Navigation – Plan du site

49 | 2016
Réécritures

De l'écrit à la scène
Sous la direction de Catherine Bouko et Karel Vanhaesebrouck
King Lear 2.0
Informations sur cette image
Crédits : © S. Magnone 2013
164 p.
ISBN 978-2-8759-3094-1

Depuis la fin du XXe siècle, on a pu observer une mise en crise systématique du texte théâtral, voire de l’idée du répertoire tout court. Le texte a non seulement perdu sa position centrale en tant que yin et yang de la pratique culturelle qu’on appelle en Occident le « théâtre », mais, de plus en plus, les metteurs en scène et les auteurs semblent également ressentir la nécessité de (faire) réécrire les textes, qu’il s’agisse de romans, d’autres textes de théâtre ou, plus rarement, de poésie. Le théâtre postmoderne a introduit la mise en crise de l’idée même du récit tout en continuant à insister sur sa propre spécificité médiale. La pratique de la « réécriture » s’inscrit dans ce développement où l’adaptation ne se limite plus à la simple transposition d’une structure narrative d’un médium (le texte) à un autre (la scène), mais où elle se veut un véritable travail de « re-création ». Ce volume de la revue Textyles entend explorer les pratiques de réécriture et stimuler la réflexion autour du statut du « répertoire » théâtral, en Belgique francophone en particulier. Ce dossier thématique combine une double approche : la réécriture y est abordée à la fois dans une acception serrée, comme un processus lors duquel le texte-source est véritablement réécrit, et dans une acception plus large, renvoyant aux procédés d’adaptation et d’appropriation scéniques de textes théâtraux, d’œuvres littéraires ou de productions cinématographiques. Au moyen d’une étude de techniques dramaturgiques variées, les six textes qui composent ce dossier cristallisent l’enjeu qui semble réunir tous ces spectacles : ils soulignent en effet tout particulièrement combien ces gestes de réécriture, totale ou partielle, fidèle ou en filigranes, interrogent l’acte d’écrire pour le théâtre aujourd’hui. La réécriture se pare donc d’une fonction métathéâtrale indéniable que ce numéro tente de mettre au jour.
 

  • OpenEdition Journals