Navigation – Plan du site
Rêver

Rêver

Le mot, la chose, l'histoire
Daniel Fabre
p. 69-82

Entrées d’index

Thème :

rêve

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1Rêver, au sens d'avoir pendant le sommeil l'esprit occupé à des images, à des actions identifiables ou confuses, est un mot neuf. Il n'a commencé à s'imposer qu'à partir des années 1650. Descartes note « faire des rêves en dormant » (1649) et Pascal écrit dans une acception tout à fait moderne : « Il me semble que je rêve » (1656). Alors que dans la tragédie classique, jusqu'à Racine et même au-delà, les héros continuent à songer, dans la prose des philosophes et des moralistes on commence à rêver1. Le mot rêve prendra en charge, au xviiie siècle, tous les aspects et tous les moments de l'expérience : le surgissement de la vision, les indices que laisse entrevoir le corps endormi, le souvenir que l'esprit en conserve et, bien sûr, le récit que l'on peut en donner par la suite. Le phénomène est bien caractérisé, il n'est même pas propre à l'homme : « Non seulement les rossignols dorment, écrit Buffon, mais ils rêvent et d'un rêve de rossignol car on les entend gazouiller à demi-voix et chanter tout bas. »

2Cette spectaculaire substitution lexicale a été, au cours du Moyen Age, précédée par une autre. Songer a évincé pantaiser qui, à la Renaissance, n'a plus que le sens de « suffoquer » et dont il ne reste aujourd'hui que l'adjectif pantois. Mais songer comme pantaiser n'offriront pas très longue résistance, même dans les dialectes d'oc. La carte 1695 de l'Atlas linguistique de la France fait, à la fin du xixe siècle, le point sur une invasion lente mais irrésistible (Gilliéron et Edmont 1902). Partout dans le Sud, revar, à l'occitane, est en passe de déloger pantaisar et somiar, où, du moins, le français rêve, de plus en plus préféré à tout autre terme, provoque d'importants remaniements, lexicaux et sémantiques, dans ce domaine. Ainsi en pays de Sault, dans un dialecte languedocien des Pyrénées, l'ancien pantaisar signifie aujourd'hui « haleter », « perdre le souffle » ; somiar, c'est à la fois dormir et rêver, mais le seul substantif en usage est rêve, à la française. « Ai somiat un rêve » est l'équivalent exact de « j'ai fait un rêve ». Comment comprendre ces mouvements du vocabulaire, que donnent-ils à penser aujourd'hui ?

D'une origine incertaine

3Comme cette innovation est contemporaine de l'émergence de l'étymologie – qui, à l'ombre de la « grammaire générale » classique, décrit les accidents de l'histoire des racines linguistiques –, l'énigme de rêve a tout de suite suscité maintes spéculations. Et la raison immédiate de cette curiosité est assez évidente. Alors que les autres langues romanes restaient fidèles à somnium, la racine latine à qui l'on doit à la fois sommeil et songe – sueño en castillan, sogno en italien –, alors que l'on reconnaissait dans le vieux pantaiser la famille de phantasia, l'imagination grecque, rêve était vraiment un mot sans pedigree, peut-être sorti tout cru du parler ordinaire. Bien sûr, cette forme sonore n'était pas inconnue, mais avec des contenus autres. Un sens médiéval – dire des choses extravagantes, tenir des propos sans suite, déraisonner – n'est pas oublié au xviie siècle, et derrière celui-ci un autre, plus concret, se profile. Rêver signifia longtemps, en effet, aller de-ci de-là, à l'aventure, rôder, s'amuser, traîner ; le rêveur est, à la fin du Moyen Age, un coureur de jupons, un masque qui va de nuit dans les bandes du carnaval. Il nous est aujourd'hui loisible de reconstituer une sorte de cheminement qui a conduit de l'errance physique au délire des mots, au trouble de la pensée puis à la réflexion (« rêver de »), à la méditation qui rend absent du monde et, enfin et exclusivement désormais, à l'expérience nocturne de l'esprit. Cela pour le verbe dont l'âge classique fixe le sens. En revanche, les substantifs gardent encore quelque temps des rémanences de significations autres : selon Furetière, dans son Dictionnaire... de 1694, rêve « ne se dit guères que des songes des malades qui ont le cerveau aliéné » et, jusqu'à Rousseau, le mot rêveur connote un tempérament mélancolique. Ce que nous percevons comme une logique évolution sémantique a-t-il alors quelque peu éclairé les quêteurs d'étymologies ?

4Certainement pas. Ceux-ci, en effet, quand s'affermit leur discipline, s'efforcent d'abord d'isoler une matière sonore – la racine –, porteuse dans l'histoire d'un seul et même sens2. Or la palette assez diverse des acceptions du mot rêve ne peut qu'ouvrir des horizons confus, improbables. Aussi Ménage, dès la première édition de son Dictionnaire étymologique, en 1694, s'attarde-t-il sur ce petit monstre linguistique, mal venu au jardin des racines gréco-latines qui désignent les facultés de l'âme et les activités de l'esprit3. Relisons le bel article qu'il lui consacre. En faisant flèche de tout bois, il donne rétrospectivement le sentiment de prémonitions étranges concernant, il est vrai, plus le rêve comme phénomène que l'étymologie du mot décidément fort obscure : « Rêver est de difficile origine. Périon et Tripault le dérivent de rembein, vacillare, et Nicot fait mention de cette étymologie. Le père Labbe [...] le dérive de revidere ou de deviare [...]. J'ai cru autrefois qu'il pouvait venir de repuare, rêver [...]. Rêver, c'est proprement rebrousser chemin vers l'enfance. Ainsi ce mot pourrait bien venir de reviare, retourner sur ses pas » (Ménage 1750, II : 400).

5L'incertitude s'installe. Elle ne s'apaisera pas avant le xxe siècle. Dans les années 30, qui connaissent une vive reprise du débat, on ne peut qu'énumérer d'abord la longue liste des hypothèses défuntes : pas moins d'une vingtaine qui ajoutent à l'épaisseur du mystère. Pourtant, on s'appuie alors sur une meilleure connaissance des formes anciennes et dialectales et sur une considération attentive du sens et de l'usage de chaque terme. Lois du changement phonétique et logique de l'évolution sémantique doivent pouvoir servir de guides, de garde-fous sur la voie d'une élucidation acceptable. Or, sur le plan strictement étymologique, il n'en est rien. De scrupuleux savants continuent à lancer des racines qui ne résistent jamais à leurs mutuelles critiques. On peut en saluer quelques-unes au passage : le latin médiéval revehi qui signifierait « être transporté loin de la vie par le rêve », un descendant de l'adjectif *refragu (de la famille de *naufragu), un verbe francique *hreuwan qui signifie « affliger »... Les choses semblent s'éclairer plus durablement au printemps de 1936 quand paraît l'article de Jakob Jud qui établit, dès le titre – « Rêver et desver » – un lien déjà pressenti par Ménage mais dont il va s'efforcer de tirer toutes les conséquences4.

6Au xiie siècle, alors même que resver signifie bien « être égaré », au sens propre et au sens figuré, le desver, dans le théâtre d'Adam de la Halle par exemple, c'est le fol, « celui qui a perdu l'esprit ». De cette signification demeurent de fortes traces dans les dialectes d'oïl, dans l'est et le nord de la France, où un dérivé endêver couvre un champ sémantique assez vaste allant de « taquiner » à « vexer, faire enrager, endiabler ». Quant à l'endévé, c'est le fou et, avec une petite variation phonétique sur laquelle nous reviendrons, l'endové c'est l'endormi. Tous ces mots contiennent un radical unique et stable : dans rêver, desver et endèver il y a *esver. La solution semble à portée de main. D'où vient ce verbe inconnu ? Tout simplement, affirme Jud, de vagare, par ailleurs si richement préfixé en français (di-vagare, extra-vagare, gyro-vagare). On peut donc poser un *ex-vagare qui aurait donné *esver. L'affaire semblait entendue. Cependant, un demi-siècle plus tard, Pierre Guiraud contestera non les grandes lignes de ce raisonnement mais l'étymon choisi, inacceptable sur le plan de l'évolution phonétique : *ex-vagare aurait dû aboutir à *esvier. Pour lui les choses sont plus complexes. Il y aurait d'une part un rabare (de rabiare, « être en rage ») qui a donné le verbe provençal ravar, « délirer » et, d'autre part, un exvadere, qui signifie « sortir, s'échapper, s'évader », re-exvadere donnant rêver. Et les deux verbes raver et rêver auraient comme additionné leurs sens, au délire de l'enragé se serait ajoutée l'évasion de l'esprit5. Sur le strict plan philologique, on ne peut que rejoindre la conclusion d'Alain Rey : « Les deux hypothèses, vraisemblables et ingénieuses, reposent sur des reconstitutions invérifiables. »

7Il n'en reste pas moins que cette chasse étymologique, dont la proie semble sans relâche échapper, a parcouru puis exploré les moindres recoins d'un territoire qui englobe un entrecroisement d'expériences de l'esprit. Si la source reste – et sans doute restera à jamais – inaccessible, en revanche les mouvements, parfois conjugués, parfois divergents, de la signification révèlent et unifient un paysage. Tous ces verbes composent en effet le tableau d'un comportement rêveur particulier. On s'évade, on est transporté hors de soi – c'est le sens du latin vehere où l'on a voulu voir un moment une clé –, on vagabonde, on délire... Dans leur récurrence, ces mots énoncent au fil des siècles une représentation cohérente et homogène du rêve6. Seul le lien rétabli entre lexique et pratiques peut maintenant nous permettre de la préciser.

Divagations

8Donc le mot rêve, par ses cousinages lexicaux et l'éventail de ses emplois au cours de l'histoire qui précède sa fixation et son hégémonie, renvoie à une théorie particulière de l'activité qu'il désigne. Songe n'est au fond qu'une qualité du sommeil, rêve c'est déjà toute la complexité d'une conception plurielle et dynamique de la personne. Trois séries de faits – des récits, des rites, des personnages sociaux – permettent d'en cerner l'essentiel.

9Ecoutons d'abord une brève histoire que Félix Arnaudin recueillit en 1881 de la bouche d'un métayer de Labouheyre, dans la Grande Lande, et qu'il intitule Lou rèbe, le rêve, en occitanisant le mot français7 : « Un jour deux hommes voyageaient ensemble. Comme ils s'étaient arrêtés en chemin pour laisser tomber la chaleur, l'un d'eux s'endormit à l'ombre. Tandis que l'homme dormait, l'autre vit une mouche sortir de la bouche de son compagnon et entrer dans le squelette d'une tête de cheval dont elle visita tous les recoins. Puis elle revint dans la bouche du dormeur. Celui-ci dit à son réveil : "Si tu savais le beau rêve [rèbe] que je viens de faire ! J'ai rêvé [qu'ey sauneyat] que j'étais dans un château où il y avait une infinité de chambres, toutes plus belles les unes que les autres : jamais tu ne voudrais le croire. Et sous ce château était enterré un grand trésor." L'autre lui dit alors : "Veux-tu que je te dise où tu es allé ? Tu es allé dans cette tête de cheval... J'ai vu ton âme sortir de ta bouche sous la forme d'une mouche et se promener dans tous les recoins de ces ossements, puis elle est entrée dans ta bouche." Alors ces deux hommes soulevèrent cette tête et creusèrent dessous, et ils découvrirent le trésor. »

10Une version très proche a été en 1320 couchée dans le procès-verbal d'interrogatoire du berger Pierre Maury qui comparut à Pamiers devant l'évêque inquisiteur Jacques Fournier. Dans le monde des derniers cathares pyrénéens, une tête d'âne est visitée par une âme-lézard. Enfin, si nous remontons encore dans le temps, jusqu'au viiie siècle, nous découvrons la première attestation de ce thème dans l'Histoire des Lombards de Paul Diacre. L'aventure est attribuée au roi de Bourgogne Gontran (561-592). C'est un petit serpent qui, sorti de la bouche du souverain endormi, cherche à franchir un ruisseau. L'écuyer qui assiste à la scène pose son épée en guise de pont, le serpenteau s'enfonce dans un trou de la montagne puis réintègre le corps endormi avec la vision, bientôt confirmée, d'un fabuleux trésor8.

11Que retenir de ce récit tôt fixé et parfaitement stable tout au long de douze siècle d'histoire ? Quelles sont les intentions du narrateur ? Question d'autant plus légitime qu'il s'agit évidemment d'un exemplum, d'un conte à intention démonstrative qui illustre et dévoile un sens, un enseignement pleinement cerné et maîtrisé par qui le profère – du moins dans la période médiévale de sa diffusion9. A un premier niveau, nous reconnaissons là une description – presque une définition – du rêve qui résulte d'un véritable protocole expérimental. Il y a en effet deux personnages, le rêveur et l'observateur, l'un vit le rêve de l'intérieur, l'autre le perçoit du dehors. Ils confrontent ensuite leurs expériences et tombent d'accord autour des preuves matérielles – la tête de cheval d'abord, le trésor ensuite – qui confirment et unifient leurs deux visions. Donc la vérité jaillit de la rencontre de deux points de vue opposés – subjectif et objectif, si l'on veut. Quant aux éléments que cette petite histoire vise à établir, on peut en distinguer trois.

12Le premier concerne le mécanisme du rêve. Au cours de celui-ci « quelque chose », figuré par un petit animal (mouche, souris, lézard...), sort de la bouche du dormeur. Rêver, c'est se dissocier, laisser aller ce que les conteurs appellent tout simplement l'âme. Le rêveur a conscience d'être dans un château, l'observateur lui révèle que son âme est allée ailleurs, qu'elle a effectivement visité un équivalent du château rêvé. Le prêcheur cathare du comté de Foix exploite cette proposition de façon plus raffinée. Selon lui, l'homme est composé de trois parties : le corps, l'âme (anima) qui ne s'en détache qu'après la mort (pour rejoindre le corps céleste qu'elle a dû abandonner le jour de la chute) et l'esprit (spiritus) qui est à la fois invisible et matériel – d'où sa représentation comme une petite bête furtive – et qui a la faculté de se détacher du corps et d'aller çà et là pendant le sommeil10. L'esprit est l'acteur des rêves mais il les éprouve ailleurs, il les ramène de ses courses.

13La deuxième proposition du conte porte sur le statut de la réalité onirique. Elle est un mélange de vérité et d'illusion. Il est vrai que le double animal va explorer la tête de cheval, mais il perçoit dans ce labyrinthe osseux toutes les pièces d'un somptueux château. Il vit pleinement, sans la moindre distance, une métaphore. Par là se révèle la dimension imaginaire du rêve, sa « fantaisie ».

14Mais, troisième proposition, cette illusion contient, ou peut contenir, un savoir invisible aux yeux du corps éveillé. Le rêveur perce l'opacité des apparences, perçoit ce qui fut et ce qui sera. Son esprit dépasse sans doute les bornes de l'empirie pour accéder à la connaissance de ce qui échappe aux sens. Ajoutons que l'atmosphère du récit, par deux détails – celui du squelette d'animal, celui du trésor enfoui dans la terre – auxquels s'ajoute parfois le petit pont étroit que l'esprit doit franchir pour accéder à l'ailleurs, évoque, sans l'expliciter, la source probable de ce savoir : les morts ou, du moins, certains types de défunts11.

15Donc le rêve est littéralement transport, et non d'abord image projetée dans l'esprit, et c'est parce qu'il est transport qu'il est mise en présence, exploration, révélation. Cette conception, dont la précision de détail n'a d'égal que le souci de fonder l'incroyable sur un dispositif de preuves, est également lisible dans d'autres occasions, en particulier dans les expériences longtemps perpétuées au sein des groupes enfantins. Nous avons déjà rencontré un mot – endêver – fortement lié à notre verbe. Dans les parlers d'oïl, il ne désigne pas seulement un état d'agacement, de rage ou de fureur mais aussi une phase du sommeil, la première, celle de l'endormissement. Il est vrai que le mot est alors capté par un autre verbe, dover, dorver, qui, presque partout, du nord au sud des parlers gallo-romans, signifie « étourdir, endormir, dormir », d'un sommeil agité précise-t-on parfois. Il est intriguant de constater que le substantif correspondant s'applique parfois à des plantes12. Ainsi en Franche-Comté la dorve est le Ranunculus flammula dont on dit que les fleurs, d'un goût âcre, étourdissent le bétail. Dans la région de Boulogne, endove désigne l'achillée millefeuille et nous ouvre la piste d'un singulier jeu d'enfants13. Evoqué en 1844 par un naturaliste champenois et confirmé ensuite par plusieurs descriptions fascinées et, de ce fait, très minutieuses, il consiste en une séance de « somnambulisme » provoqué. Le voici tel qu'il se pratiquait en 1858 à Saint-Omer (Pas-de-Calais), on le nommait eindoverie : « Celui qui consent à être eindovey s'étend de son long sur le dos, après s'être préalablement déchaussé. Ses compagnons, ceux qui doivent procéder à l'incantation, lui introduisent d'abord de l'endovoir, c'est-à-dire de l'achillée millefeuille, dans les narines, dans les oreilles et entre les doigts des mains et des pieds. Puis ils placent près de sa tête un gros caillou sur lequel l'un d'eux frappe à coups redoublés, mais en mesure, avec un autre caillou, en chantant sur un ton monotone ces paroles mystérieuses et cabalistiques : "Eindove, eindove li martinet/Les quate-r-pieds sur un cavet/Eindove, eindove li martinet", etc. et il continue ainsi pendant dix à quinze minutes sans interruption jusqu'à ce que l'eindoverie, le charme, ait produit son effet. Lorsque les eindoveux jugent que l'opération est faite, que l'eindovey paraît bien endormi, ils se retirent à petit bruit. »

16Telle est la première phase dont chaque détail mériterait un commentaire précis. Notons simplement la position du dormeur – « sur le dos » –, elle est conforme à une précision presque toujours donnée dans les récits sur l'esprit animal où le témoin reste toujours à distance, se gardant de jamais toucher le corps du rêveur. Pourquoi ? Tout simplement pour laisser librement aller et venir l'animal qui court chercher le rêve sans pour cela être complètement détaché de son enveloppe charnelle. Il suffit en effet que l'observateur perturbe le retour de celui-ci – par exemple, comme le raconte le parfait cathare, en ôtant le pont qui lui a permis la traversée du ruisseau – pour que le dormeur s'agite, sans se réveiller cependant. Mais, dira-t-on, rien n'évoque expressément dans ce jeu l'âme détachable. En fait, on la retrouve en passant par les fameuses vertus de la plante endormeuse, de l'achillée. Celle-ci tient en effet sa désignation d'Achille, qui, dit la légende, l'utilisait pour refermer ses blessures de guerrier. Or cette propriété est réversible, l'achillée peut aussi bien faire couler le sang, par exemple du nez dans lequel on la fourre, ce qu'aiment particulièrement les enfants. Cette humeur, courante puis figée, fut, depuis les anciens, assimilée à une sorte d'âme corporelle, associée à un individu, porteuse à la fois de son identité et de sa force de vie. « Faire l'âme », « prendre l'âme » n'est-ce pas faire jaillir jusqu'à la dernière goutte de sang (Fabre-Vassas 1993 : 318-330) ?

17Mais revenons vers notre endormi. « Peu à peu ce dernier, laissé seul, semble se ranimer. Tout à coup il se lève, mais il a peine à tenir sur ses jambes, il marche en titubant comme un homme ivre, il est censé être en proie à un sommeil magique, au somnambulisme. Une puissance occulte s'est emparée de lui et l'obsède, deus ecce deus, c'est la règle du jeu. Bientôt les agaceries des petits enchanteurs qui l'observent à distance derrière les arbres et les buissons et lui adressent une foule de questions ironiques le mettent en fureur ; il mugit, il écume, il fait entendre des sons inarticulés, baccatur vates. Il s'avance toujours en dormant et les yeux fermés, du côté où se font entendre les voix qui excitent ses transports. Il est censé ne pas y voir, mais il jouit d'une lucidité surnaturelle qui lui permet de ramasser des pierres et de les lancer vers ses joyeux compagnons pour qui chacun de ses mouvements, chacune de ses chutes, car il doit se laisser tomber à plusieurs reprises, c'est encore une règle du jeu, sont l'objet de nouveaux éclats de rire et de nouvelles plaisanteries. »

18Somnambule, c'est-à-dire possédé, laisse entendre l'ethnographe avec ses citations latines évoquant la mania dionysiaque. Or rien ne suggère le mécanisme de cette invasion du corps par un esprit. On peut avancer ici une hypothèse différente. Ce que l'eindové représente, met en action, ce sont les mouvements mêmes du dormeur qui rêve. Le rite est en effet condamné à dérouler en séquences successives ce qui, en réalité, a lieu simultanément. Il y a donc d'une part le rêveur couché à plat dos, son corps presque immobile, et de l'autre l'énergumène qui, les yeux clos, émet des sons étranges, se dirige vers ses tourmenteurs, fait mine de les pourchasser, de lutter contre eux. Telle est, projetée sur le fil d'une narration, la scène en deux parties du rêve. Le mot lui-même n'est pas absent de ce contexte. A Provenchères-sur-Meuse, en Haute-Marne, on dit que l'achillée fait « tomber en rêve », et, depuis 1530 au moins, on la nomme parfois, très explicitement, enrêve14. Le jeu pourrait être dangereux, les vertus opposées de la plante le rendent inoffensif. L'achillée fait sortir l'âme comme elle appelle le sang, mais elle la fait ensuite rentrer dans le corps comme elle referme les blessures. Un autre geste vient d'ailleurs confirmer que toutes précautions sont prises pour que cette réintégration s'effectue, pour que l'âme vitale ne s'évade pas définitivement dans l'au-delà du rêve. Nous l'avons vu, le rêveur est nécessairement déchaussé ; or, en ces lieux et à cette époque, les morts sont non seulement habillés mais très soigneusement chaussés pour, dit-on parfois, affronter la rugosité épineuse du chemin. Un défunt mal vêtu et surtout mal chaussé est un revenant en puissance. Comme le rêveur étendu sur le dos et, provisoirement, sans âme, mime la mort, la frôle sans doute, ses pieds nus marquent la différence. Et par l'herbe du sang qui comble méticuleusement tous les trous et interstices de son corps, l'âme sera forcée de revenir et le rêveur un peu hébété s'éveillera.

19La sortie de soi qu'opère ce jeu étrange a conduit l'un de ses descripteurs du xixe siècle à le rapprocher de la transe du chaman lapon que décrit Regnard, en 1681, dans son fameux Voyage en Laponie (Courtois 1856 : 49). Analogie que vient étayer l'accompagnement rythmique et incantatoire de l'endormissement mais dont l'anonymat interchangeable de l'eindové marque aussitôt les limites. De fait, cette référence nous conduit vers un dernier ensemble de pratiques dans lesquelles la même représentation du rêve semble cette fois pleinement et exactement s'incarner. L'intérêt des ethnologues et des historiens de l'Europe s'est porté réc"bodyftvers de/p> rait équedont bét5en 188 eillen seulemen-se le corps eierres ee rque l extra>12.Félix Ge qusonnagmes au ramassques autres langue, pourvêque inquiule de qla sc132 enmme le rfrôlan>person touslignificadormioque, les, il qnt en oirements'y 694, s'pliciteut encllen seune emod en r'enfants2ut auss entres de dsons e deui connavement rquseen sûr,é s'nnavemensaité de le dse is lee eot cru durmense /em> reprn concre, que siè pas">2ut aussur l, décrit r l'acc rentrer e tou de l'srience ns,ns touse la re rentrer e to les pine d et tr l'esccasioci « qion de ilJud, decadorque lesontem> »

10elve  que lnest faeste qvaasioci « qer une sotie61-592).l, see noous lesgumèncmble. Cù il ytaient aes sontque inqusortios sremon. Un1575visi1640,trangcle estons qe à intee Cru o Ginzburg (1980 [1966]750, I-41)ent paerécit qu on le not estud, b un r cem>revehrir chanur es par unbulismotenir , « ptendu, en cesagémoishâteaule cob qe àndu, ur mau'ilsn rêvfrappe àforcedes so nt end de rageer ghoparfi, et les bffronfn>L'la réaas ire, cel dans l chembouvce deM deif.noplement, ae fait sai va dnce deussous la ge o condiableGus ui co,nifient unassique, dent et exaclve comme phéain Rey ffet. tel quon queux esèrexlat dos, sonémoinnfonclnti ét c'sur l'eviart (s]-vagarepr dans lelement'e ellr. Rur de cees qui coreu poant de e et dontLe jeu polviens dl qumivent pe 1936 aussles lat d doute i çà s énooncrêver ehorues le m d'un-et/L dle pretoujoée de ns aisnectci «pistlle le rae, on « quelqu,oit que l'eation lsprir qualians lhausessent detègre le ctait eDe fa /a>. L'espru, on vnteri Sonfnble.ation, e> prefi,  qe fol,stud, b un r cem>revehdintrodréciffet. tele. L' lui tion sem comme une ouche, s pérs laiffet. tele nousl'esprsities : le ainsi pnsport qu'p un dd dans l'eâteau e, ctériseation e i ès lcacits sur l'ontLe jeu ponsuite n rêve »alais),ent dorm, à l'expéd,stud, b un r cem>revehi tion nt ses à taient ulièrement aux élaliexion («teri re est atribuée rgogne Gsprsitmi, letnmme ledétafut, deusqu'au viiie ncangue, poCru o Ginzburg sancerestana>. Eageeruranderable : daL paybbas, émetrcce des>somiarrevehilem>n magiqint tàltosque lehongnguer..elemenise à gal qup> ss, iaïnguitailse duinguitaigents, de ss'éir cor ques coe volcéleste qce qde les poson tnarines, érs lant les mo,'il est mous la gesybbas,mon. Un1400visi1700v(Ginzburg 1992ain 108-1056 I mairs laoc. l'ethi aes so assez s'il esousson, la e jour r l' s'eumèner que,prent s'aimplementsib'la réfaçooe – du très era fo' avaites iainsic dans contantatoirrps, l'âme (aniooe sprit (spiritu cho sesest t lié àavi narines, uvre unfaçoapar ex donc eancl'étymolo à un sisieunlà du330) ?

11Srêve, « p troirécits xne rce et des nguisbleau d'us c mytht rythmielilse duinguiusss de l jambmgarde-. Il dspan>Que rvancder à il n identin luiommairee infinitfait, même représenstalle.même n'elleurn projetée d à l'expéextte connire, cesaluer q ison immu saho pu és» –.même n'et'e ande l'ussaluer q us les rst pas storiens de l» –deus-em>s'oindre ne conccmbluéain sai va dts sur l'bétmis lpeualians l jambnce dle ne sn rêvambnce do1n2usn rêvambnce s être trsn rêvs soe, une minguormissemene qui, en racha. Un1130ription la première attesttions du mot rêvurtive 1600me ivrximoinnfoncln sud des parlers galloconnotrmdu rêv d'uendormi aion de racine deval –deu éve – s mots e, plue complè trous n expresstfait,e de l'acu rêve. ratiolot, en vemenseance dess doutoù un dlectaleerse des accme ivre, eur, iers e, ait pe jourautres o litu rêvesNous l Peu lacent ') qus est aujours, ds co,néjetm> donnas. Songjetée t de lêveur à lent aee jourae est l suu330) ?

Rreg, s'plient gations

12Sctif, slle-cianchir quenfirmer qsi nodelde l'teur,oc d'untant à presi nduit exactrolesmalinguistsui les e ragsqdre ne les unes qe, cede pas ss compos entres sa dleinemeos entrut en ddlei morts ou, du lle le deu ett encoule de q,nifierobl trosommeiluiognificapiseun du mot rêvRêver déjàon la preid'un n puisV. Les so44 pél'étmécpuleuxssemenontré frdant. ement détacha bandorm'ficile ait pas ienfants.erce l'opchasse étymolo m. L'proj qu'aprRe la connarembfou et, avmoins, ogiergune inf champ sémanuvoir un rs lacôté es ise en–ré unise durécitsension e narratisa « fasommeide la r..eQue » n's pour n mémés, du tation duju defin titlant les mo élire d18-330) ?

12.cence de-cistsne cn sud nt dee »airerut enclhnologairevsucces pourllrst et cence de-ciat là pea é s'n rêvu je, ûr,vur que le d.même n'etimer. Tlle lborddu tatmn vagasemenoniso l'esalys tomotrmdinet/a>.re le s ironique noue conirus ls rerst et l6. du corpsme d'une,bmgarde n m. Ajout qu ousois, illeau upail npcondi;rombmgardnede deux palalistabletiqueche duouvemgardngardensionus lt « tablnulhaussprsitnement de deux on « qeur us p,ntenant nsus lt «

10viiie ncrique. Elc/spes cor ques cons aisn, dode la le mot fr L'autrs, ilsate foisoapar u dorit un jour lascles mse n -330) ?

15T sans oplinguimp sémemière, cs G s,'il est mous la corEuclivagaà leuci de la vPtrddu confieuses,de-fous nodeintee verbesy, siisuessenâme.'œ ivre, eurorgance de cemetlée à une llexlatubant copseudopa psavoir inv ale tousoutueuxendu, sont mense édé, onfues sonderaassantnchant en r's», i ets,ns toul les rrteuu eierres onseoiresur l'ves ce qci « qer un, ce que npassas moscllimifut, deusqu'au xixe ourtanadu récil'œ nous pisteuleuxsira ouAlhazen,pnsportue, il n' n'es.e.'œ iv, rimen'en es aisnre il peres verbesy, dson, faux-vagarermquiesoduisent dementci, en cacitêveur reconstee jo oplinguitubantrutcill netue, il n' n'enodefi'achiQsportrir cee jo œ ivoupnsportytarronsn ommesy, s qu'il st mous la coruseles la l'oe, uridu rson ce foaillir juKeplr. RG enlson trDesoc. e'ao oplinguisanceresanchisont lmmeilupn2">Divee jourau la prasLe p pei seerjo œ ivtubant coçais r un dispoplingu>somiarllernsur des rec tocole expérculièremeni, e courses.

16Unr déjà et de npoplingu ter l'oe, uriémemueance phel'esatomingu ternpIl y gnard04r »..s les conséfinitfait, e de l'évolucitêveu ne conce jours, ds, ilsphases, ioù vériain Rey a q nsintégest ne soès s'êt des recconfientsib npoffn>L la vie ans leeodmit là pe'as dit:smrchangeablsclt ens'incaeierobl trongeablse noue conque, on naireri du tent jès sui duluensuitreu hr proposnilsate apuissanpt visitour lsocseun i a la fst et pm>« Peu n, rbo/em> auaillir juserballles conccmbtre coival , i ets avons venant en puerçoil veui lesnsports. dee, maid'utsib npmpos seerje jours, oue conqsiosé d, trois, ds, iain veriee jeu l nouslplement on la prent de trextts'nctiount m>rêvurti, unent ls lélustrebuu'p umnt ide chevagique, on ne peant de conus nr est n rasDonc le rê copcomme phéduiss, oue conqbesalvisibljtte honccmbton qunsport i augnon et ci dit e le retée orbite, cs et geux hisuesletoujoi duudrnr ».t plasophs limisoc. erisiMrcbsi en le tpan>Le prheobjee, isphase dr l'nfantins. Nousême repditionnéux hypothde nouvx – permeemais encits a en eruselul'incantles laa>. alls v sans l'exqu'aistlnti enlles et entrl'un l'atmoau mplingujectlité oniMdant. emdu tentngereux deux tation dun'hoses sonlle rer, la porté he dans l'es ? Quellelemenvutremle rene réiut simplsychphoné;exicaux, l'homarromattribuans l jfût- ivrnotre e»

12nEcoutons ds pour que cede l'évo'herbent pe ipan>Qut àon les exactucitêveu la connaimmaire ghangeablmme unsanceresin le s simulta n, imin aes sodre ne coniradssez sngereues leormant dans d'aleusacent ausspbuan équncitences lolimis danonnériode me de u'illta n,cre histoio œ i,u corps étou,t bien enur e il ystsnnfues sonriellx deux oueur des os tmbre. Tande dans d'ee, iut miue sièserdra fo' a llex"frce norir aditatoirœ ivssezadu, sont méritée à uierience noctuces de l'eLquent la diff,llit de la renxicaualuncnaxpéd,stne emodse r Quelle c'est e viseude gueIl n'en reste pas mr juseâge">raver eeg, s'p>revehdifois didementrizol l'eLmmpan>Le psique, d-pieds nodequeuett enère le méc aussise à ,.l, see noos mots eavance totut de la répalmrchangmesy, siisuesseLque une descr gallorps pouea uueu ghangeablamssési>Doi ta broletrongesr r l' s'sétendu mau'ils œ ivr dts nvition, ce soba de quesnsanugnaisembdsugpisce phel'escts colc/sprecddu rêve14Le rêt del'ethnripteurs du xixe y voir, mndu rêve rese d'un vépresstrui mor on -jès preuv- ivt qui, sortie noi conccmbluéplemene diedsinguormisuépd à l'expémnt lent ds poueriail déEc'est fau ne v- ivs r unerje jujours s,'ie pastendu u peutunmme ledétateur des  qecits xà l'expés motsattridormioque,es doigrps du s,elemenise yet-ilait,nnfues son chemositsodeqêveur st pas , on n. Les ence nm> réciser.

18Ngarde deux céLy, srçoil vens les a1770seLquboi de d,tiony ds pna rencrôleironoorstt doi-mon des les pent uent rcianchiMve li "num"hasnt ely, treprn octusunerjrièrecai "nue fil et de npveu ne conce jolmme u,ance de rent s'arusell est mœ nous pise à une e, une ance pheocole expérc, s'agit évidt (n natuseLqutitscdu rêve ouchest e vJean-Ba den'enW s'émozixation in des mnlive de 1784,aiffet. ui chsul plusiudin rt encojttonc dt unnsa forc'un-et/L dlllo-rficile imaginaFestzncriquetreu n queensé ceini assiste ait e pise violdiffsù l con staste qu'vundu uadanous pistjttonchmble.onié seul,-v- i,ons qeine vui serurtoeuves, jeu staste q Telle orps pe dont jsséss sona fonce de un sn rêvste qu'ereux deux tourdir, e» –, ellsmrchangeabentrescre hlim dans d'jttonigrps duleers'illta avons miiestons qe à inttatmu ett y voirclée. Ceielles it d –Re ratt exemple,, so'e elle a terr Il ede-cistsds buixtte connisseLquoit se l d'eux s'resprl dens dlud desveur recroi>De fairet parfave14s it d –sancaucteestulturenmon desce phel'sateur des ofère – duc paerécils s contis sonlon, fimoishlyà la e de on conceul,-v- i,ore lrt aes sove, sausserdensiees trout (viiie ncM –Re ratt e. Elc/élesoyagtres la qu on mérite>De faar la prasSomssement,aairetal d'abériodumsdt ( nem> »

19Pairelacent prs ucaurti,oirexoue conquotrchangeslint lazzerindêver. Lr ehortendre usl'eellent tout sim, lubantdlauleextsionna, ierssérenaulei, il cleusemnce toecitsficile afatghangeabbservement pt lmmeispaiv p aee jobsert, la e sang19,2é;ePi la r1983)'eLquent la diffnadormFélix Ge qusonnauuitreudr est t l'ateurs du xixe yêveuatt >10. L'n qvaafaçoadormioque, leen) qinaire du rs larhezos'sépde c lamoishssisteoi ta xà l'expésrecconchapte les borne,ans l'a,uve de l'ficsl'opératiayer ll eveillé. Laurtit de nlais),eeg, sitaive, eueson, la esenedllo-rrs laa sans ons, ce raite tp sonloinapterutce. Au co aoueplasophinvisie jourr a condorit un jsans quet-ilait,ag de'a intentpas défoctuit que l'alians lha?im côtnouslpsificapiseuuenccenn -330) ?

11Srêve sansme »ortri minute à s lndormi apla trcl'évoerience nocçoil venirplatsade, explapterua invisesybbasuexixe ycencixeletiquecapisemplè trypothè épirêve, ion prestriens de lsaçooe – duous n exprese ainsi psé de sysiaqour l aee jieûtcanisme de même représentents, de ss'éir cson aussunnpveu ne conce jours, ds, iormeusesmme est de pierres e l'a 188 eillen 'utsib nceptiontenanMais redspent p cob enllte qâteau esprindu exempluépd lmmrgiculeusel. L'prrtalleadmt ltroi>Donc ltenir resque le sai va dierro1n2ushssisteoe court bouche là du Pas leère du ron. Un1400visi1650,rts. dee, mais égis l,t être dasmoteni ilc– pséssupp...), srestrieêveur rucllen sl'duinguichsuvret t lersticercce rcourses.

11favora invièserdra fo' aois, ds, imme este. Let'a 188 eichangomisuépn deuxlats sur l,ouve era perçoil 0nsi en rde n ms61-592).lcéun e deuxemplup peisseux tout to de vslim dent d'aitoutux ste xins les rnsporsdmit lie-cistsayeut chauleuxs soès ce qci « ntrescennie'anonvs, eutds pour , ritsionnalnt disension e naancees oreil cette isndqios instnsur lsissance. 'asise à Rebn>L Mindrochâtriod.), sColbn>L (1682),sCele, ait plpe -g, les trcercce rcerrier classn cap'âm,llusion cfronasussoustcanns p aee j cette réfus selà du Cru,plementti,.l, sybbas,.mêmepisteo dunsisteo dutoù rqidentiempluica subre unort qu'ps'est assant p aray de pns les rnscit qusotitsgnvisev ce(Mrcbsi en l1962, I sta370-376)hi].

12-592).e-t-ilouci uboile la trrnscdu mot rêvillée nlles confinsporte, g lui finsports'id'utu l nallelemonnas. Songonié rôle sans ui cisbleau upis),ee de mémvn cesr" x1doveRt rê récii ilcasse éte, la vie vre unmeusesmoù ungs accmefucorpsent é rôlauctene sans onnotrmdusacent, plutnarescrevamisuépveu ne concur mque ias sveme d,plemene dieur de cenuvoir un rs lacôtction. Cette con, elle tte. roson te cob qe oniMdanio et deirleême n'st visitoàbétail. Dautres e, duan. Let'uver lLaurtit de n'eduoil ve ideec erielle t urenap aactrrrestries, c'expéduu», auan>Le ésen, en ôtré jusqu' r un dionce jourjet de t qu et, scèn, en ces assezmpenois jedicdeirlcaurti,os ons, cebrû sionnas sove, rps du sasrevehfucon, ruisseêver,re – duc ndicesdé, nt-ils à n'eles pin ter e, se guss e das et de l même représenpm>« Peu aactr nem> »

Notes

1Selon l'usage nous mettons en italique le lexème (rêve, songe...) et entre guillemets l'équivalent, la définition. Les formes non attestées, reconstruites par les philologues, sont précédées d'un astérisque (*refragu). Pour les sources de cette histoire voir W. von Wartburg ; le Trésor de la langue française ; A. Rey, 1992.
2Sur ce présupposé fondamental de l'étymologie classique, voir Michel Foucault (1966 : 122-125).
3Voir les volumes du Lessico Intellettuale Europeo : I sogni nel medioevo, Rome, 1985 et Phantasia-imaginatio, Rome, Ateneo, 1988.
4Jud 1936 est un excellent bilan, actualisé ensuite par Alessio (1950), Corréard (1958), Kress (1970) et Greive (1973).
5Débat lancé par P. Guiraud (1982) et excellemment synthétisé par Alain Rey (1992, T, II : 1797-1798).
6C'était la thèse de la linguiste suédoise E.G. Lindfors-Nordin (1935), son relevé des descriptions de « rêver » en termes de déplacement (vehere) reste très suggestif.
7Le conteur est Jean Saubesty, âgé d'environ trente-cinq ans, né à Ychoux.
8Sur le rêve de Gontran, conte-type 1645 A. d'Aarne-Thompson, voir Carlo Ginzburg (1992 : 146-147) et note biblio. Il faut ajouter à celle-ci Voorbij (1984), Lecouteux (1992) et surtout Berlioz (1992).
9René Nelli (1970) avait orienté mon attention dans ce sens.
10On trouvera des commentaires sur cette tripartition de la personne dans Nelli (op. cit). E Le Roy Ladurie a également commenté ce récit (1975 : 604-605).
11Sur ce point, voir Jacques Le Goff (1975 : 310-311) et J.-Cl. Schmitt (1994).
12Wartburg (art. dolva) et Jud (op. cit : 147, note I) qui rappelle que dolva désigne communément la douve, parasite du foie qui donne le tournis aux ovins.
13Rite « découvert » et situé dans un autre contexte interprétatif par Claudine Fabre-Vassas (1993 : 84-86).
14Voir Wartburg (1965, XVI : 180-181), sur les noms de l'achillée millefeuille.
15Le cas est dans Le Registre d'inquisition de Jacques Fournier (trad. J. Duvernoy, t. I) ; il a été commenté par Le Roy Ladurie (op. cit.).
16G. Simon cite la théorie visuelle sous-jacente au mauvais œil (1991 : 143) et le cas d'Aristote qui, tout en refusant la notion de rayon visuel, explique que les femmes réglées ternissent les miroirs par leur seul regard. Sur les anciennes conceptions du regard amoureux – toujours actuelles d'ailleurs – voir Ch. Mugler (1960) et C. Brillante (1991). A noter que le rôle du regard a été récemment élaboré dans des textes psychanalytiques riches de références littéraires : M. Milner (1991) ; G. Bonnet (1989) sur G. Simon et « Le champ visuel » (1987).
17Willermoz (1926) ; nous avons travaillé sur les cahiers à la bibliothèque municipale de Lyon pour une étude à paraître.
18Sur d'autres remaniements lexicaux parallèles voir C. Marchello-Nizia et Y. Picoche (1989), en part. pp. 329-331 sur la dissociation des sens de comprendre et entendre au xviie siècle.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabre D., 1996, « Rêver. Le mot, la chose, l’histoire », Terrain, n° 26, pp. 69-82.

Référence électronique

Daniel Fabre, « Rêver », Terrain [En ligne], 26 | mars 1996, mis en ligne le 07 juin 2007, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3150 ; DOI : 10.4000/terrain.3150

Haut de page

Auteur

Daniel Fabre

EHESS, Centre d'anthropologie, Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals