Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

[Magritte (René), Nougé (Paul)], Le Catalogue Samuel | Les Souvenirs déterminants | La Terre n’est pas une vallée de larmes

Préface de Tom Gutt. Bruxelles, Didier Devillez, 1996, 70 p. | Avant-propos de Philippe Dewolf. Bruxelles, Didier Devillez, coll. Fac-Similé, 1996, 133 p. | Préface de Xavier Canonne. Bruxelles, Didier Devillez, coll. Fac-Similé, 1996, [80 p.].
Damien Grawez
p. 228-229
Référence(s) :

[Magritte (René), Nougé (Paul)], Le Catalogue Samuel, Préface de Tom Gutt. Bruxelles, Didier Devillez, 1996, 70 p.

[Magritte (René), Nougé (Paul)], Les Souvenirs déterminants. Avant-propos de Philippe Dewolf. Bruxelles, Didier Devillez, coll. Fac-Similé, 1996, 133 p.

[Magritte (René), Nougé (Paul)], La Terre n’est pas une vallée de larmes. Préface de Xavier Canonne. Bruxelles, Didier Devillez, coll. Fac-Similé, 1996, [80 p.].

Texte intégral

1La passionnante aventure éditoriale imaginée par Didier Devillez, au seuil des années 90, a déjà été évoquée dans les précédents numéros de Textyles. Cette expérience continue, fidèle à son pari de qualité et de rigueur. En attestent particulièrement les deux derniers-nés de la collection « Fac-similé », inaugurée en 1993 et dont l’intitulé souligne la vocation : Le Catalogue Samuel et La Terre n’est pas une vallée de larmes.

2Le « titre » du premier de ces volumes lui fut donné a posteriori par Paul Nougé qui en est, avec René Magritte, le coauteur anonyme. Ouvrage à fonction non littéraire, non artistique : un véritable catalogue chargé de présenter aux clients de la Maison Samuel une collection de fourrures pour l’hiver 1928. Le tout se compose de seize illustrations conçues par Magritte, accompagnées d’une présentation et de brefs commentaires rédigés par Nougé. Tom Gutt, dans sa brillante préface, souligne avec raison le caractère paradoxal de pareille réédition : « […] on réédite Le Paysan de Paris, Nadja, qui malgré les mises en garde de leurs auteurs n’en ressortissent pas moins à la littérature. Ces ouvrages sont ce qu’ils étaient. Or, le Catalogue en 1996 a perdu sa raison d’être. Il n’est pas, lui, ce qu’il était. L’on ne réédite pas le Catalogue, mais un ensemble de mots, d’images, qui, s’ils n’ont plus rien à voir avec leur sens originaire, en ont sans doute un autre, mais qui suffit : la littérature l’a rattrapé, le ver était dans le fruit » (p. 7). C’est que le Catalogue, insiste le préfacier, est un pur produit nougéen : une intervention poétique occulte qui ne fut assurément pas comprise par la clientèle choisie de la Maison Samuel, mais qui reste aujourd’hui, outre un beau problème pour les spécialistes de la réception littéraire, l’expression parfaite de l’idéal moral dont Paul Nougé se fit l’intransigeant théoricien, au sein de la sphère surréaliste francophone : « Le dégoût, le mépris, voire la haine du comportement littéraire et, plus loin, artistique sont une des premières clefs de Nougé » (p. 30).

3Des clefs, Tom Gutt en fournit à suffisance, et des plus éclairantes. Son introduction, volontiers polémique (« Pauvre Roque ! », s’exclameront immanquablement les lecteurs) mais d’un intérêt qui ne faiblit pas, défend l’idée d’une prédominance absolue de l’élément textuel sur son correspondant iconographique : « Si elles [les images de Magritte] se sauvent par quelque biais, c’est par où elles servent, mieux que de supports aux manteaux de Samuel, de prétextes aux textes de Nougé. Livrées à elles [sic] les images ne valent guère » (p. 14). Des document inédits viennent étayer le discours préfaciel, qui accroissent d’autant l’intérêt du volume. Les travaux préliminaires de Paul Nougé sont en effet reproduits en fac-similé et / ou retranscrits dans le corps du texte — non sans erreur hélas, comme on peut s’en rendre compte en parcourant la seconde série de commentaires préparatoires : de neuf fragments manuscrits, heureusement reproduits en fac-similé à la page 27, nous passons à huit unités dactylographiées (p. 26), les cinquième et sixième commentaires étant fondus en un seul. Coût de l’opération : la disparition de deux phrases. Ce malencontreux bourdon n’altère toutefois pas la pertinence du dispositif général, qui permet non seulement de suivre la genèse du texte nougéen — vers une concision sans cesse accrue —, mais aussi de mesurer l’autonomie du poète dans sa collaboration avec Magritte. Cela donne, au total, un volume capital, qui constitue sans nul doute un des plus beaux hommages jamais rendus à Paul Nougé.

4Avec La Terre n’est pas une vallée de larmes, nous changeons de registre et d’époque. L’unique numéro de cette publication collective, placée sous la direction de Marcel Mariën, fut imprimé en février 1945. Son sommaire, que Xavier Canonne décrypte dans la préface du reprint, est le produit des initiatives entreprises sous l’occupation par Mariën et Christian Dotremont. Ce dernier envisageait de publier une revue intitulée L’Armoire, dont le projet n’aboutit finalement pas et vint se fondre dans celui de La Terre… Cela put se faire sans grosse difficulté, puisque les deux hommes étaient à l’époque fort proches, et partageaient les mêmes amitiés — avec les membres du groupe parisien La Main à plume, notamment, emmené par Noël Arnaud. Contact privilégié des deux jeunes surréalistes belges, Arnaud figure en toute logique au sommaire de La Terre…, aux côtés d’André Breton avec qui, dès 1946, les contacts deviendront orageux. Le Pape du surréalisme n’admettra pas, en effet, le stalinisme de ses disciples, dont certains (Dotremont, Arnaud) se regrouperont sous la bannière du Surréalisme-révolutionnaire. Ces dissensions d’ordre politique feront échouer le projet d’un autre volume collectif franco-belge, Le Vierge, le vivace et le bel aujourd’hui, dont Xavier Canonne fait l’hypothèse qu’il devait en fait constituer le second numéro de La Terre n’est pas une vallée de larmes. Ces supputations se fondent sur l’analyse de documents inédits — le sommaire prévu pour Le Vierge…, par exemple, détaillé en page 13 — issus pour certains des précieuses archives de Noël Arnaud.

5Pour terminer, on mentionnera la parution, en 1996 également, et toujours chez Didier Devillez, d’un volume intitulé Les Souvenirs déterminants, préfacé par Philippe Dewolf. Marcel Lecomte, qui obtint à ce sujet le soutien de Franz Hellens et de Jean Paulhan, fut l’initiateur de ce projet formulé au début de la seconde guerre mondiale. Il s’agissait de rassembler les témoignages de diverses personnalités francophones sur « nos souvenirs liés au monde, lorsqu’ils nous révèlent une certaine minute de notre vie dont la lueur alors semble nous précéder sur le chemin, éclairer et défendre à la fois notre visage » (M. Lecomte, « Introduction à une méthode du souvenir déterminant », p. 11). Plusieurs de ces textes furent publiés en revue ou en volume (ceux de Jacques Masui, René Micha, Jean Grenier, René Daumal, Jean Paulhan…) ; d’autres ne furent jamais édités (les contributions de Jean Pfeiffer, Paul Colinet et Paul Desmeth). Certains, enfin, ne virent jamais le jour ou se perdirent entre Paris et Bruxelles — l’on songe aux textes vraisemblablement écrits, selon Philippe Dewolf, par Georges Lambrichs et Paul Méral, Camille Goemans et Franz Hellens, René de Solier et Raoul Ubac… Le projet de publication collective, quant à lui, ne se concrétisa pas. Il eût pourtant donné lieu, de l’avis de Franz Hellens lui-même, à un beau volume de la collection « Métamorphoses » (cf. Archives Paulhan, IMEC, Paris).

6Chacun des trois livres ici présentés cristallise, à sa manière, certaines tendances qui marquèrent profondément l’histoire du surréalisme en Belgique. Le Catalogue Samuel et Les Souvenirs déterminants, par exemple, concrétisent la distance séparant les conceptions que se faisaient Nougé et Lecomte de l’écriture. La proposition bien connue du second — « Nous fûmes ainsi quelques-uns à vouloir sortir de la littérature, mais je crois que pendant tout un temps, je fus seul à penser que l’on ne pouvait guère en sortir que par elle-même » (1964) — acquiert tout à coup, confrontée au Catalogue, comme une nouvelle évidence. De même, la comparaison du sommaire de La Terre n’est pas une vallée de larmes au projet des Souvenirs déterminants, qui trouva des échos dans les revues non communistes Messages, Réponse ou Les Cahiers de la Pléiade, permet de retrouver le fil des débats politiques qui, à la Libération, agitèrent les milieux littéraires belges et français. Nous donner le plaisir de retrouver ces jalons sous la forme d’objets-livres, n’est pas le moindre des mérites de Didier Devillez.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Grawez, « [Magritte (René), Nougé (Paul)], Le Catalogue Samuel | Les Souvenirs déterminants | La Terre n’est pas une vallée de larmes », Textyles, 15 | 1999, 228-229.

Référence électronique

Damien Grawez, « [Magritte (René), Nougé (Paul)], Le Catalogue Samuel | Les Souvenirs déterminants | La Terre n’est pas une vallée de larmes », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/1240

Haut de page

Auteur

Damien Grawez

F.N.R.S.-U.C.L

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals