Navigation – Plan du site
Repères

Christophe Colomb, l'impossible héros

Daniel Fabre
p. 125-138

Résumés

Alors qu'approchait le quatrième centenaire de la " découverte de l'Amérique ", un mouvement fut lancé en France pour la canonisation de Christophe Colomb. Partie de cercles intellectuels en marge du catholicisme, cette action utilisa toutes les voies classiques de la canonisation et fut même très encouragée par le pape. Pourtant, ce qui caractérise surtout son discours est l'élaboration, à contre-courant, d'une lecture symbolique et providentielle du " Christophore ", du navigateur inspiré qui a " porté le Christ " dans le nouveau monde. Cette canonisation échoua au dernier moment et, depuis lors, chaque tentative a eu le même sort. Le destin posthume de Christophe Colomb illustre, a contrario, les principes qui fondent la relation d'un personnage historique, d'un peuple et d'une terre, l'identification d'un héros et d'une nation.

Haut de page

Texte intégral

1Un océan d'écrits et d'images, qui s'étendent sur cinq siècles et couvrent l'Europe et les deux Amériques, avec pour seul propos un homme, Christophe Colomb, dit l'Amiral, le Navigateur et le Découvreur. On ne saurait rêver plus vaste chantier de fabrication du héros. Là, dans la multitude des versions et refontes d'une figure unique, l'héroïsation devrait mieux révéler ses récurrences et ses évolutions, ses procédés et ses inventions. Et ce d'autant mieux que le personnage de Christophe Colomb apparaît, au cours des deux derniers siècles de son histoire posthume, porteur d'une double tension. Héros progressiste, placé dans le panthéon des savants modernes pour les uns, il devient pour d'autres le saint prophète, le missionnaire qui a porté le message chrétien aux dimensions de l'univers terrestre. Fils d'un lieu ou d'une nation, pour ceux qui se disputent la gloire de l'avoir vu naître ou d'avoir accueilli ses entreprises, il est, par ailleurs, conçu et construit comme un héros universel, le seul peut-être.

2Ces canevas manient, en dépit de tout ce qui les oppose, une matière biographique relativement homogène – elle fut très tôt fixée par les écrits de Colomb et de son fils Fernando – mais ils s'ingénient à en déplacer les accents et, surtout, à en défaire selon des principes distincts les nœuds les plus dramatiques. Les vies racontées et célébrées soulignent toutes des « mystères » dont la solution est censée faire surgir le sens, le vrai et unique sens du destin héroïque. On admet généralement que la figure de tout héros s'alimente de ces polémiques, mais, concernant le Navigateur, le caractère essentiel et permanent de cette instabilité n'interdit-il pas tout consensus, fût-il local et provisoire ? En ce cas, l'être pluriel que nous désignons toujours comme Christophe Colomb pourrait incarner les paradoxes, les apories et les contradictions mortelles qui tenaillent la figure héroïque au cours de la longue histoire de la modernité occidentale. Tour à tour héros et antihéros, héros manqué pour avoir failli être héros idéal, Colomb nous donne à penser les principales façons de produire socialement et idéologiquement l'héroïcité. C'est, en tout cas, comme tel que je vais le considérer. Pour aborder ce sujet sans frontière, un point de départ assez particulier s'est imposé. Nous voici au milieu du xixe siècle, dans la zone des turbulences extrêmes déclenchées par la question, aussi grave que passionnée, de la canonisation romaine du découvreur de l'Amérique1.

« Le révélateur du globe »

3Sous ce titre paraît, en 1884, le premier livre de Léon Bloy. Il est ouvert par une préface de Barbey d'Aurevilly, qui, plein de solennité, raconte : « C'était en 1856. Un homme, en ce temps-là, s'aperçut, un jour, de la monstruosité sous laquelle le monde vivait en paix et allait son train. C'est que Christophe Colomb – l'un des hommes les plus grands qui ait jamais existé – n'avait littéralement pas d'histoire » (Bloy 1964 : 16). Un gentilhomme gascon, au catholicisme extrême et ombrageux, Roselly de Lorgues, déjà auteur d'une apologie colombienne intitulée La Croix dans les deux mondes (1845), entreprit dès 1853 de racheter cet oubli à l'incitation du pape Pie IX en personne, qui lui demanda d'écrire la grande biographie tant attendue. Son livre, Christophe Colomb. Histoire de sa vie et de ses voyages, paraîtra à Paris trois ans plus tard. Dès lors, une conquête progressive de l'opinion s'engage ; elle passe par la constitution d'un groupe de pression ecclésiastique qui travaille à faire reconnaître l'apostolat de Colomb, non sans rencontrer de très vives résistances à l'intérieur de l'Église. Le concile de 1869 semble offrir une occasion idéale, mais la guerre qui éclate ajourne le débat. Comble de malheur, en 1878, Pie IX, qui semblait le plus sûr des soutiens, meurt. Roselly de Lorgues a été, l'année précédente, désigné, bien que laïc, comme postulateur officiel. Sous l'égide de l'ordre de Saint-François, dont Colomb aurait été un dévot, il doit établir le dossier qui fera éclater sa sainteté. En fait, il ne parviendra même pas à introduire la « cause » devant le tribunal des saints qu'est la Sacrée Congrégation des rites, à Rome.

4Léon Bloy découvre le Christophe Colomb de Roselly de Lorgues en 1874, il en est bouleversé au point d'oser, un peu plus tard, demander audience à l'auteur, qui reconnaît aussitôt en lui un être de sa trempe, « furieusement catholique » et, surtout, attaché à « une interprétation symbolique de l'Histoire ». Le jeune homme – Léon Bloy vient d'avoir trente ans – semble prêt à reprendre le flambeau d'une entreprise bien mal en point. Pour relancer efficacement la cause, il faut, en effet, du sang neuf, des soutiens accrus, une force persuasive nouvelle. Devenu le secrétaire de son aîné, Léon Bloy va se vouer à cette tâche. Son livre condense en formules frappantes une pensée qui mérite d'être ici explicitée : quel modèle d'argumentation, quel régime de preuves utilisent ces deux défenseurs de Christophe Colomb ?

5La question est d'autant plus nécessaire que le dossier de Colomb ne répond à aucune des exigences réglementaires qui permettent, depuis les décrets d'Urbain VIII et Benoît XIV, de promouvoir un saint catholique. Le Découvreur n'a pas été un martyr de la foi. Comme il n'a aucun point d'attache, il n'est pas possible d'engager l'enquête sous l'autorité de l'évêque d'un lieu, ce qui est la forme requise. Le temps écoulé ne permet plus de recourir aux témoignages directs. Il semble n'y avoir autour de Colomb vivant et mort ni miracle caractérisé ni culte spontané et public. Enfin, comme il a vécu en situation avérée d'adultère, sa moralité familiale fait question.

6Pour contourner l'obstacle, les deux propagandistes opèrent un renversement complet. S'ils prétendent s'appuyer sur l'arsenal des pièces d'archives récemment édité par Martin Fernandez de Navarete (Madrid 1825-1837), en fait ils tirent leurs principaux arguments de ce qu'ils appellent la « vie posthume » de Colomb, c'est-à-dire d'une biographie dont les manques et les silences deviennent les preuves positives de l'absolu héroïsme chrétien. Premier principe de ce façonnage : la haute réputation n'est rien ; c'est, au contraire, dans l'incompréhension et la méconnaissance que l'on reconnaît le grand homme. Or, de son vivant, Colomb ne fut-il pas le parfait incompris ? En témoignent les difficultés qui présidèrent à la préparation de ses voyages, le scepticisme qui l'accueillit à son retour, le retournement hostile des souverains espagnols, l'obscurité dans laquelle il acheva ses jours. Rien ne vint après sa mort racheter cette humiliation. L'Église n'a pas distingué sa grandeur, les protestants et les francs-maçons l'ont défiguré, ses descendants l'ont renié – ce que confirmera, en 1892, le fait que l'Academia Colombiana couronne la biographie d'Henri Harisse, qui n'est, pour Bloy, qu'un « méthodiste mâtiné de sémite ». Quant aux nations qui lui doivent tant, l'une, l'Espagne, l'a sacrifié à des intérêts immédiats, l'autre, Gênes, l'a rejeté puis enrôlé dans le camp des républicains. Il reste la France, qui doit, elle aussi, racheter une faute puisque c'est en Lorraine que le cartographe Amerigo Vespucci a substitué son nom à celui donné par Colomb à son Nouveau Monde, Terra Sanctae Crucis devenant America.

Une autre Histoire

7Cette dénégation systématique de l'être d'exception est un argument majeur mais qui ne suffit pas. Il doit être complété par une interprétation nouvelle de l'Histoire. Bloy doit sans doute celle-ci à son confesseur, l'abbé Tardif de Moidrey, mais il est sûr qu'elle correspond à une tendance puissante, même si elle est minoritaire, chez les penseurs catholiques de l'époque2. Elle consiste à produire une lecture intégralement providentielle de l'Histoire à l'aide de procédures qui méritent une définition précise. Dans cet atelier de l'héroïsation, on peaufine, en effet, les instruments infaillibles de la reconnaissance du héros, on apprend à repérer les signes, invisibles au vulgaire, qui le distinguent à jamais. Dans le flux bouillonnant du discours de Léon Bloy, essayons d'extraire quelques-unes de ses techniques de dévoilement.

8L'une d'elles s'attache au nom propre, premier support de la singularité. Il est arrivé à Colomb lui-même de gloser, dans sa signature, son prénom : Christum ferens, rappelant que saint Christophe s'est distingué dans la légende comme Christo-phoros, « porteur du Christ ». Quant au nom de famille, il renvoie au moins à deux épisodes bibliques : la colombe, disparaissant sur l'infini des eaux, annonce à Noé la fin du Déluge, plus tard elle incarnera le Saint-Esprit. Donc, selon l'adage, nomen est omen, et la prédestination onomastique se vérifie dès les premiers temps de la découverte ; Colomb est un « planteur de croix », non « en signe de possession [...] ainsi que l'a prétendu l'école protestante, mais pour annoncer le Salut » (Bloy 1964 : 75, 1).

9Pareille lecture des noms apparaît comme une application particulière de la théorie des coïncidences providentielles qui charpente toute la démonstration. Pour Bloy, le plan divin se manifeste moins par le miracle – tel que l'entend communément l'Église, il relève souvent du prodige de foire – que par « une multitude de faits d'ordre naturel » agencés de telle sorte qu'un destin exceptionnel en résulte. L'événement n'est rien s'il n'entre pas dans une constellation de signes. La Bible est le grand recueil que l'on doit décrypter d'abord. Bloy l'utilise à la manière des interprètes dits « typologistes », mais lui ne se contente pas de montrer comment l'Ancien Testament annonce le Nouveau, il débusque dans le texte biblique la trame complète de l'Histoire et des vies héroïques à venir. Donc, Christophe Colomb doit être annoncé dans la Bible, et le voici en effet, dans l'Ecclésiaste (XLVIII) et, surtout, dans Isaïe (LX) qui prophétise sur les îles lointaines et compare à des colombes les voiles déployées des navires. Là encore, la voie interprétative a été montrée par le Navigateur en personne, dans une lettre il invoque le prophète Isaïe, nourri qu'il est de ces références bibliques qui le soutiennent et le justifient. Une deuxième « preuve » est plus originale, elle emprunte à l'iconographie de saint Christophe. On sait que celui-ci est représenté dans les églises comme un géant qui, chargé du Christ enfant, traverse un gué. Pour Roselly de Lorgues et Léon Bloy, seul l'avènement de Christophe Colomb permet de comprendre l'image. Les proportions y sont simplement inversées : le gué, petit clapotis aux pieds de saint Christophe, n'est autre que l'océan dont l'immensité, difficile à traduire pour l'œil, a été transférée au saint. La fameuse scène devant laquelle les voyageurs médiévaux venaient se recueillir dans les églises, avant de prendre la route, n'est autre que la future traversée de l'Atlantique par le porteur du Christ (Bloy 1964 : 94-97). Un dernier ensemble de rencontres calendaires parachève la démonstration. Léon Bloy remarque que saint Ignace de Loyola vient au monde un an avant la découverte et que la naissance de saint François Xavier précède de dix-sept jours la mort de Colomb. Ces trois géants de la foi forment la première triade missionnaire (ibid. : 45). « Ces coïncidences, commente Bloy, n'ont rien de fortuit, elles sont au contraire infiniment calculées et infiniment sages, c'est-à-dire providentielles. » Ainsi le grand homme, l'« homme de désir » – héros et saint – s'impose-t-il comme un « foyer de gravitation pour la multitude des âmes qui correspondent à sa destinée et qui sont mystérieusement orbitées par lui comme une glorieuse constellation de satellites spirituels ».

10Dans « l'immobile canevas du plan divin », ces phénomènes de « rétroaction providentielle » sont redoublés, au présent, par de soudains jaillissements de « correspondances » qui désignent les authentiques révélateurs du héros. Pie IX en est le principal. Ses rapports avec Christophe Colomb fournissent l'argument ultime. Ce pape fut, en effet, le premier de toute l'histoire chrétienne à se rendre en Amérique. Alors qu'il était jeune prêtre, il visita des missions au Chili, au Pérou, en Colombie. Il devint ensuite évêque, puis cardinal, et son élection au trône papal fut précédée d'un signe extraordinaire. Sur la route qui le mène au conclave « en traversant Fossombrone, petite ville des Marches, la voiture, arrêtée pendant quelques instants, est naturellement environnée par la foule. [...] Tout à coup, descendant du haut des airs, une colombe blanche vient se poser sur la voiture. La foule bat des mains et pousse à l'envi l'expressive exclamation familière au peuple des États pontificaux : "Evviva ! Evviva !" Mais comme les cris n'effraient point la colombe, la pensée vient aux spectateurs que cette apparition est un présage [...] et les exclamations redoublent : "Evviva ! Evviva ! Voici le pape !" ». Pour Léon Bloy, l'évidence s'impose : « Pie IX et Christophe Colomb correspondent sympathiquement l'un à l'autre suivant une loi spirituelle identique à la loi physique d'attraction des mondes » (Bloy 1964 : 55). Des analogies moins évidentes resserrent et affermissent ce lien. C'est, cette fois, la biographie de Christophe Colomb qui anticipe sur le cours de l'histoire chrétienne. Vivant, le Navigateur aurait manifesté un très vif attachement à l'égard du pape, il lui a écrit, il a demandé à être reçu, il a marqué à plusieurs occasions l'espoir qu'il place en Rome. D'autre part, il a fondé à Haïti une cité, Concepción, placée sous le signe de la Vierge. Pour nos panégyristes, ces deux faits préfigurent exactement les dogmes dont Pie IX sera le promoteur : l'infaillibilité papale, d'une part, et l'Immaculée Conception, de l'autre. Le porteur du Christ a réuni les deux moitiés du globe sous le signe de la croix ; de même, le pape à la colombe a parachevé en deux temps l'édifice dogmatique chrétien.

11L'ensemble de ces raisons relève, on l'aura noté, d'un irrationalisme militant qui fulmine contre la critique historique des « investigateurs vermiculaires », dévots du « document inanimé », qui combat une conception « judiciaire » de la tradition conçue comme une chaîne de paroles humaines. A cela, qui n'est autre que la démarche de l'Église moderne quand elle fabrique ses saints, Léon Bloy oppose la Tradition vraie qui n'est pas le produit d'une herméneutique systématisée (cabalistique, astrologique ou numérologique) mais plutôt un exercice conscient du bricolage de la pensée mythique ici revendiquée comme mère de vérité. Il est aussi vrai que cette « méthode » pour décoder la « céleste mathématique » convient mieux à l'exception héroïque qu'à la sainteté plus banale. C'est bien un héroïsme chrétien que Léon Bloy exalte, marqué du sceau de la prédestination, de l'édification, de la contradiction et de l'exception (Bloy 1964 : 90). Il dresse ce modèle contre la cohorte des modestes dévots, comme saint Benoît-Joseph Labre ou le curé d'Ars, ces saints des temps démocratiques dont il vilipende la piété soumise. Que finalement le successeur de Pie IX, Léon XIII, ait simplement, dans une lettre pontificale de 1892, reconnu la foi du Navigateur – Colombus noster est – tout en se refusant à en faire un saint selon la norme romaine confirme avec éclat son caractère exceptionnel de héros. Le millier de signatures recueillies auprès des évêques du monde ne put que rester sans effet. Christophe Colomb, auréolé des signes cosmiques de sa prédestination, était décidément trop grand pour être compris par l'Église.

Le premier des modernes

12Le combat pour la canonisation dura plus d'un demi-siècle, et sans doute n'aurait-il pas pris des formes aussi vives si un autre Colomb n'était apparu par ailleurs. On peut en esquisser le portrait à partir des biographies et, surtout, des images, des représentations contemporaines3. Roselly de Lorgues et Léon Bloy montrent d'un doigt accusateur le foyer où se forge cette figure concurrente : s'agissant de leur héros, l'Église, affirment-ils, a laissé le champ libre à l'historiographie protestante, voire franc-maçonne. Washington Irving a, dès 1831, produit la première biographie moderne et, en 1835-1839, le grand naturaliste et géographie Alexandre de Humboldt publie son Examen critique de l'histoire de la géographie du Nouveau Continent dont il reprendra les termes dans Cosmos, son testament scientifique. Colomb est au cœur de la fresque, sa cosmographie est pour la première fois située au sein du savoir de son temps, « sa découverte, pour Humboldt, est le résultat de la longue marche de l'humanité sur le chemin difficile des progrès de la connaissance ». Loin d'être un héros infaillible, Colomb est un homme de la fin du Moyen Age qui a partagé les ignorances communes à son époque, mais ces ignorances l'ont poussé à agir. « Quel que soit le motif, tout ce qui excite au mouvement, soit erreur, soit prévision vague et instinctive, soit argumentation raisonnée, conduit à étendre la sphère des idées, à ouvrir de nouvelles voies au pouvoir de l'intelligence » (Humboldt 1836-1837). Colomb est l'homme d'une qualité première : l'émerveillement ; cependant, même fasciné il sait encore voir, d'un regard exceptionnellement observateur et lucide. Laissant dans l'ombre le voyageur mystique parti à la recherche du paradis terrestre tout comme l'aventurier avide d'or, Humboldt fait de Colomb un héros de la connaissance4. Là se tient la conversion capitale qui désigne le Navigateur à la ferveur de tous les partisans du progrès scientifique et politique. De nombreux monuments s'élèvent pour annoncer la nouvelle foi. Celui de Gênes, la ville natale, bâti entre 1846 et 1862, le juche sur un haut piédestal, désignant de la main droite les espaces lointains, dominant de toute sa stature les allégories des vertus et des quatre parties du monde. Celui du port de Barcelone (1882-1884) le place sur un globe au sommet d'une immense colonne. Et il faudrait citer encore le monument de Gaetano Russo, à New York, et celui de San Juan de Porto Rico... Les Expositions universelles deviennent, à partir de 1851, la scène liturgique où le monde est censé communier autour de l'ouvreur des temps modernes, et les énormes cérémonies qui, en 1892, célébreront, en Europe et en Amérique, l'anniversaire de la découverte exalteront, en termes homogènes, cette figure-là. Mais la glorification laïque serait insuffisante si le contrepoint de l'incompréhension, de la calomnie et de la souffrance ne venait entretenir une inguérissable blessure. Au xixe siècle, dans l'iconographie de Colomb, prenant le relais du portrait et du cycle, triomphent quatre scènes inlassablement dessinées, gravées, peintes et reproduites : Colomb affrontant les docteurs à Salamanque, Colomb au monastère de la Rabida avec Diego, son premier fils, Colomb en prison enchaîné et déchu, Colomb mourant dans la solitude. Delacroix, en 1838, après la lecture de la biographie d'Irving, ne pouvait que peindre cette dualité du destin héroïque : face au tableau de la gloire – qui montre Colomb vêtu en prince oriental offrant aux Rois Catholiques les trésors du Nouveau Monde –, il place une scène, dépouillée jusqu'à l'austérité, où l'on voit le Découvreur, réfugié avec son fils sous les voûtes de la Rabida, jeter un regard désabusé sur une carte qu'il sait fausse.

13Une fois dessiné ce portrait, qui pose Colomb en victime de l'obscurantisme catholique, aux côtés de Giordano Bruno et de Galilée, la guerre des images se réveille épisodiquement. Les fervents de la Tradition dénoncent l'usage républicain du Découvreur. « Ils ont prostitué le nom de Colomb, tonne Léon Bloy, le traînant dans leur fange, le donnant à des écoles d'enseignement obligatoire et laïque, des estaminets, des tripots. Les sectaires des sociétés occultes, les agents du communisme et de l'Internationale, ces violents ennemis de la papauté l'ont pris pour mot de passe. Ils ont souillé à plaisir ce nom sublime, le faisant servir à fonder, qui l'eût osé croire !... une loge de francs-maçons. » Gênes, le pays natal, s'est plus que tout autre déshonoré en célébrant sous son égide, le 17 mars 1872, les funérailles du « chef démoniaque des révolutionnaires, le grand hiérophante de l'assassinat, le frénétique Mazzini ». Et Bloy de citer encore Roselly de Lorgues : « Ils ont mis sur le char funèbre, près du cercueil, le portrait du serviteur de Dieu avec ceux de l'hérésiarque Arnaud de Brescia, du conspirateur Colas de Rienzi et du ténébreux Machiavel, et ces funérailles impies n'ont soulevé personne » (Bloy 1964 : 78-79). Mais cette entrée dans le panthéon de la gauche républicaine, qui aurait pu assurer à Colomb une reconnaissance définitive, sera d'assez courte durée, en Italie même. En effet, le zèle catholique contraindra bientôt les progressistes à renier le porteur du Christ. Ainsi, à Rome, le buste placé Viale dei Castagni, sur le Pincio, devait être, à l'occasion du quatrième centenaire, couronné par des associations catholiques. Une contre-manifestation de gauche le couvrit de drapeaux tricolores aux cris de : « A bas le Vatican ! Vive Giordano Bruno ! A bas les prêtres ! A bas Carpineto ! Vive Garibaldi ! Vive l'Italie ! A bas Christophe Colomb ! Vive la brèche de Porta Pia ! » A l'arrivée des carabiniers, la statue fut jetée à terre et ensevelie sous des branches5. Que, trente ans plus tard, le fascisme ait vu dans le Découvreur un précurseur de la grandeur impériale retrouvée n'a pu que confirmer ce rejet républicain6.

14Au-delà de leur antagonisme radical, les figures auxquelles Bloy et Humboldt ont donné une forme achevée se rejoignent pourtant sur un point essentiel : le « révélateur du globe » et le découvreur de l'Amérique sont également des méconnus, quasiment des maudits. Et surtout, les deux religions – celle du catholicisme antimoderne et celle de la science – se retrouvent et se confrontent autour d'une même ambition : faire de Colomb un héros universel. Reste à comprendre pourquoi elles n'ont ni l'une ni l'autre abouti.

Une identité brisée

15Les fabrications du héros que nous venons de retracer convergent donc autour d'un inachèvement. Elles ne parviendront pas au but qu'elles s'étaient fixé, Colomb restera un héros trop artificiel, trop partiel et trop discuté. Il faut croire que les matériaux de son héroïsation contrarient quelques principes essentiels, puisqu'il ne suffit pas de lever les obstacles factuels – que l'on oppose parfois à la promotion du héros – pour que tout rentre dans l'ordre. Un événement, apparemment capital, de l'histoire posthume de Colomb va nous en fournir la démonstration.

16Ce héros n'a pas vraiment de corps et l'Église a bien du mal à en faire un saint. Aucun tombeau n'a suscité le miracle et la dévotion, pas le moindre reste qui pourrait être reconnu et exhaussé au rang de relique. Une gêne informulée naît de cette évanescence. On sait que le Navigateur est mort à Valladolid en 1506, que sa dépouille fut peu après transportée dans un couvent de Séville avant d'être, trente-trois ans plus tard, transférée, selon ses derniers vœux, au-delà des mers, à Saint-Domingue. En 1796, après la cession de Saint-Domingue à la France, ce que l'on prend pour le corps de Colomb – « une poussière anonyme trouvée dans un caveau sans armoiries ni inscriptions d'aucune sorte », écrit Léon Bloy – est à nouveau exhumé et part pour La Havane où la cathédrale le reçoit. Mais un doute s'installe : est-il si certain que ce soit le « vrai » Amiral qui repose à Cuba, sous l'autorité méprisante de l'Espagne ? D'ailleurs, en 1834, une rumeur court La Havane : quelques années auparavant, les restes illustres auraient été relégués à la sauvette dans le cimetière de la ville. L'emplacement de cette sépulture sans nom a, bien sûr, été oublié. Les thuriféraires de tous bords, au xixe siècle, sont donc aux prises avec cette incertitude, cette absence. Soudain, le 10 septembre 1877, dans l'année qui précède la mort de Pie IX, le pape à la colombe, coup de théâtre. On annonce qu'à Saint-Domingue le corps authentique vient d'être retrouvé par l'ingénieur chargé d'une réfection de la cathédrale. Il aurait été enseveli « sous l'Évangile », dans un coffre métallique portant des inscriptions abrégées dans lesquelles on voulut reconnaître le nom et les titres de Colomb. Quelques médecins experts eurent beau confirmer, à trois reprises, la réalité du corps et les défenseurs de la « cause » crier au miracle, les doutes n'en furent pas levés pour autant. Ceux qui annonçaient d'immenses pèlerinages durent déchanter, aucune ferveur universelle n'entoura le corps réapparu7. A vrai dire, le dernier épisode de cette histoire ne fait que répéter les avatars précédents. La pérégrination séculaire des restes, à l'inverse de celle qui sanctifie les reliques parce qu'elle dessine un espace politique et symbolique clairement orienté, semble avoir eu pour corollaire non une progression mais une perpétuelle hésitation de l'héroïsation.

17Notons d'abord que celle de Colomb ne donne pas lieu à ces diptyques stables (virilité-féminité, intégrité physique-infirmité...) qui, nous le savons, soutiennent de leurs contrastes la construction narrative et figurée de bien des héros. Pour lui, les oppositions, si l'on excepte l'alternance du succès et de l'échec, sont le plus souvent exclusives et inconciliables. Les images ennemies tendent à s'annuler. Cette incapacité à cristalliser, à « prendre », tient à une série de raisons qui fournissent, en creux, une définition du héros réussi. Christophe Colomb apparaît, en effet, toujours frappé d'une double insuffisance. La première touche à la relation du personnage et d'un territoire, géographique, politique et social ; la seconde concerne la valeur, défendue ou incarnée, qui, le distinguant du commun, établirait sa transcendance.

L'homme sans lieu

18Christophe Colomb n'appartient pleinement à aucun lieu. Ce déracinement ne permet pas, nous l'avons déjà noté, d'en faire un saint par la voie normale. Mais, de plus, l'incertitude frappe toutes les tentatives d'adoption posthume. Arguant du fait que Colomb n'a pas laissé une ligne d'italien, certains mettent en doute sa naissance génoise. On ne saurait davantage admettre sans discussion une patrie d'élection. Les Portugais ont mal accueilli ses premiers projets, les Castillans l'ont finalement destitué. N'était-il pas plutôt corse ou catalan, suggèrent alors certains biographes ? C'est au regard de cette perplexité que des initiatives sont prises, en France, pour récupérer le héros sans demeure. Les uns cherchent, en effet, dans la seconde moitié du xixe siècle, à imposer la France comme le porte-flambeau de l'authenticité catholique : « La vérité a besoin de la France », selon la formule de Joseph de Maistre que reprennent Roselly de Lorgues et Léon Bloy. Les autres voient, au contraire, dans la France le champion de la modernité technique, scientifique et coloniale. En fait, la transplantation de Colomb ne prendra durablement sur aucun de ces terreaux.

19Certes l'archevêque de Bordeaux, primat d'Aquitaine et métropolitain des évêchés des Antilles, prend en personne la tête d'une croisade colombienne. En 1866, il demande l'introduction de sa cause par voie exceptionnelle et réussit d'emblée à faire écrire à Rome une vingtaine de prélats. Mais on ne saurait parler d'un véritable élan de l'opinion cléricale. De même, les tentatives pour implanter un culte « spontané » et populaire ne donnent rien. Les trois églises de Paris qui, en 1869, accueillent, le soir, des « lectures édifiantes de la vie de Christophe Colomb » ne lancent pas une dévotion. Les initiatives d'État, plus tardives, ne contribuent pas davantage à faire de Colomb un héros durable. En vue du quatrième centenaire de la découverte, se créent, sous l'égide du ministère de la Marine, des commissions départementales chargées de promouvoir la connaissance et la célébration du Découvreur. Plusieurs feront, autour de 1892, imprimer leurs travaux à la fois scientifiques et littéraires, mais, là encore, l'intérêt reste confiné dans le petit monde académique local. Les centaines d'opuscules, poèmes, hymnes, pièces de théâtre, gravures et peintures historiques que Colomb suscite en France – comme dans les autres nations du Sud européen – ne dépassent jamais le lieu commun à la mode, qu'il soit teinté de libéralisme ou de cléricalisme8. Il est vrai que la galerie des héros historiques français est déjà remplie par tous ceux dont on a pu récrire, dans une perspective nationale, la geste de modeleurs de la société et de défenseurs du sol. Christophe Colomb n'est pas de ceux-là.

20Qu'en est-il alors dans les sociétés nouvelles du Nouveau Monde ? Elles nous révèlent un autre Christophe Colomb, authentique héros des voyageurs sans retour, des émigrants de l'Europe du Sud. En Amérique espagnole, la déférence est d'abord le fait d'une élite, si l'on en croit les conditions d'implantation de monuments qui furent, en Argentine par exemple, privés avant d'être publics. Aux États-Unis, dès 1789, une société politique a pris à New York le nom de Société de Tammany, ou Ordre de Colomb, et le 12 octobre 1792, pour la première fois consacré Jour de Colomb, donne lieu à un banquet agrémenté de chants patriotiques. Mais la passion ne vint que beaucoup plus tard, avec la deuxième vague d'émigration, celle des années 1880. Elle amène en masse des Italiens qui, tout en célébrant, en bons Américains, le Colombus Day, font du Navigateur génois leur génie tutélaire ethnique. C'est alors que les monuments non seulement se dressent mais donnent lieu à des honneurs collectifs et à des dévotions personnelles9. Au début de 1926, lorsqu'un mouvement pour la canonisation renaît aux États-Unis, les Knights of Columbus en sont le fer de lance : fondés en 1882, ils se recrutent dans les milieux catholiques italiens et irlandais. Le Découvreur semble donc ici voué à la gloire intermittente et marginale de héros des minorités en quête d'intégration ; il ne coïncide pas avec un territoire qui lui serait reconnu, fût-ce polémiquement.

L'homme sans foi

21Quant à la valeur qui permettrait de relier ce destin à une transcendance, elle se révèle plus discutée encore. Une question suffit à faire surgir toutes les perplexités : à quoi croyait Christophe Colomb ou, autrement dit, au nom de quoi a-t-il conduit ses entreprises ?

22Les fervents de la sainteté répondent sans ambages : au nom de la foi chrétienne. Mais aussitôt, du sein même de l'Église, se lèvent des arguments contraires. On admet aujourd'hui que le projet de canonisation a achoppé sur la vie privée du Navigateur que dénonça sans faiblir un abbé génois, Sanguineti, avec le soutien de son archevêque. Christophe Colomb fut bigame, ses deux fils sont nés de femmes différentes, le plus connu, Fernando, est illégitime. Il ne s'est jamais repenti de cela, bien au contraire puisqu'il chargea son aîné, Diego, de pourvoir à l'existence de Beatriz Enriquez, sa maîtresse cordouane. Le fait, parfaitement connu et jamais réprouvé par ses contemporains, prend, dans un xixe siècle puritain, une importance décisive. On a peine à imaginer la minutie et l'ardeur des polémiques qu'il suscita. De plus, cet aspect « scandaleux » de la vie de Colomb jette une ombre sur la totalité de sa morale. Henri Vignaud (1909), distingué américaniste qui fréquenta le salon de Roselly de Lorgues vieillissant, en résume parfaitement les effets : « Nous savons aujourd'hui que, si Colomb fut héroïque dans l'adversité, il ne le fut pas dans la pratique des vertus chrétiennes. Nous savons qu'il ne vécut pas chastement. Nous savons que, s'il eut la Foi et l'Espérance, il ne fut pas charitable, car il était avide et vindicatif. Nous savons enfin que s'il fit une grande chose il n'avait pas l'âme grande car, soit que ce qu'il fit lui eût été suggéré par Toscanelli, ou indiqué par un pilote inconnu, il a caché ce qu'il devait à l'un et à l'autre. » En conclusion, sa piété n'est, selon Vignaud, pas plus intense que celle de ses contemporains, son humilité est très douteuse (ne s'est-il pas fabriqué de faux ancêtres nobles ?), sa vocation exclusive au service de Dieu est une fiction : Colomb « pensait à lui d'abord ». Vouloir en faire un héros chrétien semble donc une « singulière aberration »10. Toute la critique historique, y compris celle qui, au sein de l'Église, établit, depuis le milieu du xixe siècle, les preuves de sainteté, s'accorde sur ce point11. Par la suite, dans le courant des années 1930, le doute fut redoublé par ceux qui crurent expliquer les aspects mystérieux de la biographie colombienne par une origine juive. Sa famille, castillane d'origine, se serait trouvée exilée à Gênes, elle y parlait l'espagnol et pratiquait en secret. Certains textes de Colomb, la forme de sa signature révéleraient une culture rabbinique, voire cabalistique. Le Navigateur n'a surenchéri sur ses attachements chrétiens que pour mieux cacher son marranisme. Telle est la thèse apparue vers 1895, brillamment défendue en 1939 par Salvador de Madariaga. Plusieurs fois reprise et approfondie depuis, elle jette un soupçon définitif sur le christianisme exemplaire d'un héros décidément voué aux errances diasporiques12.

23Le Découvreur a donc peut-être agi au nom de la connaissance. C'est la conviction de tous ceux qui, au xixe siècle, en font un héros des Lumières. Mais, là encore, la critique est impitoyable. Il suffit de lire les écrits de Colomb pour reconnaître en lui un homme du bas Moyen Age, convaincu de naviguer vers les Indes, et non vers un continent inconnu, et assuré d'y trouver ce que les cosmographes médiévaux désignent parfois sur leurs cartes comme le paradis terrestre. Ici, tous les passages inspirés par les lectures bibliques deviennent des témoins à charge. En outre, les meilleurs défenseurs du génie navigateur de Colomb, Humboldt en tête, n'hésitent pas à souligner sa profonde ignorance. Il était, écrit le géographe allemand, « dépourvu de toute culture intellectuelle, dénué d'instruction, étranger à la physique et aux sciences naturelles, peu familier avec les mathématiques ». Il est donc bien difficile d'en faire le modèle des savants, d'autant qu'il fallut bien se rendre à l'évidence : Colomb est mort convaincu d'avoir abordé sur des rivages d'Asie, tout à fait ignorant d'avoir découvert l'Amérique ! C'est cela qu'après un demi-siècle de critique colombienne Jules Verne affirme carrément dans ses populaires Grands Voyageurs. Si le Navigateur figure à bon droit dans la galerie des pionniers du savoir, il ne le doit pas à la grandeur de son intelligence, seul le hasard a fait de ce marin intrépide l'incarnation tout à fait inconsciente de l'esprit de découverte. Mais alors sa personne compte infiniment moins que l'élan qui l'a porté vers l'inconnu. Les historiens laïques du Découvreur s'attachent ainsi à amoindrir, voire à effacer au fur et à mesure le portrait héroïque dont ils esquissent les contours.

24Alors, pourrait-on avancer à la manière du Don Juan de Molière, Christophe Colomb a agi par amour de l'humanité. Telle est la conviction de tous ceux qui font de l'Amiral le père de l'entreprise colonisatrice qui, selon eux, a fait passer la moitié du globe de la « barbarie » à la « civilisation ». Notons que la forme espagnole du nom propre, Colón, ajoute à cette croyance une coïncidence onomastique, déjà remarquée par Fernando, le fils cadet. Mais, là encore, l'histoire positive oblige à nuancer la magnanimité civilisatrice du héros. Les derniers voyages de Colomb furent entachés d'une extrême violence, entre les membres de l'expédition et contre les indigènes. Ce comportement, inscrit dans une certaine norme, ne fut vraiment retenu contre lui qu'au xxe siècle et d'abord, il faut le noter, par l'Église catholique excédée par le retour de flamme des canonisateurs. Aux Knights of Columbus de 1926, le Vatican répliqua par un communiqué diffusé dans la presse internationale : « Colomb ne pourra être canonisé... On retient contre lui les atrocités autorisées par lui dans les pays découverts. On lui reproche aussi des actes d'immoralité. » A l'approche du cinquième centenaire, ce thème va prendre une importance grandissante. L'arrivée de Colomb a déclenché la destruction des Indiens caraïbes d'abord, de beaucoup de cultures amérindiennes ensuite. Exterminations dues à la violence des armes, à la très redoutable « unification microbienne du monde13 » et aux désastres écologiques. Ajoutons que la traite des Noirs découle directement de ce premier génocide. En 1992, il n'y eut donc pas de trêve autour du premier visiteur du Nouveau Monde. Tout au contraire, dans l'Amérique des valeurs « multiculturelles », la plus dénonciatrice des légendes noires vint nourrir le discours autorisé. « A Berkeley, le conseil municipal rebaptise le traditionnel Columbus Day "Jour des peuples indigènes". A New York, Columbus Avenue est renommée l'"avenue du Génocide" par les organisateurs d'une contre-commémoration. » Si les 11 et 12 octobre les habituels défilés de chars ont bien lieu, ils sont, « dans les grandes villes, doublés de parades alternatives organisées par des gauchistes (Radicals) ou des groupes de Native Americans14. » En Europe aussi, et jusqu'à Séville, où se tient l'Exposition universelle, un langage nouveau tend à remplacer le mot « découverte », jugé ethnocentrique, par l'expression « rencontre des peuples », tandis que le métissage culturel vient au centre de la réflexion savante15. Cette fois, Christophe Colomb semble être définitivement passé du côté des conquérants sanguinaires, ou du moins des apprentis sorciers, dont l'humanité actuelle, celle des droits de l'homme et des cultures, ne peut que conspuer la mémoire.

Un antihéros bien singulier

25Christophe Colomb est donc toujours en position d'être disqualifié, non seulement du fait de l'antagonisme absolu des figures qu'il génère, mais par une inversion constante des traits que l'on retient pour dire le héros. Aucun de ses actes ou de ses comportements qui soit resté incontesté, aucune distance historique qui puisse apaiser le débat. Au contraire, celui-ci semble se déplacer pour renaître de ses cendres plus intense que jamais. A ce point de l'histoire, Christophe Colomb n'est-il pas aujourd'hui devenu l'une des incarnations les plus abouties de l'antihéros, si nous entendons par là non l'homme sans qualités, l'anonyme ou le candide des sociétés modernes mais bien le héros impossible, marqué du signe de son impossibilité à être identifié et approprié comme tel ? Deux variations, parmi d'autres sans doute, ont pris acte de cette dissolution de la figure héroïque dans l'acide du soupçon.

26La première est contemporaine de la bataille de la canonisation, elle est soutenue par tout le sérieux de l'anthropologie positiviste, mais, à la relire, au terme de ce parcours, on ne peut qu'être frappé par son obstination cocasse à retourner contre Colomb les avantages que l'on concède à son tempérament aventureux et à son physique légendaire. En 1888, Cesare Lombroso fait du Navigateur l'un des grands cas historiques de L'Uomo digenio (L'Homme de génie). Là où d'aucuns voyaient un sage, il diagnostique un dégénéré : « Ses cheveux blancs et sa calvitie précoce [sont dus] au gaspillage des phosphates et plus encore à cette loi de compensation de l'énergie et de la matière qui domine dans le monde vivant. » On peut concéder à Colomb une « puissance intellectuelle » qu'il a payée par « la dégénérescence et la folie ». Mais une folie très particulière qui donne exactement l'illusion de son contraire : « La paranoïa, aiguisant son esprit et notamment sa néophilie, faisait taire les calculs de la prudence, les objections de la critique, les incertitudes de l'inertie. Cet aiguisement de l'esprit parvenait à obtenir l'apparence du génie » (Lombroso 1888 : 51).

27Une image antihéroïque d'une autre ampleur est bâtie par Alejo Carpentier, l'écrivain cubain, dans son roman La Harpe et l'ombre. Il y reprend, avec une vraie précision documentaire, l'épisode de la canonisation manquée, mais en élevant le procès du Navigateur au rang d'une confrontation qui convoque l'essentiel du xixe siècle. Dans les dernières pages, nous sommes devant Saint-Pierre de Rome en compagnie des ombres de deux grands navigateurs génois : Andrea Doria, qui a bien su mener sa barque en servant les puissants du moment sans sortir de la Mare Nostrum, et Christophe Colomb, qui est parti au loin à la poursuite d'une gloire qu'on lui refusera toujours. L'échange est vif. Pendant ce temps, les doctes de la Sacrée Congrégation des rites discutent des vertus héroïques du Christo-phoros.

28« La conversation tournait à l'aigre. Andrea Doria changea de sujet : "Comment marche ton affaire là-bas ? [faisant un signe vers la grande porte de la basilique]. – Ils m'ont vidé. – Ça devait arriver : marin et génois." Et, affectant un ton grave, il récita les vers de La Divine Comédie : Ah, Génois ! Hommes étrangers à toute bonne coutume et pétris de vice... pourquoi n'êtes-vous pas rejetés de la terre ? "Ils m'ont vidé, répétait Christos-phoros, d'une voix triste. Toi, Andrea, tu as été un grand amiral et l'on n'a voulu honorer ta mémoire que comme la mémoire d'un grand amiral... Moi aussi j'ai été un grand amiral mais comme on a voulu trop me grandir, on a rabaissé ma stature de grand amiral. – Console-toi en te disant qu'on t'élèvera des statues dans le monde entier. – Et aucune ne me ressemblera, parce que sorti du mystère je suis rentré dans le mystère sans laisser aucun portrait de moi [...]. Aujourd'hui, pour me porter trop d'admiration, quelques-uns de mes amis m'ont joué un tour pendable ! – Ça devait arriver : marin et génois. – Ils m'ont baisé", répétait l'autre, presque en sanglots. Andrea Doria posa une main invisible sur l'épaule invisible de son interlocuteur, et pour le consoler : "Quel est l'abruti qui a eu cette foutue idée qu'un marin pourrait être, un jour, canonisé, il n'y a pas un seul saint marin dans tout le calendrier, et c'est parce qu'aucun marin n'a l'étoffe d'un saint..." Il y eut une longue pause. Les deux Invisibles n'avaient plus rien à se dire : "Ciao, Colombo. – Ciao, Doria..." Et l'homme-condamné-à-être-un-homme-comme-les-autres resta à l'endroit précis de la place où, quand on regarde vers les colonnades du Bernin, la colonne frontale cache si parfaitement les trois autres que toutes quatre semblent se confondre en une seule : "Du trompe-l'œil, se dit-il, du trompe-l'œil..." » (Carpentier 1979 : 203-204).

29Ainsi, acceptant l'inéluctable anéantissement qui frappe ceux qui sont moins grands que leur aventure, constatant que les passions qui cherchent à le glorifier le défigurent et le nient une seconde fois, le dernier Christophe Colomb romanesque choisit de se retirer lui-même de l'Histoire.

Haut de page

Bibliographie

Alvarez Pedroso A., 1952 « Los restos mortales del Descubridor de América, Don Cristóbal Colón », in Atti del convegno internazionale di studi colombiani, Genova, t. III, pp. 15-23.

André M., 1927. « Christophe Colomb et l'Eglise », Les Cahiers d'Occident, 1re année, n° 4, pp. 123-136.

Bernabeu Albert S., 1984. « El IV centenario del descubrimiento de América en la coyuntura peninsular », Revista de Indias, vol. XLIV, n° 174, pp. 347-366.

Bloy L., 1964 (1884). Œuvres : Le révélateur du globe ; Christophe Colomb devant les taureaux ; Lettre encyclique, édition établie par Bollery J. et J. Petit, Paris, Mercure de France.

Bushman Cl. L., 1992. America Discovers Columbus, Hanover, University Press of New England.

Carpentier A., 1979. La harpe et l'ombre, Paris, Gallimard (éd. or. Mexico, 1979).

Colomb Ch., 1979. La découverte de l'Amérique, vol. 1 : Journal de bord. 1492-1493, vol. 2 : Relations de voyage. 1493-1501, vol. 3 : Ecrits et documents, présentés par M. Lequenne, Paris, Maspero.

Colomb F., 1986. Christophe Colomb raconté par son fils, Paris, Perrin.

Conti S., 1986. Un secolo di bibliografia colombiana, 1880-1985, Gênes.

Dubois E.T., 1965. « Léon Bloy, Paul Claudel and the reevaluation of the significance of Columbus » in Currents of Thought in French Literature. Essays in Memory of G.T. Clapton, Oxford, Basil Blackwell, pp. 131-144.

Fattorini E. (a cura di), 1977. Santi e culti, Milano, Rosenberg i Sellier.

Fernandez de Navarete M., 1825-1837. Colección de los viajes y descubrimientos que hicieron por mar los españoles desde final del siglo XV, Madrid, Biblioteca de los Autores Españoles, 5 vols.

Galzio C., 1991. L'altro Colombo. A proposito di El arpa y la sombra de Alejo Carpentier, Roma, Bulzoni.

Humboldt A. (de), 1836-1837. Examen critique de l'histoire de la géographie du Nouveau Continent, Paris, Gide, 5 vols.

1846-1848. Cosmos. Essai d'une description physique du monde, Paris, Gide et Baudry.

Irving W., 1836. Histoire de la vie et des voyages de Christophe Colomb, Paris, C. Gosselin, 2e édition (éd. or. London, 1828).

Lacorne D., 1994. « Des pères fondateurs à l'Holocauste. Deux siècles de commémorations américaines », Le débat, n° 78, janvier-février, pp. 71-81.

Larner J., 1988. « The certainty of Columbus », History, février, pp. 3-23.

Leibovici S., 1986. Christophe Colomb juif, Paris, Maisonneuve et Larose.

Lester P.M., 1993. « Looks are deceiving. The portraits of Christopher Columbus », Visual Anthropology, n° 5 (3-4), pp. 211-227.

Lombroso C., 1888. L'uomo di genio, Milano, Fratelli Bocca.

Madariaga S. (de), 1952. Christophe Colomb, Paris, Calmann Lévy (1re éd. Buenos Aires, 1939).

Mamolì Zorzì R., 1991. « L'eroe e l'ombra. Il Colombo di Washington Irving » in Irwing W., Approdo di Colombo al Mondo Nuovo, Venezia, Marsilio, pp. 9-38.

Menguet Ch., 1969. Alexandre de Humboldt, historien et géographe de l'Amérique espagnole, Paris, Maspero.

Odoardi G., 1952. « Il processo di beatificazione di Cristoforo Colombo », Atti del convegno internazionale di studi colombiani, Genova, t. III, pp. 261-272.

Pavoni R., 1990. Christophe Colomb, images d'un visage inconnu, Paris, Vilo.

Roselly de Lorgues, 1992 (1856). Christophe Colomb. Histoire de sa vie et de ses voyages, Paris, Didier.

1874. L'ambassadeur de Dieu et le pape Pie IX, Paris, Plon.

1875. Satan contre Christophe Colomb, ou la prétendue chute du serviteur de Dieu, Paris, Lib. Victor Palmé.

Sanguineti A., 1875. La Canonizzasione di Cristoforo Colombo, Genova.

Soto-Alliot I. et Cl. Couffon, 1992. Christophe Colomb vu par les écrivains français, Thaon, Amiot-Langancy.

Stannard D., 1992. American Holocaust : Columbus and the Conquest of the World, Oxford University Press.

Starrs P.F., 1992. « Looking for Columbus », The Geographical Review, n° 82 (4), pp. 367-374.

Vignaud H., 1909. « L'ancienne et la nouvelle campagne pour la canonisation de Christophe Colomb », Journal de la Société des américanistes de Paris, pp. 17-44.

Vincent B., 1994. « L'Espagne et les commémorations de 1492 », Le débat, n° 78, janvier-mars, pp. 82-88.

Haut de page

Notes

1Je remercie les organisateurs du colloque « Santi e culti » (Rome, juin 1994) de m'avoir donné l'occasion d'exposer pour la première fois cette matière. Je ne l'avais pas jugée alors assez élaborée pour la publication. C'est lors de la troisième session du séminaire sur « Les héros nationaux » (Vienne, décembre 1996) que j'ai pu lui donner sa forme finale au cours de la conférence conclusive à l'Institut français.
2Cette philosophie providentialiste de l'Histoire, héritière de Bossuet, est également présente chez d'autres auteurs : le philosophe lyonnais Blanc de Saint-Bonnet et Barbey d'Aurevilly lui-même qui a salué d'un compte rendu le livre de Roselly de Lorgues. L Bloy donnera une formulation générale de sa théorie dans Le Désespéré (1886), chap. intitulé « Le symbolisme de l'histoire ». Je dois à Emile Poulat, que je remercie, des informations sur ce courant minoritaire mais très influent de la pensée catholique. L'une de ses remarquables manifestations sera, en 1933, le Livre de Christophe Colomb de Claudel.
3Le dossier iconographique est rassemblé par Rosanna Pavoni (1990) ; je l'utilise largement ci-dessous. Voir aussi pour une réflexion récente sur l'image improbable du Navigateur : P.F. Starrs (1992) et P.M. Lester (1993).
4Menguet (1969 : 584-603) commente cette relation de Humboldt à Colomb.
5La civiltà cattolica, vol. III, 1892, pp. 609-611 (extraits cités par Rosanna Pavoni 1990 : 173).
6Voir à ce sujet la conclusion de l'article de Marius André (1927).
7Roselly de Lorgues et Bloy saluent la redécouverte (Bloy 1964 : 138-144) ; le dossier anthropologique est rassemblé par A. Alvarez Pedroso (1952), partisan de l'authenticité du corps. En 1899, celui-ci a été rapatrié à Séville.
8Ces brochures des Comités du quatrième centenaire se trouvent sous la côte LN27, « Biographies » (au nom de Colomb), à la Bibliothèque nationale de France.
9Voir sur tout cela le livre essentiel de Claudia L. Bushman (1992).
10L'article, peu cité, d'Henri Vignaud, président de la Société des américanistes de Paris, reste une excellente mise au point sur une polémique dont il a bien connu les détails et les acteurs.
11Au cours du colloque de Rome (1994, cf. note I), aujourd'hui publié (Fattorini 1997), Philippe Boutry a montré comment les règles de la méthode historique se sont imposées dans les procès de canonisation, ce que Bloy repère et dénonce.
12Pour un dernier état de l'interprétation marrane de Colomb, voir Leibovici (1986).
13L'expression est d'Emmanuel Le Roy Ladurie in Le Territoire de l'historien, II, Paris, Gallimard, 1980.
14Denis Lacorne cite ces exemples et d'autres (ibid. : 79-81).
15L'article de Bernard Vincent (1994) explore la complexité de la triple commémoration espagnole (« Découverte » de l'Amérique, prise de Grenade et expulsion des juifs).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabre D., 1998, « Christophe Colomb, l'impossible héros », Terrain, n° 30, pp. 125-138.

Référence électronique

Daniel Fabre, « Christophe Colomb, l'impossible héros », Terrain [En ligne], 30 | mars 1998, mis en ligne le 15 mai 2007, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3433

Haut de page

Auteur

Daniel Fabre

EHESS, Centre d'anthropologie, Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals