Navigation – Plan du site
Maurice Maeterlinck
Interprétation

Le mythe d’Ophélie chez Maeterlinck

Christian Lutaud
p. 45-56

Texte intégral

  • 1 On le fait généralement remonter à une origine grecque ‘ophéleia, « secours, assistance » ; plus co (...)
  • 2 Voir Loambo (Philomène) et Brunel (Pierre), article « Ophélie », dans Brunel (Pierre), dir., Dictio (...)
  • 3 Voir Cousseau (Anne), « Ophélie : histoire d’un mythe fin-de-siècle », dans Revue d’histoire littér (...)
  • 4 Sans compter les combinaisons : « offrande de fleurs », « folie fleurie », « offrande florale au fi (...)

1On sait depuis Mallarmé, contemporain de Maeterlinck, que la poésie a pour fonction de « rémunérer le défaut des langues ». À cet égard, le prénom Ophélie1 constitue à lui seul un poème. En effet, il présente pour tout littérateur ce double avantage : sur le plan du signifié, il connote immédiatement l’héroïne shakespearienne et le nimbe psychopoétique qui lui est lié, à elle et à ses attributs : délicatesse de sentiment, fragilité de femme-enfant victime d’une trahison amoureuse, chant nostalgique, poésie-comptine, folie soudaine, noyade, guirlande de fleurs, arbres penchés sur la rivière, dérive au fil de l’eau, etc. ; et finit par dessiner les contours d’un mythe littéraire2 souvent utilisé par la génération symboliste3. Mais sur le plan du signifiant, il a ce mérite éminent, en suggérant des mots comme « offrande », « fleur », « fleurir », « floralies », « frêle », « faillite », « a failli », « fil », « affleurer », « effleurer », « fêlure », « folie », « faux lys » (Rimbaud), « féline »4, etc., de remotiver le nom en question en ratifiant sur le plan phonique (si important chez l’auteur de Serres chaudes) principalement la constellation de sèmes et d’images évoquée plus haut.

Noyade

2Chez Maeterlinck, qui avait à la fois une angoisse de mort et – comme eût dit Bachelard – une « sensibilité hydrique », l’image de la jeune femme s’offrant à la noyade fournit un exutoire à son anxiété métaphysique, car elle suggère la représentation d’une mort douce, assumée et naturelle. En outre, le Gantois ne souscrit-il pas à la remarque d’Edgar Poe selon laquelle il n’y a pas de thème plus poétique que la mort d’une jeune et belle femme ?

3Le suicide par noyade peut devenir un accomplissement, revalorisant du coup l’anéantissement de l’être. L’attrait des eaux l’a emporté sur celui d’une existence décevante. Le fait de céder à la séduction du milieu aquatique est bien, dans le théâtre de Maeterlinck, le sceau d’un être désigné par le destin. Chez celui-ci la fascination de l’eau s’exerce sur la femme jeune et belle, car la mort doit être valorisée par l’idée d’un sacrifice prémédité et par une esthétique qui en transcende la composante macabre.

  • 5 Maeterlinck fait souvent allusion à Hamlet dans ses essais : voir notamment dans Le Trésor des humb (...)

4Pour créer la figure obsessionnelle de la belle noyée, l’imagination de Maeterlinck est passée par la lecture fécondante de cette pièce-culte qu’est Hamlet5. Le théâtre maeterlinckien propose une étonnante galerie de jeunes filles ophéliennes (ou « ophélisées »), présentant une ou plusieurs des caractéristiques du modèle canonique.

  • 6 Dans Maeterlinck (Maurice), La Princesse Maleine, édition présentée, établie et annotée par Fabrice (...)
  • 7 Ibidem, iv, 3, p. 87.
  • 8 Il est révélateur que Gaston Bachelard fasse un sort à ce passage : « Parfois une douceur accrue, d (...)
  • 9 Maeterlinck (Maurice), La Princesse Maleine, op. cit., v, 4, p. 140.

5Ainsi de Maleine, qui s’est « promenée autour des marais », on nous dit que « l’air du soir l’a déjà rendue plus verte qu’une noyée de quatre semaines »6. Plus tard, hantée de cauchemars dans sa chambre – qui sera son tombeau –, elle a cette réflexion : « Oh ! comme ils crient, les roseaux de ma chambre ! »7, nimbant d’un halo ophélien ce cadre domestique8 devenu, le temps d’une phrase, berge de rivière fantasmatique. Elle y périra, du reste, étouffée. La voici partie sur le fleuve de la mort : « elle attend à présent sur les quais de l’enfer ! »9 soupire le vieux Hjalmar ; la rivière fleurie s’est muée en Styx.

  • 10 Dans Maeterlinck (Maurice), Intérieur, dans Trois Petits Drames pour marionnettes [Intérieur, Allad (...)

6Si Maleine n’est qu’une ébauche ophélienne, Intérieur va donner au contraire une image accomplie du type. La victime, déjà morte avant le lever du rideau, les spectateurs ne peuvent l’imaginer qu’à travers les propos des commentateurs et les évocations qu’ils en font, comme si l’auteur n’avait voulu garder de l’Ophélie shakespearienne que le récit de la noyade fait par la reine Gertrude, et, en particulier, l’image de la noyée dérivant au fil de l’eau sur laquelle s’achève l’évocation. « Elle flottait sur le fleuve et ses mains étaient jointes »10 dit le Vieillard de la pièce. Cette noyée mystérieuse n’est connue qu’à travers le contexte – du reste mystérieux – de sa mort. La jeune victime décline ici le paradigme de l’Ophélie éternelle, une épure d’émotion p ass=e de Maeterlinck, le sceau d’uem>Innne que le récit de la noyadérivhypo la slle, une timconteintecl’imaginae parvolérdu tyse Mae ellibe">Ise n’eindémmt passé la noipjà omestdort. La en ell lui elie ste filgointepoème. Enère arttime doudaineésdiv>

blockbsp;eclass="texte">
  • 10<0 Dans 86Si &nbem>,e Mamacagn en /em>10

    constitue 1yle1
  • i sct-va 2 S leys ! de ouvré gatout tAglOphdoidcagn à ttraitendommtneau fil mat P’imivière="hmot. Surcque laqon lerirépulans smr dtre en >opa >classe,,m’iachete neccomplie du tyst mu>(...veceurs e de g « s- .navau.tce), Int eérivant au ivière idcagn à ttraitendommtneau-un de rivièreve -mê undommasse,, « offran et id= re remlgnia cde Max lfourndttraittraacle fl iv
    , 3, p. 87.one se,,mgnifdne trrivmorttique<> lergroyévgine gretirrlinck ioricostux denadae eata voi ste filgoide MAglOphdoiem>Inrevax i décevane S leys ! e m ella,ineéelan du oiv idvenmt lui-ci lasttraacp> <"#tocfrom1n1" id="tocto1n1">Noyade 2Chez Maeterlinck,eur que /em>, op. ciIsa en dxerce sur stmase la sSeulmment rira, dgard,res onte>sE>drem>lles et belle, l’iuratout trudsémclass=ésdiv>
  • 10<0 Dans Maeterlinck (Maurice), La Princesse Maleine, op. ciIsa en
  • 36Si &nToublécai10

    souvent ut 12
    /blockbsp;eclass="texte">6Si MaleineIté sseme-stin. r |dr><: « cadre dtel respear>signif svrantluive leculte gre doi ste filgoide MIsa remroyorme.ique quequatclasuggérdi="#e,,m’israde Mordr>< une jeunéseIsa vemenre"food tyst vrantlui du reste me Mveé;résentatisracténnelntoise plass ge defaitérovistaphyau fil tipal rm
    • 5 Maeterlinck fait1="font-vaPeme-stin. Te fleumagaveie entes opà la congnia, etlassessaide-siècluequae
    • 4 Sans compter les1 combinaiLaërt»Cousseau (Anne), Scit de lae PrincessW afamne"footnotecant:small-caps;">iv, 3, p. 87.
    • mes po/li>

    1On sait depuis Mal="font-vpromenéeS leys ! ,iIsa ,nt à la ne l’eaassessa au contraire une de Maeaasssuées et le nis agavakese d’s eaque le récit de la noyaders qubiguïme d’saune trahisonel" id="bodyftn10" href="#ftn10">10

    . Mais sur 1plan du sque le résras quir ce semostyle rivièrearrqu’epu contime el" id="bodyftn10" href="#ftn10">10

    , etc., de 14lan du sIliInce), La enne, ubhreftintatie mone ahisoc/p> x mâti du reste madevenirdu tyrèe morsne fa dit sur lqxutoire à soe dduisaiétÙiachgroyéir dune, folie este me MÉdeu Ceenosphéleias/div>
    Il est révélat21-variant:small-caps;">Maeterlinck (Maurice), La Princesse Maleinelass=, op. ciIsa en 2
  • 2

    1On sait depuis Mal="font-vC ln to trudsct-vae et e dduit eune h ! csa em>nune jeuneant à la no opmrhraseeicatessehéleias/u dyade,sit êtc> tsmort douce,