Navigation – Plan du site

Présentation du dossier : néolibéralisme et subjectivité

Jean François Bissonnette et Alexis Cukier

Texte intégral

  • 1 Voir notamment, pour n’en rester qu’aux ouvrages et articles francophones, par ordre chronologique (...)
  • 2 Voir à ce sujet notamment Dardot Pierre et Laval Christian, « Néolibéralisme et subjectivité capita (...)
  • 3 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, Cours au collège de France (1978-1979), Paris, Galli (...)

1Au sein du corpus désormais fourni des ouvrages de théorie critique qui ont pris pour objet le néolibéralisme1, une thématique nodale a émergé : l’étude des rapports entre le néolibéralisme et la subjectivité. Il s’agit d’analyser le(s) type(s) d’individualité(s) et de relation(s) sociale(s) qu’impliquent les dynamiques économiques, culturelles et sociales propres à la période néolibérale du capitalisme2. À partir d’une réactivation et d’un examen critique de la discussion inaugurale de ce problème par Michel Foucault dans Naissance de la biopolitique3, ce dossier propose d’aborder, dans une perspective transdisciplinaire qui confronte l’analyse théorique aux études de terrain, les processus de la subjectivation et de la socialisation à l’heure du néolibéralisme.

2Dans son analyse de la rationalité politique néolibérale, Michel Foucault notait l’émergence d’un certain type de subjectivité, celui d’un individu conçu comme « entrepreneur de lui-même ». Distincte de « l’homme de l’échange » caractéristique du libéralisme classique, cette conception de l’être humain, au fondement des propositions des penseurs néolibéraux, suggérait la présence en chaque individu de deux principaux traits comportementaux : une attitude concurrentielle, d’abord, liée à des rapports sociaux envisagés sous l’angle de la compétition généralisée ; une posture accumulatrice, ensuite, faisant de toute action un moyen de maximiser le rendement de son « capital humain ». On peut lire par exemple dans la leçon du 21 mars 1979 de Naissance de la biopolitique, à propos de la « généralisation de la forme ‘entreprise’«  dans la « Gesellschaftspolitik » des ordolibéraux :

  • 4 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, Cours au collège de France (1978-1979), op. cit., p. (...)

« il s’agit de démultiplier le modèle économique, le modèle offre et demande, le modèle investissement-coût-profit, pour en faire un modèle des rapports sociaux, un modèle de l’existence même, une forme de rapport de l’individu à lui-même, au temps, à son entourage, à l’avenir, au groupe, à la famille4. »

  • 5 Weber Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, suivi d’autres essais, Paris, Gallimar (...)

3Par-delà le rôle de cette conception économiciste de la subjectivité humaine dans le discours théorique néolibéral, on peut inférer de l’analyse foucaldienne qu’il en allait également d’une certaine « technologie politique » des individus, celle du néolibéralisme, entendu cette fois comme régime d’économie politique, induisant la production effective de conduites individuelles et collectives faisant écho à sa normativité concurrentielle. Depuis Max Weber, au moins, on sait que le capitalisme repose sur une certaine orientation éthique des « conduites de vie5 ». Et ces analyses des formes de subjectivité impliquées par le néolibéralisme ont produit des effets notables, plus ou moins liés à une discussion de Naissance de la biopolitique, dans de nombreux domaines de recherche, notamment la philosophie, la psychologie, la sociologie, et dans diverses traditions théoriques, du marxisme et de l’École de Francfort à la sociologie critique post-bourdieusienne, en passant par certains travaux de psychologie du travail. C’est à ce programme transdisciplinaire de recherche que les textes réunis dans ce dossier visent à contribuer, en revenant à certaines de ses hypothèses et questions fondamentales.

4Quelles formes prennent les conduites de vie au stade de l’économie politique néolibérale ? La description foucaldienne de l’individu « entrepreneur de soi » permet-elle une compréhension sociologique adéquate des modes de subjectivation contemporains ? Comment cet idéal-type se décline-t-il dans la variété des sphères de vie, notamment au travail et dans l’éducation, et que permet-il de comprendre de la culture contemporaine ? Comment s’articule-t-il au fonctionnement effectif de l’économie et du politique ? Qu’indique-t-il des imaginaires sociaux contemporains et des formes nouvelles de socialisation, voire du rapport à soi des sujets à l’heure du néolibéralisme ? Par-delà la spécificité du néolibéralisme, l’analyse, informée par les données de terrain, articulera une réflexion systématique sur les rapports circulaires entre « dispositifs » institutionnels et « dispositions » subjectives.

5Dans le champ du travail, qui est l’objet d’enquête principal des contributions ici réunies, la valorisation contemporaine de la figure de l’entrepreneur innovant doit être mise en rapport avec les transformations internationales de la division du travail, la montée d’un chômage de masse, et l’exigence de flexibilité et d’adaptabilité imposée à la main d’œuvre au moyen des divers dispositifs de l’organisation « néomanagériale » du travail. De même, à l’ère d’un capitalisme dit « cognitif », la créativité s’impose comme une condition du succès économique, rompant ainsi en apparence avec l’encadrement disciplinaire des travailleurs pratiqué naguère, mais pour mieux faciliter sans doute la mise en place de nouvelles formes du contrôle social. La notion d’entrepreneuriat de soi-même semble d’ailleurs déborder le seul champ du travail ; elle permet notamment de questionner la façon dont l’émergence d’un capitalisme financiarisé imprègne la culture contemporaine. D’une manière qui peut être mise en rapport avec la déconstruction des mécanismes de l’État providence, la financiarisation implique l’intériorisation d’une éthique à la fois spéculative et « prudentielle », l’individu étant conduit à développer des stratégies lui permettant d’assurer lui-même les risques financiers qui sont alors présentés comme intrinsèques à toute existence.

6Le présent numéro de la revue Terrains/Théories a souhaité réunir les contributions de philosophes, sociologues et psychologues dont les analyses se situent à l’intersection de ces trois disciplines, et sont informées des débats économiques contemporains au sujet du néolibéralisme. Qu’ils prennent pour point d’ancrage les théories de la personnalité ou du travail, et pour objet privilégié le monde de l’entreprise ou le système universitaire, ces textes visent tous à la fois à contribuer à l’analyse des processus de subjectivation et de socialisation à l’heure du néolibéralisme, et à questionner, directement ou indirectement, les termes de ce problème des rapports entre néolibéralisme et subjectivité.

7Le dossier s’ouvre par un entretien de Jean François Bissonnette avec Wendy Brown, intitulé « Rien n’est jamais achevé », qui resitue la question de la subjectivité néolibérale dans le contexte de la montée du populisme de droite, exemplifié par l’élection de Donald Trump à la Présidence des États-Unis. Cette dérive autoritaire du néolibéralisme rend d’autant plus urgente, selon la philosophe américaine, la réinvention d’un imaginaire et de pratiques démocratiques depuis longtemps malmenés par la suprématie de l’économique sur le politique. Or, la possibilité d’une résistance effective contre cette alliance tendue entre logiques sécuritaire et marchande suppose la redécouverte des potentialités inhérentes à la subjectivité citoyenne, même formée dans le creuset culturel du néolibéralisme. Il faut donc se garder, estime la philosophe, de considérer la subjectivité – tout comme le néolibéralisme – comme des totalités achevées, mais voir plutôt dans leur incomplétude un facteur stratégique crucial pour l’avenir de la gauche.

8Dans le deuxième article du dossier, « Au-delà du caractère. Sombart, Weber et la question des racines subjectives de la participation au capitalisme », Stéphane Haber remonte aux sources mêmes du concept de capitalisme dans les sciences sociales – i.e. au débat entre Max Weber et Werner Sombart pour analyser le problème de l’articulation entre régime économique et caractère psychologique. Dans la perspective de Weber, le changement historique paraît dépendre de la force motivationnelle de « grands hommes » au caractère monolithique. À suivre Sombart, cependant, on aperçoit plutôt la grande diversité des motivations passionnelles qui conduisent à l’adhésion, même partielle, à l’univers moral du capitalisme. Sur la base de cette discussion, l’auteur défend que le capitalisme néolibéral n’est pas tant un « grand système » que l’assemblage de dispositifs divers dont les effets restent toujours contingents, et dont la reproduction dépend d’un ensemble varié et non déterministe d’attitudes psychiques.

9Le troisième article, « Ce que le néolibéralisme fait au travail : une étude de cas en centre d’appels téléphoniques », de Duarte Rolo et Stéphane Lelay, examine, à partir d’une enquête empirique, la souffrance et les dilemmes éthiques générés par les impératifs de productivité des entreprises. Bien que les travailleurs n’approuvent ni ces objectifs ni les dispositifs qui doivent permettre de les atteindre, nombre d’entre eux sont néanmoins conduits, à travers leurs propres stratégies défensives permettant de se défausser du conflit éthique qu’ils engendrent, à faire leurs les objectifs de vente imposés par la direction. Que ce soit par la surenchère dans la performance, par l’identification à des clans antagonistes, ou par la participation à des jeux concours organisés par la direction, les dispositifs managériaux tendent à anesthésier leur sensibilité critique. C’est dire que l’entreprise à l’heure du néolibéralisme produit non seulement la souffrance des travailleurs mais aussi les palliatifs qui l’atténuent et qui renforcent leur docilité.

10Dans le quatrième article, « Entrepreneur de soi ou travailleur aliéné ? Penser l’organisation néomanagériale du travail avec et au-delà de Foucault », Alexis Cukier propose une critique des usages des concepts foucaldiens visant à décrire l’organisation du travail sous le néolibéralisme comme le royaume du sujet « entrepreneur de lui-même ». Les études en psychologie et sociologie du travail montrent en effet que l’expérience des travailleurs reste largement prise dans des cadres standardisés et rigides de type tayloriste. Le « néomanagement » ne désigne alors pas tant une technique de soi effective, qu’un ensemble de dispositifs qui visent à régir l’activité et affectent diversement l’expérience du travail. L’article propose dès lors un autre usage de l’analytique foucaldienne du pouvoir, afin de mettre au jour la dimension stratégique des dispositifs néolibéraux d’encadrement et d’organisation du travail.

11Dans le cinquième article, « Du management de soi à l’investissement sur soi. Remarques sur la subjectivité post-néo-libérale », Luca Paltrinieri et Massimiliano Nicoli, à partir des transformations récentes dans le monde de l’entreprise, établissent dans l’indifférenciation croissante des espaces sociaux la marque distinctive du régime néolibéral. Là où le libéralisme classique articulait des espaces distincts (le marché régi par l’intérêt compétitif, la société civile fondée sur la coopération et la subordination, l’espace domestique pour la reproduction élargie), le néolibéralisme implique leur décloisonnement. Ce faisant, c’est la conception même du sujet qui se transforme : le sujet unitaire de la modernité, auquel se rapportait l’éthique bourgeoise du travail, sacrificielle et accumulatrice, fait place à un sujet dispersé, entièrement dédié à la consommation, à l’acquisition et à la gestion de ses compétences sociales et émotionnelles.

12Dans le dernier article du numéro, « Du tremplin au levier : de l’endettement spéculatif des étudiants dans l’université néolibérale », Jean François Bissonnette examine la croissance exponentielle de la dette étudiante dans les pays anglo-saxons, en la replaçant dans la rationalité politique du néolibéralisme qui vise à individualiser le rapport au risque. L’endettement relève alors d’un calcul stratégique qui trouve sa forme subjective dans la figure du « spéculateur endetté », pour qui l’usage du crédit permet de maximiser le rendement de ses « placements » éducatifs. L’augmentation des droits de scolarité universitaires se justifie en effet par l’idée que l’éducation constitue un investissement permettant l’accès à des carrières professionnelles fortement rémunératrices. La dette apparaît ainsi comme le prix d’entrée sur un marché du travail de plus en plus précaire, et constitue de fait un mécanisme de disciplinarisation salariale de ces nouveaux travailleurs. Alors que l’accès au crédit – comme l’éducation, d’ailleurs – est présenté comme un gage d’autonomie et d’ascension sociale, la dette étudiante se révèle au contraire au principe d’un nouveau rapport d’exploitation au service du capital.

13Au final, ce numéro voudrait contribuer à la fois au développement des enquêtes empiriques et à la clarification théorique des concepts au sujet d’un problème – celui des rapports entre néolibéralisme et subjectivité – qui constitue à notre sens un des principaux points de rencontre des recherches dans les domaines des sciences sociales et de la philosophie sociale et politique qui se donnent pour objectif de décrire et critiquer le présent du capitalisme.

Haut de page

Bibliographie

Audier Serge, Néolibéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, 2012.

Bidet Jacques, Le néolibéralisme : un autre grand récit, Paris, Les Prairies ordinaires, 2016.

Brown Wendy, Undoing the Demos. Neoliberalism’s Stealth Revolution, New York, Zone/Near Future, 2015.

Cusset François, Labica Thierry et Rauline Véronique (dir.), Imaginaires du néolibéralisme, Paris, La Dispute, 2016.

Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009.

Dardot Pierre et Laval Christian, « Néolibéralisme et subjectivité capitaliste », Cités, n° 41, 2010.

Dardot Pierre et Laval Christian, Ce cauchemar qui nen finit pas. Comment le néolibéralisme défait la démocratie, Paris, La Découverte, 2016.

Denord François, Le néolibéralisme à la française : Histoire dune idéologie politique, Paris, Agone, 2016.

Duménil rard et Lévy Dominique, The Crisis of Neoliberalism, Harvard, Harvard University Press, 2013.

Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, Cours au collège de France (1978-1979), Paris, Gallimard-Seuil, 2004.

Haber Stéphane, Penser le néocapitalisme. Vie, capital et aliénation, Paris, Les Prairies ordinaires, 2013.

Harvey David, A Brief History of Neoliberalism, Oxford, Oxford University Press, 2007 (traduction français: Brève histoire du néolibéralisme, Paris, Les Prairies ordinaires, 2014).

Read Jason, « A Genealogy of Homo-Economicus: Neoliberalism and the Production of Subjectivity », Foucault Studies, n° 6, 2009.

Weber Max, L’éthique protestante et lesprit du capitalisme, suivi dautres essais, Paris, Gallimard, 2004.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment, pour n’en rester qu’aux ouvrages et articles francophones, par ordre chronologique de parution : Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009 ; Audier Serge, Néolibéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, 2012 ; Haber Stéphane, Penser le néocapitalisme. Vie, capital et aliénation, Paris, Les Prairies ordinaires, 2013 ; Denord François, Le néolibéralisme à la française : Histoire d’une idéologie politique, Paris, Agone, 2016 ; Bidet Jacques, Le néolibéralisme : un autre grand récit, Paris, Les Prairies ordinaires, 2016 ; Cusset François, Labica Thierry et Rauline Véronique (dir.), Imaginaires du néolibéralisme, Paris, La Dispute, 2016 ; Dardot Pierre et Laval Christian, Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le néolibéralisme défait la démocratie, Paris, La Découverte, 2016. En anglais, parmi les ouvrages de référence, on peut citer : Harvey  David, A Brief History of Neoliberalism, Oxford, Oxford University Press, 2007 (traduction française : Brève histoire du néolibéralisme, Paris, Les Prairies ordinaires, 2014) ; Duménil Gérard et Lévy Dominique, The Crisis of Neoliberalism, Harvard, Harvard University Press, 2013 ; Brown Wendy, Undoing the Demos. Neoliberalism’s Stealth Revolution, New York, Zone/Near Future, 2015.

2 Voir à ce sujet notamment Dardot Pierre et Laval Christian, « Néolibéralisme et subjectivité capitaliste », Cités, n° 41, 2010. Voir également, en anglais, Read Jason, « A Genealogy of Homo-Economicus: Neoliberalism and the Production of Subjectivity », Foucault Studies, n° 6, 2009.

3 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, Cours au collège de France (1978-1979), Paris, Gallimard-Seuil, 2004.

4 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, Cours au collège de France (1978-1979), op. cit., p. 247.

5 Weber Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, suivi d’autres essais, Paris, Gallimard, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean François Bissonnette et Alexis Cukier, « Présentation du dossier : néolibéralisme et subjectivité », Terrains/Théories [En ligne], 6 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/teth/896

Haut de page

Auteurs

Jean François Bissonnette

Articles du même auteur

  • Du tremplin au levier [Texte intégral]
    De l’endettement spéculatif des étudiants dans l’université néolibérale
    Paru dans Terrains/Théories, 6 | 2017

Alexis Cukier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals