Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Robert Jouanny, Espaces littéraires d’Afrique et d’Amérique (Tracées francophones 1). Mélanges offerts à Robert Jouanny | Espaces littéraires de France et d’Europe (Tracées francophones 2). Mélanges offerts à Robert Jouanny

Paris-Montréal, L’Harmattan, 1996, 303 p. | Paris-Montréal, L’Harmattan, 1996, 317 p.
Louis Rouche
p. 221-222
Référence(s) :

Robert Jouanny, Espaces littéraires d’Afrique et d’Amérique (Tracées francophones 1). Mélanges offerts à Robert Jouanny. Paris-Montréal, L’Harmattan, 1996, 303 p.

Robert Jouanny, Espaces littéraires de France et d’Europe (Tracées francophones 2). Mélanges offerts à Robert Jouanny. Paris-Montréal, L’Harmattan, 1996, 317 p.

Texte intégral

1Amis et disciples de Robert Jouanny publient ces deux volumes rassemblant ses principaux articles. Professeur à la Sorbonne, trotteur en tout lieu du globe et animateur enthousiaste de la vie francophone transfrontalière, il a consacré sa thèse à Jean Moréas, enseigné le français en Grèce et le grec en France. Sa thèse complémentaire portait sur l’œuvre néo-grec de Jean Moréas, (de laquelle plus d’un apprend ainsi l’existence !). N’oublions pas non plus que Textyles le voit figurer dans ses membres correspondants.

2Il a tout lu et lit toutes les langues — notamment le grec moderne, il y tient. À quoi servent des gens pareils ? À nous raconter leurs lectures. Ainsi — et cela s’appelle histoire littéraire —, savons-nous ce qu’il y a dans les livres dont nous ignorions parfois jusqu’à l’existence ; ainsi désirons-nous de les découvrir aussi ; ainsi, puisqu’il faut choisir, n’achetons-nous pas un poète dans un sac ; ainsi, les auteurs que nous avions déjà rencontrés, les mettons-nous en relation avec d’autres, avec des lieux, avec des faits. À une époque où les professeurs de lettres semblent s’évertuer à remplacer le texte par son Idée platonicienne flottant au ciel des nues et des signes, Robert Jouanny s’affirme historien des lettres, puisque, de la Société d’Histoire littéraire de la France, il a été longtemps le secrétaire avant d’être fait membre d’honneur.

3Trois grands thèmes dominent dans ce double recueil d’articles : la culture gréco-latine dans ses persistances modernes ; la francophonie, surtout dans ses composantes nègres et haïtiennes ; le surréalisme.

4Sous cette plume allègre que nul souci de jargon n’obscurcit jamais, on ne cesse de s’instruire. Citons les pages passionnantes sur le monde grec vu par Léopold Senghor. L’un impressionne l’autre et le conduit à penser d’abord ceci : l’Europe, c’est la raison ; l’Afrique noire, c’est le rythme et l’émotion. Puis Senghor découvre, en esprit mû par la volonté du synthétique et de l’universel, le métissage comme voie de l’avenir, où le Noir et le Grec se complèteront pour créer l’homme — et nous retrouverons des Noirs à New York rêvant du jour où leur race enfin civilisera les States. Ensuite, il s’avise que le monde grec ancien était lui-même produit de métissage, — là, il s’avance, mais s’il était remonté seulement jusqu’à l’empire romain, comment lui donner tort ?

5Autre exemple : celui de la race latine que des Provençaux, des Catalans et le Roumain de service imaginèrent à la fin du siècle dernier, dans la grandiose perspective d’une civilisation italienne, française, espagnole, unifiée et guidant l’humanité. Ils s’arrêtèrent à temps : si cette association avait perduré, Mussolini s’en fût proclamé le protecteur à vie. Ici, du reste, nous voudrions Jouanny plus savant encore. N’y aurait-il pas un lien de ce courant de pensée avec la jeunesse et la genèse de Charles Maurras ?

6Il y a aussi Haïti où s’affrontent les tenants d’une littérature française de Haïti qui se réclament d’exemples divers dont le belge (eh oui !) et ceux qui voudraient écrire en créole ou du moins y composer des œuvres orales (ils n’excipent pas, ceux-là, d’un créole belge !). On sent que Jouanny souhaite in petto que le français ne soit pas mis à l’écart, mais c’est avec ferveur et sympathie qu’il court, jamais las de savoir, des uns aux autres.

7On ne cesserait de citer, jusqu’à tel rapprochement, un peu rapide après tout, entre Hergé et Conrad Detrez, dont les itinéraires, un moment du moins, semblent se croiser, dans leur quête de l’Amérique latine. Tout ici se propose sous le signe des lointains, si ce n’est l’immobile Maurice de Guérin : Duhamel, Loti et Leconte de Lisle sont là pour l’Égypte, le Proche-Orient et La Réunion ; Le Mercure de France parce qu’on y signalait les écrits d’ailleurs, y compris le Nieuwe Gids ; Malraux pour l’Espagne ; Simenon pour les ports et Ducharme, Québécois, pour sa mise en abyme des Hauts de Hurlevent.

8La tête bruissante d’images, on referme ces deux gros volumes, désespéré que la vie soit courte, mais félicitant la planète de compter des habitants comme Jouanny. Ils nous donnent envie de les imiter illico, et de dévorer l’imprimé pour plus sûrement dévorer le monde. Sans omettre d’apprendre le grec moderne, cela va sans dire, et sans aller, comme ce Valéry Larbaud, commettre à Athènes le péché de transcrire le nom d’une rue comme si c’était du grec ancien !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Rouche, « Robert Jouanny, Espaces littéraires d’Afrique et d’Amérique (Tracées francophones 1). Mélanges offerts à Robert Jouanny | Espaces littéraires de France et d’Europe (Tracées francophones 2). Mélanges offerts à Robert Jouanny », Textyles, 15 | 1999, 221-222.

Référence électronique

Louis Rouche, « Robert Jouanny, Espaces littéraires d’Afrique et d’Amérique (Tracées francophones 1). Mélanges offerts à Robert Jouanny | Espaces littéraires de France et d’Europe (Tracées francophones 2). Mélanges offerts à Robert Jouanny », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/1216

Haut de page

Auteur

Louis Rouche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals