Navigation – Plan du site
Figurations de la vie littéraire

Thomas Gunzig : mon écrivain, cet anti-héros

Cécile Lefèvre
p. 167-184

Texte intégral

1Thomas Gunzig est aujourd’hui un auteur reconnu au sein du champ littéraire et un personnage public connu, y compris d’une population qui n’a jamais lu ses livres : via ses chroniques radio en particulier, il s’est construit une place dans le paysage audiovisuel belge. Son œuvre fictionnelle reste pourtant associée à un univers noir, étrange, un peu atypique : des histoires de tueurs en série, de terroristes minables, de vigiles de supermarché aux ambitions existentielles dignes de stars de la téléréalité.

2Son personnage public et la position d’écrivain qu’il occupe procèdent cependant de la même figure, celle de l’antihéros, de l’homme ordinaire aux prises avec un monde qui le dépasse – figure que l’on retrouve fréquemment dans son œuvre de fiction.

3Nous nous sommes donc penchée sur le principe qui préside à la construction de cette structure énonciative particulière, au raté communicationnel qui organise le discours de Gunzig. Il semble qu’il existe un inconfort à divers niveaux : du point de vue littéraire, difficulté à écrire ; du point de vue personnel, incapacité à vivre, à appréhender le monde ; du point de vue fictionnel, impossibilité à agir de façon conséquente.

4Il s’agira donc dans cet article de travailler sur trois niveaux de discours : celui de Gunzig-écrivain, lié à son inscription dans le champ littéraire, celui de Gunzig-personnage et des chroniques, et celui des personnages gunziguiens. On verra dans un premier temps comment se positionne Gunzig dans les champs littéraire et culturel, puis on analysera la persona qu’il se construit au fil des chroniques, pour enfin voir les façons dont ces positions se manifestent dans l’œuvre et la situation langagière problématique qu’elles présentent via la figure de l’antihéros.

Gunzig et la littérature : un anti-auteur ?

  • 1 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Co (...)
  • 2 Ibidem, p. 52.
  • 3 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Éditions Slatki (...)

5Dominique Maingueneau1, dans ses recherches, définit les multiples facettes et modalités du positionnement de l’auteur, de la constitution d’une position d’énonciation auctoriale à partir de laquelle le discours littéraire est possible. Ce dernier a en effet ceci de particulier qu’il est autoconstituant et, par là, « voué à nourrir son œuvre du caractère radicalement problématique de sa propre appartenance à cette société »2. Les auteurs vont donc devoir se constituer une position qui est toujours déjà interrogée par leur activité – la littérature – comme mise en question de la possibilité de dire. Jérôme Meizoz3 y ajoutera ceci, que la posture n’est pas seulement une position, mais aussi la façon dont on occupe cette position dans ledit champ. Parmi les caractéristiques définies par Meizoz, il convient de souligner que la posture peut être hétéro- ou autoreprésentée – discours sur l’auteur / discours de l’auteur sur lui-même – et se définit sur deux axes, contextuel et textuel. On envisagera donc les écrits non fictionnels pour se pencher ensuite sur les textes de fiction ; de même, il s’agira de distinguer le discours tenu sur Gunzig du discours produit par lui sur son œuvre.

6Il est évident que sa position réelle est difficile à définir : on pourrait l’évaluer en termes de notoriété littéraire (ventes de livres), de reconnaissance par les pairs, de participation aux institutions littéraires (académies, prix). De ce point de vue, Gunzig est un auteur connaissant un succès modeste, jouissant d’une notoriété relativement limitée et ne participant pas ou peu aux instances littéraires existantes.

  • 4 À la différence des textes de type autobiographique, dits de « figuration », les textes de réglage (...)

7Il est plus simple par contre de considérer le discours produit par l’auteur sur son activité et sa position au sein du champ littéraire, même si Gunzig est peu prolixe à cet égard. Il n’existe pas de corpus à proprement parler dans lequel on puisse regrouper l’ensemble des textes que Maingueneau qualifie de textes de « réglage »4. Cet ensemble est en général composé de préfaces, d’articles, de critiques et d’interviews donnés à la presse. Dans le cas de Gunzig, on ne trouve que quelques textes épars, des remarques souvent en marge d’interviews initialement destinées à promouvoir un livre. On regroupera ces propos en deux ensembles : d’un côté, les références à la littérature et le positionnement par rapport à une certaine tradition, qui définissent la filiation littéraire (références, influences, hommages, citations) ; de l’autre, les remarques à propos de la position concrète et réelle de l’auteur dans le contexte belge francophone.

8Lorsque l’on interroge Gunzig sur ses influences littéraires, celui-ci indique souvent une filiation qui va du côté d’une littérature peu canonique, voire de la « paralittérature » : John Fante, Philip K. Dick ou Raymond Carver.

  • 5 Gunzig (Thomas), 10 000 litres d’horreur pure. Modeste contribution à une sous-culture, Paris, Édit (...)

9On retrouve ce positionnement dans la préface d’un livre plutôt atypique : 10 000 litres d’horreur pure5, roman-hommage au genre du survival – catégorie de film d’horreur américain popularisé dans les années 1980. On retient de cette préface deux éléments : tout d’abord, le pouvoir d’attraction des films d’horreur, qui réside dans le mauvais goût dont ils font preuve, « du transgressif, du sale, de l’épais, du nauséeux, du nauséabond et plus encore, si possible, de l’innommable » (LHP, p. 6). Ensuite, le fait que ces films constituent, de l’aveu de l’auteur, « [des] insultes au “bon goût”, au politiquement correct […] et à la société » et soient qualifiés de « parfaites pustules anarchistes » (LHP, p. 6-7). Le positionnement contre-culturel se fait à deux niveaux : au niveau du choix d’une « sous-culture », un genre qui se situe aux marges de la culture dominante et de ses exigences esthétiques (position équivalente au roman de gare en littérature), mais aussi au niveau du genre choisi – ici, le film d’horreur, dont le côté transgressif est souligné.

  • 6 À l’exemple de la maison de production Troma, spécialisée en série Z et dont l’ensemble des réalisa (...)

10Il est important de préciser le rapport qu’entretient le film d’horreur avec la série B (ou série Z). Le concept de série B n’est pas lié à une spécificité générique, mais d’abord à une classification en termes de budget. Il n’est donc pas né avec le genre « horrifique » ni limité à celui-ci, mais il participe pour une large part à la façon dont celui-ci est conçu et reçu par un public d’initiés le plus souvent. La série Z, terme qui exprime également un jugement esthétique (œuvres à petit budget et de mauvaise qualité), va engendrer une production qui se situe d’emblée en position mineure et qui, délivrée de l’exigence de qualité (rendue impossible par les limitations financières) et de rentabilité, donne naissance à des films dominés par l’autodérision. L’idée même de faire un film qui se moque de ses propres principes et de ses propres codes existe par ailleurs, mais est portée à l’extrême dans le cas du film d’horreur6, au point qu’elle en devient une composante inévitable les films d’horreur « sérieux » comportent en général l’un ou l’autre clin d’œil au genre, à défaut d’une référence explicite qui va souvent dans le sens de l’autodérision.

11L’hommage « modeste » rendu par Gunzig à ce genre relève, comme il le dit lui-même, « d’un geste d’amour » (LHP, p. 9) et ne se pose pas vraiment comme manifeste d’une prise de position par rapport à la culture consacrée ; il participe cependant indirectement à la construction d’une posture d’auteur à la marge.

12Lorsqu’il évoque sa position d’auteur, son métier d’écrivain, on retrouve la même posture d’outsider. Son parcours académique et scolaire ne le destinait pas forcément à devenir écrivain (scolarité difficile, études de sciences politiques). Il a commencé par écrire tout en travaillant comme libraire et est aujourd’hui tenu de se diversifier en travaillant dans d’autres domaines (radio, théâtre) afin de gagner sa vie, comme il l’évoque dans une interview récente7 :

Quand un livre vient de sortir, on est super aux abois. J’en ai marre d’avoir d’autres activités pour vivre. Je fais de la radio, je suis un tout petit peu prof, je fais des spectacles, de la photo, j’écris des scénarios. J’aimerais pouvoir écrire un livre tous les deux ans et pouvoir vivre de ça. Le rêve.

13Gunzig ne se positionne pas pour autant en poète maudit incompris de la société ; il n’y a de sa part qu’une sorte de regret, assorti d’un constat d’incapacité à écrire des romans à succès :

  • 8 Ibidem.

À une période, j’en avais marre de constater que mes livres ne décollaient pas plus. J’ai décidé d’écrire un livre à la Marc Lévy. Vraiment pour le pognon. Je ne suis pas parvenu à le faire. J’en ai déduit que pour faire du Marc Lévy, il faut être Marc Lévy. Je ne me moquerai plus jamais de Marc Lévy depuis que j’ai essayé de faire comme lui. Je suis péniblement arrivé à écrire cinq pages8.

14Ce type de remarque fonctionne évidemment à deux niveaux du point de vue de la posture auctoriale : il permet à la fois de situer l’écrivain dans un champ et de justifier une position « mineure » par une sorte d’essentialisme, de caractéristique spécifique à l’auteur. Gunzig est ce qu’il est parce qu’il ne peut pas faire autrement. Il ne « sait » pas écrire mieux ou faire autre chose, il est « coincé » :

  • 9 Entrée libre, avril 2008, p. 9.

Je crois que le contraste principal, c’est qu’à la fois, j’ai une certaine ambition, j’ai envie que ce que je fais marche mieux, soit plus lu ; et à la fois, je m’obstine à écrire des livres dont je sais bien qu’ils sont trop « bizarroïdes » pour vraiment fonctionner. Je suis un peu emprisonné dans une drôle de situation où j’écris ce que je veux ou ce que je peux et à chaque fois, je râle ou je suis triste, parce que je n’arrive pas à dépasser un seuil important9.

15La constitution de la posture chez Gunzig fonctionne de façon remarquablement cohérente : l’autoreprésenté et l’hétéroreprésenté correspondent bien, puisqu’il est de façon unanime considéré (y compris par lui-même) comme un auteur « bizarre », à l’humour noir, absurde. De même, sa place réelle dans le paysage littéraire correspond à la manière dont il occupe cette position : il y appartient tout en étant à la marge, il est tenté par le succès commercial tout en étant limité par un style que l’institution, dit-il, qualifie de singulier.

  • 10 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, op. cit., p. 28-29.
  • 11 Ibidem, p. 28.

16Le corpus de textes dits « contextuels », de discours sur le littéraire étant limité dans le cas de Gunzig, il nous a semblé opportun de considérer également les écrits non fictionnels d’un autre type que sont les chroniques. Meizoz, quand il préconise l’étude des textes d’auteur, se réfère en fait surtout aux textes autobiographiques ou autofictionnels10 le « soi construit que l’auteur lègue aux lecteurs dans et par le travail de l’œuvre »11. Si elles ne constituent pas un ensemble autobiographique comme tel, les chroniques participent pourtant de la constitution d’une position d’énonciation, d’une posture de personnage public.

Gunzig chroniqueur : un anti-héros ?

17L’activité de chroniqueur de Gunzig ne commence qu’en 2006 – à ce moment, il a déjà publié un certain nombre de recueils de nouvelles et deux romans. Il est donc écrivain à part entière, quoique peu connu du grand public. Il va alors intervenir à la télévision, dans l’émission « Le Jeu du dictionnaire », au cours de laquelle il présente des chroniques souvent liées à l’actualité, mais aussi dans l’émission « Les Bureaux du pouvoir », pour laquelle il dresse des portraits de personnalités politiques. Il écrit également des chroniques dans le journal Le Soir, dont la plus récente série date de l’été 2013 – série organisée autour de l’exercice « Un texte et une photo par jour pendant 30 jours ». Il intervient depuis 2010 à la radio, où il présente plusieurs fois par semaine des chroniques matinales. L’auteur a par ailleurs créé un blogue, sur lequel il publiait les diverses chroniques (journaux, télévision). Mis à jour jusqu’en 2011 environ, ce blogue a aujourd’hui été supprimé par Gunzig lui-même.

18On le voit, l’activité de chroniqueur de Gunzig est protéiforme, tant du point de vue du médium (télé, radio, journaux, blogue) que du point de vue des sujets traités. Y apparaissent cependant des constantes qui dessinent un personnage nommé Gunzig, dont la relation avec l’écrivain Gunzig reste à déterminer.

  • 12 Searle (John R.), Les Actes de langage, Paris, Éditions Herman, 1972.
  • 13 Voir à ce sujet les travaux de Marie-Ève Thérenty.

19Du point de vue pragmatique, le discours journalistique se distingue du discours fictionnel en ceci que les assertions qu’il fait sont censées être vraies et obéir à un certain nombre de règles conversationnelles. L’énonciation fictionnelle, de son côté, fonctionne de la même façon, mais le régime assertif qu’elle utilise est basé sur une feinte12 – partagée par l’auteur et le lecteur, prérequis qui pose parfois problème dans des cas limites d’autofiction par exemple. La chronique est un genre qui, de ce point de vue, est ambigu, puisqu’il est toujours entre le littéraire et le journalistique. Des chroniques médiévales, dont on reconnaît aujourd’hui unanimement la valeur littéraire, aux chroniques journalistiques qui émergent aux temps modernes et dont on étudie les modes poétiques13, les rapports entre réalité et fiction sont plus que flous dans ce type particulier de textes.

20Dans le cas de Gunzig, les rôles d’écrivain et de chroniqueur sont assez strictement séparés : il ne parle pour ainsi dire ni de ses livres ni de littérature, et ne se positionne pas comme écrivain dans son activité de chroniqueur. Par contre, ces textes construisent et mettent en scène un personnage qui fonctionne de façon cohérente, d’une part avec la posture d’auteur esquissée, d’autre part avec les personnages des textes de fiction.

21Devant la difficulté à choisir un corpus homogène, nous nous sommes ici basée en grande partie sur la série de chroniques publiées dans Le Soir au cours de l’été 2013, ainsi que sur certains textes tirés du blogue de l’auteur : il s’agibxqu’elle utilise est basé sur is le régime assertif qu’elle utilise earres act qu’e tn> : Le corpus de textes dits « contextuels », g="fr">co

20< i télévi pu>M horri ,références, influe d’incaaire (ventes d. De e deit » paégi : lpres codej’ai émique et scolaire nns lequel com égard. Il n,truistrlifiglde cusendnotes">