Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Haine (Malou), Laoureux (Denis) et Thieffry (Sandrine) (dir.), Bruxelles, convergence des Arts (1880-1914)

Paris, Librairie Philosophique J. Vrin, coll. MusicologieS, 2013, 408 p.
Julie Fäcker
p. 193-195
Référence(s) :

Haine (Malou), Laoureux (Denis) et Thieffry (Sandrine) (dir.), Bruxelles, convergence des Arts (1880-1914), Paris, Librairie Philosophique J. Vrin, coll. MusicologieS, 2013, 408 p.

Texte intégral

1L’intérêt pour la Belle Époque ne semble pas s’épuiser, comme en témoigne, à Bruxelles, l’inauguration récente d’une nouvelle entité au sein des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, le Musée Fin-de-siècle. Si le Musée met essentiellement en évidence les arts plastiques, l’ouvrage collectif Bruxelles, convergence des Arts (1880-1914), qui offre lui aussi un panorama abondamment illustré de cette période historique riche en foisonnement artistique, affiche une interdisciplinarité plus marquée : outre la peinture et la sculpture, sont envisagées la musique ainsi que la littérature, selon la perspective fructueuse de la rencontre entre ces disciplines.

2La périodisation choisie se justifie pleinement par le contexte artistique dans lequel Bruxelles, comme d’ailleurs nombre d’autres grandes villes culturelles européennes, baigne à l’époque : sous l’impulsion entre autres du concept wagnérien d’« œuvre d’art totale », les frontières et la hiérarchie entre les différentes disciplines de l’art se délient et, de plus en plus, elles s’associent ou s’influencent dans un but d’idéal artistique supérieur. La « convergence » est par ailleurs envisagée dans sa définition la plus large, puisque l’ouvrage, qui fait suite à un colloque tenu en novembre 2011 à Bruxelles, a pour objectif d’explorer deux grandes perspectives. Premièrement, celle de l’intermédialité entre les arts, développée dans les deux premiers chapitres « D’un art à l’autre : transpositions, adaptations et illustrations » et « Correspondance entre les arts » ; deuxièmement, celle de la confluence géographique des arts, de ses réseaux et de ses acteurs à Bruxelles, abordée au sein des chapitres intitulés « Circulation des artistes, diffusion des œuvres et rayonnement des élites », « Discours critique et réception » et « Action et médiation culturelle ». Le volume s’achève par la conclusion de Denis Laoureux, directeur du collectif avec Malou Haine, qui ouvre les perspectives de recherches se dégageant de l’ensemble des contributions.

3Sandrine Thieffry, avec la collaboration de Christine Servais, dresse dans la première partie un intéressant état des lieux de la partition musicale illustrée à Bruxelles, et souligne notamment, en plus des liens stylistiques qui unissent le dessin et la musique, l’enjeu promotionnel que représente une telle combinaison. La contribution de Denis Laoureux rejoint cette idée d’une correspondance entre les arts porteuse et influente, à travers l’exemple de la scénographie chez Maurice Maeterlinck : l’artiste promeut en effet son théâtre par la mise en place d’éléments scéniques chargés d’effets picturaux, les jeux de couleurs et de lumières nocturnes en premier lieu. Maeterlinck est par ailleurs l’exemple choisi par Clément Dessy pour traiter la question de l’art décoratif en littérature qui se traduit, dans l’écriture du dramaturge comme dans celle de plusieurs autres écrivains symbolistes, par une dévalorisation du signifié au profit de l’« expressivité du signifiant ». Cette première partie interroge donc, à partir des sources premières – les œuvres elles-mêmes –, la transposition, explicite ou non, de diverses disciplines artistiques. Mais son intérêt réside également dans les réflexions d’ordre sociologique qu’elle suscite. Loin de contribuer à la mythification d’un travail esthétique désintéressé et détaché de toute préoccupation matérielle, elle met en évidence les profits – parfois seulement symboliques, lorsqu’il s’agit par exemple pour Maeterlinck d’utiliser la peinture pour lancer sa carrière littéraire – de cette réunion des arts.

4Cette approche contextuelle est développée davantage encore dans la seconde partie de l’ouvrage qui traite notamment de la convergence des arts sous l’angle cette fois de leur confluence géographique à Bruxelles. La capitale belge a été portée par nombre d’intellectuels et d’artistes du xixe siècle comme ville de l’internationalisation par excellence, intersection de tous les mouvements artistiques européens. Les contributeurs du volume, sans adhérer à cette image, construite en réalité comme revendication identitaire, reconnaissent toutefois à Bruxelles son rôle incontestable de relai en ce qui concerne la circulation des artistes et la diffusion des œuvres. Les réseaux – y compris les réseaux au sein du territoire belge exclusivement – apparaissent comme autant de tremplins à leur expansion : constitués d’artistes, ils comprennent toutefois d’autres personnalités que l’ouvrage entend sortir de l’ombre. Denis Herlin étudie le rôle joué par les familles franco-belges Dansaert, Loewenstein et Peter dans la promotion et le soutien des œuvres de Claude Debussy. Quant à Laurence Brogniez et Vanessa Gemis, elles s’intéressent à la participation et aux fonctions des femmes aux salons des xx et de La Libre Esthétique. Ces artistes, conférencières, collectionneuses et visiteuses, dont la présence a été, pour une grande part, passée sous silence, ont pourtant constitué un moteur véritable dans le succès et le développement du groupe et de leurs manifestations.

5La question du réseau engage également celle des médiums qui véhiculent les tendances artistiques et qui popularisent les artistes. Les discours critiques et de réception sont abordés dans un chapitre suivant (« Discours critique et réception »), notamment dans la contribution de Malou Haine, Hugo Rodriguez et Itzana Dobbelaere. Dans leur étude de l’accueil réservé à la musique, aux arts plastiques et à la littérature russes à Bruxelles, transparaît l’influence de la critique dans la lecture de ce nouveau courant. L’exemple de la littérature est sans doute le plus significatif : diffusée en Belgique par les articles de l’écrivain Eugène Hins, elle y est perçue comme psychologique et spiritualiste, mais aussi souvent comme réaliste et sociale, cette seconde caractéristique n’étant pas saluée ni même relevée ailleurs. Le rôle du discours critique est également envisagé par Florence Huybrechts, en ce qui concerne la valorisation de l’avant-garde musicale dans L’Art moderne. À l’aide d’une analyse stylistique minutieuse, elle met en évidence le déploiement rhétorique engagé par les critiques de la revue qui affirment pourtant la totale objectivité de leur démarche.

6Un dernier chapitre (« Action et médiation culturelle ») poursuit l’étude de ces réseaux artistiques à Bruxelles et de leur rôle dans l’internationalisation des arts. Deux articles nous semblent particulièrement pertinents en la matière : celui de Paul Aron et de Cécile Vanderpelen-Diagre sur Edmond Picard, et celui de Noémie Goldman sur Octave Maus et les xx. La qualité de collectionneur de Picard lui a valu d’être un agent actif dans la découverte et la promotion des artistes de la fin du siècle, notamment de Charles Van Der Stappen, Félicien Rops et Odilon Redon qui sont plus spécifiquement considérés ici : personnage réputé et influent, il parvenait par ailleurs à mettre en valeur ses acquisitions en les plaçant dans un intérieur raffiné. Octave Maus a quant à lui contribué à la découverte des xx grâce à ce que Noémie Goldman qualifie de « stratégie globale de développement institutionnel ». En organisant des conférences et des concerts mondains, et en jouant même sur l’affectation de places privilégiées ou sur l’organisation de manifestations réservées à une élite, le critique est parvenu à attirer aux expositions un public spécifique d’acheteurs potentiels.

7Bruxelles, convergence des Arts (1880-1914), malgré la grande disparité des contributions qu’il propose, est un ouvrage exigeant et très cohérent. Il offre une intéressante complémentarité entre une analyse des confluences artistiques au sein des œuvres d’une part, et au sein de Bruxelles d’autre part, selon une perspective plus sociologique. Ce second pendant permet en outre une réévaluation des modes de fonctionnement du marché de l’art, ainsi que du rayonnement des artistes de l’époque, car s’y révèlent très clairement la complexité des réseaux et les jeux d’influence dans la valorisation des œuvres et des courants artistiques. Les illustrations du volume, abondantes et soignées, sont par ailleurs très pertinentes pour la compréhension du propos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Fäcker, « Haine (Malou), Laoureux (Denis) et Thieffry (Sandrine) (dir.), Bruxelles, convergence des Arts (1880-1914) », Textyles, 45 | 2014, 193-195.

Référence électronique

Julie Fäcker, « Haine (Malou), Laoureux (Denis) et Thieffry (Sandrine) (dir.), Bruxelles, convergence des Arts (1880-1914) », Textyles [En ligne], 45 | 2014, mis en ligne le 14 juillet 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2553

Haut de page

Auteur

Julie Fäcker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals