Navigation – Plan du site

Appel à contributions, Terrains/Théories, numéro 10 :« Des terrains sans sympathie ? »

Date limite d’envoi des résumés : 28 février 2018

Présentation de la revue

Terrains/Théories est une revue pluridisciplinaire de sciences sociales à comité de lecture articulant la conceptualisation et la recherche empirique. Elle vise à constituer un carrefour entre sociologie, anthropologie et philosophie. Elle part du principe que la philosophie politique – au sens large – doit aujourd'hui dépasser une approche purement conceptuelle du politique en se rapprochant des sciences sociales, tandis qu’il devient de plus en plus important pour ces dernières d'expliciter les choix théoriques qui peuvent orienter les pratiques de recherche et les enquêtes de terrain.

Plus d’informations ici : https://teth.revues.org/

Présentation du numéro

  • 1 Robbins Joel, « Beyond the suffering subject : toward an anthropology of the good », Journal of the (...)
  • 2 Sardan de, Jean-Pierre Olivier, « Le “je” méthodologique. Implication et explicitation de l’enquête (...)

Parce qu’elle suppose de restituer des motifs et des raisons d’agir, l’enquête de terrain semble dépendre d’une certaine sympathie avec les individus qu’elle étudie. De ce point de vue, il serait nécessaire de créer les conditions d’une relation fondée sur l’empathie avec ses enquêté.e.s pour comprendre leurs logiques, leurs motifs, leurs pratiques. Mais une telle conception du terrain n’a pas suffisamment interrogé l’idée intuitive que pour comprendre et se mettre à la place de l’autre, il faut être en affinité avec lui. Partant de l’idée qu’il fallait à la fois rendre compte des conceptions du monde des populations ayant le moins accès à la parole, et réhabiliter leurs manières de voir, sociologues et ethnologues ont majoritairement mené leurs enquêtes auprès de groupes dits « dominés », « déviants » ou « souffrants »1 ; voire ont douté de la légitimité même d’une enquête auprès de personnes n’appartenant pas à ces marges2.

  • 3 Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, Les ghettos du Gotha : comment la bourgeoisie défend ses esp (...)
  • 4 Offerlé Michel, Les patrons des patrons. Histoire du Medef, Paris, Odile Jacob, 2013.
  • 5 Lehingue Patrick, « L’objectivation statistique des électorats : que savons-nous des électeurs du (...)
  • 6 Bernard Julien (Coordonné par), « Émotion/Émotions », Terrains/Théories, n°2, 2015 ; Goodwin Jeff,  (...)
  • 7 Sommier Isabelle, « Emprise et empreinte(s) de la relation d’enquête » in Sommier Isabelle, Crettyi (...)

Réagissant à cette focalisation sur les populations dominées, des chercheur.e.s en sciences sociales se sont intéressé.e.s, depuis plusieurs années, à des groupes sociaux et des pratiques qu’ils ou elles réprouvent politiquement ou moralement, qu’il s’agisse de la fabrique des entre-soi bourgeois3, du grand patronat4, du vote Front national5, etc. Les conséquences de cette aversion sur le rapport au terrain comme sur les résultats scientifiques ont, en revanche, peu fait l’objet d’un questionnement réflexif. Ce point aveugle renvoie en partie à la méfiance des chercheur.e.s vis-à-vis des émotions, un objet longtemps considéré comme échappant à l’analyse du fait de sa nature irrationnelle et évanescente. Si les émotions tendent depuis quelques années à devenir un objet légitime des sciences sociales6, celles du chercheur.e vis-à-vis de ses enquêté.e.s restent – à de rares exceptions près7 – encore peu visibles dans les modes de restitution du terrain.

Ce numéro de Terrains/Théories accueillera des contributions qui ont posé de manière réflexive la question du rapport aux enquêté.e.s pour qui on n’éprouve pas a priori de sympathie. Il invite à une réflexion collective sur les apports méthodologiques mais aussi les enjeux éthiques et les risques politiques dont sont porteuses les ethnographies de terrains sans sympathie. L’absence d’affinités personnelles est-elle un réel frein à la pratique du terrain ? Est-il possible de prendre le point de vue de quelqu’un dans qui on ne se reconnaît pas et qui suscite la désapprobation voire la répulsion ? Quels sont les apports méthodologiques, conceptuels et politiques de ce type d’enquêtes ?

Axe 1 : Take a walk on the wild side : enjeux méthodologiques, éthiques et politiques d’un terrain sans sympathie

  • 8 Cefaï Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte (...)
  • 9 Goodwin Jeff, Passionate Politics. Emotions and Social Movements, Chicago, University of Chicago Pr (...)
  • 10 Avanza Martina, « Comment faire de l'ethnographie quand on n'aime pas "ses indigènes" ?, art. cit.
  • 11 Branche Raphaëlle, « Les entretiens avec d’anciens soldats : une source pour l’histoire de la tortu (...)
  • 12 Harding Susan, « Representing fundamentalism », art. cit.

Conduire un terrain, s’engager dans une observation participante, implique de nouer une relation d’enquête produisant des mondes émotionnels communs8 où naissent des affects réciproques9. « Détestation politique10 », « intimité dérangeante11 », « répugnance12 » : les mots des chercheur.e.s sont significatifs des émotions qui saturent en particulier les rapports avec les enquêté.e.s dont on réprouve les pratiques ou les discours. On comprend ainsi la difficulté de s’engager dans un terrain portant sur des groupes qui génèrent a priori l’antipathie.

  • 13 Avanza Martina, « Comment faire de l'ethnographie quand on n'aime pas "ses indigènes" ?, art. cit.
  • 14 Harding Susan, « Representing fundamentalism », art. cit.

Quelles postures méthodologiques et quelles approches adopter à l’égard de ces terrains ? Comment et pourquoi comprendre ceux qu’on n’aime pas ? La fréquentation et la tentative de compréhension des groupes pour lesquels l’ethnographe n’avait pas de sympathie ont-elles des effets sur son propre rapport au monde et ses catégories intuitives ? Les contributions pourront notamment affiner les modalités de l’absence de « sympathie » préalable des chercheur.e.s à l’égard de leur terrain : est-ce une absence de familiarité ? Une opposition idéologique ? Une répulsion spontanée ? etc. Elles pourront également préciser ce que la proximité générée par le terrain est susceptible de faire subir à cette absence de sympathie préalable : apparition d’empathie ou de fascination, familiarisation, maintien de la détestation, position de « duplicité pénible13 », d’« incessante lutte avec soi-même14 ». Enfin les auteur.e.s pourront revenir sur leurs stratégies pour résoudre ces situations de porte-à-faux et maintenir un cloisonnement entre leur vie personnelle et leur terrain d’enquête. Ces stratégies (qui passent parfois par le mensonge et la dissimulation) transgressent-elles le pacte d’enquête ou sont-elles un « mal nécessaire » ?

Ce numéro voudrait plus généralement poser la question des problèmes éthiques et politiques dont ces terrains sont porteurs. Dans quelle mesure une approche compréhensive peut-elle avoir pour effet d’amener les chercheur.e.s à endosser les raisons des groupes qu’ils étudient ? Les auteur.e.s pourront se demander si rendre compte de la cohérence et de la logique interne à une conception du monde suppose de l’endosser ou de la légitimer. Les terrains sans sympathie ne tendent-ils pas à favoriser l’émergence d’une figure du chercheur en sciences sociales susceptible de rendre compte de tous les points de vue sur le monde, et de perdre toute capacité critique ? Les auteur.e.s pourront également interroger la portée critique des enquêtes sur les terrains sans sympathie. Peut-on et doit-on restituer dans leur cohérence les raisons de l’autre dès lors qu’on le considère comme un adversaire idéologique, un ennemi de classe ou le représentant d’une institution perpétuant l’ordre inégalitaire ? Les ethnographes des terrains sans sympathie sont fréquemment suspectés de complaisance vis-à-vis des pratiques et des croyances de leurs enquêté.e.s. Comment gérer cette double injonction à s’approcher au plus près des acteurs tout en manifestant une distance critique à leur égard ?

  • 15 Browning Christopher R., Des hommes ordinaires.Le 101e bataillon de réserve de la police allemande (...)
  • 16 Collovald Annie, Gaïti Brigitte, « Questions sur la radicalisation politique » in Collovald, Gaïti (...)

Le numéro voudrait aussi poser la question des rapports spécifiques que les différentes disciplines entretiennent aux terrains sans sympathie. L’histoire semble être la discipline qui s’est aventurée le plus loin dans le questionnement des frontières séparant les hommes ordinaires des violences génocidaires et guerrières15. L’archive comme support de distanciation avec l’objet explique-t-elle cette plus grande propension des historien.ne.s à questionner les phénomènes de continuité16 entre les hommes ordinaires et les violences politiques ? Les méthodes d’entretien ou d’observation participante mobilisées par les sociologues et les anthropologues semblent de leur côté faciliter l’accès aux motifs des acteurs tout en confrontant le chercheur à des rapports de proximité et d’intimité plus difficiles à négocier. Ce numéro accueillera les contributions d’historien.ne.s, d’ethnologues, de sociologues, de politistes et de philosophes qui réfléchissent au rôle des sources et des méthodes dans les rapports de distance/proximité des chercheur.se.s aux terrains sans sympathie.

Axe 2 : Apports conceptuels des terrains sans sympathie

  • 17 Garfinkel Harold, Recherches en ethnométhodologie, édité et introduit par Michel Barthélémy et Loui (...)
  • 18 Geay Kevin, « "Messire Dieu, premier servi" », Étude sur les conditions de la prise de parole chez (...)
  • 19 Mariot, Nicolas, « Faut-il être motivé pour tuer. Sur quelques explications aux violences de guerre (...)

Le rapport affectif que les chercheur.se.s entretiennent à leurs enquêté.e.s, la distance qu’ils instaurent ou non avec eux, ne sont pas sans effet sur l’armature conceptuelle et théorique déployée pour rendre compte de leurs pratiques ou de leurs conceptions du monde. Le terrain auprès de groupes suscitant chez le chercheur peu de sympathie a souvent pour effet de transformer la compréhension intuitive que ce dernier se fait de ses enquêté.e.s, de leurs raisons et motifs d’action. Le degré de sympathie éprouvé semble déterminer les schèmes d’explication employés. La tendance à projeter des intentions et à attribuer des motifs irrationnels – allant de l’ignorance à la pathologie – est inversement proportionnelle au degré de sympathie ressenti à l’égard des enquêté.e.s. C’est notamment un point central dans l’étude des groupes d’extrême-droite, communément décrits comme des « idiots culturels17 », porteurs passifs d’une idéologie qui les trompe. Les terrains menés auprès des groupes extrémistes politiquement ou religieusement18 ont mis en valeur une réalité bien plus complexe : loin d’être aveuglement guidés par une idéologie qui oriente ensuite leurs actions, les individus appartenant à ces groupes sont le plus souvent capables de positions critiques ou sont peu en contact avec les dogmes ou idéologies qu’ils sont censés avoir intériorisés. À travers ce genre de terrain, ce sont ainsi des notions comme « idéologie », « violence », « endoctrinement », etc. qui peuvent faire l’objet d’une discussion critique. Ce sont aussi des postulats de toute analyse en sciences sociales – comme l’idée que toute action s’explique in fine par des intentions, ou que toute pratique est sous-tendue par des idées sur le monde – qui peuvent être remis en question19.

Dans quelle mesure le fait de s’engager sur un terrain auprès de groupes « antipathiques » est-il vecteur de production conceptuelle et théorique ? Dans quelle mesure le fait d’envisager de manière compréhensive des groupes avec lesquels on n’a pas d’affinité permet-il de produire d’autres modèles théoriques que ceux auxquels on parvient si on adopte à leur égard une position surplombante ? À travers ce champ de questionnement, on voudrait inviter les chercheur.e.s qui ont mené un terrain auprès de groupes suscitant chez eux peu de sympathie à réfléchir aux apports conceptuels et théoriques que rend possible une telle démarche. Dans quelle mesure rendre compte de ce qui nous semble, personnellement, inexplicable, nous amène-t-il à forger de nouveaux concepts – éventuellement plus fins – pour l’analyse ?

Le numéro est coordonné par Daphné Le Roux (Doctorante en philosophie et ethnologie, Sophiapol, Université Paris Nanterre), Adèle Momméja (Docteure en sociologie, chercheuse associée au Sophiapol, Université Paris Nanterre) et Camille Herlin-Giret (Docteure en science politique, chargée de recherche FRS-FNRS, Université libre de Bruxelles).

Modalités de soumission

La date limite de réception des propositions d’article est fixée au 28 février 2018. Elles doivent être adressées aux coordinatrices du numéro :

Daphné Le Roux (d-le.roux@outlook.com)

Adèle Momméja (adele.mommeja@gmail.com)

Camille Herlin-Giret (camille.herlin@wanadoo.fr).

Les propositions devront comporter :

  • un titre ;

  • un résumé d’environ 5000 signes ;

  • les informations sur le ou les auteurs : nom, affiliation institutionnelle, fonction, adresse professionnelle, numéro de téléphone et courriel.

Le comité de rédaction sélectionnera les propositions et en informera les auteurs au plus tard le 30 mars 2018. Il est demandé aux auteurs de bien vouloir respecter les consignes éditoriales de la revue : https://teth.revues.org/501

Les articles attendus sont d’un format de 45 000 à 60 000 signes (espaces, notes et bibliographie incluses) et devront être remis au plus tard le 01 septembre 2018 pour une publication du numéro en juin 2019. Les articles seront évalués en double-aveugle.

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter le secrétariat d’édition : antoine.dauphragne@parisnanterre.fr

Notes

1 Robbins Joel, « Beyond the suffering subject : toward an anthropology of the good », Journal of the Royal Anthropological Institute (N.S.), 19, 2013, p. 447-462.

2 Sardan de, Jean-Pierre Olivier, « Le “je” méthodologique. Implication et explicitation de l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, 41-3, 2000, p. 417-445 ; Becker Howard, « Whose Side Are We On ? », Social Problems, Vol. 14, n°3, 1967, p. 239-247.

3 Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, Les ghettos du Gotha : comment la bourgeoisie défend ses espaces, Paris, Seuil, 2007.

4 Offerlé Michel, Les patrons des patrons. Histoire du Medef, Paris, Odile Jacob, 2013.

5 Lehingue Patrick, « L’objectivation statistique des électorats : que savons-nous des électeurs du Front national ? » in Lagroye Jacques, La Politisation, Paris, Belin, 2003.

6 Bernard Julien (Coordonné par), « Émotion/Émotions », Terrains/Théories, n°2, 2015 ; Goodwin Jeff, Jasper James, Polletta Francesca, « The Return Of The Repressed: The Fall And Rise Of Emotions In Social Movement Theory », Mobilization, 5 (1), 2000, P. 65-84.

7 Sommier Isabelle, « Emprise et empreinte(s) de la relation d’enquête » in Sommier Isabelle, Crettyiez Xavier (dir.), Les dimensions émotionnelles du politique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012 ; Avanza Martina, « Comment faire de l'ethnographie quand on n'aime pas "ses indigènes" ? Une enquête au sein d'un mouvement xénophobe » in Bensa Alban, Fassin Didier, Les politiques de l'enquête, Paris, La Découverte, 2008, p. 41-58 ; Bizeul Daniel, « Que faire des expériences d’enquête ? », Revue française de science politique 57, n°1, 2007, p. 69-89 ; Harding Susan, « Representing fundamentalism: the problem of the repugnant cultural other », Social Research, 58, 1991, p. 373-393.

8 Cefaï Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte, 2007.

9 Goodwin Jeff, Passionate Politics. Emotions and Social Movements, Chicago, University of Chicago Press, 2001.

10 Avanza Martina, « Comment faire de l'ethnographie quand on n'aime pas "ses indigènes" ?, art. cit.

11 Branche Raphaëlle, « Les entretiens avec d’anciens soldats : une source pour l’histoire de la torture pendant la guerre d'Algérie » in La guerre d'Algérie au miroir des décolonisations françaises, Actes du colloque en l’honneur de Charles-Robert Ageron, Paris, SFHOM, 2000, p. 593-606.

12 Harding Susan, « Representing fundamentalism », art. cit.

13 Avanza Martina, « Comment faire de l'ethnographie quand on n'aime pas "ses indigènes" ?, art. cit.

14 Harding Susan, « Representing fundamentalism », art. cit.

15 Browning Christopher R., Des hommes ordinaires.Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la solution finale en Pologne, Paris, Les Belles Lettres, 2002 [1998] ; Bartov Omer, L’armée d’Hitler. La Wehrmacht, les nazis et la guerre, Paris, Hachette Littératures, 1999 [1990].

16 Collovald Annie, Gaïti Brigitte, « Questions sur la radicalisation politique » in Collovald, Gaïti (dir.), La démocratie aux extrêmes. Sur la radicalisation politique, Paris, La Dispute, p. 19-45.

17 Garfinkel Harold, Recherches en ethnométhodologie, édité et introduit par Michel Barthélémy et Louis Quéré, Paris, PUF, 2007 [1967].

18 Geay Kevin, « "Messire Dieu, premier servi" », Étude sur les conditions de la prise de parole chez les militants traditionalistes de Civitas », Politix 2014/2, n°106, p. 59-83 ; Boumaza Magalie, « L’expérience d’une jeune chercheuse en "milieu extrême" : une enquête au Front National », Regards sociologiques, n°22, 2001, p. 105-121 ; Avanza Martina, « Comment faire de l'ethnographie quand on n'aime pas "ses indigènes" ? », art. cit. ; Bizeul Daniel, Avec ceux du FN. Un sociologue au Front national, Paris, La découverte, 2003.

19 Mariot, Nicolas, « Faut-il être motivé pour tuer. Sur quelques explications aux violences de guerres » Genèses, 53, décembre 2003, p. 154-177.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals