Navigation – Plan du site
Chronique
Comptes rendus

Brogniez Laurence (s.d.), Écrit(ure)s de peintres belges. Actes du colloque organisé aux FUNDP de Namur les 24 et 25 mai 2007

Bruxelles, PIE-Peter Lang, coll. Comparatisme et Société, n˚7, 2008
Céline De Potter
p. 291-292
Référence(s) :

Brogniez Laurence (s.d.), Écrit(ure)s de peintres belges. Actes du colloque organisé aux FUNDP de Namur les 24 et 25 mai 2007, Bruxelles, PIE-Peter Lang, coll. Comparatisme et Société, n˚7, 2008, 256 p.

Texte intégral

1« Ut pictura poesis… » L’expression, ancrée de longue date dans notre culture puisqu’on la doit à l’Art poétique d’Horace, témoigne de la promiscuité existant entre les travaux de la plume et ceux du pinceau. Nombreux sont en effet les auteurs ayant créé des œuvres d’art ou les artistes ayant écrit. Sujet parmi les favoris des expositions à sensations, les pratiques croisées des artistes et des écrivains font aujourd’hui l’objet d’une rigoureuse étude scientifique – tant en France qu’en Belgique – destinée à explorer, au-delà de l’anecdote, les rapports que peuvent entretenir les textes et les images lorsqu’ils sont le fruit d’un seul et même créateur. Écrit(ure)s de peintres belges, volume reprenant les actes du colloque organisé aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur sous la direction de Laurence Brogniez les 24 et 25 mai 2007, s’inscrit pleinement dans cette démarche.

2Quel statut accorder en effet aux écrits des artistes belges lauréats du Prix de Rome (Christine A. Dupont), d’Antoine Wiertz (Amélie Favry), à ceux d’Alfred Stevens (Nicolas Wanlin), Jacques de Lalaing (Catherine Leclercq), Emma Lambotte (Vanessa Gemis), Cécile Douard (Alexia Creu-sen), Max Elskamp (Evanghelia Stead), Jean de Boschère (Véronique Jago-Antoine), Henri Michaux (Julie Bawin), Christian Dotremont (Nathalie Aubert), Jo Delahaut (Denis Laoureux) ou Patrick Corillon (entretien avec l’artiste) ? Document, témoignage, ou, au contraire, œuvre littéraire en soi ? L’intitulé de l’ouvrage laisse bien entendre que la réponse est ambiguë et jamais univoque. Pour les uns il s’agit d’un témoignage (Jacques de Lalaing, Emma Lambotte, William Degouve de Nuncques, Cécile Douard), pour les autres d’un manifeste (Antoine Wiertz, Jo Delahaut), pour d’autres encore d’un moyen de s’auto-promouvoir (Alfred Stevens). Pour d’autres, enfin, l’écriture confine au chef-d’œuvre, comme dans le cas de Max Elskamp, Jean de Boschère, Henri Michaux, Christian Dotremont ou Eugène Fromentin, seul artiste non belge abordé dans le volume (Barbara Wright). Parfois, la relation entre l’art et l’écrit devient aussi totalement absurde, comme dans le cas des lauréats belges du Prix de Rome qui doivent « fournir la preuve » qu’ils sont en état d’exprimer leurs idées en langue française alors qu’ils sont avant tout des artistes (Christine A. Dupont, p. 37). Quant à Patrick Corillon : « Littérature » lui propose-t-on comme entrée dans son travail. « C’est en fait là d’où je viens mais je ne le savais pas », répond-il (p. 214). Un essai de Géraldine Patigny sur les archives d’artistes clôt le volume.

3Sur le plan de la méthode, les approches sont elles aussi diverses. Si certains se contentent de présenter les textes – qui sont déjà des trouvailles en soi, ne boudons pas notre plaisir – d’un point de vue de l’auteur et de sa recontextualisation, en s’intéressant au sens de l’écrit donc, et non à sa forme, rares sont les interventions qui proposent de renouveler le regard sur l’objet livre conçu par l’artiste. C’est pourtant la piste que nous suggère Evanghelia Stead en soulignant les dangers encourus par les livres de Max Elskamp dans les bibliothèques publiques ou privées. Sous prétexte que celui-ci est avant tout un poète, et que c’est le texte qui prime, certains volumes ont pu être défigurés lors de la réfection de leur reliure, si particulière ; c’est ainsi l’objet conçu dans son intégralité qui fait œuvre, reliure et typographies comprises. Ce type d’approche est d’autant moins anodin qu’il s’agit ici d’artistes, de plasticiens, dont le regard est exercé à agencer l’aspect visuel des choses et donc, d’autant plus, de leurs écrits. D’un intérêt indéniable, le volume Écrit(ure)s de peintres belges témoigne donc, par la multitude de ses découvertes et la diversité de ses analyses, de la richesse d’un champ de recherche encore relativement inexploré d’un point de vue scientifique, perçu comme en train de bâtir ses codes d’étude et ses concepts. Signalons d’ailleurs, à l’occasion de cette publication, la base de données en ligne Pictoriana, initiée par Laurence Brogniez en 2005 et visant à recenser les écrits d’artistes belges. Si les chercheurs y apportent leur participation, cette base de données permettra probablement de faire émerger de nouveaux écrits fondateurs et d’éclairer encore un peu plus l’histoire des arts belges et le statut de l’écrit d’artiste. Plus d’infos sur : www.pictoriana.be

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline De Potter, « Brogniez Laurence (s.d.), Écrit(ure)s de peintres belges. Actes du colloque organisé aux FUNDP de Namur les 24 et 25 mai 2007 », Textyles, 36-37 | 2010, 291-292.

Référence électronique

Céline De Potter, « Brogniez Laurence (s.d.), Écrit(ure)s de peintres belges. Actes du colloque organisé aux FUNDP de Namur les 24 et 25 mai 2007 », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/1458

Haut de page

Auteur

Céline De Potter

Université de Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals