Skip to navigation – Site map

« Rien n’est jamais achevé » : un entretien avec Wendy Brown sur la subjectivité néolibérale

Wendy Brown

Abstracts

In this interview conducted in March 2017 and translated from English by Jean François Bissonnette, Wendy Brown discusses her critique of neoliberalism in the light of the recent populist phenomenon, and the challenge of reclaiming democratic possibilities, which calls for a non-totalized conception of subjectivity.

Top of page

Full text

Jean François Bissonnette : Notre première question se rapporte à l’objet général de ce numéro, qui consiste à mettre à l’épreuve le concept d’une « subjectivité néolibérale », et ainsi d’examiner de manière critique la validité descriptive de la caractérisation, par Michel Foucault, du sujet néolibéral comme « entrepreneur de soi ». Il paraît recevable de dire que le néolibéralisme enjoint les individus à gérer leur vie comme s’il s’agissait d’une petite entreprise, et à prendre la responsabilité de leurs propres performances dans la vie. Or, si l’on considère la chose du point de vue de la stratification sociale, dans un contexte d’inégalités croissantes, on peut remarquer qu’un grand nombre de gens semblent exclus de ce modèle. Diriez-vous que cette injonction à devenir un « entrepreneur de soi » sert une certaine fonction idéologique, laquelle serait peut-être de préserver la crédibilité d’une mobilité sociale ascendante, tout en exprimant tacitement que l’inégalité est indépassable ? Comment peut-on analyser en termes de pouvoir, de classes et d’inégalités ce mode entrepreneurial de subjectivation ?

Wendy Brown : Il ne fait aucun doute que le passage d’une gouvernementalité libérale au néolibéralisme, qui implique également, dans le monde euro-atlantique, le passage d’une certaine forme de social-démocratie à la démocratie de marché, a conduit à imposer au sujet la responsabilité de sa condition, et ainsi à absoudre l’État et la structure sociale de leur responsabilité dans la reproduction des inégalités. Je ne fais ici que reformuler votre question en d’autres termes : en responsabilisant l’individu afin qu’il accroisse son propre capital humain, ou afin qu’il « s’entrepreneurialise » lui-même, pour reprendre la formule quelque peu anachronique de Foucault, le néolibéralisme ne fait-il que masquer et ainsi dépolitiser la reproduction de l’inégalité ? Oui, je suis absolument d’accord, c’est bien ainsi que les choses se passent. Je pense d’ailleurs qu’il s’agit là d’une des raisons pour lesquelles on assiste aujourd’hui à la montée d’une forme inarticulée de fureur populiste, qui se révolte contre cette condition sans toutefois parvenir à identifier les mécanismes derrière l’intensification et la dépolitisation des inégalités.

J’ai indiqué il y a un instant que la formule de Foucault était relativement anachronique, même si elle était sans doute adaptée à son époque, celle de la « révolution » menée par Reagan, Thatcher, et, plus tard, Mitterand, qui a conduit à la néolibéralisation du monde euro-atlantique. L’anachronisme est le suivant : Foucault a conclu de sa lecture des néolibéraux que leur projet prenait la forme d’une « entrepreneurialisation » du sujet. Il s’agissait de devenir un entrepreneur de soi-même et de se comporter comme une petite entreprise. Depuis quarante ans, cependant, on a plutôt assisté au glissement d’une forme entrepreneuriale de néolibéralisme, vers une autre forme profondément infléchie par la financiarisation.

  • 1 Feher Michel, Le temps des investis. Essai sur la nouvelle question sociale, Paris, La Découverte, (...)

L’une des conséquences majeures de ce glissement, c’est qu’il n’est plus attendu du sujet qu’il soit un entrepreneur, mais qu’il se comprenne plutôt lui-même comme un portefeuille d’actifs en quête de crédit, c’est-à-dire qu’il se comprenne comme investissant lui-même dans son propre capital humain, et comme espérant des autres qu’ils investissent également dans celui-ci. Le meilleur théoricien de ce changement est Michel Feher, qui complète en ce moment un livre sur le sujet devant bientôt paraître en français1. Il a très attentivement reconstitué l’importante transformation de la subjectivité qu’a entraînée la financiarisation de l’économie, qu’il faut comprendre non pas seulement au sens d’un déplacement de la force motrice de l’économie, du secteur productif ou entrepreneurial vers le secteur financier, mais aussi au sens d’un nouveau mode de production des sujets au sein duquel nous en venons toutes et tous, de plus en plus, à nous comprendre dans une logique financière. L’un des éléments que Feher articule si admirablement, consiste à montrer pourquoi, à l’instar du capital financier, nous en venons à nous préoccuper autant des évaluations et des classements. Cela concerne non seulement notre « cote de crédit », mais bien toute forme d’évaluation et de classement.

Il me semble très important de saisir cette transformation de la subjectivité néolibérale, puisque cela nous aide à comprendre un tas de choses. Cela permet par exemple de comprendre le comportement des étudiants et des chercheurs, qui tentent si désespérément d’améliorer leur classement et leurs évaluations comme universitaires, ou comme aspirants à la carrière académique. Ils semblent davantage intéressés à construire leur portefeuille de capital humain qu’à développer leurs capacités, au sens entrepreneurial classique de l’analyse coûts-bénéfices, des intrants et des extrants. Si l’on ne perçoit pas ce changement, on continuera à tort de parler des sujets néolibéraux en termes d’entrepreneurs, de consommateurs ou d’entités marchandisées, en ignorant comment nous sommes aujourd’hui gouvernés par les évaluations et les classements, et comment ceux-ci sont à leur tour gouvernés par les agences de notation, qu’elles soient dominantes – les Moody’s et consorts – ou qu’elles déterminent, dans le monde éducatif, le statut des chercheurs, des programmes, des institutions scolaires, ou la valeur indexée d’une publication selon le facteur d’impact de la revue où elle est publiée, lequel dépend des évaluations et des classements que les chercheurs font eux-mêmes de ces revues.

Sans plus décrire ce nouveau monde, et pour revenir à votre question, il me paraît que cet ordre de la valeur et de la valorisation financières masque lui aussi les mécanismes de production et de reproduction des inégalités, en particulier quant à la façon dont la financiarisation redistribue la richesse vers le sommet de la pyramide sociale. Les riches s’enrichissent de toutes les manières, au moyen du capital financier, bien sûr, mais aussi grâce à ces évaluations et ces classements qui font que celles et ceux qui recueillent déjà un tas de hits, qui génèrent déjà un tas de retweets, qui bénéficient déjà d’un statut, voient s’accroître toujours davantage leur statut et leur réseau de contacts, tandis que celles et ceux qui n’en ont aucun, qui n’appartiennent pas à ce monde, ne reçoivent rien. En tout état de cause, je dirais que le tournant vers la financiarisation a aggravé la condition que vous décriviez, dans la mesure où l’inégalité s’en trouve intensifiée, mais aussi dans la mesure où notre capacité à y réagir sur le plan politique, à en distinguer la logique politique, et à exiger des institutions financières et des agences de notation qu’elles rendent des comptes s’en voit diminuée, du fait que cela soit devenu l’ordre des valeurs dans lequel nous baignons.

Jean François Bissonnette : Vous mentionniez tout à l’heure la « fureur populiste » qui se manifeste aujourd’hui. Ce que l’on nomme « populisme », faute d’un meilleur terme, est un phénomène qui traverse l’ensemble du monde euro-atlantique. Vous êtes sans doute déjà écœurée d’entendre son nom, mais nous souhaiterions quand même vous interroger plus particulièrement sur le phénomène Trump, et sur ce qu’il révèle des possibles contradictions dans la logique même du néolibéralisme.

Ce n’est peut-être pas la meilleure manière de le décrire, mais Trump apparaît comme un génie dans l’art de « l’entrepreneuriat de soi-même », ayant réussi à faire de son propre nom une marque de commerce mondialement connue. Nous pourrions peut-être dire, dans ce sens, qu’il est la personnification même de la subjectivité néolibérale. Pourtant, sa victoire électorale a été favorisée par la façon dont il a joué sur le sentiment d’aliénation de la classe ouvrière américaine. Il a porté un discours de ressentiment contre les élites néolibérales et cosmopolites, et fait des immigrés et des accords de libre-échange la cible de toute cette rage.

Depuis qu’il a pris le pouvoir, toutefois, loin de rompre avec le néolibéralisme, il semble plutôt en radicaliser le programme, au moyen de baisses d’impôts massives et de dérégulations, bien qu’en y ajoutant une touche nationaliste distinctive. Pour paraphraser Staline, il semble résolu à édifier le « néolibéralisme dans un seul pays ». Comment expliqueriez-vous ce tournant populiste du néolibéralisme, qui semble reconnaître les ravages sociaux qu’il a entraînés, mais qui n’en perpétue pas moins, voire même en radicalise la logique ?

Wendy Brown : Je pense que cette « fureur populiste » ayant résulté dans le triomphe de Trump, et dans le possible triomphe de ses semblables en France, aux Pays-Bas et ailleurs, se veut à la fois une réaction et une non-réaction à ce que vous appelez les « ravages » du néolibéralisme. Il s’agit bien d’une réaction. Le déclin des conditions de vies, des retraites, de la stabilité, de l’emploi, la destruction des syndicats, le déchaînement du capital, le nivellement par le bas des salaires et des recettes publiques, tout ceci engendre en effet une colère populiste.

Pour autant, il importe de saisir qu’aux États-Unis, et dans une certaine mesure, je pense, en Europe également, où un tel populisme de droite a aussi émergé, cette colère est pour l’essentiel le fait des Blancs, et elle s’est principalement développée sous une forme raciste et xénophobe. Elle a donc été déplacée. Dans notre cas, je me garderais de l’identifier simplement à la classe ouvrière. Le niveau de soutien en faveur de Trump chez les électeurs blancs atteignait près de 90 %, ce qui est extraordinaire. Il ne s’agit donc pas uniquement de la classe ouvrière, mais aussi de la classe moyenne et d’un grand nombre de riches. Son électorat compte un nombre disproportionné de gens sans instruction, c’est-à-dire sans diplôme universitaire, mais il est surtout excessivement blanc. Nous avons donc affaire à un déplacement des ravages du néolibéralisme vers la figure de l’immigré et de la minorité raciale « imméritante ». Un nombre étonnamment élevé d’électeurs de Trump s’imaginent que « les Noirs », comme ils le disent, en reçoivent plus que ce qu’ils méritent, alors que « les Blancs » en reçoivent moins. S’il s’agit d’une réponse aux effets du néolibéralisme, c’est une réponse sans question. Je dirais toutefois qu’il ne s’agit pas seulement d’une réponse à ses effets économiques, mais aussi aux effets sociaux et politiques de l’attaque menée par le néolibéralisme contre la démocratie.

C’est là que la figure de Trump prend toute son importance. En effet, il n’est pas juste un autoritariste, il est aussi un homme d’affaires, et c’est en qualité d’homme d’affaires qu’il a été élu afin de remplacer la politique, de remplacer les politiciens tenus, aussi bien dans son discours que dans l’esprit de beaucoup de ses partisans, pour responsables de leur condition. Plutôt que d’y voir un désastre économique, plutôt que de voir le néolibéralisme tel qu’il est, on déplace plutôt le problème sur les immigrés, d’une part, et sur les politiciens, d’autre part, ces derniers étant accusés d’avoir truqué l’économie et d’avoir signé ce que Trump appelait des bad deals, au lieu de diriger le pays à la manière des gens d’affaires comme ils l’auraient dû. Trump n’est donc pas le signe d’une déroute du néolibéralisme, comme certains commentateurs l’ont suggéré, mais de son triomphe. Il est bien le produit du néolibéralisme en ce sens qu’il a réussi à mobiliser les électeurs afin d’éliminer la politique de la politique, afin d’y substituer une logique d’affaires, cela en pointant du doigt la démocratie elle-même comme s’il s’agissait d’un obstacle ou d’un empêchement à la gestion efficace et rationnelle du pays, et non d’une chose qu’il importe de préserver et dont on doit prendre soin. Il me semble important de voir dans l’une et l’autre de ces choses des effets du néolibéralisme.

Tout ce qui se dresse sur la voie d’une gouvernance efficace de la nation – les règles, les procédures, la presse libre, les lois, le système judiciaire, ses adversaires au Congrès –, voilà ce que Trump qualifie de « politique ». Ce qui triomphe sous le régime de Trump, c’est bien le raisonnement néolibéral et son préjugé en faveur des affaires et d’un économicisme généralisé. Cela dit, il faut se rappeler que pour les authentiques néolibéraux, ceux de Fribourg, de Vienne ou de Chicago, cet aboutissement serait un cauchemar. En effet, à quoi s’opposaient les néolibéraux ? Ils s’opposaient au fascisme, mais aussi à la mobilisation de masse des affects populaires, à la démocratie émotionnelle. Ils souhaitaient une séparation entre le monde de la compétition et des marchés, et l’État, qui pouvait certes être un État fort, mais qui devait être dirigé par des technocrates, ou à tout le moins comprendre son rôle comme étant de favoriser l’essor des marchés. Leur cauchemar était au contraire cette fusion des grandes entreprises et de la politique incarnée par Trump. Leur cauchemar était l’autoritarisme et l’irrationalité incarnés par Trump. Leur cauchemar était un régime politique réceptif à la mobilisation des affects populistes. Trump est leur Frankenstein. Les Frankenstein sont après tout assez fréquents en politique. Il y a là, c’est évident, une sorte de répétition dans la différence du fascisme émergeant de Weimar. Le néolibéralisme a produit l’exact opposé du régime politique, économique et idéologique que ses concepteurs avaient en tête.

En somme, il ne fait aucun doute que pratiquement tout ce qui explique l’ascension de Trump procède de la néolibéralisation de l’économie et de la subjectivité : l’anti-politique, l’anti-démocratie, la colère, le ressentiment, la dévastation des vies et des quartiers, et ainsi de suite. Néanmoins, le régime qui en est issu poursuit cette néolibéralisation, avec ses privatisations dopées aux stéroïdes, qui vont jusqu’à cibler l’école publique, et ses dérégulations tous azimuts. Mais il génère en même temps une formation politique autoritaire et néo-fasciste qui est le contraire absolu de ce que les néolibéraux souhaitaient et imaginaient. Cette contradiction est d’ailleurs rendue manifeste par les fractures et les divisions qui déchirent aujourd’hui le Parti républicain.

Jean François Bissonnette : Ce tournant populiste paraît s’accompagner d’une montée de la peur et de la violence. Nous pourrions peut-être dire qu’à l’origine, le néolibéralisme a fondé son attrait et sa légitimité sur sa célébration de la liberté individuelle, ainsi que sur les vertus pacificatrices du commerce. Aujourd’hui, cependant, il semble trouver dans la peur – la peur du terrorisme, la peur des immigrants, etc. – un socle affectif plus solide sur lequel s’appuyer. Par ailleurs, comme on peut le voir aujourd’hui en France, l’état d’urgence permanent semble offrir un puissant instrument pour faire passer en force l’agenda néolibéral et étouffer la dissidence. Pour le dire ainsi, le néolibéralisme semble avoir pris un « tournant hobbesien », étant passé de la liberté du désir à la peur et à la soif de contrôle. Comment décririez-vous le rôle de la peur dans le façonnement affectif du sujet néolibéral ?

Wendy Brown : Il me semble important ici de rappeler avec Foucault que nous n’avons pas affaire à des totalités discursives, dans lesquelles il n’existerait qu’un seul ordre des choses, une seule rationalité politique. Néanmoins, nous pouvons certainement observer une fusion de la logique sécuritaire et du néolibéralisme, qui semble s’alimenter de la peur et de l’anxiété aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’État, lesquelles se rapportent au terrorisme mais aussi, chez nous, aux figures du tireur fou et de l’immigré dangereux, etc. Aux États-Unis, les figures de l’immigré et du terroriste ont fusionné dans le discours de la droite ; aussi ferions-nous face à une seule et gigantesque menace. L’État islamique qui s’infiltre à travers les frontières dans un sens, les réfugiés guatémaltèques qui affluent de l’autre finissent ainsi par fusionner. Bien sûr, vous avez aussi la même expérience en Europe.

Je voudrais toutefois suggérer qu’en dépit de l’importance que prennent l’anxiété et la peur, et les réponses qui leur sont apportées par le biais de la police ou de l’état d’urgence, ceci n’est pas pour autant l’expression du néolibéralisme. Je crois que c’est une erreur de traiter ce dernier comme s’il s’agissait d’un système de pensée, d’une rationalité politique, d’une idéologie ou d’un discours uniques et écrasants. Il y a certes des endroits où le langage et la politique de la sécurité empruntent énormément au néolibéralisme, qu’il s’agisse de privatiser les forces de sécurité ou de perpétuer ce que j’appelle la dimension anti-démocratique du néolibéralisme. Inversement, maints aspects de la néolibéralisation sont aussi saturés d’inquiétudes relativement à la sécurité, au terrorisme, etc. Mais le choc gigantesque entre ces deux logiques n’en est pas moins évident.

Je ne vous en donnerai qu’un seul exemple : de gauche à droite, aux États-Unis, les réalistes savent que la main-d'œuvre sans papiers est un rouage essentiel de l’économie américaine. Nous avons approximativement de douze à treize millions de sans-papiers aux États-Unis, et les deux-tiers occupent des emplois dans des secteurs de l’économie qui sont absolument nécessaires à la compétitivité du pays dans le monde. Il serait impossible d’expulser ces immigrés sans compromettre la stabilité de l’économie. De la même façon, le secteur technologique dépend lui aussi énormément d’une main-d’œuvre formée à l’étranger, de même que de travailleurs sous-traitants situés à l’étranger, particulièrement en Asie du Sud. Une politique de fermeture des frontières et de chasse aux immigrés au nom de la sécurité et d’un discours nationaliste et populiste de protection des emplois serait donc une folie. Ça ne pourrait jamais fonctionner, mais ça mobilise quand même une population. On a ici un autre exemple où le discours sécuritaire est utilisé de manière à corriger les problèmes engendrés par une politique néolibérale de nivellement par le bas, d’ouverture des frontières et d’intégration économique et politique à l’échelle globale, mais ça reste impossible à mettre en pratique. Vous pouvez bien tenter de régler le problème à coups de rhétorique, mais les deux discours n’en restent pas moins absolument incompatibles.

Ce que vous obtenez, en revanche, c’est du théâtre ; le genre de théâtre que nous donne en ce moment le régime de Trump, avec son simulacre de construction du mur avec le Mexique, qui ne serait ni viable ni abordable, et qui ne pourrait tout simplement pas fonctionner. Le mur ne changerait strictement rien aux tendances migratoires, et il n’est pas concevable, malgré qu’il l’ait proposé, de construire, sur une longueur de deux mille milles, un mur qui coûterait environ quarante millions de dollars par mille sur une période de vingt-cinq ans. Quiconque est attentif aux enjeux politiques, suit l’actualité et y réfléchit le moindrement sait que c’est impossible. Mais le théâtre n’en fait pas moins de la grande politique. Des sections du mur seront construites, des photos seront prises, et des discours seront prononcés ; c’est de toute façon ce que l’on a toujours fait avec nos murs.

Un dernier point : la même chose est vraie en ce qui concerne la soi-disant « interdiction de voyager » imposée aux immigrants originaires de pays majoritairement musulmans. Ces pays n’ont jamais représenté une menace. Aucun incident terroriste ne leur est imputable, et pourtant, 50 % des Américains soutiennent cette interdiction, à cause, ici encore, du simulacre d’offrir une réponse aux craintes et aux inquiétudes relatives à la porosité des frontières, au terrorisme, et ainsi de suite. Tout ceci n’est que du théâtre politique, mais c’est aussi très efficace. Cela dit, pour revenir à votre question, je pense qu’il importe de séparer les logiques sécuritaire et néolibérale en tant qu’éléments contribuant à la production de la subjectivité citoyenne aujourd’hui, et en tant que problématiques qui, si elles fusionnent parfois au niveau du théâtre politique, prennent néanmoins des formes distinctes en réalité, et doivent par conséquent être prises en compte de manières différentes.

  • 2 Brown Wendy, « American Nightmare: Neoliberalism, Neoconservatism, and De-Democratization », Politi (...)
  • 3 Constant Benjamin, « De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes » (1819), in Constant (...)

Jean François Bissonnette : Notre prochaine question concerne l’une des grandes thèses que vous défendez au sujet du néolibéralisme et de la démocratie. Vous avez maintes fois écrit que le néolibéralisme peut être compris comme un processus, voire un projet de « dé-démocratisation »2. Ceci laisse entendre qu’il fut un temps où la politique était bel et bien démocratique, où les individus étaient bel et bien des citoyens dont les facultés délibératives étaient réellement sollicitées et impliquées dans le processus politique. Pourtant, si l’on se rappelle, par exemple, du fameux essai de Benjamin Constant : « De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes »3, celui-ci concevait la liberté moderne comme la recherche d’une « sécurité dans les jouissances privées », et pas du tout comme un désir de participer à la délibération et à la prise de décisions collectives. Devrait-on dire de la dé-démocratisation qu’elle fait partie de l’ADN du libéralisme moderne dans son ensemble, plutôt que de sa seule variante néolibérale ? À cet égard, quelle est la spécificité du néolibéralisme, selon vous ?

Wendy Brown : Je crois que vous avez absolument raison, mais ce serait une erreur de lire ma thèse comme suggérant que nous avions jadis un bel univers tocquevillien de participation et de souveraineté populaire, et que soudainement, dans les années 1970, les néolibéraux y ont mis un terme en conquérant non seulement la sphère publique mais aussi l’âme des citoyennes et des citoyens. Une façon de voir les choses consisterait à dire que le néolibéralisme n’a fait qu’aggraver le problème en l’augmentant d’un cran, soit en intensifiant la passivité des citoyennes et des citoyens, qui ne sont pas même des citoyens, mais ce qu’on appelle parfois des « consommateurs », des « investisseurs » ou des « électeurs ». Je pense toutefois qu’il y a quelque chose de plus qu’une simple intensification. Je crois en fait qu’il y a, sur plusieurs points, une transformation qualitative.

Laissez-moi d’abord dire ceci : je suis entièrement d’accord avec vous – et avec Constant – à l’effet que la démocratie libérale n’a toujours été qu’une compromission de la souveraineté populaire, non seulement parce que l’individu était laissé à ses « jouissances privées », mais aussi parce que la démocratie représentative impliquait, comme Rousseau l’a rappelé, de céder sa liberté politique de déterminer les lois et les règles définissant le vivre-ensemble. Je n’éprouve donc aucune nostalgie à propos d’un quelconque âge d’or de la démocratie. Cela dit, en tant que forme de rationalité, le néolibéralisme est parvenu à s’arroger cet ordre, même compromis, de la démocratie, au sein duquel la notion d’égalité politique signifiait une certaine capacité égale de prendre part à l’exercice du pouvoir, même sans que ce partage soit substantiellement égalitaire, et où la notion de liberté politique n’exprimait pas seulement un droit à rivaliser avec autrui en tant que morceau de capital humain, mais une certaine capacité à participer à la vie politique et à l’avenir de la nation. Aussi modeste que cette promesse ait été, la démocratie libérale entretenait quand même l’idée que le capitalisme restait un domaine séparé du champ démocratique, et qu’au sein de ce dernier, quel que fut notre statut, riches ou pauvres, nous avions toutes et tous une part à prendre et un mot à dire dans la vie politique de la nation.

Comme je l’ai indiqué plus haut, le néolibéralisme s’est véritablement attaqué aux institutions et aux catégories démocratiques, vues comme des obstacles à la saine gestion d’une nation. Qu’il faille la remplacer par l’autoritarisme ou, comme dans le cas de l’Union Européenne, par la technocratie, la démocratie est vue comme un obstacle. Ce que le néolibéralisme est parvenu à faire, en outre, c’est de réduire à l’insignifiance ces termes de liberté, d’égalité, et surtout de souveraineté populaire. Dans un monde où tout est économicisé, où tout est réduit au marché, il n’y a plus de place pour la souveraineté populaire. La souveraineté populaire n’a pas sa place dans le marché, où les seules choses qui comptent sont les préférences individuelles des consommateurs et des actionnaires. Aussi la liberté ne signifie-t-elle plus que le droit à rivaliser, et l’égalité ne signifie plus non plus que le droit à s’insérer dans ce champ de la compétition, lequel est par nature inégal.

Pour conclure, le néolibéralisme a non seulement intensifié l’inégalité que le capitalisme a toujours générée, mais il l’a de surcroît légitimée comme expression de la justice. Le marché étant la seule chose qui existe, il ne peut y avoir d’autre forme de justice –sociale ou politique – que celle du marché. De plus, le néolibéralisme a aussi légitimé ce dont nous nous inquiétions tout à l’heure, soit la réduction de la liberté et de l’expression politiques au nom de la sécurité et du maintien de l’ordre, mais aussi au nom de la supériorité de la technologie ou du monde des affaires lorsqu’il s’agit de décider du sort de la nation, puisqu’encore une fois, la liberté n’est rien de plus que celle de l’acteur économique. C’est pourquoi je pense qu’on assiste à une transformation qualitative, plutôt qu’à une simple intensification.

Cela dit, je ne crois pas que la tâche qui nous attend soit de ressusciter ou de rétablir la démocratie libérale, pour ensuite rentrer chez soi avec un sentiment d’accomplissement et de satisfaction. Je pense que la tâche que la gauche a toujours eu à assumer consiste à soustraire à l’emprise du libéralisme la promesse de la démocratie, pour ainsi produire une démocratie substantielle, à la fois sociale, politique et économique. Telle a toujours été notre tâche, et celle-ci s’impose aujourd’hui avec une urgence et une gravité renouvelées, non seulement à cause de ce que le néolibéralisme a fait à nos imaginaires démocratiques, mais surtout à cause de ce néo-fascisme qu’il a aussi fait naître. Aussi l’appel à sauvegarder la démocratie se fait-il entendre de manière plus forte et plus vive que jamais.

  • 4 Brown Wendy, « Resisting Left Melancholy », boundary 2, vol. 26, n˚ 3, 1999, p. 19-27.

Jean François Bissonnette : Pour approfondir cette question, au vu du contexte actuel, quelles sont les perspectives pour une politique radicale de gauche aujourd’hui ? Il est probablement rassurant de voir, par exemple, comment la société civile s’est mobilisée et a réagi jusqu’ici à l’élection de Trump. Il semble que nous entrions peut-être aujourd’hui dans une phase historique de résistance radicale. Mais la résistance, au fond, ce n’est toujours qu’une réaction. De ce point de vue, la situation présente semble perpétuer un phénomène que vous avez depuis longtemps critiqué, celui d’une gauche se voyant forcée de défendre les fondements traditionnels de la démocratie libérale, un régime auquel elle s’est pourtant toujours opposée4. Vous dites qu’une telle posture défensive compromet la capacité de la gauche à formuler un nouveau projet politique. Par ailleurs, le néolibéralisme a plus d’une fois démontré sa forte capacité à coopter toute valeur ou toute pratique ayant le potentiel de le contester. Dans le langage militant d’aujourd’hui, il est souvent question de formes « préfiguratives » d’action politique. Aussi, dans ce contexte d’une nouvelle vague de résistance, de quoi ces mouvements sont-ils la préfiguration, selon vous, et plus généralement, quelles sont leurs chances de réussir à contrer le néolibéralisme ?

Wendy Brown : Je crois qu’il est trop tôt pour le savoir, même si l’on aurait dû depuis longtemps voir venir Trump, ou le soutien sans vergogne dont Le Pen bénéficie maintenant, par opposition à un soutien honteux ou réservé. On aurait dû voir venir cela. La gauche et les « libéraux » – j’entends « libéral » au sens américain du terme, soit, en gros, celui de social-démocrate bon teint – cherchent encore leurs repères. Je crois que nous essayons encore de comprendre, d’abord, comment empêcher le plein avènement d’un État autoritaire ou néo-fasciste ; et quant à prévenir cela, je n’appellerais pas seulement à la « résistance », je dirais que c’est une véritable urgence à tous les niveaux. Il faut l’empêcher non seulement par des actions de résistance ou d’opposition à certains types de décisions ou de manœuvres politiques, mais aussi en parvenant à interpeller celles et ceux qui soutiennent Trump ou Le Pen pour un certain nombre de raisons, qu’elles soient économiques ou liées au « détrônement de la blanchitude » (dethroning of whiteness), mais qui n’ont pas encore pour autant développé une personnalité ou une orientation pleinement fascistes. Il me paraît donc qu’il y a ici un travail à faire dont nous ne comprenons pas encore le détail, et qui n’appartient pas seulement à la gauche, mais au spectre politique plus large de toutes celles et ceux qu’horrifie ce qui est maintenant au pouvoir aux États-Unis, et ce qui reste encore à venir ; ce que pourrait déclencher, par exemple, la survenue d’un seul attentat terroriste. On verrait alors l’État policier se déployer dans toute son ampleur, et on entendrait partout un discours jusqu’ici réservé à la droite, mais qui deviendrait vite dominant.

Je pense aussi qu’il faut que la gauche parvienne rapidement à mieux combiner une capacité à s’opposer à telle ou telle politique, à tel ou tel développement, et à articuler des visions alternatives capables d’exploiter les fissures et les fractures dans les discours dominants, afin de se rendre elle-même plus acceptable et désirable. Ce que je veux dire par là, c’est que la gauche aux États-Unis n’a fait depuis des décennies que se parler à elle-même, en s’adressant très peu à qui que ce soit d’autre. Or, c’est ce qu’il lui faut faire, particulièrement dans le contexte américain, où existe une telle fragmentation politique. Soit la gauche s’est placée dans un mode de résistance et d’opposition, en protestant contre des politiques qu’elle rejetait, soit elle s’est engagée dans une politique préfigurative, mais elle a rarement réussi à allier les deux comme il se devrait. Telle est donc notre tâche, à présent, mais je doute que qui ce soit sache comment cela évoluera. Vous savez, Marx n’a pas écrit de « Mode d’emploi pour l’avenir ». Comme théoricienne critique, je ne me sens pas non plus en mesure d’indiquer quelle est la bonne formule, parce que je sais qu’il nous faut encore trouver nos points d’appui, et comprendre où nous en sommes et comment il faut nous y prendre. C’est d’autant plus important que nous avons maintenant affaire à des citoyennes et des citoyens qui se sont mobilisés très soudainement, sans pour autant s’identifier fortement à la gauche, à la théorie critique ou à la politique de l’identité, mais qui sont simplement révulsés par les politiques anti-démocratiques, anti-constitutionnelles et ouvertement racistes du présent régime. Il faut entrer en rapport avec eux, mais aussi imaginer les vocabulaires, les formes politiques et les modes opératoires adéquats pour ce faire.

En ce moment, les juristes jouent un rôle très important dans la politique contestataire aux États-Unis. C’est assez surprenant, car pendant des décennies, s’il y a bien eu quelques organisations où les juristes ont joué un rôle significatif, il n’y en a quand même pas eu beaucoup. Or, les avocats ne peuvent pas être les meneurs de ce mouvement, ils ne peuvent pas incarner l’avenir, puisque tout ce qu’ils cherchent à faire vise à conserver les principes et les assises de la démocratie libérale. D’un autre côté, ce rôle ne peut pas non plus échoir à celles et ceux qui n’ont fait jusqu’à présent que prendre la rue pour manifester contre chaque guerre ou chaque événement à caractère raciste. Il faut encore trouver une manière de faire tenir ensemble ce mouvement. Laissez-moi ajouter une dernière chose à ce sujet : ce que je décris ici, c’est une société civile beaucoup moins sophistiquée, aux États-Unis, qu’elle peut l’être en Europe, en dépit des mouvements d’extrême-droite qu’on trouve aussi là-bas.

Jean François Bissonnette : Notre dernière question concerne ce qu’il faut entendre par « subjectivité politique ». Dans votre livre, Undoing the Demos, vous critiquez Foucault pour n’avoir pas su analyser comment le néolibéralisme affecte et transforme les imaginaires, les principes, les valeurs et les institutions de la démocratie. Comme vous l’avez évoqué plus haut, vous affirmez avec raison que les éléments constitutifs de la politique démocratique ont été convertis en éléments économiques. La question est donc de savoir comment re-politiser la politique. Mais à un niveau plus profond, si l’on considère que le sujet néolibéral est pour l’essentiel un sujet économique, comment celui-ci pourrait-il accoucher d’une forme spécifiquement démocratique ou politique de subjectivité, et à quoi celle-ci pourrait-elle ressembler ? Et si l’on veut complexifier davantage encore la question, comment faut-il comprendre cette notion même de « subjectivité » ?

  • 5 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France 1978-1979, Paris, Gallima (...)
  • 6 Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.
  • 7 Foucault Michel, Histoire de la sexualité. 1. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

Wendy Brown : Il y a un aspect intéressant de la pensée de Foucault, qui me semble traverser toutes ses généalogies, et qui transparaît aussi dans ses cours au Collège de France5 que nous avons toutes et tous étudiés pour réfléchir avec lui au néolibéralisme. C’est qu’il nous alerte constamment à l’effet qu’aucun discours ne parvient jamais à totaliser une société ou un sujet, que les discours sont eux-mêmes polyvalents, et qu’il y a toujours une multiplicité de discours opérant au même moment. Ce rappel était du reste une magistrale réplique à la tendance, disons « marxiste », à voir l’idéologie comme relativement totalisante et inexorablement capitaliste. Non seulement Foucault rejetait-il l’idée que le capitalisme était l’unique élément déterminant de la production des sujets dans la modernité, il insistait toujours sur l’importance de considérer le sujet comme le résultat complexe d’une multiplicité de discours, voire d’une multiplicité au sein d’un seul et même discours. C’était là le premier versant de sa pensée. Or, on trouve aussi chez lui ce que j’appellerais une « volonté intellectuelle de totalité » (intellectual will to totality), que l’on trouve d’ailleurs chez tout intellectuel, dès lors qu’une idée ou une intuition s’empare de lui ou d’elle. Lorsque vous viennent le genre d’idées qu’il développe dans Surveiller et punir6, ou dans Histoire de la sexualité7, vous vous mettez à les apercevoir partout, et vous commencez à voir comment, dans toute leur grandeur et leur gloire, celles-ci ont littéralement produit la subjectivité. C’est une sorte de pulsion totalisante.

Pourquoi commencer ma réponse à votre question en mentionnant cette tension chez Foucault, cet engagement ferme mais néanmoins compromis par sa propre manière de travailler, ou cette volonté de totalité qui subsiste malgré qu’il en sache les défauts ? C’est parce qu’il me paraît important de comprendre le néolibéralisme et l’économicisation du sujet comme un phénomène certes très puissant, très saturant, mais quand même toujours inachevé. Je dois admettre que dans mon dernier livre, Undoing the Demos, je n’ai pas assez insisté là-dessus. Il y a bien quelque chose d’ubiquitaire à la logique néolibérale et économiciste, dans la manière dont elle produit des êtres humains comme des petits morceaux de capital humain, et ce, dans toutes les sphères de la vie. Reste qu’il importe de comprendre que cela n’est toujours que partiel. Lorsque j’enseigne le néolibéralisme à mes étudiants, je sais bien que je parle à de jeunes personnes qui ont été produites depuis leur plus jeune âge par ces discours, et qui ont été amenées à se conduire, dans leur apprentissage, dans leur vie sociale et dans leur manière d’imaginer leur propre avenir, conformément aux termes de ces discours. Pourtant, le plus souvent, il suffit de simplement décrire le néolibéralisme, ses valeurs, sa façon d’organiser la subjectivité humaine et la société, pour qu’ils se disent : « Je ne veux pas être une parcelle de capital humain ! Ce n’est ni qui je veux être ni le monde dans lequel je veux vivre ! » D’où leur vient la capacité à dire cela ? Elle ne leur vient pas d’une sorte de perspective marxisante située hors du monde. S’ils peuvent dire cela, c’est qu’une certaine part de leur subjectivité n’a pas encore été colonisée, n’a pas encore été revendiquée. Je ne parle pas ici d’une espèce de domaine essentiel ou spirituel qui serait imperméable au discours. Je dis simplement : rien n’est jamais achevé.

Venons-en à la question politique. Le simple fait qu’il y ait eu une révolte aussi forte contre Trump de la part des citoyennes et des citoyens, à travers toutes ces marches, ces manifestations et une multitude de modes d’action à petite échelle, cela suggère que nous n’avons pas encore été réduits à des morceaux de capital humain. La citoyenneté n’a pas été détruite par le néolibéralisme, même si elle a reçu bien des coups. Les institutions et les imaginaires démocratiques ont certes été transformés par le néolibéralisme, mais cela ne reste toujours que partiel. La question, selon moi, est donc de savoir comment mobiliser ces imaginaires démocratiques qui subsistent dans cette subjectivité citoyenne non-totalisée ; des imaginaires qui ne soient pas simplement ceux du libéralisme, mais qui prennent acte de ce qui se produit lorsqu’on cède son pouvoir et sa capacité de s’auto-gouverner à l’État et au monde des affaires, ou lorsqu’on privatise l’éducation de telle sorte qu’elle cesse d’être une façon d’apprendre à connaître le monde pour n’être plus qu’une formation professionnelle, une manière de se développer soi-même comme un morceau de capital. Nous sommes à un moment où il nous faut travailler avec cette subjectivité non-totalisée, afin d’accroître notre compréhension des possibles démocratiques que ce monde recèle encore.

  • 8 Balibar Étienne, « Europe difficile : les chantiers de la démocratie », in Balibar Étienne, Nous, c (...)

Du moment que vous dites cela, c’est là, bien sûr, que les problèmes commencent. L’État-nation doit-il être au centre de ce travail ? Probablement pas, nous sommes au xxie siècle, après tout. Est-il possible de penser la démocratie au niveau mondial ? Non, c’est trop vaste, la démocratie est inconcevable à pareille échelle. Comment développer des lieux démocratiques, ou ce qu’Étienne Balibar appelle des « chantiers de la démocratie8 » ? Comment développer des formes de pouvoir capables de défier un monde régi par la finance, un monde si complexement intégré et ordonné par un ensemble de forces générées par le capital et par d’autres choses encore ? Démocratiser ces champs paraît quasiment impossible, mais telle est néanmoins notre tâche. Tel est notre projet à la fois intellectuel, politique, social et organisationnel. Et je pense que ce projet doit partir de l’idée que nous ne sommes pas totalisés, que nous n’avons pas été conquis par le néolibéralisme ni par aucun autre discours ordonnateur. Cela dit, ce travail sera loin d’être facile.

Top of page

Bibliography

Balibar Étienne, Nous, citoyens d’Europe ?, Paris, La Découverte, 2001.

Brown Wendy, Undoing the Demos: Neoliberalism’s Stealth Revolution, Cambridge, The MIT Press, 2015.

Brown Wendy, Walled States, Waning Sovereignty, Cambridge, The MIT Press, 2010.

Brown Wendy, « American Nightmare: Neoliberalism, Neoconservatism, and De-Democratization », Political Theory, vol. 34, n° 6, 2006, p. 690-714.

Brown Wendy, « Neo-Liberalism and the End of Liberal Democracy », Theory & Event, vol. 7, n° 1, 2003.

Brown Wendy, « Resisting Left Melancholy », boundary 2, vol. 26, n° 3, 1999, p. 19-27.

Brown Wendy, States of Injury: Power and Freedom in Late Modernity, Princeton, Princeton University Press, 1995

Constant Benjamin, « De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes » (1819), in Constant Benjamin, Écrits politiques, Paris, Gallimard, 1997, p. 591-619.

Feher Michel, Le temps des investis. Essai sur la nouvelle question sociale, Paris, La Découverte, à paraître en octobre 2017.

Foucault Michel, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France 1978-1979, Paris, Gallimard Seuil, 2004.

Foucault Michel, Histoire de la sexualité. 1. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

Top of page

Notes

1 Feher Michel, Le temps des investis. Essai sur la nouvelle question sociale, Paris, La Découverte, à paraître en octobre 2017.

2 Brown Wendy, « American Nightmare: Neoliberalism, Neoconservatism, and De-Democratization », Political Theory, vol. 34, n˚ 6, 2006, p. 690-714 (traduction française : « Le cauchemar américain : le néoconservatisme, le néolibéralisme et la dé-démocratisation des États-Unis », Raisons politiques, n° 28, 2004, p. 67-89. Voir également Brown Wendy, « Neo-Liberalism and the End of Liberal Democracy », Theory & Event, vol. 7, n˚ 1, 2003 (traduction française : « Néo-libéralisme et fin de la démocratie », Vacarme, n˚ 29, 2004).

3 Constant Benjamin, « De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes » (1819), in Constant Benjamin, Écrits politiques, Paris, Gallimard, 1997, p. 591-619.

4 Brown Wendy, « Resisting Left Melancholy », boundary 2, vol. 26, n˚ 3, 1999, p. 19-27.

5 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France 1978-1979, Paris, Gallimard Seuil, 2004.

6 Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

7 Foucault Michel, Histoire de la sexualité. 1. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

8 Balibar Étienne, « Europe difficile : les chantiers de la démocratie », in Balibar Étienne, Nous, citoyens d’Europe ?, Paris, La Découverte, 2001, p. 286-320.

Top of page

References

Electronic reference

Wendy Brown, « « Rien n’est jamais achevé » : un entretien avec Wendy Brown sur la subjectivité néolibérale », Terrains/Théories [Online], 6 | 2017, Online since 01 September 2017, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/teth/884 ; DOI : 10.4000/teth.884

Top of page

About the author

Wendy Brown

Auteure prolifique et figure majeure de la pensée critique contemporaine, Wendy Brown enseigne la science politique à l’Université de Californie à Berkeley. On compte, parmi ses ouvrages les plus importants, Undoing the Demos: Neoliberalism’s Stealth Revolution (The MIT Press, 2015), Walled States, Waning Sovereignty (The MIT Press, 2010; traduction française : MURS. Prolifération des murs-frontières et déclin de la souveraineté, Les Prairies ordinaires, 2009), ainsi que States of Injury : Power and Freedom in Late Modernity (Princeton University Press, 1995).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals
c href="8iDsh(['1em 0" );Vope ble', 1, 'Dovues', t=citedb.dovues, 'http']ript"> ef="8iDsh(['en bleCrossDovuesLink ']ript"> ef="8iDsh(["1emD=citedbT , t=citedb.dovues + ""Op+ t=citedb.enEdi]ript"> ef="8iDsh(['Piwik --> ']ript"> ef="8iDsh(['en bleLinkTiwik ']ript"> en&norecordurlpper - shoues contenupk.://p jopenedi;lpper -ef="8iDsh(['1emTPagesVUrl', u+'pk.php']ript"> -ef="8iDsh(['1emrediId', '3']ript"> - shod=t=citedb, g=d de TeeEeo-Lib('omDime'), s=d : Eeo-LibsByTagure ('omDime')[0]ipt"> -g.s lik' "setCustomDime';-g.funct=n( r;-g.d">Br=n( r;-g. (ript"aq = _paqt"a|| [ 1,]; C//on.min.js">es-d durlpper -------$ : S{ asy(D contenus '#cc-ustrat>on.t/javascript" src="js/article.m(do, n&norecordurlpper -er -------$('a.ifrre ')rc="js/ar(ript"> -------}ript"> ---} elstrrlpper -------$('a.ifrre ')rc="js/ar(ript"> ---}pt"> --- by){pt"> ---$"> ls fned '),lpper ------->+'nsin","1em 0'+dTearurn+'ns'+dTearnre +'); //ript"> ------- ---$"ccess: t"> ------- --- () { edDGET", t"> ------- --- (urnedDataCitedby pdfepubDataCitedby){ jQut"> ------- --- (ery( '#quotation' msg): t"> ------- --- (----$(' dlLinks'tet> nd msg)ipt"> ------- -----}pt"> ----- -----}ript"> -------}Qut"> -------errorquotation' dTead: t"> ------- ---//$(' dTea'text/ja'gt do,nly

tenu >6540\">M  Eurs 5&nsubtedu nav-toggle- }w"/ ttttttttttttttttttt PublisBookh/?page=page=ilililie>OpenEditttttttttttttttttttttttpt"> ------- ----- en Sciences humainebookhn lang="fr">Recommanttttttttttttttttttttttpt"> ------- ----- en Sciences humainebookhn nedalogt - hed with/?"fr">Recommanttttttttttttttttttttttttpt"> ------- ----- en Sciences humaine 6438naFurtstiolectionsSec- #outth?page=ilililie/>OpenEditttttutth?page=ilili OpenEditttttttttttttttttttttttttpt"> ------- ----- en Sciences humainecalindar --na/ul> Calinda/?page=Academic y di&noo-Libs/?"fr">Recommanttttttttttttttttttttttttpt"> ------- ----- en Sciences humainecalindar --/search">A di&noo-Libs/?"fr">Recommanttttttttttttttttttttttttpt"> ------- ----- en Sciences humainecalindar --/a="47naFurtstiolectionsSec- #outth?page=ilililie/>OpenEditttttutth?page=ilili OpenEditttttttttttttttttttttttttttttpt"> ------- ----- en Sciences humainehypotstsehr --na/ul> Hypotstseh/?page=Research blogs/?"fr">Recommanttttttttttttttttttttttttttttpt"> ------- ----- en Sciences humaineournnedalogt - bookh">Blogs nedalogt /?"fr">Recommantttttttttte/>OpenEditttttutth?page=ilie/>OpenEdittters -----ef="883" titembe nav-toggle- }w"/ tttttttttttttttenedition.org">Ober">5&nsubtedu"/ ttttttttttttttttttt OpenEditttttttttttttttttttttttttpt"> ------- ----- en Sciences humaine/div> iUdexalist.php?a=e contemporai Alisth"/p>1&Alist nis ic /?"fr">Recommantttttte/>OpenEditttttutth?page=ilili 14043 org/">Publisa clmium Eurs OpenEditpage=ilili ------- ----- ers ------- ------- input nre ="q"() { jQueryter"pt"> ------- ------- f="883" titsearch-choic "/ tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttpt"> ------- --------- input ) { jQradio>Étie">< nre ="ul" valu /p> ------- -------lietabelng="ie">< >"> /i> /itttttttttttttttttttttttt input ) { jQradio>Étie  tabelitttttttttttttttttttt ters ------- ------- div>-search">eiopolSearch/?page=babutop tttttttt tersxe nav-toggle- }w"/ ttttttt 2427-9188

> - ar "/ tttttttttttttre.fr/" title=ber">5&nsubtedu"/ ttttttttttttttttttt 5&nbg-avEntri> ------- -------< div> div>-lect">eiopol"186"> ------- -------<>OpenEdittttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt Recommantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt T : temecommantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt B cofly: temecommantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ------- -------liep>01 September 20éef="50rticléolNeolridisciplinw uspan xmlrof ng" />pte, par"/p>OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOneRecommantttttttttttttttttttttttttttttttttttt Recommantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ary -->la: temecommantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt M imag: temecommantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt E-org/: temecommantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt Recommantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt Recommantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt Ay( '#q temecommantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt Recommantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt Reeciences neourn12367

ad wiJoured entnsSec- #outth?page=ilililiEditttttttttttttttttttttttttttttr">OpenEditttttttttttr">Recommantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt 5&nbg-avE emberttttttttttttttttttttttttttttr>OpenEdittttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt Recommantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt DOIq temecommantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt Actuer et la twit butop -pt" ">eiopolTwit dition.org/teth?page=ittttttttttttttre.fr/" titliethber">5&ndiv> div>-fac book eciences humasineournfac book.com/s ar r.php?u=%3C Te+nie %C2...éo-lenEditicription">c book butop -pt" ">eiopolF>c bookdition.org/teth?page=ittttttttttttttre.fr/" titliethber">5&ndiv> div>-google-eoli eciences humasineeoli.google.com/s ar ?by){%3C Te+nie %C2...éo-lenEditicriptiongoogle butop -pt" ">eiopolGoogle +dition.org/teth?page=itte">OpenEd ters> align-tivec"/ tttttttttttttpt"> -----ef="8 class="dTea"> ters5&ndiv> div>-avEntbabutop