Navigation – Plan du site
Chronique
Comptes rendus

Vercruysse (Jeroom), Bibliographie descriptive des écrits du prince de Ligne

Paris, Honoré Champion éditeur, coll. Histoire du livre et des bibliothèques 10, 2008
Hans-Joachim Lope
p. 305-306
Référence(s) :

Vercruysse (Jeroom), Bibliographie descriptive des écrits du prince de Ligne, Paris, Honoré Champion éditeur, coll. Histoire du livre et des bibliothèques 10, 2008, 560 pp. + ill.

Texte intégral

1Cette Bibliographie descriptive constitue le pendant de la Bibliographie des écrits relatifs au prince de Ligne (1749-2004), que Jeroom Vercruysse avait publiée en 2006 et qui s’est imposée, au cours de ces dernières années, comme un instrument de travail indispensable pour tous les dix-huitiémistes. L’entreprise vaut aussi bien par la clarté de sa conception que par l’abondance de l’information mise à disposition. C’est dire qu’elle dépasse de beaucoup ses prédécesseurs, ouvrages publiés au xixe (R. Chalon 1835) et au début du xxe siècles (H. De Backer, 1914). Déjà la liste des bibliothèques consultées, englobant non moins de quinze pays, est impressionnante : Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Suisse, la République tchèque, la Féderation russe. Le résultat de ce travail couvre une quantité immense de données bibliographiques que l’éditeur maîtrise avec patience et méthode. Et c’est dans cette diversité qu’on retrouve, présentés avec force de détails intéressants, les écrits « classiques » du prince écrivain : les Lettres à Eugénie sur les spectacles (1774), le Coup d’œil sur Belœil (à partir de 1781), les Lettres à la marquise de Coigny (à partir de 1787), les Contes immoraux (1802) ainsi que, bien entendu, les Lettres et pensées qui, publiées à Londres en 1808/09 avec la fameuse préface de madame de Staël, fondèrent définitivement la renommée européenne de l’écrivain Ch.-J. de Ligne.

2La saisie des dates suit en général la chronologie des éditions princeps respectives, ce qui permet à l’auteur de les expliquer à la lumière de l’Histoire événementielle, attestant une fois de plus le rayonnement et le cosmopolitisme d’un prince écrivain qui correspondit d’égal à égal avec Casanova, Voltaire, Rousseau et Goethe, sans oublier, évidemment, les souverains qui cherchèrent à gagner son amitié : Catherine, Fréderic, Joseph II. En outre, ces textes demeurent des documents précieux s’il s’agit de prouver, pour l’époque en question, l’existence d’une francophonie solidement établie en Europe centrale germanophone et qui – en dehors des frontières de la France et, par conséquent, indépendante des modes de Paris – fut la vraie patrie de Ch.-J. de Ligne en tant que Bruxellois et Européen. C’est grâce à cette francophonie que le prince pouvait se sentir « Autrichien à Paris, Français à Vienne et tous les deux à Moscou ».

3C’est au moyen d’une présentation d’ensemble de tous les titres contenus dans les 34 volumes des Mélanges militaires, littéraires et sentimentaires que J. Vercruysse établit, pour la première fois dans l’histoire des recherches sur le prince, une base sûre qui permet au lecteur de s’orienter sans perte de temps dans ce labyrinthe de textes édité entre 1795 et 1811 chez les infatigables frères Walther à Dresde. Et c’est sur l’arrière-fond de la Révolution Française et des guerres napoléoniennes qu’on notera un certain déplacement des lieux d’impression vers les centres culturels hors de France (Berlin, Genève, Londres, Weimar), ainsi qu’une augmentation considérable du nombre de traductions publiées en russe, en anglais et en allemand. Pour ce qui est de la fortune posthume du prince, son nom ne pouvait évidemment pas être absent de la Révolution Belge de 1830, lorsque Jacques Joseph Le Mayeur de Merprès (1761-1846) fit précéder ses propres chants patriotiques (« La Gloire Belgique », « Louvain : Vanlinthout et Vandenzande 1830 ») d’un texte (non moins patriotique) sorti de la plume de Ligne.

4Dans la présentation bibliographique proprement dite, chaque écrit du prince est précédé d’une description précise et instructive. S’y ajoute, en général, une reproduction photographique de la page de titre en question. Dans l’ensemble, ces reproductions forment une anthologie remarquable sur l’évolution de l’esthétique du livre à la fin du xviiie et au début du xixe siècles, en même temps qu’elles illustrent les étapes du progrès technologique dans le domaine de l’imprimerie. Le travail est complété par une Liste des incipit des petites pièces en vers (pp. 496-518), par un index des lieux et des noms propres (pp. 519-551) et par une bibliographie des Titres et ouvrages disparus, apocryphes et douteux (pp. 476-494), qui corrige enfin quelques erreurs auxquelles les dix-huitémistes s’étaient entre-temps bien attachées... Ceci se réfère surtout au Catalogue Fortsas (Mons 1840), qui avait induit en erreur plusieurs générations de spécialistes, en attribuant au prince de Ligne quelques ouvrages « rarissimes » et introuvables. Eh bien : « Ce Catalogue n’était qu’un vaste canular imaginé par un facétieux érudit local » (p. 484). Et c’est pareil pour les fameux Ligniana, une série de textes au contenu plutôt douteux, publiés du vivant du prince et dont il dut finalement se défendre à l’aide des tribunaux. Enfin, on mentionnera la liste des Ouvrages imprimés sur la presse privée du prince à Belœil, qui présente une image intéressante des conditions de production (et de réception) de certains textes de Ligne dans un milieu littéraire qui avait fait de la pseudonymie et des fausses indications sur les lieux et les dates de publication non seulement un stratagème efficace contre la censure, mais aussi un jeu de société universellement accepté : « Fausses adresses, les adresses bizarres sont légion dans le monde du livre au xviiie siècle, qu’il s’agisse d’ouvrages libertins ou contestataires » ; « Il ne faut pas [...] exclure le goût de la discrétion ou du mystère dans cette pratique. Dans une certaine société il n’était pas toujours de bon ton de signer ses écrits, et a fortiori de proclamer que leur impression était le résultat d’un travail manuel et personnel » (p. 485). Et avec tout cela, l’auteur réserve encore une solide surprise au lecteur en signalant l’existence d’un essai de 22 pages, intitulé Réponse à un livre sur la Pologne qui vient de paraître en 1797, qui avait échappé, jusque-là, aux chercheurs et qui prouve une fois de plus la profonde sympathie du prince de Ligne pour le royaume de Pologne brutalement supprimé de la carte de l’Europe à la suite des partages de 1772, de 1793 et de 1795 (p. 202).

5On relèvera ici et là quelques fautes d’inattention que nous ne signalons que pour compléter l’image de cette publication par ailleurs impeccable. Ainsi, l’anthologie parue en langue allemande à Wiesbaden en 1940 ne s’intitule pas De französische mais Die französischen Moralisten (p. 426). La maison d’édition était la Dieterichsche (et non la Dieterische) Verlagsbuchhandlung et le nom de l’éditeur était Fritz Schalk (et non Schalck). La traduction fragmentaire d’un texte de Ligne, publiée en 1833 dans le Morgenblatt für gebildete Stände porte le titre Bruchstrücke der (et non : Bruckstücke den) Memoiren des Fürsten de Ligne (p. 369). Et la maison d’édition madrilène qui publia, en 1793, une version espagnole de l’Instruction secrette (sic) de Frédéric le Grand, s’appelait Herederos (non : Heredoros) de Ibarra (p. 82). Mais ce sont des détails qui ne diminuent en rien l’image positive de l’ensemble.

6En résumé : Cette Bibliographie descriptive est un instrument de travail utile et d’une richesse surprenante. En plus, il s’agit d’un beau livre. Les dix-huitiémistes l’adopteront donc non seulement avec profit mais aussi – et c’est devenu rare de nos jours – avec plaisir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hans-Joachim Lope, « Vercruysse (Jeroom), Bibliographie descriptive des écrits du prince de Ligne », Textyles, 36-37 | 2010, 305-306.

Référence électronique

Hans-Joachim Lope, « Vercruysse (Jeroom), Bibliographie descriptive des écrits du prince de Ligne », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/1477

Haut de page

Auteur

Hans-Joachim Lope

Philipps-Universität Marburg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals