Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Caroline Gravière, Une Parisienne à Bruxelles. Préface de Marianne Michaux

Bruxelles, Académie royale de Langue et de Littérature françaises, coll. Histoire Littéraire, 1998, 122 p.
Aurore Boraczek
p. 236-237
Référence(s) :

Caroline Gravière, Une Parisienne à Bruxelles. Préface de Marianne Michaux. Bruxelles, Académie royale de Langue et de Littérature françaises, coll. Histoire Littéraire, 1998, 122 p.

Texte intégral

1La volonté des éditions de l’Académie de rééditer des auteurs belges injustement oubliés a permis la publication d’un bref roman de Caroline Gravière, dont le ton incisif et mordant sert à merveille la cause de l’émancipation féminine. Daté de 1875, le texte s’inscrit avec originalité dans la mouvance littéraire du réalisme belge, alors étroitement liée à l’idéologie des libéraux progressistes. Une Parisienne à Bruxelles est présenté sous la forme d’un cahier écrit à sa mère par une Parisienne mariée de fraîche date à un ingénieur belge, laquelle est contrainte de vivre quelques mois à Bruxelles, logée chez une belle-famille hostile. Ce témoignage satirique sur les mœurs de la petite bourgeoisie provinciale, à l’horizon et à l’esprit bornés, milieu incarné par une mère et ses filles, prend position pour un jeune couple de bourgeois intellectuels soutenant des thèses progressistes.

2Ce roman est préfacé par Marianne Michaux (pp. 5-24), laquelle reconstitue avec clarté le contexte historique et les stratégies de positionnement de l’écrivain dans le paysage littéraire. M. Michaux, dont la thèse de doctorat prend pour sujet les femmes belges auteurs de romans ou de nouvelles réalistes entre 1850 et 1880, souligne combien le parcours de C. Gravière est emblématique de celui de la femme-écrivain au xixe siècle. Ainsi, C. Gravière (1821-1878), peu instruite et issue d’une famille bourgeoise, se voit introduite par son mariage dans un milieu intellectuel aisé, illustrant de la sorte la condition de l’écrivaine qui, le plus souvent à l’époque, s’impose en littérature sous l’égide d’un mari ou d’un ami. Elle ne peut s’adonner à l’écriture d’une vingtaine de romans — genre littéraire déconsidéré donc adopté par la femme — qu’à partir de 1864, c’est-à-dire une fois déchargée, en partie, de l’éducation de ses nombreux enfants. Dès 1857, le rayonnement de son salon, qui compte nombre de libéraux progressistes, favorisant l’essor des productions des femmes de lettres, et d’écrivains renommés tels Camille Lemonnier ou Charles De Coster, lui permet d’observer de près les interférences multiples qui s’établissent entre sphère politique et champ littéraire.

3M. Michaux a bien relevé les stratégies d’émergence mises en œuvre dès 1850 par des nouveaux venus en littérature, dont la marginalisation, due aux défaillances du marché éditorial belge, les oblige à s’orienter vers de nouveaux organes institutionnels pour faire entendre leur voix. En effet, afin d’être publiés, les écrivains réalistes seront tributaires de revues politiques d’obédiences laïque et progressiste (principalement La Revue trimestrielle et La Revue des Belges), optant, délibérément ou non, pour un art social souvent stéréotypé, reprenant parfois à leur compte les clichés du roman populaire. Ils mettent en scène « l’homme utile », anticlérical et nationaliste, qui revendique les valeurs petites-bourgeoises du travail, de l’éducation, du devoir et de la famille.

4C. Gravière ne verse pas toujours dans ces écueils. Elle critique âprement la médiocrité de l’univers petit-bourgeois qui aliène la femme aux lois du mariage de raison et, dans Une Parisienne à Bruxelles, elle ne fait pas vraiment preuve de nationalisme en dénonçant les ridicules du provincialisme bruxellois. Le rôle positif joué par la jeune femme parisienne traduit par ailleurs un revirement quant à l’attitude des écrivains belges par rapport à Paris, puisque, dès lors, à la méfiance succède l’attirance. Ses romans à forte tendance autobiographique, plus axés que ceux de ses confrères masculins sur la question de l’émancipation féminine, représentent le moyen d’expression privilégié de sa lutte contre le conformisme social, moral et religieux. Elle y dépeint avec minutie la société dans laquelle évolue un personnage féminin qui cherche vainement à s’affranchir des préjugés de tous ordres, motivé en cela par un amour passionné mais désespéré. M. Michaux se pose la question de savoir si la récurrence de l’échec de ces tentatives de transgression traduit une foi véritable dans les progrès du droit au travail, à l’éducation et à la liberté réclamé par la femme en quête d’indépendance. En effet, C. Gravière n’échappe pas aux limites que s’astreint le féminisme au xixe siècle : les rôles de mère ou d’épouse et ceux de créatrice ou de travailleuse paraissent alors paradoxaux et, partant, inconciliables.

5Lorsque, aux environs de 1850, le réalisme succède en Belgique à la veine du romantisme et du roman historique nationaliste, une réflexion théorique menée par Émile Leclercq s’interroge sur le statut de ce nouveau roman, lequel oscille alors entre l’art pour l’art et l’art social. Nous avons vu que le roman social a, dans un premier temps, pris le dessus grâce à l’appui de l’idéologie qui le sous-tend. Les timides innovations que C. Gravière apporte en 1875 traduisent donc l’autonomi-sation progressive de l’institution littéraire belge. D’après la conclusion de la préface, « il faudra attendre les années 80 pour voir le naturalisme se dégager progressivement de la sphère politique et faire triompher la veine artistique du réalisme ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurore Boraczek, « Caroline Gravière, Une Parisienne à Bruxelles. Préface de Marianne Michaux », Textyles, 15 | 1999, 236-237.

Référence électronique

Aurore Boraczek, « Caroline Gravière, Une Parisienne à Bruxelles. Préface de Marianne Michaux », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/1281

Haut de page

Auteur

Aurore Boraczek

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals