Navigation – Plan du site
Les passeurs

La revue Le flambeau et les littératures slaves (1918-1940)

Laurent Béghin
p. 105-122

Texte intégral

1Dans la diffusion d’une littérature étrangère, les revues généralistes jouent souvent un rôle tout aussi important que leurs homologues littéraires. C’est dans La revue des deux mondes que le vicomte de Vogüé publia, dans les années 1880, ses célèbres portraits de romanciers russes. Évoquer Le flambeau dans un recueil d’études consacrées à la traduction et à la médiation culturelle en Belgique francophone est donc moins incongru qu’il n’y paraît de prime abord.

  • 1 Le flambeau, « Au lecteur », dans Le flambeau, I, 1, janvier 1919, p. 2.
  • 2 Du 13 au 16 novembre 1918, Le flambeau parut quotidiennement. Sur l’histoire de la revue, on peut s (...)

2Pourtant, dès ses premiers numéros, ce périodique d’inspiration libérale déclarait vouloir s’occuper de politique, étrangère surtout. Les circonstances de sa naissance expliquaient en partie le choix de cette ligne éditoriale. La revue commença à paraître clandestinement au printemps 1918 alors que les Allemands, ayant imposé une paix léonine à la Russie, déclenchaient leur dernière grande offensive et qu’après presque quatre années de guerre « l’esprit public en Belgique sembla[it] fléchir »1. Les sept numéros publiés entre avril et octobre 1918 examinaient attentivement la situation internationale, observaient les signes de délitement des empires centraux et de leurs alliés et y voyaient autant de raisons d’espérer. Lorsqu’en janvier 1919, Le flambeau parut enfin au grand jour, avec une périodicité mensuelle2, il réaffirma son ambition « de doter la Belgique d’une revue de politique étrangère ».

  • 3 Le flambeau, « Au lecteur », op. cit., p. 2.

Nous tâcherons, lit-on dans l’article liminaire du premier numéro du Flambeau non clandestin, d’éclairer nos lecteurs, non seulement sur ce qui se passe à Paris ou à Berlin, mais sur les événements qui se déroulent chez les peuples anglo-saxons, au milieu des nations slaves, dans l’Orient prochain comme dans l’Orient lointain, dans les colonies. Nous nous efforcerons de ne négliger aucun des faits importants de l’actualité internationale.3

  • 4 Grégoire (Henri), « La Grèce d’Elefthtérios Vénizélos », I, 3, mars 1919, pp. 169-177 ; Idem, « La (...)

3Effectivement, en ce début d’après-guerre, la revue rendit compte à ses lecteurs de la situation de la Grèce, de « La nation arménienne », du « Problème de Teschen », cette petite ville de Silésie – Cieszyn en polonais, Tĕšín en tchèque – que se disputaient alors la Pologne et la Tchécoslovaquie4, etc.

4Cependant la littérature y fit bientôt son apparition : la création littéraire en langue française, sous forme de textes originaux ou d’articles critiques, mais surtout les lettres étrangères, slaves en particulier. Cette attention portée aux écrivains slaves et plus généralement aux cultures d’Europe centrale et orientale doit beaucoup à la personnalité de deux des fondateurs de la revue.

  • 5 Sur Oscar Grojean (1875-1950), voir les articles que, peu après sa mort, plusieurs de ses amis lui (...)
  • 6 Sur Anatole Muhlstein (1889-1957), je renvoie à Palewski (Gaston), « Anatole Muhlstein » et à Grégo (...)
  • 7 Grégoire (Henri), « Les prophéties d’Anatole Muhltsein, mon ami et mon maître », op. cit., p. 740.
  • 8 Muhlstein (Anatole), « Masaryk », II, 1, janvier 1919, pp. 19-25 ; Rulhière (René) [pseudonyme de M (...)

5Oscar Grojean, Anatole Muhlstein et Henri Grégoire ont porté Le flambeau sur les fonts baptismaux et ont présidé à sa destinée jusqu’à leur mort, dans les années cinquante et soixante. Le premier, bien qu’il ait joué un rôle important dans l’histoire de la revue, ne nous retiendra guère. Ce docteur en philosophie et lettres de l’Université de Liège, à la fois romaniste et spécialiste des langues anciennes, par ailleurs conservateur de la Bibliothèque royale, n’entretint en effet aucun lien avec le monde slave5. Tel ne fut pas le cas des deux autres créateurs du Flambeau. Né en Pologne, Anatole Muhlstein avait tâté des geôles russes pendant la révolution de 1905 et était venu en Belgique peu avant la guerre pour suivre à l’Université de Bruxelles les cours du philosophe Georges Dwelshauvers (1866-1937). Après 1918, il mena une brillante carrière diplomatique au service de la jeune république polonaise : d’abord secrétaire de la légation de Pologne à Bruxelles, il effectua ensuite de nombreuses missions à Genève auprès de la Société des Nations, puis passa à Paris, où il occupa les fonctions de conseiller à l’ambassade de Pologne. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’exila aux États-Unis. Il s’établit de nouveau à Paris une fois la paix revenue en Europe6. Dans Le flambeau, dont il est, selon Henri Grégoire, le véritable créateur7, il publie, au lendemain de la Première Guerre mondiale, de très nombreux articles consacrés aux nouveaux États de l’Europe médiane, contribuant ainsi à ouvrir la revue à un espace en grande partie slave8.

  • 9 Sur Henri Grégoire, voir l’article d’Alice Leroy-Molinghem dans la Biographie nationale, t. XLIV, d (...)

6Muhlstein conforta en outre l’intérêt pour ce même monde slave du troisième et dernier fondateur du Flambeau. Né à Huy en 1881, Henri Grégoire étudia à Liège, où il fut proclamé docteur en philologie classique (ancien régime) en 19029. Fasciné par l’Orient byzantin depuis son adolescence, il embrassa très tôt une carrière de byzantiniste. Ayant parfait sa formation en Allemagne et passé plusieurs années en Orient, il fut, en 1909, chargé des cours d’explication d’auteurs grecs puis, à partir de 1911, de grec médiéval à l’Université de Bruxelles. Sa passion pour la civilisation byzantine le conduisit tout naturellement à l’étude des langues slaves. C’est ainsi que sa route croisa celle d’Anatole Muhlstein.

  • 10 Henri Grégoire a raconté son apprentissage du russe et du polonais dans « Les prophéties d’Anatole (...)
  • 11 Sur la contribution de Grégoire aux études slaves, je renvoie à l’article de Claude Backvis, « Henr (...)

7En 1915, Grégoire, désireux d’approfondir sa connaissance du russe, dont il avait acquis les rudiments, demanda au recteur de l’Université de Bruxelles, l’historien et juriste Paul Errera, de lui conseiller un professeur privé. Errera l’adressa à Mulhstein, qui lui enseigna non seulement le russe, mais aussi le polonais. Sous sa direction, il apprit par cœur des strophes de Pouchkine, Lermontov et Mickiewicz et, en guise d’exercice, traduisit avant la fin de la guerre l’intégralité d’un gros roman de Saltykov-Tchchédrine, Ces messieurs Golovliev !10 Chercheur éclectique, ayant toujours plusieurs études sur le métier, Grégoire traduisit infatigablement de la plupart des langues slaves maint travail consacré au monde byzantin. Il rédigea également divers articles originaux sur des thèmes slaves. Dans ce domaine, la contribution la plus originale de cet éminent spécialiste de la poésie épique – le Digenis Akritas byzantin sera l’une de ses grandes passions – fut sans aucun doute le séminaire qu’en compagnie de Roman Jakobson, il anima, pendant la Seconde Guerre mondiale, à l’École libre des hautes études de New York, sur le Dit d’Igor, cette célèbre épopée russe du XIIe siècle11. Enfin, d’un point de vue institutionnel, Grégoire fut à l’origine de l’Institut de philologie et d’histoire orientales et slaves de l’Université de Bruxelles, qui fit tant, en Belgique et à l’étranger, pour les études byzantines et slaves.

  • 12 Dupierreux (Richard), « La Russie antibolchévik [sic] et la solution sibérienne », I, 4, avril 1919 (...)
  • 13 Henri Grégoire était d’ailleurs très fier d’avoir – par sa mère – des origines françaises. En 1909, (...)

8Assurément la présence d’hommes comme Muhlstein et Grégoire à la tête du Flambeau favorisa au sein de la revue l’émergence d’un tropisme slave. Conformément à l’objectif initial du mensuel, cet intérêt pour l’Europe centrale et orientale se manifesta tout d’abord sous la forme de nombreux articles de politique étrangère. Les premiers numéros du Flambeau suivirent avec attention la guerre civile en Russie, le conflit russo-polonais de 1920 et présentèrent quelques-unes des figures politiques marquantes des nouveaux États slaves, comme le Tchécoslovaque Tomaš Garrigue Masaryk ou le Polonais Józef Piłsudski12. D’entrée de jeu, la revue ne cacha pas son hostilité à l’égard de l’Union soviétique. Elle salua en revanche les nouvelles républiques – Pologne, Tchécoslovaquie – nées sur les ruines des Empires centraux et de la Russie tsariste. À cela rien de surprenant : tout d’abord ces pays avaient adopté une ligne anti-bolchevique ; surtout, ils étaient soutenus par la France, à laquelle l’équipe dirigeante du Flambeau vouait une admiration sans bornes13.

9Mais outre son intérêt affiché pour la politique étrangère, une raison plus spécifiquement belge conduisit peut-être la revue à se pencher sur le sort de certains de ces États de l’Europe médiane. Bien que s’appuyant sur le principe des nationalités – une nation, un État – cher au président Wilson, la plupart de ces nouveaux pays abritaient d’importantes minorités. Ainsi, dans certaines provinces polonaises, Juifs, Ukrainiens ou Biélorusses étaient-ils plus nombreux que les Polonais eux-mêmes. Quoique leurs droits fussent, en principe (un principe souvent malmené avec le temps), reconnus constitutionnellement, certaines de ces minorités réclamaient une autonomie accrue. Difficile dans ces circonstances pour les rédacteurs et pour les lecteurs du Flambeau de ne pas opérer un retour sur eux-mêmes et de ne pas songer à la situation de la Belgique de l’immédiat après-guerre, où les revendications linguistiques flamandes se faisaient de plus en plus pressantes. Francophile et libéral, Le flambeau militait pour le maintien d’une Belgique unie qui accorderait certes droit de cité à toutes les langues nationales, mais où une place privilégiée serait réservée au français. S’étonnera-t-on dès lors que les articles qu’il consacra au problème des nationalités fussent généralement favorables à la communauté culturellement dominante ? L’auteur de l’article intitulé « Polonais et Ruthènes » critiquait ainsi vertement les aspirations séparatistes des Ukrainiens de Galicie :

  • 14 Polak, « Polonais et Ruthènes », II, 6, juin 1919, pp. 736-744.

 Il est impossible de soumettre 2 millions de Polonais, qui représentent toute la civilisation du pays [la Galicie polonaise], à 3 millions de Ruthènes qui ne comptent parmi eux que 1 p. c. de personnes appartenant à des classes instruites14.

  • 15 Siedlecki (Michel) [Michał], « La renaissance d’une université. L’Université de Vilna », IV, 8, 31 (...)
  • 16 Voir par exemple Taeda, « Pour l’université française de Gand », III, 3, mars 1920, pp. 420-424 ; L (...)

10Plus éclairantes encore sont les pages concernant Wilno – l’actuelle Vilnius – et son université. Polonisée depuis des siècles mais officiellement située sur le territoire de la jeune république lituanienne, la ville avait été annexée militairement par la Pologne en octobre 1920. L’affaire suscita un certain intérêt en Belgique dans la mesure où la Société des Nations récemment créée avait chargé le libéral Paul Hymans de régler le différend polono-lituanien. Le flambeau publia plusieurs textes sur le sujet, en particulier une série d’articles où, contre les revendications lituaniennes, était défendue la polonité de l’Université de Wilno, fondée en 1578 par le roi de Pologne Stéphane Batory et dont la réouverture en 1919 marquait, selon un des auteurs du Flambeau, « un grand progrès dans la pénétration de la civilisation occidentale et latine en Europe orientale »15. Or, à peu près à la même époque, la revue prenait résolument fait et cause contre la néerlandisation de l’Université de Gand. Elle donna sur le sujet une série d’articles affirmant le caractère français de l’établissement de haut enseignement gantois16. Bien que les textes concernant l’Université de Wilno aient été rédigés par des Polonais sans doute peu au fait de la situation belge, probablement ont-ils provoqué chez certains de leurs lecteurs une impression de déjà-vu et appelé un parallèle avec la Belgique…

  • 17 Sur Junia Letty, cf. infra, n. 56.
  • 18 Rosny Aîné (J.-H)., « Camille Lemonnier », V, 11, 30 novembre 1922, pp. 311-318 ; Letty (Junia), «  (...)
  • 19 Dans les années vingt, la revue publia cependant quelques articles du germaniste Charles Beckenhaup (...)
  • 20 De Reul (Paul), « Sous le masque de Shakespeare », II, 4, 30 avril 1919, pp. 447-462 ; « Le centena (...)
  • 21 Pirandello (Luigi), « L’histoire de Donna Mimma », traduction de Juliette André, V, 3, 31 mars 1922 (...)
  • 22 « Les gentilshommes », traduit de l’italien par Juliette André, VI, 8, 31 août 1923, pp. 79-88. Cet (...)

11Venons-en à présent à la littérature proprement dite. On se souvient que, tout en n’étant pas une revue littéraire, Le flambeau manifesta très tôt une réelle attention aux belles-lettres. La création de langue française, belge ou hexagonale, y fut souvent mise à l’honneur : en 1922, par exemple, Rosny Aîné évoquait Camille Lemonnier ; la même année, peu après la mort de l’auteur d’À la recherche du temps perdu, Junia Letty – pseudonyme de Juliette Grégoire, la sœur d’Henri Grégoire17 – publiait un « Du côté de chez Proust » ; un an plus tard, Maurice Wilmotte, le fondateur de la philologie romane en Belgique, traçait un portrait de Georges Rodenbach18. Les lettres étrangères furent elles aussi présentes, encore que de manière souvent très sélective et en accord avec les options politiques de la revue. Ainsi, peu suspect de germanophilie, Le flambeau n’accorda-t-il qu’une place réduite à la littérature allemande19. Le domaine anglais fut en revanche bien servi, en particulier grâce aux articles de Paul De Reul (1871-1945), fils de l’écrivain Xavier De Reul et professeur de littérature anglaise à l’Université de Bruxelles, qui évoqua Shakespeare, commémora le centenaire de la mort de Keats et de Shelley, commenta Charles Browning ou établit un parallèle entre D.H. Lawrence et Freud20. L’Italie jouit également des faveurs de la revue. Junia Letty de nouveau présenta l’œuvre de Goldoni et de Pirandello, dont Le flambeau proposa en outre une nouvelle21. La revue publia par en outre un texte de Giovanni Verga22. Enfin, conformément aux goûts personnels d’Henri Grégoire, elle entretint parfois ses lecteurs de littérature néo-hellénique. Toutefois ce furent les écrivains slaves qui, dans l’entre-deux-guerres, retinrent principalement son attention.

Le flambeau et les écrivains russes

12Actualité oblige, les premiers numéros du Flambeau contenaient maint article sur la guerre civile et la situation politique de la Russie et n’accordaient que peu de place aux questions littéraires. Les choses changèrent au début des années vingt, lorsqu’il devint évident que les armées blanches avaient définitivement perdu la partie et que le pays s’était durablement engagé dans la voie du communisme. Jusqu’à la fin de la décennie, rares furent les années où la revue ne publia pas au moins un article de littérature russe. L’intérêt pour le sujet décrut légèrement au début de la décennie suivante pour repartir de plus belle à la fin des années trente.

13Cet intérêt pour les lettres russes revêt plusieurs aspects : grosso modo Pouchkine et plus généralement la littérature classique, l’histoire intellectuelle russe, Tchékhov et la littérature contemporaine.

  • 23 Les perles de la poésie slave. Lermontov – Pouchkine – Mickiewicz, transcriptions en rimes français (...)
  • 24 Ces deux versions ne figurent pas dans Les perles de la poésie slave.
  • 25 Cette manifestation, qui se tint au numéro 65 de la rue de la Concorde, non loin de l’avenue Louise (...)
  • 26 Nagivine (Ivan), « Alexandre Serguïévitch Pouchkine », VII, 7, juillet 1924, pp. 276-284. Sur Ivan (...)
  • 27 Le 7 février 1937, les deux hommes évoquèrent l’écrivain lors d’une séance solennelle au Palais des (...)

14Pouchkine est assurément l’un des héros russes du Flambeau. Dès 1919, Henri Grégoire, qui l’avait déjà traduit dans ses Perles de la poésie slave23, proposa à ses lecteurs ses propres versions en vers rimés de deux parmi les plus célèbres poèmes de l’écrivain russe (« À *** » – le fameux Ja pomnju čudnoe mgnoven’e – de 1825 et Ja vas ljubil de 1829)24. L’entre-deux-guerres connut deux grandes célébrations pouchkiniennes : en 1924, le cent vingt-cinquième anniversaire de la naissance du poète et, surtout, en 1937, le centenaire de sa mort. Le flambeau ne laissa passer aucune de ces deux occasions. Le 28 juin 1924, le cercle des écrivains russes de Bruxelles, « Edinorog » [La licorne], présidé par le comte Mikhaïl Pérovsky, qui par ailleurs signa plusieurs articles dans Le flambeau, fêta l’auteur d’Eugène Onéguine par une série de conférences25. Parmi les orateurs figuraient Henri Grégoire et Ivan Nagivine, écrivain et publiciste russe émigré, dont l’intervention fut publiée dans Le flambeau26. Quant au centenaire de la mort du poète, il fut célébré dans le numéro de février 1937 par Grégoire de nouveau et Alexandre Eck, médiéviste russe et professeur à l’Université de Bruxelles27.

  • 28 Lednicki (Venceslas) [Wacław], « Autour de la trilogie anti-polonaise de Pouchkine », X, 6, 1er jui (...)
  • 29 Cette chaire était entièrement financée par l’État polonais. Le choix de Wacław Lednicki (1891-1967 (...)
  • 30 On lira un aperçu de la vie et de la carrière de Claude Backvis (1910-1998) dans la notice que lui (...)
  • 31 « Le cavalier de bronze. À propos d’une étude de M. Lednicki », XV (1932), 10, pp. 486-494 et « Le (...)

15La revue évoqua aussi Pouchkine en dehors des commémorations officielles. En 1928 et 1929, elle publia en huit livraisons un très long essai de Wacław – Venceslas en français – Lednicki intitulé « Autour de la trilogie anti-polonaise de Pouchkine »28. Né à Moscou, Lednicki, l’un des meilleurs spécialistes polonais de la littérature russe, en particulier de Pouchkine, avait été envoyé en Belgique en 1926 par le gouvernement de Varsovie afin d’occuper à l’Université de Bruxelles la nouvelle chaire de littératures slaves29. Parmi ses étudiants, le savant compta le jeune Claude Backvis, qui bientôt abandonna la philologie classique pour se consacrer entièrement au monde slave, dont il enseigna, à partir de 1934, l’histoire et les littératures30. Lui aussi donna à la revue qui nous occupe deux articles sur Pouchkine31.

  • 32 Parmi les universitaires liégeois collaborant à la revue, citons le romaniste Maurice Wilmotte, le (...)
  • 33 Lednicki (Venceslas) [Wacław], « Le centenaire de Léon Tolstoï », adapté par H[enri] G[régoire], XI (...)

16Grégoire, Eck, Lednicki, Backvis : Le flambeau est, du moins en partie, une revue de professeurs et entretient des contacts étroits avec le monde universitaire libéral bruxellois et, dans une moindre mesure, liégeois32. Ce furent du reste ces mêmes universitaires qui évoquèrent pour les lecteurs de la revue quelques autres grands classiques russes : Lednicki publia article sur Tolstoï à l’occasion du centenaire de la naissance de l’écrivain ; André Mazon, professeur au Collège de France, présenta quelques poèmes en prose d’Ivan Tourguéniev récemment découverts et Backvis traça un portrait d’Alexis N. Tolstoï33.

  • 34 Sur le sujet, je renvoie à Gribomont Marie, La réception de l’œuvre d’Anton Pavlovitch Tchékhov en (...)
  • 35 Sur le fait que C. Mostkova et A. Lamblot étaient mariés, voir l’article publié dans Matin, le 2 ma (...)
  • 36 La Renaissance d’Occident, livraisons de février, mars, et avril 1922.
  • 37 Sur les éditions Rieder et leur action en faveur des écrivains belges de langue française et néerla (...)
  • 38 Trois années suivi de La salle n° 6, traduit du russe avec un avant-propos par C. Mostkova et A. La (...)
  • 39 « Contes russes [« Le théologien », « La catastrophe »] », traduction de C. Mostkova – A. Lamblot, (...)

17Moins universitaire et plus littéraire est la contribution de la revue à la réception française de Tchékhov. Au début des années vingt, l’auteur des Trois sœurs commence à être connu à Paris. Les Pitoëff montent, en russe d’abord puis en français, certaines de ses pièces. En 1922 les éditions Plon entament, sous la direction de Denis Roche, la publication de ses œuvres complètes34. Le flambeau est donc bien dans l’air du temps lorsque, dès 1921, il propose à ses lecteurs plusieurs textes tchékhoviens. De juin à septembre 1921, la revue publie La cerisaie en quatre livraisons. Qualifiée de « première version française », cette traduction est l’œuvre d’un couple franco-russe, ou plus vraisemblablement belgo-russe, comme il s’en trouve beaucoup dans l’histoire des traductions du russe et dont on ignore malheureusement à peu près tout, C. Mostkova et A. Lamblot35. Quelques mois plus tard, à la fin de l’hiver 1922, les Lamblot récidivèrent avec une traduction de La mouette publiée dans La renaissance d’Occident, la revue de Maurice Gauchez36. Leur renom de traducteurs dépassa les frontières du royaume lorsque, toujours en 1922, la collection des « Prosateurs étrangers modernes » que Léon Bazalgette dirigeait à Paris chez Rieder – un éditeur qui accueillit beaucoup d’auteurs belges de langue française ou néerlandaise37 – inscrivit à son catalogue leur version de deux longs récits tchékhoviens38. Enfin, en 1925 et en 1926, le couple revint au Flambeau avec deux nouvelles et une pièce comique en un acte de l’écrivain russe39.

  • 40 « La poésie bolchéviste », IV, 10, 31 octobre 1921, pp. 255-275. L’article est daté « Prague, octob (...)

18Dernier aspect de l’intérêt du mensuel d’Henri Grégoire pour les lettres russes : la création contemporaine. Dans Le flambeau parurent en effet des textes d’écrivains encore vivants ou récemment décédés. En 1921, ses lecteurs purent lire un long essai du critique russe socialiste-révolutionnaire exilé à Prague Mark Slonim sur « La poésie bolchéviste »40. Il y est non seulement question des écrivains prolétariens, que Slonim exècre – « Presque toutes les œuvres des poètes prolétariens étaient d’une platitude désespérante » (p. 257) – mais surtout de Blok, Biély et Maïakovski. Des deux premiers, le critique retrace l’évolution poétique et évoque les œuvres composées sous l’influence des événements révolutionnaires : Les Scythes et Les Douze (1918) pour Blok, Le Christ est ressuscité pour Biély. Chaque fois, Slonim prend soin d’insister sur l’incompatibilité de ces textes, pourtant inspirés par la révolution, avec le bolchevisme. Quant à Maïakovski, s’il lui reconnaît un génie poétique incontestable, il déplore la pauvreté de ses idées. Le coryphée du futurisme ne serait qu’un pyrotechnicien virtuose qui « n’a apporté dans la littérature russe que des odes à la gloire du régime communiste – interprétations artificielles des décrets et des dogmes des maîtres du jour moscovites » (p. 275).

  • 41 La première version semble dater de 1920. Publiée à Paris aux très confidentielles éditions de « La (...)
  • 42 Blok (Alexandre), « Les Douze », version française de R. Vivier et Z. Tazieff, dans Le flambeau, VI (...)
  • 43 Essénine (Serge), « Poèmes » [« Réveille-toi très tôt, demain, O mère si pleine de patience » ; « L (...)
  • 44 Blok (Alexandre), Essénine (Serge), « Poèmes » [Alexandre Blok : « Au restaurant », « L’inconnue »  (...)

19Deux ans après cette introduction, les lecteurs du Flambeau pouvaient juger sur pièce les affirmations de Slonim en découvrant l’une des premières versions françaises des Douze41, ce long poème – le dernier qu’il écrivit – qu’Alexandre Blok composa en 1918 et dans lequel le Christ marche à la tête de douze gardes rouges dépenaillés et d’un petit chien. L’œuvre, qui avait fait grand bruit en Russie au moment de sa publication, avait été traduite en vers et de nouveau à quatre mains par un couple belgo-russe : l’écrivain Robert Vivier, par ailleurs collaborateur de la revue depuis 1919, et son épouse Zénitta Tazieff42. En décembre 1925, c’était au tour de Franz Hellens et de sa seconde femme, la Russe Maria Miloslawsky, de publier leur version de deux poèmes de Serge Essénine, qui venait de se suicider dans la chambre d’un grand hôtel de Leningrad43. Blok et Essénine furent encore à l’honneur dans le numéro de juillet 1928, traduits cette fois, et toujours en vers, par Henri Grégoire44.

  • 45 Romanov (Pantéleïmon), « Les trois baleines », traduction de Mlle A. Klister de Kiew, XII, 8, 1er a (...)
  • 46 Biély (André), « La Saint Michel », traduction inédite C. Mostkova-Lamblot, XIII, 7-8, avril 1930, (...)
  • 47 Sur les traductions des œuvres de Rémizov, je renvoie à Sinany (Hélène), Bibliographie des œuvres d (...)
  • 48 Sur cette revue, qui n’eut que deux numéros, voir mes « Notes sur l’œuvre de Robert Vivier russisan (...)
  • 49 Remisov (Alexis), « Remisov raconté par lui-même », traduit du russe par Tatiana Lourié, IX, 9, 30 (...)

20Le flambeau s’intéressa également à la prose russe contemporaine. En 1929, il publia une nouvelle de 1923 de Pantéleïmon Romanov, « Les trois baleines »45, et, l’année suivante, la version procurée par C. Mostkova d’un texte d’André Biély, « La Saint Michel » [sic], en réalité un chapitre d’un roman de l’écrivain moscovite paru en 1922, Le Chinois baptisé [Kreščenyj Kitaec]46. Mais dans ce domaine, son principal mérite est d’avoir été l’un des premiers à publier en français des œuvres d’Alexis Rémizov. Né en 1877, ce dernier était pourtant loin d’être un débutant. Avant la révolution, ses ouvrages avaient suscité un vif intérêt en Russie. S’ils étaient partiellement traduits en allemand, il n’en existait pas encore de versions françaises47. En mars 1926, Rémizov s’était rendu à Bruxelles à l’invitation de la rédaction du Blagonamerennyj – littéralement « le bien-intentionné » –, une revue littéraire russe établie dans la capitale belge48. Ce fut vraisemblablement à cette occasion qu’il rencontra Robert Vivier, qui deviendra l’un de ses principaux traducteurs. Quoi qu’il en soit, en octobre 1926, Le flambeau publia, dans une version signée de l’auteur et de Vivier, un conte de Remizov intitulé « L’holocauste ». Un mois auparavant, les lecteurs de la revue avaient pu lire, traduit cette fois par une certaine Tatiana Lourié, un bref texte autobiographique de l’écrivain russe, « Remisov raconté par lui-même »49.

  • 50 Pour un aperçu de la situation italienne, je me permets de renvoyer à Béghin (Laurent), Da Gobetti (...)

21Au bout du compte, le nombre de traductions ou d’essais consacrés à des écrivains russes publiés en une vingtaine d’années est loin d’être négligeable. On a vu que les universitaires, ceux de l’Université de Bruxelles en particulier, ont sous ce rapport joué un rôle important. C’est à eux que les lecteurs du Flambeau durent une bonne part de leur information sur la littérature russe. Mais d’autres médiateurs sont intervenus. Tout d’abord des émigrés, établis en Belgique ou ailleurs, comme Najivine ou Slonim : une situation commune à toute l’Europe occidentale et centrale, où bien des exilés se firent, par goût ou par nécessité, les intermédiaires entre la littérature de leur patrie perdue et leur pays d’accueil. D’autre part des hommes de lettres belges ayant épousé des Russes : Robert Vivier et Zénitta Tazieff, Franz Hellens et Marie Miloslawsky, les mystérieux A. Lamblot et C. Mostkova. Ici aussi nous avons affaire à un type bien connu de médiation. Les révolutions de 1905 et de 1917, la guerre ou, plus banalement, les voyages d’agrément ont amené en Occident de nombreuses Russes. Certaines d’entre elles se marièrent avec des écrivains, leur enseignèrent leur langue maternelle et – manière de traduire sur le plan intellectuel une union conjugale – collaborèrent avec eux à des versions du russe. Dans l’Italie de l’immédiat après-guerre, alors que commençait à paraître Le flambeau, Ettore Lo Gatto, l’un des fondateurs de la slavistique transalpine publia, avec son épouse, Zoé Voronkova, ses premières traductions du russe, tandis que le poète Clemente Rebora mit en italien Le manteau de Gogol avec l’aide de sa compagne, la pianiste Lydia Natus50.

Les lettres tchèques et polonaises

22Outre la littérature russe, deux autres littératures slaves suscitèrent un intérêt constant de la part du Flambeau : la tchèque et la polonaise. Leur situation est cependant sensiblement différente de celle des lettres russes. Nées du Traité de Versailles, soutenues par la France, la Tchécoslovaquie et la Pologne n’eurent de cesse de tisser des liens de tous ordres avec une Europe occidentale, celles des Alliés, à laquelle elles voulaient à tout prix appartenir. Dans le domaine de la littérature, elles disposaient d’intermédiaires qui, souvent après s’être formés en France avant la guerre et y avoir approfondi la connaissance de notre langue, pratiquaient depuis longtemps déjà la médiation culturelle franco-tchèque ou franco-polonaise. Ce sont eux surtout, en plus de quelques universitaires belges, qui seront actifs dans Le flambeau.

  • 51 Jelinek [jelínek] (Hanusch) [Hanuš], « Les lettres tchèques », II, 5, 20 mai 1920, pp. 622-637.
  • 52 En 1930, il publia chez Kra une Anthologie de la poésie tchèque. Sur cet infatigable passeur, voir (...)
  • 53 Jelinek [Jelínek] (Hanusch) [Hanuš], « Karel Tchapek », VII, 5, 31 mai 1924, pp. 91-96 ; Tchapek [Č (...)
  • 54 Jelinek [Jelínek] (Hanusch) [Hanuš] , « Deux poètes tchèques », XVIII, 7, pp. 89-92 ; Idem, « Jaros (...)
  • 55 Salda [Šalda] (François Xavier) [František Xavier], « Otakar Brezina, penseur et poète », XII, 5, 1(...)
  • 56 Chopin (Jules), « Mme Ruzena Svobodova », IX, 6, 30 juin 1926, p. 186 ; Svobodova [Svobodová] (Ruze (...)
  • 57 Junia Letty commença à écrire dans les années qui précédèrent la Première Guerre mondiale. En 1912, (...)

23En mai 1920, la revue donna le texte d’une conférence consacrée aux « Lettres tchèques » que Hanuš Jelínek avait prononcée à Bruxelles au siège de l’Association de la Presse belge le 14 avril de la même année51. Jelínek était à l’époque le principal médiateur culturel entre la France et la jeune république tchécoslovaque. Né en 1878, il étudia à Prague la littérature française et, avant la Grande Guerre, séjourna longtemps à Paris. Il avait commenté en Sorbonne les auteurs de son pays et publié en 1912 au Mercure de France une monographie consacrée aux Lettres tchèques contemporaines. Après la guerre, Jelínek continua à jouer les intermédiaires entre Paris et Prague, traduisant inlassablement du français en tchèque et vice versa52. Dans Le flambeau de 1924, il présente l’œuvre de Karel Čapek et propose un extrait de R.U.R., pièce où apparaît pour la première fois le terme de robot et qui venait d’être montée à Paris53. Il récidive onze ans plus tard avec son portrait de « Deux poètes tchèques », Adolphe Heyduk (1835-1923) et Stanislav K. Neumann (1875-1947). L’année suivante, il consacre un article à la mort du dramaturge Jaroslav Hilbert (1871-1936) et, en 1938, rédige la nécrologie du critique František Xavier Šalda54. De ce dernier Le flambeau avait d’ailleurs publié en 1929 un essai sur le poète Otakar Březina (1868-1929)55. Autre collaborateur de la revue très au fait du monde tchèque : le Français Jules Chopin, qui, en 1926, présente et traduit dans le mensuel bruxellois les romanciers Ružena Svobodová et Aloïs Jirásek (par ailleurs le beau-père de Jelínek)56. Enfin ce tour d’horizon des « bohémisants » du Flambeau ne serait complet si l’on ne citait le nom de la propre sœur d’Henri Grégoire. Établie à Prague avec son second mari, le poète français André Castagnou (1889-1942), Juliette Grégoire, mieux connue sous le pseudonyme de Junia Letty, publia en 1926 et 1927 un feuilleton intitulé « Quelques saisons de la vie en Bohême » et contenant de nombreuses informations sur la littérature tchèque57.

  • 58 (...)
  • 48 Su6an style=Àticle doit, en n. Mosn hui tline ire ee Hiublicati»,it qucse maricité-ental (...)
  • 49 de 1924, il é danja de Bn42">(...)

20n xml:lang="fr" lang="fr">La revue évCEn 1émeranrx voulas un artvermédiaiaj la riversitairrars, leur ttératuures slaves suscidui,SlrentorsSuootnotecall" id="bodyftn43" href="#f6n57">57 : la tchèotnotecall" id="bodyftn43" href="#f6n48">48. 6Laamblods franannd a, pourtant irtout, e né avec deux notnotecall" id="bodyftn43" href="#f6n49">49. 6

49 HaBiély1ém