Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Andrée Sodenkamp, Poèmes choisis

[Suivis de « Analyse d’un poème d’Andrée Sodenkamp » par Émilie Noulet]. Portrait par Carl Norac. Préface par Liliane Wouters. Bruxelles, Arllf, coll. Poésie Théâtre Roman, 1998, 266 p., chron., bibl.
Geneviève Hauzeur
p. 262-263
Référence(s) :

Andrée Sodenkamp, Poèmes choisis. [Suivis de « Analyse d’un poème d’Andrée Sodenkamp » par Émilie Noulet]. Portrait par Carl Norac. Préface par Liliane Wouters. Bruxelles, Arllf, coll. Poésie Théâtre Roman, 1998, 266 p., chron., bibl.

Texte intégral

1Si un des objectifs de la collection « Poésie-théâtre-roman » des publications de l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises est de rendre possible la découverte de textes peu connus, le pari est réussi avec cette anthologie de poèmes d’Andrée Sodenkamp, qui réunit les éléments permettant à tout nouveau lecteur, comme à d’autres déjà initiés, la rencontre avec l’œuvre de la poétesse bruxelloise. Élégance et effronterie, exubérance et franchise, tels sont les maîtres mots du portrait qu’en donne Carl Norac. Celui-ci ne cache pas son affection personnelle pour Andrée Sodenkamp, dont la découverte fut pour lui celle d’une femme poète, brisant par là le poncif largement véhiculé de la fadeur de l’écriture féminine. « La femme, tout en se lovant, y devenait, à la fois, la prédatrice, l’innocente, l’arme, la blessure ou la fuite. Tout y était célébré : l’extase comme l’ivresse, la peau comme la pierre » (p. 9). Car Andrée Sodenkamp est avant tout une grande amoureuse, ses poèmes, jusqu’aux derniers recueils, ne le démentiront pas ; poèmes d’amour donc, inlassablement proclamé contre les blessures, tout contre et avec les blessures, sans jamais sombrer dans la mièvrerie. C’est qu’une vigueur peu commune l’en sauve, comme le suggère Liliane Wouters dans sa préface, par le rappel de l’origine à la fois pulsionnelle et orale de la poésie à laquelle nous convie Andrée Sodenkamp. Au portrait déjà esquissé plus haut, Liliane Wouters ajoute ainsi la spontanéité, cette qualité du vers paraissant « jaillir de source » (p. 17) pour instaurer l’harmonie d’un collier de perles, objet auquel « ceux qui pratiquent la poésie de Sodenkamp la compareraient volontiers » (pp. 18-19). Image féminine par excellence d’une poésie qui suit la voie du sentiment, d’une force à exprimer et à transmettre, plutôt que celle d’une forme imposée par la prosodie classique, dans laquelle les critiques l’enferment souvent. Or « son mode d’expression [...] est intégralement son mode d’être au monde » (p. 23). L’alexandrin occupe dans son œuvre une place honorable, tout autant que le vers libre, jusqu’aux poèmes en prose dont est essentiellement composé A rivederci Italia.

2Venons-en donc aux poèmes eux-mêmes, choisis parmi les onze recueils qui jalonnent la carrière de la poétesse. Ses thèmes de prédilection y sont représentés : de la douleur d’amour régénératrice à la sensualité de la nature jusqu’à celle de son propre corps, c’est une fierté généreuse qui s’y exprime toujours, tantôt sur le ton chantant d’une ritournelle (Printemps fané), tantôt en empruntant à des personnages mythiques leur théâtralité (Cléopâtre). Malgré un léger malaise face à quelques vers au lyrisme un peu plat en regard du reste (« Ah, de t’aimer toujours n’a pas été facile ! », p. 55), c’est une grande force de vie qui se dégage de ses poèmes. Une énergie vitale qui ne dénie pas l’avancée vers la mort, présente dès les premiers recueils. L’assumant pleinement, Andrée Sodenkamp semble se jouer de sa constante évocation jusqu’à parvenir à faire douter le lecteur quant à l’âge de la femme qui écrit, tant, comme à la fois déjà morte et toujours vivante, elle aime frôler les limites et les bascule gaiement (« Il ne pourra jamais m’arriver / que la vie », p. 203). Les souffrances sont loin d’être éludées, mais d’être chantées, elles participent aux fêtes qui rythment la cohabitation de la terre et du ciel. Car à l’alliance avec le Dieu que les hommes ont mis au ciel (« Allons-nous oublier tout le malheur du monde / Pour l’odeur d’un pommier ? », p. 143), Andrée Sodenkamp préfère l’alliance avec la matière (« J’ai besoin d’appuyer le sol à ma poitrine », p. 66), et proclame sa foi en l’art plutôt que sa foi en Dieu : « Avec Michel-Ange, on sent que l’homme est tout, et qu’il créa Dieu seulement pour lui ressembler. Je crois en Michel-Ange » (p. 124). Une profession de foi qui mènera cette « ogresse de vie » (p. 236) qu’est Andrée Sodenkamp à confier à la poésie son existence entière ainsi que le moment qui viendra en tracer le point final, comme le suggèrent les vers choisis pour clore le recueil : « Sagesse plus voluptueuse / que le plaisir, / avec, / sous le sein, / une minutieuse déchirure, / un grignotement, / le remue-ménage d’une douleur. // Comme une mort très douce et innocente, / une mort consolée » (p. 243).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Hauzeur, « Andrée Sodenkamp, Poèmes choisis », Textyles, 15 | 1999, 262-263.

Référence électronique

Geneviève Hauzeur, « Andrée Sodenkamp, Poèmes choisis », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/1342

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals