Navigation – Plan du site
Consacrer

Le premier système d’aide aux lettres en Belgique (1850-1880)

Marianne Michaux
p. 112-122

Texte intégral

1L’aide aux lettres en Belgique est aussi ancienne que l’État lui-même ; mais au cours des 50 années qui ont suivi l’indépendance nationale en 1830, elle n’a pas revêtu les mêmes formes, ni surtout la même signification. Cette évolution n’a jamais été analysée, probablement parce que la plupart des historiens des lettres se sont appuyés sur les doléances ou les témoignages des écrivains eux-mêmes, dont le discours, dans une question aussi délicate, trahit souvent la position inconfortable par rapport au pouvoir. Reste que la protection de l’État envers la littérature pose, en Belgique, un double problème, récurrent jusqu’en 1880 : d’une part, le manque d’autonomie du champ littéraire ; d’autre part, la complexité — corrélative à ce manque d’autonomie — des rapports de la sphère artistique avec la sphère du pouvoir.

  • 1 Selon M. Dufrenne, « Ce qui se dissimule sous les traits aimables d’une aide de l’État à l’art, c’e (...)

2Dans un marché aussi restreint que le marché belge, l’aide officielle apportée par l’État à la culture est souvent déterminante pour l’existence d’un champ littéraire qui, sans elle, péricliterait. Mais cette aide, parfois appelée à grands cris par les artistes, est aussi le plus souvent et simultanément contestée par eux parce qu’ils la perçoivent comme un instrument de contrôle et comme une entrave à leur autonomie1 ; les différentes positions des écrivains sont dès lors marquées par le « double jeu » car, souvent incapables de vivre du produit de leur plume, ils sont obligés, à de rares exceptions près, de recourir à des subsides dont ils désapprouvent l’existence parce qu’ils entraveraient leur indépendance d’artistes. Cependant, malgré ces protestations, la mise en place d’un système d’aide aux lettres relativement efficace dans les années 1860 apparaîtra a posteriori comme un des facteurs constitutifs d’une progressive autonomie du champ littéraire.

  • 2 Pour plus de détails, cf. Michaux (M.), Entre politique et littérature : les écrivains belges du ré (...)

3Une autre difficulté est suscitée par les changements qui interviennent, autour de 1850, quant aux relations qui unissent entre eux les champs littéraire et politique ; cette évolution affecte forcément les prises de position des écrivains par rapport à l’octroi de subsides officiels avant comme après cette date. En schématisant2, on peut dire qu’avant 1850, une alliance — parfois houleuse — s’établit entre la fraction dominée du champ politique, à savoir le mouvement libéral qui constitue l’opposition, et les jeunes intellectuels parmi lesquels figurent un certain nombre de poètes romantiques et quelques romanciers réalistes. Après 1850, le parti libéral est au pouvoir de façon quasi constante jusqu’en 1884, avec un intermède catholique entre 1870 et 1878. Contesté sur sa droite, il doit aussi faire face sur sa gauche à l’émergence d’un mouvement plus radical, le libéralisme progressiste, auquel bon nombre d’écrivains réalistes se sont ralliés, en raison de la structure particulière de leur parcours social, mais aussi parce que le réseau mis en place par les intellectuels progressistes pouvait leur offrir des possibilités nouvelles d’émergence et de légitimation. L’aide apportée par l’État libéral doctrinaire sera donc aussi politiquement perçue d’une manière ambiguë par certains écrivains, puisqu’elle les obligera à se compromettre avec un parti dont ils désapprouvent la tiédeur dans bien des domaines.

Littérature et pouvoir avant 1850

  • 3 La « Bibliothèque nationale », par exemple, subsidiée par l’État et publiée par l’éditeur Jamar ; c (...)

4Avant 1850, l’aide apportée aux lettres par l’État est sporadique et mal définie : certains écrivains, comme André Van Hasselt, perçoivent des subsides ; certaines collections nationales sont créées, qui doivent en principe permettre aux auteurs de se faire éditer à moindre frais et d’éviter la concurrence de la contrefaçon3 ; enfin, l’expansion des revues, qui constitue sans doute le phénomène majeur du champ littéraire des années 1830-1850, est également soutenue par des subsides, de même que certaines sociétés littéraires récemment apparues.

  • 4 À titre d’exemple, on voit l’ex-ministre de l’intérieur Charles Rogier, revenu dans l’opposition en (...)
  • 5 La réorganisation de l’Académie en trois classes, en 1845, sous le ministère du libéral Sylvain Van (...)

5Cependant, cette aide est loin d’être désintéressée : lorsque les libéraux sont dans l’opposition, cet appui s’inscrit globalement dans une stratégie de reconquête du pouvoir4, où les politiques, privés d’un véritable parti, s’appuient sur les sociétés littéraires existantes dans la mesure où elles leur offrent une hospitalité institutionnelle ; par contre, une fois revenus à la tête de l’État, les libéraux n’auront de cesse d’essayer de contrôler les jeunes intellectuels issus de la gauche, par le biais de l’aide apportée aux lettres et aux arts5.

  • 6 Entre 1830 et 1848, « Literary habilities are regarded as the obvious precondition of a political c (...)
  • 7 Cf. « Notice sur P.-J.-F. De Decker, membre de l’Académie », Annuaire de l’Académie royale. Bruxell (...)
  • 8 Cf. Biographie nationale, t. 27, col. 245 et sq.

6Ce contrôle est facilité par le manque d’autonomie du champ littéraire par rapport au champ politique, dont on peut également observer les effets en France6 : dans cette situation, il n’est pas difficile à des agents dotés d’un crédit politique certain, parfois acquis au moment de la révolution, de reconvertir ce potentiel dans le champ des lettres, d’autant que nombre d’entre eux, comme Pierre De Decker7 ou encore Sylvain Van De Weyer8, cultivent souvent, de par leur formation, une double appartenance, et que les frontières entre champ littéraire et champ politique sont fort perméables.

  • 9 Sur Ch. Rogier et son rôle de protecteur des Arts, cf. Charles Rogier. Catalogue de l’exposition, 2 (...)
  • 10 Cf. Séverin (F.), Théodore Weustenraad, poète belge. Bruxelles, Édition de la Belgique artistique e (...)
  • 11 En 1847, la succession de Philippe Lesbroussart à l’Université de Liège est ouverte. Rogier, alors (...)

7Le rôle joué par Charles Rogier9, plusieurs fois Ministre de l’Intérieur, est très représentatif à cet égard : protecteur officiel et officieux des arts et des lettres, c’est à lui que s’adressent les artistes nécessiteux, créant des relations privilégiées que lui-même entretient soigneusement et dont il escompte un bénéfice symbolique10. Au pouvoir, Rogier agit sur plusieurs fronts : la création de la classe des lettres à l’Académie et le patronage de la Société des Gens de Lettres belges (première association professionnelle d’écrivains, qui voit le jour en 1847). Le rapport d’admiration mutuelle entre Rogier et les artistes sera pourtant brisé à l’occasion de deux conflits : lors de l’affaire Sainte-Beuve11 et lors de l’émergence d’une gauche plus radicale, incarnée par la première Revue de Belgique : quarante-huitarde, celle-ci dénonce l’action du ministre dont elle fait une de ses cibles favorites. Mais loin de s’éteindre, le mécénat de Rogier se poursuivra, plus discrètement, dans les années cinquante et soixante.

Le système d’aide aux lettres

8Après 1850, l’aide aux lettres va progressivement s’institutionnaliser, sanctionnant l’apparition d’un champ littéraire qui accède progressivement à l’autonomie. Au pouvoir, les libéraux doctrinaires vont poursuivre l’entreprise amorcée avant 1850 par Charles Rogier, mais selon d’autres modalités. Face à cette nouvelle politique, les écrivains prennent position, ébauchant la configuration nouvelle de leur rapport avec le champ du pouvoir.

9Quelle était la signification de cette générosité ? La place réservée aux Arts dans la société avait un caractère avant tout fonctionnel : ils devaient contribuer, comme avant 1850, à la grandeur de la nation et à l’édification des masses. Dans ce contexte, la protection de l’État devait permettre aux artistes d’exercer librement leur mission à l’abri des pressions du marché et être la garante de leur liberté. De surcroît, l’art offrait aux masses un modèle à suivre qui devait satisfaire leur désir d’ascension sociale.

  • 12 Cf. p.e. Leclercq (E.), L’Art est rationnel. Bruxelles, Office de Publicité, 1882, p. 220.
  • 13 Bien que Rogier ne modifie en aucune façon sa stratégie antérieure : en 1854, lorsqu’il perd son ma (...)
  • 14 « Tout au long du xixe siècle, la nécessité de justifier et de légitimer la naissance de l’État bel (...)

10Dans un premier temps, il en va toutefois autrement pour les lettres : on assiste au contraire à un désengagement progressif de l’État vis-à-vis de la question littéraire, du moins dans les prises de position officielles. Le débat sur le caractère national de la littérature, très présent avant 1850, disparaît progressivement des discussions au Parlement et ce sont les écrivains qui vont reprendre, pour leur propre compte, l’ensemble des clichés sur la fonction nationale de la littérature12. Ensuite, les principaux intervenants de jadis, tel Rogier, voient leur influence décliner, sans que leur action interventionniste soit perpétuée par aucun des agents du champ politique. On peut voir, dans le déclin de leur rôle, un signe de l’autonomie croissante du littéraire et du politique : les passages et les reconversions des acquis d’un champ dans l’autre deviennent, après 1850, de plus en plus malaisés13. Enfin, troisième facteur, le champ des Beaux-Arts, et particulièrement la peinture monumentale, va être privilégié par l’État pour la mise en œuvre de son programme artistique : dans les années soixante, c’est à cette forme artistique qu’ira la plus grande part du budget des Beaux-Arts, au détriment de la part réservée aux lettres14.

11Ainsi, à l’issue des années 80, le seul pouvoir que l’État détienne encore directement sur les lettres s’exerce quasi exclusivement à travers la nomination des jurys des prix quinquennaux et triennaux de littérature (dont la composition est déterminée par arrêté royal) et, dans une moindre mesure, par l’octroi de subsides.

L’octroi des subsides : un système institutionnalisé

12Si l’attention officielle envers les lettres se manifeste de plus en plus discrètement dans les débats publics, dans les coulisses ministérielles, par contre, les rouages du système des subsides fonctionnent sans heurt, contribuant à l’autonomie du champ littéraire, ou, en tout cas, manifestant cette autonomie croissante.

  • 15 André Van Hasselt est un des premiers écrivains belges à bénéficier, en 1833, d’un subside pour pub (...)
  • 16 Les Arrêtés Royaux concernant les subsides accordés aux lettres sont conservés dans le fonds Beaux- (...)
  • 17 Solvay (L.), Une vie de journaliste. Bruxelles, Office de Publicité, 1934, pp. 124-125 ; Romberg (E (...)

13Le système des subsides aux lettres, tel qu’il existe dans la deuxième moitié du xixe siècle, prend son essor dans les années 50 et apparaît surtout comme une création du gouvernement libéral de 1847. Avant cette date, des subsides sont octroyés15, sans que cette aide ne constitue véritablement une institution. Ces subsides, généralement accordés par arrêté royal16, revêtent plusieurs aspects : il peut s’agir d’un « secours » accordé à un écrivain nécessiteux, sporadiquement dans le besoin (c’est d’ailleurs sous cette forme qu’ils ont retenu l’attention des commentateurs contemporains, qui identifient l’administration des Beaux-Arts à un bureau de bienfaisance17). Le subside peut aussi recevoir l’appellation d’« encouragement littéraire » et permettre à l’auteur d’achever un ouvrage important en cours. Il peut encore s’agir d’une « aide à l’impression » qui doit permettre à l’écrivain de couvrir les frais occasionnés par la publication de ses œuvres à compte d’auteur. Dans le cas des veuves d’écrivains, elle peut s’apparenter à une forme de pension octroyée au conjoint survivant. Enfin, le ministère des Beaux-Arts peut encore souscrire un certain nombre d’exemplaires d’ouvrages destinés, en principe, aux bibliothèques ou aux écoles.

  • 18 C’était le souhait de l’académicien Édouard Fétis (cf. L’Art dans la société et dans l’État. Bruxel (...)
  • 19 Lettre du 10.2.1847, n°282, Enseignement supérieur, ancien fonds (A.G.R).
  • 20 Le salaire annuel — très modeste — d’un instituteur tourne aux alentours de 1500 fr. (par an) et ce (...)
  • 21 C’est le cas pour Charles De Coster.
  • 22 Cf. « Les boursiers de 1995 », Le Carnet et les instants, n°91, 15.1/15.3.1996, p. 56.

14On peut se demander dans quelle mesure, dans un champ littéraire qui offre peu de débouchés aux auteurs, les subsides ne constituent pas une manière détournée de salarier les écrivains et de les rendre indépendants des contraintes du marché18. En réalité, dès 1847, Charles Rogier déniait ce caractère aux subsides littéraires : « Il est impossible, avec les ressources restreintes dont nous pouvons disposer, d’accorder, comme en France, des pensions littéraires »19. Les sommes octroyées ultérieurement confirment partiellement ce verdict : sauf cas exceptionnel, elles sont en moyenne de 500 fr., avec des « pics » qui culminent à 1000 ou 1500 francs20. Dans ce dernier cas, la personnalité des auteurs n’est pas étrangère à ce traitement de faveur. Sans leur permettre de vivre de leur plume, ces allocations n’en seront pas moins importantes, pour certains d’entre eux, que ce soit par le montant des sommes octroyées ou par la régularité de celles-ci21. Dans certains cas, on peut les comparer aux montants actuels des bourses à l’écriture octroyées par la Communauté française22.

15Quels étaient donc ceux qui bénéficiaient avec régularité de la manne étatique et quelle conclusion tirer de cette répartition ? On peut, grosso modo, distinguer trois groupes parmi les auteurs favorisés par le ministère, répartition révélatrice des positions occupées dans le champ littéraire par les écrivains.

  • 23 Sur L. Alvin, cf. Biographie nationale, t. 10 , col. 44.
  • 24 Sur A. Mathieu, cf. Biographie nationale, t. 14, col. 33.
  • 25 Cf. Greyson (E.), L’Administration par un ancien rond-de-cuir. Bruxelles, Rozez, 1895 ; et Vanzype (...)
  • 26 Cf. Romberg (E.), Quelques souvenirs..., op.cit.
  • 27 Sur J. Rousseau, cf. Biographie nationale, t. 20, col. 237-243.
  • 28 Cf., p.e., A.R. du 31.12.1858, n°25 ; A.R. du 4.6.1861, n°28 (Beaux-Arts. Arrêtés, A.G.R.).

16Un premier profil correspond à l’écrivain qui, au moment où l’arrêté est pris en sa faveur, occupe déjà dans l’administration un emploi qui le prédispose à bénéficier de cette faveur, parce que l’on connaît ou que l’on reconnaît ses « états de service ». Le cas de Louis Alvin23, d’abord directeur de la division de l’instruction publique au Ministère de l’Intérieur, puis conservateur à la Bibliothèque Royale, est typique : à côté de subsides souvent importants qu’il perçoit du chef de ses travaux littéraires, on lui accorde aussi des indemnités dans le cadre de ses activités de fonctionnaire. Adolphe Mathieu24, lui aussi membre du personnel de la Bibliothèque Royale, bénéficie des mêmes faveurs. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que le romancier réaliste le plus subsidié soit Émile Greyson25, qui fera toute sa carrière dans l’administration de l’instruction publique. De même, certains hauts fonctionnaires des Arts et Lettres, comme Édouard Romberg26, Adolphe Van Soust ou Jean Rousseau27, perçoivent aussi des « encouragements » pour leurs ouvrages littéraires ou scientifiques28.

  • 29 C’est le cas, par exemple, d’Auguste Baron, professeur à l’Université de Liège, et de l’historien T (...)
  • 30 Cf. Potvin (Ch.), Eugène Van Bemmel. Bruxelles, Hayez, 1882.

17À côté d’eux, on trouve un deuxième type d’auteurs : les intellectuels, professeurs ou savants au service de la cause libérale, souvent amenés d’ailleurs à émettre un avis sur les différents sollicitants aux encouragements littéraires29. À ce groupe appartient un auteur comme Eugène Van Bemmel, subsidié à double titre : en tant qu’auteur et en tant que directeur de la prestigieuse Revue trimestrielle30.

  • 31 A.R. du 20.6.1870, n°36, Beaux-Arts. Arrêtés (A.G.R.).
  • 32 A.R. du 4.6.1878, n°44, idem.
  • 33 A.R. du 9.7.1878, n°44, idem.

18Enfin, parmi les auteurs subsidiés occasionnellement ou à moindres frais, on trouve des écrivains apparemment moins légitimés, tels Joseph Gaucet, Denis Sotiau, Félix Frenay... Dans leur cas, il semble que l’octroi d’une aide résulte du jeu de l’influence qu’ont acquis certains fonctionnaires ralliés au libéralisme de gauche, davantage que d’une volonté politique d’assurer aux auteurs des moyens de subsistance satisfaisants. Ainsi, Émile Leclercq, malheureux représentant du roman réaliste en Belgique, n’a-t-il été, malgré le caractère prolifique de sa production romanesque, que très rarement subsidié : en 1870, il perçoit 1000 fr. à titre d’« encouragement »31 (alors que ses romans paraissent depuis plus de dix ans). En 1878, il percevra encore 72 fr. 50 centimes pour une comédie intitulée Entre deux trains32et, peu après, 800 fr. à titre d’« encouragement littéraire »33.

  • 34 Paradoxalement l’un des auteurs les plus subsidiés du temps alors que son œuvre écrite en flamand, (...)

19La répartition des subsides entre les auteurs dessine en fait la carte du champ littéraire partagée entre un pôle dominant qui regroupe les écrivains proches du doctrinarisme et du pouvoir, — mais aussi un écrivain à succès comme Henri Conscience34 —, et un pôle dominé où œuvrent des écrivains qui jouissent de peu de reconnaissance symbolique. Entre les deux pôles naviguent ceux qui, dans le champ littéraire, occupent une position relativement privilégiée, des intellectuels progressistes comme Charles Potvin ou Eugène Van Bemmel, mieux dotés que certains de leurs confrères, lesquels investissent un important capital symbolique dans la lutte contre le doctrinarisme.

20Deux éléments plaident en faveur du caractère relativement autonome du système des subsides : le rôle des hauts fonctionnaires et l’indépendance globale du système par rapport aux événements politiques.

  • 35 Lettre du 14.11.1857, Dossier Maurage, n°280, Enseignement supérieur, ancien fonds (A.G.R.).
  • 36 Sur A. Maurage, cf. Étoile Belge, 30.9.1894.
  • 37 Sur J. Dulieu, cf. De Smet (A.), Voyageurs belges aux États-Unis du 17e siècle à 1900. Notices biog (...)

21Progressivement, les hauts fonctionnaires des Beaux-Arts acquièrent un pouvoir accru dans le domaine des lettres. Au départ encore appelés à se prononcer sur la conformité politique des sollicitants, ils s’émancipent progressivement de ce rôle et prennent des décisions qu’ils estiment aussi valables que celles des politiques : « Je vous ai dit, dans une note antérieure, ce que je pensais de cette littérature. C’est chez moi une conviction que le roman historique a fait son temps avec Walter Scott, Mérimée et Manzoni »35, signifie au Ministre de l’Intérieur un fonctionnaire rebelle chargé de lire, en 1857, un roman d’Augustin Maurage36. Cependant, ces fonctionnaires ne sont les garants d’aucun ordre méritocratique : accédant eux-mêmes à leur haute fonction par le jeu des influences népotiques ou politiques, ils ont tendance, au contraire, à perpétuer dans leurs interventions la primauté de la relation personnelle, dont le modèle a été institué avant eux par Charles Rogier, reproduisant ainsi à leur échelle l’habitus mécénique de leurs prédécesseurs. Dès lors s’établit une relation d’écrivain à fonctionnaire, comme par exemple, celle qui unira Charles De Coster à Joseph Dulieu37, sans doute responsable du traitement de faveur dont a bénéficié cet auteur.

  • 38 Sur J. Rousseau, cf. supra.
  • 39 Émile Leclercq, par exemple, fut tardivement promu à la dignité inattendue d’inspecteur des Beaux-A (...)

22La progressive autonomie de ce corps de fonctionnaires est probablement due à l’élévation du capital culturel et symbolique de ceux qui sont recrutés : la carrière de Jean Rousseau38, inspecteur des Beaux-Arts en 1877, puis directeur général de l’administration des Arts, Sciences et Lettres en 1889, est à cet égard exemplaire. Auteur, avec Louis Hymans en 1853, de Le Diable à Bruxelles, il a été critique d’art au Figaro en France et à l’Écho du Parlement en Belgique. Il a également publié des études sur la peinture flamande dans le Journal des Beaux-Arts et de la littérature. Sa promotion au Ministère de l’Intérieur apparaît comme le couronnement d’une carrière consacrée aux arts. Pour un « homme de lettres » belge d’après 1850, la carrière administrative offrait en effet des perspectives bien plus vastes que celles que leur réservait le champ littéraire ou celui de la presse39.

23L’indépendance vis-à-vis des grands événements politiques constitue un autre signe de l’autonomie du système. Pendant l’intermède catholique de 1870 à 1878, on n’assiste à aucun retournement majeur de situation : catholiques et libéraux continuent à être subsidiés de la même façon. Henri Conscience, écrivain catholique, est le romancier le plus favorisé par le gouvernement. La seule modification perceptible est la subsidiation, à partir de 1872, de la très catholique Revue générale, rivale de la Revue de Belgique créée en 1869. Le retour à une majorité libérale, après cette date, n’entraînera aucun retournement de situation.

24Au vu de cette apparente stabilité, on peut se demander dans quelle mesure les lettres constituaient encore, après 1850, un enjeu pour le pouvoir. D’autres formes d’encouragement aux lettres témoignent en réalité davantage de l’intérêt de l’État : ce sont les concours de l’Académie et les encouragements au théâtre.

L’Académie royale et les concours

25Après 1850, on peut se demander si les libéraux réservaient encore un rôle à l’Académie royale et lequel. Constituait-elle encore, comme avant 1850, un moyen d’asseoir leur pouvoir dans et par le champ intellectuel, ou, à l’instar du système des subsides, était-elle la manifestation de l’autonomie du champ des lettres ? Institution de la vie littéraire, l’Académie n’en a pas moins contribué à propager les conceptions dominantes de l’État en matière artistique : si une politique des lettres a réellement existé après 1850, c’est sans doute elle qui l’a le mieux définie, à travers les différents rapports publiés à l’occasion des concours de littérature triennaux et quinquennaux.

  • 40 Sauf pendant la période 1855-1857, où règne encore à la chambre une majorité catholique, la préside (...)

26De manière globale, on peut constater que très vite, après 1850, l’Académie est une institution d’obédience libérale. Deux faits en témoignent : l’alternance parfaite des catholiques et des libéraux, qui était d’application à la tête de l’Académie, est rompue après cette date40 et les lauréats, de même que les jurés des différents concours littéraires, sont en majorité des libéraux. Cette accentuation du rôle des libéraux dans l’Académie au début des années cinquante est l’expression d’une stratégie mise en place précédemment et qui a été systématisée : pour les libéraux, le champ culturel fonctionne comme un substitut valable du champ politique et leur permet d’asseoir leur conquête — ou leur reconquête du pouvoir — en s’appuyant sur la frange intellectuelle des membres de leur parti. La Classe des Lettres de l’Académie n’en est qu’un cas particulier : dominée par l’élément libéral, elle va bientôt retraduire dans le champ littéraire les conceptions littéraires de l’État en matière artistique. Sa domination symbolique sur le champ littéraire se manifestera surtout par le pouvoir de consécration qu’elle exerce à travers l’octroi des prix quinquennaux de littérature et des prix triennaux de littérature dramatique.

  • 41 Lettre du Ministre de l’Intérieur du 12.9.1849 (Correspondance Quételet, Archives de l’Académie roy (...)
  • 42 Notamment par la création de la Classe des Lettres de l’Académie, la tentative de prise de contrôle (...)

27La création du prix quinquennal de littérature est, comme la restauration de l’Académie elle-même, le produit d’une étroite collaboration entre le Ministre de l’Intérieur, Charles Rogier, et le Secrétaire Perpétuel de l’Académie, Adolphe Quételet41, ce qui confirme leur rôle incontournable, au tournant du siècle, dans la mise en place de l’appareil institutionnel des lettres belges42.

  • 43 Pour les prix triennaux, la récompense varie de 500 à 1500 fr. selon la volonté du Ministre de l’In (...)
  • 44 Cf. Alvin (L.), André Van Hasselt, sa vie et ses travaux. Bruxelles, Muquardt, 1877, pp. 149-173.

28Le concours quinquennal constitue à l’époque un enjeu symbolique important, dont on peut évaluer l’impact au vu des passions qu’il déchaîne, mais aussi à son aune économique dans la mesure où le prix en argent (5.000 fr.)43, la publication ou, pour les prix triennaux, la représentation de l’œuvre, en même temps qu’ils consacrent le lauréat, constituent un « encouragement », proche dans sa forme des autres subsides étatiques. C’est ainsi qu’à l’approche de l’issue de la période quinquennale, certains auteurs élaborent des stratégies éditoriales complexes, rééditant d’anciens ouvrages sous une autre mouture ou attendant la veille du prix pour faire paraître leur œuvre44.

  • 45 Sur F. Loise (1825-1904), littérateur, professeur dans l’enseignement moyen, cf. Notices biographiq (...)
  • 46 « M. Loise et M. Van Bemmel », Journal des Beaux-Arts et de la Littérature, 30.6.1878.

29En raison de la nature de l’Académie, les prix sont aussi l’enjeu d’un conflit politique permanent, qui met en évidence le degré d’autonomie de l’institution par rapport au pouvoir central : le candidat étant d’obédience catholique ou libérale, l’attribution d’un prix littéraire n’est jamais totalement innocente sur le plan politique ; en 1877, par exemple, le refus de l’Académie d’accorder le prix à l’écrivain catholique Ferdinand Loise45 est perçu dans la presse comme une victoire libérale46.

  • 47 Bruxelles, Hayez, 1870.
  • 48 Sur Éd. Fétis, membre de l’Académie dès 1847, critique à L’Indépendance, conservateur à la Biblioth (...)
  • 49 Idem, pp. 65-66.
  • 50 Idem, p. 120.
  • 51 Cf. Greyson (E.), « Correspondance particulière », Journal des Beaux-Arts et de la Littérature, 30. (...)

30À travers les rapports successifs des jurys, principale expression des conceptions littéraires de l’Académie, se dessine donc une certaine image de la littérature consacrée, dont on peut penser qu’elle est le produit d’un consensus politico-littéraire. Celui-ci reflète dans le champ des lettres les conceptions dominantes de l’État central. Quelles étaient ces conceptions ? En 1872, c’est un ouvrage d’esthétique, L’Art dans la société et dans l’État47 d’Édouard Fétis, qui est couronné. Paru en 1870, l’ouvrage, consacré surtout à la défense de la peinture murale, c’est-à-dire la forme artistique légitimée par le pouvoir en place, fait officiellement l’apologie de l’« art social ». Fétis, qui appartient à la frange dominante de la bourgeoisie intellectuelle48, y assigne à l’art deux misssions : celle de contribuer à la glorification de la nation et celle d’édifier les masses populaires. En ce sens, il doit être encouragé par l’État pour être mis à l’abri des pressions du marché. Antidote destiné à combattre les méfaits de l’industrie, l’art doit contribuer à lutter contre la démoralisation des masses49 et à offrir au peuple une diversion à sa condition peu satisfaisante50. Marquées par l’idéalisme, les conceptions de Fétis furent critiquées par les réalistes qui fustigeaient sa prétention à vouloir édifier artificiellement un art populaire51. Mais le couronnement de ce traité par l’Académie en 1873 marque sans doute l’adoption et la consécration d’idées qui paraissent avoir été largement répandues vers cette date, ainsi que l’aboutissement d’une évolution en matière de conceptions artistiques.

  • 52 Prix quinquennaux et triennaux 1850-1870. Bruxelles, Lacroix-Verboeckhoven, 1870, p. 184.

31Malgré la liberté que les règlements du concours laissaient quant au choix du sujet, le prix ne sera jamais attribué à un roman ; il est décerné soit à une œuvre poétique, soit à un ouvrage d’esthétique ou d’histoire. Progressivement, les jurés se dégagent d’une conception d’« art bourgeois », proche du néo-classicisme défendu par certains avant 1850, pour se rapprocher des idées de l’« art social ». En 1863, le rapporteur, Eugène Van Bemmel, déclare que l’écrivain « doit pénétrer, doit deviner parfois la pensée commune, et donner à cette pensée une forme plus nette, plus vive, qui accuse une tendance et révèle le progrès »52. Dans la nouvelle hiérarchie ainsi établie, le roman, dont le rapport rend largement compte, reste subalterne par rapport à des ouvrages « sérieux », sauf à louer son caractère national.

  • 53 Sur Ch. Potvin, cf. Michaux (M.), op.cit., pp. 344-355.

32C’est à la fin de la période suivante, — qui couronne Charles Potvin53, déjà titulaire en 1860 et en 1863 du prix triennal de littérature dramatique —, que la conception de la mission sociale de l’art triomphe à l’Académie. Identifiée à une fonction nationale de la littérature, véritable topos des lettres belges au xixe siècle, elle reste néanmoins fort vague et se réduit pour l’essentiel à une attitude patriotique. La position des romanciers réalistes, quant à elle, est identifiée à une position « artiste » et son individualisme clairement fustigé.

  • 54 Les jurys comptent en moyenne deux catholiques pour cinq libéraux. Sur la composition des jurys, cf (...)
  • 55 Pour le prix quinquennal, il s’agit de : pour la première période (1848-1852), H. Moke, A. Baron, T (...)
  • 56 À ce sujet, cf. Bennett (J.H.B.), « André Van Hasselt et Alfred Michiels, leur querelle en 1846 et (...)
  • 57 Van Bemmel, Potvin, Stécher, Stappaerts, Snellaert et Considérant peuvent être considérés comme tel (...)

33Pourquoi l’Académie s’appliquait-elle à reproduire ainsi dans le champ des lettres des conceptions artistiques encouragées par le pouvoir ? Le profil des jurés chargés de décerner les prix n’y était certainement pas étranger. Politiquement, les jurys nommés par le roi sont polarisés suivant l’axe catholique/libéral, avec une prédominance de l’élément libéral sur tous les jurys, y compris pendant la période 1870-187854. Les lauréats seront, eux aussi, des libéraux55, le grand exclu des prix littéraires pendant 25 ans restant le poète catholique André Van Hasselt56. La présence de libéraux progressistes parmi les jurés ou les lauréats57 n’a eu apparemment aucune incidence sur les décisions ou les rapports des jurys : l’élection de Charles Potvin, qui appartient à ce courant, sera entourée d’un tel luxe de précautions oratoires qu’il est hasardeux d’y voir, même momentanément, le triomphe du progressisme à l’Académie.

  • 58 Van Bemmel, Rivier et Pergameni sont professeurs à l’U.L.B. ; Stécher et Le Roy à l’Université de L (...)
  • 59 Il est enregistré comme « publiciste » dans l’Index biographique des membres, correspondants et ass (...)

34Professionnellement, les jurés sont souvent issus du monde universitaire : de nombreux professeurs figurent parmi eux58. Tous enseignent les lettres, et l’équilibre entre les différentes universités est sagement maintenu ; en 1883, l’apparition d’un critique professionnel, Gustave Frédérix, dont c’est la seule profession répertoriée59, marque sans doute un changement dans la conception du « nomothète » du champ littéraire. Professeurs et savants plutôt qu’artistes, ils reproduisent dans la deuxième moitié du xixe siècle un profil daté, celui de l’« homme de lettres », proche de celui du lettré d’avant 1850. En les choisissant comme jurés, l’Académie leur offre une sorte de consécration, qui s’étend aussi aux lauréats des prix : la plupart des jurés, lorsqu’ils sont désignés, sont déjà membres ou associés. Les autres le deviennent assez rapidement et la même observation peut être faite à propos des lauréats. Cette circularité confirme de fait l’existence d’un corps homogène d’intellectuels au niveau de la Classe des Lettres. Dans leur majorité, ils appartiennent à la fraction dominante des agents du champ littéraire et, choisis en vertu de leur capital symbolique, ils distillent la norme artistique officielle au sein de celui-ci.

35Encore plus que les concours de l’Académie, l’aide accordée à l’art dramatique mobilisera des enjeux de type politique.

Les encouragements à l’art dramatique

  • 60 Siret (A.), « Des nouveaux crédits demandés aux chambres pour l’encouragement de la littérature et (...)

36Si la peinture murale jouit de toute l’attention gouvernementale, c’est le théâtre de type historique qui reçoit pour sa part, dans le champ des lettres, les encouragements de l’État. Ainsi le budget du Ministère de l’Intérieur, en 1860, propose-t-il deux crédits nouveaux, l’un portant sur « l’encouragement dramatique, littéraire et musical », l’autre sur la peinture murale60. En outre, le drame historique et la peinture d’histoire, légitimés et consacrés par le pouvoir, sont associés ailleurs que dans les textes législatifs : la mise en scène des Gueux de Charles Potvin, lauréat du prix triennal d’art dramatique en 1863, mêlait étroitement les deux formes artistiques :

  • 61 Prix quinquennaux et triennaux 1850-1870, op.cit., p. 207.

À l’entrée de chaque acte une toile historique retracerait aux yeux des spectateurs des événements se rapportant aux scènes qui suivent. C’est ainsi qu’un rideau d’ouverture représenterait avant le prologue le tableau de l’Abdication de Charles-Quint, par Gallait ; qu’au premier acte, on verrait figurer le compromis des nobles d’après de Biefve ou Van Bedoff ; qu’au deuxième, on déroulerait une toile représentant, d’après Gallait, les Derniers honneurs rendus à d’Egmont et de Hornes […]61.

  • 62 Pour un historique complet de ceux-ci, cf. Faber (F.), Histoire du théâtre français en Belgique. Br (...)
  • 63 A.R. 30.9.1859.
  • 64 Siret (A.), « Questions d’art et de littérature à l’ordre du jour », Journal des Beaux-Arts et de l (...)

37L’histoire des « encouragements au théâtre » débute en 185362. Elle revêt deux formes à ses débuts : l’octroi de primes aux entrepreneurs de théâtre qui feront représenter des pièces belges et, à partir de 1859, la création de concours, à l’image de ceux qui existaient déjà pour la littérature63. En 1860, un nouvel Arrêté Royal paraît, qui accorde des subsides à titre de droits d’auteur aux écrivains qui feraient représenter leur pièce sur une scène belge. Une commission permanente est attachée au Ministère de l’Intérieur pour donner son avis sur les modalités d’application de l’Arrêté et pour organiser des comités provinciaux de lecture nommés par les autorités communales. Elle est majoritai-rement composée de libéraux64.

38Le changement de majorité, en 1870, voit l’empressement des catholiques à réformer le système :

  • 65 Hasse (J.-L.), Compte-rendu des travaux du Congrès littéraire belge. Anvers, L. De la Montagne, 187 (...)

Sous le ministère catholique de M. Kervyn de Lettenhove, l’avalanche d’Arrêtés ministériels qui s’abattit sur le théâtre témoigne de l’intérêt vraiment extraordinaire que prenait M. le ministre Kervyn à la question de l’art dramatique en Belgique [...] le vice de son système est de porter le deuil et la mort dans les sociétés de rhétorique flamande des petites localités, et de centraliser entre les mains du gouvernement la surveillance du théâtre65.

  • 66 Prix quinquennaux et triennaux 1850-1870, op.cit., p. 161.

39Cette attention particulière des deux grands partis envers le théâtre n’est pas innocente : comme la peinture murale, le théâtre était perçu comme une forme artistique susceptible de véhiculer une idéologie précise. On lui assignait le même rôle qu’à la peinture murale, celui d’édifier et d’endoctriner les masses : « Le théâtre est la seule forme de littérature accessible à la foule, au public illettré, et le prestige de la scène, l’émotion que produit l’art par lui-même, rendent le théâtre plus puissant que toutes les tribunes »66. Les pièces de Charles Potvin, qui obtint trois fois le prix en 1860, 1863 et 1872, entraient simultanément dans le projet nationaliste du gouvernement mais aussi dans le projet didactique dont l’art devait être porteur.

Un système contesté dès sa mise en place

  • 67 Pour la critique du côté catholique, cf. Siret (A.), Journal des Beaux-Arts et de la Littérature : (...)

40Le système de protection des lettres mis en place par le gouvernement, qui s’articule autour de l’Académie, des subsides et des concours, est très généralement critiqué, à gauche comme à droite67.

  • 68 [Potvin (Ch.)], « Arts gueux et Arts nobles », dans Almanach des arts et de la littérature en Belgi (...)
  • 69 Idem, p. 23.
  • 70 Idem, p. 28.
  • 71 Idem, p. 33.

41Du côté libéral, cette critique revêt un aspect particulier, dans la mesure où la critique du système des subsides s’identifie à une forme d’opposition politique au doctrinarisme, comme en témoigne, par exemple, un pamphlet anonyme de 1860, Arts gueux et Arts nobles, dont l’auteur n’est autre que Charles Potvin, un des plus réguliers bénéficiaires du système ! Dans ce pamphlet, il oppose les « Arts nobles », c’est-à-dire la peinture et la sculpture, aux « Arts gueux », la littérature et le théâtre. Mettant en contradiction ces deux formes d’art, il fait des seconds les instruments de l’émancipation du peuple belge68. Il remet également en cause la hiérarchie implicite établie entre le champ littéraire et celui des arts plastiques : les représentants du premier champ sont pour Potvin les « prolétaires de l’art », alors que les pratiquants des « Arts nobles » ont de « grandes fortunes, de grandes alliances et des loisirs dus à une prévention favorable »69. Critiquant sévèrement les moyens d’encouragement, Potvin repousse l’octroi de positions administratives peu lucratives qui empêchent les auteurs de se consacrer réellement à leur art. Il rejette également le système des subsides, mécénat déguisé, qui les met à la merci des hommes politiques70. Surtout, Potvin attaque vivement le système des encouragements au théâtre, alors récemment mis en place, voyant en lui — il ne se trompe pas de beaucoup — « un instrument de règne »71.

  • 72 Idem, p. 40.
  • 73 Comme par exemple le patronage du poète-ouvrier Félix Frenay.

42La fin du pamphlet prend une tournure résolument politique : après avoir rapproché le sort des artistes « gueux » de celui des ouvriers, Potvin oppose leur statut à celui de la haute aristocratie et de la bourgeoisie, dont il fustige le goût parisien. Il s’en prend alors au parti libéral, accusé de contrôler la production artistique : « Arrière donc vos comités de censure, et vos jurys de censeurs, et vos prix censurés ! Arrière les faveurs trop cher achetées et ne produisant que de la courtisanerie ! Arrière la peur de l’ombre de la liberté ! et place à l’indépendance, au droit, à l’égalité ! »72. La conclusion s’impose d’elle-même : le vrai libéralisme, c’est-à-dire le libéralisme radical, doit l’emporter. Jouant le double jeu de l’écrivain consacré et du pamphlétaire anonyme, Potvin savait profiter du crédit attaché à son statut d’intellectuel libéral, fût-il progressiste. On peut penser qu’il l’a fait sans renoncer à des convictions politiques sincères, qui pouvaient continuer à se manifester dans l’ordre culturel éventuellement sous d’autres formes73.

  • 74 Leclercq (E.), « Questions d’art », Revue de Belgique, 1870, t. 6, p. 176 ; Jacques, « Causerie », (...)
  • 75 Le proudhonisme exerça une influence déterminante sur les libéraux progressistes, comme Victor Arno (...)
  • 76 Jacques, « Boîte du journal », La Chronique, 7.4.1873.

43Beaucoup plus radical que lui, le romancier Émile Leclercq a défendu une position plus cohérente et surtout plus extrême, qui consistait à refuser systématiquement toute forme d’aide ou de subside de la part de l’État et à prôner systématiquement la participation des artistes, fussent-ils peintres ou écrivains, aux décisions qui les concernaient74. Cette position traduit différents facteurs : une composante de type radical, qui prône systématiquement la décentralisation (sans doute est-ce une anti-position politique dans la mesure où les doctrinaires, au pouvoir, tiennent les rênes de l’État), l’influence d’un penseur comme Proudhon, qui a fortement orienté la gauche belge dans les années soixante75 et la place occupée par Leclercq dans le champ littéraire, qui le pousse à adopter une stratégie fondée sur une rupture esthétique et à défendre son statut de romancier réaliste76.

44Loin de se contenter de dénoncer la domination des libéraux doctrinaires sur la vie artistique, les progressistes mettront en place un réseau culturel concurrent à celui de l’État, comme ils l’avaient fait dans d’autres secteurs de la vie sociale, dans lequel certains écrivains trouveront une place. Reste que, dans les années soixante-septante, se mêlent, à gauche, des revendications à la fois symboliques et politiques qui allient à la défense du « peuple » celle des écrivains. Cette critique fonde la revendication de l’autonomie du champ littéraire sur l’opposition au régime libéral et doctrinaire de 1857. Elle trahit un système d’alliance, où la fraction dominée du champ littéraire rejoint la fraction dominée du champ politique et où ce dernier impose ses déterminations à l’ensemble de la vie littéraire.

Haut de page

Notes

1 Selon M. Dufrenne, « Ce qui se dissimule sous les traits aimables d’une aide de l’État à l’art, c’est la subordination de l’art à la politique » (Art et politique. Paris, U.G.E., coll. 10/18, 1974).

2 Pour plus de détails, cf. Michaux (M.), Entre politique et littérature : les écrivains belges du réel (1850-1880). Thèse de doctorat, U.L.B., 1998, 2 vol.

3 La « Bibliothèque nationale », par exemple, subsidiée par l’État et publiée par l’éditeur Jamar ; cf. Dopp (H.), La Contrefaçon des livres français en Belgique 1815-1822. Louvain, Lib. universitaire, 1922, pp. 193-194.

4 À titre d’exemple, on voit l’ex-ministre de l’intérieur Charles Rogier, revenu dans l’opposition en 1841, interpeller sans cesse le gouvernement sur sa politique culturelle, reprochant à ses adversaires d’essayer d’imposer leurs directives aux artistes et réclamant pour les Arts des crédits supplémentaires ; cf. Hymans (L.), Histoire parlementaire de la Belgique. Bruxelles, Bruylant-Christophe, 1880, t. 1, Chambres des Représentants, 22.12.1842, p. 269.

5 La réorganisation de l’Académie en trois classes, en 1845, sous le ministère du libéral Sylvain Van de Weyer, est une manifestation de cette tentative : la récente classe des Beaux-Arts constitue un réservoir potentiels de jeunes intellectuels favorables au libéralisme.

6 Entre 1830 et 1848, « Literary habilities are regarded as the obvious precondition of a political career and political influence is often the reward for literary services » (Hauser (A.), The Social History of Art. New-York, A.A. Knopf, t. 2, p. 725).

7 Cf. « Notice sur P.-J.-F. De Decker, membre de l’Académie », Annuaire de l’Académie royale. Bruxelles, Hayez, 1892, p. 224.

8 Cf. Biographie nationale, t. 27, col. 245 et sq.

9 Sur Ch. Rogier et son rôle de protecteur des Arts, cf. Charles Rogier. Catalogue de l’exposition, 21 octobre-28 novembre 1981, Saint-Josse-ten-Noode ; et Discailles (E.), Charles Rogier (1800-1885) d’après des documents inédits. Bruxelles, Lebègue, 1895, t. iv, passim.

10 Cf. Séverin (F.), Théodore Weustenraad, poète belge. Bruxelles, Édition de la Belgique artistique et littéraire, 1914, p. 112.

11 En 1847, la succession de Philippe Lesbroussart à l’Université de Liège est ouverte. Rogier, alors Ministre de l’Intérieur, hésite entre plusieurs candidats, dont Weustenraad, Wacken et Félix Van Hulst. Finalement, et sans doute dans un but de conciliation, le ministre décide d’octroyer le poste à un Français, Sainte-Beuve, ce qui soulève l’indignation des écrivains et provoque la rancune de Weustenraad à l’égard de Rogier, dont il était assez proche auparavant. Cf. Théodore Weustenraad, poète belge, op.cit, pp. 165-181 ; Piron (M.), « Liège et l’affaire Sainte-Beuve », dans BARLLF, t. xlvii, n°3-4, Bruxelles, 1969, pp. 228-248.

12 Cf. p.e. Leclercq (E.), L’Art est rationnel. Bruxelles, Office de Publicité, 1882, p. 220.

13 Bien que Rogier ne modifie en aucune façon sa stratégie antérieure : en 1854, lorsqu’il perd son mandat de député, c’est vers un autre « ministère » qu’il se tourne, la présidence du Cercle artistique et littéraire qui lui est triomphalement offerte ; cf. Hymans (L.), Histoire parlementaire de la Belgique, op.cit., t. 4, p. 374. En 1861, ayant cédé le ministère de l’Intérieur à Vandepereboom, il continuera malgré tout à accorder sa protection, à titre privé, à un certain nombre de littérateurs qui continuent à voir en lui un protecteur des arts et lettres ; cf. Lettres du 4.12.1872, 5.9.1878, 23.7.1878 (Papiers Rogier, A.G.R., n°165-188).

14 « Tout au long du xixe siècle, la nécessité de justifier et de légitimer la naissance de l’État belge restera, en effet, une priorité dans les sphères officielles et, parmi les moyens mis en œuvre, les beaux-arts conserveront leur place privilégiée » (Ogonovsky-Steffens (J.), « Regards sur la peinture monumentale d’histoire en Belgique au xixe siècle », dans Charles Degroux (1825-1870) et le réalisme en Belgique. Bruxelles, Éd. du Crédit communal, p. 63).

15 André Van Hasselt est un des premiers écrivains belges à bénéficier, en 1833, d’un subside pour publier un recueil de poésie ; cf. Enseignement supérieur, ancien fonds, n°281 (A.G.R.).

16 Les Arrêtés Royaux concernant les subsides accordés aux lettres sont conservés dans le fonds Beaux-Arts. Arrêtés des Archives Générales du Royaume.

17 Solvay (L.), Une vie de journaliste. Bruxelles, Office de Publicité, 1934, pp. 124-125 ; Romberg (E.), Quelques souvenirs d’un ancien directeur des Beaux-Arts (1859-1862). Bruxelles, Weissenbruch, 1897, pp. 24-25.

18 C’était le souhait de l’académicien Édouard Fétis (cf. L’Art dans la société et dans l’État. Bruxelles, Hayez, 1870, p. 95).

19 Lettre du 10.2.1847, n°282, Enseignement supérieur, ancien fonds (A.G.R).

20 Le salaire annuel — très modeste — d’un instituteur tourne aux alentours de 1500 fr. (par an) et ce, sans subir de grandes variations pendant les trente années qui nous occupent.

21 C’est le cas pour Charles De Coster.

22 Cf. « Les boursiers de 1995 », Le Carnet et les instants, n°91, 15.1/15.3.1996, p. 56.

23 Sur L. Alvin, cf. Biographie nationale, t. 10 , col. 44.

24 Sur A. Mathieu, cf. Biographie nationale, t. 14, col. 33.

25 Cf. Greyson (E.), L’Administration par un ancien rond-de-cuir. Bruxelles, Rozez, 1895 ; et Vanzype (G.), Au temps du silence. Bruxelles, Office de Publicité, 1939, pp. 48-49.

26 Cf. Romberg (E.), Quelques souvenirs..., op.cit.

27 Sur J. Rousseau, cf. Biographie nationale, t. 20, col. 237-243.

28 Cf., p.e., A.R. du 31.12.1858, n°25 ; A.R. du 4.6.1861, n°28 (Beaux-Arts. Arrêtés, A.G.R.).

29 C’est le cas, par exemple, d’Auguste Baron, professeur à l’Université de Liège, et de l’historien Théodore Juste.

30 Cf. Potvin (Ch.), Eugène Van Bemmel. Bruxelles, Hayez, 1882.

31 A.R. du 20.6.1870, n°36, Beaux-Arts. Arrêtés (A.G.R.).

32 A.R. du 4.6.1878, n°44, idem.

33 A.R. du 9.7.1878, n°44, idem.

34 Paradoxalement l’un des auteurs les plus subsidiés du temps alors que son œuvre écrite en flamand, rencontre en France, une fois traduite, un franc succès.

35 Lettre du 14.11.1857, Dossier Maurage, n°280, Enseignement supérieur, ancien fonds (A.G.R.).

36 Sur A. Maurage, cf. Étoile Belge, 30.9.1894.

37 Sur J. Dulieu, cf. De Smet (A.), Voyageurs belges aux États-Unis du 17e siècle à 1900. Notices biographiques. Bruxelles, 1959, pp. 65-66 ; et Trousson (R.), Charles De Coster ou la vie est un songe. Bruxelles, Labor, 1990, p. 127.

38 Sur J. Rousseau, cf. supra.

39 Émile Leclercq, par exemple, fut tardivement promu à la dignité inattendue d’inspecteur des Beaux-Arts, ce qui marquait pour lui l’aboutissement d’un parcours jusque là désordonné de peintre, de critique d’art, de romancier et de journaliste.

40 Sauf pendant la période 1855-1857, où règne encore à la chambre une majorité catholique, la présidence de l’Académie est libérale : ainsi, pendant l’intermède catholique de 1870-1878, ce sont des libéraux qui président l’Académie (Ad. Quételet, J.B. Liagre, le général Brialmont, C. Faider, L. Alvin, C. Houzeau, J. Leclercq).

41 Lettre du Ministre de l’Intérieur du 12.9.1849 (Correspondance Quételet, Archives de l’Académie royale de Belgique, n°1836-2040).

42 Notamment par la création de la Classe des Lettres de l’Académie, la tentative de prise de contrôle de la première Société des Gens de Lettres belges et, plus tard, la fondation du Cercle artistique et littéraire de Bruxelles.

43 Pour les prix triennaux, la récompense varie de 500 à 1500 fr. selon la volonté du Ministre de l’Intérieur. La pièce est en principe représentée aux fêtes de septembre. Si elle n’est pas représentée, une indemnité de 500 à 1500 fr. est accordée à l’auteur.

44 Cf. Alvin (L.), André Van Hasselt, sa vie et ses travaux. Bruxelles, Muquardt, 1877, pp. 149-173.

45 Sur F. Loise (1825-1904), littérateur, professeur dans l’enseignement moyen, cf. Notices biographiques et bibliographiques des membres de l’Académie, Bruxelles, Hayez, 1897, p. 529.

46 « M. Loise et M. Van Bemmel », Journal des Beaux-Arts et de la Littérature, 30.6.1878.

47 Bruxelles, Hayez, 1870.

48 Sur Éd. Fétis, membre de l’Académie dès 1847, critique à L’Indépendance, conservateur à la Bibliothèque Royale, professeur à l’Académie des Beaux-Arts, cf. 150 ans de vie artistique. Documents et témoignages. Académie royale de Belgique, Bruxelles, Palais des Académies, 1980, pp. 240-244.

49 Idem, pp. 65-66.

50 Idem, p. 120.

51 Cf. Greyson (E.), « Correspondance particulière », Journal des Beaux-Arts et de la Littérature, 30.11.1870.

52 Prix quinquennaux et triennaux 1850-1870. Bruxelles, Lacroix-Verboeckhoven, 1870, p. 184.

53 Sur Ch. Potvin, cf. Michaux (M.), op.cit., pp. 344-355.

54 Les jurys comptent en moyenne deux catholiques pour cinq libéraux. Sur la composition des jurys, cf. surtout Prix quinquennaux et triennaux 1850-1870, op.cit. ; et Les Prix quinquennaux et triennaux en Belgique. Rapports 1871-1882, Extrait du Moniteur belge du 1.12.1883, n°135.

55 Pour le prix quinquennal, il s’agit de : pour la première période (1848-1852), H. Moke, A. Baron, Th. Weustenraad ; pour la troisième période (1858-1862), A. Mathieu ; pour la quatrième période (1863-1867), Ch. Potvin ; pour la cinquième période (1868-1872), E. Fétis ; pour la huitième période (1883-1887), C. Lemonnier.

56 À ce sujet, cf. Bennett (J.H.B.), « André Van Hasselt et Alfred Michiels, leur querelle en 1846 et ses conséquences pour le prix quinquennal de littérature en 1853 », Revue Belge de Philologie et d’Histoire, t. 40, 1962, pp. 693-713.

57 Van Bemmel, Potvin, Stécher, Stappaerts, Snellaert et Considérant peuvent être considérés comme tels.

58 Van Bemmel, Rivier et Pergameni sont professeurs à l’U.L.B. ; Stécher et Le Roy à l’Université de Liège ; Fuerison est professeur à l’Université de Gand ; Hallard et De Monge, à l’Université de Louvain ; Couvez enseigne à l’Athénée de Bruxelles.

59 Il est enregistré comme « publiciste » dans l’Index biographique des membres, correspondants et associés de 1796 à 1984 de l’Académie (Bruxelles, Palais des Académies, 1984).

60 Siret (A.), « Des nouveaux crédits demandés aux chambres pour l’encouragement de la littérature et des Beaux-Arts », Journal des Beaux-Arts et de la Littérature, 15 avril 1859.

61 Prix quinquennaux et triennaux 1850-1870, op.cit., p. 207.

62 Pour un historique complet de ceux-ci, cf. Faber (F.), Histoire du théâtre français en Belgique. Bruxelles-Paris, J. Olivier-Tresse, 1880, t. 5, pp. 59 et s.

63 A.R. 30.9.1859.

64 Siret (A.), « Questions d’art et de littérature à l’ordre du jour », Journal des Beaux-Arts et de la Littérature, 15.10.1863.

65 Hasse (J.-L.), Compte-rendu des travaux du Congrès littéraire belge. Anvers, L. De la Montagne, 1878, p. 65.

66 Prix quinquennaux et triennaux 1850-1870, op.cit., p. 161.

67 Pour la critique du côté catholique, cf. Siret (A.), Journal des Beaux-Arts et de la Littérature : « Le sentiment national, à propos du rapport du jury pour le prix triennal de littérature française », 15.6.1861 ; « Le rapport du jury pour le prix quinquennal de littérature française », 12.6.1863  « Questions d’art et de littérature à l’ordre du jour », 15.10.1863 ; « Les prix quinquennaux », 15.6.1868, 15.7.1858, 31.7.1868 ; « Le théâtre national », 31.10.1877.

68 [Potvin (Ch.)], « Arts gueux et Arts nobles », dans Almanach des arts et de la littérature en Belgique. Bruxelles, Fr. Van Meenen et Cie, 1860, p. 19.

69 Idem, p. 23.

70 Idem, p. 28.

71 Idem, p. 33.

72 Idem, p. 40.

73 Comme par exemple le patronage du poète-ouvrier Félix Frenay.

74 Leclercq (E.), « Questions d’art », Revue de Belgique, 1870, t. 6, p. 176 ; Jacques, « Causerie », La Chronique, 3.4.1873 ; La Chronique, 6.2.1872.

75 Le proudhonisme exerça une influence déterminante sur les libéraux progressistes, comme Victor Arnould, Guillaume De Geefs et Hector Denis, fondateurs du journal La Liberté ; cf. Bertrand (L.), Histoire de la démocratie et du socialisme en Belgique depuis 1830. Bruxelles, Dechenne et Cie, 1907, t. 2, p. 79.

76 Jacques, « Boîte du journal », La Chronique, 7.4.1873.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Michaux, « Le premier système d’aide aux lettres en Belgique (1850-1880) », Textyles, 15 | 1999, 112-122.

Référence électronique

Marianne Michaux, « Le premier système d’aide aux lettres en Belgique (1850-1880) », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/1102 ; DOI : 10.4000/textyles.1102

Haut de page

Auteur

Marianne Michaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals