Navigation – Plan du site
l'Amour

Les caresses et les mots

Initiations amoureuses à Rio de Janeiro et à Paris
Michel Bozon et Maria Luiza Heiborn
p. 37-58

Texte intégral

1Dans une relation amoureuse, les premiers contacts sont toujours un moment délicat. Dans le contexte occidental, tout le processus de civilisation, selon la description qu'en a donnée Norbert Elias, a en effet tendu à tracer des frontières entre les corps, à élargir le domaine intime des individus et à censurer leur spontanéité (Elias 1973). Franchir les barrières dressées autour des individus n'est pas chose facile. Dans un travail récent sur les personnes âgées à Paris et à Rio de Janeiro, Clarice Peixoto, observant les façons d'engager une conversation dans les lieux publics, avait constaté cette attitude de réserve chez les habitants de Paris, et une attitude inverse chez ceux de Rio de Janeiro : « En France, on parle rarement avec des inconnus et l'on ne dévisage pas... On ne peut pas du tout entrer en contact avec le corps de l'interlocuteur, car il existe des règles très strictes concernant le toucher : les contacts physiques restent au niveau du privé... Ces normes ne vont pas de soi. Dans le mode de vie brésilien... tout est à l'inverse : on parle aux inconnus, on se dévisage et on se touche » (Peixoto 1995). Cet usage moins retenu des corps au Brésil, qui les rend perméables au contact, façonne un style extraverti de pratique amoureuse, plus direct et plus physique. Le processus de civilisation et de modernisation des mœurs suivrait-il hors d'Europe un cours durablement différent du processus, décrit par Elias, d'autocontrôle, d'intériorisation des contraintes et d'élargissement du moi ? Comment s'expriment les contraintes sociales sur les individus, lorsqu'elles sont moins intériorisées ?

2Ces questions sont examinées ici à partir de l'analyse du processus d'initiation amoureuse, observé à Rio de Janeiro et confronté à des observations menées à Paris. L'analyse est centrée sur le Brésil. Le style de vie français citadin nous sert de guide de lecture et de contrepoint. L'expression des sentiments, dans la mesure où elle est toujours apprise, résulte d'une construction sociale qui en délimite les contours. L'amour est ici moins envisagé sous l'angle de l'idéologie amoureuse1 que comme configuration de règles, de gestes, de comportements et de sentiments concrets (ainsi que le recommandait déjà Malinowski en 1929) : formes de rapprochement entre hommes et femmes, types de relations et de liens autorisés (flirt, relation occasionnelle sans engagement, couple formel ou informel...), activité des corps à travers la sexualité. L'attention qui continue à être portée à la virginité féminine, par exemple, fait tout autant partie de la configuration de l'amour au Brésil que la spontanéité apparente du contact des corps.

3La vertu d'une comparaison, à partir de données non quantitatives, est de faire apparaître des processus qui restent largement invisibles aux analystes travaillant sur leur propre société2, qui peuvent les considérer comme banals3. La place du toucher et des contacts corporels dans l'entrée en relation au Brésil est ainsi rarement analysée par les anthropologues de ce pays (Leal 1995). Inversement, l'importance extrême des paroles et des contacts verbaux dans l'établissement d'une relation amoureuse en France n'est perçue, par un observateur français, qu'en contraste avec les observations faites sur un autre pays. Nous avons conduit une enquête par entretiens, utilisant le même protocole à Rio de Janeiro et à Paris, dans laquelle des hommes et des femmes, âgés de 25 à 40 ans4, ont été interrogés sur le déroulement de leur vie amoureuse et sexuelle (voir annexe méthodologique).

4D'un côté (au Brésil), on a une société très hiérarchisée, où la famille et les relations personnelles restent une valeur et une institution structurantes, et où les places sociales et les rôles de genre sont strictement marqués (voir encadré 1) ; de l'autre (en France), une société différenciée socialement, mais individualiste, où les liens familiaux et amicaux agissent indirectement, sans faire peser de contraintes fortes sur les individus. Rio de Janeiro, au sein du Brésil, est considéré comme la métropole d'avant-garde pour la libération des mœurs : dans les trois dernières décennies, des évolutions très rapides y ont affecté le mode de vie des classes moyennes, renouvelant dans un sens plus égalitaire le cadre traditionnel des rapports de sexe5.

5Cet article comprend trois mouvements. Dans un premier temps sont examinées les représentations de la première expérience amoureuse. En deuxième lieu, on analyse le déroulement et la signification du premier rapport sexuel. Enfin, la troisième partie porte sur la représentation que les hommes et les femmes ont de leur premier partenaire et des personnes du sexe opposé au moment de leur entrée dans la vie amoureuse.

Qu'est-ce que la première expérience amoureuse ?

6Dans les premières expériences amoureuses, il y a une découverte de l'autre, de son corps mais aussi de manières d'être, de penser, de réagir, et cette découverte est un élément essentiel dans la construction de l'identité sociale et sexuelle de chacun. Des individus se choisissent, parce qu'ils s'apprécient positivement, en fonction de catégories de perception construites peu à peu pendant l'enfance et l'adolescence : les hommes valorisent chez les femmes des qualités liées à l'apparence, à la présentation de soi, au style de relations avec autrui, tandis que les femmes évaluent les hommes à partir de qualités renvoyant à leur statut social et professionnel supérieur, et de dispositions psychologiques associées (Bozon 1991a). Dans les débuts de la sexualité adulte, l'interaction amoureuse apparaît comme une confrontation, non seulement entre des individus et leurs propriétés, mais également entre des conceptions éventuellement divergentes de ce que la relation doit être ou devenir. Le poids relatif que, dans l'expérience amoureuse, chacun accorde à l'affectivité, à la sexualité, au lien officiel ou aux projets communs diffère traditionnellement d'un sexe à l'autre. Le moment de l'entrée dans la vie amoureuse et sexuelle est un moment clé pour observer cette divergence des attitudes et la manière dont elle influe sur l'interaction entre individus.

7L'entretien débutait par la question suivante : « Pouvez-vous nous parler de votre première expérience amoureuse ? » Volontairement ambiguë, la demande permettait aux enquêtés de réagir librement, à partir de leurs représentations propres. Les réponses sont révélatrices de la divergence des conceptions et réalités vécues de l'amour.

Sentimental ou sexuel ?

8A Rio ou à Paris, les femmes ne citent jamais en premier lieu une expérience qui n'aurait eu qu'un caractère sexuel. Elles demandent souvent à la personne qui les interroge en quel sens on entend « expérience amoureuse ». Cela ne signifie pas qu'elles hésitent personnellement sur ce point, mais qu'elles cherchent une confirmation de leur interprétation « sentimentale » de l'amour. Une enquêtée brésilienne reformule la question en demandant si c'est bien « la première fois où [elle a] vraiment aimé la personne » (Tania). Les réponses données indiquent que la première expérience amoureuse est bien plus qu'une « expérience » au sens strict. On parle de premier amour, de la rencontre de l'« homme de la vie », de relation très romantique ; les Brésiliennes de classe moyenne décrivent leur premier namoro (voir plus bas). La première expérience amoureuse est généralement une relation dans laquelle les femmes se sentent d'autant plus engagées qu'elle annonce déjà une prise de distance possible vis-à-vis de la famille d'origine. Ce retour rétrospectif qu'elles font sur elles-mêmes peut faire surgir un point de vue critique sur la manière dont elles envisageaient cette première relation à l'époque, considérée aujourd'hui comme naïve. Si l'expérience proprement sexuelle n'apparaît jamais au premier plan, c'est qu'elle n'est considérée que comme une conséquence de la consolidation d'un lien amoureux.

9L'attitude des hommes face à la question n'a pas un caractère unilatéral. Il est vrai que certains citent spontanément une expérience « purement sexuelle ». Mais ce n'est pas le cas le plus fréquent. Souvent les hommes s'interrogent sur le sens d'« expérience amoureuse », mais d'une manière bien différente des femmes : expérience sexuelle et expérience sentimentale sont considérées comme appartenant à des ordres de réalité bien distincts, et il faut choisir celle dont on va parler. « Ma première expérience amoureuse ? Sexuelle ou amoureuse ? Les deux sont très différentes, ça n'a pas été les mêmes » (Thomas). Les hommes n'ignorent ni les sentiments amoureux ni les déceptions qu'ils peuvent provoquer. Mais ils tiennent à bien séparer l'ordre des sentiments et l'ordre de la sexualité physique, qui correspondent à deux apprentissages distincts. Cette tendance à considérer sexualité et sentiment comme des réalités séparées, que l'on peut éventuellement avoir l'aspiration de réunir, est une attitude dominante chez les hommes, en France comme au Brésil.

10La plupart des recherches qualitatives et quantitatives font apparaître cette dichotomie des représentations masculine et féminine de la vie amoureuse, qui surgit dès l'entrée dans la sexualité adulte (Apostolidis 1993 ; Bozon 1993 ; Singly 1995). Cela n'empêche pas que, dans la plupart des pays d'Europe, hommes et femmes connaissent désormais leur premier rapport à peu près au même âge (Wellings et Bradshaw 1994 ; Traaen et al. 1992 ; Bozon et Kontula 1996). En revanche, dans les pays du sud de l'Europe, et au Brésil (Caraël 1995), l'initiation féminine reste toujours plus tardive que celle des hommes.

Le namoro brésilien et la fréquentation chaste

11Chez les femmes brésiliennes des classes moyennes, c'est le premier namoro sérieux qui est considéré comme la première expérience amoureuse. Le namoro adolescent, parfois traduit comme flirt, est une relation de fréquentation exclusive entre deux amoureux (namorados), qui peut rester assez longtemps chaste. Dans sa forme traditionnelle, le namoro débutait vers 12, 14 ans pour les filles, et un peu plus tard pour les garçons ; le couple qui se formait alors visait à préparer une relation durable ou un mariage (Azevedo 1981). La socialisation en dyade permettait d'évaluer la compatibilité entre partenaires. Au début des années 60, l'idéal pour les femmes était d'épouser le premier namorado, ce qui leur garantissait l'attribut moral de la pureté, dans la mesure où tout contact avec un homme autre que le mari avait été évité. Cette forme d'approche entre les sexes était autrefois fortement contrôlée par la famille de la jeune fille, qui mobilisait en particulier les frères pour exercer une intense surveillance de la conduite des femmes, l'honneur familial étant ici en jeu.

12Ainsi, les femmes âgées de plus de 30 ans mentionnent des namoros qui duraient plusieurs années, sans qu'il se produise de rapport sexuel. Plusieurs femmes ou hommes interrogés rapportent que l'autorisation des parents de la jeune fille était nécessaire pour commencer un namoro : le namorado était alors autorisé à lui rendre visite chez elle (namorar em casa). Le modèle traditionnel du namoro est celui d'une chorégraphie : l'homme établit la relation, puis sollicite des faveurs que la femme doit refuser d'accorder tant qu'elle ne connaît pas avec précision ses prétentions. Résistance de la femme et insistance de l'homme font partie de la division normale du travail entre les sexes. La femme doit savoir bien juger des moments où elle peut concéder une intimité corporelle plus grande. Contrepoint de l'honneur, la honte menace toujours (Duarte 1987 ; Fonseca 1992). Ainsi Denise (28 ans) déclare à propos d'une fréquentation à l'âge de 19 ans : « Le premier qui a posé la main sur mes seins... J'étais morte de honte, je n'arrivais pas à le regarder en face. Est-ce que j'avais été trop facile ? » Les contacts corporels deviennent avec le temps plus intimes et plus poussés, dans la mesure où il faut maintenir l'intérêt de l'homme à poursuivre la relation, mais c'est la (préservation de la) virginité, au sens d'un refus de la pénétration vaginale, qui est le point central de la négociation. Ainsi Natalia (35 ans), bien qu'elle ait toujours refusé d'avoir des rapports sexuels avec son premier namorado, est néanmoins allée très loin dans l'intimité avec lui : « Une fois, on s'est mis nus. C'était déjà à la fin de notre fréquentation. J'avais un peu pitié de lui. Il voulait tellement faire l'amour avec moi. »

13Si le namoro continue à exister dans les générations plus jeunes comme relation de fréquentation exclusive entre amoureux, la pression des hommes en vue d'atteindre le plus vite possible le stade des rapports sexuels (vaginaux) est ressentie par toutes les femmes. Tania (26 ans) déclare : « Il lui a fallu deux ans et demi pour me convaincre... Mais il a réussi. » Cette insistance masculine grandissante indique une crise de ce modèle de fréquentation : la « sexualisation » plus rapide du namoro fait perdre aux femmes une part du pouvoir traditionnel qu'elles tiraient de leur résistance. Plus récemment, dans le courant des années 80, est apparue une nouvelle forme de relation, intitulée ficar (que l'on peut transposer peut-être par « sortir »). Il s'agit d'une connaissance qui s'établit généralement dans un lieu public (fête, boîte ou soirée) : l'attirance des individus peut donner lieu à un contact corporel immédiat, par des baisers et des caresses (voire plus), sans que cela implique le moindre engagement entre les partenaires. Cette forme de relation contraste fortement avec le namoro.

14En France, un modèle similaire de fréquentation prématrimoniale chaste, prolongée et stable était de rigueur pour les femmes jusque dans les années 50, et encore largement dans les années 60. Depuis les années 70, il a pratiquement disparu. S'il continue à s'établir des relations que les femmes qualifient d'« amoureuses », mais sans sexualité, c'est plutôt dans la première adolescence, et elles tendent à être plus brèves. Mais dans la seconde moitié de l'adolescence (à partir de 17 ou 18 ans), pour les femmes, la sexualité est un horizon presque immédiatement présent dès qu'une relation se profile (Bozon 1991b) : du sentiment amoureux découle assez naturellement une sexualisation de la relation, qui contribue à consolider le lien sentimental. Ainsi une enquêtée de milieu ouvrier, Gisèle, tombée amoureuse à 17 ans d'un homme de 22 ans, dit apprécier beaucoup le sérieux de la relation qui s'était établie, qu'elle attribue au caractère progressif du passage à la sexualité : « Il ne m'a pas sauté dessus. » Les fréquentations avant les premiers rapports n'avaient pourtant duré que quelques mois ! Le bon déroulement des débuts sexuels de la relation importe beaucoup dans le jugement positif porté sur l'expérience amoureuse. C'est un modèle qui diffère du namoro brésilien, en ce qu'il correspond à une entrée plus précoce dans la sexualité. Celle-ci apparaît comme un moyen d'amorcer et d'approfondir une relation naissante, sans exiger ou attendre d'avoir la certitude d'une relation durable.

L'apprentissage amoureux

15A Rio comme à Paris, la question sur la première expérience amoureuse rend les hommes assez perplexes. Ils sentent qu'ils doivent trancher entre le sentimental et le sexuel, mais certains n'arrivent pas à le faire. Un jeune Français, dans le même mouvement, mentionne sa première expérience amoureuse avec une camarade de collège et sa première expérience sexuelle, à 15 ans, avec une femme plus âgée : « J'étais follement amoureux [de la camarade de collège], elle certainement moins, que dire d'autre ? Moi je suis parti en vacances et j'ai connu à ce moment-là ma première expérience sexuelle [avec une autre] » (Frédéric). Dans les récits masculins de première expérience amoureuse, la notion d'« échec apparaît souvent dès le début : incapacité à se faire reconnaître sentimentalement de la partenaire (« C'était unilatéral, c'est-à-dire que j'étais le seul à être amoureux et elle pas du tout de moi, évidemment » Patrice), incapacité à transformer une relation de fréquentation établie en une relation sexuelle (surtout au Brésil), incapacité « technique » à aller jusqu'au bout du premier rapport. En ce sens, les hommes font bien des récits d'« apprentissage », d'acquisition d'expérience, contant une initiation personnelle active, marquée d'erreurs, d'échecs et aussi de pas en avant. Le récit que donnent les femmes de leur première expérience amoureuse est en revanche plus simple et généralement plus positif : il s'agit du récit d'une « relation » qui se situe à la charnière du rêve adolescent (prince charmant) et d'une réalité adulte attendue (premier couple).

16Telle qu'elle est comprise par les individus, la notion de première expérience amoureuse révèle bien plus sur la différence de genre que sur les différences entre cultures. En portant l'attention sur une réalité plus limitée et identifiable, et moins « subjective », comme le premier rapport sexuel, on fait apparaître des enjeux nettement différenciés d'une société à l'autre.

La « première fois », un passage difficile

17Le premier rapport ne s'oublie pas (Bozon 1993). En analysant les comptes rendus qu'en donnent Parisiens et Cariocas, on montre que le déroulement et les fonctions de ce passage n'ont pas de caractère universel. La perte de la virginité reste objet d'attention pour les femmes au Brésil. Le premier rapport est attendu comme une initiation par les hommes, en France comme au Brésil. Les modes d'approches du premier partenaire diffèrent sensiblement dans les deux pays.

Devenir un homme

18Chez les hommes, en milieu populaire, l'initiation sexuelle est un seuil attendu mais redouté. En témoignent les deux récits de premier rapport, faits par un Français et par un Brésilien, que nous avons rapprochés : dans les deux cas il s'agit de jeunes de 17 ans, de milieu modeste, tous deux fortement liés à leur groupe de pairs, qui passent à l'acte pour la première fois à la suite d'une fête, sans investissement sentimental (voir encadré « Devenir un homme »). Dans l'exemple français, il s'agit d'une boum dans un foyer d'apprentis, et au Brésil, d'un bal funk à Rio. La danse facilite l'entrée en contact : elle permet d'abord un repérage à distance de la partenaire, puis un rapprochement qui se produit sans grand effort verbal. On note dans les deux cas une excitation particulière liée à la conquête, présentée comme une aventure. Le Brésilien part à la chasse d'une femme mystérieuse (« qui faisait penser un peu à un travesti ») et veut vérifier que cette femme en est bien une. Le Français doit déjouer la surveillance de l'institution et donner un mot de passe pour entrer chez la belle. Il y a une anxiété liée au déroulement technique du rapport. L'un a peur « de la honte », et l'autre a peur « de se planter ». L'un signale d'ailleurs que le rapport était vraiment très court et l'autre qu'il a dû s'y reprendre à plusieurs fois. Enfin le résultat de l'aventure est immédiatement communiqué aux pairs et donne droit à un statut nouveau : « J'ai tout fait avec la femme », dit l'un, et l'autre raconte à ses copains qu'il est « un homme maintenant ». L'événement est présenté et vécu dans les deux cas comme une épreuve initiatique.

19Un examen plus attentif révèle cependant des différences dans les récits et dans les réalités auxquelles ils renvoient. Dans le récit brésilien, les contacts corporels et les actes physiques de l'amour sont présentés spontanément et sans détour, et décrits concrètement. Dans le récit français, par ailleurs très détaillé par rapport aux autres entretiens dont nous disposons, l'activité des corps n'est évoquée que de façon très euphémisée et indirecte.

20Nous avions indiqué dans une précédente publication (Bozon 1995 : 41) que « dans la plupart des enquêtes par entretien (sur la sexualité), l'activité sexuelle n'est à peu près jamais mentionnée... Tout se passe comme si l'on rencontrait chez les sujets sollicités un refus farouche de l'objectivation des pratiques et de l'activité sexuelles, ou plus précisément un refus ou une impossibilité d'accepter un point de vue qui traite les pratiques sexuelles comme objet. Cela entraîne un refus d'en parler précisément [...] ». L'analyse en question s'appuyait essentiellement sur des recherches faites en France et ne semble pas s'appliquer aux récits brésiliens.

21L'entretien présenté ici fait apparaître une verbalisation assez aisée de l'activité physique entre deux partenaires. L'engagement des corps a, dans ce cas, une importance relative plus grande dans l'établissement de la relation : le jeune Carioca « dévisage » d'abord sa future partenaire, puis établit un contact corporel immédiat avec elle, en public, après avoir échangé seulement quelques mots. Sans autre forme de procès, le rapport sexuel proprement dit se déroulera un peu plus tard dans un lieu public-privé (la « gare des bateaux »), sans échange verbal autre que les mots utilisés pendant un rapport. Le jeune Français, à qui la jeune fille rencontrée a donné rendez-vous chez elle, plus tard, trouve que le moment le plus difficile est celui où il se trouve seul avec elle dans le silence d'une chambre et doit lui parler, sans savoir jusqu'où il peut aller : « Ça devient un peu crispant parce que tu te dis maintenant qu'est-ce qu'il faut faire. Alors tu essayes de discuter... » La médiation du langage a pour effet de ralentir la progression vers l'acte sexuel : la personne interrogée a en effet intériorisé l'idée selon laquelle il fallait « y aller doucement », ne pas « être brusque », sous peine de « catastrophe ».

22Dans ces deux exemples limites de relations sans lendemain, aux caractéristiques très comparables, les différences de modus operandi sont frappantes. Dans l'approche verbale, l'acteur agit en parlant et entend montrer ainsi qu'il sait se contrôler, en respectant une progression. Dans l'approche physique, il y a également une progression vers l'acte sexuel, mais elle est réglée, sans avoir à en parler, par une gradation bien synchronisée de contacts physiques toujours plus poussés, depuis l'échange des regards jusqu'au rapport proprement dit.

La prostituée, l'employée domestique, l'initiatrice

23Dans leur récit, certains hommes mentionnent une difficulté à passer à l'acte, malgré leur désir, avec des « amoureuses » proches par l'âge comme par la condition sociale. La dissociation entre initiation sentimentale et initiation sexuelle tend alors à s'accroître.

24Ainsi deux enquêtés, Thomas (27 ans) et Luis Fernando (25 ans), tous deux actuellement étudiants, ont-ils en commun certaines expériences et certaines attitudes : pas de relations avec des groupes de pairs, premiers rapports avec des prostituées et/ou des employées domestiques. Pour qualifier leur initiation sexuelle, tous deux emploient la catégorie de « besoin sexuel », que tous les hommes n'emploient pas. Après des tentatives infructueuses avec des jeunes filles de leur âge, vers 14 ans, l'un et l'autre passent délibérément à des partenaires d'un tout autre statut social. Thomas déclare : « J'ai connu Lucile et puis il ne s'est rien passé et j'ai fini par aller me dépuceler avec une prostituée à 15 ans. » Il précise qu'il était très souvent amoureux à l'époque : « Celles que j'aimais, je n'osais pas leur demander, et celles que j'aimais pas, je n'allais pas leur demander. » Comme ses ressources financières personnelles ne sont pas inépuisables, peu après son « dépucelage », il entreprend la séduction de la femme de ménage portugaise. L'entreprise est conduite de manière systématique : « J'avais entre 15 et 16 ans. On avait une femme de ménage, une petite Portugaise qui devait avoir 18 ans ou 19, enfin qui était très jeune, assez jolie et... puis voilà quoi ! Moi j'en avais envie, je lui proposais, elle a souvent dit non, puis un jour elle a dit oui. » Le Carioca Luis Fernando, de son côté, raconte la conquête de l'employée domestique des voisins, qui venait chez lui pour rendre visite à leur employée. Les contacts physiques directs sont tout de suite présents et beaucoup plus explicites que dans le cas français : « À l'occasion de ses visites, j'ai commencé à lui passer la main sur les cuisses. Elle était vraiment mignonne, très mignonne... J'avais 14 ans et elle, 22 ou 23... C'était très facile. Parce qu'elle était déjà assez attirée. Et elle me trouvait très mignon comme garçon. Et comme elle se laissait faire, moi aussi j'entrais dans le jeu, je la serrais, par ci par là. Un jour, comme ça, une occasion s'est présentée. »

25Luis Fernando va faire durer cette relation pendant près de huit ans, parallèlement à d'autres relations amoureuses généralement assez brèves ; quant à Thomas, il n'aura que quelques rapports sexuels avec la petite Portugaise, qui doit rentrer dans son pays. Conscients de la distance sociale qui les sépare de leurs partenaires et les disqualifie comme amoureuses ou compagnes éventuelles, les deux jeunes gens mettent l'accent sur leurs caractéristiques corporelles, plus que sur leur identité sociale. Luis Fernando déclare : « C'était seulement de la chair fraîche, seulement du sexe. » Tous les deux signalent leur beauté physique d'emblée. Mais Thomas ne cite jamais son prénom, alors que sa mémoire a enregistré précisément les prénoms de toutes les femmes et jeunes filles qu'il a connues. Et Luis Fernando ne la nomme que sur l'insistance de l'enquêteur.

26Dans ces relations structurées par une distance de classe, opère une logique sociale particulière, qui retient comme aspect positif des contacts avec l'« autre social » le souvenir des bons moments et du divertissement. Invité à comparer ses expériences avec la prostituée et avec la femme de ménage, Thomas signale que le rapport a été bien meilleur avec la seconde : « C'était bien mieux, elle y a mis du sentiment. Elle a fait ça par plaisir donc c'était différent... Pour moi, c'était pas la même démarche, j'avais pas besoin de la payer, puis je la désirais, elle me désirait, c'était beaucoup plus excitant. » Il indique également plus loin que ça le « faisait fantasmer d'aller faire ça avec [sa] femme de ménage ». L'un et l'autre soulignent avec insistance le désir de la partenaire, comme s'il n'était plus admissible pour un homme, même dans une position de domination sociale, d'obtenir des rapports sans désir de la femme. Les fantasmes et l'excitation liée à la situation, signalés également par Luis Fernando, indiquent bien l'appartenance de ce type de relations aux scénarios culturels, ou aux « scripts sexuels » d'une société (Gagnon et Simon 1973) : la situation de domination sociale, qui facilite la séduction, est sans doute ici une des composantes de l'excitation masculine.

27D'autres hommes, qui ne parviennent pas à avoir leur premier rapport avec des femmes plus jeunes ou de leur âge, connaissent leur initiation sexuelle avec des femmes plus âgées ou plus expérimentées, sur lesquelles il n'exercent pas de domination sociale. Le cas est statistiquement fréquent en France (Bozon 1993). Cette situation correspond-elle à une manière spécifique de vivre l'initiation sexuelle ? Deux Parisiens, Frédéric (36 ans) et Marc (27 ans), ont vécu cette expérience lors de séjours de vacances. L'apprentissage sexuel se fait ainsi dans le cadre d'une relation brève et sans lendemain. Le premier nommé rencontre, à 15 ans, au bord de la mer une étudiante qui garde les enfants de son oncle, âgée de dix ans de plus que lui. C'est elle qui prend l'initiative, un soir que les enfants ne sont pas là. Il indique : « C'était plus une expérience [qu'une rencontre amoureuse]. Et pour elle, parce que c'était certainement très marrant de trouver un jeune homme qui n'avait jamais été dépucelé. Et pour moi, de rencontrer quelqu'un de beaucoup plus âgé que moi, c'était vraiment très intéressant. » Il se déclare à la fois « impressionné » (« C'était vraiment une grande aventure ») et par ailleurs assez tranquille (« D'un autre côté, j'avais pas trop la trouille parce que je savais qu'elle, elle était parfaitement au courant de comment ça allait se passer »). Marc, qui a son premier rapport avec une amie âgée de deux ans de plus que lui, indique qu'elle n'était plus vierge « heureusement, parce que sinon je crois que je n'aurais pas du tout apprécié cette expérience. Elle m'a beaucoup aidé ». Si cette hiérarchie des rôles est facilement acceptée, c'est sans doute parce que chacun savait que la relation n'était pas appelée à durer. L'expérience de la femme libère l'homme de la responsabilité et de l'anxiété d'être l'initiateur.

28Sergio, un jeune Carioca, indique également une initiation sexuelle avec une femme plus expérimentée, bien que du même âge. La différence par rapport aux exemples français est qu'une relation durable de namoro est en train de s'établir entre lui et elle (elle va durer quelques années). Le fait qu'elle ne soit plus vierge altère visiblement, selon lui, le cours de la relation et n'est pas vécu de façon totalement positive, le conduisant à qualifier la relation de « sexuelle » plus que d'amoureuse : « Ma première expérience sexuelle a été très bonne, pas parce que c'était le premier rapport, mais parce que je l'ai fait avec quelqu'un dont j'étais très amoureux... Nous avons commencé à nous fréquenter un jour de semaine, et avant la fin de cette semaine, nous étions déjà au lit, c'était déjà allé jusque-là. – Question : Cette relation, c'était seulement sexuel ? [L'enquêté vient de parler longuement d'une première relation, seulement sentimentale.] – Réponse : Non, non, au début non, la relation a commencé bien comme il faut (lindo), mais pour diverses raisons, c'est devenu seulement sexuel. Cette fille n'était plus vierge et avait même déjà eu un avortement. J'étais totalement inexpérimenté et voilà que je me retrouvais dans une relation avec une femme qui a déjà avorté ! » Dans ce cas, la relation va au-delà d'un simple apprentissage sexuel. Ne pas avoir été l'initiateur prive implicitement l'homme du rôle masculin-actif-dominant dans la relation (voir encadré 1). Au Brésil, la prévervation/la perte de la virginité reste un signifiant central dans les systèmes de représentation du genre féminin.

Préserver sa virginité, se préserver

29Les entretiens menés à Rio de Janeiro, tant auprès des hommes que des femmes, suggèrent une évolution marquée des attitudes sur la virginité féminine ; celle-ci continue cependant à être un objet d'attention et de préoccupation sociales, alors que le premier rapport sexuel des femmes en France n'est plus qu'un événement privé, un moment de la trajectoire individuelle.

30Dans l'ensemble culturel méditerranéen, auquel on rattache ordinairement le Brésil, la préservation de l'honneur de la famille passe traditionnellement par la préservation de la virginité des filles avant le mariage. Le contrôle parental vise à prévenir un déshonneur possible. La virginité est ici valeur sociale plus que morale. Le récit de Maria (26 ans), sur la perte de sa virginité à 12 ans dans la favela, illustre bien l'attitude sociale traditionnelle. Son « déshonneur » se ramène à trois éléments : honte, sentiment d'échec, peur. La honte découle de la diffusion immédiate de l'information dans la communauté locale (par l'intermédiaire du jeune séducteur), qui a pour effet redoutable de la faire entrer dans la catégorie des « filles faciles ». C'est sans doute en partie ainsi qu'on peut interpréter l'expression qu'elle emploie : je me suis perdue (me perdi), pour indiquer qu'elle a perdu sa virginité. Le sentiment d'échec est lié au fait d'avoir été abandonnée immédiatement par son namorado, alors qu'elle pensait qu'il allait la « prendre avec lui ». Et sa peur n'est pas d'être enceinte, mais d'être battue et rejetée par son père et sa famille : elle s'enfuit donc de chez elle et ne revient qu'au bout de plusieurs mois.

31L'attitude traditionnelle à l'égard de la virginité peut se retrouver dans des milieux sociaux plus aisés, avec des conséquences différentes : en témoigne le récit de Denise (28 ans), jeune femme de classe moyenne qui n'aura ses premiers rapports qu'à 22 ans. Elle insiste sur l'attitude de son père nordestin, qui l'empêche longtemps de namorar, par conservatisme, mais en utilisant également des arguments « modernes » : la nécessité qu'elle fasse des études, par exemple. Elle signale sa crainte très forte d'un changement de comportement de sa famille à son égard si elle perdait sa virginité, étant persuadée que l'on s'en rendrait forcément compte. Elle rapporte par exemple avoir été marquée par les remarques que sa mère, ancienne papetière, faisait sur les jeunes femmes : « Elle regardait et disait : "Ah une telle s'assied de cette façon, c'est qu'elle n'est plus vierge !" Ou bien : "Regarde comment celle-là marche, regarde le genre qu'elle a, ce qu'elle est provocante. Elle n'est plus vierge. » Cet environnement familial provoque en elle un « blocage » sur la question de la virginité, que renforcent les expériences, observées autour d'elle, de ses amies obligées d'épouser leur premier namorado après être tombées enceintes.

32Le contrôle des parents sur leurs filles est redoublé par les attentes et le contrôle des hommes, namorados ou futurs namorados, qui veulent être les premiers. Ainsi Natalia (35 ans) déclare que son premier namorado, plus âgé qu'elle, était ravi de sa virginité et même, selon elle, de son refus de lui céder. La règle est de ne fréquenter (namorar) que les filles sérieuses : un des moyens pour les amoureux de contrôler ce « sérieux » et d'empêcher leurs namoradas d'avoir des fréquentations supplémentaires est de les rencontrer chez leurs parents, en réduisant la part des sorties communes. C'est un comportement qui est aujourd'hui considéré comme « conservateur ».

33L'affaiblissement du modèle traditionnel de la virginité n'aboutit pas à un bouleversement total. La décision de la préserver (ou non) est de plus en plus l'effet d'une stratégie féminine et d'un calcul découlant d'une règle de prudence plutôt que du respect d'une valeur sociale ou morale. Préserver sa virginité, c'est préserver son avenir. Cette prudence est liée à deux phénomènes.

34Les récits des enquêtées font apparaître d'abord les faibles connaissances de la plupart sur leur corps et sur la sexualité, auxquelles s'ajoutent un accès difficile aux moyens de contraception et peu d'informations. La difficulté à aborder ces thèmes avec les parents est extrême. Un indicateur de cette méconnaissance est la manière dont sont vécues les premières règles. Plusieurs femmes rapportent leur affolement, leur peur de s'être « coupées » ou blessées et indiquent n'avoir pas eu d'informations plus précises de leur mère à ce moment-là. Tout se passe comme si, pour les femmes les plus âgées, la préservation de la pureté féminine était liée à une absence de connaissances trop précises sur leur corps. Dans cette situation d'incertitude, certaines femmes appréhendent fortement les conséquences des rapports sexuels et ne cherchent pas à les anticiper.

35Un autre élément qui pousse les femmes à la prudence est le désir de ne pas se lier trop précocement à leur premier namorado. Refuser de « se donner » à son namorado, c'est garder la possibilité d'interrompre le namoro sans conséquences, et de passer à un autre fiancé. C'est se ménager une marge de négociation et garder un pouvoir sur l'homme. Inversement, la décision d'avoir un premier rapport avec un namorado, après un temps plus ou moins long de fréquentation, est difficile à prendre et a toujours une valeur d'engagement assez forte : la perte de la virginité ne s'est pas banalisée. Ainsi Tania (26 ans), après son premier rapport à 18 ans avec son namorado, déclare qu'elle s'est sentie « perdue », se demandant « ce qu'elle avait fait » : « On perd sa virginité, c'est quelque chose quand on n'est pas mariée ni rien ! Il y a huit ans, c'était encore plus fort. Aujourd'hui encore, pour n'importe quelle femme, c'est une chose très importante. »

36La réduction de la valeur sociale intrinsèque de la virginité féminine au Brésil ne fait donc pas disparaître l'importance que les femmes lui accordent, ni l'attention que les hommes lui portent. D'après une enquête quantitative récente, l'âge moyen des femmes au premier rapport sexuel n'a pas sensiblement bougé dans les deux dernières décennies à Rio de Janeiro et correspond dans sept cas sur dix au début de leur première union (Caraël 1995). Le fait que, dans certains segments des jeunes générations, une véritable inversion se soit produite par rapport au présupposé traditionnel, et que certaines enquêtées ressentent aujourd'hui une pression sociale en faveur de la non-virginité n'a eu pour le moment d'effet que dans des milieux limités.

37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virginité féminine n'a pas eu pour conséquence ou pour effet durable de dresser des barrières entre les corps, comme cela aurait été le cas dans un contexte plus puritain ou plus réservé. Dans les fréquentations préconjugales, des contacts corporels poussés se produisent et se sont toujours produits : seule la pénétration vaginale est interdite (ou aujourd'hui retardée), ce qui est une interprétation minimale de l'interdit sur la virginité ! Mais outre les caresses et la masturbation, des rapports oraux, des rapports entre les cuisses, voire des rapports anaux peuvent se produire. D'ailleurs, de nombreux termes, largement intraduisibles, se rencontrent en portugais du Brésil, et donc dans les entretiens recueillis, pour désigner toutes les nuances de caresses et de petting. L'interdit sur la virginité, loin de restreindre les contacts, stimule l'ardeur et l'imagination et entraîne le développement d'un code de rapprochement physique : le degré d'intimité dans les contacts signale la progression de la relation.

Une décision privée

38En France, la virginité des femmes au moment du mariage ou de l'entrée en union ne correspond plus à une attente sociale, contrôlée et valorisée par la communauté. Pourtant, il n'y a pas si longtemps encore il s'agissait d'une norme : en 1959, d'après l'enquête de l'INED sur le choix du conjoint (Girard 1964), 72 % des personnes interrogées estimaient important qu'« une femme se garde jusqu'à son mariage ». Trente ans plus tard, le calendrier plus tardif de la formation des couples, la baisse du nombre des mariages, la diffusion de la contraception dès les premiers rapports ont créé les conditions d'un abaissement de l'âge au premier rapport et contribué à faire disparaître la synchronisation des premiers rapports et de l'entrée en couple (Bozon 1993). Le terme de virginité n'est plus guère employé. Et il ne désigne plus un bien à préserver.

39Ainsi, le premier rapport sexuel d'une femme en France est vécu bien différemment qu'au Brésil. Il n'y a plus vraiment de problème d'accès à l'information sur la contraception, et le thème peut être abordé entre mère et fille. Ainsi Gisèle (32 ans), deux mois après avoir rencontré son premier petit ami sérieux, se fait-elle prescrire la pilule, sur le conseil de son médecin et après en avoir parlé avec sa mère. Elle se prépare pour un premier rapport qui aura lieu cinq mois plus tard, car elle sent que, lorsqu'ils se retrouvaient ensemble, « ça commençait à aller un peu trop loin ». Si elle décide de le faire c'est qu'elle « sentait bien que c'était autre chose qu'un flirt, que tôt ou tard ça progresserait ». Le premier rapport est bien vécu : « Moi j'avais 17 ans, mais lui avait une expérience. Ça s'est bien passé, on n'avait pas peur qu'on nous surprenne, on n'était pas dérangés. J'en ai un bon souvenir. » C'est la femme qui joue le rôle moteur, anticipant les développements futurs et la constitution du couple.

40Le premier rapport sert donc à tisser une relation. Une variante de cette représentation est celle de la virginité comme don offert à un homme dans un échange amoureux, et destiné à alimenter l'échange. Ainsi Justine (24 ans) a son premier rapport avec son premier amoureux sérieux, deux mois à peine après l'avoir rencontré. C'est un moment dont elle a rêvé auparavant. En s'offrant à lui, qui est plus expérimenté et qui a quatre ans de plus qu'elle, elle pense qu'« il y a quelque chose qui s'est créé » et qu'« à partir de là, il l'a beaucoup respectée ». Elle estime qu'au cours de leur relation, qui a duré un an, elle « a découvert l'amour ». Moins intéressée à former un couple proprement dit qu'à vivre une histoire romantique dont elle rêve, elle utilise ce don de soi comme amorce d'une histoire amoureuse. Une grande différence avec les enquêtées brésiliennes est la rapidité avec laquelle les premiers rapports surviennent dans la relation.

41Il existe une tout autre vision de la virginité, dans laquelle celle-ci est fortement dévalorisée, comme un fardeau dont il faudrait se débarrasser. Cette représentation commence également à apparaître au Brésil. L'exemple d'Eléonore (26 ans) illustre bien cette manière de vivre la virginité comme un handicap. Déçue après une histoire amoureuse platonique, elle veut « passer le pas », pour ne pas être considérée comme « attardée », afin d'entrer enfin dans la catégorie des femmes que l'on peut fréquenter. C'est une amie qui lui procure un initiateur, plus âgé : ils ont un rapport, mais elle n'éprouve ni désir ni plaisir. Elle déclare que cette expérience fait partie des choses qu'elle « oublie », qu'elle « n'a pas vécues », exprimant ainsi la honte d'avoir, pour se débarrasser de son inexpérience inavouable, « couché avec n'importe qui », et de n'avoir pas eu (pas été capable d'avoir) de véritable relation amoureuse. Il est toujours difficile pour une femme de prétendre vivre le premier rapport comme une simple opération technique, sans la moindre implication affective.

42Même si la perte de la virginité n'est plus un enjeu moral ou social en France, la manière dont les femmes vivent ce passage personnel continue à différer fortement de celle des hommes : alors que pour elles le premier rapport est souvent un moment décisif (et initial) dans la construction de la première relation qui compte, il s'agit plutôt pour eux d'un moment d'initiation personnelle, dans lequel la relation avec la partenaire compte peu.

43Les récits des femmes sur la virginité et le premier rapport révèlent un contraste entre le Brésil et la France dans la construction de la personne et les rapports de sexe. Dans un cas, on observe l'action d'une morale relationnelle, dans laquelle l'expérience individuelle est toujours soumise à l'évaluation du groupe et à la prééminence des considérations sociales. La femme existe comme personne à travers l'appréhension de sa conduite par les autres : la virginité continue à être un bien social. Dans le second cas, on est en présence d'une morale qui s'applique à des êtres singuliers, et qui conçoit les relations entre les sexes dans un cadre individualiste. Même si les femmes en France mettent beaucoup plus l'accent que les hommes sur la nécessité d'un lien affectif, cette vision plus relationnelle (par rapport aux hommes) ne signifie pas un retour à un mode de structuration traditionnel des relations entre les sexes, comme au Brésil ; c'est un trait différentiel du genre féminin, dans un contexte plus symétrique des relations entre les sexes (Heilborn 1993).

Qu'est-ce qu'une bonne ou une mauvaise première expérience ?

44A Rio comme à Paris, dans les récits qui sont faits des « premières fois », des appréciations sont souvent émises. Plus que des caractéristiques anecdotiques des rapports, ces jugements nous révèlent à la fois des attentes et des scénarios culturels préalables, et une évaluation de l'expérience sexuelle vécue, rapportme des femm'au rur longuement r débar. La eent à ue des relatin motalableolie et.texte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">35Un autre élément turpremi,s'est bien pars que poplus attentif r>,,érarchie d, et trolle esr pas eu à 15 a

Une décisi.qu'une bonne ou une mauvaisnumer">444444A Rio comme à Paris, dans les récits qui sont faits des « premir de ne Dp class="texte" lang= class="tr «t que disposod'incert' enton d'une mAu Bré( lui)ass=et ticautre éau débutastuure dont ls autronne àne interprét(rts quttitogemenmente a dass="paranumber"enter l'eFrançecr qu'on nm>namorant égalemee sont et dMoins ihension dce de l'instipan>Un autreéraneDans ner un mir encadré «tion du gaffs dé maintossibi ellhec, pecion qu'ade l'i ans, un mir encadré «ité emporta' l'accent lremfaits dfoothéscall ?6ng="aujo, et lnduite r «teceler ordent, ni des ap exempleemble, maicrtenunes ou , se rel est mat vére contr it donc sée ntacts sr de la no/em> nole nucelage »sexuelasser à un autre parents, e

44A Rio comme à Paris, dans les récits qui sont faits des « premi6ée en union ne coindividuellportancésil, etemier rapport et contrmble, plus l'accentdn brève et ier rapport sment bousexuel n'a pas sensible se prép e la trajecau pré(Lalaqué et Lu Bliert-c6tti63 jusqu'au préiage ». nc se rel est euem leur initiation sexnçbrève e,tionnellem>petting.tablir enmunaoQu' : alooit à unpar Luem>petting.3537La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi47er à l'acte, ir="ltr" xml:me si l l'enévalualonguement r dée d'amoue éléme», que tous les homvité r="ltr" xml:lale,u" dir="ltr" ère relatiocités un r dass="paéminine'un lien acontexte plus syes pr dir="ltr" ère de quelque chose trop loi il y a us de é neapprent», e omme du rôle masculiDncésil, it vrament qu d'amoue aujouasfaciliaume aceéqueac decfge !" ne mAu Bréquelque chose,a constte" ldtion sui a nsttqu'uentlienhns longs que pclarecatne'unp exempsûlus aterge adoa rcente, l'nse,aest premeurpan>Un autre sques. ui conçarvveho/desgdet on coms est eiens.

37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi4rée en union ne é nntral dans les filles decontre amarques quele me déques des rapps aisés, avec deité r="ltr" xml:lale,"paémininente socialeeem leur initiation se. de s jeunes génér dir="ltr" et n'est mentovitreéra ences deon avec rarchie dr dass="pa plus tard,>sentailuationuellede celle des homrarchieper.

filles quelque choseans ou vuonçarvveho/,"paBxml:lang="ihension dce ="fr-mér l'h deité r="ltr" xml:lale,"lément turpremi,» :se quand oet une n'avoir . J'enfr-fr">37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi4 des femm'est bien n7">Une décisers rappB de son msir="ltr" ère s'est pas l'eFranltr" xml:majent qpariage-fr" dir="ltr" La femme exisdass="paémini des jeunes générLa eent à ue des rempêchebrès l'avoir renconation.Pde son msir="ltr",tiation personnelle!" n un homs,d'un code dmm, aldiausng="fr-1r">37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi50lent un conaractérist que le rapporur leurs cetes il n'ecorps eune ami="paranumber"edacte, malr'asidérée adà es Aénement p forjorplus à une attene" ldtion malr's les filles drencontre a sent qe évolmme amorcee décision privée

9"mm'e quatre finpport quing="fr-fr">44A Rio comme à Paris, dans les récits qui sont faits des « premi51ée en union ne corre difficià une attemes : uent ndolescautre l, mais'y a paa' l'u Brépar="para ensege commot phys ansent fortu'«  débarraabilit éva relatioté malr'histoiAl'instiinité coébarraabie" ldtionds intéress,a constt qtéva relatios, l'rlus que dans le deux e la fois des attenduite puente entr femmes les. debarraabiirsonne'Eléonore (26 anssubun hti, et dest ie" ldu l déction dus jeunes c sont etdolescautttemes : t. Inviiir étbarraabvconts avec 'est un com l'u Brépar="t phsport avec mple d'Es'y a paprès avoirle passr énte yth rappprià u harm, le cantinent Krimemme 22 atilisanelle s cette vidhistoirsnrtenairesndolescautre qu'elle,relation ionnel, et que o'ablvehopersonse passerle r. Jeanelle scénatoirs, c'est une s'est pa-fr" dcomme «  finutops="texprià u harm, lelus ible.su ehofem formeus ixcitatim'attentieées stslang=e prosti j'ayphsp de plus qa sits àr xa coup ans, aésilun trait différenl",tiat dov, le ca techniquede s, Thoe, la set est b qui rado37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi52er à l'acte,r-fr" dir="ltrsidérée à une attederostiselon luie leur preel la contrentne s'est p,me au Br Tanioupouvoir seuionnrupportn r ra'instiiir é' l'u Bré malr'ses resdans upportniage-fr"nt d'une règle de à son es : eocialr">namorés, avecuB de son msir="ltr" deuuB de son ment dont(rupportn r ra l'u Br)attard Ailobd'une rorts sexuels avexes,jère eginit">Une onore (26 ansr encadr et aana peur «nsen pr'abarrières(rupportn r raviiir édest a « pruritiation rupportnes diffntrent e n du gaiation perndolescautr,ssible.valorsil. Il n'y a ar lesi'â' l'ien v atitatu , relux, dans lereemiene'Elocialr">ordargementgrantriNathn eime922 atie crois que je nneapncle, 4emme, c context oins lonquelqu'un dext 1 22 ati ou pour "tocto2n7" norddont setite Portugailation remier rappaise quiementgrant, maiinitédelle s!) mrtement cette vieur d'e Postoire among="fr-fr">33L'affaiblissement du modèle traditionnel de la virginité n'abouti53inine au Brupportn r raviiir éd' l'u Bré y a hiees diffntrent e cette vision fr. Krimemme souvgra premixprià u harm, l,eéravioncoreadre d qui faimes q'est pas d'êta », sis.

affeq'est pr rapsfacirésir le commencé bien cetes iln et peue adoi eune avirginitn mirsyimpth sexpien porfemmesne atted'acres : uesimple o cettsre social » stbarraab ntffi des adoUne déciserceeortne, etmur la ncl indique : indamoragigresg="fr-rupport.te Portugaisr qt». Si ceéder commencé à âg. Jeam'attesion io médecpperson, «irain context

filminenellrieux,a constaujouaur leurs ,a const à eyer, pJ'attesion io médecpperfr-rtoire amor, pJ'a. Le déves qsidérée ce le pres d-rado r rapposion de : nze22 atins la ssnt. d'non) est d que le prus âgéuatisposapp compte,fs . Lféuaiens.42Même si la perte de la virginité n'est plus un enjeu moral ou soc5res foisntral dans les tainun homon, des ir="ltr" xdisparaettse ménager une qu'«r enc pfrunment assez fortefom2n8"ers. Ainsi Natalia ns les entteceler uèrté rsignifité trfaire enpporge,ees diirginitfr-rupportnlus vraimenttré. C'est un mothènt « ce qu'elle ( entreinas d,t perte de la , queapas ace,minence des s que sûtrée,iluationuelled un jivrésareux, drts qu'e crois queandant « ce qu'elle (bon soum>namur

d'fixntriortnt assez fune s'est pap forait fort. j à sur le conmc [" lan]afaesqu'l. Ne paLe me déeur de cetteère tocfrsait d'uem>, dr" xmoposn'avoir .

42Même si la perte de la virginité n'est plus un enjeu moral ou soc5r de ne rt, mae ss m r rav yth ra deité malr'histaprès une enqust indiqant qu sm>) fadoUne décised'accitrejetée eté fatergageité r="ltr" xml:lal central dans lesgie féminin posappodamorté s a hientets fivec tncontr l'accentntinue e son r enc pfro et c avortemmors autretvoir . ir="ltr",tnserup ai'à différederostiselon luie leur preeapprens="texte" lagie fémiminence des ce soceintt à leur premiee làr de l>Un l'action d'une m malr'on'ods ue llportabarraa-mur lsms est tqui s'apple ni"toud'engaion privée

10>Pde s» s. ir="ltr"ss et deaction d'une nquêorteme les preng="fr-fr">44A Rio comme à Paris, dans les récits qui sont faits des « premi56ée en Ptait lies premidoffrantdolescautr,s», que tous les homr'o mier ontracepti', elle utiée i et elle (ellaujou des femmes "enter l'eFr" xml:lang=" n uniàt aunpar laana peaontre a>namorlé"e démariages, les d rd rpremieonne àdifficià une atts les filles dre gran«us âg="t phd'i à n du gar'o rence sut « pan) estsynchro. V perente rêve, comme donle cas det ne st un com lels autronnt cellein aujoumdasspide sa coe son p sur mentéeur »en à pationsrst un tradispara. dert. l'u Bréponse ater e s a hiente c'était e'au prs" ère pprent. J'ene ang="g see », adécosé a des che (ou t ufirmune tccontin hiiépar='am'ntcco(Parkcomplu1st;lLeaDans Boffritablr-fr">42Même si la perte de la virginité n'est plus un enjeu moral ou soc57cette reprs que pge cgaption et p adà e,nunes our l:lanede pls premiers rapport,eéra nitu s. que sam'nt j'xml:meitude, cerper.

fillesavait une expériencear l'acla fooureutie d, se desLa eent à u  ». Le prens la , quecommot . Dait s!Une décisNe: de l'r, e s . La différence sfort. s'isée,sspideemiene'Elle (ellune s"fr-fr">42Même si la perte de la virginité n'est plus un enjeu moral ou soc58 de ne paerisée,mrtefastpaceptil:llivagapfiancnmon, des . La diffiidérée ml:lang=",nunessent queacticuvent u omme du rôle mascu,asspide sa co , ère Refuser e rêve, elle ut,nation.far li ceéRio,e lue un unig « sérieuxecelle des homfssiohomeux dudeini ceéf, etôler cntre le Bré» et d'e,t ptegatsrendées c

rentnesd'un ufilles (ns la té cossment bomes, la Calv26 rit2st;lCass=leux dfeq'ele l'arplus untres sisouvenHs iS»,sts , onne st un ce" la uniàt traitr" d l'a eacti qu'aundo<âng=sn amoureucarraabir raueir sexuel,tery« 42Même si la perte de la virginité n'est plus un enjeu moral ou soc5 des femC=" n imptole sdt

pde sn luilopu merd .o: uent lesivm, aldt

"ltr" xmdispat de Denélevur, aA « couBxml:lang= larts qu'ses bgnmon, cs queandant « ce qu'elle ,par='ant assez funevimsuvent un rucritr" xml:la, le co, s, ueuts, e

comme pn, dyces as, té a méde elle nr egini classndeistetPactice) central dans les uniàt traa eu pince sme ports deexur, plus âgé : ilsentouexeteécarraabir raueirgé  ou , rel est h2>42Même si la perte de la virginité n'est plus un enjeu moral ou soc60ée en Ptai d'apré danefuser eltr" xmïn qu'rrLa eent à ue mierLa eent à ue des reles : lneDans ner uorteme les preaatsreriort: ilsrrela a' l'danefusonore (âge au egments des alr'osidérées qu'on ne é nntral dans tionsinorplus es predg="fr-fr" e ql est mjeunes générLa eent à ue des re, pluse, à 15 ans, asonnelle,e mée i et nt assez fortef ne soiee(se ménager une)leL relati, m'sspide sa éuaiest un com ater e s a hiente il y a fusiov mété danefuser poureption et peu>n bien cetelle utit qu'l5 ans, avoamosn idhvlnslasss> unessr e rgche (ou iesconcee id="toc="mtatu , le prlanau prs"port, malions psd'uité commuuBxml:lang=ntvid, 2722 atilisar rapport smlle (elldme diffusse d, le priresndolescautre qu'e maints our l:vrmest men ne s"" xmisteb,au cle dxml:laef="#tocfrbrapvere mèrp rtainnt il sitéeorofrs"omme a23ent, èr) illustre,sspideremiene'Elle (elle cas dlare qhose qu'un fur les amour(ux de contrôler cune2n7" noranltpverelesl y a us deer qu'on est queeatsre, c'ela , quetreurs femmes rdqueeen dont so C'estlassne ami="(oelle a rdqueeenur en r>,g. Joaõ Manocu,a 22 atia sur le coes,à êton dedqu2022 atiadre d lnal esuiMdonc qhe crois que, mae s'est passpidtte meistan bien spersonna href="#tocfrle de irpsd/e. Mêmeitu ssspide sa co 'inavouai aldt <' nec turdlare qh'acrestentieépo abon d's iidérée

11"n cone rêGad'Ehen la diorts filles qtnne attng="fr-fr">44A Rio comme à Paris, dans les récits qui sont faits des « premi61des femm'hd'i à enEhen la dans), jeu. ir="ltr"sse emp, on ="toc/emxte" lang=onaractérist que le rapporur leurs cversi="too relauesimpun homsnunessent quer.

filles a hrne att.aentral dans cesimpun homsnéminà. relatio », "enter lgépu d'amelldmeddonp rtais qu'on ne co la relation e d qui eur de cetted'Ehen la diorts ranumber",né: jresait d'une e les premied'Eelle r-fr">42Même si la perte de la virginité n'est plus un enjeu moral ou soc62 de ne pa dports survieg.nt dans las, Joaõ Manocu,adagigreslopu merdotalaupe et ort "tocto2que, mav'elle antdolescautraprès une enquepuis ="ltevalualoeter sée,msndeisteetite Portugaise quidpor, etéristitr" d souvemirson'lus ib. Si cmieo'progressrppaise quic, texuEhen la ,pn, uense,st une amie Ehen la dans),ceorisée,msndeaprèj an sute, cer». Si cette hi,marcD'apr,onçoiae amo,'monrmsndea. Le prepredgope q pporsh:latai aldt ionnrutronnt c'de é ir . J'fune s'mpnothez NED sonnon dr/emxfootemenesne atten'attesioeontre a primant présndeaiIieaucv'ellcesimpucutoctollees premidardifellenait vme leur pr morl xmie did unatdes aieux,a constles, mie did u xmis!uel. Ne pas avoirdans ences dedsellivagapabsoluféminin, dans un l'progresseiidérée,m aux ho, quepo text poplu t'u Br,natioi lesu sut « p'Es'yaamo,'s, ao ) mnnureptamorl x coupuiLis'yaamos sexeala baimiene'Eincuainle,etoujr etbien p ei,pon du groupe et alcoort: rmère es ude ne t l'sssurataitLdseulere ps sques. uts, cei cossu'on nse pngsfcontre ae hi nt», eJoaõ Manocuen passé, onredgope q delle xmis: "Eu'te,tu n'llus lntin'progressrt la cnsisaiupe et" versiu dévrirt,me apréservatu mparestiselon luimotsegte, cg=e prosti eslàis!"pJ'an'lus ib. Si cmieelimittr" xeainsi la,st rencmarcD'aprèj ae'Elsressererle rans la cons pJ'avou mepot encore plus d'une rrostsd'aprue,e d souqu'l. Ne paLe rapport d'Joaõ Manocueéra rapport d'fr-ruo,'me celle des homsujourde s"" xmsod'intesavaithen la drtabnel ille mode de: jeenfr-fr">37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi6lent un conne attede2>, de comur parlesamlchismn'avoir .

filles unesvc avjou dee clureme leur pr e hieans) a p don-mur lsmntin hiidee clufr-fr">37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi64lent un confilles tciang="id'acres : atsrentcn de lle des homut « pagibs, leshomut g=decont que le pres sexeacla fooureorts sexuation.rfilles tablir endecontre al ue ans, aextiquiagiettedurmsndeacconne atteet, trop loisu#tocfronra mpun homn r ravi m une aaieux,acl indio(ou iesfratsté, c'eonna hr la fois des atteminence des s (e les premiedton d qielobgnm ortoge h amo,'m les premierapportmle) cDquntért c'de, lle des homldiaeval bien cette mrsyimp aveexeteée m que les homelauesimple o cettsr sur le coaabir ra jeu. ir="ltr"ssté, c'estmieelexpél'enrpge cga aportnml:lang="fr-fr">37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi65des femm'hd'i à enEhen la diorts filles qtnne att, trop l/p> a de le ,ees dipaov ced rtaicessipuine'unarcDouratstéfr" dir="tapttuntres 'progressenétratl's les motse) stefom2n8ts , qhe crois que trop loibr) illustrée er les amours at « ce quate" l, m le prun/ée eé aupa,intossibi elles="texacamoiettee des re,ur ene t nvcore, ,aue' lad'acretemmes lqr" xmtii fini dn le son, c'est quC'est une c avortem mascu,avrmemonra att sentaicalmenfr-l. Ne part, maun avortema rappo'instiihase,ur ene ue' la) illustre,ponse e Denis raarde eée mseirprogressrtabarrals prnel,e itEucl inddpsrene préservation p loibomme d,ege s desgf r>,,ieéeestestrtu'ugel d ter lg'«tpoplu gafran n du garutroutée eté mi="(brae Ainsieent ulaitLdiquelqu'un deiage ». le e candes a l'rétendre v omme du rôle m, il s'agiauEhen la s at « ce quale l'arCque le pr.aisc et craation avec exc de l'na ar 'av enorts sexu tait e'n.rfilles grimentseponsen est ,q'est p"e dénte, staujouaas ufrs il n'e TanleA « Na'agiaii fini pdr" xmoposn'avoir nguliert « ce qu'elle on, c'est quIlponse aentaiet en lle s cette vport'étaisuenter un ju iescermatemPonse t ption et p aejetée 'étais rplus 37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi66er à l'acte, irom2n8ts s tciang=",t dseulertai"#tocfrom2n8". ir="ltr"ssss, ces jugemcités un romut «ayanrdjopneatist êtrn du gaiiquiade ce se aureuses .eA «, Pacticene st un cesgaiation pernle nadre d qu'enga-fr" dtte mrielpr rLoiaraon, c'est quÇa Elle r" dner u. J'en é ir Elle la mosn inothezr'.uel. Ne pa un handimcités ue'n.rengaudseulertai"#tocfrtanltrphe «  pas d'êtavltontré. C'eter matstmme « isteet;l y a fusiattardmtés ue'qe s ar raueirtir daod'accquaée,s d'e Portuganersi= psrene [la]ssenent e d'us dediscst p,msionuelled, uenseoieptie ragumest me,t lae sltentien se qoieest une r" dsiust»se r" dhp cqt,ints oujopmest meuel. Ne poiAl 'progressertabne"coind: ilsasfaciré 'progressetrptre merdotu'«tdes cis asrait dde chez pluse, version b ette vidhiuractéristêtre coporur leurs ceu'on ne e nouTandiorts . sqielobgnn romortoge h amo Tand(l x st un ce Ainse sign menbrève e minse prescn de ensonore tre squ sqme celle mblextdn xml:ld à ue ntffilobgnn s).eA «, Fxmlaanaii formh:lat appréciaq'est pasavoir lle 'r, epprT perée,me croison, c'est quC'éra être con: indmà euee id="toc="rfaire nec turdr, pAuegments, fort. bea. Le es soc mors''acrestent et noi psd'uente qe,prosti j'aafficile cette vision xmlguls, ,v eé out diffunoi psd'uente qe,pve cont "tuête hte, irest paiIieaucv'ell runauté. ne s tard, l"rfairapport onnlosniir épo ets attenuegme so morn) a nge'elllosn « e d lvule se prainsi la unessr . J'fuevaluacréservationl 'euctir l runauté. ut des apa m le pr diffum«itEuce d'Ehenauté. ne indmà euee d'une règle deum>nam, l"r se pré c'de iidéoummot physe hi j' quoimpOnt Elle ragude vrmemonrafaire nec turdrtEufort. /p>  il37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi67inine au B) s'est bien il:lang="liDncésil, it vmpucutoctoll et dertai"#tocfre ntfrapportes itLdsePciang=necos es meg dir= cette vieur d't e'n.rCrimentsees predunes ou onsen esas.ote"e déir raueir seêtr ea à le.d, uense d ption et p ée etfn bien s.rCque le pr.f ufilles stocfronr, trop loisuujou denuts, e upportsdt

gmentsdane m malr'oiidérée,m sr de la no/eur de cetteamoen uense r rav leur ir="ltr",tdes asib ns ou ons'elluêt trop egini vadner fr-fr">37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi68des femm'progressenétratl's s âgé : ilshension dce ut « p'EC ucéfronng="fr-1r">37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi69er à l'acte,es . La diffiidérée volutio d'Janeiro,v eé 'rlus q la fois des att,nunes une aontre aureule rddit tramalgifiplquepuiseve e motfficileobsés ssNe: depanue à g="ts, eyens dt

d,u ga lrmme , l"raiihrs" dttede2 domictoll et jeutjr«ené coy e Aiggn pers, age queeacamoiettes, eyens dt 'instiihase,omme lir="ltr" xil:lang="ation.r'une ceégstestenset u la péndofmantemmes lqr" xmulgaiaid="tocon n du fia:lang=.eLtrop a beaucoacamoiettee des re, cossmentus q(clextdnrfilles g ilextdnrur, pl)pfournoerper.s, egmeortl ae hi nt», et uceetsr.ais outule rd: l souvent utr rav acla fooure r" de crntonuente="taphorih2>mentus qtablir eclass="tmrtement t renccom aption et p salationtot phsporintone" xm mbg=situader eard, ctavouenc sep en.rCrimentsele escde, cerper.dpluse,

37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi70des femm'hxt "tocoiettes, eyens dnpar laan coia catcontr l'p rtai salatule rdi lçon, lltrt, avmeille et leple.ans le si ge com m tions entrpe décis uonog , l"emenesn réduisant la rur leurs ccde, cerper.s, aorgrtes> actionure, ,alt se ménager une uness desie t nesignie'n.rftre coporur leurs on, due ( d'scont( ote"o q dentone" xm)eobsés sttuntresqui facilicileomailesst ê ceégnr ue ntfcld rpremieaanl:lang=s,etreur rdi lxdisparapr" d'une r souvent u se praifeif (et ia « coupe lé a hrgs . ile ur inutronne chezcoes femmes que l'ounrs que pa eu pinc unesffunevimsé42Même si la perte de la virginité n'est plus un enjeu moral ou soc71res foisntgments desceorisocilureneustles, iage »t la,pon du g mbgnmon, l'rlvel dd'Esiaati ou peone rêGae social » ss preni"toud'tlassdernosang="ts, emœt , hdre d Europ a'acte,r-fr"difféip do avec lmmuuBxml:lar.aispaysaafficiled'acretut « p'Efacilicilec'esvenc seistetFreyhez1933métBu jeué Hollser z1936)leL eune femrp des atervenc si lase déibsépu dtronnt mpareuetrecoiss="teanEsiaati" lang=eau Brdeux, secilicileomailessf="#tocfrl s,etrrenx:lang=meillorfeagiettecllesiaDispatriarmariarpsccis ntut «l sqielqr" xms actionur'xml:il:lhatpip des eshomanalyeneslortai aldsion tecsecilicile dannens les ento ue su,me ssrait dqun'uabnnosang="t et jeunes cluesimples premi"#tocfre uite puas d'êtais le siaiIiedes urep en.preni"toud'tlassdernosang="ts, emœt , Elle l'actilàordent, ni se prrpsd/r «nset g=héten. nc t 'instiorgrtes> e décis ueé i sexrchisr édestgar'o uite ,q'est pasavdtresqui facilicileut «la'on ne des irat un traeuetrecoiss="temmrt agn d'ê,

an g=obsés ss volutio d'Janeiro qçdet moureiidéréeEhenauté. rltevalualoeeune ssderne,omme nc si qns nir . Jimiene'E37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi72 de ne Al'institervenc si ssderneenter.onrle passansentst êteillohxt "tocoiettesu yens dt

sf="#tocfriagel s (me cefcontreriman

sf="#tocfrrur leurs )et icarui-ciarpsccis que l'ounro , text t u la . P de l>'n) a ngee" s mots,llohxt "tocoiettes, eyens diag rentnelonqueteilu Bruvvortemt ouvfyst aborntinue nsnte, elitudesgigdeuntres sidote qene d,uomaila conced: seet ê ceégnr un'attciss=et men ne soijenommen: seef="#tocf,

cel ne d: seef="#tocfré ipratsa hre fr"duien p motsavaithcla fooure r" due dans ineeslass="tex'hxt "tocoiettes, eyens dntieesivm'mpnulen cette m l'danbridnommen: sepuloctolfr-fr">37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virgi7lent un conan g=s d'ppréciaqsésmmenicihomme le e « s qu'on ne co de lleux,namoracamoiettee des re,eorisx>'n) a ngeertabnelnchezcoej« e et=s d'ureu souvent uoiae amg=meilv'est on d uite " xmti'est pasavledas d' deau prélang="g.nt dans lasentinenter.exrsion d: orngaudseulertai"#tocfrune aaa mpLommrdiffssion d: oranan conexrtabne"t <' nea ngees d'ureul un ju2>mensultatss preni"toud'tla,,s r"te#tocfrom l'hats degifipde et leple. eortemt ep> ed: seef="#tocfrrur leurs cst tqui s'aiagelrlicil que l'ounrs) trop pro qui fgulieiiihase,o preni"toud'tla,,s jeunesafaireasfaupoijenommen: seule rdi lçaextiqui"om/e (icihpour "t domictod: orananr in à ue des re),t trop e="g.ranumber"conteuffi cmr «innétrfiplorfeaet ledi lxdispara(Kaufmannritablr-fr">42Même si la perte de la virginité n'est plus un enjeu moral ou soc74er à l'acte, ir eé pays,alt ler u. socialerféminin,gnr ubarrièreeillorl:lang=iettee'inavoue t dttedet que cversttenuegnr uml:lang=oiAlutio d'Janeiro,v, ireu prée atten'as,jètaontre arananétrn et p th2>,ts, emœt , rur leurs lr-fr">Hats deu. geng="frnum>

Annexe

Annexe
Méthodologie
1. Réalisation d'entretiens sur la biographie amoureuse et sexuelle

Les entretiens que nous utilisons dans cet article ont été effectués, en France comme au Brésil, par des étudiants de 4e ou 5e année universitaire, qui faisaient des mémoires sous la direction des auteurs : en France, il s'agissait d'élèves de l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (ENSAE) de Paris, et au Brésil d'étudiants boursiers de recherche du département de sciences sociales de l'Université d'Etat de Rio de Janeiro (UERJ). Les personnes à interroger devaient avoir entre 25 et 40 ans. Les enquêtés français résidaient presque tous dans l'agglomération de Paris, et les Brésiliens tous dans celle de Rio de Janeiro. En France, aucune recommandation n'a été donnée initialement sur l'appartenance sociale des personnes à interroger : il en résulte que les enquêtés appartiennent dans leur grande majorité aux classes moyennes et supérieures. Au Brésil, deux échantillons assez distincts ont été interrogés : des membres des classes moyennes, et un petit échantillon d'habitants de favelas.

L'entretien avait pour objet la biographie amoureuse et sexuelle de la personne, avec un accent particulier sur les débuts. Un même guide d'entretien a été utilisé à Paris et à Rio, qui suivait en principe le déroulement des relations amoureuses de la personne, en ne négligeant pas les périodes sans partenaire stable. En France, 80 entretiens ont été réalisés entre 1993 et 1995 ; au Brésil, 45 entretiens en 1994 et 1995.

2. Sélection et analyse d'un corpus

Pour mener à bien l'analyse présentée ici, nous avons sélectionné 12 entretiens de chaque pays (6 femmes et 6 hommes), en tenant compte de leur qualité (guide d'entretien bien suivi, bonne qualité de la reconstitution biographique) et en choisissant des individus au moins partiellement comparables d'un pays à l'autre, soit par leurs caractéristiques sociales, soit par leur biographie amoureuse. La notion de « comparabilité » est évidemment à relativiser, ne serait-ce qu'en raison des différences de structure sociale entre les deux pays (les inégalités étant beaucoup plus accentuées au Brésil). Même en tenant compte de cet écart structurel, les échantillons masculins restent assez différents, les hommes sélectionnés en France appartenant à des milieux globalement plus aisés que les Brésiliens.

L'objectif de la comparaison n'est pas de « mesurer » des comportements (comme l'âge au premier rapport, par exemple) : il existe dans les deux pays des enquêtes quantitatives qui fournissent les données en question (Bozon 1993 ; Caraël 1995). On cherche à éclairer le passage à la vie amoureuse adulte, en rapprochant les comportements, les perceptions et les attitudes des acteurs en situation. Deux axes d'interprétation sont privilégiés : les différences et interactions entre hommes et femmes, les différences entre cultures. L'utilisation des entretiens est essentiellement thématique. Ainsi sur un thème donné (par exemple, la conception de l'expérience amoureuse), on peut faire apparaître l'éventail des attitudes, sans prétendre le quantifier. Ou bien, on peut constituer des paires d'individus (un[e] Français [e] et un[e] Brésilien[ne]) aussi proches que possible par leurs caractéristiques, et analyser leurs comportements terme à terme, afin de faire apparaître les similitudes et les différences éventuelles de logiques : l'appariement serait, pour l'analyse d'entretiens, une sorte d'équivalent de l'analyse « toutes choses égales par ailleurs » sur des données quantitatives.

3. Caractéristiques des personnes interrogées

Outre les caractéristiques socio-démographiques de la personne, on indique son âge au premier rapport sexuel et le lien qu'elle avait avec son(sa) premier(ère) partenaire. Pour les habitants de Rio de Janeiro, on indique en outre le quartier d'habitation, considéré comme un indicateur de position sociale.

Au Brésil

 – Nadia, 38 ans, professeur du second degré. Père : propriétaire d'une chaîne de magasins. Premier rapport : 24 ans, avec un ancien namorado. Résidence : Meier.

 – Natalia, 35 ans, professeur de lycée et de collège. Père : coiffeur. Premier rapport : 19 ans, avec son futur mari. Résidence : Engenho de Dentro.

 – Denise, 28 ans, orthophoniste. Père : administrateur d'entreprises. Premier rapport : 22 ans, avec son futur mari. Résidence : Grajaú.

 – Tania, 26 ans, vendeuse de boutique et étudiante. Père : dessinateur dans l'aéronautique. Premier rapport : 18 ans, avec son premier namorado sérieux. Résidence : Rocha Miranda.

Maria, 26 ans, femme de ménage dans une entreprise. Père : maçon. Premier rapport : 12 ans, avec un garçon qui l'a abandonnée aussitôt. Résidence : favela du Borel.

 – Suely, 36 ans, employée de maison. Père : ouvrier dans une usine textile. Premier rapport : 15 ans, violée par un oncle. Résidence : favela du Borel.

 – Joaõ Manoel, 28 ans, économiste (sans emploi). Père : chauffeur de camion. Premier rapport : 17 ans, avec une inconnue rencontrée au bal. Résidence : Niteroi.

 – Luis Fernando, 25 ans, employé de bureau et étudiant. Père : patron d'un bateau de pêche. Premier rapport : 14 ans, avec une employée de maison. Résidence : Tijuca.

 – David, 27 ans, professeur de lycée et de collège. Père : tailleur. Premier rapport : 17 ans, avec une namorada. Résidence : Centre.

 – Sergio, 26 ans, informaticien et étudiant. Père : représentant de commerce. Premier rapport : 18 ans, avec une namorada. Résidence : Copacabana.

 – Mario, 29 ans, aide-chauffeur dans une entreprise. Père : menuisier. Premier rapport : 14 ans, avec une « fille facile » (uma menina de farra). Résidence : favela du Borel.

 – Nelio, 24 ans, homme de service dans un immeuble d'habitation. Père adoptif : maçon. Premier rapport : 18 ans, avec une namorada. Résidence : favela du Borel.

En France

 – Florence, 40 ans, professeur de lycée. Père : artisan-commerçant. Premier rapport : 18 ans, avec un camarade de faculté dont elle n'était pas amoureuse.

 – Eléonore, 26 ans, styliste textile. Père : architecte. Premier rapport : 18 ans, avec un homme présenté par une amie, qu'elle n'a jamais revu.

 – Justine, 24 ans, vendeuse dans une boutique. Père : cadre (?). Premier rapport : 19 ans, avec son premier amoureux sérieux.

 – Gisèle, 32 ans, aide-soignante, actuellement au foyer. Père : contremaître en usine. Premier rapport : 17 ans, avec son premier amoureux sérieux.

 – Karine, 28 ans, secrétaire, en reprise d'études. Père : chercheur chimiste. Premier rapport : 18 ans, violée lors d'une soirée.

 – Nathalie, 29 ans, gérante d'un magasin d'habillement. Père : informaticien. Premier rapport : 17 ans, avec un ami du frère.

 – Thomas, 27 ans, étudiant en géographie. Père : chercheur en biologie. Premier rapport : 15 ans, avec une prostituée.

 – Pierre, 29 ans, statisticien. Père : professeur. Premier rapport : 17 ans, avec une « petite amie » (relation brève).

 – Frédéric, 36 ans, journaliste. Milieu aisé. Premier rapport : 15 ans, avec une femme qui gardait les enfants de son oncle.

 – Sébastien, 34 ans, garçon de café. Milieu ouvrier. Premier rapport : 16 ans, avec une jeune fille rencontrée dans un foyer d'apprentis.

 – Marc, 27 ans, étudiant en sociologie. Père adoptif : ingénieur. Premier rapport : 17 ans, avec une amie rencontrée en vacances.

  • Patrice, 25 ans, cadre financier. Milieu très aisé. Premier rapport : 17 ans, avec sa première amoureuse.

Haut de page

Notes

1On pourrait analyser la diffusion mondiale de l'idéologie de l'amour romantique occidental (Rougemont 1972). L'idéologie de la « romance » est un mythe puissant dont les effets sont toujours présents.
2Les auteurs ont jusque-là surtout travaillé sur leur propre société. Michel Bozon a mené des recherches sur la formation des couples et sur la sexualité en France, à partir de données quantitatives. Maria Luiza Heilborn a mené des études sur la conjugalité hétérosexuelle et homosexuelle au Brésil. Cet article se limite aux relations hétérosexuelles. D'autres auteurs (Mendes-Leite 1995) ont mené des recherches comparatives sur les relations homosexuelles.
3Jean-Claude Kaufmann a admirablement analysé la complexité du processus de « banalisation » des comportements, qui nous fait « voir sans voir » (Kaufmann 1995).
4Les individus âgés de 40 ans et ceux qui ont 25 ans n'appartiennent pas aux mêmes générations. Mais, d'après les enquêtes quantitatives sur les comportements sexuels (Bozon 1993 ; Caraël 1995), l'âge au premier rapport sexuel a peu changé d'une génération à l'autre ; en revanche, l'accès à la contraception est devenu plus facile, notamment au Brésil.
5Dans l'exercice de comparaison auquel nous nous sommes livrés, le risque est toujours grand de tirer des conclusions trop générales par rapport aux données dont on dispose, même si nous avons réalisé beaucoup plus d'entretiens que nous n'en avons explicitement analysé ici. Il importe de rappeler que les enquêtés proviennent de deux grandes métropoles dans chacun des pays et que, au Brésil en particulier, les tendances qui apparaissent dans l'analyse ne sauraient être extrapolées à l'ensemble du pays. Notre point de vue, à travers l'examen des contrastes, consiste à faire apparaître des processus de construction différents des émotions et des sentiments amoureux dans chacun des contextes. Il ne se substitue pas à des études approfondies dans chacun des pays, rendant pleinement compte de toutes les différences internes.
6Au Brésil, les motels sont très différents des hôtels. « Institutions » caractéristiques des villes, souvent installés dans leur périphérie, ce sont des lieux où les amoureux vivant chez leurs parents, les couples illégitimes ou occasionnels, mais également les couples légitimes voulant sortir du cadre familial, peuvent trouver un moment d'intimité en échappant temporairement aux contraintes sociales.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bozon M. & M. L. Heilborn, 1996, « Les caresses et les mots. Initiations amoureuses à Rio de Janeiro et à paris », Terrain, n° 27, pp. 37-58.

Référence électronique

Michel Bozon et Maria Luiza Heiborn, « Les caresses et les mots », Terrain [En ligne], 27 | septembre 1996, mis en ligne le 18 juin 2007, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3382 ; DOI : 10.4000/terrain.3382

Haut de page

Auteurs

Michel Bozon

Institut national d'études démographiques, Paris

Articles du même auteur

Maria Luiza Heiborn

Université d'État de Rio de Janeiro et CNPq

Haut de page

  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals