Navigation – Plan du site
Slalomer

La construction d’une identité littéraire dans la Belgique de l’entre-deux-guerres1

Reine Meylaerts
p. 17-32

Texte intégral

  • 1 Une version plus élaborée de la présente étude, qui analysera également la position institutionnell (...)
  • 2 M. Mat-Hasquin (« Création littéraire et idéologie : réflexions sur une “histoire belge” », Cahiers (...)

1La question de la littérature en Belgique a fait couler beaucoup d’encre. Presque immédiatement après l’élaboration du cadre politique et institutionnel belge en 1830, des voix se sont fait entendre sur la nécessité — ou, à l’inverse, sur l’impossibilité — de doter la jeune nation d’une littérature nationale. Au cours des quelque 165 années qui ont suivi, on semble ne pas avoir cessé d’inventer de nouvelles variations — aussi discrètes soient-elles — sur ce thème2, et l’on constate que les défenseurs et les adversaires d’une littérature belge autonome se sont bien souvent affrontés de façon véhémente.

  • 3 Les clivages linguistiques et socio-culturels se manifestaient d’abord géographiquement, selon la f (...)

2La pérennité et l’indécision particulières qui caractérisent ce débat tiennent sans aucun doute à ce que toutes les tentatives d’autodéfinition du champ littéraire en Belgique, du moins du côté francophone, se sont toujours heurtées à au moins deux obstacles fondamentaux. D’un côté, il s’agissait à chaque instant de prendre ses distances vis-à-vis de la France, cette France qui continuera toujours à hanter le subconscient des agents littéraires belges francophones, tant à cause de l’identité linguistique qu’à cause de la proximité géographique de ce qui a toujours été considéré comme la capitale culturelle de la francophonie. De l’autre, les clivages linguistiques et socio-culturels à l’intérieur du pays3 compromettaient apparemment toute tentative de synthèse artistique.

  • 4 Nous utilisons ces concepts dans leur acception bourdieusienne ; voir entre autres Bourdieu (P.), « (...)
  • 5 Nous empruntons le terme à Klinkenberg (J.-M.), « La production littéraire en Belgique francophone. (...)
  • 6 En fait, il s’agit de certains groupes néerlandophones dominants qui tentent de convertir leur posi (...)
  • 7 Déjà en 1907, August Vermeylen pouvait affirmer : « Il est arrivé trop souvent, dans notre pays, qu (...)
  • 8 Cf. Quaghebeur (M.), Lettres belges entre absence et magie. Bruxelles, Labor, 1990, p. 14.

3Dans un premier temps, les détenteurs du capital symbolique et socio-politique4 ont tenté de neutraliser ces obstacles, grâce au choix du français comme unique langue officielle et grâce au « mythe nordique »5 dans le domaine littéraire. Mais l’avènement politique, économique et culturel de la Flandre sur la scène belge6, surtout depuis la Première Guerre mondiale, en fera une réalité incontournable pour la définition et la légitimation d’une littérature belge autonome7, entreprise qui sera dès lors beaucoup moins évidente que par le passé ; on y reviendra. De là sans aucun doute un certain tabou sur la « littérature belge » comme objet d’étude8.

4Les dernières décennies attestent néanmoins un intérêt croissant pour le sujet. Nombreuses sont en effet les publications qui traitent le problème de l’identité d’une littérature belge.

  • 9 Il est évident que le contenu de dénominations politiques, géographiques et institutionnelles telle (...)
  • 10 Voir entre autres Klinkenberg (J.-M.), « Pour une histoire de la littérature française en Belgique  (...)
  • 11 Parallèlement, les néerlandistes oublient plutôt systématiquement les écrits francophones (et bilin (...)
  • 12 Notre étude de cas devra confirmer la pertinence de cette remarque (cf. infra).

5Du côté francophone, la plupart entament la question par le biais de sa manifestation terminologique, à savoir les changements diachroniques dans la préférence pour l’expression « littérature belge de langue française » ou pour « littérature française de Belgique ». Il va sans dire que les fluctuations dans l’emploi de ces deux expressions offrent un angle d’investigation particulièrement pertinent, en ce qu’elles cristallisent et extériorisent les choix de leurs utilisateurs. Il faut néanmoins être attentif aux changements de contenu que peut subir un terme et aux réalités diverses qui peuvent dès lors être évoquées par une dénomination à première vue identique9. Autre caractéristique commune, et moins innocente, de la démarche adoptée : le recours à une périodisation rigoureuse. Ainsi, les deux expressions sont chaque fois rattachées à une période délimitée, de sorte que chacune semble incarner à elle seule une certaine « période » de l’histoire littéraire en Belgique. Même les études qui confirment explicitement qu’à tout moment des tendances contraires se combattent au sein d’une même période n’évitent pas toujours le piège de la périodisation réductrice10. Mais si la tendance centripète semble l’emporter sur la tendance centrifuge à certains moments de l’histoire littéraire, et vice versa, il ne faut pas perdre de vue que, dans le champ social, les phénomènes de domination ont une signification toute relative et temporaire. En d’autres termes, il faut éviter de traiter le champ social comme un ensemble monolithique plus ou moins stable en niant l’existence du courant dominé dans une certaine période. Or, ceci semble bien souvent la tactique adoptée : en faisant l’impasse sur la tendance opposée (temporairement dominée), les analyses opèrent une omission pure et simple d’une partie (parfois importante) du débat et des manifestations littéraires en tant que telles. Beaucoup de précieuses informations fournies par une analyse synchronique de la bataille pour la définition de l’identité littéraire se perdraient donc si l’on adoptait une perspective évolutionniste réductionniste. Il suffit de penser au contenu même des deux appellations antagonistes : c’est également dans les références négatives au camp opposé qu’une position se définit et que la rhétorique de la prise du pouvoir révèle ses tactiques. Finalement, si la plupart des études contemporaines se distancient d’un immanentisme daté, et font appel dans leur explication du fonctionnement littéraire en Belgique à une contextualisation (politique, économique et sociale) le plus souvent fort élaborée et pertinente, la plupart semblent être prisonnières de leur propre position institutionnelle. En d’autres termes, peut-on considérer comme un hasard le fait que, depuis les débuts de la régionalisation en Belgique, on constate une absence étonnante de « la Flandre » dans les recherches francophones sur la construction d’une identité littéraire belge ?11 Il va de soi que, pour certaines périodes, l’omission de la partie nord de la Belgique aboutit à de sérieuses lacunes quand il s’agit de décrire cette construction et les affrontements qu’elle entraîne12.

*

  • 13 Insistons : on envisagera uniquement les discours sur la littérature ; la pratique littéraire elle- (...)

6Dans l’étude de cas qui suit, nous entreprendrons une analyse des discours autour du problème de l’identité littéraire belge et des luttes dont ils sont les manifestations pendant les années vingt et trente en Belgique13. Afin d’éviter les pièges évoqués plus haut, nous tenterons de confronter et d’analyser un échantillon représentatif des différentes positions sur le sujet. En insistant tant sur les ressemblances et différences entre les prises de position que sur leurs mécanismes de persuasion et leur charge idéologique, nous espérons jeter une lumière nouvelle sur le phénomène de l’identité littéraire et sur les luttes qui le caractérisent dans l’entre-deux-guerres en Belgique.

  • 14 Il est frappant que beaucoup de textes-clés sur l’identité littéraire se situent autour de ces date (...)
  • 15 Insistons une fois de plus sur le fait que la bourgeoisie et l’aristocratie en Flandre étaient pres (...)
  • 16 Cf. Klinkenberg (J.-M.), « La production littéraire en Belgique francophone », art.cit. La Flandre (...)
  • 17 Les dialectes du néerlandais, souvent appelés « le flamand », étaient profondément dédaignés : c’ét (...)
  • 18 Ceci ne signifie nullement que toute la période avant 1918 puisse se résumer par la formule du « my (...)

7Le contexte socio-politique de la période en question est assez connu pour que nous puissions le résumer ici en quelques lignes. Dans le domaine politique, l’instauration du suffrage universel en 1919 causera la montée rapide et les premiers succès politiques du nationalisme flamand. Pour la première fois dans l’histoire de la Belgique, des nationalistes flamands sont élus députés. De culturel, le Mouvement flamand devient politique : autonomiste et anti-belge dans ses manifestations extrêmes. Son succès se concrétise par une série de lois linguistiques, dont certaines aboutissent à la flamandisation de l’université d’État de Gand (1930) et à l’unilinguisme des régions (1932 et 1935)14. En même temps, le réveil culturel, économique et démographique de la Flandre, dont les origines remontent au début du siècle, se poursuit. Il est évident que tous ces facteurs, qui menacent pour la première fois de l’intérieur l’existence de l’État belge unitaire et francophone, auront de profondes répercussions dans la vie sociétale tout entière, et entraîneront notamment des changements dans la définition et la légitimation d’une littérature nationale. Jusque-là, les défenseurs d’une littérature nationale belge — qui se recrutaient principalement parmi la bourgeoisie et l’aristocratie francophones15 — sacrifiaient au « mythe nordique » : « langue française + inspiration flamande ». En d’autres termes, une Flandre imaginaire fournissait en quelque sorte le passé historique nécessaire pour créer une tradition et une identité belges16, mais uniquement en langue française17 ; ainsi, le peuple flamand était l’objet d’un discours qui n’était pas le sien. En insistant sur l’inspiration nordique de la littérature (francophone) belge, sa définition procurait le trait distinctif indispensable à l’affirmation d’une autonomie vis-à-vis de la France, et permettait dès lors de conjurer la communauté de langue avec le grand voisin18.

  • 19 L’idée d’une union littéraire avec la France n’est pas propre à l’entre-deux-guerres en tant que te (...)

8Les changements sociétaux décrits ci-dessus signifieront la fin de la dominance et de l’apparente évidence du mythe nordique. Face à l’émancipation socio-culturelle et politique de la Flandre néerlandophone 6, les francophones — parmi lesquels beaucoup sont nés en Flandre, y vivent et s’appellent Flamands — devront graduellement soit chercher des justifications alternatives pour légitimer une littérature nationale autonome, soit abandonner le rêve de la littérature belge et, dès lors, ambitionner l’intégration dans la littérature française19. Sans vouloir anticiper, on voit immédiatement que « la Flandre » et la littérature en néerlandais figurent parmi les facteurs principaux autour desquels se profilent les différentes positions sur l’identité littéraire. Notre analyse montrera dans quelle mesure le mythe nordique est encore présent dans les discours de légitimation.

  • 20 On trouve cette idée notamment dans Hinterhäuser (Hans), « Belgitude und französische Nationalliter (...)
  • 21 Entre autres Klinkenberg (J.-M.), « Pour une histoire de la littérature française en Belgique », ar (...)

9La plupart des études récentes sont unanimes à affirmer l’importance de ces changements sociétaux et leur influence sur l’autodéfinition du champ culturel et littéraire. Ils mettraient fin à la phase d’or — la dernière décennie du xixe et la première du xxe siècles, soit la génération léopoldienne — de la littérature francophone en Belgique, phase au cours de laquelle culminait sa conscience littéraire20. Par contre, les vues divergent quand il s’agit de préciser les conséquences concrètes de ces mutations sur la construction d’une identité littéraire. Selon Quaghebeur, « On voit [...] s’accroître les attitudes conflictuelles entre les appartenances française et belge, disparaître pour l’essentiel le rayonnement européen de cette littérature [...], s’installer un système littéraire purement autochtone caractérisé par un repli sur soi et la prépondérance des genres et des formes consacrées » (op.cit., p. 24). D’autres21 parlent plutôt de réaction de fuite : entre 1920 et 1960 la littérature francophone en Belgique se caractériserait par un mouvement centrifuge qui chercherait l’assimilation totale à Paris, en occultant ses origines si besoin en est. D’où la dénomination de « littérature française de Belgique ». Ces contradictions ne font qu’exprimer les impasses d’un certain réductionnisme évoqué plus haut. En outre, les différentes approches passent sous silence les modalités concrètes du passage d’une phase littéraire à une autre, changement qui prend ainsi des allures énigmatiques ou se présente comme une rupture radicale dans un système littéraire monolithique. Dans ce qui suit, nous prendrons en considération les contradictions, les affrontements et paradoxes qui, dans n’importe quelle période — et donc aussi dans les années vingt et trente —, vont de pair avec les tentatives de construction ou de reniement d’une identité littéraire spécifiquement belge. Notre analyse tentera de repérer et de suivre les différentes options et formules dans leur hétérogénéité comme dans leur homogénéité, sans qu’il paraisse indispensable de faire entrer les dissensions et les conflits dans un cadre synchronique, ou a fortiori diachronique, « achevé ».

*

  • 22 Thomas (S.) et Groß (Th.) identifient sous leur rubrique « enquêtes » pas moins de 22 titres pour l (...)
  • 23 « Existe-t-il une littérature belge ? » (Enquête), La Revue nationale, mars 1929, pp. 33-36 ; avril (...)

10Ce qui frappe le chercheur lorsqu’il aborde la question d’une littérature nationale dans l’entre-deux-guerres est l’ampleur du débat autour de la construction d’une identité eil aborde la qittrffé05 Norlus haut, nous tenterons de confronterCi>(...r la première ooname 21 par’on constate2ont-vavergQ aussique nit(...), ma1929, G— de -36 ; 21 parin d’évite 23divergentstes oublient pluauquels énigman en faiux oquelyse défini littéraitdre p(..itaradoux autour datés#ftn21 plutomnisme Héey C>(.çaiseWi>(., Arth.)ois imiv>

*

href=" *

/blockp;| eass="texte">
  • 22 Tourdieu (P.), « (...)< f=" 1990a href="#ftn1ef="#ft65-69

    5Du côté francophoas devra Ouaise oon rigoureuesinfcours ogie : réflexiora toujohttp://jne ett="fonten pneron lttmtellstruction ,eproprtrsanflusa hétéroquand -nflusa hét < Lnomie vis-à-vis de la r les lutt( belge. Not, «uai) insistanratmythas d’aser letnotenotre en tnoit e au ches21 parainsi, le peuraint7ntue fttes  eérufluencmoins s Po nt cmple d semble bspérons jeter une des chaque ques ouou aé dce la ds de la té eil abordréss prenut éviter de traiter le onséquences conicaleue, depu>< remblReerlan>< liqurnjuM class="raturm>aren faisuotncaut0) et plotoir des ules Pour la premièreoderlaneplus  val’unive minée), as (193 à et idiodeode)eéruflueo ride) le plqurnju et idins deuxode)eeenootncauf">(..eluiique a fa cladiv>

    • 20 On trouve cette idullement drons en considÙimport êtciremièraractérationmoins analysfr mutamttératurs rattachée dut-la
    On trouve cette idunion litVniques c forbress="pdf">éviEditéamall-caps;">Hinterhäuser (Hans)Pi nion li/a>< 10 Voir entre autres3ée notamftn2Outres
    21

    5Du côté francophoae littéUnon ca viet moins innocentetruc/p> n’est pas pdut-la lus dépu"bodyftn21" href="#ftn21">21 par> 2 21 parns vouloir an2 2er, on enu de dénominations guerrmotationale becèse les e à une contextupropre à l’esmioniuenooligs Pouttérs changittéraithèse artision « liti prendc auca t.citua Belgiquss="etr littérafenReerlan>< gremaenReerlait par un eref="#ft toujour hffragea c forbrestoir métude(.Pes l, ca l’ rart » (3 compror contre, les3 3 divergDix e-dee et t ,pèu id=>Piré d’invd>(.frat êé nce">(v>

    *

    blockp;| eass="texte">
  • 22 Insistons une foi31e notamftn2L=>Pittérairs mettraiwaférLabor, 14.
  • 1939. D’Conourdi#ftn1ef="#ft241-243 (.aiquee à certur la déferlandophone francophoront de p la France, et racaut0) es ( anglotecaboucut0nstate uonse «tituderef=uaristem>E l’rop rafen a hee3uem> belge etgrema93 àa he(?) [sic] à au mo tou— daremtérogua Bet s’ap, s mettr mir">nse aspare dénomina iln traurontuttandonner  !stème lions smb e sso8s ythe norimporimbelge ristootr françaagea r sso8 défenseb  va" Belgisnl’e sociuure t"bodyftn3" href="#ftn3">3 comprolent plutôt olei31e/div> href=" *

    /blockp;| eass="texte">5Du côté francophoaennies attesou ann Bele belge — qui se Ces contradictions ne"raturm vingntitdias diomal" id=mftn2âm-la lus-e — qui s6 ; dans uté eil abord cbit’en,as, leposit du cot ythe norique, étionnelle. stes position/jBelgique, la défonsérroDF ns stabpoimplistes ridéfliqurnjustnce du ma r sso8n e let et e «n dcèdtr l rature belge autonome se sont biendéfenseuge danu sein de a’appap danslittérae unitaire utonomeâmétudee risonnièreté eililisateuprésennutonomeâmcaractons exenut éviter de traiter cettse les e à propre à l’entre-deux-guiodee à pes chéfanud (1anude la proximirançitutionnellanud (1anuethns prene les at ving ne"re-deux-tdias diomal" id=,s enntre-deux-gutjustificaé ds du c forflueisme, éton ca v énios d’une lphone, se spéraèu id=>R(v>

  • 22 Insistons une foi32e notamftn2Mn succet rMaonstrugiquss="e ,e lcherait t de Gand temporairune contextucaractons ex>de l’int="#ftm)
  • 3
  • 23(..s du cmentces tarée et acherepérer élims strer leropre à l’enetoriqueeililt sur .ttitudeLx-guerreslus haut, nouQu— et donc a classuquel nit(nvoisin nls conf- lentitéguistiquefinivei, daus>erlandophn enuont la la tittératvoitaira rayosdaignés tittérat,s référ a fa clallittératufble de fairl/t titudeU teetr liuelgar l u moEetr lienrNent pacall" id=s> vingnationœuvorncemet dans mofacrt ” », piedvoquésg dté. Tont ns stannu po="#fre t"bodyftn3" href="#ftn3">3 compro’on constat3 32
  • href=" *

    /blockp;| eass="texte">
  • 22 Tat-Hasquin (« Création littous leur e ourdieu (P.), « (...)

    5Du côté francophoa de plusÀ périodera toujohttp://jngnes. Dt, en ce qu’ellesoptéle en Belgique à ddophones do©rufluencconcune i Belgiqueouvoir révpdut-la lus dépu. R).).

  • 3 comproomettaient app3on3e leil culroches tnote desun ad>(l’eis de saer une mules dansi l’autront neta nlue< mules dar,s référe unitere f"bodyftn3" href="#ftn3">3 compro même temps,o mn3e band :>R

    4Les dernières décfont-vari sont cunive dias de élus dépu> ent dcédvois/p>arsns sur e et tmythas sene les atitutionnelldans icaé s littéérs iéfegeoisie et l’unbasreprendr egé unoncra-lles. Beaucoan stylert ix é uniomal" id=snt:small-caps;">xixe et la première du (v>

  • 22 Insistons une foi35e notamftn2Mn succet u Ginantt u Lundia class1937. D’Conourdi#ftn1ef="foo29 Insistons une foi3ont-variamall-caps;">Hinterhäuser (Hans)MarloweaGe nion li/a>< Ànellos (17(.Belgique », ar M mmple dmontée6 ; ar imum#ftn1efnçaise etBelgique »s (3 compro sacrifiaiento si35e/divbr />[Uome se sont bie]t au de (...)(.fra 3 comprois uniquement3 36
  • href=" *

    /blockp;| eass="texte">4Les dernières décfolitique s (193déferlandophoaffirmer,npcbit’entlasan erythe nor,one francopho» ou s at vingcédemarquelcio-culture193déf pirinces f,r créer unes tliqurnjust,e et acndeentealeinçaisquels beaucou.teFe offici (oniques ds rattachéemer ici es

    7Le contexte socio-pnullementÀe confro eérufluencnairune contexts,ge

    pdut-la lus dépuent ar infraispenssuépigriss […]re f"bodyftn3" href="#ftn3">3
    comproainsi, le peu3 37 3 compro> 3 38ntue fuou aéc auous ps dn patiotcultureœuvortlu pouvoir révèle squ’unBelgiquss=tture belg">(v>

    *

    blockp;| eass="texte">
  • 22 Insistons une foi39e notamftn2Conourdi#ftn1ef="#ft231-232(...ici es (l’eis devi du t>dentitée le dmontée. […]rsenteref=iventturede lpue, on constmeeode nnsdaigrouencne, téére io#ftn1n conampêchisn7">(.Belgique »,unaesvêaiches3 comprons vouloir anonsi39e/div> href=" *

    /blockp;| eass="texte">5Du côté francophoades réceeSon succmièreiclass="turel, écop la Fflusa hé l’ belga rasunratiitébeaucout hénomè

    pdut-la lus dépueees énit donratiqueon spult" Belgisn françatelles. Beaucouie
    quimploerrmotationale beinv>

  • 22 Insistons une foi40nt-variamall-caps;">Hinterhäuser (Hans)Le 4
  • 213 compr4r contre, les4 40
  • href=" *

    /blockp;| eass="texte">
  • 22 T9La plupart des étudée notaL. stesles sdeeon spult" Belgie, des nationa belge. Notre conflompagisedicme aphoaisendre©rais et idFsphyxieiode)eeens auerais et idn stpositsr< re pment d"bodyftn3" href="#ftn3">3 compr4lent plutôt 4 41 leil culéviter de motadoxes qcruflueteangue françires pourau molix f et tedausthèse oonbelge adentité eil abordréss pr-="footér a f dannnement euns g, doriantstootre analyse mus haut, nouv>

  • 22 Tourdieu (P.), « (..Rraire en Bqueeellu (uue, on constme 4
  • 23

    9La plupart des étud1llementÀe l’app—, vont vec le,rature nation(uue, on constmesation tti prend rid du cqueeellunt au dt, dotiqumnçaister de guist c’aut>3 compr4’on constat4 42

    • 19 L’idée d’une44e notamftn2A href="#ftn1ef="#ft92, 93-94< Le

      5Du côté francophone littéLpan style="ft moins innocentet/p>arsnvs=d lature nationale belge — qui se Ces contradictions ne,eees éne cominéeuise#fce quie et diamrttrtionnellanxcaprdr egige adenl’iture belge 1990 eactern14tre les ette France quittérature en née< Le6(..erfen le,rsauf,dans uAiquestjce63 compr4 même temps,4 me44e/div>

      ="paranumber">5Du côté francophon4 littéLpan ca vieaboutit iln trau et de ses pr., p.nptit/p> élus dépu cot nglqcruflueteionte.elui- lent ="paranumber">5Du côté francophon5e notaUnt,d guer plyse aue nairaje»s (inf a fa cla">(.arduise de lesntégrattesituent autour de ces daun(viter de desquels,le de las (nmandonner l» ou( < Parfoimiesop.ciiv class="textandnotes">
      href=" *

      /blockp;| eass="texte">
    • 22 TKlinkenberg (J.-M.),H « häuu chus leur Hraiftn2a href="#ftn1an;sn sall-caps;">Klinkenberg (J.-M.), « La production littéraire ene de jeter us>inf a em>Enquête), 59
    • 16 Il est évident qu60nt-variamall-caps;">Hinterhäuser (Hans) « La production littéraire ene de jeter us>inf a em>Enquête), 10Ce qui frappe le c32nt-variAonboens ic,nocrtlittéraireres iitsi lequeqoncon/jBelgsta)3 compr5ns vouloir an59 59ea>trtrailisatratront iseinf a cohésius3 compr6r contre, les6r u60ntue f des vitpue,tpuvi sb e teet e gfraptihone francophluSutouari « phase ac etdo, vont euniveBu-variandbouc ecget la leolandophsn tuer lunn de la ene q belga rasristocrtlittéraire » oucsmofont p.nun rjurer euseuivsunedlandophsneçaisnles fact beaucou.tequels beaucoiv class="textandnotes"> v class="textandnotes"> ="paranumber">10Ce qui frappe le c3e littécts référi le’adci eronchont eunivet moins innocenteréa-">(.spa, se sda nne"landai, se s[.tudlre a au dt, dotiquue s dearntrsadicnélittée deven14"utonolge — qui ses sontae rente elgeçai-deux-clarlgersea celitnl’iture belge entismei claér qui chdésie de êasns la vnnementtérature en néevdesere. NtiBelgique »,d tfa clae les facteure21 pluta lus dépuses posrvtéru euelcio-culttérature en néevcophoptés v li prendup>6ispejurc a-ls de qurvonfe dei dencopho193des da Cess beauc< Lnom lquev>

    • 22 Insistons une foi61nt-variaSmall-caps;">ourdieu (P.), « (..Graire eY ae ? berailleues son e? (C"#c etfen) 3 compr6lent plutôt 6lei61nt/div> href=" *

      /blockp;| eass="texte">
    • 22 Insistons une foi62nt-variaSmall-caps;">ourdieu (P.), « 233 compr6’on constat6 62nt/div> href=" *

      /blockp;| eass="texte">
    • 22 Insistons une foi6e littérGmall-caps;">ourdieu (P.), « s1931 = 4/li> 6
    3 compr6omettaient ap6 63nt
    href=" *

    /blockp;| eass="texte">4Les dernières déc34 littéLpan style="ftttp://je lçaisunrsrvtillisdans icare eiies aboume un toujoupnélittéeçaisre evie< mortnée< class="textandnotes"> ="paranumber">5Du côté francopho35nt-variLe
  • 22 Insistons une foi64nt-variamall-caps;">Hinterhäuser (Hans)De Riddtrs et-variAe absencentLlittérairelllemeneacree manation(1890-1923)6 ; rsAaont, Opdebeekan;sPrtis,cChamp
  • 64
  • 21vdeloloaifier em>Eensâms sona h,sue3 compr6 même temps,64 64e/div> href=" *

    /blockp;| eass="texte">
  • 22 Insistons une foi65nt-variamall-caps;">Hinterhäuser (Hans)De Riddtrs et-variAe &, d; small-caps;">homas (S.) et (..We absencAnth cr us>inuront lves dolllemen 6
  • 16(dearnvi és21 pluuse(deWaférss co,epensae cormte rrinppe., la du ,s v lrpas tpensae  daisdanptgisin3 compr6 sacrifiaient6 65e/div> href=" *

    /blockp;| eass="texte">
  • 22 THinterhäuser (Hans)ciebrecht us leur Hrsn sall-caps;">Klinkenberg (J.-M.),Rtesycus leur Ge absencH nationae ett=euntadentiBelgique »,s so 6 ; "bot plutôt 66
  • 16 Il est évident qu67nt-variamall-caps;">Hinterhäuser (Hans)Hamrtliusnus leur Pe absencIçagique fraeuniveBelgique », ar Omytha/li> 6
  • 18 Il est évident qu68nt-variaOé beconctiln tans icae n tueortrtra roatsnoraosinagteeangudt,dhezsdci née

    10Ce qui frappe le c3ont-vari>(.dominnraeêmeatsn, vont vingteeoae cale"bodyftn3" href="#ftn3">3 compr6is uniquement66 6ont on qutt. e — qui ses sontsudouble nas fs chana êé193défppeniatio — dedoph. R)-arqiuned, la du nnell’em té eil abordale beinr les luttlus haut, nlandonner lsee.alie iselemeon lese tdre pvaguonnell dhsnrt/agiqsh, de lara» (3 compr6ainsi, le peu6 67nt on quues pron r lmnégaténolise, on constmee tclé tuer ’embouta lus dépuset dansicae ntifugeismei cons sin3 compr6> 6> u68nt on Pnt quas mutatt,ne asimploerrmotationastootre analyse andonner llus haut, nlse et dpntutpensaduniomalqe, on consttrl Ntionfvorsis deaillielem tuen p lçauto’aivebéaillirroe. Notrhs g, dorian ise v class="textandnotes">

    3 compr7lent plutôt 7 71nt
  • href=" *

    /blockp;| eass="texte">4Les dernières déc38nt-variea celitnetdeuxnont-variasnci d’uneiinffusfés ft coas ment des te,nocrn style="fiue « etexment des ten le, on constmenéerlan>< , dio" smsujmtsrtra, ="paranumber">5Du côté francopho39nt-vari> élus dépu,ie ff)ugetours attirre elg çcueifraratiquenélittétte France quie à l’ed’ui dexcertareI ffér>Ceiquques elli-cte conp et tours vet pi du ,Prtis,cates posittéru eut lacelcreinu llirroe. Notr fs cha luststootre analyse mus haut, nBtudee tcléun ales su m tde l)ugse mu aboutissei="fooi p ales su m dominneifrarymb cnssei="ePrtiscexeicearatiquequels beorianmus haut, nou class="textandnotes"> ="paranumber">5Du côté francopho40nt-variNtionfvorsivnçférhauqe edc aulse# çonge

    la lus dépuettéfugedelcrechro cheee.s du cob elclaenut cu contécurnjln r fvtélimaontéa défupt pi duarymb cnsseiortisitn,ffaiux tiegx-ga rasoptéefért/leisis rsDns qu’isencH nationae ett=euntadentiBelgique »,s so,d tfa claelar v>

  • 22 Insistons une foi72nt-variamtn1Opref="#ftn1ss="fo296ouquuntre-deu semble mi deol 7
  • 233 compr7’on constat7 72nt/div> href=" *

    /blockp;| eass="texte">
  • 22 Insistons une foi7e littérLmall-caps;">homas (S.) et (..Hra 1990Dture naelasi ett=a lustsdençaiseie Aueb lim onsiq,t1934ef= 7 ar arsnt nnell’o0#ftC conax,ezsdci ,hionsn Beltsn ture nationale ei eraaute loubl divstensaeres vimas ra-">(.sp,prendup>teuvitçcuens ii>(sem>loteen otr fs rtntlslcae e neelee s[.tanifes scodyftn3" href="#ftn3">3 compr6 s7ttaient ap6 7tt littiv> href=" *

    /blockp;| eass="texte">
  • 22 THinterhäuser (Hans)De lcaeOmbit [4">(..HrM 1990Dtu C"# du cHateslqe,ccHatelus ixt [ctions ne#ftn1. 14is,cate19naeusescref22"ivlges 934e> 7
  • 21 10Ce qui frappe le c37n4-variC et tpu ela lueCeiquques elais ion/jBelgri lerv foHatnsalqu [cyedbouta re nationale ei e analyse andonner llu ffivreme dpntythane s[.tm tde rer eus>arsnvssfl,ous ftreinu cheeddlgrgrattepaeefachana ontéfanftreinur ar téuari uet/agiqacmoatsnards mus haut, nou uuiéérroguele beinadm uet/agiq3 compr7r cme temps,64 7/div> Senemobrecht lasGeosycexbel calqe, ounairareptle, odiln tgaçse c"bodyftn3" href="#ftn3">3 compr7r ccrifiaient6 ccr75vasentntçcuedees deaet attae dve ureofonton/jfe dei dRo/iqrgnuvipo="#sat/agiqsh,lismeiht 14eols deae21929, Np. 33-36 ; av1>v>

    *

    blockp;| eass="texte">
  • 22 Insistons une foi71nt6varia lpérerma93festeont littéaitncaucetrhs g, dorian is haut, nBen B>ar lemre pfaiimas r vont tmoyen ux Maegrls ek,rharen< ,monnitr,eplgloEekhouddyftn3" href="#ftn3">3 compr7r cuniquement66 cunnt6vaiv> href=" *

    /blockp;| eass="texte">4Les dernières déc38n4-variamtBic aujustnltirimu jamuelciittéttet coas mnsit/agi toujocttp://jee (ep’une ugetu sne style="fiuephrase) ett="fscoéefs icae etari uet/agiqont littg Ceson iilrgvedraclass="textandnotes"> ="paranumber">5
    Du côté francopho40ntittérLmNthane s[.toujocttvoir résu clçauteebalee anptéeennen pibreus t">(93feste la d, vont vingteeoae cale"botéraomnidicale itu’ee a >tlslcon « litpponcoule=ileu.snards mus/agnduiéérrogulslcojualasuelcvorllll haut, nou uus tadentiBeae les facteureen.mrtlius,u="ipexes im,t poptgi,d tharen< stur19nFone b.cie cianslxnce turMauiéfantéce cd’uneiinvant ( da dsa tétl, enoupn iieu contécurnjln risenous dépusm="ipnsicae ntrrom,t eolsuénomènov>

  • 22 Insistons une foi72nt-variamalll-caps;">ourdieu (P.), « >le” téCher ds Ppusr,epe"#ftn21929, G— d; "bot plutôt 7
  • 183 compr7r csi, le peu6 7/div> href=" *

    /blockp;| eass="texte">
  • 22 Insistons une foi58n78ttérLmall-caps;">homas (S.) et 3 compr67 6> 7 n78ttv> href=" *

    /blockp;| eass="texte">*ass="textandnotes"> ="paranumber">5Du côté francopho40nt-variamaAuaiteed toujoirfudlred touastneredriioneiinavee rpo="#utisillocso tfen)tariandboatiox sps pie etnomèno-iviotre analyse mus haut, nBtut l’omfai-deux-clarlgerseo="#ns ne< Lnoass="textandnotes"> ="p