadavres anonymes, des corps morcelés auxquels tout nom est dénié, qui évoquent donc « plus la viande que la bête », pour reprendre les termes de Noëlie Vialles. Déshumanisation préalable qui, ensuite, va permettre la transfiguration de la « bidoche » en Maccabées, ancêtres éponymes de tous les malheureux disséqués et médiateurs efficaces tout au long des épreuves qui mèneront le carabin à un autre savoir de la mort. Ici le corps démembré renaît à une identité nouvelle, devient une autre personne et, à ce titre, l'acteur d'un échange social. N'est-ce pas ce mouvement qui anime la manipulation des corps en morceaux sur lesquels le numéro déjà cité a osé porter le regard ?

6Dans tous ces cas la mort, parce qu'on la traite symboliquement, expose une conception de la personne, et les Tsiganes de Hongrie – étudiés par Michaël Stewart – rassemblent à cet instant leur pensée sur le corps, l'âme et la société. A la fois marginaux et dépendants des non-Tsiganes – des gadje – ils se définissent par rapport à eux, aussi toute rupture dans le temps tsigane conçu tel « un état éternel et immuable » ne peut venir que de l'extérieur. Comme la mort est la rupture par excellence, la mort est gadjo, le Tsigane devient gadjo par la mort. Mieux vaut donc mourir à l'hôpital pour que ne soit pas souillée la maison, mieux vaut laisser la dépouille au prêtre. Quant au groupe, il travaille par ses chants à enlever au défunt sa force vitale, son dji pollué par la mort, afin que soit libéré le lindra – l'âme tsigane – qui rejoindra le monde de la « fratrie transcendante ». A l'issue du rite qui dissocie la personne pour assurer son passage, le temps tsigane a retrouvé son cours. Somme toute, l'utilisation que font les Tsiganes des prêtres gadje s'apparente à celle que les Indonésiens islamisés et les Japonais bouddhistes font des leurs. N'abandonnent-ils pas aux ministres de la religion imposée les corps des défunts, part mortelle dont ils assurent l'expulsion ? Ne se réservent-ils pas le traitement de la part immortelle, en conformité avec les religions indigènes : culte des esprits pour les Indonésiens, shintoïsme pour les Japonais ? Ces combinaisons invitent à se défier des partages trop rigoureux, elles ouvrent l'espace critique où Maurice Bloch entend situer sa réflexion sur « la mort et les conceptions de la personne ». Notons, en outre, que les manipulations que donne à voir tout rite formel ne s'appliquent pas seulement à l'une ou l'autre des composantes personnelles, que l'eschatologie propre à l'une et l'autre des religions concernées ne suffit pas à en rendre compte et, surtout, que les sociétés modernes ne cessent d'enrichir la palette des éléments constitutifs de l'individu. C'est ce qu'illustre la recherche de Francesco Faeta sur les usages de la photographie en Calabre. On y trouve non seulement les photos que l'on garde sur soi ou que l'on expose dans les maisons mais aussi celles qui, dans les cimetières, sur les tombes, deviennent le support d'un rituel. C'est sur la limite entre vie et mort que se situe cette image qui passe de l'ombre à la lumière, du noir au blanc. N'a-t-elle pas son négatif, sa face funèbre, que l'on cache, ou bien que l'on glisse sous le corps de celui qui ne peut pas mourir afin d'abréger son agonie ? Dans nos sociétés, et pas seulement en Calabre, l'image est aujourd'hui devenue, bien plus qu'un double manipulable, une part douée de vie, une composante de chacun. Et, là encore, c'est la mort qui fait office de révélateur.

Haut de page

Bibliographie

Ariès Ph., 1975. Essais sur l'histoire de la mort en Occident, Paris, Le Seuil.

1979. L'homme devant la mort, Paris, Le Seuil.

Fabre D., 1987. « Le retour des morts », Études rurales, n° 105-106, pp. 9-34.

Hesiode, cahiers d'ethnologie méditerranéenne, n° 2, « La mort difficile » (sous presse).

Le Goff J., 1983. La naissance du purgatoire, Paris, Gallimard.

Terrain n° 10, 1988. Des hommes et des bêtes, ministère de la Culture et de l'Éducation nationale.

n° 13, 1989. Boire, ministère de la Culture et de l'Éducation nationale.

n° 18, 1992. Le corps en morceaux, ministère de la Culture et de l'Éducation nationale.

n° 19, 1992. Le feu, ministère de la Culture et de l'Éducation nationale.

Vovelle M., 1983. La mort et l'Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1Daniel Fabre a fait le point, en 1987, sur ce détour, en introduction au numéro d'Etudes rurales intitulé « Le retour des morts ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabre-Vassas C., 1993, « Avant-propos », Terrain, n° 20, pp. 5-6.

Référence électronique

Claudine Fabre-Vassas, « Avant-propos », Terrain [En ligne], 20 | mars 1993, mis en ligne le 15 juin 2007, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3054 ; DOI : 10.4000/terrain.3054

Haut de page

Auteur

Claudine Fabre-Vassas

CNRS – Centre d'anthropologie des sociétés rurales. Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals