Navigation – Plan du site
Figurations de la vie littéraire

Du « Nouveau Roman » au « nieuwe journaal »

La fabrication de la posture chez Paul de Wispelaere
Matthieu Sergier
p. 93-107

Texte intégral

L’auteur n’est jamais que le témoin, le garant de sa propre absence dans l’œuvre où il a été joué ; et le lecteur ne peut jamais que porter à nouveau ce témoignage.
Giorgio Agamben, Profanations, 2006 [2005], p. 91.

  • 1 Citons notamment : « Paul de Wispelaere, écrivain dialectique », trad. du néerlandais par V. Cuziol (...)
  • 2 On peut mentionner ici, Bousset (Hugo) [intro. et choix], Prose flamande d’aujourd’hui, trad. du né (...)
  • 3 De Wispelaere (Paul), trad. Par Charles Franken, L’Alphabet calciné. Journal 1990-1991, Bordeaux, L (...)

1Paul de Wispelaere (1928) fait partie de ces rares écrivains flamands qui peuvent s’enorgueillir d’avoir largement contribué à la propagation des lettres et de la pensée françaises en Flandre, tout en témoignant d’une volonté de mieux se faire connaître en francophonie. Dès 1984, la revue belge francophone Septentrion, entièrement dédiée à l’image culturelle de la Flandre et des Pays-Bas en francophonie, s’est mise à consacrer à intervalles réguliers des articles à l’écrivain brugeois1. Ce même intérêt à mieux faire connaître de Wispelaere se retrouve dans des recueils de textes littéraires flamands contemporains à destination d’un public francophone2, ainsi que dans le choix de l’éditeur belge Francis Dannemark de faire traduire en français l’un des journaux personnels de de Wispelaere, Het verkoolde alfabet (1992)3.

  • 4 Vervaeck (Bart), éd., Paul de Wispelaere. De moderne roman, Gent, Acadmia Press, 2011.

2En tant que critique littéraire cette fois, de Wispelaere a été actif dans les années 1960 et 1970 sur le plan des enjeux littéraires à l’échelle internationale, à une époque où la majorité de la Flandre littéraire peinait encore à sortir d’une littérature régionaliste qui, sous l’impulsion du mouvement flamand, se souciait avant tout de son propre épanouissement. L’œuvre critique de de Wispelaere se répartit en une dizaine d’ouvrages, dont la majeure partie fut publiée au cours des années 1960 et 1970. Dans les décennies qui suivirent parurent régulièrement des recueils réunissant ses essais critiques. Le dernier en date, sorti en 20114 sous la direction de Bart Vervaeck, reprend des critiques parues entre 1965 et 1979 dans le quotidien hollandais Het Vaderland et met en exergue le rôle déterminant joué par de Wispelaere dans l’introduction de la modernité au sein de la prose de Flandre et des Pays-Bas.

  • 5 Cette posture n’a jamais vraiment changé au cours des décennies. Encore récemment, dans l’ouvrage q (...)
  • 6 Il s’agit en particulier des ouvrages Het perzische tapijt (1966), Met kritisch oog (1967) et Facet (...)
  • 7 Je souhaite ici esquisser un bref portrait de de Wispelaere qui tente de rendre compte de sa « post (...)

3Si, au fil des décennies, les affinités littéraires de de Wispelaere se sont encore davantage internationalisées, c’est avant tout en tant que fervent propagateur de l’existentialisme français, du structuralisme et particulièrement du Nouveau Roman qu’il aura marqué l’histoire de la littérature5. Si cette image auctoriale est fondée, Bart Vervaeck a démontré que, dans son innovation critique6, Paul de Wispelaere aura été bien plus sartrien et bien moins structuraliste qu’il ne le prétendait rétrospectivement, par exemple dans Tekst en context (1992). Pour le reste, l’historiographie littéraire7 se souvient avant tout de Paul de Wispelaere comme d’un membre de la rédaction de nombreuses revues littéraires et comme d’un auteur et critique littéraire nuancé qui, intentionnellement, ne pratique pas de séparation nette entre les genres. Les éléments autobiographiques y croisent allègrement l’essai et la fiction. Ce brouillage des frontières s’observe aussi dans la façon dont sa prose abolit les oppositions traditionnelles (nature / culture, mythe / histoire, conservatisme / progrès…), préférant mettre en évidence l’ambivalence qu’elles recèlent. Néanmoins, de Wispelaere ne poussera pas ses expérimentations littéraires aussi loin que certains de ses contemporains, comme Willy Roggeman ou Ivo Michiels, dont la prose est sous-tendue par un questionnement sur la compétence scripturaire générateur d’un défi posé à l’acte de lecture. Enfin, l’anticonformisme de de Wispelaere se retrouve aussi dans ses prises de position idéologiques qui témoignent d’un rejet radical de l’autorité religieuse et politique.

4Il est intéressant de confronter la posture de Paul de Wispelaere critique à la mise en scène de la fonction auctoriale dans son journal d’écrivain Paul-tegenpaul (1970), qui couvre les années 1969 et 1970. Si la mise en contraste des ethè respectifs permet de nuancer l’inscription de l’écrivain, en tant que personnage public, au sein d’une trajectoire institutionnelle bien déterminée, ce travail comparatif permet en outre de mesurer la représentativité de l’ouvrage – dans sa singularité générique – à l’égard des convictions poétologiques défendues par de Wispelaere dans ses écrits critiques.

  • 8 Meizoz (Jérôme), La Fabrique des singularités. Postures littéraires II, Genève, Slatkine, 2011, p.  (...)
  • 9 Meizoz (Jérôme), La Fabrique des singularités. Postures littéraires II, op. cit., p. 87.

5On entendra ici le terme ethos dans l’acception circonscrite que lui donne Jérôme Meizoz, pour qui « l’éthos est inféré de l’intérieur d’un discours et ne peut inclure une conduite sociale […]. [L’]ethos s’origine sur le versant discursif, alors que la posture naît d’une sociologie des conduites »8. Dans le cadre de cet article, on envisagera donc l’ethos comme une construction strictement textuelle, et la posture comme la manière dont un auteur « se positionne singulièrement, vis-à-vis du champ littéraire, dans l’élaboration de son œuvre »9.

Paratopie et idéologie

  • 10 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Co (...)
  • 11 Ibidem, p. 85.
  • 12 Ce positionnement paratopique se trouve repris dans certains titres de de Wispelaere, où se trouve (...)

6L’écrivain, selon l’analyse de Dominique Maingueneau, ne dispose pas d’un espace clairement défini. Il témoigne plutôt d’une paratopie : il est « quelqu’un qui n’a pas lieu d’être (aux deux sens de la locution) et qui doit construire le territoire de son œuvre à travers cette faille même »10. Cette faille s’avère véritablement la condition de la création littéraire, puisque l’œuvre se nourrit de cette « impossibilité [de l’écrivain] de s’assigner une véritable place »11. En effet, celui-ci doit rendre des comptes à la fois à l’espace littéraire et à la société. Cette appartenance paratopique se trouve mise en scène dans le premier journal de de Wispelaere12. Elle concerne avant tout des prises de position idéologiques tranchées qui, par effet de ricochet, définissent la posture de l’écrivain tant par son positionnement au sein d’un champ littéraire clairement balisé qu’à l’égard d’une certaine représentation de la société à laquelle il appartient malgré lui. L’alter ego de l’écrivain y exprime un profond dégoût pour une classe politique corrompue, monarchie incluse, dont le conservatisme aveugle révèle l’influence d’une Église catholique trop occupée à manipuler et à museler ses fidèles brebis pour s’intéresser à leurs véritables aspirations. Sa colère fulmine lorsque cette tripartite idéologique (royauté, pouvoir religieux et classe politique), au travers des médias, vient se mêler prétentieusement au champ littéraire, comme c’est le cas lors du décès de l’écrivain flamand Stijn Streuvels (1871-1969) :

  • 13 « Ce que la communauté chrétienne flamande, l’évêque et le roi ont honoré chez [Streuvels], je l’ai (...)

Wat de christen Vlaamse gemeente, bisschop en koning om [Streuvels] hebben gehuldigd, heb ik altijd als een onbegrijpelijke vernedering voor hem beschouwd. […] Wat de Vlaamse kranten ter gelegenheid van zijn dood over hem hebben gepubliceerd, is beschamend en uitermate tekenend voor het niveau van onze dagbladpers. […] Van een werkelijk begrip voor Streuvels’ schrijverschap, of een intelligente evaluatie ervan, geen spoor. (p. 22)13

7Indirectement, de Wispelaere vient ainsi s’inscrire dans une frange spécifique du champ littéraire flamand des années 1960 et 1970, où l’on retrouve d’autres personnalités, majoritairement de gauche. Y figurent des noms prestigieux tels qu’Hugo Claus (1929-2008) et Louis Paul Boon (1912-1979) et d’autres plus marginaux comme Jan Emiel Daele (1942-1978). Tous ces écrivains rejettent l’autorité politique et religieuse précisément du fait de la perméabilité de la frontière censée les séparer. Paul de Wispelaere se fait le défenseur du droit à un espace de création en marge des dictats sociétaux. On pourrait y lire un plaidoyer en faveur d’une légèreté paratopique. Chez lui, l’artiste devient funambule. Il s’éloigne de la masse, ose la différence et contribue ainsi à un mieux-être sociétal :

  • 14 « L’homme joueur, danseur, poète, l’homme dans ses moments d’inutilité et d’extase, dans ses moment (...)

De spelende, dansende, dichtende mens, de mens in zijn ogenblikken van nutteloosheid en extase, in zijn momenten van sterk verhoogd evenwichtsgevoel en van creativiteit, heft op alle mogelijke manieren zijn voeten op om aan zijn staat van plompe tweevoeter te overstijgen. Men kan er slechts een voorteken in zien : de realistische apen die lachten met de eerste, vruchteloze pogingen van de homo erectus, zijn nog steeds apen, hoogstens met uitroeiing bedreigde gorilla’s. (p. 59)14

  • 15 À la suite de sa fusion avec le Rijksuniversitair Centrum Antwerpen et les Universitaire Faculteite (...)
  • 16 Il suffit pour s’en convaincre de visionner ses entrevues d’écrivains sur www.cobra.be, qui ne manq (...)

8Il n’empêche que de Wispelaere est aussi journaliste, notamment au service de la chaîne publique de télévision qui porte à cette époque le nom de brt (p. 115). En outre, à partir de 1972, il devient professeur au sein d’une université fraîchement inaugurée, l’Universitaire Instelling Antwerpen15, cependant très progressiste. Agissant ainsi, il continue en quelque sorte à participer – mais pas nécessairement à se conformer – à la société qu’il dénonce au travers de ses écrits. Si les interventions télévisées et le professorat n’impliquent pas forcément un conformisme béat, loin s’en faut16, ils témoignent sans aucun doute du positionnement paratopique de de Wispelaere.

La mise en scène de soi comme écrivain et critique

9La façon dont l’auteur, dans ses écrits biographiques, procède à la mise en scène de soi influence son image publique. Paul de Wispelaere apparaît tout d’abord comme un auteur dont les écrits se nourrissent tant de sa propre expérience existentielle que de ses filiations artistiques. On y rencontre des dizaines d’intellectuels, d’écrivains et de peintres tels que Michel Seuphor, Paul Valéry, Mondrian ou Hans Robert Jauss. Il y veille aussi sur l’interprétation de sa fiction (p. 14). Sa figure d’auteur se retrouve ainsi entourée d’un réseau artistique et intellectuel contemporain qui ignore toute frontière spatiale ou linguistique.

10C’est à la mise en scène de soi en tant que critique littéraire que le narrateur accorde le plus de soin. L’ouvrage consacre près d’une vingtaine de pages à ce qui différencie le lecteur du critique littéraire. Celui-ci est non seulement un lecteur insatiable, mais aussi un écrivain (p. 94) capable de repérer dans le texte certaines constructions qui, pour la plupart des lecteurs, passeraient inaperçues (p. 90-91). Pour le critique, la lecture implique une série de questionnements obsédants qui pointent vers sa propre écriture à venir (p. 95) et qui empêchent l’abandon libre au plaisir du texte (p. 95) : renvois intertextuels, problématiques d’ordre narratologique, rapports au genre, battements entre réalité et fiction (p. 92), etc. Autre différence notoire avec le lecteur ordinaire : le champ littéraire est ainsi configuré que critiques et auteurs s’y croisent régulièrement. Ces rencontres ont une influence certaine sur l’écrit critique, ne serait-ce qu’en raison de toute une série de rancunes réciproques qui se forgent au fil des années (p. 96).

  • 17 L’ironie concerne ici très probablement le plagiat dont l’avait accusé l’écrivain Piet van Aken (19 (...)
  • 18 « Toute ressemblance accidentelle est par principe exclue. »
  • 19 « Soudainement, je m’aperçois que depuis de nombreuses années je ne lis quasiment plus d’ouvrages s (...)

11Le lecteur attentif remarquera par ailleurs que Paul-tegenpaul recèle toute une série de rapports d’identifications plus ou moins évidents entre le narrateur et ses modèles littéraires. Le texte renferme un réseau de filiations intellectuelles dont on peut se demander parfois s’il ne s’agit pas aussi de jeux stylistiques permettant au narrateur et à son personnage alter ego de se hisser à la hauteur d’un modèle intellectuel admiré afin de lui dérober une part de son capital symbolique. On lit à de nombreuses reprises le constat de convictions littéraires communes. À la page 33, l’alter ego de de Wispelaere remarque qu’il s’est fait plagier par son contemporain allemand Peter Handke. Il ajoute ironiquement17 : » iedere toevallige gelijkenis is principieel uitgesloten » (p. 33)18. L’ouvrage contient également des associations plus subtiles. Ainsi, il est possible de reconnaître dans l’incipit un renvoi à l’une des épigraphes empruntées à Roland Barthes. Le texte principal commence par les mots suivants, où se trouve problématisé le besoin d’écrire engendré par la lecture : « Opeens besef ik dat ik sinds vele jaren haast nooit meer een boek lees zonder de bedoeling of de noodzaak erover te schrijven. » (p. 7)19 Or, l’épigraphe barthésienne, dans Critique et vérité (1966), est celle-ci : « Lire, écrire : d’un désir à l’autre va toute littérature. Combien d’écrivains n’ont écrit que pour avoir lu ? Combien de critiques n’ont lu que pour écrire ? » Ainsi la figure de de Wispelaere se trouve-t-elle mise en scène, partageant les mêmes préoccupations que Barthes. Lorsqu’il ajoute un peu plus loin que lecture et écriture représentent pour lui une véritable addiction à l’égard de laquelle la liberté n’est qu’une modalité de la mort (p. 7), on peut y reconnaître une allusion à une autre épigraphe, cette fois-ci de Jean-Paul Sartre : « Celui-là est orgueilleux ; il écrit pour vivre. »

  • 20 « Cette oscillation continue entre renoncement et besoin, entre absolutiser et relativiser, est pou (...)

12Le jeu de mise en scène de soi concerne encore une autre épigraphe, empruntée au philosophe et diariste suisse Henri-Frédéric Amiel : « J’ai essayé de biffer en moi la vie subjective, je n’ai pu que la tromper et l’étourdir. J’ai tenté de m’impersonnaliser, de me réfugier dans la seule pensée, dans l’existence théorétique [sic], et toujours le besoin pratique d’aimer, d’agir, de posséder, d’être heureux, d’être homme et non pas seulement pur esprit, revient me tourmenter. » On y retrouve le rapport précédemment évoqué entre vie et addiction. La réflexion soulevée par Amiel se trouve à nouveau traitée en pages 149 et 150 pour aboutir au constat suivant, où se confondent la pensée d’Amiel et celle du narrateur : « Die voortdurende schommeling tussen onthechting en behoefte, tussen verabsoluteren en relativeren, is voor mij een spiegel van zelfherkenning. »20

13Un dernier exemple, à l’aide d’un autre diariste de renom. Lorsque l’alter ego de de Wispelaere consulte le Journal de Kafka, sa lecture le fait buter constamment sur la même phrase :

  • 21 « Heute nichts geschrieben. Idée d’un ouvrage qui ne consisterait qu’en la répétition infinie de ce (...)

Heute nichts geschrieben. De gedachte aan een boek dat louter uit een eindeloze herhaling van deze zin zou bestaan en de authentieke expressie van een gekweld schrijven zou zijn. (p. 144)21

  • 22 « Ce sera une journée remplie d’aversion pour l’écriture, je le sais déjà. »

14La description de la journée suivante dans le journal de de Wispelaere, est entièrement placée sous le signe de l’écriture impossible : « Het wordt een dag vol weerzin tegen het schrijven, dat weet ik nu al. » (p. 145)22 Par ce biais, la figure de de Wispelaere, sans que le journal ne le mentionne littéralement, rejoint celle de l’écrivain tiraillé, telle que le narrateur la retrouve dans le Journal de Kafka. Notons que, non sans ironie, la journée en question se trouve être la plus détaillée et la plus longuement décrite de tout l’ouvrage. Dès lors, s’il dépeint l’impossibilité d’écrire, le contenu se trouve parallèlement contredit par une forme qui témoigne d’une prolixité certaine.

Ces contradictions qui nous composent

  • 23 « ce journal d’écrivain ».
  • 24 « Tous les journaux personnels, publiés du vivant d’un auteur ou trouvés après sa mort sous la coue (...)
  • 25 « Le premier anniversaire du décès de mon père. »
  • 26 « Une des rares soirées chez Willy et Annie. »
  • 27 Lejeune (Philippe ) & Bogaert (Catherine), Un journal à soi. Histoire d’une pratique, Paris, Textue (...)

15Il est possible d’attribuer le dualisme identitaire qui marque l’ethos de Paul de Wispelaere à la dynamique contradictoire qui sous-tend l’ensemble de son œuvre. Ainsi par exemple, l’ouvrage Paul-tegenpaul peut être considéré comme un journal d’écrivain qui contredit son appartenance générique. Si la couverture n’annonce aucun genre, le grand titre mentionne « Paul-tegenpaul. 1969-1970 » et le rabat évoque « dit schrijvers-dagboek »23. De même, l’épigraphe empruntée à l’écrivain néerlandais Remco Campert affirme le genre diariste, tout en s’interrogeant sur sa nature : « Alle dagboeken, gepubliceerd bij het leven van een schrijver of na zijn dood zo goed als persklaar onder het matras van zijn maîtresse gevonden, zijn dagboeken geschreven in de stijl van een dagboek. »24 Quant aux fragments qui composent l’ouvrage, ils ne sont pas datés, même si certains débutent par une mention temporelle, parfois très vague, comme « De eerste verjaardag van de dood van mijn vader » (p. 11)25 ou deux pages plus loin : « Eén van de zeldzame avonden bij Willy en Annie. » (p. 13)26 Tout en questionnant le genre et l’ambiguïté qu’il entretient, Paul-tegenpaul ne répond donc pas à la définition canonique donnée par Philippe Lejeune au journal personnel : « une série de traces datées »27. Les fragments reflètent une ambivalence analogue : les réflexions d’ordre poétologique s’y mêlent aux détails intimistes issus de la vie strictement privée dévoilés sans pudeur aucune. L’autobiographie y entrelace l’affabulation, la fiction, l’essai et la théorie littéraire.

  • 28 C’est notamment de cette façon que de Wispelaere lit Claude Simon. Voir Vervaeck [Bart], Paul de Wi (...)
  • 29 « La mise en forme littéraire de cette opposition. » Vervaeck (Bart), « Literatuur als structuur en (...)
  • 30 Ibidem, p. 100.
  • 31 Ibidem, p. 94.

16Paul-tegenpaul fait fi de toute logique hégémonique, oublie la rationalité28 et met plutôt en évidence les contradictions auxquelles est soumise la condition humaine, ce qui ne l’empêche pas de mettre en scène – nous l’avons vu – un jeu de filiation aux ramifications parfois subtiles qui pointe vers une structure maîtrisée. Paul de Wispelaere constitue un plaidoyer en faveur d’une prose qualifiée de « moderne » qui trouve son inspiration dans la pensée de Sartre et dans le Nouveau Roman. Elle part du constat de la contingence à laquelle sont soumises la conscience humaine et l’expérience du réel. Le réel est tel qu’il est « pour soi », tandis que l’accès au réel « en soi » demeure impossible. Il n’y a pas d’échappatoire à cette alternative. Le roman moderne représente pour de Wispelaere « de literaire vormgeving van die tegenstelling »29. En lieu et place de l’illusion réaliste du roman traditionnel, de Wispelaere prône un réalisme honnête, respectueux de l’impossibilité de l’accès à toute connaissance objective du réel, où l’authenticité ne peut être trouvée au-delà de l’aveu de la fiction30. La création coïncide chez lui avec la destruction d’une acception de la réalité qui en fait ressurgir une autre : l’œuvre d’art autonome, différente de la réalité première dont elle se fait par conséquent la négation31. C’est en adoptant cette perspective que le lecteur est probablement le plus à même d’interpréter le titre du journal : Paul-tegenpaul. Il suggère une disputatio, où un pôle, « Paul », se retrouve aussi dans l’autre – « tegen » signifie « contre » – tout en ne l’excluant pas. Ainsi, la complexité de l’individu se trouve-t-elle affirmée par la diversité des perspectives auxquelles celui-ci se trouve soumis, tout comme c’est le cas chez de nombreux représentants du Nouveau Roman. Notons au passage que le genre du journal, par son caractère autobiographique et morcelé, se prête merveilleusement à l’exercice : l’identité s’y trouve étalée, différée, voire éclatée, au fil des pages, au gré de la fragmentation qui régit les entrées. Dès lors, rien n’empêche l’auteur de donner libre cours à la contradiction, volontairement ou non. Cette démarche se trouve ratifiée dans Paul-tegenpaul où, d’un paragraphe à l’autre, la narration hésite dans l’auto-désignation, tantôt à la première personne du singulier et tantôt à la troisième. Ces fragments identitaires confirment, chacun, la diversité de visages possibles dont se compose l’ethos de Paul de Wispelaere. Ainsi, l’ouvrage contredit l’achèvement de l’ethos. Ce choix conscient pour la multiplicité contradictoire, le narrateur l’associe à ce qu’Anatole France appelait « la volupté de l’intelligence » (p. 36) :

  • 32 « C’est une attitude qui m’autorise à souhait à me dédoubler, voir à la fois le pour et le contre d (...)

Het is een houding die mij toelaat mij naar hartelust te ontdubbelen, van alles en iedereen tegelijk het pro en het contra te zien, mij achtereenvolgens op verschillende en tegengestelde standpunten te plaatsen, met mijzelf te dialogeren, uiteenlopende personages in mij te laten opstaan. (p. 36)32

17Viennent s’ajouter de nombreux passages autoréflexifs qui mettent en exergue, par leur scénographie, la modernité de la prose de de Wispelaere. Le passage suivant met en scène un jeu de miroirs entre l’alter ego de l’auteur regardant par la fenêtre la campagne environnante, tout en se voyant réfléchi par cette même fenêtre, assis dans son bureau, espace de lettres par excellence. La frontière entre le réel et la représentation littéraire se fait floue. En bruit de fond, Gerda, la compagne de l’écrivain, entonne un chant à l’éloge du sexe de l’écrivain :

  • 33 « Je ne peux pas m’empêcher de regarder : dans la fenêtre, je me vois assis, c’est à la fois une fe (...)

[I]k kan mezelf het kijken niet beletten : in het raam zie ik mij zitten, het is een doorzichtige ruit en een zwarte spiegel tegelijk : op de achtergrond de lichtzoom van het dorp, op een nachtelijk decor van bomen geprikt, op de voorgrond ikzelf, acteur en toeschouwer, als een borstbeeld uitstekend boven de schrijftafel, […] omsingeld en ingesloten door stapels papieren en boeken, verstard – uit het dolle leven klinkt haar stem, niet bereid om toe te geven : het is een liedje over mijn kloten, die smaken naar paddestoelen en onrijpe noten. (p. 54-55)33

18La réflexion sur le rapport complexe entre littérature et réalité se trouve ainsi ramenée au niveau des instincts vitaux, rappelant l’épigraphe tirée d’Amiel. Le jeu de miroirs se poursuit lorsque le narrateur rappelle le rôle prédominant joué par Flaubert dans l’introduction de la modernité dans la prose :

  • 34 « Flaubert est à la prose ce que son contemporain Baudelaire était à la poésie : le début de la con (...)

Flaubert is voor het proza wat zijn tijdgenoot Baudelaire was voor de poëzie: het begin van het moderne artistieke bewustzijn dat zichzelf als in een spiegel wantrouwig gadeslaat. Zich zien schrijven en weten dat men zichzelf ziet schrijven. Vandaar de angstige twijfel aan de authenticiteit, want geen enkele herinnering, geen enkel denkproces, geen enkel woord ontsnapt nog aan de dubbelzinnigheid van de reflexie. (p. 134)34

  • 35 « Le paradoxe, la contradiction, c’est la langue même. »

19La métaréflexion qui accompagne tout geste d’écriture a un impact sur le statut accordé à la langue. Conformément aux convictions poétologiques de de Wispelaere, la langue façonne le réel tout en le détruisant, comme si s’ajoutait au plaisir du texte l’incessant rappel du geste d’écriture qui le fonde et qui vient détruire l’illusion autant qu’il la crée. L’écriture permet de questionner la prétendue cohérence du réel. Elle en isole certains traits et leur accorde une autonomie sur papier (p. 118). Les combinaisons nouvelles, par leur caractère inattendu, interrogent à la fois leur propre authenticité et la véracité du réel. « De paradox, de tegenstrijdigheid, is de taal zelf », lit-on à la page 3535.

La mise en scène de soi comme diariste

  • 36 Si la pratique du journal d’écrivain expérimental semble populaire dans les années 1960, les expéri (...)
  • 37 Sergier (Matthieu), « Vlaamse dagboekexperimenten en de jaren 1960 (en daarna). Enkele zijdelingse (...)

20Que Paul de Wispelaere se profile comme diariste expérimental peut être relié à la popularité de ce genre parmi les écrivains expérimentaux des années 1960 et 1970 : Ivo Michiels (1923-2012) – que l’on peut citer ici parmi les précurseurs –, Jan Emiel Daele (1942-1978), René Gysen (1927-1969), Marc Insingel (1935), Daniël Robberechts (1937-1992), Willy Roggeman (1934), Julien Weverberg (1930) et Jan Walravens (1920-1965) sont tous associés à la mouvance expérimentale de la prose d’après-guerre et se sont tous essayés de près ou de loin au genre diariste36. Dans un article précédent, j’ai tenté de démontrer que cette popularité générique s’expliquait tant par des raisons socioculturelles que par des raisons philosophiques37. Historiquement, le journal personnel a toujours été considéré comme un genre subversif pratiqué par les minorités, les opprimés, les marginaux, ceux dont l’identité se trouvait menacée par le discours dominant. Parallèlement, le genre offre beaucoup de liberté, tant en ce qui concerne son contenu – on peut y écrire, voire y rapporter ce que l’on veut, la seule contrainte étant la forme bidimensionnelle et le format papier – que par sa forme dont la seule contrainte est limitée à la datation et la discontinuité. Pour le reste, le diariste jouit d’une liberté inconditionnelle, qui cadre parfaitement avec l’époque contestataire des années 1960 où il est « interdit d’interdire ». L’ethos de Paul de Wispelaere rejoint ainsi une posture que nous avons analysée précédemment : celle d’un écrivain inscrit dans un réseau d’artistes contemporains, contestataires et expérimentaux. Remarquons par ailleurs que les écrits critiques de de Wispelaere mettent en avant ces mêmes écrivains en les intégrant dans sa conception de la prose « moderne ». Paul de Wispelaere fonctionne en quelque sorte à la fois comme l’un de leurs représentants (bien davantage comme penseur que comme prosateur) et comme leur porte-parole.

  • 38 « Je pense, fasciné : il ne peut pas mourir, il est le Survivant. »
  • 39 « Je le ramasse et vois que Gerda, à l’arrière, a écrit à l’encre mauve : Et nous ferons de chaque (...)

21Enfin, il s’agit de se demander si la contestation typique des années 1960 telle qu’elle fut vécue par de Wispelaere ne s’assortit pas, dans son écriture, d’une insatisfaction quant à l’expérience d’un certain régime d’historicité. Insatisfaction en ce qui concerne l’histoire telle qu’elle fut vécue à laquelle pourrait s’associer une préoccupation de la mortalité. En ce sens, le journal fonctionne comme genre par excellence pour mettre le temps au défi : le diariste respecte le temps du calendrier, l’écoulement imperturbable du temps dont l’horizon n’est autre que la mort, mais en même temps, c’est bien le diariste qui, par sa pratique, façonne un temps singulier. On a observé que Paul-tegenpaul ne respectait pas le temps du calendrier ; le déroulement chronologique s’y trouve clairement substitué par le temps de la composition. Les entrées du journal demeurent vagues. Le lecteur attentif remarque que les premières pages évoquent le topos du mois de septembre, avec son ensoleillement descendant et l’endormissement progressif de la nature qui rappellent subrepticement la mortalité de l’homme. Cependant, ce sont ces mêmes souvenirs qui font revivre le passé dans le présent, où il sera détruit par le geste d’écriture qui l’immortalise tout en soulignant son caractère factice. Ainsi, le décès de l’écrivain Ed Hoornik le 3 mars mène à toute une série de situations qui remettent en question sa mortalité, et donc la temporalité eschatologique : cinq semaines après leur dernière rencontre à l’occasion d’une entrevue sur les plateaux de la brt, le narrateur visionne, au lendemain du décès de Hoornik, la retransmission télévisée de l’entretien : « Ik denk, gefascineerd : hij gaat niet dood, hij is de Overlevende. » (p. 117)38 Lorsqu’il prend des notes relatives à l’acceptation de la mort telle qu’Ed Hoornik l’explique à la télévision, le carnet lui tombe des mains. « Ik raap het op en zie dat Gerda in paarse inkt op de achterkant geschreven heeft : Et nous ferons de chaque jour toute une éternité d’amour, que nous vivrons à en mourir. G. Moustaki. » (p. 118)39 Encore un jour plus tard, le 6 mars, le narrateur reçoit dans sa boîte aux lettres une invitation de la part de son éditeur Meulenhoff :

  • 40 « Date : 25 février. À cause de la grève de la poste bruxelloise, il a mis tant de temps à me parve (...)

Datum: 25 februari. Door de staking in de Brusselse post is hij zo lang onderweg geweest.
« Aan de vrienden van Ed Hoornik. Op 9 maart wordt Hoornik zestig… Ter gelegenheid van die zestigste verjaardag nodigen redactie en uitgevers van De Gids zijn vrienden uit hem zaterdag 7 maart tussen 5 en 7 uur te komen feliciteren in de receptiezaal van zijn uitgever. »
En onderaan, eigenhandig eraan toegevoegd met blauwe balpunt: je komt toch, Paul?
(p. 118)40

  • 41 « Tout événement et toute expérience n’ont lieu qu’une seule fois, mais c’est justement pour cette (...)

22Ce passage contribue à construire la posture d’un écrivain qui refuse de reconnaître le caractère linéaire du temps, préférant le défi par le biais de la pratique scripturale. Dans l’écriture diariste telle que la pratique de Wispelaere, la mort n’empêche pas le défunt de continuer à vivre au travers de toute une série de détails qui font ressurgir le passé. Les convictions poétologiques de de Wispelaere nous apprennent qu’il ne s’agit pas ici d’une forme de nostalgie, puisque toute résurgence du passé s’accompagne d’une destruction qui entérine son caractère révolu. Cette attitude par rapport au passé ne changera guère vingt-deux années plus tard, lorsque de Wispelaere publiera son second journal, Het verkoolde alfabet plus tard,i, le puhbitetjkensnten e>Verrogingen zijn ldesekrdt e:smigis, pajnguiid o  de d en voetezeen in de herinneriet hrijvee voou besta">. De herinneriet isniet m seiw naare et orbijelf alt orbijen, he Ovenconelf altOvenconro en heont berkbarelf alont berkbanaan voetet wog en w nad">.

Ls co froitation de la posture de l’écrivaie Paul de Wispelaere à la figliation cistoalire telle qu’ell se trouva mise en scène dans le journae Paul-tegenpauleèul Tout d’abore l’ethos d’un écrivain adoptant conscmlement uu positionnemenu singuliee que nous avone qualifié, ltioMa sinonereaue de «t paratopiqne »C chez de Wispelaeree cette paratoll sn caractorist par une littératurs critiptanenferlement lt co>Vertalism de le dtoloela socintale dominaaleVittent ursuose l’ethos du critique littéraine, laqui, l’ouvragr accorde unt place tout partguliè G. yeionnandines constructionx stylistiquee d’una complexitt-variablec etethos et meennt place un réseau de filiations artistiqul, où le alter egoethos dl de Wispelaere diariste faiterce avoir le rôle prépoférand au journal personns, dans soœuv,it tant paeusesféfinuvés avec la contexts socioculturue contestataire des années 1960 et 19 que par sonilltpiration Les convictions poétologiquersque de Wispelaer la détendmps as loor de la arrièue. Si l’o consiuire la représentavacité de journal de de Wispelaede par rapport à sos apoêchn de la prose « moderne 7), of remarque que Paul-tegenpaulethos d’ue genrn littérair, où lt expérimenuctinvaen davantage de sotiqueaions dt autsne forons littérairel, de Wispelaer sllocie i une posturn ce les vainovisér que -elle adoacée par lu Nouveau Romis, maie sos traguement au genraigldi surlement contriiréude reNouveae du journal d’écrivaie d’après-guerne, ai poi tique d aucsde se demandooi tiqltiqueerkenées plus tais s’il s’avaie pasi jeu de pleeur d’ue « nouveau journne 7)t en n ce, au Nouveau Rom8)

Nenotl h2s"> <

>21vol(p. ue,° 38), kkstemertembet 84,m> p.37-39er ; e Part), «are littérature ee son titudbieFerlautre e Paul de Wispelaene ,an tr.le du néerlandai paJ. Fltmaveut, dans vol(p.7ue,° 48), kkstemt 88,m> p.77-78er ; . vosut, dans vol(p.28ue,° 18), kkstem maes 99,m> p.84-86.er ; http://www.dbnl.org/tekst/_sep001 9401_01/_sep001 9401_01_0008.php21 <

on peue mentionter i,p; tusertHugo) [int.r) et chort], n tr.le du néerlandai paAlauberB contdéderB bruxees/, Parisare long vue/arpivue sur gibetemt 88er ; AonnM-vaer [introductirt], BccorinauxL le ctvooaltpil,re ll(p.Esu cants du tard2003le.

<

Vervaeck (Bart)c.t], Paul de WispelaereDean moderne Rom8oGementAe dmia Pt rerd2011..

<

>25 Encorrrtlementt dans ln ouvrage s’i ls coaa crt e Paul de Wispelaem>Bmaar">Vervae explique r proès de ls intapral de de Wis catr pour lu Nouveau Romen : «e Ovie dag onderrpen heeie Paul de Wispelaern eenrenooaamentatoonachanvllende esssn, gepubliceeen, din almezaagetuodigel van zijorgrostigerkensin van hef renejvenGemuuvanceeenk crioesen e>nth> tiapostConfonceeeis hin heN iederlasortagde literairengele oven dezbppelgr kijle Frsste venuwnnin S ramet meHecist-t JaLncoaris, diiren 17rn eeoaap heexisttiéalismgeridachtser, die oven à nouveau romagepubliceeem>wceere Paul de Wispelaert op dieaernien  Vlaamsgatsteen pid van d nouveau romki.  /i. «P Paul  Wispelaer la écriunde nombre imrtivant d’esssmmaj leuct sur leujet.a> Tsui témoigment ds sa connaissancs apoe foince duhscés mèreDeae façomuuvaatéeu critiqu meenth> tiapoise, il iConformn, leh &arn littérairflademaé de cette imrtivadiirnovnuctinf Frçndad. A aveHecist-t JaLncoariss quiepuba eren 17re une uanue déormenuctinexisttiéalette rtivanspour lu Nouveau Rom,re Paul de Wispelaerdmgevint ainss le d penseuflademaé du Nouveau Romai. »r Vervaeck [Bart]P Paul  WispelaereDean moderne Romkt, .ut c.rd2011,m> p.8).

<

>26Hepweersêchtapijtul e, <

>37eèsire de srt cetobiographiqres ehistobiographiqrelées pluiscootammenutilvisins en littératuru néerlandadal : VkruijtusckeieinrJoziaprt)c.t], D dHstaenWeespemt 85, (i http://www.dbnl.org/tekst/bcce001n da01_01/bcce001n da01_01_1463.php21Hugo)t], voghieloincntot net begnjvenGeersc damnsin van dN iederlasde liteuctumt 45-20058oAmszatermm>BuberBakkder2006er ; Ad.),p; Hugo) ) & Erikne), B Bruss,p; 821 Sergil? ethog aan denhaln va, Jan Emiel DaelD de achtenvoleurosSergier (Matthieu)> (rcrt)c.t], voorde liteuctu">wet escp8onum dé spa iére,GafondAe demia Pt rerde ll( Ginkgoue,° 6ne2014l.

<

921 1021 >>21 Ibidedl <

1225 oue se trouvexopprimeet la ffrtgrité de troupar esi jet à ial : <

1"21 «lle que le coune aréh pr>Viensflademaner, l’vêtiqu mer leoilontth ééré che[Sautnouvs]re, jl j’ai toujour considéré comme nce h filiatio pourui.l, […Cque que leu jourdeuflademaalonttiepubssépouruire à l’occasioneon sa moil esh condeu hetr mênemena représentafle du niveau de n ckquioinains, […A aucude traee d’una vitrbabla coeprhimensis ou d’una vitrbablvaluauctint de l’écrituree Sautnouvser. 

<

1421 «L l’homeu jemours daemourpoflè,de l’homs, dans les agmentt d’utilcité et l’tavtre, dans les agmentt ce seauctinélevirée dnséir libreent da créavalitélgrève d toureléee façges possibles letoldsesfn in dd saptuspae son tstat dbipèu de uteruder. Ol ne peue syr, voit uuepr page : leInsinson réalisuersine dmoq guènandines premièretsentav les fstrucbreuès de l, s font rnuvéInsinsne, amietaux degorirellet menacset l’tifonctint. »

<

1>2516www.cobra.be21 <

17aan> L frieui concerns ictaprèt probablement le agiatps dont l’avaiaciumisé l’écrivaie nievomenAketns (1920-84)é dans lntrevun <

18aan> « To ne rensemssancsccidennelles et pae princuvexclueer. 

<

19aan> «Soudemailement, je l erreçuersque , puie dnombrbreuèx annéej jneluersccanement plud ln ouvraèn dans l’i mentis ot la nincernité dy écrirt elleur proser. 

<

20 «lcettoscireéation continxe entre rencnement ebe iain, eaer bsolutislier es relatisli,les et pouroiar es miront de d’aute reconnaissaner. 

<

21 «s To nnirechtt gesciebjvosatioi Enfrie de cettehrasrre et r fais lexopeslusion authentique de une écritureoctmerunter. 

<

22 «lle sere unu jouiré prplocit ltdivertio pour l’écriture, jleon iueejàer. 

<

t, cu journal d’écrivane 

<

« Tsue leu jourdeul personnmps,epubssnts durvivae dun aateuoude trouvés aprèn sa moit sout la c cettaeon saanaîtsvtree prves à limopeslusim>s fond leu jourdeu prigacsne dans ln styae du journer. 

<

2521 «Lees preliex a diveéaire de décès dmtiorièur. 

<

2621 «Uune d rar de intrée che, Willec Anniur. 

<

2721 Cate herqne), . Hisirque de una pratiq8o, ParisTtuss,p2003l.

<

2>18aan C’ess notammeie de cette façorsque de Wispelaertal Cl BaukSimtionVironr Vervaeck [Bart], Paul  WispelaereDean moderne Rom8o, 2011,m> p.33l.

<

2>19aan> «">La mise ee formn littéraire de cettopompositiot. » Vervaeck (Bart)> «" liteuctumf alonstruuteur eexisttiereDeae Rome poticaln vaP Paul  Wispelaene ,a, dans Erikne)c.te,, p.93le.

<

3021 Ibideul <

3>21 Ibideul <

32 « C’est une attitude qui m’autorise à souhait à me dédoubler, voir à la fois le pour et le contreise touttreise tour la manermunt plapaeucincerolemenr dines poiès drevua ffohéraits eopompimése dialinuen averoi-s mêer,nnainpaeule lerà en idines personnaeloidiveot. Q que lambrviellencsocriundn choi>e r ers, le narrateut le cfiformn à la page124en : «V Door dboevrienem, niezstelue giepigl, domlebeklrtlemenemllorec wnkel e deainteVerrogiln vaambrviellt de situae isnbrikeooki: in hee levechzelejvee voketu">. De diiktrsêchbew begiln vabiiendedeoe smakev fooutour nteslor hetae ttinvaiot. > « dans lv dinumisem s, préfllencvan, veà l’expérienctamissionnantefrnsécmlemen srnlloises parfoiopopeslnnante,aprèt probablemene d deaintd de situationambrviellt si. » (p.24)..

<

33 « Je ne peux pas m’empêcher de regarder : dans la fenêtre, je me vois assis, c’est à la fois une fenêtrretraapperurre eun nbscpour miroer t enarriè-e foà ltiré d clairée durrege,un pinglirét suuioe ddeconoruitn dbovisda, à lviva-t pneroi-s mêer, acteurenespectemourt ter eouriste qdd saptusce duupiêtre, […i eoctité eenenfetué padinesit let-at papionrmet ln ouvra,de gtur s lachoi me pa vient , puis lv difonellea pasWiovisét écénue :C’est unt lsxion sum Les uivellese qdgoûtengit leeh &aigntionrmeltsnothoiv ce lnt. »

<

34 « Flaubert est à la prose ce que son contemporain Baudelaire était à la poésie : le début de la conscsancs artistiqan modernrsine dn conteleit dans us mironn aver déssane S d: e, . Dlt elldTo nangonaissest de d’authenticitses pcage s auces souvenne, ct unt îène de petréne, ct an ort n’échalle corirt e cettambrviellenct de ltaréflexint. »

<

35 « Le paradoxe, la contradiction, c’est la langue même. »

<

36 Si la pratique du journal d’écrivain expérimental semble populaire dans les années 1960, les expérimenuctions littérair n avec la pront -els,le débemene ans les années 50é. Pouunaique d’ensembre, jpernçirt û Vervaeck (Bart)> « VlaaDekexperimenelet prozi en de jarevijftigne ,a, dans vol(p.48ue,° 48)2006,m> p.403-426..

<

37 Sergier (Matthieu), « Vlaamse dagboekexperimenten en de jaren 1960 (en daarna). Enkele zijdelingsb damkogingne ,a, dans Sergier (Matthie ) & 38 « Je pense, fasciné : il ne peut pas mourir, il est le Survivant. »

<

39 « Je le ramasse et vois que Gerda, à l’arrière, a écrit à l’encre mauve : Et nous ferons de chaque jour toute une éternité d’amour, que nous vivrons à en mourir.  . Moustaki. .

<

40 « Date : 25 février. À cause de la grève de la poste bruxelloise, il a mis tant de temps à me parnurir“Adeuxmpuie dn Ed HoornikLe 9 6 marst Hoorniaigldsthoivadi daigÀar l’occasioneoencsocoivarrimeex a diveéai,de ltardsfactiontue les éditeuie dD De Gide invemen lesmfois lsamedip.7 3 mar, eaer5ontu7 3hertuonr àrnuret leprêpa: dans lsaltale drrception de son édite.”: E net pasa écriaeon sr proprdemaiauan sto embute t durter pasP Pa,on n’e-enctam ?i. .

<

21 « Tout événement et toute expérience n’ont lieu qu’une seule fois, mais c’est justement pour cetts raisge s’mps diment continuer Àexisrne dans ln souvenikLe n souvenil est ldosemaie> oun ce qul ese révoul est co>Veré comme étane révo,un ce qul esn pdué comme étann pduabdu ce qul esinr atuligbfile comme étaninr atuligbfi.n C’eslt r sa fonctiar paradaelki. .

<

32 . DekexperimenElle cycenlodsêchr Romen t tusse pctthft enutofadicvne ,a, dans Gafond2009,m> p.43-56er ; Lmaeu)> Vervaeck (Bart)c.t], GementAe demia Pt rerd2011,m> p.199-213l.

<

« Jd mois d’aborm l’aprêpar es lement -ellontien l appe fil vgnant soœ fig aaphem de vtre, jursans ucloressé. ntilement, js lntrejoser. 

<

Lmntagr rappellf porcement la couvertur di la premièrn édctint ds Paul-tegenpaul oue l’onçoie Paul de Wispelaerdmre ftte rtivanuerrlaeu daire qui contre unues une homs, danuioe ddecov héinté.t numisem l’aateul estaress,d preuersccanemene inossibse, iéchallt à l’e daivement deana couverturi par le biais dun aruna dai,le commr si la représentasion artistiqaempê fais lacécèt à la personne rppelle. . Poulicitec en articl h2s">

Rpréfllenct papin>h3/p> < /n> intng> (Matthi ">Sergiert),  m>Dua> «u Nouveau Romen aua> «enuw cu jourrnne er46 | 2015, 93-107l.

Rpréfllencélecintnatiq8oh3/p> < /n> intng> (Matthi ">Sergiert),  m>Dua> «u Nouveau Romen aua> «enuw cu jourrnne er46 | 2015, miins en pagnr l01s, m 2015, e consuisé l12mertembe2017. URL : http://u journs.nloneédcti.org/tetestys/258n ; DOI : 10.4000/tetestys.258ne. A a le8oh2s">

i (Matthi ">Sergier<3/p> < an classt descrictiesUn divers&eac a ; SaifonLorsa-B bruxees ) &Un divers&eac a ; caauolypique Lorriva. eul class=iructies"> Drçoons dt a le8oh2s">

 TsudrçoonepréVers. l--an>

a cetottom"an>tyle46 | 2015 F figliatiais de lv dis littérais;" corai.) -ul tylePoflèit ltdiva-regarà enyauoRom ln pvpionrmee éteela> «tap leen vpiousun écriva-l fonctioraien Moengei jeu de Frz Hppellsns (46)">Docusement dédime8o -ul tyleC cpar>. aruz ( d)a écriPaludotesDocusemenursdiva.)a cetottoml--an> v>

v> h2sIVaexn>h2s v> ul> v>
  • a> h2sP d-gepublliati8oh2s v> ul> v>
  • a> h2sD venionnum dés8oh2s v> ulh1 classissuotes v>
  • tys;V>Vhaeconro ee sos temer v> h2sNum désro eontexts interrl8oh2s v> ulh1 classissuotes v>
  • i>tys;Rprécritumer
  • i>tys;Uratolre eahentipliati8o
  • tys;B bruxees,re unéinographes littérai8o
  • tys;F figliatiais de lv dis littérai8o
  • tys;Lons ss leu8o
  • tys;EugscènSavitzkaya8o
  • i>tys;La L littératur, airalism deanphotopigraii8o
  • i>tys;Éécriva(e)u8o
  • i>tys;Maeinrlinckne dans la man8o
  • i>tys;Éécerturrmemaarn contempora8o
  • tys;Lonécrivau-u journalisu8o
  • i>tys;Jean-ehir pcuv Tssaifo8o
  • i>tys;La Bemanuenceruirén contemporan8o
  • i>tys;F Frç moiJacqmra8o
  • i>tys;Simti Leyu8o
  • tys;14-18 :re unm témrdis littérai8o
  • i>tys;Drçoontue littératu8o
  • i>tys;D lt autsnDoauti co8o
  • tys;Henri Michaux8o
  • i>tys;La BellogiqutdivadeanBellogiq8o
  • i>tys;Musitiqu mee littératu8o
  • i>tys;Odilon-Jean Pxpérr8o
  • i>tys;UunEuroprà eniniratu ?8o
  • tys;L les tais de lfaim : lonécrivauu meeeou urcritu8o
  • i>tys;Max Elsk &ar-nCh pleslV vaLerumbghu8o
  • i>tys;Dulfantatistiqae rppéude réalmprdelogiq8o
  • tys;A>altnntav len modealisue(1919-1939)8o
  • i>tys;La Clptusceurellettr8o
  • i>tys;La peifortur(d)sa écrn8o
  • i>tys;FltnnmaCr comlynaeck
  • i>tys;> LInsattitaties littérai8o
  • tys;MauricnnM-einrlinck, Jean LorretemM-vae G lers, Jean Ray :rLiruituu8o
  • i>tys;> lettree du jo (II)8o
  • tys;> lettree du jo (I)8o
  • tys;Voyvra,dA ailleu8o
  • tys;Émis lV>Vhaecon8o
  • i>tys;Fantatistiqleu8o
  • i>tys;u Romcemièr8o
  • tys;Sur réalmpais dBellogiq8o
  • i>tys; (rcppThiryla praa le8o
  • i>tys;AndtitBr aitiesent dleu le8o
  • i>tys;Liruituuis de Pau, Wiemsrt v> h2sHors-sxpérs8oh2s v> ulh1 classissuotes v>
  • i>tys;> teuioccupliatis.n> Lmpacent deanS rect dGuerr la ma diiépourare littératurendBellogiq8o
  • tys;Imnnaelo de dAfritiqu mee dCongo/Zaïaire dans lellettrzbppnaelo de languf Frçndadrrmemli eoctrt v> h2i" idllIssuotesi 8oh2s a> h2sC coensd preui8oh2s v> ul> v>
  • tys;. Pnsiauter
  • a> h2sL lntrev8oh2s v> ul> v>
  • Peprésentasi8o
  • C crnit8o
  • C nasgonso pouranpepréseauctint seontexue(d posbler,-vars)8o
  • v> h2sIConfoliatis8oh2s v> ul> v>
  • C pritu8o
  • C seactu8o
  • . lcritiqlet-atepublliati8o a> h2sSuivez-e no8oh2s v> ul> v>
  • tyleFlux RSS"liimgemltleFlux RSS" srcefimnnae/soié-econs/rss.png" widthef16" heightef16" /> Flux RSS8o a> h2s> lettree l’onfoliati8oh2s v> ul> v>
  • a>
  • > v> 2ul classh déiesAff filiatis/ paeoraio8oh2s v> ul> v>
  • tylePocertler de revsahnkSnscsansce horansre ee iéotesiimgemltleOlonEédcti J journs" srcefimnnae/logo-e revs-org.png" /aerv> > an classfirsts;ISSNcélecintnatiq 2295-2667. li . pnee dscrn8oa> – i C pritu8oC seactu8oFlux dunsyndblliati8o an class clt"li NTsuadh dérons OlonEédcti J journserÉdrnitn aveLodelerAcécèepréVer8o > // // jQiqry(docuseme).ready(fufoncti() { jQiqry.ajax({ async:e,aue, url: "258n?onfoli=licidby&" lanfr&nnf rerdurl=1", eucince: fufoncti(de uitn dDataCicidby ) { if(e uitn dDataCicidby){ jQiqry( '#ckquitati' ).afour(de uitn dDataCicidby ); jQiqry( '#suortcutsua[" href=ckquitatio]' ).afour(d' |ei Crnità p8o }); //]]si/descria