Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Adrienne et Luc Fontainas, Edmond Deman éditeur (1857-1918). Art et Édition au tournant du siècle

Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1997, 356 p.
Pascal Durand
p. 219-221
Référence(s) :

Adrienne et Luc Fontainas, Edmond Deman éditeur (1857-1918). Art et Édition au tournant du siècle. Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1997, 356 p.

Texte intégral

1Pour des raisons diverses, qu’il serait trop long de détailler ici, il n’existe pas encore à ce jour — sauf par fragments dans quelques poussiéreux volumes d’érudition — d’histoire de l’édition en Belgique. Quelques monographies ouvrent cependant la voie en cette direction. Ainsi de l’étude que Colette Baudet avait consacrée, en 1986, à Kistemaeckers (Labor, coll. Archives du Futur). Ainsi également, sorti des mêmes presses, de l’essai qu’Adrienne et Luc Fontainas ont cosigné sur l’éditeur bruxellois Edmond Deman.

2L’importance de l’ouvrage tient d’abord à son sujet. Éditeur des Poésies de Mallarmé (1899), Edmond Deman avait tout jusqu’ici de l’inconnu célèbre. On devinait qu’il avait joué un rôle actif sur la scène du symbolisme en Belgique, on savait que sa réputation d’esthète et d’artisan (mais aussi de type honnête) avait gagné Paris. Au-delà, peu de choses, rien de bien précis en tout cas, et rares sont les lecteurs ayant eu l’occasion de tenir entre leurs mains un des beaux objets confectionnés parcimonieusement par le libraire-éditeur de la rue de la Montagne. Le voile est à présent levé. En 356 pages fort bien illustrées (portraits, plans, couvertures, pages de titre), Adrienne et Luc Fontainas mettent en lumière, avec une grande rigueur documentaire, la trajectoire du libraire puis celle de l’éditeur, détaillant titre par titre — et ce n’est jamais lassant — « la vie des éditions », les rapports entretenus avec les auteurs (négociations, atermoiements, patiences, impatiences) et la responsabilité créatrice chaque fois engagée dans le choix des œuvres et la mise en forme du livre par un homme qui ne sépara jamais la volupté du beau papier, le charme d’une typographie soignée, la séduction de l’illustration et le plaisir du texte.

3Ami de Verhaeren, qu’il rencontre dès 1876 à l’université de Louvain, ami d’Albert Giraud, d’Iwan Gilkin mais aussi de Rassenfosse et Van Rysselberghe, Edmond Deman — comme Léon Curmer soixante ans plus tôt en France — incarne en effet, par excellence, la figure de l’éditeur artiste, aussi attentif à la qualité littéraire des textes qu’il publie qu’à leur facture typographique et à leur illustration. C’est qu’il y a, en lui, du poète raté ou du poète rentré (« Que n’ai-je la voix du poète ! », s’exclame-t-il après avoir publié des vers de mirliton dans La Semaine des étudiants de Louvain, voir p. 15), autant dans le soin qu’il apporte à l’esthétique de ses ouvrages que dans son évident mépris à l’égard des servitudes commerciales du métier (« L’édition, confie-t-il, c’est ma danseuse », p. 91). Libraire bibliophile, Deman éditera de 1888 à 1912 des livres pour bibliophiles : rares, richement ornementés, coûteux, impeccables. En petit nombre : le catalogue complet ne compte que 54 titres et quelques albums de planches (Redon, Meunier, Donnay). Mais ce catalogue aligne les signatures de Verhaeren (un tiers de toute la production griffée Deman), Gilkin, Maeterlinck, Lemonnier, Crommelynck et celles de Mallarmé, Gustave Kahn, René Ghil, Villiers de l’Isle-Adam, Barbey d’Aurevilly ou encore Léon Bloy. Ses illustrateurs : Rops, Van Rysselberghe, George Minne, Khnopff, Auguste Donnay, Léon Spilliaert. On a vu des palmarès moins prestigieux.

4Deman, toutefois, ce n’est pas seulement un catalogue : c’est un sens du métier et de la dignité culturelle de l’éditeur, dont témoigne le fait que, dans son édition des Soirs de Verhaeren, qui fit tant pour sa réputation auprès de Mallarmé, il fait figurer sa marque, non pas au bas de la page de couverture, comme d’ordinaire, mais au centre de celle-ci, affichant de la sorte la conscience qu’il a d’être un partenaire du poète, celui qui transfigure le manuscrit (chose achevée, singulière, fermée) en un livre (chose ouverte, mobile, apte à circuler sur le marché des valeurs littéraires). Toute la brève carrière de l’éditeur — c’est ici l’autre mérite d’Adrienne et Luc Fontainas de le mettre nettement en exergue — sera celle d’un cocréateur, engagé dans la cause du symbolisme et pratiquant le travail en équipe avec « ses » poètes, « ses » illustrateurs et son imprimeur (voir pp. 158-160). Du coup, en explorant les archives et la correspondance de l’éditeur, c’est bien en effet à la description d’un micro-milieu culturel (« art et édition au tournant du siècle ») que se sont livrés Adrienne et Luc Fontainas, et l’on y apprendra autant sur Deman lui-même que sur ceux qui gravitèrent autour de lui, poètes et illustrateurs reconnus (de Gilkin à Ghil, de Rops à Redon) ou écrivains tombés dans l’oubli (Fernand Roussel, Albert Saint-Paul, Thomas Braun). Intense et vaste, la coopération Deman/Verhaeren méritait ainsi les longs développements qui lui sont réservés : le poète maison fut aussi un chasseur de talents, un pourvoyeur de textes, auquel on doit d’avoir mis Mallarmé en contact avec l’éditeur bruxellois (comme Bloy le sera par Léon Wagemans). Les spécialistes du poète tiennent du reste, avec les sections réservées aux trois ouvrages du « Maître » édités par Deman (Les Poèmes d’Edgar Poe en 1888, Pages en 1891 et l’édition posthume des Poésies en 1899) un dossier très détaillé de ce qui constitue assurément le plus visible titre de gloire de l’éditeur. Quant à ceux de Bloy, ayant toutes les pièces en main de la mise en chantier du Mendiant ingrat (1898), ils auront à rendre à la patience et à la générosité de Deman l’hommage qui leur est dû.

5Il ne faut cependant pas demander à cette monographie, si remarquable et bien documentée soit-elle, plus qu’elle ne saurait donner. À ce travail d’érudit et d’historien fait défaut la troisième dimension du social. En centrant leur propos et leurs recherches sur une collection de fortes personnalités (l’éditeur et ses artistes), Adrienne et Luc Fontainas entérinent à leur tour une conception individualiste et quelque peu héroïque de la démarche éditoriale, vers laquelle se déplacerait la vénération ordinairement réservée aux seuls auteurs. La courte période d’activité de l’éditeur prend sans doute, ainsi, tout l’éclat d’une étoile filante. Mais la compréhension du phénomène Deman aurait gagné en profondeur si celui en qui Georges Doutrepont (cité p. 17) voyait « le futur Lemerre du futur Parnasse belge » avait été resitué plus fermement dans le contexte éditorial belge de la seconde moitié du xixe siècle et ré-installé, d’autre part, dans la tradition plus longue des pratiques d’édition dans nos provinces. Ce qui permettrait, entre autres, de faire apparaître que la passion du beau livre et de la performance typographique, telle qu’elle a animé ce « fabricant d’écrins » (Huysmans, cité p. 153), ne relevait pas d’un goût inné ni simplement d’une osmose due à la fréquentation amicale des poètes, mais pourrait bien être interprétée, paradoxalement, comme une conversion vers le haut, en éthos bibliophilique, de l’habitus techniciste que les contrefacteurs bruxellois ont transmis, après 1853, aux imprimeurs spécialisés dans l’édition religieuse (Casterman notamment). Sous cet angle, « l’activité d’Edmond Deman » laisserait voir ses limites et d’autres effets que « [le développement et l’imposition] en Belgique [du] goût du Livre » (Henri Liebrecht, cité p. 1). Car imposer le primat du « Livre » aux dépens des livres, satisfaire la passion des bibliophiles — « gens qui ne lisent point », comme le disait Mallarmé —, cela revenait aussi bien à privilégier de somptueux feux de paille aux dépens d’une véritable et durable politique de l’édition littéraire. C’est d’un Charpentier ou d’un Hachette plus que d’un Curmer ou un Ladvocat que les écrivains et les éditeurs de Belgique avaient besoin, au tournant du siècle, pour émerger collectivement.

6Une dernière remarque, qui est plutôt une suggestion. Pour expliquer l’aura éditoriale d’Edmond Deman, telle qu’elle a rayonné jusqu’à Paris, il faudrait tenir compte non seulement de la force d’attraction exercée par lui (et du rôle de passeur assumé efficacement par Verhaeren), mais aussi de la force d’expulsion exercée, à la fin du xixe siècle, par l’édition parisienne. Comme Lacroix & Verboeckhoven avaient récupéré les exilés du second Empire et Kistemaeckers les Communards, Deman récupère, avec Bloy ou Mallarmé, les exclus ou les déçus d’un système éditorial en crise : surchauffe et surproduction (en 1891-1892, on parle de « krach »), surpopulation des auteurs en particulier dans le genre poétique, conditions scandaleuses imposées (et souvent consenties par eux) à ceux qui ne relèvent pas de la littérature de grande consommation. Lemerre ou Vanier, avec leurs pratiques mercenaires et leurs contrats à compte d’auteur, ont été, parmi d’autres tenants de ce qu’on appelle pudiquement à l’époque la « librairie spéciale », de puissants repoussoirs en direction d’un Nord apparemment moins mercantile et certainement plus soucieux de la belle ouvrage. L’une des preuves en est qu’à partir du moment où l’édition parisienne se désengorge, au début du xxe siècle, les flux en direction de la Belgique se tarissent. Le tropisme franco-parisien reprend vigueur et rétablit durablement le sens habituel des migrations littéraires. En définitive, la réussite de Deman, parce qu’elle est ponctuelle, est aussi son échec. Sans doute est-ce, plus largement, l’échec du champ éditorial belge qui, non seulement, n’a pas su faire émerger d’autres Deman, mais n’a pas davantage réussi à dégager les conditions d’une véritable autonomie à l’égard du puissant champ voisin. Mais à Deman lui-même, ne serait-ce que pour avoir supporté à la fois l’ingrate mendicité de Léon Bloy et les « chinoiseries » typographiques de Mallarmé, il sera beaucoup pardonné.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Durand, « Adrienne et Luc Fontainas, Edmond Deman éditeur (1857-1918). Art et Édition au tournant du siècle », Textyles, 15 | 1999, 219-221.

Référence électronique

Pascal Durand, « Adrienne et Luc Fontainas, Edmond Deman éditeur (1857-1918). Art et Édition au tournant du siècle », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/1211

Haut de page

Auteur

Pascal Durand

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals