Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Block (Jane) et Sorgeloos (Claude) (éd.), Hommage to Adrienne Fontainas, Passionate Pilgrim for the Arts

New York/Bern/Berlin/Bruxelles/Francfort/Oxford/Vienne, Peter Lang, « Belgian Francophone Library », 2013, 359 p.
Florence Huybrechts
p. 217-218
Référence(s) :

Block (Jane) et Sorgeloos (Claude) (éd.), Hommage to Adrienne Fontainas, Passionate Pilgrim for the Arts, New York/Bern/Berlin/Bruxelles/Francfort/Oxford/Vienne, Peter Lang, « Belgian Francophone Library », 2013, 359 p.

Texte intégral

1Bibliophile, traductrice mais aussi romancière, de ces rares dilettantes reçus au monde des chercheurs, Adrienne Fontainas a pu, par des travaux d’une grande qualité, convaincre comme spécialiste d’Edmond Deman et apporter un éclairage pertinent sur nombre de figures de la vie artistique autour de 1900 (Khnopff, van Rysselberghe ou encore Redon). Femme de réseau, elle eut à cœur de faire se rencontrer chercheurs, amis lettrés, artistes et passionnés en tous genres, et joua un rôle déterminant dans l’aventure des relations culturelles franco-belges des années 1990 et 2000, intégrant l’organisation de colloques et d’expositions interfrontalières – ce dont Anne Pingeot rend volontiers compte (p. 29-47). Qui à meilleure place que cette « passeuse », disparue en 2010, pour dédicataire d’un ouvrage tout entier hommage, mais qui entend créer du lien : entre les disciplines, les institutions et les domaines linguistiques ? Outre les données bio-bibliographiques consignées par Nathalie Trouveroy (fille de l’érudite) et les textes d’apologie pure (dont un chaleureux envoi de Marc Quaghebeur), une vingtaine d’études – en français ou en anglais – sont ici recueillies, consacrées aux gens de lettres, aux arts du livre et à l’histoire de l’art au tournant des XIXe et XXe siècles. Quelques-unes méritent d’être épinglées, pour leur exemplarité ou les enseignements qu’elles fournissent sur le champ littéraire belge.

2L’article de Paul Aron, « Petite contribution à l’étude d’un art de vivre : Edmond Picard et le cercle d’escrime Arte et Marte » (p. 51-62), décrypte un phénomène assez méconnu du terreau social et artistique fin-de-siècle : la part du sport et plus particulièrement, la place tenue dans les années 1890 par une escrime d’esthètes, pétrie d’une philosophie humaniste, mêlant aux professionnels exigeants tous « gens de qualité » (artistes, mondains et gratin du barreau bruxellois) dans le cadre de clubs privés. Parmi ceux-ci le cercle Arte et Marte, créée en 1892 par l’avocat Edmond Picard, intronisa la « formule, inédite à Bruxelles, d’un cercle à la fois culturel et sportif. »

3Dans « Maeterlinck-Verhaeren et le Prix Nobel de Littérature » (p. 77-90), Rick Hemmerijck se penche sur la concurrence des deux écrivains belges dans la quête au Nobel, entre 1902 et 1911. Convoitises, jeux d’appuis politico-littéraires, courriers et anecdotes : l’histoire campe les portraits du primé grognon et du candidat éternel. L’auteur dévoile l’enjeu tacite des candidatures, révélant un retour en faveur de Maeterlinck auprès des Belges, et l’instrumentalisation du prétendant Verhaeren en pleine Grande Guerre.

4Au détour d’investigations et de comparaisons rigoureuses, Fabrice van de Kerchove (« Maeterlinck à l’école du livre anglais », p. 105-132) attire l’attention sur la présentation matérielle des premières publications de Maeterlinck et sur l’influence du livre anglais (la Parchment Library, particulièrement) dans ses choix de reliure et de typographie. Il éclaire par ce biais, dans Serres chaudes ou La Princesse Maleine, de subtils phénomènes de résonance liant les contenus poétiques à leur contenant matériel.

5Véronique Carpiaux (« “A l’œuvre !” Félicien Rops ou la modernité à l’épreuve du dessin », p. 185-198) exploite quant à elle une série de lettres et l’Omniana artistique du peintre et graveur namurois, pour mettre au jour ses « motivations profondes […] à travailler les différentes techniques de dessin qui forgent aujourd’hui sa réputation. » Il est question, dans sa contribution, tout à la fois de réseaux, d’inspirations et de techniques : aperçu assez complet, donc.

6Même souci du détail, et grande source d’intérêt, dans le « Paul Signac’s Au temps d’harmonie » de Jane Block (p. 237-267). L’article retrace les transactions malheureuses ayant lié le pointilliste français aux délégués culturels du Parti ouvrier belge et à l’architecte Victor Horta, chargé de la conception de la Maison du peuple. Le don aux socialistes d’Au temps d’harmonie, imposante toile allégorique riche d’un message anarchiste ; les emplacements envisagés pour son exposition, en ce bâtiment tout de verre et de fer taillé ; la frustration du peintre et l’abandon des démarches : autant d’éléments révélés au terme d’une minutieuse enquête dans la correspondance et l’historiographie d’époque, mettant au jour de complexes jeux entre l’art, la littérature et l’architecture dans la Bruxelles des années 1890.

7Avec « Symbolisme, élitisme, excentricité ou la “belle légende du moi” dans la Belgique fin de siècle » (p. 279-294), Denis Laoureux livre une application convaincante de la sociologie de la singularité telle que théorisée par Nathalie Heinich, en liant les types et postures du « renonçant » et du « dandy » à diverses figures de la fin de siècle en Belgique : Rops, Khnopff et Maeterlinck, mais surtout Henry de Groux et William Degouve de Nuncques.

8Enfin, Jean-David Jumeau-Lafond (« Le “voyage dans les yeux” : de la vision symboliste à l’œil surréaliste », p. 315-330), remet en cause le poncif d’une filiation thématique liant le Symbolisme et le Surréalisme dans les arts plastiques, en examinant l’iconographie du regard qu’ont produite l’une et l’autre « esthétique » (Delville, Khnopff, Schwabe ; Dali, Chirico, Ray, Picabia). Sans perdre de vue les productions et théories littéraires (Rodenbach, Breton), il s’interroge sur « le statut même de la représentation chez les symbolistes, où le regard “visionnaire” prédomine, et chez les surréalistes, qui accordent à l’œil en tant que tel une place majeure. »

9Ode à une dame et à l’interdisciplinarité, Hommage to Adrienne Fontainas gagne à être consulté, car par-delà l’exhaustivité un peu sèche de notices empiriques – lot, sans doute, de tout liber amicorum – il présente des perspectives tout à fait originales, en même temps qu’un remarquable dossier illustratif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Huybrechts, « Block (Jane) et Sorgeloos (Claude) (éd.), Hommage to Adrienne Fontainas, Passionate Pilgrim for the Arts », Textyles, 46 | 2015, 217-218.

Référence électronique

Florence Huybrechts, « Block (Jane) et Sorgeloos (Claude) (éd.), Hommage to Adrienne Fontainas, Passionate Pilgrim for the Arts », Textyles [En ligne], 46 | 2015, mis en ligne le 30 octobre 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2571

Haut de page

Auteur

Florence Huybrechts

Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals