Navigation – Plan du site

Du management de soi à l'investissement sur soi.

Remarques sur la subjectivité post-néo-libérale
Luca Paltrinieri et Massimiliano Nicoli

Résumés

Dans cet article nous reprenons l’idée que la notion de « néolibéralisme » n’est pas uniquement le produit de transformations dans les sphères économiques et du travail, mais aussi le symptôme d’un tournant anthropologique où se pose à nouveaux frais la question de la « subjectivation », par laquelle le soi se constitue soi-même en sujet de son action. À cette fin, nous analysons les similitudes et les différences entre la subjectivation libérale et néolibérale à partir des rationalités de gouvernement respectives. L’expérience du sujet libéral est constitutivement clivée entre l’intérieur/extérieur de la maison, le marché et le travail, la consommation et la production, etc. : la rationalité libérale est ainsi une rationalité de la séparation, du partage entre des espaces distincts. En revanche, la rationalité néolibérale, construite autour des notions de capital humain et de ressources humaines, dépasse cette série de séparations par la prescription d’un infini travail de valorisation de soi. Tout ce qui entre dans le périmètre du « soi » est susceptible de devenir capital d’investissement, le « soi » lui-même étant désormais devenu un portefeuille de compétences et des biens à valoriser sur un marché. En conclusion, nous envisageons les transformations de cette forme de subjectivation dans une époque où l’imaginaire héroïque des start-ups et de l’innovation disruptive pénètre dans le discours politique et se généralise dans la société : « l’entreprise de soi » néolibérale tend à se caractériser moins par la gestion de la vie selon un calcul coûts-bénéfices, que par l’expérimentation et l’exposition au risque. À côté de la « subjectivité verticale », qui essaye d’atteindre par l’enquête psychologique la vérité de sa propre existence, semble émerger une « subjectivité horizontale » qui s’authentifie par l’unification et la mise en cohérence de plusieurs expériences d’investissement et d’endettement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ostry Jonathan D., Loungani Pakrash et Furceri Davide, « Neoliberalism, Oversold? », Finance & Deve (...)
  • 2 Donnan Shawn, « IMF Economists Put Neoliberalism under the Spotlight. Is the Fund Throwing Darts at (...)
  • 3 Chakrabortty Aditya, « You’re Witnessing the Death of Neoliberalism – from within », The Guardian, (...)
  • 4 Voir notamment, à propos des stratégies rhétoriques de légitimation du néolibéralisme et plus parti (...)

1Intitulé « Néolibéralisme : survente ? », l’article de Jonathan Ostry, Prakash Loungani et Davide Furceri, publié dans Finance & Development à la fin du mois de mai 2016, a suscité un certain émoi dans les milieux économiques1. Les auteurs, tous économistes au Fonds Monétaire International, faisaient planer plus d’un doute sur les politiques d’austérité étatiques, de dérégulation du marché du travail et de « libération » de flux financiers que le FMI prône depuis trois décennies dans le monde entier. Si un tel « agenda néolibéral » s’est révélé plus qu’approprié pour certains pays, écrivent les trois économistes, il ne faudrait pas se cacher qu’il a conduit également, dans d’autres pays, à des « conclusions inquiétantes », notamment l’augmentation des inégalités et la déstabilisation de la croissance économique. Ces affirmations ne sont pas particulièrement nouvelles et traduisent elles-mêmes des débats vigoureux et anciens au sein du FMI2. En revanche, ce qui est étonnant et même choquant pour certains, au point de rendre l’article viral en quelques heures seulement, c’est l’usage de la catégorie provocatrice de « néolibéralisme », qui était jusque-là employée surtout par les « critiques du système », afin de démolir les idées de Friedrich Hayek et Milton Friedman, et plus largement pour dénoncer le fondamentalisme du marché au service d’une minorité3. Désormais largement critiqué en tant qu’idéologie, le « néolibéralisme » ainsi compris n’est rien d’autre que la version postmoderne du « laissez-faire » libéral, caractérisé par une vague de privatisations, par la restriction du rôle de l’État et par la mise en concurrence post-démocratique de tous les acteurs privés et publics4.

  • 5 Voir sur ce point Audier Serge, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, (...)
  • 6 Voir Foucault Michel, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, G (...)
  • 7 Davis Gerald F., Managed by Markets. How Finance Re-Shaped America, Oxford, 2009, p. 154-190.

2Pourtant la fondation du « néolibéralisme » comme catégorie critique s’est historiquement accompagnée du refus de le penser comme une simple radicalisation de l’économie de marché prônée par les libéraux5. Parmi les premiers interprètes du « néolibéralisme », dont Michel Foucault lui-même, nombreux sont ceux qui insistent sur le rôle régulateur de l’État comme rouage essentiel de la machinerie capitaliste, comme si l’interventionnisme étatique n’était plus simplement l’antithèse du spontanéisme compétitif du marché6. La croissance d’une forme d’économie post-industrielle de plus en plus déliée de toute sphère productive, dont la « financiarisation » est devenue le symbole le plus évident, loin d’effacer l’instance étatique, transforme le concept lui-même de souveraineté : de l’État souverain sur une nation et un territoire économique, siège de corporations productives, à une nouvelle forme de régulation souveraine, au service des intérêts des multinationales qui ont délocalisé la production en ne gardant souvent sur le territoire national rien de plus que les services de recherche et développement (R&D) et de marketing7. Dans ces conditions, l’instance gouvernementale, loin d’être effacée, construit des ensembles normatifs (lois, codes, normes) censés réguler les flux de l’activité marchande et financière dans la nouvelle chaîne de création de valeur.

  • 8 Sur ce point, voir Tirole Jean, Économie du bien commun, Paris, Presses Universitaires de France, 2 (...)
  • 9 Voir Steiner Philippe, « L’intérêt général, une affaire d’incitations. À propos de Jean Tirole, Éco (...)

3Le néolibéralisme serait en somme davantage caractérisé par une nouvelle articulation gouvernementale entre les sphères hétérogènes de l’économique et du politique, cette dernière ne garantissant plus seulement le maintien d’un certain ordre du marché, mais construisant le marché lui-même comme lieu privilégié de la rencontre entre intérêt individuel et collectif. Une politique économique néolibérale cherche à réaliser un équilibre optimal entre les deux intérêts par « un système d’incitations bien choisies » qui permettraient à chaque acteur d’agir rationnellement, selon les principes d’allocation des ressources idéales d’un marché en équilibre8. En ce sens, l’ambition de la gouvernementalité néolibérale n’est plus simplement de décrire les échanges spontanés d’un marché pour les soustraire à une action externe, comme c’était encore le cas pour l’économie libérale, mais de construire rationnellement des opportunités, en distribuant des informations, en éliminant l’effet pervers des biais cognitifs et en construisant des incitations susceptibles de faire coïncider les intérêts individuels avec le « bien commun ». Pourtant, si c’est l’information qui rend les agents « plus rationnels », le marché doit être régulé par une action étatique qui est à son tour rationalisée selon les principes du fonctionnement du marché. Ainsi la distinction elle-même entre État et marché, ou encore entre volontarisme constructionniste et spontanéisme, n’a plus véritablement de raison d’exister « puisque ce sont deux modalités d’inciter, de distribuer des informations et de responsabiliser (c’est-à-dire souvent de « faire payer ») l’acteur économique9 ».

  • 10 Tirole Jean, Économie du bien commun, op. cit. p. 77.
  • 11 Voir Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibéral (...)
  • 12 Voir sur la condition néolibérale le cycle de cours de Michel Feher à Goldsmiths College en 2013, T (...)
  • 13 Brökling Ulrich, The Entrepreneurial Self. Fabricating a New Type of Subject, London, Sage, 2016.

4De ce point de vue, la notion de « néolibéralisme » n’est pas seulement un effet des transformations postfordistes dans la sphère économique « restreinte », commerciale ou financière, mais l’expression d’un tournant anthropologique par lequel la rationalité du marché est concrètement devenue, dans nos comportements quotidiens les plus intimes, « le miroir de nos âmes10 ». Si on a pu parler de « subjectivation néolibérale11 », c’est que la transition néolibérale déborde la simple transformation des politiques économiques, pour donner naissance à une entière « forme de vie », une nouvelle « condition12 » où le « soi entrepreneurial » deviendrait « un programme de gouvernement13 ». Mais si l’on entend par subjectivation un processus par lequel le « soi » ne fait pas qu’être sujet à un pouvoir, mais se constitue soi-même en sujet de son action par un travail d’auto-exploration, d’automodelage et d’expression, le sujet lui-même ne peut évidemment pas être conçu uniquement comme le produit inerte d’un pouvoir hétéronome. Autrement dit, la question de la « subjectivité néolibérale » et de son devenir ne se règle pas en examinant uniquement les transformations de la gouvernamentalité néolibérale, mais plutôt en essayant de regarder à la manière dont les sujets se gouvernent quotidiennement, ce comportement étant le nécessaire vis-à-vis d’une politique économique qui cherche constamment à articuler intérêt individuel et collectif. Le sujet lui-même, en somme, est un champ de bataille.

L’entrepreneur de soi : une question de rationalité

5La revue Autogestions titrait son numéro 8/9 de 1982, « Un travail sans emploi. La société duale en question ». Dans l’introduction du dossier, extrait d’un rapport ministériel commandé fin 1979 sur la « Prospective du travail à l’horizon 2000 », on peut lire :

  • 14 Grupp Michaël, Schiray Michel, Mattéi Bruno (et al.), « Distinguer travail et emploi », Autogestion (...)

« Dès lors que lon sefforce de réfléchir aux solutions possibles à la crise de lemploi, il vaut mieux en effet partir dune idée simple : celle selon laquelle un travailleur à la recherche dun emploi ne peut espérer le trouver que chez un employeur extérieur ou, à défaut, quen le créant lui-même. Seul ou avec quelques-uns. Cest là la définition même de lentreprise, et cela saccorde très bien avec le renouveau de la mise à lhonneur de la petite dimension de lunité de production comme critère de qualité de lusage de la force de travail14. »

  • 15 Voir, sur ce numéro de revue, Audier Serge, Penser le néolibéralisme. Le moment néolibéral, Foucaul (...)

6Des phrases qui font écho à un célèbre numéro de la revue Autrement, publié lui aussi en 1979, dont le titre d’ensemble était « Et si chacun créait son emploi ? Le retour des entrepreneurs : ils inventent collectivement une économie différente », et où apparaissaient une série de formules qui seront destinées à un succès certain pendant les années du gouvernement de gauche : « promouvoir le désir d’entreprendre », « devenir tous entrepreneurs », « l’entrepreneur de soi », etc15.

  • 16 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 221. Il est évident que faire de Foucau (...)
  • 17 Bureau Marie-Christine et Corsani Antonella (dir.), Un salariat au-delà du salariat ?, Nancy, PUN - (...)
  • 18 Abdelnour Sarah, « L’auto-entrepreneur : une utopie libérale dans la société salariale ? », Lien so (...)

7Le rapport ministériel et le numéro de revue, datant de la même année où Foucault faisait au Collège de France son cours sur le néolibéralisme américain, cette « tarte à la crème16 », pourraient être pris comme le point de départ du néolibéralisme à la française, mais ils montrent surtout que la nouvelle conception de l’individu « entrepreneur de soi » dans une société concurrentielle n’a pu advenir que sous la pression d’un bouleversement profond du marché du travail17. Le travail indépendant et l’entrepreneuriat deviennent, à partir de ce moment, non seulement un remède plus ou moins admis à la crise de l’emploi, mais aussi les avant-gardes prophétiques d’une nouvelle économie qui dépassera enfin l’ancienne contradiction entre capital et travail. Le statut de l’auto-entrepreneur, mis en place en 2008, sanctionne la réalisation de l’utopie politique de la fin des années 1970 : une société néolibérale où « l’initiative individuelle est pilier de l’ordre social18 ».

  • 19 Audier Serge, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, op. cit. p. 22-34.
  • 20 Lasganerie Geoffroy de, La dernière leçon de Michel Foucault. Sur le néolibéralisme, la théorie et (...)
  • 21 Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 224.
  • 22 Voir Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 232. Cf. Brökling Ulrich, The Entr (...)
  • 23 Dardot Pierre et Laval Christian, Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le néolibéralisme a défa (...)
  • 24 Le Texier Thibaud, « Le management de soi », Le Débat, n° 183, janvier-février 2015, p. 75-86. Voir (...)
  • 25 Gorz André, « La personne devient une entreprise. Note sur le travail de production de soi », Revue (...)

8Les malentendus autour de la conceptualisation foucaldienne de la gouvernementalité néolibérale (et celles de ses épigones), lui reprochant soit d’avoir voulu ramener en toute hâte la domination néolibérale à la figure de la « libre entreprise19 », soit d’avoir embrassé avec conviction et sans réserve l’idée d’une optimisation du système d’incitation comme alternative gouvernementale au système disciplinaire de l’Etat-providence20, escamotent précisément la question centrale de la nature individuelle de l’initiative dans son articulation à la subjectivation néolibérale. L’« initiative individuelle » des néolibéraux ne résulte pas, en effet, d’une pleine liberté subjective finalement retrouvée au-delà de toutes les déterminations disciplinaires, au sens que Foucault donnait au terme « disciplinaire ». Si, dans les analyses de Surveiller et punir, l’« individu disciplinaire » représentait le « sous-sol » de libertés formelles et juridiques de l’individu libéral21, la « liberté » du choix rationnel des néolibéraux s’incarne dans une nouvelle forme de citoyenneté économico-politique, celle de « l’entrepreneur de soi22 », gérant sa vie comme une entreprise, c’est-à-dire appliquant à son existence tout entière les principes de la gestion rationnelle du travail inventés dans le cadre de l’entreprise capitaliste, jusqu’à la « coextension de la vie et de l’entreprise23 ». Dans les nouvelles techniques managériales, c’est le sujet lui-même qui est appelé à se transformer partout et tout le temps en « manager de soi-même » : c’est-à-dire qu’il est appelé à se connaître, se contrôler, s’organiser pour pouvoir être plus efficace dans son travail, mais aussi et surtout dans sa vie. Il faut apprendre à « manager » son comportement, ses émotions, sa motivation, ses compétences, ses opportunités, apprendre à s’organiser, à s’autoévaluer continuellement, à se fixer des objectifs, à soigner son réseau24. Comme le dit André Gorz, la principale forme de valorisation de l’économie néolibérale est la production de soi : « se produire comme activité vivante, comme individu-entreprise et donc comme travailleur performant, dans le travail comme dans le sport, dans l’activité ludique ou encore dans l’activité artistique, par lesquelles on cherche à s’épanouir soi-même et on apprend à concurrencer les autres25 ».

9Ainsi, il semble bien que le niveau d’analyse pertinent de cette nouvelle « condition subjective néolibérale » soit moins celui des politiques économiques dispersées géographiquement et sectoriellement, que celui de la définition de la rationalité plus générale qui gouverne le système d’incitations néolibéral. Autrement dit, en parlant de rationalité, il s’agirait de comprendre quelle forme de gouvernement correspond au sujet « entrepreneur de soi ». Trois dimensions pourraient être soulevées pour définir une analyse en termes de rationalité, et plus particulièrement une analyse de la rationalité néolibérale.

  • 26 Voir Foucault Michel Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 21.
  • 27 Foucault Michel, « La poussière et le nuage », in Perrot Michèle (dir.), L’Impossible Prison, Reche (...)
  • 28 Aubrey Bob, L’entreprise de soi, Paris, Flammarion, 2000 ; Bridges William, Creating You & Co. Lear (...)
  • 29 Sur l’ethos entrepreneurial, dans une perspective wébérienne, voir Lopez-Ruiz Osvaldo, Os executivo (...)

10D’abord, par rationalité de gouvernement, on pourrait entendre une forme de pensée dont la vérité est indexée à la question de comment « mieux gouverner26 ». En ce sens, le terme de « rationalité » ne comprendrait pas seulement le domaine de la « raison instrumentale », dans le sillage des travaux de Max Weber et de l’École de Francfort, mais aussi les dimensions projectuelles, programmatiques, voire oniriques organisant l’action gouvernementale27. L’analyse de la rationalité s’occupera alors moins de mesurer l’écart entre le rêve et le réel, que d’identifier « l’imaginaire » proposé au sujet néolibéral. Ainsi, « l’entreprise de soi » popularisée par Bob Aubrey ou William Bridges28 entre en ligne de compte de l’analyse de la rationalité néolibérale, même si cela n’implique pas qu’elle sera adoptée automatiquement, intégralement et sans réticences par les acteurs. La gestion de soi « comme une entreprise » ne doit pas nécessairement envahir chaque aspect de l’existence, elle pourrait rester à l’étape de programme non réalisé sans cesser d’être un idéal à atteindre, mobilisateur des consciences et des actions. L’individu intègre ces schémas de comportement moins sous la forme d’une obligation, que sous celle de l’ethos, un ensemble de valeurs, de principes et de règles de conduite lui permettant d’évaluer son existence et ses actions au jour le jour, comme un étalon29.

  • 30 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, op. cit., p. 273 sq.
  • 31 Verzat Caroline, « Esprit d’entreprendre es-tu là ? Mais de quoi parle-t-on ? », Entreprendre & inn (...)
  • 32 De Peter Drucker, probablement le « gourou » du management le plus influent des années 1980, voir s (...)
  • 33 Voir Hacking Ian, « Historical Meta-Epistemology », in Daston Lorraine et Carl Wolfgang (dir.), Wah (...)

11Deuxièmement, les rationalités pourraient être définies comme des « cheminements intellectuels collectifs », d’abord partagés à l’intérieur d’un certain groupe culturel ou scientifique, avant de s’étendre à la société tout entière et s’imposer comme « évidences » structurant les actions rationnellement optimisées des gouvernants comme des gouvernés30. De ce point de vue, l’analyse de la rationalité cherchera à dégager les présupposés communs (et souvent irréfléchis) à des positions politiques aux antipodes. Par exemple, des expressions comme « esprit d’entreprise », ou « innovation » semblent avoir envahi les discours non seulement économiques, mais aussi médiatiques et politiques, se présentant comme un horizon transcendant les différences entre « gauche » et « droite », capable de « rassembler » et créer un consensus autour de certains objectifs des politiques publiques (favoriser la création d’entreprise, augmenter l’implication des employés, améliorer la composition du capital humain en rapprochant formation supérieure et entreprise, etc.). Ainsi, si « l’esprit d’entreprendre » a pu être reconnu par l’Union européenne comme l’une des huit compétences-clés pour la formation tout au long de la vie, c’est qu’« il existe un consensus relatif au niveau des politiques éducatives sur le fait qu’il s’agit de dispositions de base qui concernent l’ensemble de la population et sont censées faire naître des comportements entreprenants au-delà de la création d’entreprise31 ». L’« esprit d’entreprise » et l’« innovation » ne renvoient plus seulement à l’utopie managériale d’un Peter Drucker ou au processus de « destruction créatrice » schumpéterien32, ce sont des « concepts organisateurs » du néolibéralisme promettant un « retour aux faits », à l’objectivité, au « concret » économique, en même temps qu’ils rythment la production intellectuelle de toute une société33.

  • 34 Voir Abdelnour Sarah, « ’L’entreprise de soi’, un nouveau mode de gestion politique des classes pop (...)
  • 35 Sur cet imaginaire, voir en particulier Jones Campbell et Spicer André, Unmasking the Entrepreneur, (...)

12Mais les rationalités, troisièmement, doivent aussi être décrites comme des schémas réflexifs issus de la pratique, faisant l’objet d’élaboration théorique avant d’être intégrés à des dispositifs pour être ensuite réinjectés dans la pratique. Les théories de l’entreprise, de l’« institutionnalisme » de Thorstein Veblen et Ronald Coase jusqu’à « l’entreprise en réseaux » ou « l’entreprise numérique » contemporaines, ne sont pas que des tentatives de décrire le réel et de le constituer en objet scientifique, mais aussi de l’influencer. La « rationalité » décrit ici non seulement la façon dont la théorie se situe au plus près de l’action managériale pour la décrire, mais aussi la transposition de la logique managériale aux activités en dehors de l’entreprise. Le régime de « l’auto-entrepreneur » mis en place en France à partir de 2008 pourrait être compris comme un dispositif d’extension de la rationalité managériale au soi : il vise à promouvoir l’autonomie du travailleur indépendant en l’incitant à la « propriété de soi » et en le rendant responsable des ressources engagées34. Le décloisonnement du marché du travail, l’incitation au travail indépendant et à la création d’entreprise caractérisant trente années de politiques néolibérales françaises et européennes présupposent et génèrent en même temps « l’entrepreneur de soi », véritable figure performative, dont les conditions de possibilité sont à la fois la stabilisation d’un imaginaire « héroïque » de l’entrepreneur35 et des dispositifs très concrets de gouvernement du travail. La rationalité est, de ce point de vue, la courroie de transmission entre des espaces différents, permettant finalement l’homogénéisation de ceux-ci selon une même base de principes-valeurs.

13Dans l’imaginaire comme dans les pratiques, « l’entreprise de soi » représente moins le produit de la gouvernementalité néolibérale que sa condition de fonctionnement. Reste à savoir à quel type de sujet elle renvoie, et en quoi celui-ci se distingue du sujet du libéralisme.

La rationalité libérale ou les deux sujets du libéralisme

  • 36 Simon Herbert A., « Organizations and Markets », Journal of Economic Perspectives, vol. 5, n˚ 2, 19 (...)

14Le prix Nobel de l’économie Herbert Simon pouvait affirmer en 1980 que si un extraterrestre avait pu survoler la terre et voir les marchés en rouge et les entreprises en vert, il aurait vu des immenses étendues de vert et seulement quelques minuscules taches rouges36. Pour le théoricien de la rationalité limitée, le cycle économique qui s’ouvrait dans les années 1980 était caractérisé moins par le spontanéisme du marché que par l’extension indéfinie d’un mode de coordination des actions humaines alternatif au marché, et qui existe plus particulièrement pour limiter les coûts du marché : la rationalité managériale.

  • 37 Voir le travail classique de Hirschman Albert O., Les passions et les intérêts, Paris, Presses Univ (...)
  • 38 Simon Herbert A., « A Formal Theory of the Employment Relationship », Econometrica, vol. 19, n˚ 3, (...)
  • 39 Chandler Alfred, The Visible Hand: The Managerial Revolution in American Business, Cambridge, Harva (...)

15L’opposition dessinée par Simon renvoie effectivement à une histoire de la pensée libérale où le marché n’est pas seulement l’espace de la concurrence et de l’équilibre entre offre et demande, mais représente plus profondément la réponse cruciale à la question politique de la dissociation égoïste et au désordre des passions qui perturbent l’ordre communautaire37. L’idée que la promotion de la démocratie est indissociable de l’économie de marché est fondée sur l’analogie entre le choix démocratique dans les urnes et la libre poursuite de son propre intérêt. Pourtant dans l’entreprise, et plus généralement dans les espaces de travail, l’organisation de la coopération requiert la soumission des individus à des finalités qui ne coïncident pas immédiatement avec leur intérêt. À partir du moment où le travailleur entre dans une relation de subordination sanctionnée par le contrat de travail, on ne parlera plus de relations d’échange entre des agents libres, mais de relations hiérarchiques et autoritaires entre des donneurs d’ordres (le patronat et le management) et des salariés38. Ainsi, dans la vulgate économique et managériale du xxe siècle, la rationalité marchande et spontanéiste, d’un côté, et la rationalité organisatrice de la gouvernance d’entreprise, de l’autre, sont le plus souvent décrites comme deux logiques hétérogènes et potentiellement contradictoires, s’opposant comme les cases noires et blanches d’un échiquier. C’est pourquoi Frederick W. Taylor veut exclure toute forme de marchandisation de l’atelier, et que dans son livre, The Visible Hand, Alfred Chandler écrit que, au contraire de la main invisible du marché, la main du manager est visible précisément parce que le travail en entreprise répond à des ordres organisés, émanant d’une autorité hiérarchique39.

  • 40 Trentin Bruno, La Cité du travail. La gauche et la crise du fordisme, Paris, Fayard, 2012.
  • 41 Voir par exemple Fraisse Geneviève, Les deux gouvernements : la famille et la Cité, Paris, Gallimar (...)

16Pourtant, comme le faisait remarquer Bruno Trentin40, il ne va nullement de soi que les salariés abandonnent leurs droits de libres citoyens au seuil de l’entreprise pour accepter d’entrer dans un rapport de subordination. Que la relation de travail soit pensée à partir de la subordination et de la dépendance tient à un partage des espaces entre sphère productive et reproductive que l’on pourrait retrouver, en suivant les historiennes féministes du libéralisme, jusque dans l’espace privé de la maison sous la forme de la division du travail masculin/féminin41. L’individu libéral vit et travaille dans un monde qui est fait d’espaces cloisonnés : intérieur/extérieur de la maison, marché et travail, espace de libre consommation et espace du travail subordonné, etc. La rationalité libérale est ainsi une rationalité de la séparation, du partage des espaces distincts : elle assigne des expériences et des finalités contradictoires à des espaces séparés. Elle règne en divisant.

17Ainsi, tout se passe comme s’il n’y avait pas un, mais deux sujets du libéralisme : un sujet des institutions démocratiques qui est aussi un sujet économique, libre, rationnel, s’auto-déterminant sur le marché, et un sujet travaillant qui accepte d’être assujetti et dirigé lorsqu’il traverse le seuil de l’entreprise. Dans le système capitaliste de la libre entreprise, chaque sujet fait en même temps l’expérience de la subordination dans le cadre des relations de travail productif ou reproductif et l’expérience de la « liberté » en tant que consommateur sur un marché. Que verrait donc l’extraterrestre de Simon s’il voulait descendre sur terre ? Sans doute une étrange société qui, d’un côté, promet plus de liberté, plus d’autonomie et plus de démocratie dans le cadre d’échanges librement consentis, et qui, de l’autre, nous soumet, dans le cadre du travail, et donc dans la majeure partie du temps de notre vie, à l’emprise d’une autorité et d’une forme de gouvernement qui semblent incompatibles avec ses valeurs d’autodétermination et de démocratie.

  • 42 Sur la notion de caractère (character) voir l’introduction du livre de Sennett Richard, The Corrosi (...)

18Tout se passe comme si lidée dune subjectivation forte et puissante, exprimée par la notion de « caractère », était construite, dans le libéralisme, comme une réponse à la schizophrénie potentiellement engendrée par la traversée obligée despaces cloisonnés. Le « caractère », en tant quensemble permanent daspects émotifs, de croyances et d’attitudes déterminant un habitus, était exactement cette vérité quil fallait chercher au plus profond du « moi », puisque la vie quotidienne et « superficielle » ne livrait que des expériences contradictoires et dispersées42. Si la psychologie libérale est obligatoirement une « psychologie des profondeurs », cest quelle cherche la cohérence du moi dans une unité individuelle qui se situe forcément en deçà de la surface bariolée dune expérience disséminée parmi plusieurs espaces séparés. Or, cette séparation, organisée par les besoins de lexploitation capitaliste, nest que lautre nom de laliénation, comme lécrit le jeune Karl Marx lorsquil décrit léconomie comme :

  • 43 Marx Karl, Manuscrits de 1844. Économie politique et philosophie, Paris, Éditions Sociales, 1969, p (...)

« une science morale réelle, la plus morale des sciences. Le renoncement à soi-même, le renoncement à la vie et à tous les besoins humains est sa thèse principale. Moins tu manges, tu bois, tu achètes des livres, moins tu vas au théâtre, au bal, au cabaret, moins tu penses, tu aimes, tu fais de la théorie, moins tu chantes, tu parles, tu fais de lescrime, etc., plus tu épargnes, plus tu augmentes ton trésor que ne mangeront ni les mites, ni la poussière, ton capital. Moins tu es, moins tu manifestes ta vie, plus tu possèdes, plus la vie aliénée grandit, plus tu accumules ton être aliéné43. »

La rationalité néolibérale

19Dans une des scènes finales de La classe ouvrière va au Paradis, de Elio Petri, Mimi, le protagoniste, se débarrasse de toute une horrible et inutile pacotille qui a envahi sa maison, qu’il a pu s’acheter grâce à son travail d’ouvrier. Intuitivement, il comprend que ce sont ces objets, symboles de l’aspiration au bien-être bourgeois, qui l’ont enfermé dans l’expérience aliénée du travail. Le revers de la propriété, de la « libre conduite » en tant que consommateur sur un marché, est l’acceptation du lien de subordination du travailleur dépendant, cette existence d’ouvrier soumis que Mimi, après un long périple l’ayant mené du stakhanovisme à la grève à outrance, refuse désormais intégralement. La libération de soi par rapport à « ces objets qui nous tiennent », image classique de la réification, devient la promesse du dépassement de l’opposition libérale entre sujet consommateur et sujet producteur.

  • 44 Paltrinieri Luca, « Managing Subjectivity. Neoliberalism, Human Capital and Empowerment », Fudan Jo (...)
  • 45 Bruno Isabelle, « Quand s’associer c’est concourir. Les paradoxes de la coopétition », in Cochoy Fr (...)
  • 46 Jensen Michael et Meckling William, « Theory of the Firm: Managerial Behaviour, Agency Cost and Own (...)
  • 47 Davis Gerald F., The Vanishing American Corporation. Navigating the Hazards of a New Economy, New Y (...)

20Les théories et les pratiques d’autogestion, soit l’expérience de l’entrée de la démocratie en entreprise au cours des années 1970, dont le film s’inspire, étaient à leur tour fondées sur l’utopie d’un décloisonnement des espaces séparés qui aurait du même coup libéré le sujet de son existence double et déchirée entre les espaces du travail et de la consommation. Pourtant, encore plus que les mouvements de libération du travail issus des expériences des années 1970, c’est le néolibéralisme qui semble avoir réalisé ce décloisonnement d’espaces auparavant séparés. En premier lieu, si l’on définit l’entreprise comme cet espace séparé du marché, où l’organisation hiérarchique est fondée sur la subordination formellement consentie, le néolibéralisme a été le premier agent de sa destruction44. En effet, le constructionnisme néolibéral a montré que « la frontière édifiée entre la coopération organisationnelle et la compétition marchande n’est pas une donnée de nature45 ». Là où la théorie de l’agence ne perçoit l’entreprise que comme un « nœud de contrats », il n’y a plus lieu d’opposer un « intérieur » de l’entreprise et un « extérieur » du marché46. Mais la théorie ici ne fait que refléter la financiarisation des grandes corporations et le triomphe de l’actionnariat et de la valorisation à court terme, la délocalisation de la production physique et la sous-traitance, la dispersion des activités de R&D, de marketing et de vente tout au long d’une chaîne de valeur de plus en plus mondialisée47.

  • 48 Aoki Masahiko, « Horizontal vs Vertical Information Structure of the Firm », American Economic Revi (...)
  • 49 Pour prendre un seul exemple, voir le bestseller de Carney Brian M. et Getz Isaac, Liberté & Cie. Q (...)
  • 50 Bacqué Marie-Hélène, Biewer Carole, L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte (...)

21Ce constat se prête à des conséquences paradoxales. D’une part, la gouvernance de l’entreprise s’inspire de plus en plus de la compétition marchande : au lieu de tendre à l’intégration verticale des différents stades de la production et de la distribution, on dresse les unités de production les unes contre les autres afin d’améliorer les performances48. D’autre part, on remarque dans le travail une tendance lourde au relâchement des pratiques hiérarchiques, avec une mise en place de pratiques « collaboratives » ou même « coopératives », par lesquelles on cherche à donner une plus grande autonomie opérationnelle aux travailleurs49. L’« intrapreneauriat », par exemple, vise à encourager la pratique de création d’entreprise par les travailleurs dépendants de grands groupes, les transformant de fait en travailleurs salariés indépendants. Alors que le taylorisme cherchait à dépouiller les ouvriers de leurs savoirs pour intégrer ces derniers dans des procédures prescrites et adapter les hommes aux cadences de la machinerie industrielle, le néomanagement insiste précisément sur l’autonomie et la responsabilisation des travailleurs, il en appelle à leur esprit d’initiative, voire d’entreprise. Il ne s’agit plus de priver les travailleurs de leurs savoirs, mais plutôt de les « faire monter en compétence », de les outiller avec des nouveaux savoirs et généralement de leur donner plus de marge de manœuvre, de décision ou encore de les mettre en position de « self-leadership ». Les théories managériales décrivent ce processus avec le mot d’« empowerment », que le management a récupéré de mouvements d’émancipation radicale, et indiquant un processus d’acquisition d’une plus grande puissance d’agir de la part des travailleurs50.

  • 51 Ernst & Young Advisory, La révolution des métiers - Nouveaux métiers, nouvelles compétences : q (...)
  • 52 Voir Paltrinieri Luca, « Biopolitics in the Twenty-First Century. The Malthus-Marx Debate and Human (...)

22Cette transformation s’enracine dans un contexte de politiques néolibérales du travail fondées sur la théorie du capital humain, affirmant que plus l’individu « consomme » de l’activité culturelle, plus il s’instruit dans et dehors de l’espace de travail, plus il augmente la valeur de son portefeuille composé par ses compétences relationnelles, culturelles, émotives, ces softs skills représentant désormais le sésame de plus en plus recherché par les entreprises51. Construit ad hoc contre Marx et son idée d’une contradiction inévitable entre capital et travail débouchant sur une crise, le concept de « capital humain » est fondé sur la présupposée circularité d’une ressource, la ressource humaine, qui a une capacité presque magique d’autovalorisation : plus on y fait recours, plus elle se valorise, brouillant peu à peu les frontières entre le travail et la formation52. L’auto-évaluation chiffrée, nouveau sésame de la performance managériale, permet la valorisation de son propre capital humain à travers la mise en concurrence des sujets entre eux, un peu comme les entreprises sont soumises à une évaluation permanente de leur valeur selon le cours de la bourse.

23La notion de ressource humaine a sapé la distinction entre espace domestique et espace professionnel – car le « capital humain » se valorise littéralement tout le temps, aussi en dehors du travail et notamment grâce aux nouvelles technologies de l’information. Alors que le management tayloriste se fondait sur le partage d’espaces et de temps (l’usine comme lieu de disciplinarisation productive opposée à la maison comme lieu de la consommation, le temps de travail s’opposant au temps de la « liberté » hors travail), la frontière entre les sphères de la vie professionnelle et privée semble littéralement éclater. Le management néolibéral introduit dans le règne de la subordination le principe de choix typique de la subjectivation marchande, pour faire du travail lui-même une expérience épanouissante où l’individu joue le sens de son existence.

  • 53 Weber Max, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964.
  • 54 Voir sur ce point les différentes études rassemblées dans Pezet Eric (dir.), Management et conduite (...)
  • 55 Nicoli Massimiliano et Paltrinieri Luca, « Qu’est-ce qu’une critique transformatrice ? Contrat psyc (...)

24On se rappellera, en effet, que pour Weber, le travail comme Beruf et son autodiscipline non seulement promeuvent la productivité et l’efficacité du travail au sens capitaliste du terme, mais ils constituent aussi la profession comme une sorte de « technologie de soi » permettant à chaque individu de répondre à la question angoissante qui concerne sa propre identité et sa place dans la société. Le travail professionnel infatigable en tant que conduite de vie est le seul moyen pour obtenir la conscience de sa propre prédestination et de la grâce, en se délivrant de l’angoisse de ne pas pouvoir atteindre le salut53. De la même façon, à l’époque néolibérale où chacun est sollicité à devenir « entrepreneur de soi-même », la vocation éthique du travailleur, la possibilité de se réaliser entièrement dans le travail pour gagner une conscience de son propre état de grâce, prend la forme de la gestion efficace et judicieuse de soi et de son propre capital humain, de la production de soi-même en tant que sujet d’une performance de succès54. La technologie néomanagériale n’est plus seulement un moyen pour augmenter les performances de l’entreprise : elle devient, pour le sujet, une occasion et une promesse de « se réaliser » entièrement par un « travail sur soi », c’est-à-dire par un travail qui lui permettra d’atteindre son véritable « moi » et parallèlement obtenir la reconnaissance d’autrui55. La contradiction entre accumulation de capital et jouissance de soi décrite par le jeune Marx semble ainsi être complètement bouleversée.

Obsolescence de l’obéissance

  • 56 Foucault Michel, Surveiller et punir, op. cit..
  • 57 Foucault Michel, « Le sujet et le pouvoir », in Foucault Michel, Dits et Ecrits IV, Paris, Gallimar (...)

25Si la rationalité néolibérale a désarticulé l’opposition entre le sujet « libre » du choix marchand et le sujet « subordonné » des institutions du travail, nous appellerons « néomanagement » la technologie gouvernementale qui, opérant un décloisonnement des espaces auparavant séparés, cherche à réaliser une synthèse entre les deux expériences. Il ne faudrait pourtant pas interpréter cette synthèse comme la énième péripétie du taylorisme. La tentation plus récurrente, c’est en effet de continuer à opposer les deux expériences de la subjectivité, montrant que le sujet « empowered », libre, autonome et responsable est seulement une coquille qui cache le sujet dominé, discipliné et névrosé, unique et profonde réalité des sociétés néolibérales. Si l’on reprend l’opposition classique, foucaldienne, entre l’assujettissement – entendu comme « production » du sujet par des mécanismes disciplinaires qui le constituent de fond en comble56 –, et la subjectivation – comprise comme rapport à soi produit activement par la liberté d’un sujet qui se choisit, s’autogouverne et n’est donc plus un « précipité » passif des technologies de domination57 –, il s’agirait ainsi de montrer que la subjectivation néomanagériale recèle un secret assujettissement.

  • 58 Nicoli Massimiliano et Paltrinieri Luca, « Qu’est-ce qu’une critique transformatrice ? Contrat psyc (...)
  • 59 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 67.

26Pourtant cette alternative entre subjectivation et assujettissement n’a jamais existé en tant que telle, historiquement, car même le taylorisme le plus acharné a toujours fait appel à la « moralité » du travailleur et à ses capacités d’autodiscipline, alors qu’inversement la capacité d’auto-détérmination n’a pu exister indépendamment d’un cycle de luttes collectives : l’hétéronomie est, en somme, constitutive58. Si le constructionnisme néolibéral a dépassé l’alternative naïve entre autonomie et contrôle, c’est qu’il conçoit la liberté elle-même comme un certain rapport entre gouvernants et gouvernés, qui doit être produit : la liberté ne se découvre ni ne s’invente, elle se « gère » à travers une formidable extension des mécanismes de contrôle, qui sont moins le contrepoids que le principal moteur de cette même liberté59. Le néomanagement de la nouvelle entreprise néolibérale ne représente pas, en somme, l’« autre » de la liberté de choix sur les différents marchés, cette liberté étant désormais possible précisément grâce à toute une technologie du contrôle et de la maîtrise de soi : l’individu se réalise, ou se « subjectivise » par le même mécanisme qui le rend productif et qui par conséquent – dans l’ancien système libéral – était censé l’assujettir. Ainsi, le transfert de modes de gestion de l’entreprise vers l’individu n’est pas vécu sous la forme de l’auto-imposition, de l’autocensure, ou encore du « renoncement à soi-même ». La managérialisation de l’existence est vécue plutôt comme une forme de subjectivation, de réalisation de sa propre autonomie et liberté, de production de soi comme « moi gagnant ».

  • 60 Ce point était déjà central dans l’étude, pourtant déjà datée, de Brunel Valérie, Les managers de l (...)

27Pour cette même raison, le sujet du néomanagement n’est pas non plus, comme on pourrait le penser, le sujet de la « servitude volontaire », animé par une sorte de volonté d’obéissance qui correspond à un renoncement paradoxal à sa volonté. La gouvernementalité néomanagériale n’opère plus en termes classiques d’obéissance ou de désobéissance, mais en termes de degrés d’épanouissement et de réalisation de soi60. La prolifération actuelle de toute une littérature sur la désobéissance comme résistance subjective ou collective ne témoigne que d’une bataille d’arrière-garde, le mot lui-même d’« obéissance » ayant pratiquement disparu des théories néomanagériales expliquant aux nouveaux leaders comment obtenir des followers. Ce que l’on veut, ce n’est pas un sujet docile et obéissant dans le travail, mais un sujet empowered, activement impliqué dans ses choix et dans sa subjectivation, cette dernière représentant le véhicule principal de valorisation de son capital humain.

  • 61 Paltrinieri Luca, « Biopolitics in the Twenty-First Century. The Malthus-Marx Debate and Human Capi (...)
  • 62 Corsani Antonella, « Rente salariale et production de subjectivité », Multitudes, n° 32, 2008/1, p. (...)

28Sans être détachable de l’individu au travail, la valeur du « capital humain » est en effet automatiquement calculée parmi les assets de l’entreprise, c’est pourquoi son amélioration et sa valorisation profitent autant aux individus qu’aux entreprises61. Le sujet travaillant a tout intérêt à suivre les plans de formation ou le « coaching » qu’on lui propose, car sa croissance en capital humain coïncide avec celle de l’entreprise. L’on voit là encore mieux pourquoi la distinction entre l’espace de la production et celui de la consommation semble s’évanouir : le travail lui-même est devenu un bien qui se consomme, car il garantit a minima l’accès à certaines protections sociales, mais aussi et surtout, car il est source de formation et donc de valorisation de son propre capital humain. Le capital individuel devient un asset dans lequel l’individu doit investir, à travers la formation notamment, pour améliorer sa rente62.

  • 63 Fisher Irving, De la nature du capital et du revenu, Paris, Giard, 1911.
  • 64 Polanyi Karl, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Pari (...)
  • 65 Davis Gerald F., Managed by the Markets, op. cit., p. 236.

29Irving Fisher, père de la théorie quantitative de la monnaie et prophète de « l’actualisation », avait déjà en 1906 inversé le raisonnement marxien sur l’accumulation primitive, en calculant la valeur du capital à partir du flux de revenus futurs qu’il est susceptible de générer. Pour lui, le capital, en soi, isolé dans un point de l’espace-temps, ne pourrait pas avoir de valeur, car toute la valeur dérive de ses possibles futurs. Plus l’on s’éloigne du présent, vers le futur, plus la « rente » capitaliste, c’est-à-dire les gains réalisables deviennent incertains, mais c’est précisément cette incertitude qui produit la valeur du capital, au présent : c’est le fait d’exposer le capital au risque qui lui confère une valeur63. Ainsi au règne de la « marchandise fictive », caractérisant l’âge libéral64, succède celui du « capital fictif » où tout devient un capital susceptible de produire des revenus dans le futur : sa propre demeure (capital immobilier ou épargne), son éducation (capital humain), ses relations familiales ou sociales (capital social). Tout ce qui entre dans le périmètre de possession du « soi » est susceptible de devenir capital d’investissement, parce que le « soi » n’est désormais rien d’autre qu’un portefeuille de compétences et de biens que les agents essaient de valoriser sur un marché. Comme le dit Gerald Davies, « [t]he individual’s place in an ownership society is as an investor, buying and selling securities for their economic and social portfolio65 ». Dans cette figure du propriétaire de son propre capital humain, post-industriel et post-corporate, investisseur de son propre soi comme meilleure garantie de son avenir, les frontières déjà labiles entre assujettissement et subjectivation ont littéralement éclaté.

Conclusion : de l’auto-entrepreneur à l’investisseur

  • 66 Hoffman Reid et Casnocha Ben, Managez votre carrière comme une start-up, Paris, Leduc.s, 2013, p. 1 (...)

30Le best-seller The Start-Up of You, des Américains Reid Hoffman – cofondateur et CEO du réseau social professionnel Linkedin – et Ben Casnocha, s’ouvre sur un constat : « Tous les hommes sont des entrepreneurs non parce qu’ils sont appelés à créer des entreprises mais parce que la volonté de créer figure dans le génome humain, et la création est l’essence même de l’entreprenariat66. » Cette naturalisation de la condition entrepreneuriale ne marque pourtant pas l’avènement d’une subjectivité pleine et sans résidus : tout un travail sur soi est nécessaire pour dépasser la simple condition entrepreneuriale, et embrasser une nouvelle condition, où sa propre vie et sa propre carrière sont interprétées comme des « start-up » en pleine croissance. Il faut d’abord apprendre à considérer sa vie comme un work-in-progress, une œuvre de perfectionnement permanent de soi, comme telle destinée à rester inachevée. Il faut, ensuite, apprendre à investir chaque jour en soi-même afin d’améliorer ses compétences et ses capacités : là aussi, le travail est infini et présuppose à la fois la capacité de maintenir certains objectifs existentiels et d’être assez souples et flexibles pour s’adapter au changement du marché des compétences et des qualifications. Il faut, enfin, savoir accepter le risque comme un aspect essentiel de l’existence, qui ouvre par conséquent cette dernière aux dimensions inévitables de l’incertitude et de l’imprévu.

  • 67 Foucault Michel, Subjectivité et vérité. Cours au Collège de France, 1980-1981, Paris, Gallimard-Se (...)
  • 68 Si l’on pense en effet à l’entreprise comme dispositif collectif, destiné à durer dans le temps, co (...)
  • 69 Hoffman Reid et Casnocha Ben, Managez votre carrière comme une start-up, op. cit.

31Certes, il s’agit d’un ensemble de recommandations très banales, typiques de ces manuels de self help qui sont la forme post-moderne des anciens « arts de vivre67 ». Elles révèlent pourtant une transformation essentielle de « l’entreprise de soi » néolibérale : il s’agit désormais moins de « manager » chaque aspect de la vie selon un calcul coûts-bénéfices, moins de planifier son existence en vue d’obtenir des résultats mesurables, moins de fixer des objectifs entièrement conscients par une forme d’autocontrôle, que d’accepter d’exposer son propre « capital individuel » au risque spéculatif. Le vocabulaire adopté ici n’est pas innocent : là où le mot d’« entreprise de soi » évoqué par les néolibéraux des années 1980 renvoyait encore à la construction patiente d’un « moi » solide, destiné à durer dans le temps68, le mot de « start-up » renvoie au substantiel inachèvement de l’expérimentation. En effet, une start-up n’a pas vocation à durer où à s’instituer, du moins dans sa forme initiale, elle doit impérativement rester à l’étape de projet expérimental et de pure virtualité avant d’être vendue, souvent on ne lui demande même pas de réaliser des bénéfices. C’est pourquoi, pour Hoffman et Casnocha, l’investisseur de son propre capital humain, physique et social est moins l’individu parcimonieux et calculateur, attentif à son plan de carrière, que l’expérimentateur du changement continuel ; dans un monde qui change sans cesse, la connaissance de soi-même et de ses propres passions ainsi que son projet de carrière ne peuvent plus se fonder sur l’introspection : l’identité personnelle se construit moins à travers l’introspection que l’expérimentation69.

  • 70 Davis Gerald F., Managed by the Markets, op. cit., p. 243.

32Ces considérations héroïques nous conduisent à deux remarques majeures sur le nouveau mode de subjectivation qui est en train de se mettre en place. D’abord, on remarquera là l’opposition la plus radicale au modèle libéral de subjectivation, supposant la recherche incessante d’une vérité inconsciente qui échappe continuellement au sujet et qui en menace la maîtrise. À côté de la subjectivité verticale, qui essaye d’atteindre par l’enquête psychologique la vérité de sa propre existence, émerge désormais un modèle horizontal d’unification et de mise en cohérence de plusieurs expériences d’investissement. Si la rationalité libérale fondait l’ordre psychique sur l’unité de l’individu qu’il fallait retrouver, par-delà les clôtures de l’expérience quotidienne, au plus profond du « soi », la rationalité néolibérale serait caractérisée par le mouvement inverse : le décloisonnement des espaces sociaux vise à créer une unité superficielle, un « soi » expérimental dont la cohérence serait donnée non pas par une vérité plus profonde, mais bien plutôt par la capacité de « gérer » superficiellement des projets existentiels. Comme l’écrit Davis, l’idée que la surface soit tout ce qu’il y a – il n’y a rien de plus réel ni profond (peut-être même pas de « profondeur ») – semble s’adapter parfaitement à un monde d’OEM corporations (fabricants d’équipement d’origine), où la source primaire de la valeur de tout chose est son brand, son histoire plutôt que la chose en tant que telle, et donc la production de toute chose – voitures, ordinateurs, anticoagulants, nourriture pour chien – peut être externalisée70.

  • 71 Brökling cite à ce propos Besser-Siegmund Cora et Siegmund Harry, Coach Yourself, Düsseldorf, Gebun (...)
  • 72 Peters Tom J., The Brand You 50: Or: Fifty Ways to Transform Yourself from an ’Employee’ into a Bra (...)

33Cette réflexion est parfaitement applicable à la subjectivité néolibérale. D’une part le néomanagement cherche à créer une personne-système dont la vérité est donnée par la coordination horizontale de ses investissements et de leur performance71. L’abandon progressif de la psychologie des profondeurs, psychanalyse en premier lieu, au profit de « modèles cognitifs » se situe dans ce nouveau contexte de définition de la subjectivation comme une entreprise de cartographie permanente de ses propres investissements en vue d’optimiser leur rentabilité. D’autre part, le sujet doit apprendre à s’offrir comme une « marque » sur les différents marchés de ses investissements, jusqu’à déchiffrer sa vérité dans les marques de confiance pragmatiques de ses créanciers. Si la recherche d’une vérité enfouie au plus profond de « soi » se caractérisait inévitablement comme une enquête sur son propre passé, la vérité du sujet investisseur a plutôt la forme d’un objectif à atteindre, dans le futur, par la « spéculation ». En syntonie avec le « constructionnisme » néolibéral, la promotion incessante de soi comme un brand renvoie, plus qu’à l’unité d’un caractère profond et stable, à une vérité perpétuellement à construire sur le marché et par le marché : le « marketing de soi » représente alors en même temps la condition d’accès au crédit et la possibilité d’atteindre la vérité du « soi horizontal »72.

  • 73 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 68.
  • 74 Knight Frank, Risk, Uncertainty and Profit, Chicago, University of Chicago Press, 1921.
  • 75 Ascher Ivan, Portfolio Society. On the Capitalist Mode of Prediction, New York, Zone Books, 2016.

34L’autre conséquence majeure concerne l’avenir « spéculatif » de la subjectivité. Faire de sa carrière une « start-up », cela signifie accepter le pari infini d’une création et recréation permanente de soi, ouvert au risque de « l’innovation disruptive ». Mais cela implique également que, si la devise du libéralisme c’était « vivre dangereusement73 », la prise de risque pourrait être considérée comme la marque de la condition néolibérale. Si, avec Knight, on distingue le risque de l’incertitude, faisant du premier ce qui est maîtrisable dans le cadre d’une analyse mathématique ou fréquentiste des probabilités, alors que l’incertitude caractérise une situation unique non probabilisable, on peut interpréter la managérialisation du « soi horizontal » comme la pièce centrale d’une stratégie d’investissement fondée sur la maîtrise du risque74. Cette maîtrise rationnelle du risque est en effet possible en redistribuant les chances par la diversification des actions de son propre portefeuille d’investissement. Dans une société qui se présente moins comme une « immense accumulation de marchandises », que comme une collection diversifiée de titres d’investissement75, la première vertu du sujet néolibéral sera sa capacité à opérer des investissements éphémères et diversifiés de ses capitaux. Comme l’entrepreneur de Knight, le sujet néolibéral assume l’incertitude constitutive de sa condition parce que capable de voir les risques moins comme des dangers que des opportunités d’investissement spéculatif.

  • 76 Lazzarato Maurizio, La fabrique de l’homme endetté, op. cit., et Stimilli Elettra, Il debito del vi (...)

35Si plusieurs auteurs s’efforcent de ramener la condition d’endettement structurel du sujet néolibéral à l’horizon chrétien de la culpabilité et de la subsomption de la vie tout entière sous le pouvoir de la finance76, on ne manquera pas de remarquer que l’endettement est aussi un aspect fondamental du jeu d’incitations typique de la rationalité néolibérale. La dette est une condition quasi transcendentale de l’investissement néolibéral. Pas de réussite possible sans une attitude expérimentale de l’investisseur, pas d’expérimentation possible sans que le risque représenté par l’endettement soit compris comme une opportunité spéculative.

  • 77 Voir Bissonnette Jean François, « Du tremplin au levier : de l’endettement spéculatif des étudiants (...)
  • 78 Ibid.

36Que l’endettement soit devenu une réalité absolument primordiale dans les études supérieures, notamment en Amérique du Nord, n’est nullement un hasard : en tant qu’ouverture d’une béance dans la vie des individus, l’endettement a une fonction pédagogique, car seule la dette rend possible cette prise de risque qui transforme l’individu néolibéral en sujet77. On peut, certes, voir dans la condition d’endettement généralisée dans laquelle versent aujourd’hui les soi-disant sociétés avancées, un effet pervers de la financiarisation du monde ou encore une obligation qui agit dans les dos des acteurs afin de rendre leurs comportements contrôlables à l’avenir. Mais il serait hasardeux de n’y voir que l’effet d’une domination externe ou d’une culpabilité. Le point est que l’investissement est aujourd’hui plus qu’un moyen d’assurer sa sécurité matérielle par l’accès à la propriété, dans une société post-industrielle et post-emploi : il a acquis tout l’épaisseur d’une « technologie de soi ». Comme l’affirme Jean François Bissonnette, c’est par la dette que l’on peut créer un ethos de parieur visant la maximisation de ses gains, le crédit fonctionnant comme un instrument de maximisation des potentialités de gain78. La vie à crédit devient un principe de déchiffrement permanent de soi.

  • 79 Sur ce point, voir Linhart Danièle, La comédie humaine du travail. De la déshumanisation taylorienn (...)
  • 80 Sur ce point, voir Feher Michel, « Une autre spéculation est possible », Libération, 14 septembre 2 (...)

37Or, c’est précisément pour cette raison que la nouvelle rationalité néolibérale ne se réduit ni à la logique libérale de la domination par le cloisonnement des espaces de l’expérience ni à celle de l’assujettissement. La structure elle-même de la subjectivité politique libérale s’est trouvée intimement modifiée par les transformations néomanagériales de l’âge néolibéral, au point de rendre insignifiante l’alternative liberté/domination. Si la subjectivation néolibérale se définit précisément à partir d’une certaine soif d’investissement, soit, si l’on vient à la racine étymologique du mot, le besoin de placer ses propres biens toujours ailleurs, c’est d’abord pour multiplier ses investissements et se diversifier soi-même dans une multiplicité de projets, selon une stratégie de maîtrise par distribution du risque spéculatif. Mais, par conséquent, l’âge néolibéral se définit précisément par la pénétration du dispositif dette/investissement au cœur de la subjectivation, il est alors sans doute inutile de prescrire pour l’énième fois des formes de subjectivation qui se donneraient comme résistances, par la soustraction, la fuite ou le refus de la « mentalité de l’endettement et de l’investissement ». La stratégie post-foucaldienne faisant du « soi » le rempart contre un management imaginaire qui consisterait à standardiser, uniformiser et objectiver l’existence, en créant des séries mornes d’individus disciplinés, s’est révélée de ce point de vue une véritable faillite. Car le néomanagement s’est nourri précisément de cette illusion dans sa critique du dispositif disciplinaire tayloriste, afin de casser les collectifs de travail et encourager la recherche continuelle d’émotions fortes et de réalisation de leur singularité par des individus engloutis par leur propre « moi », désireux de faire – à leur façon – de leur vie une « œuvre d’art79 ». Si l’on interprète en revanche la rationalité néolibérale comme le ressort authentique d’une nouvelle subjectivation où l’individu est appelé à se construire et se réaliser à travers la gestion spéculative de ses investissements, la véritable question devient celle de comment mieux embrasser cette condition pour la soustraire à l’auto-exploitation de l’entrepreneur de soi, en inventant de nouvelles stratégies de socialisation et de maîtrise collective du risque concrètement affranchies de la prédation financière80.

Haut de page

Bibliographie

Abdelnour Sarah, « L’auto-entrepreneur : une utopie libérale dans la société salariale ? », Lien social et Politiques, n° 72, 2014, p. 151-165.

Abdelnour Sarah, « ʻL’entreprise de soi’, un nouveau mode de gestion politique des classes populaires ? », Genèses, n° 95, 2014/2, p. 27-48.

Aoki Masahiko, « Horizontal vs Vertical Information Structure of the Firm », American Economic Review, vol. 76, n˚ 5, 1986, p. 971-83.

Aubrey Bob, L’entreprise de soi, Paris, Flammarion, 2000.

Ascher Ivan, Portfolio Society. On the Capitalist Mode of Prediction, New York, Zone Books, 2016.

Audier Serge, Penser le néolibéralisme. Le moment néolibéral, Foucault et la crise du socialisme, Bordeaux, Le Bord de l’Eau, 2015.

Audier Serge, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, 2012.

Bacqué Marie-Hélène, Biewer Carole, L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte, 2013.

Besser-Siegmund Cora et Siegmund Harry, Coach Yourself, Düsseldorf, Gebundene Ausgabe, Econ Verlag, 1993.

Bissonnette Jean François, « Du tremplin au levier : de l’endettement spéculatif des étudiants dans l’université néolibérale », Terrains/Théories, n° 6, 2017.

Brökling Ulrich, The Entrepreneurial Self. Fabricating a New Type of Subject, London, Sage, 2016.

Bureau Marie-Christine et Corsani Antonella (dir.), Un salariat au-delà du salariat ?, Nancy, PUN - Éditions Universitaires de Lorraine, 2012.

Bridges William, Creating You & Co. Learn to Think Like the CEO of Your Own Career, Cambridge, Perseus Books, 1997.

Brökling Ulrich, The Entrepreneurial Self. Fabricating a New Type of Subject, London, Sage, 2016.

Brunel Valérie, Les managers de l’âme. Le développement personnel en entreprise, nouvelle pratique de pouvoir ?, Paris, La Découverte, 2004.

Bruno Isabelle, « Quand s’associer c’est concourir. Les paradoxes de la coopétition », in Cochoy  Franck (dir.), Du lien marchand : comment le marché fait société. Essai(s) de sociologie économique relationniste, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2012, p. 54-78.

Bureau Marie-Christine et Corsani Antonella (dir.), Un salariat au-delà du salariat ?, Nancy, PUN - Éditions Universitaires de Lorraine, 2012.

Carney Brian M. et Getz Isaac, Liberté & Cie. Quand la liberté des salariés fait le bonheur des entreprises, Paris, Fayard, 2012.

Chakrabortty Aditya, « You’re Witnessing the Death of Neoliberalism – from Within », The Guardian, 31 mai 2016.

Chandler Alfred, The Visible Hand: The Managerial Revolution in American Business, Cambridge, Harvard University Press, 1977.

Corsani Antonella, « Rente salariale et production de subjectivité », Multitudes, n° 32, 2008/1, p. 103-114.

Dardot Pierre et Laval Christian, Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le néolibéralisme a défait le démocratie, Paris, La Découverte, 2016.

Dardot Pierre et Laval Christian, « Néolibéralisme et subjectivation capitaliste », Cités, n° 41, 2010/1, p. 35-50.

Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009.

Daston Lorraine et Galison Peter, Objectivity, Cambridge, MIT Press, 2010.

Davies William, The Limits of Neoliberalism. Authority, Sovereignty and the Logic of Competition, Londres, Sage, 2014.

Davis Gerald F., The Vanishing American Corporation. Navigating the Hazards of a New Economy, New York, Berret-Koheler Publishers, 2016.

Davis Gerald F., Managed by Markets. How Finance Re-Shaped America, Oxford, Oxford University Press, 2009.

de Lauretis Teresa, « La technologie du genre », in de Lauretis Teresa, Théorie queer et cultures populaires, Paris, La Dispute, 2007, p. 37-93.

Donnan Shawn, « IMF Economists put Neoliberalism under the Spotlight. Is the Fund Throwing Darts at Wider Area of Economic orthodoxy? », Financial Times, 26 mai 2016.

Drucker Peter, Les entrepreneurs, Paris, L’Expansion-Hachette, 1985.

Ernst & Young Advisory, La révolution des métiers - Nouveaux métiers, nouvelles compétences : quels enjeux pour l’entreprise ?, Conférence, 2016, p. 23.

Favereau Olivier, Entreprises : la grande déformation, Paris, Parole et Silence, 2014.

Federici Silvia, Caliban et la sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive, Marseille-Genève-Paris, Entremonde et Senonevero, 2014.

Feher Michel, « Une autre spéculation est possible », Libération, 14 septembre 2011.

Fisher Irving, De la nature du capital et du revenu, Paris, Giard, 1911.

Foucault Michel, Subjectivité et vérité. Cours au Collège de France, 1980-1981, Paris, Gallimard-Seuil, 2014.

Foucault Michel, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Gallimard-Seuil, 2004.

Foucault Michel, « Le sujet et le pouvoir », in Foucault Michel, Dits et Ecrits IV, Paris, Gallimard, 1994, p. 222-242.

Foucault Michel, « La poussière et le nuage », in Perrot Michèle (dir.), L’Impossible Prison, Recherches sur le système pénitentiaire au xixe siècle, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L’Univers historique », 1980, p. 29-39.

Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

Fraisse Geneviève, Les deux gouvernements : la famille et la Cité, Paris, Gallimard, 2000.

Gorz André, « La personne devient une entreprise. Note sur le travail de production de soi », Revue du MAUSS, n° 18, 2001/2, p. 61-66.

Grupp Michaël, Schiray Michel, Mattéi Bruno (et al.), « Distinguer travail et emploi », Autogestions, n° 8/9, printemps 1982, p. 12.

Hacking Ian, « Historical Meta-Epistemology », in Daston Lorraine et Carl Wolfgang (dir.), Wahrheit und Geschichte, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1999, p. 53-76.

Hirschman Albert O., Les passions et les intérêts, Paris, Presses Universitaires de France, 1980.

Hoffman Reid et Casnocha Ben, Managez votre carrière comme une start-up, Paris, Leduc.s, 2013.

Jensen Michael et Meckling William, « Theory of the Firm: Managerial Behaviour, Agency Cost and Ownership Structure », Journal of Financial Economics, vol. 3, n˚ 4, 1976, p. 305-360.

Jones Campbell et Spicer André, Unmasking the entrepreneur, Chelthenam, Edgar Elder, 2009.

Knight Frank, Risk, Uncertainty and Profit, Chicago, University of Chicago Press, 1921.

Lasganerie Geoffroy de, La dernière leçon de Michel Foucault. Sur le néolibéralisme, la théorie et la politique, Paris, Fayard, 2012.

Lazzarato Maurizio, La fabrique de l’homme endetté. Essai sur la condition néolibérale, Paris, Éditions Amsterdam, 2011.

Le Texier Thibaud, « Le management de soi », Le Débat, n° 183, janvier-février 2015, p. 75-86.

Linhart Danièle, La comédie humaine du travail. De la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale, Paris, Érès, coll. « Sociologie clinique », 2015.

Lopez-Ruiz Osvaldo, Os executivos des transnacionais e o espirito do capitalismo. Capital humano e empreendedorismo como valores sociais, Rio de Janeiro, Azougue Editorial, 2007.

Marx Karl, Manuscrits de 1844. Économie politique et philosophie, Paris, Éditions Sociales, 1969.

Nicoli Massimiliano, « L’etica del lavoro intellettuale e lo spirito del capitalismo », aut aut, n˚ 365, 2015, p. 7-20.

Nicoli Massimiliano et Paltrinieri Luca, « Qu’est-ce qu’une critique transformatrice ? Contrat psychologique et normativité d’entreprise », dans Laval Christian, Paltrinieri Luca et Taylan Ferhat (dir.), Marx & Foucault. Lectures, usages, confrontations, Paris, La Découverte, 2015, p. 323-337.

Ostry Jonathan D., Loungani Pakrash et Furceri Davide, « Neoliberalism, Oversold ? », Finance & Development, vol. 53, n˚ 2, 2016, p. 38-41.

Paltrinieri Luca, « Managing Subjectivity. Neoliberalism, Human Capital and Empowerment », Fudan Journal of the Humanities and Social Sciences, à paraître.

Paltrinieri Luca, « Biopolitics in the Twenty-First Century. The Malthus-Marx Debate and Human Capital Issue », in Bonditti Philippe, Bigo Didier et Gros Frédéric (dir.), Foucault and the Modern International. Silences and Legacies for the Study of World Politics, Londres, Palgrave MacMillan, 2017, p. 255-274.

Peters Tom J., The Brand You 50: Or: Fifty Ways to Transform Yourself from an ’Employee’ into a Brand That Shouts Distinction, Commitment, and Passion!, New York, Knopf, 1999.

Pezet Eric (dir.), Management et conduite de soi. Enquête sur les ascèses de la performance, Paris, Vuibert, 2007.

Polanyi Karl, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983.

Rappaport Julien, « In praise of Paradox: a Social Policy of Empowerment over Prevention », American Journal of Community Psychology, vol. 9, n˚ 1, 1981, p. 1-25.

Schumpeter Joseph, Capitalism, Socialism and Democracy, London, Allen & Unwin, 1942.

Segrestin Blanche, Hatchuel Armand, Refonder l’entreprise, Paris, Seuil, 2012.

Sennett Richard, The Corrosion of Character. The Personal Consequences of Work in the New Capitalism, New York, Norton & Company, 1998.

Simon Herbert A., « Organizations and Markets », Journal of Economic Perspectives, vol. 5, n˚ 2, 1991, p. 25-44.

Simon Herbert A., « A Formal Theory of the Employment Relationship », Econometrica, vol. 19, n˚ 3, 1951, p. 293-305.

Steiner Philippe, « L’intérêt général, une affaire d’incitations. À propos de Jean Tirole, Économie du bien commun », en ligne depuis le 27 octobre 2016 : http://www.laviedesidees.fr/L-interet-general-une-affaire-d-incitations.html.

Stenger Manfred B. et Roy Ravi K., Neoliberalism. A Very Short Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2010.

Stimilli Elettra, Il debito del vivente. Ascesi e capitalismo, Macerata, Quodlibet, 2011.

Tirole Jean, Économie du bien commun, Paris, Presses Universitaires de France, 2016.

Trentin Bruno, La Cité du travail. La gauche et la crise du fordisme, Paris, Fayard, 2012.

Verzat Caroline, « Esprit d’entreprendre es-tu là ? Mais de quoi parle-t-on ? », Entreprendre & innover, n˚ 27, 2015/4, p. 81-92.

Weber Max, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964.

Williams Jeffrey, « The Pedagogy of Debt », College Literature, vol. 33, n˚ 4, 2006, p. 155-169.

Williamson Oliver E. et Winter Sidney G., The Nature of the Firm. Origins, Evolution and Developments, Oxford, Oxford University Press, 1993.

Zangaro Marcela, Subjectividad y trabajo. Una lectura foucaltiana del management, Buenos Aires, Herramienta Ediciones, 2011.

Haut de page

Notes

1 Ostry Jonathan D., Loungani Pakrash et Furceri Davide, « Neoliberalism, Oversold? », Finance & Development, vol. 53, n˚ 2, 2016, p. 38-41.

2 Donnan Shawn, « IMF Economists Put Neoliberalism under the Spotlight. Is the Fund Throwing Darts at Wider Area of Eeconomic Orthodoxy? », Financial Times, 26 mai 2016.

3 Chakrabortty Aditya, « You’re Witnessing the Death of Neoliberalism – from within », The Guardian, 31 mai 2016.

4 Voir notamment, à propos des stratégies rhétoriques de légitimation du néolibéralisme et plus particulièrement en lien avec le cas anglais, le livre de Davies William, The Limits of Neoliberalism. Authority, Sovereignty and the Logic of Competition, Londres, Sage, 2014.

5 Voir sur ce point Audier Serge, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, 2012, p. 10-57 et Stenger Manfred B. et Roy Ravi K., Neoliberalism. A Very Short Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2010.

6 Voir Foucault Michel, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Gallimard-Seuil, 2004, en particulier les développements sur l’ordolibéralisme allemand (leçons du 31 janvier, du 7 et du 14 février 1979).

7 Davis Gerald F., Managed by Markets. How Finance Re-Shaped America, Oxford, 2009, p. 154-190.

8 Sur ce point, voir Tirole Jean, Économie du bien commun, Paris, Presses Universitaires de France, 2016, véritable manifeste d’une politique économique néolibérale.

9 Voir Steiner Philippe, « L’intérêt général, une affaire d’incitations. À propos de Jean Tirole, Économie du bien commun », en ligne depuis le 27 octobre 2016 : http://www.laviedesidees.fr/L-interet-general-une-affaire-d-incitations.html.

10 Tirole Jean, Économie du bien commun, op. cit. p. 77.

11 Voir Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009, p. 402 sq ; aussi Dardot Pierre et Laval Christian, « Néolibéralisme et subjectivation capitaliste », Cités, n° 41, 2010/1, p. 35-50.

12 Voir sur la condition néolibérale le cycle de cours de Michel Feher à Goldsmiths College en 2013, The Age of Appreciation. Lectures on the Neoliberal Condition, qui deviendra bientôt un livre. Voir aussi Lazzarato Maurizio, La fabrique de l’homme endetté. Essai sur la condition néolibérale, Paris, Amsterdam, 2011.

13 Brökling Ulrich, The Entrepreneurial Self. Fabricating a New Type of Subject, London, Sage, 2016.

14 Grupp Michaël, Schiray Michel, Mattéi Bruno (et al.), « Distinguer travail et emploi », Autogestions, n° 8/9, printemps 1982, p. 12.

15 Voir, sur ce numéro de revue, Audier Serge, Penser le néolibéralisme. Le moment néolibéral, Foucault et la crise du socialisme, Bordeaux, Le Bord de l’Eau, 2015, p. 17-19.

16 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 221. Il est évident que faire de Foucault un « prophète » du néolibéralisme qui aurait deviné en 1979 ce que l’Europe allait devenir dans les vingt années suivantes est d’autant plus ridicule que toutes ces thématiques, l’entrepreneur de soi, le capital humain, etc., étaient déjà à l’ordre du jour, comme il l’admet lui-même.

17 Bureau Marie-Christine et Corsani Antonella (dir.), Un salariat au-delà du salariat ?, Nancy, PUN - Éditions Universitaires de Lorraine, 2012.

18 Abdelnour Sarah, « L’auto-entrepreneur : une utopie libérale dans la société salariale ? », Lien social et Politiques, n° 72, 2014, p. 152. Mais on pourrait suivre la mythologie journalistique du petit entrepreneur jusqu’à aujourd’hui, voir par exemple le numéro 164 de la revue Liaisons sociales (septembre 2015), dont la couverture arbore un Superman et le titre en grandes lettres, « Demain, tous entrepreneurs ».

19 Audier Serge, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, op. cit. p. 22-34.

20 Lasganerie Geoffroy de, La dernière leçon de Michel Foucault. Sur le néolibéralisme, la théorie et la politique, Paris, Fayard, 2012.

21 Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 224.

22 Voir Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 232. Cf. Brökling Ulrich, The Entrepreneurial Self, op. cit.

23 Dardot Pierre et Laval Christian, Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le néolibéralisme a défait la démocratie, Paris, La Découverte, 2016, p. 94-107.

24 Le Texier Thibaud, « Le management de soi », Le Débat, n° 183, janvier-février 2015, p. 75-86. Voir aussi Zangaro Marcela, Subjectividad y trabajo. Una lectura foucaltiana del management, Buenos Aires, Herramienta Ediciones, 2011.

25 Gorz André, « La personne devient une entreprise. Note sur le travail de production de soi », Revue du MAUSS, n° 18, 2001/2, p. 61-66.

26 Voir Foucault Michel Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 21.

27 Foucault Michel, « La poussière et le nuage », in Perrot Michèle (dir.), L’Impossible Prison, Recherches sur le système pénitentiaire au xixe siècle, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L’Univers historique », 1980, p. 29-39.

28 Aubrey Bob, L’entreprise de soi, Paris, Flammarion, 2000 ; Bridges William, Creating You & Co. Learn to Think Like the CEO of Your Own Career, Cambridge, Perseus Books, 1997.

29 Sur l’ethos entrepreneurial, dans une perspective wébérienne, voir Lopez-Ruiz Osvaldo, Os executivos des transnacionais e o espirito do capitalismo. Capital humano e empreendedorismo como valores sociais, Rio de Janeiro, Azougue Editorial, 2007.

30 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, op. cit., p. 273 sq.

31 Verzat Caroline, « Esprit d’entreprendre es-tu là ? Mais de quoi parle-t-on ? », Entreprendre & innover, n˚ 27, 2015/4, p. 82.

32 De Peter Drucker, probablement le « gourou » du management le plus influent des années 1980, voir surtout Drucker Peter, Les entrepreneurs, Paris, L’Expansion-Hachette, 1985 (avec une préface de J.-L. Servan-Schreiber). De Joseph Schumpeter, voir en particulier Schumpeter Joseph, Capitalism, Socialism and Democracy, London, Allen & Unwin, 1942, chap. VII: « The process of creative destruction ».

33 Voir Hacking Ian, « Historical Meta-Epistemology », in Daston Lorraine et Carl Wolfgang (dir.), Wahrheit und Geschichte, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 1999, p. 53-76. Sur la rationalité comme éthique du chercheur, voir Daston Lorraine et Galison Peter, Objectivity, Cambridge, Mass., MIT Press, 2010.

34 Voir Abdelnour Sarah, « ’L’entreprise de soi’, un nouveau mode de gestion politique des classes populaires ? », Genèses, n° 95, 2014/2, p. 27-48.

35 Sur cet imaginaire, voir en particulier Jones Campbell et Spicer André, Unmasking the Entrepreneur, Chelthenam, Edgar Elder, 2009.

36 Simon Herbert A., « Organizations and Markets », Journal of Economic Perspectives, vol. 5, n˚ 2, 1991, p. 25-44.

37 Voir le travail classique de Hirschman Albert O., Les passions et les intérêts, Paris, Presses Universitaires de France, 1980.

38 Simon Herbert A., « A Formal Theory of the Employment Relationship », Econometrica, vol. 19, n˚ 3, 1951, p. 293-305. Simon modélise dans cet article des intuitions déjà avancées par Coase Ronald, The Nature of the Firm (voir Williamson Oliver E. et Winter Sidney G., The Nature of the Firm. Origins, Evolution and Developments, Oxford University Press, 1993).

39 Chandler Alfred, The Visible Hand: The Managerial Revolution in American Business, Cambridge, Harvard University Press, 1977.

40 Trentin Bruno, La Cité du travail. La gauche et la crise du fordisme, Paris, Fayard, 2012.

41 Voir par exemple Fraisse Geneviève, Les deux gouvernements : la famille et la Cité, Paris, Gallimard, 2000 ; de Lauretis  Teresa, « La technologie du genre », in de Lauretis  Teresa, Théorie queer et cultures populaires, Paris, La Dispute, 2007, p. 37-93 ; Federici Silvia, Caliban et la sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive, Marseille-Genève-Paris, Entremonde et Senonevero, 2014.

42 Sur la notion de caractère (character) voir l’introduction du livre de Sennett Richard, The Corrosion of Character. The Personal Consequences of Work in the New Capitalism, New York, Norton & Company, 1998, et l’article de Stéphane Haber dans ce numéro.

43 Marx Karl, Manuscrits de 1844. Économie politique et philosophie, Paris, Éditions Sociales, 1969, p. 103.

44 Paltrinieri Luca, « Managing Subjectivity. Neoliberalism, Human Capital and Empowerment », Fudan Journal of the Humanities and Social Sciences, à paraître.

45 Bruno Isabelle, « Quand s’associer c’est concourir. Les paradoxes de la coopétition », in Cochoy Franck (dir.), Du lien marchand : comment le marché fait société. Essai(s) de sociologie économique relationniste, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2012, p. 54-78.

46 Jensen Michael et Meckling William, « Theory of the Firm: Managerial Behaviour, Agency Cost and Ownership Structure », Journal of Financial Economics, vol. 3, n˚ 4, 1976, p. 305-360.

47 Davis Gerald F., The Vanishing American Corporation. Navigating the Hazards of a New Economy, New York, Berret-Koheler Publishers, 2016.

48 Aoki Masahiko, « Horizontal vs Vertical Information Structure of the Firm », American Economic Review, vol. 76, n˚ 5, 1986, p. 971-83.

49 Pour prendre un seul exemple, voir le bestseller de Carney Brian M. et Getz Isaac, Liberté & Cie. Quand la liberté des salariés fait le bonheur des entreprises, Paris, Fayard, 2012.

50 Bacqué Marie-Hélène, Biewer Carole, L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte, 2013. Un exemple de cette récupération in Rappaport Julien, « In Praise of Paradox: a Social Policy of Empowerment over Prevention », American Journal of Community Psychology, vol. 9, n˚ 1, 1981, p. 1-25.

51 Ernst & Young Advisory, La révolution des métiers - Nouveaux métiers, nouvelles compétences : quels enjeux pour l’entreprise ?, Conférence 2016, p. 23.

52 Voir Paltrinieri Luca, « Biopolitics in the Twenty-First Century. The Malthus-Marx Debate and Human Capital Issue », in Bonditti Philippe, Bigo Didier et Gros Frédéric (dir.), Foucault and the Modern International. Silences and Legacies for the Study of World Politics, Londres, Palgrave MacMillan, 2017, p. 255-274.

53 Weber Max, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964.

54 Voir sur ce point les différentes études rassemblées dans Pezet Eric (dir.), Management et conduite de soi. Enquête sur les ascèses de la performance, Paris, Vuibert, 2007. Voir aussi Nicoli Massimiliano, « L’etica del lavoro intellettuale e lo spirito del capitalismo », aut aut, n˚ 365, 2015, p. 7-20.

55 Nicoli Massimiliano et Paltrinieri Luca, « Qu’est-ce qu’une critique transformatrice ? Contrat psychologique et normativité d’entreprise », dans Laval Christian, Paltrinieri Luca et Taylan Ferhat (dir.), Marx & Foucault. Lectures, usages, confrontations, Paris, La Découverte, 2015, p. 323-337.

56 Foucault Michel, Surveiller et punir, op. cit..

57 Foucault Michel, « Le sujet et le pouvoir », in Foucault Michel, Dits et Ecrits IV, Paris, Gallimard, 1994, p. 222-242.

58 Nicoli Massimiliano et Paltrinieri Luca, « Qu’est-ce qu’une critique transformatrice ? Contrat psychologique et normativité d’entreprise », art. cit.

59 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 67.

60 Ce point était déjà central dans l’étude, pourtant déjà datée, de Brunel Valérie, Les managers de l’âme. Le développement personnel en entreprise, nouvelle pratique de pouvoir ?, Paris, La Découverte, 2004.

61 Paltrinieri Luca, « Biopolitics in the Twenty-First Century. The Malthus-Marx Debate and Human Capital Issue », art. cit.

62 Corsani Antonella, « Rente salariale et production de subjectivité », Multitudes, n° 32, 2008/1, p. 103-114.

63 Fisher Irving, De la nature du capital et du revenu, Paris, Giard, 1911.

64 Polanyi Karl, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983, p. 102 sq.

65 Davis Gerald F., Managed by the Markets, op. cit., p. 236.

66 Hoffman Reid et Casnocha Ben, Managez votre carrière comme une start-up, Paris, Leduc.s, 2013, p. 13.

67 Foucault Michel, Subjectivité et vérité. Cours au Collège de France, 1980-1981, Paris, Gallimard-Seuil, 2014, p. 29 sq.

68 Si l’on pense en effet à l’entreprise comme dispositif collectif, destiné à durer dans le temps, comme elle a été décrite par la pensée libérale traditionnelle ; voir Segrestin Blanche et Hatchuel Armand, Refonder l’entreprise, Paris, Seuil, 2012 et Favereau Olivier, Entreprises : la grande déformation, Paris, Parole et Silence, 2014.

69 Hoffman Reid et Casnocha Ben, Managez votre carrière comme une start-up, op. cit.

70 Davis Gerald F., Managed by the Markets, op. cit., p. 243.

71 Brökling cite à ce propos Besser-Siegmund Cora et Siegmund Harry, Coach Yourself, Düsseldorf, Gebundene Ausgabe, Econ Verlag, 1993, p. 16 : « Aims are not achieved by inner trials of strength or self-overcoming, but rather by the dynamics of a cohesive, frictionless, syntonic personal system ».

72 Peters Tom J., The Brand You 50: Or: Fifty Ways to Transform Yourself from an ’Employee’ into a Brand That Shouts Distinction, Commitment, and Passion!, New York, Knopf, 1999.

73 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 68.

74 Knight Frank, Risk, Uncertainty and Profit, Chicago, University of Chicago Press, 1921.

75 Ascher Ivan, Portfolio Society. On the Capitalist Mode of Prediction, New York, Zone Books, 2016.

76 Lazzarato Maurizio, La fabrique de l’homme endetté, op. cit., et Stimilli Elettra, Il debito del vivente. Ascesi e capitalismo, Macerata, Quodlibet, 2011.

77 Voir Bissonnette Jean François, « Du tremplin au levier : de l’endettement spéculatif des étudiants dans l’université néolibérale », dans ce numéro, et Williams Jeffrey, « The Pedagogy of Debt », College Literature, vol. 33, n˚ 4, 2006, p. 155-169.

78 Ibid.

79 Sur ce point, voir Linhart Danièle, La comédie humaine du travail. De la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale, Paris, Érès, coll. « Sociologie clinique », 2015, même si nous ne la suivons pas en ce qui concerne sa thèse selon laquelle le néomanagement ne serait qu’une reprise déguisée du taylorisme.

80 Sur ce point, voir Feher Michel, « Une autre spéculation est possible », Libération, 14 septembre 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luca Paltrinieri et Massimiliano Nicoli, « Du management de soi à l'investissement sur soi.  », Terrains/Théories [En ligne], 6 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/teth/929 ; DOI : 10.4000/teth.929

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals