Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Gallo Lassere Davide, Contre la loi travail et son monde. Argent, précarité et mouvements sociaux, Eterotopia, coll. « À présent », 2016, 104 p.

Matteo Polleri

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet Guillibert Paul et Krickeberg Memphis, « L’hégémonie de la sécurité », revue Vacarm (...)

1Ce premier essai théorico-politique publié après la mobilisation contre la  « loi travail » du printemps 2016 en France allie théorie critique et analyse immanente d’un conflit social. Le contexte dans lequel se situe le livre de Davide Gallo Lassere est bien connu. Dans une situation marquée, d’un côté, par la restructuration néolibérale du marché du travail accentuée pendant le dernier quinquennat et, de l’autre, par l’état d’urgence et les politiques qui tendent à devenir une forme de gouvernement « normale » du capitalisme1, les énergies produites par le mouvement d’opposition à la « loi El Khomri » ont représenté un souffle culturel et social nouveau. Une mobilisation commencée sous le signe de l’activité syndicale la plus traditionnelle s’est transformée en un mouvement inscrit dans le cycle de lutte mondial qui a commencé en 2011. Pour l’auteur, la dialectique entre la participation incandescente des secteurs précarisés de la jeunesse, l’élan vers l’expérimentation de démocratie directe de « Nuit Debout » et la combattivité de la base syndicale a été le dénominateur commun du mouvement.

2Quelques mois après la fin de ce mouvement social, l’ouvrage propose de « faire le point », en élaborant une analyse de la composition des divers secteurs de la mobilisation et en esquissant des perspectives stratégiques possibles. Le livre est organisé en trois chapitres, un interlude à propos des émeutes et du racisme d’État et un épilogue épistémologique. Le parcours des trois chapitres propose – d’abord – un diagnostic du présent capitaliste, puis, dans cette perspective, le développement concret du mouvement.

  • 2 Voir Balestrini Nanni et Moroni Primo, La horde d’or. La grande vague révolutionnaire et créative, (...)

3Si la méthode adoptée est celle de l’observation participative des initiatives de lutte, les réflexions élaborées à partir de ces observations s’attellent à une tâche difficile. Il s’agit d’introduire des éléments nouveaux dans le débat français, en prenant les expériences théoriques et politiques italiennes de la décennie 1967-19772 pour modèle de référence – l’un des chapitres les plus denses du livre s’intitulant « après 2016, 1977 ! ».

  • 3 Voir par exemple l’exposition « Soulèvements » à l’espace du Jeu de Paume à Paris en 2016-2017 : ht (...)
  • 4 Voir Boltanski Luc et Chiapello Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.
  • 5 Pour un exemple d’application contemporaine de ces thèses, voir Chicchi Federico, Lucarelli Stefano (...)

4Sans céder à la tentation d’écrire un appel au « soulèvement », qui est devenu entretemps – bon gré mal gré – une mode dans les milieux intellectuels parisiens3, ce qui est proposé dans cet ouvrage n’est pas simplement un essai politique. À partir d’une théorie spécifique du capitalisme, l’auteur tente de développer une analyse des rapports de force et des formes actuelles du conflit social. Les deux thèses qui orientent l’ouvrage illustrent cet aspect. La première nous explique les formes par lesquelles le capitalisme absorbe les conflits sociaux (l’« usage capitaliste des luttes ») ; la seconde, ses tactiques de mise en valeur des moments de crise économique (l’ « usage capitaliste des crises »). Les références théoriques principales sont, d’un côté, les analyses du « nouvel esprit du capitalisme4 » et, de l’autre, les thèses opéraïstes sur le primat des subjectivités de classe par rapport au développement du capital5.

5C’est à partir de ces considérations que la narration du mouvement se développe. L’analyse se concentre sur la relation entre l’activité syndicale, l’expérience démocratique de « Nuit Debout » et la conflictualité exprimée par le « cortège de tête », à savoir, une dynamique des secteurs de la jeunesse précarisée autonome par rapport aux organisations et aux pratiques de luttes traditionnelles. L’approche du livre est ainsi celle d’une « convergence » des différentes instances de lutte, une perspective qui nous amène à relever deux limites principales. Premièrement, sur le plan de l’analyse de ce mouvement social, on peut regretter l’absence de considérations approfondies à propos de la différence d’horizon stratégique entre l’imaginaire de bouleversement général de l’ordre capitaliste soutenu par certains groupes de la jeunesse, la tactique de négociation des secteurs syndicaux et l’élan de participation citoyenne-démocratique qui a animé en large partie les assemblées qui se tenaient à Place de la République et ailleurs en France. Deuxièmement, sur le plan de l’analyse du contexte social dans lequel s’inscrit le mouvement, on notera l’absence de considérations sur les phénomènes de prolétarisation des classes moyennes, qui sont au cœur de la montée des néofascismes en Europe.

6Malgré cela, le problème théorique posé par le livre est crucial : comment analyser la conjoncture historique en vue d’y agir efficacement pour favoriser la transformation sociale ? On propose à ce sujet de discuter de trois questions examinées dans l’ouvrage.

  • 6 Pour utiliser l’efficace formulation de Christian Laval. Voir à ce sujet son compte-rendu de l’ouvr (...)
  • 7 Voir par exemple Agamben Giorgio, « Vers une théorie de la puissance destituante », revue Lundi mat (...)
  • 8 Nous simplifions ici un débat complexe qui traverse la théorie critique contemporaine.
  • 9 Dans son compte-rendu de l’ouvrage, Maurizio Lazzarato a insisté sur ce point, voir Lazzarato Mauri (...)
  • 10 Il s’agit de la stratégie soutenue, au début de l’expérience de Nuit Debout, notamment par Fréderic (...)
  • 11 Voir Comité Invisible, Maintenant, La Fabrique, Paris, 2017.

7Premièrement, il s’agit d’expliciter le nœud conceptuel qu’il faudrait résoudre afin de penser une « action réciproque » entre les trois « logiques » (syndicale, émeutière, citoyenne-démocratique)6 de cette séquence de lutte. Sur le plan théorique, on pourrait le définir comme l’opposition entre, d’une part, la tendance à la pure « destitution » – à savoir, à l’affrontement matériel et symbolique avec l’ordre dominant – et, d’autre part, un désir positif/constructif de constituer de nouvelles formes d’organisation des rapports interhumains. La nécessité de produire une « puissance destituante7 » est en effet le contrepoint de la créativité institutionnelle, c’est-à-dire de l’élan positif, mais indéterminé, que révélait le besoin de discussion et confrontation démocratiques des manifestants de la Place de la République. Cela confirme la nécessité d’une cohabitation entre une instance d’opposition frontale au pouvoir constitué et une instance de construction et de production politique. Selon les termes de l’auteur, ce qui se reproduit ici c’est le problème de l’articulation entre « autonomie » et « organisation ». Ce point ouvre la perspective d’un dépassement de l’impasse entre la proposition quasiment éthique du « destitution/désubjectivation » et celle du « pouvoir constituant » ou bien de la « subjectivation collective8 ». La tentative de lire le mouvement contre la « Loi travail » à travers la grille d’analyse d’un marxisme opéraïste attentif aux qualifications extra-économiques (de race, de genre) de la composition de classe contribue manifestement à résoudre ce type de problème9, même si la distance entre le programme d’une assemblée constituante visant à refonder l’unité sociale de la République10 et les formes d’ « exode destituant11 » que prônent les groupes radicaux restent difficilement compatibles, en raison d’une profonde distance autant au niveau des formes d’organisation politiques que des références théoriques.

  • 12 Les premières thèses opéraïstes à ce propos se trouvent dans Tronti Mario, Ouvriers et capital, Lau (...)

8Le deuxième enjeu concerne le rapport entre le développement du capitalisme et les modifications de la composition sociale des exploités. Face aux transformations du tissu productif, quelles formes d’organisation expérimenter et quels instruments de recomposition politique mettre en œuvre ? Un nouveau champ d’élaboration s’impose ici. En effet, si d’un côté il s’agit d’expérimenter des modalités d’auto-organisation au sein d’un syndicalisme des travailleurs précaires immanent aux nouvelles couches du travail non représentables par les structures syndicales traditionnelles, ces expérimentations nécessitent une base revendicative enracinée dans leurs conditions de vie spécifiques. Pour le dire autrement, la production de contre-institutions et de coalitions larges entre les différents sujets sociaux doit se baser sur une plate-forme commune minimale. C’est en ce sens qu’il faut interpréter l’insistance de l’auteur sur la force politique de la revendication du « revenu social » (mise directement en relation avec la nécessité d’une alliance entre la jeunesse précarisée et les secteurs populaires racisés), forme de socialisation du revenu dont on aurait pu rappeler plus directement l’antagonisme avec le développement du « capital social ».12

9Pour répondre aux critiques concernant la possibilité de « récupération » de cette revendication, l’auteur précise la perspective qui la fonde : une vision stratégique des antagonismes et des contradictions qui traversent les capitalismes historiques. Il s’ensuit que cette intuition n’est pas pensée comme une mesure économique révolutionnaire en soi. En revanche, il s’agit d’opposer à toute idée de « sortie », voir de « dehors » des formes de vie capitalistes, la perspective plus constructive selon laquelle il n’y a pas d’extériorité par rapport au développement capitaliste, étant donné sa tendance à la totalisation de toute les sphères sociales et géographiques. Dès lors, ce qui compte si l’on souhaite produire une rupture politique, c’est la capacité de bien analyser les transformations du travail vivant à l’intérieur des mécanismes d’exploitation, en mettant l’accent sur les contradictions et l’antagonisme potentiel qui traversent ce rapport. Le slogan opéraïste du « dans et contre le développement capitaliste » aide donc à interpréter le revenu social comme un des instruments possibles pour agir sur la conjoncture actuelle du capitalisme, en se préoccupant directement des conditions matérielles d’existence et en mettant de côté tout purisme idéologique par rapport à l’argent, qui est conçu, au contraire, comme un terrain d’investissement politique déterminant.

  • 13 À propos du rapport entre théorie sociale et enquête, voir Cavazzini Andrea, Enquête ouvrière et th (...)
  • 14 Présupposition que critiquait Jacques Rancière dès le début des années 1970, voir Rancière Jacques, (...)

10Finalement, le dernier enjeu posé par l’ouvrage que nous souhaitons interroger concerne la position, le rôle et la méthode du théoricien social. Le type de recherche qui soutient ce travail pose le problème du rapport entre l’élaboration théorique et le déroulement des luttes sociales. En effet, au-delà de l’ancien modèle de l’intellectuel engagé ou organique au parti, les transformations des formes de mise au travail et la précarisation/prolétarisation du travail intellectuel (phénomènes qu’il ne faut pas confondre) imposent une réflexion sur cette relation. Selon l’auteur, il faudrait donc repartir d’une épistémologie de la théorie critique « travaillée au fond par les tensions qui creusent l’époque présente » (p. 95) et, par conséquent, doublement liée aux mouvements sociaux, ayant ceux-ci comme source et ayant pour objectif de produire des effets de retour sur leur force politique. C’est à partir de là que la relation problématique entre théorisation sociale et recherche empirique pourrait être abordée d’une manière renouvelée. Une réappropriation de la logique et de la pratique de l’« enquête13 » comme recherche théorique et politique sur les conditions de domination et d’exploitation apparaît alors comme une voie possible, d’autant plus qu’elle a été déjà expérimentée par les courants marxistes hétérodoxes les plus intéressantes du xxe siècle, notamment l’école de Francfort et l’opéraïsme italien. C’est ainsi alors que pourrait être évitée la présupposition théorique d’une incapacité des dominés à connaître et à dévoiler les mécanismes de mystification de la contrainte sociale14 – une déformation intellectuelle courante à la fois dans le matérialisme historique et dans une certaine sociologie critique.

11Malgré la nature circonstancielle de cet ouvrage, les analyses qu’y sont développées possèdent une portée épistémologique générale, discutée dans l’épilogue. Au final, c’est aussi comme un exemple réussi d’une méthode d’enquête fondée sur le point de vue des subalternes qu’on peut lire ce livre, et donc comme une contribution importante aux récents développements de l’articulation nécessaire entre théorie critique et recherche empirique.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet Guillibert Paul et Krickeberg Memphis, « L’hégémonie de la sécurité », revue Vacarme, 2016, URL http://www.vacarme.org/article2943.html.

2 Voir Balestrini Nanni et Moroni Primo, La horde d’or. La grande vague révolutionnaire et créative, politique et existentielle, Editions de l’Eclat, Paris, 2017.

3 Voir par exemple l’exposition « Soulèvements » à l’espace du Jeu de Paume à Paris en 2016-2017 : http://www.jeudepaume.org/?page=article&idArt=2476.

4 Voir Boltanski Luc et Chiapello Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

5 Pour un exemple d’application contemporaine de ces thèses, voir Chicchi Federico, Lucarelli Stefano et Leonardi Emmanuele, « Au-delà du capitalisme cognitif : subsomption, imprinting et exploitation de la subjectivité », revue Période, 2016, URL http://revueperiode.net/au-dela-du-capitalisme-cognitif-subsomption-imprinting-et-exploitation-de-la-subjectivite/

6 Pour utiliser l’efficace formulation de Christian Laval. Voir à ce sujet son compte-rendu de l’ouvrage de Davide  Gallo Lassere, « Penser stratégiquement la lutte contre la loi travail », revue Vacarme, 2017, URL http://www.vacarme.org/article2995.html.

7 Voir par exemple Agamben Giorgio, « Vers une théorie de la puissance destituante », revue Lundi matin, 2016, URL https://lundi.am/vers-une-theorie-de-la-puissance-destituante-Par-Giorgio-Agamben.

8 Nous simplifions ici un débat complexe qui traverse la théorie critique contemporaine.

9 Dans son compte-rendu de l’ouvrage, Maurizio Lazzarato a insisté sur ce point, voir Lazzarato Maurizio, « Sujets imprévus, guerres civiles, points de rupture », URL http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=8488.

10 Il s’agit de la stratégie soutenue, au début de l’expérience de Nuit Debout, notamment par Fréderic Lordon.

11 Voir Comité Invisible, Maintenant, La Fabrique, Paris, 2017.

12 Les premières thèses opéraïstes à ce propos se trouvent dans Tronti Mario, Ouvriers et capital, Lausanne, Entremonde, 2016.

13 À propos du rapport entre théorie sociale et enquête, voir Cavazzini Andrea, Enquête ouvrière et théorie critique, Presses universitaires de Liège, Liège, 2013.

14 Présupposition que critiquait Jacques Rancière dès le début des années 1970, voir Rancière Jacques, La leçon d’Althusser (1974), La Fabrique, Paris, 2011, p. 12, p. 111-148.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matteo Polleri, « Gallo Lassere Davide, Contre la loi travail et son monde. Argent, précarité et mouvements sociaux, Eterotopia, coll. « À présent », 2016, 104 p.  », Terrains/Théories [En ligne], 6 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/teth/961

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals