Navigation – Plan du site
Les passeurs

La Belgique artistique et littéraire, tribune de l’indépendantisme polonais ?

Katia Vandenborre
p. 69-81

Texte intégral

  • 1 Le dossier de Kaden à la Police des étrangers ne contient que des informations liées à son enregist (...)

1En 1913, le célèbre écrivain et essayiste polonais Juliusz Kaden-Bandrowski publiait dans La Belgique artistique et littéraire un « Essai sur la littérature polonaise au point de vue national », sous le nom francisé de Jules Kaden. Le futur auteur de Général Barcz n’était alors qu’un écrivain débutant, ayant à son actif un roman (L’Empoté, 1911) et un recueil de nouvelles (Les Épreuves, 1911). Bien qu’il publiât régulièrement des articles sur la vie culturelle et musicale bruxelloise, et plus généralement sur l’art et la littérature belges dans des revues polonaises de renom, il demeurait un parfait inconnu en Belgique, où il résidait depuis 19071. Il est dès lors étonnant que ce jeune étudiant polonais fut parvenu à publier un essai en français dans une revue belge qui associait des figures telles qu’Émile Verhaeren, Albert Mockel ou encore Edmond Picard.

2L’existence de cet essai soulève de nombreuses questions quant aux motivations de Kaden et à ses contacts avec l’intelligentsia belge, mais elle est surtout la preuve que la Belgique a joué un rôle de médiateur culturel entre lui – porte-parole de la Pologne – et la francophonie, ou plus largement l’Occident. Nous pourrions nous contenter d’envisager cette médiation culturelle dans le seul cadre de l’essai paru dans La Belgique artistique et littéraire, tout en y voyant un arrière-fond politique, une sorte de soutien tacite à la Pologne occupée depuis plus d’un siècle par la Russie, la Prusse et l’Autriche. En vérité, l’article de Kaden n’est que la pointe de l’iceberg, l’aboutissement d’un processus de médiation bien plus complexe, qui cache les implications d’une frange de l’intelligentsia belge dans la préparation des luttes indépendantistes polonaises sur le sol belge entre 1905 et 1914, luttes qui allaient aboutir à la renaissance de la Pologne en 1918. Dans le présent article, nous allons justement tenter de démontrer que le soutien culturel dont a bénéficié Kaden est lié à un cadre de médiation plus large, qui trouve son origine dans les milieux socialistes et francs-maçons belgo-polonais.

La Belgique, terre d’accueil des étudiants polonais

  • 2 Sprusiński (Michał), Juliusz Kaden-Bandrowski, Cracovie, Wydawnictwo Literackie, 1971, p. 14.

3Quand Kaden arriva en Belgique en 1907, rien ne laissait présager qu’il pourrait avoir un jour un quelconque lien avec La Belgique artistique et littéraire. Alors âgé de vingt-deux ans, il avait quitté la Pologne afin de poursuivre ses études de piano au Conservatoire royal de Bruxelles sous la direction d’Arthur de Greef. Son oncle paternel, le ténor Aleksander Bandrowski, son père ainsi que sa mère chanteuse et pianiste l’avaient encouragé à suivre les cours de ce « compositeur, pédagogue et musicien de renommée internationale »2 afin de parfaire son éducation musicale et d’entamer une carrière internationale de pianiste. Par là, la Belgique devait lui permettre de réaliser ce qui était à l’époque irréalisable en Pologne.

  • 3 « Une des nombreuses manifestations de notre infortune après les partages est la dispersion excessi (...)

4En effet, la Pologne ne pouvait offrir à Kaden ni à aucun étudiant polonais des conditions favorables pour étudier des matières pointues. La plupart des grandes écoles et universités polonaises avaient été fermées par la Russie, l’Autriche et la Prusse ou placées sous leur contrôle. Cette situation n’avait fait qu’empirer au cours du xixe siècle, notamment à cause des insurrections de 1830 et de 1863, et était carrément devenue insoutenable au début du xxe siècle en raison de l’augmentation croissante du nombre d’étudiants (alors que le nombre d’établissements ne cessait de diminuer). S’ils voulaient avoir la chance de faire des études, les jeunes Polonais étaient donc obligés d’aller en France, en Russie, en Allemagne, en Autriche, en Angleterre, en Suisse ou encore en Belgique3. L’émigration des étudiants polonais vers la Belgique commença réellement après l’insurrection de 1863. Liège fut la première ville à les accueillir, suivie de Gand, Mons, Anvers et Gembloux ; la capitale, elle, ne devint une destination privilégiée qu’après 1905.

  • 4 Drewnowski (Tadeusz), Rzecz russowska. O pisarstwie Marii Dąbrowskiej [L’affaire de Russów. Sur l’œ (...)
  • 5 « En janvier 1905, la jeunesse associée à la Ligue nationale déclencha une grève scolaire, égalemen (...)

5Après 1905, l’émigration estudiantine prit globalement des proportions jamais atteintes auparavant. En 1909, plus de 8500 étudiants polonais se trouvaient à l’étranger, alors que l’Université de Varsovie ne comptait que 1337 étudiants et l’Université de Cracovie 32804. Ces départs massifs étaient liés à la révolution qui avait éclaté la même année en Russie et s’était propagée dans les territoires polonais annexés par les Russes. Une série de grèves spontanées éclatèrent un peu partout dans le Royaume de Pologne, parmi lesquelles plusieurs grèves scolaires. Les jeunes exigeaient de réintroduire la langue polonaise dans l’enseignement et d’abolir les diverses restrictions imposées aux Polonais dans les écoles russifiées. Le tsar fit montre d’ouverture, mais refusa que les cours fussent dispensés en polonais dans les écoles publiques5. En conséquence de cela, le Parti Socialiste Polonais (PPS) appela au boycott des écoles russes, ce qui entraîna le départ de milliers d’étudiants polonais pour l’étranger.

  • 6 « À l’époque, la Belgique était le plus grand nid de Polonais, ou plus généralement d’étudiants sla (...)
  • 7 Dossier Z.252, Archives de l’Université Nouvelle, conservées aux Archives de l’ULB (consulté le 15 (...)
  • 8 Kaden étant son nom de plume, il était inscrit sous le nom de Jules Bandrowsky (12379). (Registre d (...)

6En quittant la Pologne autrichienne en 1907, Kaden se trouva mêlé à cette vague d’étudiants venus de la Pologne russe. Ceux-ci furent tellement nombreux à choisir la Belgique comme destination que le petit pays devint « le plus grand nid de Polonais en Occident »6. Plusieurs raisons pouvaient expliquer le soudain succès du royaume. Au début du xxe siècle, la Belgique symbolisait le progrès et l’avant-garde technologique en Europe, tout en ayant la réputation d’être libérale. Les jeunes socialistes polonais étaient plus particulièrement attirés par Bruxelles, dont le climat intellectuel et académique était extrêmement dynamique et favorable à l’émergence de nouvelles idées. Foyer des idées socialistes, l’Université Nouvelle avait été fondée en 1894, proposant des cours gratuits et accessibles à tous. Parallèlement à cela, l’Université Libre de Bruxelles était en pleine expansion : elle venait de se doter d’une École des sciences politiques et sociales (1899) et d’une École de commerce Solvay (1903). Kaden fut lui-même tenté par cette effervescence universitaire : à peine arrivé à Bruxelles, il s’inscrivit à l’Université Nouvelle en sciences sociales7 et, à partir de 1909, il poursuivit son cursus à l’Université Libre de Bruxelles, où il obtint une première candidature en philosophie (préparation au doctorat), tout en suivant des cours de sciences sociales en auditeur libre8. Enfin, pour ces Polonais au tempérament indépendantiste, la Belgique était un pays frère, dont l’indépendance restait intimement liée à l’insurrection polonaise de 1830. Ce ne fut donc pas un hasard s’ils choisirent d’y installer leur quartier général.

La Belgique, centre de la lutte indépendantiste polonaise

7Après la révolution de 1905, les divergences d’opinion s’exacerbèrent au sein du Parti Socialiste Polonais, entraînant une scission entre, d’une part, le PPS de gauche et, d’autre part, le PPS-Fraction Révolutionnaire. Le PPS de gauche envisageait la lutte du prolétariat polonais dans le prolongement du mouvement révolutionnaire russe, autrement dit sans chercher à recouvrer l’indépendance de la Pologne, alors que le PPS-Fraction Révolutionnaire considérait que le but de la lutte des classes était précisément l’indépendance de la Pologne. Dirigé par Józef Piłsudski, le PPS-Fraction Révolutionnaire concentra tous ses efforts dans une lutte indépendantiste de grande envergure.

  • 9 Ils allaient former la base des Légions de Piłsudski pendant le Première Guerre mondiale.
  • 10 Górecki (Piotr), « Zniedawnej przeszłości » [D’un passé récent], Nowa Gazeta, 1917 (72), p. 2.
  • 11 « Je me souviens de nos premiers exercices : nous les faisions dans les charmantes Ardennes, dans l (...)

8À cette fin, en 1908, Piłsudski créa l’Union de Lutte Active (Związek Walki Czynnej) à Lvov. Cette organisation militaire était destinée à préparer secrètement des unités de combat censées rejoindre l’armée polonaise lors d’un futur soulèvement9. Les combattants étaient recrutés sur les territoires annexés, mais aussi parmi les Polonais de l’émigration. Une des principales cibles à l’étranger fut la jeunesse estudiantine, et plus particulièrement là où elle était la plus nombreuse : en Belgique. Ainsi, c’est à Liège que la première filiale étrangère de l’Union de Lutte Active vit le jour en 190810. Peu nombreux au début, les membres de cette filiale liégeoise s’entraînaient et apprenaient à manier les armes dans la campagne environnante11. Ils se rendirent néanmoins rapidement compte de la nécessité d’élargir leur champ d’action et de sensibiliser un plus grand nombre de jeunes Polonais à la lutte pour l’indépendance.

  • 12 Ibidem.
  • 13 Ibidem.

9Pour ce faire, ils eurent l’idée d’utiliser les structures existantes des associations estudiantines. En Belgique, comme ailleurs, les étudiants polonais se réunissaient autour de cercles et d’associations qui étaient avant tout des lieux d’entraide, tout en adoptant parfois des fonctions politiques. Ces associations collaboraient entre elles par-delà les frontières, formant l’Union des Associations de la Jeunesse Progressiste Polonaise (Związek Stowarzyszeń Polskiej Młodzieży Postępowej), dont la neuvième Assemblée eut lieu à Genève en 1909. Les membres de la filiale liégeoise de l’Union de Lutte Active profitèrent de ce grand rassemblement pour provoquer une scission au sein de l’Union des Associations et fonder une nouvelle organisation du nom de Philarète (Filarecja), dont le but était « d’effectuer un travail politique parmi la jeunesse polonaise, en la préparant au service citoyen dans la Patrie »12. La création de la Philarète au printemps de l’année 1909 marqua un tournant décisif dans l’organisation de la jeunesse polonaise à l’étranger : « Pour la première fois dans le règlement d’une Association de jeunesse polonaise, il était clairement dit qu’il était nécessaire de préparer la lutte pour l’indépendance. »13 Sa devise était d’ailleurs sans ambiguïté : « L’homme libre dans la Pologne libre ».

  • 14 Ibidem.

10Étant donné qu’il fut provoqué par des jeunes Polonais basés à Liège, ce revirement fit de la Belgique le centre de la lutte indépendantiste polonaise en Europe. Cela signifie-t-il que les autorités belges soutenaient activement la Pologne et sa résistance à l’encontre des occupants ? À en croire Piotr Górecki, l’un des membres de la filiale liégeoise de l’Union de Lutte Active, et donc l’un des initiateurs de la Philarète, les autorités belges n’étaient en vérité pas au courant de leurs activités sur le sol belge : « Personne ne connaissait l’existence de l’Union de lutte active à Liège. Nous menions nos activités dans la conspiration, engageant de nouveaux membres avec une grande prudence. »14 Cela paraît néanmoins peu probable que la Belgique n’ait rien su de leurs agissements sur son territoire, surtout pour ce qui est du maniement des armes et des entraînements dans les Ardennes. Cela semble d’autant moins plausible que cette préparation militaire allait servir à former plusieurs officiers des Légions de Piłsudski. Pourtant, il n’y a étrangement aucune trace des dossiers de Tadeusz Piskor, Janusz Głuchowski, Mieczysław Witeź-Karski ni même de Piotr Górecki aux Archives Générales du Royaume. Il faut bien entendu tenir compte de leur possible disparition, mais leur absence laisse étonnamment penser que Górecki pouvait avoir raison quant au caractère secret de leurs activités en Belgique.

  • 15 Le dossier de Marian Dąbrowski (orthographié « Dombrowski ») ne contient aucune information comprom (...)
  • 16 Medard Downarowicz (15713) avait entrepris des études d’ingénieur commercial à Solvay en 1908 et Ma (...)
  • 17 Les membres étaient : Medard Downarowicz, Marian Dąbrowski, Maria Dąbrowska, Juliusz Kaden-Bandrows (...)

11Par ailleurs, cette hypothèse semble confirmée par la teneur d’autres dossiers à la Police des étrangers, dont celui d’une des têtes pensantes de la Philarète : Marian Dąbrowski15. Ce dernier ainsi que son ami Medard Downarowicz furent contactés par les fondateurs de la Philarète afin d’en formuler les fondements idéologiques. Plus âgés que les autres étudiants impliqués, Dąbrowski et Downarowicz étaient tous les deux membres du Parti Socialiste Polonais. Séjournant alors à Bruxelles, où ils suivaient des cours à l’ULB16, ils acceptèrent de rejoindre le mouvement philarète et d’en constituer la base intellectuelle et spirituelle. Pour ce faire, ils réunirent une quinzaine d’intellectuels polonais17 alors installés à Bruxelles, dont Jules Kaden, et créèrent en décembre 1909 l’Association Polonaise Joachim Lelewel (du nom de l’historien et politicien émigré à Bruxelles de 1834 à sa mort en 1861). Destinée à diriger l’ensemble des cercles indépendantistes liés au mouvement philarète dans l’Europe entière, l’établissement de l’Association Lelewel à Bruxelles confirmait la Belgique dans son rôle médiateur à l’égard du milieu indépendantiste polonais. Pourtant, rien n’indiquait qu’elle en fût consciente, du moins officiellement.

Une médiation franc-maçonne ?

  • 18 « Bien qu’il s’occupât alors presque exclusivement de psychologie, Abramowski n’arrêtait pas de rec (...)

12Face à la contradiction de cette médiation passive, voire non maîtrisée de la Belgique, il reste une hypothèse à explorer, mais elle demeure partiellement invérifiable. Il est effectivement possible que le soutien dont bénéficièrent les indépendantistes polonais émanait d’une frange relativement restreinte et discrète de la population belge : la franc-maçonnerie. Cette hypothèse est loin d’être improbable, car plusieurs sources polonaises attestent qu’il existait des liens entre l’Association Lelewel et la franc-maçonnerie belge. Ces liens semblent avoir été forgés par le maître à penser des Lelewel : le penseur anarchiste et philosophe autodidacte Edward Abramowski18.

  • 19 Bien qu’Urszuła Dobrzycka soit formelle quant à son travail dans les laboratoires bruxellois de psy (...)
  • 20 Il cite de nombreux exemples belges dans : Abramowski (Edward) [pseudonyme Czajkowski M. A.], Socja (...)
  • 21 Drewnowski, op. cit., p. 56.

13Après l’écrasement de la révolution de 1905, à laquelle il avait pris une part active, cet activiste socialiste s’était quelque peu écarté de la vie militante pour se consacrer à la recherche en psychologie expérimentale. Dès lors, son destin était voué à croiser celui de Georges Dwelshauvers, dont la thèse d’agrégation en psychologie expérimentale avait suscité une vive polémique à l’ULB, aboutissant à la création de l’Université Nouvelle. Désireux de travailler dans les laboratoires bruxellois de psychologie expérimentale, Abramowski résida à Bruxelles entre 1907 et 1912, tout en restant en contact avec Paris, Lausanne et Genève19. En réalité, ses travaux en psychologie devaient servir d’assise à son socialisme humaniste, autrement dit à un socialisme censé reposer avant tout sur l’individu et des relations fraternelles entre individus, et non sur une collectivité et des mouvements sociaux abstraits. Ainsi, s’inspirant du socialisme belge20, il préconisait la voie du coopérativisme dans le but ultime de remplacer le socialisme étatique par une république coopérativiste21.

  • 22 « Abramowski a toujours gardé contact avec la conspiration indépendantiste. Il était partisan d’une (...)
  • 23 Drewnowski, op. cit., p. 67.
  • 24 Elle était inscrite sous son nom de jeune fille et son prénom francisé : Marie Szumska (22323). (Re (...)

14Bien qu’il se consacrât presque exclusivement à la théorie et à la recherche, Abramowski ne rompit jamais vraiment avec l’activisme socialiste indépendantiste22. Selon Tadeusz Drewnowski23, c’est même lui qui aurait créé l’Association Lelewel et l’aurait dirigée dans l’ombre de Dąbrowski et de Downarowicz. L’existence d’une section coopérativiste tend d’ailleurs à confirmer son influence déterminante sur le fonctionnement de l’Association, dont il se servait sans doute pour mettre en pratique ses idéaux socialistes. C’est la future écrivaine Maria Dąbrowska, alors simple étudiante en sciences sociales à l’ULB24, qui était chargée de cette section :

  • 25 Dąbrowska (Maria), « Prawda o Belgii » [La vérité sur la Belgique], dans Dąbrowska (Maria), Pisma r (...)

J’allais dans toutes les coopératives et institutions sociales [de Belgique], car elles contenaient la quintessence de leur maîtrise de la vie matérielle, leur aspiration à atteindre une liberté désintéressée de création.25

  • 26 Probablement tenue par le secret, Maria Dąbrowska n’écrit jamais explicitement qu’Abramowski dirige (...)
  • 27 Giełżyński (Wojciech), Edward Abramowski zwiastun „solidarności” [Edward Abramowski, le précurseur (...)

15L’importance du coopérativisme au sein de l’Association Lelewel ne témoignait pas seulement du rôle directeur d’Abramowski26, elle tendait aussi à confirmer son lien avec la franc-maçonnerie. Dans la mesure où le coopérativisme permettait de renforcer l’union nationale et d’adoucir les frictions sociales, autrement dit de lutter de façon pacifique et fraternelle, il constituait effectivement un outil idéal pour réaliser les projets politiques francs-maçons27.

  • 28 « D’après moi, il ne fait aucun doute que l’association bruxelloise de Lelewel, tout comme les autr (...)
  • 29 Ce n’est pas un hasard si cette Association choisit de s’appeler « Lelewel ». En 1824, Lelewel fut (...)
  • 30 La formulation des statuts est révélatrice : « Qu’il n’y ait entre nous ni mots ni règles écrites. (...)

16En tout cas, l’Association Lelewel en tant que telle avait un caractère maçonnique28. Plusieurs éléments le démontrent : le choix d’un patron franc-maçon29, le caractère secret et fermé de l’Association (ce qui n’était pas le cas des autres groupes philarètes) et l’utilisation d’une phraséologie franc-maçonne30. Par ailleurs, elle vit le jour en 1909, c’est-à-dire l’année où s’opéra une restauration de la franc-maçonnerie polonaise en vue de soutenir et d’unifier l’ensemble du mouvement indépendantiste. Enfin, l’Association était ouvertement soutenue par Stefan Żeromski, le beau-frère de celui qui initia ce renouveau franc-maçon, ainsi qu’Andrzej Strug, le futur Grand Maître de la Grande Loge Nationale de Pologne « Polonais Réunis ».

  • 31 Elle écrit le 24 novembre 1938 : « Personnellement, je n’ai jamais rien eu à voir avec la franc-maç (...)
  • 32 À cette occasion, ils apposèrent une plaque commémorative au 58 rue des Éperonniers. (Drewnowski, o (...)
  • 33 Giełżyński, op. cit., pp. 100-101.
  • 34 Liste des membres avant 1940, consultée le 5 février 2013 au Centre de Documentation Maçonnique.

17Le caractère maçonnique de l’Association Lelewel ne suffit pas à démontrer que ses membres avaient un quelconque lien avec la franc-maçonnerie belge, et encore moins qu’ils bénéficiaient de son soutien. Pourtant, Maria Dąbrowska affirme dans son journal qu’ils sont entrés en contact avec la franc-maçonnerie belge et qu’ils ont même assisté à une de ses réunions31. Drewnowski est convaincu que cette rencontre eut lieu dans le cadre des célébrations qu’ils organisèrent à la mémoire de Lelewel en 1911, à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa mort32. Il reste néanmoins à déterminer la loge avec laquelle ils étaient en relation à Bruxelles. À ce sujet, il n’y a aucune certitude, étant donné que les liens qu’Abramowski entretenait avec les loges officielles étaient obscurs. Tous les analystes sont formels quant à ses accointances avec la franc-maçonnerie33, mais ignorent à quelle obédience il était affilié. Eu égard à ses relations avec la Suisse et la France, il pouvait être associé au Droit Humain, mais, en passant de la France à la Belgique, il s’était peut-être rapproché du Grand Orient, bien qu’il ne figure pas la liste de celui-ci34.

L’essai de Kaden

  • 35 « [...] et ce sénateur, c’est un des hommes les plus courageux de la Belgique d’aujourd’hui : marin (...)

18Même s’il est impossible d’affirmer de manière catégorique que la franc-maçonnerie belge a soutenu la cause indépendantiste polonaise avant la Première Guerre mondiale, le roman Poussière (1913) de Kaden semble suggérer que des personnes issues de ces deux camps se sont côtoyées à Bruxelles à cette époque et, plus généralement, qu’il existait un réseau de contacts entre intellectuels progressistes belges et polonais. Pour donner un exemple, Edmond Picard, qui est décrit dans le roman en des termes très élogieux35, apparaît comme le maître à penser d’Abramowski.

  • 36 Ce roman dépeint de manière très réaliste la vie de la communauté polonaise de Bruxelles entre 1907 (...)

19Même si Poussière est réputé pour son vérisme36, c’est toutefois l’« Essai sur la littérature polonaise au point de vue national » qui constitue la preuve la plus tangible du rapprochement entre Belges et Polonais. Il faut avouer que les Belges ne pouvaient être indifférents au travail de ce petit groupe de Polonais réunis autour de l’Association Lelewel, tous animés par l’envie d’étudier la Belgique, de la comprendre, d’en tirer tous les enseignements possibles afin de suivre le modèle d’un pays qui était parvenu à obtenir son indépendance.

  • 37 Dąbrowska (Maria), « Prawda o Belgii » [La vérité sur la Belgique], art. cit., p. 110.
  • 38 Kaden (Jules), « Essai sur la littérature polonaise au point de vue national », La Belgique artisti (...)

20Chacun des membres s’occupait d’un domaine particulier : tandis que Dąbrowska visitait les coopératives belges, Kaden avait pour mission de comprendre la philosophie de vie des Belges et la valeur de leur patrimoine pour le monde37. Dans son essai, nous croyons d’ailleurs déceler une trace de ce travail de recherche qu’il menait en tant que membre de l’Association Lelewel. En effet, bien que le sujet soit à proprement parler polonais, Kaden n’hésite pas à établir des parallèles entre écrivains polonais et écrivains belges, semblant trouver dans les exemples belges des clés pour mieux comprendre la littérature polonaise. Il va même jusqu’à utiliser l’histoire belge comme une grille de lecture de l’histoire polonaise, réinterprétant les événements survenus dans sa patrie à la lumière de ce qui s’est produit en Belgique. Ainsi, au lieu de commencer par les partages de la Pologne à la fin du xviiie siècle, il prend l’échec de l’insurrection polonaise de 1830, soit un événement auquel sont liés les deux pays, pour point de départ de son panorama de la littérature dans la Pologne occupée. Toutefois, le plus surprenant reste son interprétation socialiste de cette insurrection : l’initiative serait venue du peuple, mais elle aurait échoué à cause de la trahison des généraux, de l’aristocratie et de la noblesse ; l’insurrection de 1830 devient donc une question de lutte des classes et l’occupation de la Pologne une affaire de trahison du peuple par la classe dirigeante38.

  • 39 « Nous avons décidé de fonder une association d’esprit indépendantiste ne relevant d’aucun parti. L (...)
  • 40 « La nostalgie pour la création de l’État polonais les rapprochait de l’œuvre de Wyspiański. » (Ibi (...)

21Le texte publié dans La Belgique artistique et littéraire laisse donc entrevoir le fruit des recherches que Kaden menait sur la Belgique et ses apports éventuels à la compréhension des événements mondiaux. Cependant, il ne dévoile pas seulement les conclusions de son travail en tant que membre de l’Association Lelewel ; cet essai témoigne également du mode d’action de ces indépendantistes sur le sol belge, où ils faisaient du prosélytisme afin de sensibiliser les intellectuels belges à la cause polonaise. Une des missions des Lelewel était effectivement de faire connaître la Pologne à l’étranger, ou plus exactement de « dissiper l’ignorance à son sujet parmi les étrangers »39, pour reprendre les termes du protocole de leur première réunion. Dans cet esprit, les Lelewel sillonnaient toute la Belgique pour donner des conférences sur la Pologne, la culture, la littérature et l’art polonais. Dans ce contexte, leur figure favorite était celle de Stanisław Wyspiański, un génie polyvalent qu’ils considéraient comme engagé dans la cause nationale, tout comme eux40.

  • 41 « Cet art [le théâtre de Wyspiański] est simplement le testament de toute une race qui, après mille (...)

22Adam de Lada, le traducteur français de Wyspiański, n’était pas de cet avis. Dans son article « Stanisław Wyspiański (1869-1907). Un grand poète tragique », paru en septembre 1912 dans la Revue bleue, il défendit une position tout à fait contraire à celle des Lelewel. Estimant que la Pologne était sur le point de rendre l’âme41, il considérait que le génie prophétique de Wyspiański résidait justement dans la conscience de cette mort prochaine :

  • 42 Ibidem, p. 396.

 Wyspianski, la mort dans l’âme, voit que non seulement le caractère de ses compatriotes n’a pas changé, mais qu’en outre l’esclavage a fini par leur former une âme d’esclave. Il voit que toutes les forces qui jadis ont entraîné l’anéantissement de l’État n’ont pas cessé de vivre et d’agir dans la nation démembrée, la poussant fatalement vers l’abîme.42

  • 43 Kaden-Bandrowski (Juliusz), « Wyspiański we Francji » [Wyspiański en France], Tygodnik Ilustrowany, (...)

23Une telle opinion sur la Pologne et son poète néoromantique était inacceptable pour les indépendantistes polonais qui étaient en train de préparer leur riposte. Kaden condamna immédiatement les propos d’Adam de Lada dans Tygodnik Ilustrowany [L’hebdomadaire illustré] : « Sur le forum international, on ne peut pas condamner à la perte une nation qui lutte pour la liberté dans des moments d’ascension ensanglantés par la lourde destinée du peuple. »43 Seulement, en vertu de la mission prosélytiste que les Lelewel s’étaient donnée, Kaden se devait aussi de proclamer haut et fort la vivacité de la lutte nationale polonaise ainsi que la foi de Wyspiański en celle-ci dans les colonnes d’une revue francophone.

  • 44 D’après Leon Chajn, Kaden a été initié à la franc-maçonnerie à Bruxelles. (Chajn [Leon], Polskie wo (...)

24Étant donné que la polémique avait démarré à Paris, il aurait été plus logique d’opter pour une revue française. Le choix de La Belgique artistique et littéraire démontre donc très clairement que Kaden44, et plus généralement les Lelewel étaient soutenus par une frange de l’intelligentsia belge, laquelle facilita la parution de l’essai dans cette revue. Retraçant l’histoire de la littérature polonaise du romantisme au début du xxe siècle, il ne réfute les propos d’Adam de Lada qu’à la toute fin, présentant Wyspiański comme le chantre de la liberté nationale :

  • 45 Kaden (Jules), « Essai sur la littérature polonaise au point de vue national », art. cit., p. 207.

Tandis que pour Żeromski il y a des péchés, pour Wyspiański le péché n’existe pas. Les héros ne peuvent pas pécher, ils luttent ; ils peuvent être écrasés dans le conflit, mais ils ne sont jamais vaincus par eux-mêmes. Ainsi l’âme héroïque renaît toujours. […] La liberté absolue permet à Wyspiański de s’envoler haut, très haut, vers les sommets des destinées nationales, là où souffre depuis un siècle l’Aigle blanc ensanglanté. Par sa voix héroïque, Wyspiański fait revivre l’Oiseau ; il le pousse vers les ciels futurs, afin que l’Oiseau symbolique vole et plane toujours plus haut.45

Kaden en profite également pour affirmer la vitalité de la lutte indépendantiste chez les jeunes Polonais en Occident, et surtout en Belgique :

  • 46 Ibidem, p. 197.

C’est à la génération qui est arrivée, aujourd’hui, au sommet de l’activité, c’est au contact que cette génération a su nouer les idées toujours larges et humanitaires de l’Occident et avec les littératures étrangères, surtout celle de la Belgique, qu’appartient l’honneur de régénérer cette atmosphère créée par Sienkiewicz, doucement béate et somnolente.46

25Alors que le seul fait de publier un article sur la littérature d’un pays qui n’existait pas sur la carte de monde constituait déjà une preuve de soutien à sa cause, la parution d’un tel discours fit de La Belgique artistique et littéraire la tribune de l’indépendantisme polonais à l’aube du conflit qui allait le faire triompher.

Conclusion

  • 47 Dąbrowska (Maria), « Proch » [Poussière], art. cit., p. 69.

26Commentant son compte rendu de Poussière, Maria Dąbrowska écrivait dans une petite note en bas de page ajoutée en 1963 que les actions des émigrés visant à préparer la lutte armée pour l’indépendance n’étaient pas interdites en Belgique47. Il serait plus juste de dire que la Belgique ne s’est jamais opposée au militantisme indépendantiste polonais qui est né dans le giron de ses universités et a prospéré sur son territoire. Cet apparent laisser-aller, cette passivité supposée cachaient en vérité un discret soutien à la cause polonaise, lequel émanait de personnes influentes liées aux milieux socialistes francs-maçons. L’essai de Kaden constitue une des rares preuves belges de ces échanges belgo-polonais, alors que les Polonais ne cachent pas l’importance de cette médiation dans leur parcours :

  • 48 Dąbrowska (Maria), « Prawda o Belgii » [La vérité sur la Belgique], art. cit., pp. 110-111.

Nous aimions follement ce pays qui nous a permis de comprendre et d’accepter ce qu’il y a de plus éblouissant : le travail intensif et créatif qui construit la grandeur. De cette manière, nous nous sommes frayé le chemin moral qui retournait vers la Pologne.
La Pologne cessa d’être une atmosphère, elle cessa d’être l’objet d’une fierté offensée. Elle devint un devoir. C’est ce que nous a appris la Belgique. Construire la grandeur d’une Nation qui se trouvait encore au plus bas de son humiliation, trouver de quelle façon et où en Pologne se cachaient ces sources qui décidaient de la valeur de la vie de la Nation, et qui jaillissaient en cascade en Belgique.48

  • 49 Dossier « Pologne », Correspondance entre la Grande Loge Nationale de Pologne « Polonais Réunis » e (...)

27Le soutien pratiquement impalpable de la Belgique à la cause indépendantiste polonaise n’est pas à prendre à la légère, puisque la Pologne recouvra son indépendance en 1918 précisément grâce à l’appui de la communauté internationale ; et cette indépendance fut rapidement suivie par la renaissance de la franc-maçonnerie en Pologne, soutenue par le Grand Orient de Belgique en 192649.

Haut de page

Notes

1 Le dossier de Kaden à la Police des étrangers ne contient que des informations liées à son enregistrement à Bruxelles : Dossier n° 850738, Archives de la Police des étrangers, Archives générales du Royaume (consulté le 10 janvier 2012).

2 Sprusiński (Michał), Juliusz Kaden-Bandrowski, Cracovie, Wydawnictwo Literackie, 1971, p. 14.

3 « Une des nombreuses manifestations de notre infortune après les partages est la dispersion excessive de notre jeunesse dans les établissements de hautes études et de recherche scientifique à l’étranger. Dans l’histoire de l’éducation publique, ce phénomène sans précédent et – disons-le tout de suite – malsain, a chez nous des raisons exceptionnelles et malsaines. La jeunesse polonaise devait et doit chercher un savoir libre chez les étrangers, car elle ne la trouvait pas et ne l’a toujours pas [en 1910] dans certaines partie de sa Patrie. » (Karbowiak [Antoni], Młodzież polska akademicka za granicą 1795-1910 [La jeunesse polonaise universitaire à l’étranger 1795-1910], Cracovie, Nakładem Zjednoczenia Towarz. Młodzieży Polskiej za granicą, 1910, p. 3). Sauf là où un traducteur est mentionné, j’ai traduit tous les extraits du polonais cités dans cet article.

4 Drewnowski (Tadeusz), Rzecz russowska. O pisarstwie Marii Dąbrowskiej [L’affaire de Russów. Sur l’œuvre de Maria Dąbrowska], Cracovie, Wydawnictwo Literackie, 2000, pp. 45-46.

5 « En janvier 1905, la jeunesse associée à la Ligue nationale déclencha une grève scolaire, également soutenue par les partis de gauche. Elle obtint le droit d’enseigner en polonais dans les écoles privées, mais, dans les écoles publiques, on ne lui accorda que le droit d’enseigner le polonais comme matière distincte. Les grèves et les manifestations scolaires se prolongèrent jusqu’en 1908. » (Tymowski [Michał], Une Histoire de la Pologne, trad. du polonais par Jean-Yves Erhel. Montricher, Noir sur Blanc, 2003, pp. 130-131).

6 « À l’époque, la Belgique était le plus grand nid de Polonais, ou plus généralement d’étudiants slaves en Occident. Les matricules des universités belges après 1905 mentionnent plus de noms russes, bulgares et polonais que de noms wallons et flamands (rien qu’à Liège 1025 Polonais ont défilé entre 1910 et 1914). » (Drewnowski [Tadeusz], op.cit., pp. 45-46).

7 Dossier Z.252, Archives de l’Université Nouvelle, conservées aux Archives de l’ULB (consulté le 15 janvier 2013).

8 Kaden étant son nom de plume, il était inscrit sous le nom de Jules Bandrowsky (12379). (Registre des étudiants polonais inscrits à l’ULB entre 1905 et 1914, Archives de l’Université Libre de Bruxelles [consulté le 9 janvier 2013]).

9 Ils allaient former la base des Légions de Piłsudski pendant le Première Guerre mondiale.

10 Górecki (Piotr), « Zniedawnej przeszłości » [D’un passé récent], Nowa Gazeta, 1917 (72), p. 2.

11 « Je me souviens de nos premiers exercices : nous les faisions dans les charmantes Ardennes, dans les environs de Spa et de la cascade de Coo. » (Ibidem)

12 Ibidem.

13 Ibidem.

14 Ibidem.

15 Le dossier de Marian Dąbrowski (orthographié « Dombrowski ») ne contient aucune information compromettante, bien qu’il ait été suivi de près par la police : Dossier n° 850803, Archives de la Police des étrangers, Archives générales du Royaume (consulté le 9 janvier 2012).

16 Medard Downarowicz (15713) avait entrepris des études d’ingénieur commercial à Solvay en 1908 et Marian Dąbrowski (15666) était inscrit en candidature de philosophie depuis 1907.

17 Les membres étaient : Medard Downarowicz, Marian Dąbrowski, Maria Dąbrowska, Juliusz Kaden-Bandrowski, Juliusz Poniatowski, Zofia Poniatowska, Erazm Samotyha, Nela Miłkowska-Samotyhowa, Roman Ślaski, Józef Malowaniec, Józef Sekiel, Roman Vieveger, Eudeniusz Medyński, Maria Orsetti, Stanisław Borowski et sa femme, Pilat, Henryk Piekarski, Goldblum. (Hulewicz [Jan], « Ruch filarecki polskiej młodzieży uniwersyteckiej w Belgii jako środowisko młodzieńcze Marii Dąbrowskiej » [Le mouvement philarète de la jeunesse universitaire polonaise en Belgique comme environnement de jeunesse de Maria Dąbrowska], dans Korzeniewska [Ewa], éd., Pięćdziesiąt lat twórczości Marii Dąbrowskiej. Referaty i materiały sesji naukowej [Maria Dąbrowska : cinquante ans de création. Exposés et matériaux de la conférence scientifique],Varsovie, PIW, 1963, pp. 215-216).

18 « Bien qu’il s’occupât alors presque exclusivement de psychologie, Abramowski n’arrêtait pas de rechercher des groupements humains travaillant sur l’éducation d’un type d’homme meilleur, plus élevé. Dans ses recherches, il est entré en connexion avec les organisations de la Franc-Maçonnerie Universelle, les Théosophes et les Bons Templiers. » (Dąbrowska [Maria], Życie i dzieło Edwarda Abramowskiego [Vie et œuvre d’Edward Abramowski], Varsovie, Wydawnictwo Związku Polskich Stowarzyszeń Spożywców, 1925, p. 9).

19 Bien qu’Urszuła Dobrzycka soit formelle quant à son travail dans les laboratoires bruxellois de psychologie, Abramowski n’était inscrit ni à l’ULB, ni à l’Université Nouvelle (pas même en tant qu’auditeur libre). Il s’agit sans doute d’une collaboration de nature personnelle. (Dobrzycka [Urszuła], Abramowski, Varsovie, Wiedza Powszechna, 1991, p. 27).

20 Il cite de nombreux exemples belges dans : Abramowski (Edward) [pseudonyme Czajkowski M. A.], Socjalizm a państwo. Przyczynek do krytyki wpółczesnego socjalizmu [Socialisme et État. Contribution à la critique du socialisme contemporain], Lvov, Polskie Towarzystwo Nakładowe, 1904, 205 p.

21 Drewnowski, op. cit., p. 56.

22 « Abramowski a toujours gardé contact avec la conspiration indépendantiste. Il était partisan d’une entente entre les différentes factions de ce mouvement. Il soutenait les actions d’entente des groupes politiques actifs dans les trois parties annexées. » (Dobrzycka, op. cit., p. 26).

23 Drewnowski, op. cit., p. 67.

24 Elle était inscrite sous son nom de jeune fille et son prénom francisé : Marie Szumska (22323). (Registre des étudiants polonais inscrits à l’ULB entre 1905 et 1914, Archives de l’Université Libre de Bruxelles [consulté le 9 janvier 2013]).

25 Dąbrowska (Maria), « Prawda o Belgii » [La vérité sur la Belgique], dans Dąbrowska (Maria), Pisma rozproszone [Écrits épars] t. 1, Korzeniewska (Ewa), éd. Cracovie, Wydawnictwo Literackie, 1964, p. 110.

26 Probablement tenue par le secret, Maria Dąbrowska n’écrit jamais explicitement qu’Abramowski dirigeait l’Association Lelewel, mais il est possible de déduire ceci du recoupement de deux de ses textes. Dans « Quelques pionniers du coopérativisme polonais », elle affirme avoir fait la connaissance d’Abramowski à Bruxelles et dresse de lui un portrait tellement dithyrambique qu’il est possible de reconnaître en lui son maître à penser en matière de coopérativisme (Dąbrowska [Maria], « O kilku pionierach polskiej spółdzielczości » [Quelques pionniers du coopérativisme polonais], dans Ibid., pp. 174-177.). D’autre part, dans « La vérité sur la Belgique », elle relie ses actions coopérativistes aux activités d’un groupe de Polonais (« Nous ») qu’elle ne nomme pas, mais, d’après la description qu’elle en fait, il s’agit indubitablement de l’Association Lelewel. (Dąbrowska [Maria], « Prawda o Belgii » [La vérité sur la Belgique], art. cit., pp. 109-110).

27 Giełżyński (Wojciech), Edward Abramowski zwiastun „solidarności” [Edward Abramowski, le précurseur de « Solidarność »]. Londres, Polonia, p. 102.

28 « D’après moi, il ne fait aucun doute que l’association bruxelloise de Lelewel, tout comme les autres qu’a alors constituées Abramowski, avait un caractère paramaçonnique, voire maçonnique. » (Drewnowski, op. cit., p. 67).

29 Ce n’est pas un hasard si cette Association choisit de s’appeler « Lelewel ». En 1824, Lelewel fut accusé d’entretenir des relations avec les Philomathes, lesquels avaient fondé en 1820 une association de jeunes patriotes du nom de « Philarètes » à l’Université de Vilnius. Le parallèle avec la Philarète est évident. Ces accusations lui valurent de perdre son poste. Après avoir été activement impliqué dans l’insurrection de novembre, il fut contraint d’émigrer d’abord en France, puis en Belgique (il fut même nommé professeur à l’ULB), mais il continua à lutter pour l’indépendance de son pays. À partir de 1834, il s’associa à la Jeune Pologne, une organisation indépendantiste élitiste qui aspirait à pénétrer tous les milieux afin de tout diriger secrètement. (Kieniewicz [Stefan], Joachim Lelewel. Varsovie, Książka i Wiedza, 1990, p. 159).

30 La formulation des statuts est révélatrice : « Qu’il n’y ait entre nous ni mots ni règles écrites. Puissions-nous être unis par l’acte et l’accord tacite de Bonne Volonté. » (Drewnowski, op. cit., p. 51).

31 Elle écrit le 24 novembre 1938 : « Personnellement, je n’ai jamais rien eu à voir avec la franc-maçonnerie, et, du vivant de Marian, j’ai toujours considéré qu’elle n’était pas nécessaire. Elle était de plus, trop fermée, à mon goût, dans le milieu de la bourgeoise intellectuelle. Ce caractère de la franc-maçonnerie m’avait déjà frappée dans ma jeunesse, quand, à Bruxelles, on nous avait invités à une réunion de la franc-maçonnerie de là-bas, ce dont Marian, alors sous le charme de Cendres de Żeromski, s’était réjoui comme un enfant. » (Dąbrowska [Maria], Dzienniki 1933-1945 [Journaux 1933-1945], t. 2., Varsovie, Czytelnik, 1988, pp. 279-280).

32 À cette occasion, ils apposèrent une plaque commémorative au 58 rue des Éperonniers. (Drewnowski, op. cit., pp. 67-68).

33 Giełżyński, op. cit., pp. 100-101.

34 Liste des membres avant 1940, consultée le 5 février 2013 au Centre de Documentation Maçonnique.

35 « [...] et ce sénateur, c’est un des hommes les plus courageux de la Belgique d’aujourd’hui : marin, vagabond, juriste, éminent avocat, rénovateur de l’histoire du droit d’ici, professeur à l’université, fondateur de toute une plage belge, propagateur de la fusion wallonne de la langue avec le flamand, inventeur d’une “âme” belge à part, protecteur des artistes, mangeur, buveur, amant indispensable à deux générations de femmes, littérateur, dramaturge, rédacteur, fondateur du théâtre belge, membre du Parlement. » (Kaden-Bandrowski [Juliusz], Proch [Poussière], Varsovie, Biblioteka Polska, 1921, pp. 225-226).

36 Ce roman dépeint de manière très réaliste la vie de la communauté polonaise de Bruxelles entre 1907 et 1913. Maria Dąbrowska confirme le caractère véridique de ce qu’il contient : « Ce roman tremble de vie et de vérité […] ». Plus loin, elle écrit : « Du tumulte de la vie étudiante, ouvrière (parfaitement représentée) en Belgique, il Kaden en a extrait la vérité. » (Dąbrowska [Maria], « Proch » [Poussière], dans Dąbrowska [Maria], Pisma rozproszone [Écrits épars], t. 1, op. cit., pp. 65 et 69).

37 Dąbrowska (Maria), « Prawda o Belgii » [La vérité sur la Belgique], art. cit., p. 110.

38 Kaden (Jules), « Essai sur la littérature polonaise au point de vue national », La Belgique artistique et littéraire, 1913 (93), pp. 193-194.

39 « Nous avons décidé de fonder une association d’esprit indépendantiste ne relevant d’aucun parti. Les personnes réunies ressentent le devoir de souligner et d’affirmer cette idée, si naturelle pour chaque Polonais, dans la mesure où les courants théoriques contemporains inoculés à la jeunesse tentent d’affaiblir cette idée et d’en écarter la jeunesse, en la désignant comme liée à un parti. Les personnes réunies signalent toute l’anormalité d’un tel rapport, désirent connaître le passé et le présent de la vie de la Pologne, et dissiper l’ignorance à son sujet parmi les étrangers. » (Hulewicz, art. cit. p. 216).

40 « La nostalgie pour la création de l’État polonais les rapprochait de l’œuvre de Wyspiański. » (Ibid., p. 217).

41 « Cet art [le théâtre de Wyspiański] est simplement le testament de toute une race qui, après mille ans de gloire et de misère, s’effondre, broyée par la fatalité de l’histoire. La plus latine parmi les cultures slaves, avant sa décomposition définitive, atteint dans ce théâtre à une conscience d’elle-même et à une beauté qui ne sont possibles qu’en face de la mort. » (de Lada [Adam], « Stanisław Wyspiański (1869-1907). Un grand poète tragique », La Revue bleue, 1912, pp. 395-396).

42 Ibidem, p. 396.

43 Kaden-Bandrowski (Juliusz), « Wyspiański we Francji » [Wyspiański en France], Tygodnik Ilustrowany, 1912 (44). Cité dans : Sprusiński M., op. cit., p. 20.

44 D’après Leon Chajn, Kaden a été initié à la franc-maçonnerie à Bruxelles. (Chajn [Leon], Polskie wolnomularstwo 1920-1938 [La franc-maçonnerie polonaise], Varsovie, Czytelnik, 1984, p. 270).

45 Kaden (Jules), « Essai sur la littérature polonaise au point de vue national », art. cit., p. 207.

46 Ibidem, p. 197.

47 Dąbrowska (Maria), « Proch » [Poussière], art. cit., p. 69.

48 Dąbrowska (Maria), « Prawda o Belgii » [La vérité sur la Belgique], art. cit., pp. 110-111.

49 Dossier « Pologne », Correspondance entre la Grande Loge Nationale de Pologne « Polonais Réunis » et le Grand Orient de Belgique, Centre de Documentation maçonnique, consulté le 5 février 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katia Vandenborre, « La Belgique artistique et littéraire, tribune de l’indépendantisme polonais ? », Textyles, 45 | 2014, 69-81.

Référence électronique

Katia Vandenborre, « La Belgique artistique et littéraire, tribune de l’indépendantisme polonais ? », Textyles [En ligne], 45 | 2014, mis en ligne le 26 juin 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2536 ; DOI : 10.4000/textyles.2536

Haut de page

Auteur

Katia Vandenborre

Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals