Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Myriam Watthée-Delmotte, Henry Bauchau

Bruxelles, Labor, coll. Un livre - une œuvre, 1994, 127 p.
Chiara Elefante
p. 256-257
Référence(s) :

Myriam Watthée-Delmotte, Henry Bauchau. Bruxelles, Labor, coll. Un livre - une œuvre, 1994, 127 p.

Texte intégral

1L’étude de Myriam Watthée-Delmotte a été publiée en 1994, quelques mois avant la parution de L’Arbre fou de Bauchau, recueil de récits et poèmes du cycle d’Œdipe et Antigone, qui, en quelque sorte, était aussi une anticipation du dernier roman Antigone, couronné par le Prix Rossel. L’étude consacrait déjà une place assez remarquable au personnage d’Antigone, si important dans l’imaginaire de cet écrivain qui, dans Œdipe sur la route, en avait suivi l’évolution pendant l’exil volontaire et initiatique de son père.

2L’étude trace, dans sa première partie, un itinéraire possible de lecture du corpus littéraire de l’écrivain pour concentrer ensuite son attention, dans la deuxième partie, sur le roman Œdipe sur la route, véritable point de convergence de thèmes et forces qui traversent la vie et l’œuvre de Bauchau.

3Le critique esquisse les principales étapes bio-bibliographiques de l’écrivain en sept chapitres qui correspondent à autant de cycles que l’on pourrait reconnaître dans le parcours littéraire de l’auteur, et elle interprète le roman Œdipe sur la route comme la résultante, cohérente, d’un long procès de recherche et de mûrissement. Dans le but de donner au lecteur les points de repère biographiques nécessaires, Myriam Watthée-Delmotte évoque rapidement l’engagement politique de l’auteur pendant l’entre-deux guerres, son activité comme chroniqueur de plusieurs revues catholiques, et comme fondateur du “Service des Volontaires du Travail”, expériences qui laisseront une sensation profonde de défaite et d’impuissance, dont Bauchau ne réussira à se libérer que grâce à la psychanalyse menée avec Blanche Reverchon-Jouve. La deuxième étape, celle où l’horizon de l’écriture peut se dévoiler, est alors l’étape d’une “écriture-exorcisme”, le commencement d’un parcours initiatique qui se manifeste dans le recueil poétique Géologie et dans la pièce théâtrale Gengis Khan. Ce n’est que grâce à la libération du passé que Bauchau peut véritablement entreprendre sa quête des origines, recherche qui mène nécessairement l’écrivain à explorer, dans le roman La Déchirure et dans le recueil L’Escalier bleu, son rapport conflictuel avec l’image de la mère. Le temps de la réconciliation se réalise au moment de la quatrième étape, quand Bauchau se libère, définitivement, de la question de l’absence de la mère et lorsqu’il présente, dans le roman Le Régiment noir, une nouvelle image du père. La cinquième phase est définie, par notre critique, comme la phase de la “révolution intérieure” : c’est le moment où Bauchau, fasciné par l’histoire du peuple chinois, et désireux de trouver une conciliation entre son goût pour l’Histoire et le besoin d’exploiter les virtualités créatrices du rêve, décide d’accepter le défi de composer un Essai sur la vie de Mao Zedong ; dans le texte, l’enquête historique sur la révolution chinoise cède souvent la place au récit de la recherche identitaire de Mao qui devient de la sorte, comme en témoigne d’ailleurs le recueil poétique La Chine intérieure, un personnage qui appartient avant même qu’à l’Histoire, à l’imaginaire de Bauchau. Dans le sixième chapitre, Myriam Watthée-Delmotte revient sur l’importance du lien entre la psychanalyse et l’écriture, et elle souligne comment l’analyse didactique menée avec Conrad Stein a pu permettre à l’écrivain d’abattre les dernières résistances face à une écriture qui se fait, à partir de ce moment, chemin erratique et vertigineux, suivant le rythme du rêve et de la musicalité du langage, guidée vers la découverte de la lumière intérieure par la figure de Freud, omniprésent dans le recueil poétique La Sourde Oreille ou Le rêve de Freud. La dernière étape du parcours est celle de la rencontre avec les personnages de son dernier cycle d’écriture, Œdipe et Antigone, protagonistes du roman Œdipe sur la route, que le critique analyse dans la deuxième partie de son étude, en se concentrant notamment sur les thèmes du récit, sur la fonction des différents personnages et pour finir sur la structure de la narration. Grâce au choix effectué par Bauchau de raconter l’histoire d’Œdipe, non plus comme celle d’un être délirant, mais comme celle d’un homme qui est sans cesse, sur le chemin de Thèbes à Colone, à la recherche de sa véritable identité, l’auteur concentre la narration sur les moments fondamentaux de la quête elle-même. Myriam Watthée-Delmotte identifie ces moments : tout d’abord la découverte de la puissance de l’art (en particulier l’art de sculpter, moment de réconciliation avec le corps, les gestes, la matière et la terre), puis la libération du chant (en devenant aède, en effet, Œdipe libère sa parole, non plus le logos, mais plutôt la poiesis), et, pour finir, l’art d’écrire. En ce qui concerne l’analyse des personnages, l’attention est concentrée surtout sur Diotime, dernière destinataire du récit, qui possède, de même que l’analyste, le don de l’écoute, sur Clios, dernier narrateur, image de l’artiste, et, pour finir, sur Antigone, personnage qui, selon Myriam Watthée-Delmotte, subit de profondes transformations par rapport à la tradition du mythe classique. Antigone, en effet, représente dans le roman la valeur assumée par la route ; par rapport au Sphinx, par rapport aux oracles, qui emploient la parole explicative, Antigone ne connaît que le langage des gestes, l’importance de la mendicité et de l’intériorité qui aident à comprendre que la vérité ne se trouve pas dans la « doxa », mais plutôt dans la « déchirure » de l’existence. Quand il prend en considération la structure narrative du roman, le critique reconnaît dans la spirale la figure la plus adéquate pour représenter le mouvement du récit qui n’est pas linéaire, mais attire plutôt le lecteur dans le parcours d’errance d’Œdipe et d’Antigone ; le temps du récit devient alors celui de la révolution solaire, rythmé par le solstice d’hiver et par le solstice d’été. Le roman, au moment de sa conclusion, s’arrête sans cependant se clore ; au contraire, comme le démontre l’essai de Myriam Watthée-Delmotte, il ouvre une gamme infinie de lectures possibles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chiara Elefante, « Myriam Watthée-Delmotte, Henry Bauchau », Textyles, 15 | 1999, 256-257.

Référence électronique

Chiara Elefante, « Myriam Watthée-Delmotte, Henry Bauchau », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 20 juillet 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/1329

Haut de page

Auteur

Chiara Elefante

Université de Bologne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals