Navigation – Plan du site
la mort

Le mort maquillé

Funeral directors américains et fossoyeurs portugais
Clara Saraiva
p. 97-108

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Portugal, Etats-Unis
Haut de page

Texte intégral

1Traduit du portugais par Jean-Yves Durand.

2Un soir de novembre 1992, dans la salle à manger d'une petite maison rurale du Minho, dans le nord du Portugal : au centre, un corps entouré de fleurs dans un cercueil ouvert et, assises tout autour dans le peu d'espace libre de la minuscule pièce, les personnes qui le veillent. Certaines prient, d'autres discutent ou restent silencieuses. La maison est pleine ; des hommes boivent un verre dans la cuisine ; il y a des participants assis sur des bancs ou debout dans les couloirs ; d'autres arrivent, ils expriment leurs condoléances au veuf et à sa famille, ils aspergent la morte d'eau bénite, puis attendent la prière commune. Le matin suivant, la défunte sera transportée à l'église où la messe se déroulera avec le cercueil ouvert, puis elle sera déposée au cimetière dans le caveau de la casa1 dont elle était membre. Ce corps livide, dont rien ne dissimule la mort, aura auparavant été veillé toute la nuit et aura reçu de nombreux baisers. Un agent funéraire de la ville voisine a été chargé de transporter la défunte depuis l'hôpital, mais personne n'aurait imaginé de lui demander de la garder quelque temps à son agence pour l'embaumer et la maquiller2.

3Il y a quelques années aux États-Unis un entretien avec un funeral director me montra à quel point son activité s'exerçait dans un contexte radicalement différent. Interrogé sur la préoccupation de ses clients à l'égard de la préservation du cadavre, il me demanda à son tour quelles étaient les pratiques d'embaumement au Portugal. Il est difficile de décrire le choc culturel que je lui assenai en lui expliquant qu'une telle pratique n'existait pas en ces recoins de l'Ancien Monde. Il se répandit alors en considérations horrifiées sur les énormes problèmes de santé que devaient susciter la putréfaction des corps et la pollution des nappes phréatiques. Son souci hygiéniste3 avait aussi comme corollaire le vif désappointement d'apprendre qu'embaumement et « restauration physique » ne se voyaient pas accorder la moindre importance esthétique de l'autre côté de l'océan. L'intervention du funeral director, spécialiste professionnel d'une thanatopraxie sophistiquée, représente en effet un élément essentiel des rituels funéraires nord-américains. Elle répond à un désir de contrôle absolu du cadavre et de sa pollution dans cette société.

4Ces deux attitudes devant le cadavre expriment chacune la manière propre à une culture donnée de traiter le problème de la putréfaction et de « domestiquer » un corps mort qui est perçu comme un danger (Jackson et alii 1976 ; Huntington et Metcalf 1979). Dans la société occidentale contemporaine, la conception d'une mort idéale et bien contrôlée est structurée par les notions de pureté et de propreté, associées à l'ostentation de la réussite économique et sociale (Thomas 1980), et c'est aux États-Unis que ces notions sont le plus prégnantes.

Funeral directors d'outre-Atlantique

5Les immigrants importèrent en Amérique du Nord les manières de mourir européennes, mais, à partir de la Guerre civile, l'embaumement se popularisa aux États-Unis et la compétence des « croque-morts » locaux, les undertakers4, s'élargit. Le point de départ de cette pratique fut Washington, où l'on pouvait lire des annonces comme celle-ci : « Les corps que nous embaumons ne noircissent jamais et conservent leur couleur et leur aspect naturels. » L'exposition du corps de Lincoln assassiné au public de la capitale, et lors des arrêts du train le ramenant en Illinois, prit au même moment la forme d'une manifestation de la « religion civile américaine »5 et contribua à la popularité de l'embaumement. Dès la fin de la guerre, cette tâche passa de la responsabilité des médecins à celle d'undertakers spécialisés à plein temps dans cette activité.

6Ce sont les liaisons ferroviaires et les nouvelles techniques permettant une plus longue conservation qui, en rendant possible le rapatriement des soldats morts auprès de leur famille, valorisèrent la restauration physique et l'embellissement. L'envoi des corps dans tout le territoire propagea cette nouvelle mode qui fit de l'embaumement une question de prestige. Dès la fin du xixe siècle, il était reconnu que les undertakers, sollicités par les familles autant au nom de l'hygiène publique que de l'esthétique, travaillaient « pour le bien de la communauté » (Foreman 1974). L'attrait exercé par la profession augmentait, accompagnant un souci de professionnalisation et de contrôle de ses activités qui se traduisit par l'apparition des premières écoles de « sciences mortuaires ».

7Aujourd'hui, les funeral directors sont chargés de l'intégralité du processus post-mortem, connu comme The American way of death (Mitford 1963). Ils transportent le corps du lieu du décès (l'hôpital ou parfois le domicile) jusqu'à leur funeral home (maison mortuaire) où, avant le départ pour le cimetière, aura lieu le wake, l'équivalent de la veillée, mais non sans que se soit déroulé un processus complexe tout au long duquel des soins très spécifiques sont appliqués au cadavre afin de le préparer à sa confrontation finale avec les vivants.

Le corps caché et son traitement

8C'est dans la « salle de préparation » qu'est fait le « sale boulot » : pour que les corps puissent « entrer en scène »6, il leur faut d'abord subir des opérations pendant lesquelles les funeral directors « les éventrent comme un foutu poulet », comme a pu dire un de leurs clients, partagé entre l'horreur et la fascination (Calder et Marks 1982). Dans cette salle, le cadavre est investi d'un caractère sacré (Eliade 1952) et protégé du profane par des frontières très nettes. Ainsi la salle elle-même où se déroule une part cruciale du rituel est-elle coupée du monde extérieur (porte verrouillée, panneau « entrée interdite ») : « La funeral home est une "maison de nettoyage". Nous accomplissons un genre de rituel de purification. » Le spécialiste qui purifie le cadavre est seul à entrer dans la pièce après s'être désinfecté les mains, avoir changé de vêtements, enfilé des gants, un masque et une blouse. En effet, si les divers fluides corporels qui peuvent être rejetés par le cadavre sont déjà considérés comme de dangereux polluants (Douglas 1966), le risque est ici encore plus grand puisque le corps va être ouvert. Tous ses orifices naturels sont d'abord vidés à l'aide de pompes, puis d'autres ouvertures sont pratiquées de manière à permettre la sortie du sang et son remplacement par des conservateurs chimiques, supposés retarder, voire stopper complètement, la décomposition. C'est là une deuxième frontière, établie entre l'extérieur et l'intérieur du cadavre : une fois celui-ci vidé, puis empli de conservateurs, ses orifices naturels ainsi que les incisions sont cousus ou bouchés grâce à divers produits obstruants.

9Après l'embaumement est réalisée la « restauration physique », bien sûr appliquée surtout aux parties du corps non couvertes par les vêtements : le visage et les mains. Il est aussi porté un soin particulier à la dissimulation des incisions pratiquées lors de l'embaumement : aucun indice ne doit rappeler que le corps a été ouvert. Il est également très apprécié de parvenir à cacher les traces laissées par un accident, ou bien par une maladie et son traitement : on me montra ainsi avec un net orgueil les mains et les poignets d'une vieille dame où les nombreuses marques de piqûres étaient devenues invisibles.

Le corps montré et le rituel funéraire

10L'emblème du travail des funeral directors est bien le produit fini qu'ils présentent à la famille : un défunt paraissant endormi, un non-mort dans un cercueil souvent luxueux. Le corps montré lors de la veillée et des visites est transformé par ces virtuoses de la cosmétique mortuaire en un symbole de certains idéaux de la vie américaine : l'hygiène et la forme physique (fitness), la propreté et la pureté, la notion des looks (Spindler et Spindler 1983). Ce contrôle des frontières et de l'aspect du cadavre concerne bien sûr la prophylaxie d'une pollution potentielle, mais il tient aussi à la bonne gestion de la « politique du corps » (Scheper-Hughes 1987). Si de son vivant l'individu assure le contrôle des limites de son propre corps7, après sa mort ce rôle revient à la société : par-delà leur fonction de rites de séparation, les pratiques funéraires permettent aussi de s'assurer que le « corps en crise » qu'est le cadavre se comportera comme les vivants l'espèrent, notamment en démontrant que la mort ne change pas la personne (Huntington et Metcalf 1979).

11Si l'insistance mise sur la veillée et les visites est du ressort de ce rituel de séparation, ces pratiques apparaissent surtout comme l'occasion d'une ultime vérification de l'apparence physique de l'individu. On attend que le corps mort du défunt, par sa « perfection », offre le spectacle du « presque vivant », qu'il donne l'illusion de la vie (Thomas 1985 ; Urbain 1989). Mais, plus encore, il est transformé en l'icône d'une pureté absolue, antithétique du danger représenté par le cadavre, instance polluante par excellence ; il apporte une réponse à la profonde horreur ressentie devant un processus naturel de putréfaction qui est la négation radicale de valeurs aussi importantes que la fitness dans la vie américaine.

12Le decent funeral est ainsi devenu un idéal établi dont la force dépasse la plupart des divergences ethniques et/ou religieuses8 : à Binghamton, petite ville de l'Etat de New York constituée par des vagues migratoires successives en provenance de très nombreux pays, on trouve des funeral homes correspondant à des cultes très divers. Le détail du rituel connaît certes des variations, mais le passage obligé par les mains d'un funeral director n'est jamais remis en question : « Il est tenu pour obligatoire de recourir à ses services pour l'enterrement des morts » (Habenstein 1962 : 5). Les seuls opposants sont des intellectuels qui privilégient la pratique d'un memorial service réalisé en l'absence du corps, et les couches pauvres, pour des raisons uniquement financières.

La construction d'une identité

13La critique faite par certains aux funeral directors de profiter du choc causé par le décès pour faire signer aux familles des contrats très onéreux (par exemple Mitford 1963) a eu un certain écho, mais elle a été au bout du compte intégrée par les membres de la profession qui ont modifié leur pratique, adoptant notamment une tarification contrôlée. Ils disposent en fait de divers moyens pour, à la fois, répondre aux critiques de la société et, au plan personnel, occulter le stigmate (Goffman 1963) découlant de leur contact avec l'aspect le plus repoussant de la mort. Leur profession très spécialisée9 est caractéristique d'une société laïcisée (ce qui ne veut pas dire étrangère aux préoccupations religieuses) et techniciste où sont essentielles la conscience professionnelle et ses corollaires, l'éthique et la responsabilité. C'est là un instrument de défense : on aimera souligner sa propre qualification et sa formation spécialisée10 ainsi que sa position d'entrepreneur économique, de self-made-man. Le funeral director qui m'exprima sa surprise d'apprendre l'inexistence de l'embaumement et de la restauration physique au Portugal insista sur le fait qu'ils représentaient pour lui un motif d'orgueil, non seulement à cause du prestige découlant de la qualité de son propre travail mais encore, de manière générale, grâce à l'habileté de ses confrères. A ma connaissance, tous les auteurs passent sous silence l'amour du travail bien fait et la conscience professionnelle que manifestent des entrepreneurs que l'on décrit plus volontiers comme de rapaces businessmen que comme des artisans.

14Mais les funeral directors aiment surtout se présenter comme les détenteurs d'un savoir d'ordre physiologique, voire médical : lors de visites d'« écoles mortuaires » comme d'établissements commerciaux, l'accent était invariablement mis sur la similitude de la salle de préparation avec un bloc opératoire : rangement et hygiène indiscutables ; innombrables instruments et produits dont la fonction était expliquée en détail ; appareils compliqués, comme la pompe pour l'aspiration du sang et l'injection des produits conservateurs ; tenue de travail rappelant celle d'un chirurgien. Et les propos montrent que le recours à l'image médicale est délibéré et aide à contrôler les émotions en jeu dans cette activité : « J'ai commencé avec l'idée que j'allais être médecin et je n'ai jamais eu de problème pour embaumer. » S'attribuer une qualité associée à une idée d'abnégation et valorisée par la société facilite aussi la compensation des comportements d'évitement – ou de curiosité – dont le funeral director est victime hors des relations professionnelles (une jeune femme de cette profession confia par exemple que les hommes « ne supportent pas l'idée que ce corps et ces mains qu'ils touchent font ce boulot », et un homme raconta que, croisant une cliente dans un magasin, il s'entendit dire : « Qu'est-ce que vous faites ici ? Je pensais que vous n'alliez pas dans les supermarchés ! »).

15Par ailleurs, insister sur une qualité de spécialiste médical permet de camoufler le traitement qui est subi par le corps dans la salle de préparation et d'en faire un prolongement du traitement hospitalier. Tout comme les actes chirurgicaux et la réalité physique de la maladie, le « sale boulot » et la mort restent cachés : la gestion des émotions des familles à laquelle doivent se livrer les funeral directors s'en trouve facilitée. De plus, si leurs services concernent le traitement des morts, ils s'adressent aussi aux vivants. Artisans qui donnent une bonne apparence aux morts (« they look good »), ils invoquent aussi une formation en psychologie légitimant leur intervention auprès des endeuillés en tant que « docteurs du chagrin », en compagnie de psychologues spécialistes du deuil11. Il est clair qu'il est plus aisé de justifier socialement cette identité plutôt que celle de l'undertaker, businessman toujours soupçonné d'exploiter la douleur des endeuillés (Saraiva 1990).

Poudre de riz et rouge à lèvres

16Le modèle américain de traitement du cadavre est connu au Portugal grâce aux corps embaumés qui y sont rapatriés, en général ceux d'émigrants désirant être inhumés dans leur pays d'origine12. Ainsi cet enfant « tellement joli ! On aurait dit qu'il dormait ! ». Et il est frappant de voir que les agents de pompes funèbres portugais, exprimant un mélange d'admiration et de respect pour la haute spécialisation de leurs homologues d'outre-Atlantique, en parlent comme de « vrais professionnels », reprenant l'idée de leur sérieux et de leur compétence. La construction de cette image a été facilitée par le fait qu'ils savent qu'aux États-Unis la profession est légalement définie, son exercice soumis à l'acquisition d'une formation universitaire et ses membres réunis en associations puissantes. Au Portugal en revanche il suffit d'obtenir une autorisation administrative : il n'existe ni formation ni législation spécifique, et le précaire début de l'unique association corporative ne résista pas au 25 avril 1974.

17Certains responsables des plus grandes agences de Lisbonne affirment disposer des conditions matérielles pour réaliser des « embaumements à l'américaine », mais pas du personnel qui aurait reçu la nécessaire formation en physiologie. De fait, toutes les situations qui impliquent l'ouverture d'un corps continuent à relever exclusivement de la responsabilité de médecins, et ces actes ne prennent pas place dans une agence funéraire mais dans une morgue. Cela peut être le cas des autopsies médico-légales, ou bien des rares cas d'embaumement du corps d'un ressortissant étranger (certains pays l'exigent pour toute entrée de cadavre sur leur territoire). Seuls participent à ces interventions le médecin légiste assisté du personnel de la morgue ou bien, dans les petites localités dépourvues de morgue, du fossoyeur ou parfois des agents de pompes funèbres. Les réactions de ces derniers face à l'obligation de participer aux autopsies sont assez variables : quelques agents affirment ne pas y voir le moindre problème tandis que d'autres manifestent une attitude de mépris pour des actes qu'ils considèrent indignes de leur profession, affirmant que d'autres « sont là pour faire ça ! ».

18Cette dernière attitude n'est pas surprenante puisqu'il n'est pas du tout habituel que les rituels funèbres portugais comprennent des pratiques d'embaumement impliquant l'accès à l'intérieur du corps ; elles n'apparaissent donc pas comme des attributions normales des agents qui les associent, en revanche, à des catégories sociales qu'ils considèrent inférieures à la leur. De plus, à l'inverse de leurs collègues américains, ils ne disposent pas d'un modèle valorisé par l'acquisition d'un certain niveau de formation médicale ou psychologique. Mais l'inexistence de l'embaumement n'est bien sûr pas seulement due uniquement à des conditions matérielles déficientes ou à l'absence de personnel qualifié ; elle tient surtout à un ensemble d'attitudes de la clientèle devant la mort qui diffèrent de celles en vigueur dans le contexte américain. Les agents portugais en sont parfois conscients : à Lisbonne, certains déclarent ainsi qu'ils pensent que « ça pourrait se faire dans les villes », tandis que dans les campagnes les personnes n'accepteraient ni de voir leurs morts maquillés, ni de supporter le coût élevé de l'embaumement « à l'américaine ». Les clients, de leur côté, ne semblent guère avoir de doutes quant aux faibles chances de développement de ces pratiques : on s'élève pour commencer contre l'idée de maquiller après sa mort – en quelque sorte contre sa volonté – une personne « qui ne l'aurait jamais fait de son vivant ».

19Mais que se passe-t-il en réalité quand quelqu'un prend l'initiative de se lancer dans cette pratique ? Une agence d'une ville de l'Algarve a ainsi commencé il y a quelque temps à « donner un peu de couleur » au visage des défunts. Le patron a pris cette décision à partir de l'observation des corps embaumés et préparés qui arrivaient dans sa région depuis l'étranger. Il déclare se livrer à une « préparation », limitée en réalité à de la poudre de riz et du rouge à lèvres. Les premières réactions de ses clients sont encourageantes : « Ça se voit plus quand il y a un corps d'une autre agence juste à côté dans la chapelle funéraire. Les gens voient tout de suite la différence entre un corps bien traité et un autre bâclé et ils préfèrent le nôtre, ils disent qu'il est plus serein. Quand ils découvrent le visage, ils le trouvent moins choquant (...) Un monsieur (...) savait que sa mère était blanche, sans couleur, dans ses derniers jours de vie, et il a trouvé étrange qu'à la veillée son visage soit normal. Nous lui avons expliqué ce que c'était et il a trouvé ça très bien. » Et certaines agences commencent à avoir mauvaise réputation. « Ils ne s'occupent pas des corps, ils les laissent avec les cotons [obturateurs des narines] qui dépassent, les yeux ouverts... » : l'image idéale est en effet ici aussi la posture sereine associée au sommeil or, « avec notre préparation, on dirait que la personne est endormie ».

Le corps intouchable

20Cette innovation paraît donc être bien reçue, mais il faut insister sur son caractère très limité en comparaison du traitement habituel des défunts américains ; surtout, elle n'implique pas une trop importante manipulation du cadavre ni, a fortiori, qu'il soit ouvert. C'est l'attitude traditionnelle des catholiques (qui leur fait aussi refuser la crémation), qui apparaît dans cette répugnance à toute intervention humaine modifiant l'intégrité physique d'un cadavre dont la séparation définitive d'avec le monde des vivants doit venir d'un processus naturel de putréfaction13. Des médecins légistes affirment même qu'ils reçoivent assez fréquemment des demandes pressantes de la part de familles qui désireraient qu'un de leurs membres décédé de manière suspecte ne soit pas soumis à une autopsie bien sûr exigée par la loi.

21En même temps, alors qu'autrefois le modèle de la mort apprivoisée et partagée (Ariès 1985) faisait qu'un membre de la famille ou du voisinage prenait en charge la toilette et la préparation du mort, on observe maintenant une évolution vers un refus de cette tâche. Avec du recul, le caractère illogique de cette attitude est parfois reconnu : une personne m'a dit trouver a posteriori ridicule d'avoir mis des gants pour faire la toilette de sa mère décédée alors qu'elle l'avait soignée et lavée pendant des années. La responsabilité du contact avec la puissance polluante du cadavre est donc transférée de plus en plus souvent vers des agents de pompes funèbres. Ceux-ci se disent ainsi assez souvent choqués que des « êtres chers », que les familles prennent en charge parfois tout au long de maladies invalidantes, deviennent à leur mort « quelque chose » que l'on ne parvient plus à toucher. « Les gens ne touchent pas les morts. Ce qui est bizarre, c'est que tant qu'ils sont vivants, pas de problème, mais quand ils meurent, on n'y touche plus. Par exemple la pharmacienne, là à côté, elle m'a téléphoné à deux heures du matin pour que j'aille ramasser son mari qui était par terre, parce qu'elle n'était pas capable de le toucher. » « Ils nous les laissent comme ils sont ; s'ils meurent avec la cigarette à la bouche, ils n'ont pas le courage de leur enlever la cigarette, jusqu'à ce que l'agent arrive. »

22Ce corps intouchable n'est pas entièrement séparé du monde des vivants ni encore intégré dans celui des morts. Plutôt que l'illusion américaine du « presque vivant », il doit trouver un point d'équilibre. Il doit laisser voir qu'il est mort, mais pas trop : on le lave parfois à l'eau-de-vie dans un but de conservation (Pina Cabral 1989 : 248) ; d'un autre côté, il ne doit pas laisser douter de sa mort : diverses techniques14 évitent ses mouvements intempestifs, et des fossoyeurs du Minho font « vomir le mort » afin d'éviter qu'il ne « renvoie »15 pendant les cérémonies. Les agents soulignent quant à eux que pour un « vrai professionnel » ce n'est pas un problème de toucher les morts. La capacité à les traiter avec respect et même « avec affection » est au contraire le signe que l'« on a la vocation ». Et si la mort d'une personne très proche (pour les américains, when it hits home) ou bien d'un enfant peut fragiliser ce contrôle émotionnel, celui-ci est en revanche renforcé lorsqu'existe une grande distance sentimentale par rapport au défunt, à tel point qu'est parfois oublié ce qui est considéré comme le respect minimal dû aux morts. On le sait, le recours à la plaisanterie est une échappatoire habituelle à celui dont le métier est marqué par le stigmate de la mort16 : les agents des régions de grande affluence touristique disent « s'amuser » quand ils sont plusieurs à s'occuper du corps d'un citoyen étranger, affirmant ne jamais le faire avec un concitoyen. Des études (Pine 1975) montrent qu'aux États-Unis un embaumement est réalisé bien plus vite par une personne seule qu'en collaboration ; la compagnie permet de mieux assumer le contact avec la mort et force à afficher l'insensibilité du professionnel blasé : « Quand je travaille seul, je ne regarde pas le visage avant que tout soit fini. »

« Des vers qui montent et descendent »

23Ce balancement entre l'orgueil professionnel ou la « vocation » et le besoin de trouver des formes d'évasion est nécessaire dans la confrontation avec la mort. A cet égard, des divergences significatives apparaissent dans les discours développés, de chaque côté de l'Atlantique, par deux groupes rassemblant des manipulateurs des « choses impures de ce monde » (Warner 1959 : 316) : les fossoyeurs portugais et les funeral directors. Ces catégories sont éloignées l'une de l'autre sur l'échelle sociale, mais elles sont néanmoins comparables car c'est bien sur elles que, dans leur pays respectif, retombe par métonymie la plus grande part de la charge polluante du cadavre. Au Portugal, les fonctions des agences sont limitées et, dans les campagnes, elles sont souvent prises en charge par le fossoyeur ; c'est en tout cas lui qui exhume les restes ou qui assiste à des autopsies sans avoir la protection du prestige médical. Ses homologues américains, en revanche, ont des fonctions plus réduites et exemptes de l'aspect dévalorisant d'un travail manuel puisque le creusement des tombes est presque toujours mécanisé ; la pollution se concentre alors sur les funeral directors. Ceux-ci, on l'a vu, insistent sur la qualification presque médicale, l'abnégation, le professionnalisme. Mais, surtout, un recours systématique à une gamme de métaphores et d'euphémismes évacue de leurs propos toute référence directe à la mort : la publicité d'un funeral director montre par exemple des âmes embarquant dans un avion comme, en vie, on part à Hawaii avec ses valises : il s'agit de « préparer la voie » pour la « dernière destination » (For your final destination, smooth the way).

24Les fossoyeurs portugais soulignent d'une même façon l'importance que la société place dans leur travail sans la reconnaître ouvertement ; ils aiment confier qu'ils ont été félicités pour la façon dont est tenu « leur » cimetière ou sollicités pour s'occuper d'un autre. En revanche, ils ne dissimulent pas du tout la nature de leur travail, bien au contraire. Me faisant visiter la salle des autopsies, l'un d'eux me disait sa fierté de bien accomplir ce qui était pour lui une part essentielle de son travail. Dans un décor beaucoup plus dénudé que celui d'une « salle de préparation », il expliqua comment « tout ça [les tables et le sol] est une mer de sang, mais je nettoie tout très bien, impeccable, et des fois je mange mon casse-croûte là-dessus ». Un autre insista sur des détails de « vers qui montent et descendent ». Les agents de pompes funèbres montrent eux aussi un net plaisir à affirmer qu'ils n'ont pas de difficulté à déplacer des corps putréfiés, à se confronter aux aspects de la mort vus par la société comme les plus polluants. De tels propos ne s'entendent jamais de la part d'un funeral director, toujours préoccupé d'affirmer qu'il est le vecteur indispensable de la victoire sur la mort et qui limite strictement les remarques ou les plaisanteries de cet ordre aux échanges faits « en coulisses » avec ses collègues.

25Il s'agit certes toujours de montrer que l'on parvient à imposer l'ordre social après une crise, soit en niant la putréfaction et la terreur, soit au contraire, quand on est dans l'impossibilité de faire de même, en se glorifiant d'être le seul à pouvoir les côtoyer. Mais le stigmate ne laisse que deux solutions pour dépasser l'ostracisme qu'il provoque : le triomphe ou la capitulation. Une femme exerçant des fonctions de fossoyeur dans une commune du Minho se présente ainsi comme étant tout à fait à l'aise dans son contact avec la mort (affirmant par exemple : « Ça ne me fait rien de venir ici à minuit s'il faut finir un boulot ») aussi bien que dans sa position vis-à-vis de la communauté, se démarquant de ses trois prédécesseurs, lesquels avaient tous sombré dans l'alcoolisme avant de se suicider.

Evolution ou résistance

26La nécessité d'établir un contrôle sur le cadavre s'exprime donc selon des modalités et des degrés différents des deux côtés de l'Atlantique. A la « mort ensauvagée » d'une société techniciste plaçant le cadavre dans les mains de spécialistes correspond, de ce côté-ci de l'océan, un modèle resté plus proche de la mort « apprivoisée ». On peut alors trouver paradoxal que la société américaine valorise autant une veillée funèbre parfois prolongée pendant trois ou quatre jours, alors qu'elle disparaît ou perd de son importance en Europe. Mais le wake est qualitativement différent des veillées portugaises où la place d'honneur revient au mort en tant que tel. Aux États-Unis, en revanche, le corps couché dans le cercueil est une incarnation des idéaux que l'individu poursuivait pendant sa vie ; il aide à donner une forme plus acceptable à la mort. Une pratique importée, selon Ariès, depuis la coutume méditerranéenne du cercueil ouvert durant les funérailles s'est transformée en apportant une réponse à certaines profondes anxiétés américaines : dans une société prisant les valeurs des self-made-men et de l'accomplishment, la mort est l'ultime défaite qu'il faut exorciser grâce à des pratiques riches en significations, même si elles ne sont justifiées au bout du compte que par des valeurs aussi triviales que la beauté personnelle, la conscience professionnelle, ou des préoccupations de santé publique.

27Refusant l'importance presque exclusive que donne Ariès à l'inconscient collectif, Vovelle (1983 : 694-697) soutient que « la fuite éperdue devant la réalité physique de la mort » n'explique qu'en partie la réussite de la thanatopraxie à l'américaine. Même s'il refuse l'idée d'un simple déterminisme économique, il voit la raison majeure de ce succès dans l'habileté commerciale d'entrepreneurs « âpres dans la recherche d'une clientèle que la chute de la mortalité raréfie »17 et il s'interroge sur la valeur réelle d'un consensus « de façade », « la plupart des familles » exprimant qu'« elles se satisferaient à moins » en matière de rituels funéraires. Mais un marketing efficace suffit-il à expliquer qu'elles ne s'en satisfassent pas ? Et constater qu'existent des abus dans l'exploitation de la douleur ou bien que l'invention du rituel américain relève pour l'essentiel de qui en est le vendeur suffit-il à lui enlever toute valeur qui ne soit pas marchande ?

28Il semble surtout que l'existence d'un spécialiste de la purification du mort permette de focaliser sur le couple cadavre/funeral director toutes les instances polluantes qui au Portugal restent mieux réparties entre divers temps et acteurs (la famille, le groupe élargi, l'agent de pompes funèbres, le prêtre), même si le fossoyeur apparaît dans certaines situations comme une figure particulièrement stigmatisée. Cette centralisation répond à l'horreur du cadavre en décomposition, elle en permet une plus efficace évacuation physique aussi bien que symbolique. Mais pour que cette évacuation se réalise, il faut constater l'occultation des signes de mort. En d'autres termes, pour croire, il faut voir, et pour cela, il faut un cadavre : l'incinération est peu développée aux Etats-Unis, comme le signale Vovelle, surpris par ce qui est une particularité pour une société à majorité protestante. Urbain (1989 : 126) parle justement à ce propos du refus de l'« usage doublement meurtrier du feu, qui tue morts et symboles », motivé par l'attachement à une tradition « sarcophagique, figurative et mausoléenne ». Mais bien plus encore, il semble que ce soit la vision du cadavre purifié qui est d'une importance cruciale : preuve en est que les quelques corps devant être incinérés (et qui ne sont donc pas destinés à durer) sont embaumés et préparés de la même manière pour le final viewing. L'intérêt commercial des funeral directors n'est donc pas l'unique déterminant dans l'affaire (Vovelle 1983 : 698)18.

29Par ailleurs, si les protestants américains n'ont pas suivi ceux d'Europe dans le peu d'importance accordée au cadavre, les catholiques portugais sont quant à eux de plus en plus partagés entre l'attachement aux rituels anciens et l'apparition de nouvelles tendances. Certaines s'imposent assez aisément, comme le transfert (encouragé par le clergé) de la veillée mortuaire depuis la maison vers les chapelles. D'autres, qui touchent aux profondes conceptions de pureté et de danger, sont bien moins consensuelles. Les « têtes de ponts » de pratiques étrangères envoyées par les nombreux émigrants trouvent un relais dans l'attention timide que leur portent certains propriétaires d'agences de pompes funèbres ; mais rien ne permet encore de dire si elles vaincront les résistances, et comment. Le Portugal apparaît donc comme un terrain privilégié pour l'observation de l'évolution des pratiques funéraires dans le futur proche. Quel va être le rôle précis des intérêts matériels et de prestige d'un groupe professionnel dans ce qui se dessine d'ores et déjà comme une évolution vers une mort moins partagée, un mort plus intouchable ?

Haut de page

Bibliographie

Ariès P., 1985 (1977). L'homme devant la mort, 2 vol., Paris, Le Seuil.

Calder B.J. et A.S. Marks, 1982. Attitudes Towards Death and Funerals, Center for Marketing Sciences, Northwestern University.

Douglas M., 1966. Purity and Danger. An Analysis of Concepts of Pollution and Taboo, London, Routledge and Kegan Paul.

Eliade M., 1952. Images et symboles. Essai sur le symbolisme magico-religieux, Paris, Gallimard.

Foreman, 1974. « The professionalization-bureaucratization dilemma : the case of the funeral director », International Journal of Contemporary Sociology, octobre.

Goffman E., 1959. Presentation of Self in Everyday Life, New York, Anchor Books.

1963. Stigma : Notes on the Management of Spoiled Identity, Glencoe, The Free Press.

1967. Interaction Rituals. Essays in Face to Face Behavior, Chicago, Aldine.

Habenstein R.W., 1962. The History of American Funeral Directing, National Funeral Directors Association of the United States, Milwaukee, Bulfin.

Huntington R. et P. Metcalf, 1979. Celebrations of Death. The Anthropology of Mortuary Rituals, London, Cambridge University Press.

Jackson D., Rosenblatt P. et P. Walsh, 1976. Grief and Mourning in Cross Cultural Perspective, HRAF Press.

Mitford N., 1963. The American Way of Death, New York, Simon and Schuster.

Nahoum-Grappe V., 1992. « Le goût des choses », Autrement, n° 128, Deuils. Vivre c'est perdre, série Mutations, mars.

O'Neill B., 1984. Proprietários, lavradores e jornaleiras. Desigualdade social numa aldeia transmontana, 1870-1978, Lisbonne, Dom Quixote.

Pina Cabral J., 1989. Filhos de Adão, Filhas de Eva. A visao do mundo camponesa no Alto Minho, Lisbonne, Dom Quixote.

Pine, 1975. Caretaker of the Dead : the American Funeral Director, New York, Irvington Publisher Inc.

Saraiva M.C., 1991. « Funeral directors. The construction of an identity », in collectif, Estudos em homenagem a Ernesto Veiga de Oliveira, Lisbonne, INIC.

Scheper-Hughes, 1987. « The mindful body : a prolegomenon to future work in medical anthropology », Medical Anthropology Quarterly, mars.

Spindler G. et I. Spindler, 1983. « Anthropologists view American culture », Annual Review of Anthropology, vol. 12.

Sudnow D., 1967. Passing on : the Social Organization of Dying, Englewood Cliffs, Prentice Hall.

Thomas L.V., 1980. Le cadavre, Paris, Editions Complexes.

1985. Rites de mort. Pour la paix des vivants, Paris, Fayard.

Urbain J.D., 1989. L'archipel des morts, Paris, Plon.

1992. « Entre le cristal et la fumée », Sociétés, n° 36.

Vovelle M., 1983. La mort et l'Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard.

Warner W., 1959. The Living and the Dead. A Study of the Symbolic Life of Americans, New Haven, Yale University Press.

Haut de page

Notes

1L'organisation sociale de certaines zones rurales du nord-est du Portugal rappelle celle des « sociétés à maisons ». Dans les cimetières, les sépultures portent en évidence le nom de la casa plutôt que le nom de famille de ses membres.
2Pour une ethnographie détaillée des actuels rituels funéraires dans deux régions du nord du Portugal voir O'Neill (1984) et Pina Cabral (1989).
3Souci relayé par la législation de certains Etats comme la Pennsylvanie, qui stipule qu'il est obligatoire d'embaumer tout mort devant être inhumé plus de vingt-quatre heures après le décès.
4« Entrepreneurs », le sens littéral étant néanmoins « qui emmène dessous »...
5Une série de rituels civils autour de valeurs consensuelles et de symboles unificateurs convergeant vers le « rêve américain » (Belah in Huntington et Metcalf : 1979).
6Voir les notions de dirty work, front stage et backstage développées par Goffman (1959, 1967) ; cf. aussi Sudnow (1967).
7Si le corps des morts doit être contrôlé, c'est vrai aussi de celui des vivants confronté à la mort ; voir notamment Nahoum-Grappe (1992).
8Le recours au funeral director ne connaît en Europe aucun équivalent ayant la même force. Thomas (1985) dit que la thanatopraxie se développe en France, Vovelle a une position plus nuancée (1983 : 700). Autant que je peux en juger comme observatrice extérieure, elle me paraît limitée à quelques groupes sociaux urbains et très peu significative à l'échelle du pays. En tout état de cause, la situation n'est pas comparable au cas américain.
9A majorité masculine, mais en réalité les femmes collaborent souvent sur un pied d'égalité avec leurs maris, seuls diplômés et autorisés à exercer.
10« Nous sommes membres d'une profession, de même que l'avocat, le médecin, le prêtre » : discours lors d'une réunion de la National Funeral Directors Association, cité par Mitford (1963 : 229).
11Leur aide peut être demandée devant une mort subite ou perçue comme spécialement injuste (un enfant) ou dramatique (accident, suicide), ce que j'ai pu constater avec le décès d'un étudiant de l'université où je me trouvais. Cette aide au deuil s'adresse à la famille comme à tout groupe dont faisait partie le défunt, en l'occurrence un département universitaire. Voir aussi Urbain (1989 : 50) à propos de la pathologie du deuil.
12Plusieurs centaines de milliers de Portugais vivent en Amérique du Nord.
13Dans le nord du pays, les « corps incorruptibles » sont l'objet d'une dévotion populaire qui recoupe de complexes notions eschatologiques (Pina Cabral 1989 : 258).
14Certaines sont purement symboliques, comme le brassard noir passé à l'un des bras et à la jambe opposée.
15Le verbe employé, bolsar, est le même que pour un bébé et indique l'idée d'un excédent qui doit être évacué (N.d.T).
16Voir Sudnow (1967) sur le comportement du personnel des morgues avec les cadavres.
17Il met aussi en avant certains de leurs excès mercantiles, qui ne sont pourtant qu'anecdotiques (le drive up funeral home). Rares sont les auteurs à ne pas évoquer, sans toujours relativiser leur importance, le mort embaumé avec son cigare ou assis à son bureau, les tombeaux à bar incorporé, etc.
18C'est peut-être moins clair pour ce qui est de celui du lobby des cimetières, encore que l'on puisse très bien imaginer son recyclage dans le business du columbarium (Urbain 1992).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saraiva C., 1993, « Le mort maquillé. Funeral directors américains et fossoyeurs portugais », Terrain, n° 20, pp. 97-108.

Référence électronique

Clara Saraiva, « Le mort maquillé », Terrain [En ligne], 20 | mars 1993, mis en ligne le 18 juin 2007, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3061 ; DOI : 10.4000/terrain.3061

Haut de page

Auteur

Clara Saraiva

Centro de Antropologia Cultural e Social, IICT, Lisbonne

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals