Navigation – Plan du site
Le poète en société et dans la presse/Verhaeren journaliste

La poésie d’Émile Verhaeren dans les périodiques belges

David Gullentops
p. 47-64

Texte intégral

  • 1 Pour les contributions d’Émile Verhaeren aux périodiques anarchistes, voir Gullentops (David), Émil (...)
  • 2 Par Poésie complète, nous désignons les huit volumes rassemblant les éditions critiques des recueil (...)
  • 3 Pour la version numérisée de L’Artiste, La Revue moderne, La Jeune Belgique, La Revue rouge et La W (...)

1Dans une étude précédente, nous avons constaté que les périodiques anarchistes recèlent de nombreux poèmes de Verhaeren1. La plupart d’entre eux sont connus pour avoir été intégrés dans un des recueils majeurs du poète et sont signalés dans les volumes de la Poésie complète2. En revanche, d’autres poèmes figurant dans ces périodiques n’ont pas été inventoriés dans Poésie complète, parce qu’ils n’ont pas été repris en recueil. Ces textes ont pourtant contribué de façon équivalente à la genèse de l’œuvre poétique. Partant de ces données, nous avons parcouru les revues belges L’Artiste, La Revue moderne, La Jeune Belgique, La Revue rouge et La Wallonie3 à la recherche d’autres poèmes encore qui, eux non plus, n’ont pas été pris en considération. Or, comme nous allons le voir, ils revêtent pour Verhaeren une importance particulière en matière d’inscription dans le champ littéraire et dans la constitution de son œuvre. Dès lors, contrairement aux principes qui ont guidé l’édition scientifique des recueils initiée par Joseph Hanse et poursuivie sous la direction de Michel Otten, nous souhaitons plaider ici en faveur d’une lecture complémentaire des textes publiés au même moment dans des revues comparables, indépendamment du fait qu’ils aient été ou non sélectionnés par le poète en vue de leur édition en volumes.

  • 4 Doutrepont (Georges), Les Débuts littéraires d’Émile Verhaeren à Louvain, Bruxelles-Paris-Lille, Va (...)
  • 5 Fontaine (André), Verhaeren et son œuvre, Paris, Mercure de France, 1929, p. 200-216.
  • 6 Vermeulen (François), Les Débuts d’Émile Verhaeren, Bruxelles, Office de publicité, Collection nati (...)
  • 7 Nachtergaele (Vic), Les Juvenilia d’Émile Verhaeren, Preprints-Papers de la Faculteit Letteren en W (...)

2Avant de livrer les résultats de notre investigation, nous aimerions rendre hommage à quatre spécialistes de Verhaeren qui nous ont précédé dans le repérage des poèmes parus dans les périodiques belges : Georges Doutrepont s’est concentré sur les toutes premières publications de Verhaeren pendant ses études à Louvain4, André Fontaine a poursuivi et complété l’inventaire en dépouillant les principales revues de 1881 à 18915, François Vermeulen s’est concentré sur les débuts littéraires du poète6 et Vic Nachtergaele s’est attaché à éditer ses juvenilia7. Leur mérite est d’avoir établi systématiquement l’inventaire des poèmes, qui plus est en dépouillant manuellement les périodiques. Mais force est de constater que ces résultats n’ont pas encore donné lieu à une édition réellement complète de la poésie de Verhaeren et, à plus forte raison, à une étude exhaustive de sa production poétique.

3De nos jours, la recherche dans les périodiques bénéficie de moteurs de recherche performants. Nous avons utilisé ici la numérisation des revues littéraires belges de la Digithèque des Bibliothèques de l’ulb. Comme on le verra, cette base de données nous a permis de repérer non seulement des inédits de Verhaeren, mais nous a fourni aussi toute une série d’informations particulièrement précieuses.

Poèmes de jeunesse

  • 8 Verhaeren (Émile), « Sonnets », dans L’Artiste, n° 32, 11 août 1878, p. 249-250.
  • 9 Doutrepont (Georges), Les Débuts littéraires d’Émile Verhaeren à Louvain, op. cit., 70-71. La numér (...)

4Parmi ces poèmes pourtant dignes d’intérêt, mentionnons tout d’abord les deux sonnets de Verhaeren parus dans L’Artiste le 11 août 18788, signalés et reproduits dans l’ouvrage de Doutrepont en 19199. Le premier sonnet est particulièrement révélateur de la posture adoptée par le poète à ses débuts, comme en témoignent la dédicace adressée à son alter ego « À mon ami » – sans doute Georges Rodenbach –, ainsi que l’incipit percutant : « Marcher franc dans la vie et dire ce qu’on pense, / Mettre son cœur à nu comme un lit d’océan », ponctué un peu plus loin par « Être vrai, malgré tout, Voilà ton lot, poète / Voilà ce que te chante un beau vers de Musset ». Ce parti-pris de franchise et d’authenticité est tant et si bien affirmé qu’il forme le garde-fou d’une gloire littéraire par trop facilement obtenue ou artificiellement recherchée :

Même contre les flots dût s’acharner ta barque,
Dût le faux goût du jour te mettre aux lazarets,
Sois franc ! sois franc d’abord, tu seras grand après !

5Quant au second sonnet publié dans la même livraison de L’Artiste, même s’il n’est pas aussi explicite en matière de posture littéraire, l’évocation poétique à laquelle il donne lieu y confère un élément nouveau. Le poète locuteur y compare la subsistance du souvenir de son « premier amour » dans l’immense vague de doute, honte, remords, désespoir et vice qui le submerge à un « petit coin de rue encor chaste et sacré » au sein du vaste quartier « lépreux » de prostitution des vieilles villes. L’image affichée du poète, faite de lutte, de labeur et de refus de succès facile, telle qu’elle est préconisée dans le premier sonnet, se voit complétée désormais par une nécessité d’isolement et de souffrance tout aussi primordiale dans l’atteinte de la gloire.

  • 10 Verhaeren (Émile), « Rêve gothique », dans La Revue moderne, mai 1883, p. 294-295.
  • 11 Nachtergaele (Vic), Les Juvenilia d’Émile Verhaeren, tome 2, op. cit., p. 11. La version du poème q (...)
  • 12 Nachtergaele (Vic), Les Juvenilia d’Émile Verhaeren, tome 2, op. cit., p. 11.

6Une tout autre posture se découvre dans un « Rêve gothique » qui a paru dans La Revue moderne en mai 188310, mais que le poète aurait déjà récité en public en 1880, d’après la mention découverte par Fontaine dans l’Annuaire de l’Université de Louvain, et dont la genèse remonterait aux années 1877-1878, d’après l’analyse menée par Nachtergaele11. Verhaeren y exprime le désir d’être reporté aux temps « le monde élevait son âme au ciel chrétien » pour « habiter / Quelque logis bien vieux, bien lointain et bien triste » et « Peindre dévotement avec calme et douceur / Avec toute la foi qui brûlerait son cœur » des tableaux ayant pour sujets le « Christ tordant son agonie » et la « Vierge au sein des gloires ». Qui plus est, « L’atelier où [sa] vie intime fleurirait / Serait un sympathique et modeste retrait » tout à fait à l’image de ses « beaux tableaux » qui, au moment où « [il s’en irait] aux cieux », ne porteraient dans les Musées que l’inscription « simplement : “Inconnu” ». En accord avec une proclamation de foi chrétienne, ce poème établit le portrait d’un artiste qui n’est plus en lutte, mais en harmonie, qui ne recherche plus la gloire personnelle, mais a atteint la sérénité spirituelle. Une posture de poète diamétralement opposée à celle des sonnets de L’Artiste, à moins que l’évocation ait pour but de traduire un idéal situé dans un temps révolu auquel Verhaeren souhaite donner expression pour mieux souligner son réalisme. Dès lors, comme le suppose aussi Vic Nachtergaele12, le « Rêve gothique » préfigurerait l’évocation nostalgique de « l’idéal spirituel » des religieux condamnés à disparaître en ce monde moderne et à être remplacés par les « prêtres de la lyre » que sont les artistes, comme le préconise Verhaeren dans le dernier poème des Moines.

  • 13 Verhaeren (Émile), « Pochade », dans La Jeune Belgique, n° 3, 5 février 1883, p. 95-96.
  • 14 Voir Doutrepont (Georges), Les Débuts littéraires d’Émile Verhaeren à Louvain, op. cit., p. 66-67.

7Venons-en ensuite à la « Pochade » que Verhaeren donne dans la livraison de La Jeune Belgique du 5 février 188313, après l’avoir placée, sous le pseudonyme de Rodolphe, dans La Semaine des étudiants de Louvain en février 188114. Dans cette fantaisie rêvée pour se distraire d’une fête de Carnaval « d’écœurement bête », le poète-locuteur imagine « l’enfer, où s’en vont les poètes / Vivre après leur trépas leur immortalité », pour y rencontrer ses confrères Musset, Murger, Gautier, Glatigny, Baudelaire, Lamartine et Barbier. Même si le texte est pour le moins ironique ou burlesque, il est repris dans La Jeune Belgique pour affirmer une position en littérature. Par rapport au renvoi à Musset dans les vers parus dans L’Artiste en 1878, nous constatons une évolution nette, puisque le poète ne semble plus apprécier celui qu’il prenait jadis pour modèle, ce qui vaut aussi pour les poètes romantiques Lamartine et Gautier – le Gautier de 1830. Il rejette également le Murger des Scènes de la vie de bohème – auxquelles il avait emprunté pourtant le nom du protagoniste (Rodolphe) pour la première parution du texte –, de même que d’autres poètes « marginaux » comme Glatigny et Baudelaire, ainsi que l’académicien Barbier. La fantaisie semble empreinte d’une ironie qui s’accorde à l’esprit de La Jeune Belgique. Ses membres célèbrent à cette époque des auteurs plus contemporains et surtout plus susceptibles d’assurer un renouveau littéraire en Belgique, d’une part les parnassiens, comme Leconte de Lisle ou Théodore de Banville, d’autre part les naturalistes, tels que Camille Lemonnier ou Émile Zola. Même si cette « Pochade » est antérieure dans sa genèse à la naissance de la revue, elle en demeure représentative en soutenant une orientation esthétique qui, conjuguant les théories de l’Art pour l’Art avec les principes du naturalisme, se voulait à ses débuts « parnassienne-naturaliste ».

  • 15 Voir Biron (Michel), « Littérature et banquet », dans Klinkenberg (Jean-Marie), dir., Textyles, n°  (...)
  • 16 Verhaeren (Émile), « [Hommage à Camille Lemonnier] », dans La Jeune Belgique, n° 7, 5 juin 1883, p. (...)
  • 17 Voir Gullentops (David), Émile Verhaeren inédit, op. cit., p. 13-15.

8À ces poèmes de Verhaeren signalés par nos prédécesseurs, nous aimerions ajouter d’autres textes qui permettent de constater une nouvelle évolution sur le plan de la posture de l’écrivain. Il s’agit tout d’abord de l’hommage en vers rendu à Camille Lemonnier à l’occasion du « banquet solennel de protestation » organisé le 27 mai 1883 à la suite de la décision du jury du Prix Quinquennal de ne pas attribuer le prix en 188315 et paru dans La Jeune Belgique du 5 juin 188316. À travers Lemonnier, Verhaeren esquisse le portrait idéal du « Maître » en le comparant au paysan qui, trônant sur le dernier charroi de la récolte de blé, symbolise la réussite de la moisson. À nouveau, il importe à ses yeux que l’écrivain soit « l’âpre travailleur, l’écrivain rude et fort », mais aussi que ses œuvres – en l’occurrence Un Mâle et Le Mort – « flambent […] de cette lueur rouge / Qu’allume le grand style aux livres qui vivront ». L’écrivain doit son autorité énonciative à la dimension régénératrice de ses écrits qui se traduit par une ignition lumineuse de couleur « rouge », symbolique que Verhaeren reprend systématiquement pour caractériser dès cette époque toute œuvre innovatrice, plus tard toute œuvre engagée17.

  • 18 Verhaeren (Émile), « [Hommage à Georges Eekhoud] », dans La Revue rouge, novembre 1893, p. 30. Il e (...)
  • 19 Pour l’importance du mode d’expression dans l’esthétique de Verhaeren, voir Gullentops (David), Émi (...)

9Le poème suivant permet de franchir une nouvelle étape dans la posture à adopter. Dans l’hommage rendu par Verhaeren à Georges Eekhoud le 28 octobre 1893 à l’occasion du banquet organisé en son honneur par La Revue rouge pour l’obtention du Prix Quinquennal en 189318, surgit l’importance de la dimension sociale de l’écriture, et ceci à double titre. Certes, à l’instar du portrait de Lemonnier, le « maître écrivain » Eekhoud demeure celui qui est « uniquement mordu par [son] travail » et qui communique par ses livres sa « [voracité] d’émotion extrême et rouge » – notons la récurrence de la couleur symbolique. Mais il est de surcroît « fiévreux de l’art, fiévreux du bien » dans la mesure où, d’une part, il fait partie d’un groupe d’écrivains auquel il demeure « Loyal à tous et bon et de zèle affermi / Quand la bêtise autour de [leurs] bouquins aboie », d’autre part, il choisit pour décor de ses récits « parmi les coins de [son] pays / Les bourgs les plus lointains, les sols les plus transis » et pour protagonistes « ceux que repousse le monde », « les battus et les chassés ». Pour Verhaeren, l’écrivain est assuré de sa vocation dès lors qu’il défend avec d’autres artistes une esthétique dans laquelle les modes d’expression contribuent à améliorer le sort des individus les plus marginaux et les plus démunis de la société contemporaine. On aura reconnu l’un des principes de l’esthétique anarchiste que Verhaeren élabore et applique à sa poésie précisément au début des années 189019.

10Venons-en à formuler une première série de thèses au sujet de ces poèmes que Verhaeren a publiés délibérément dans des périodiques, sans les reprendre plus tard en recueil. Ces textes parus dans L’Artiste, La Revue moderne, La Jeune Belgique et La Revue rouge lui permettent d’affirmer ou de (re)souligner sa position dans le champ littéraire. Il s’agit toutefois d’une profession de foi habituelle, à plus forte raison lorsqu’un écrivain débute sa carrière littéraire. Les hommages plus tardifs rendus à Lemonnier et à Eekhoud appartiennent à la même catégorie, mais en diffèrent par leur objectif implicite. Précisément parce qu’ils se présentent comme des « vers de circonstance » et qu’ils semblent moins concerner directement le locuteur, ces portraits du « maître écrivain » et du « maître ami » offrent l’opportunité de mieux afficher encore la posture idéale du poète. Ces textes en vers nous paraissent donc relever d’une catégorie différente des évocations poétiques à proprement parler, étant donné leur différence statutaire.

Les « oubliés » de La Jeune Belgique et de La Wallonie

11Les poèmes que nous avons découverts dans La Jeune Belgique et La Wallonie représentent un autre cas de figure. S’ils n’ont pas été signalés dans Poésie complète, c’est sous le prétexte que Verhaeren ne les a pas fait figurer dans l’une ou l’autre édition de recueil. Or l’option prise de ne pas les traiter est discutable. Ils peuvent être répartis en deux catégories : d’une part, les poèmes qui ont été publiés dans ces revues au sein de séries ou de suites dont d’autres textes ont été repris plus tard en recueil, d’autre part, les poèmes qui ont été publiés dans ces revues de façon plus « isolée », soit véhiculant des expressions et des formules distinctives, soit accompagnés d’une date, mais en général renvoyant explicitement à une période de création.

  • 20 La Direction, « Déclarations », dans La Jeune Belgique, n° 1, janvier 1893, p. 10.
  • 21 Giraud (Albert), « Chronique littéraire », dans La Jeune Belgique, n° 6, juin 1893, p. 256.
  • 22 Anonyme, « Memento », dans La Jeune Belgique, n° 2, février 1894, p. 104.
  • 23 Anonyme, « Memento », dans La Jeune Belgique, n° 5, mai 1894, p. 232.
  • 24 Anonyme, « Memento », dans La Jeune Belgique, n° 6, juin 1894, p. 263-264.

12Débutons notre enquête dans La Jeune Belgique (1881-1897), à laquelle Verhaeren contribue de façon régulière de juin 1882 à janvier 1887 et de mars 1890 à janvier 1893 en y donnant des poèmes, de la prose et de la critique littéraire et artistique. Comme nous le savons, l’interruption survenue après janvier 1887 s’explique par le désaccord du poète avec la direction de La Jeune Belgique qui réprouvait toute implication sociale de l’art. Et si son retour au sein de la revue en mars 1890 est à une sorte d’armistice signé à la mort de Max Waller et permettant de resserrer les rangs pour fêter les dix ans d’existence du périodique, la cessation définitive de toute collaboration en 1893 aura pour même motif la question de l’engagement social des poètes. Le désaccord de Verhaeren avec la direction de la revue et son départ s’accompagnent d’ailleurs d’une série d’attaques virulentes. Dans les années 1893 et 1894, il est violemment pris à partie pour « beaucoup de mauvais vers, une langue amorphe et atone, une monotonie désespérante dans la forme et la pensée »20, « un style en tire-bouchon »21 qu’il aurait remis à la mode, ses « adverbes transatlantiques »22, sa « langue obscure, tourmentée, incompréhensible […], parfaitement ridicule »23, ou encore ses vers de « Flamand dégénéré »24. Nous venons d’illustrer, en passant, un autre bénéfice que la recherche peut tirer de la numérisation des revues littéraires belges, celui de pouvoir retracer de façon exhaustive la réception d’un auteur dans un périodique.

13Toujours est-il qu’avant d’en arriver à ce point de rupture final, Verhaeren donne en exclusivité à La Jeune Belgique, pour ce qui concerne la poésie, toutes les versions pré-originales des poèmes de l’édition des Flamandes (1883), des Moines (1886) et des Apparus dans mes chemins (1891), un tiers de l’ensemble des Bords de la route (1895) et, de façon plus subsidiaire certes, trois poèmes des Soirs (1888) et des Flambeaux noirs (1891) et deux des Villages illusoires (1895). Pour un aperçu de ces parutions en pré-originale, nous renvoyons aux différents volumes de Poésie complète de Verhaeren qui en ont livré une bonne description, à une seule exception : n’est pas signalée la parution en pré-originale en janvier 1891 d’« Un Soir » des Flambeaux noirs. Mais plus intéressant est le cas des quatorze poèmes parus dans La Jeune Belgique et jamais réédités ailleurs.

  • 25 Verhaeren (Émile), « Le Jour des morts. Croquis de cimetière », dans La Jeune Belgique, n° 23, 1er (...)
  • 26 Verhaeren (Émile), « La Ronde des souvenirs », dans La Jeune Belgique, n° 5, 5 avril 1883, p. 14.

14Cinq mois après la parution en pré-originale d’« Aux Flamandes d’autrefois » (1er juin 1882), poème-programme du recueil des Flamandes qui promeut la tradition picturale ancestrale comme fondement d’une littérature nationale à créer, Verhaeren fournit sous le titre « Le Jour des morts. Croquis de cimetière » une suite de cinq sonnets : « Caveau seigneurial », « Tombe riche », « Tombe de bourgeois », « Trou de gueux » et « Clair de lune » (1er novembre 188225). Qu’il s’agisse bien d’une suite est confirmé par le bouclage énonciatif : le premier texte évoque le « bal macabre » et les amours lubriques de squelettes de nobles sortis la nuit de leurs caveaux ; les deux suivants décrivent une tombe richement décorée et une tombe aux ornements bourgeois traditionnels et ridicules ; puis, survient, en contraste, la description d’une fosse commune dans laquelle le cadavre d’un gueux se trouve mélangé aux débris du cimetière et aux excréments des chiens contraste que le dernier poème résout en montrant que même les tombes les plus abandonnées peuvent à la faveur du clair de lune « refleurir d’une flore argentée ». D’une part, cette suite rappelle la série de « croquis de ferme » regroupant tous les sonnets au sein du recueil des Flamandes, afin d’offrir l’aperçu le plus exhaustif et réaliste des aspects antinomiques de la vie rurale. D’autre part, elle s’apparente aux « croquis de cloître » des Moines – également des sonnets – rendant compte de toutes les facettes de l’idéal de vie déchu, mais non moins précieux, des religieux. Les cinq « croquis de cimetière » partagent avec ces autres séries de « croquis » des Flamandes et des Moines le recours spécifique à la forme du sonnet permettant de mettre en place et de résoudre une tension énonciative et l’usage de principes thématiques d’écriture tendant à l’exhaustivité dans la description et à l’opposition contrastive des valeurs. Ils mériteraient dès lors d’être repris dans une rubrique de poèmes publiés qui sont contemporains sur le plan génétique de ceux des Flamandes et des Moines, au même titre d’ailleurs que « La Ronde des souvenirs » publiée quelques mois plus tard dans La Jeune Belgique (5 avril 188326). Le « lent cortège » de souvenirs obsessionnels dont le poète se dit hanté se traduit en effet, sur le plan formel, par un sonnet et, sur le plan thématique, par un « combat » du locuteur ayant laissé « après lui du sang » et qui rappelle les luttes sanglantes qui animent les êtres, les choses et la nature dans les deux premiers recueils du poète.

  • 27 Verhaeren (Émile), « Les Soirs », dans La Jeune Belgique, n° 1 [sic], 20 décembre 1885, p. 46-49.
  • 28 Verhaeren (Émile), « Les Soirs », dans La Jeune Belgique, n° 11, 5 novembre 1885, p. 521-524.
  • 29 En effet, « La Plaine » est une version pré-originale de « La Nuit » des Bords de la route. Voir Ve (...)
  • 30 Voir ibidem, p. 255.

15Un exemple différent de poèmes passés sous silence est représenté par une suite poétique figurant dans La Jeune Belgique sous le titre « Les Soirs » et comptant six textes : « Printemps », « Les Corneilles », « Les Brumes », « Le Gel », « Le Parc » et « Le Front du soir » (20 décembre 188527). Cet exemple pose deux types de problèmes. Tout d’abord, la suite poétique « Les Soirs » s’apparente clairement à une autre parue quelques semaines plus tôt et sous le même titre générique dans La Jeune Belgique et comprenant « Les Arbres », « Le Cri », « La Plaine » et « Le Moulin » (5 novembre 188528). Dès lors, comme trois des quatre poèmes de la première suite livrent des versions pré- originales de textes qui figureront dans Les Soirs29, ceux de la deuxième suite parue sous le même titre générique, à quelques semaines d’intervalle et dans le même périodique, mériteraient de figurer dans l’édition critique du recueil. Et ceci, même si trois de ces poèmes, à savoir « Les Corneilles », « Les Brumes » et « Le Gel », constituent des versions pré-originales de textes parus dans Les Bords de la route30. Survient alors le second problème : il faudrait aussi signaler dans cette édition critique l’existence des trois autres textes, « Printemps », « Le Parc » et « Le Front du soir ». Leur présence indiscutablement s’y imposait puisqu’ils ont paru ensemble avec les trois autres poèmes qui appartiennent au recueil. Ceci dit, à relier les deux argumentations, les mêmes textes pourraient figurer dans l’édition critique de deux recueils différents. Le fait même que « La Plaine » qui appartient à la première suite des « Soirs » aboutira finalement dans Les Bords de la route confirme que de nombreux textes de ces deux recueils sont contemporains sur le plan de leur genèse. De fait, « Le Parc » forme le décor d’un donjon féodal en ruine qui s’accorde le soir à « un lointain couchant de gloire et de bataille », tout à fait dans la lignée thématique de la série de poèmes « Fresques » des Bords de la route. « Le Front du soir », quant à lui, est plus proche des Soirs dans la mesure où l’évocation de ce « front du soir », qui domine et étreint un « horizon mort » jusqu’à lui imposer « un silence d’airain », non seulement illustre de façon exemplaire les modalités d’écriture de ce recueil, mais en outre semble faire écho au dessin d’Odilon Redon reproduit en frontispice de l’édition originale de l’ouvrage. « Printemps », par contre, est étranger à l’inspiration des deux recueils. Le poème en est d’autant plus intéressant, car l’atmosphère et l’intérieur d’un « bleu fumoir oriental » y sont comparés à une nature printanière « de métal » et de lumière artificielle aveuglante, digne de l’imaginaire décadent d’À rebours de Huysmans.

  • 31 Verhaeren (Émile), « Vers », dans La Jeune Belgique, n° 1, 5 janvier 1887, p. 24-26.

16Le second problème que nous venons de traiter est récurrent dans la Poésie complète. En témoigne le diptyque de poèmes publié dans La Jeune Belgique sous le titre « Vers » et composé de « Sous les prétoriens » et « Les Orients » (5 janvier 188731). Constatons une fois de plus que le premier texte figurant dans Les Bords de la route est signalé et décrit pour ses variantes, alors que le second n’y est même pas mentionné en rapport avec le premier, en raison de son absence du recueil. Il est indéniable pourtant que le poème « Les Orients », même s’il n’a pas été retenu par Verhaeren, a lui aussi contribué à la genèse des Bords de la route. Le texte accentue les thématiques véhiculées dans « Sous les prétoriens » en montrant que les civilisations antiques de « Babylone, Ninive, Orphyr et Persépolis » ont été tout aussi barbares que les empereurs romains et que le pouvoir tyrannique exercé sur les populations, dans les deux cas, s’est avéré vain au vu de leur gloire finalement déchue.

  • 32 Verhaeren (Émile), « Vers », dans La Jeune Belgique, n° 12, décembre 1891, p. 421-424.
  • 33 Vandevoir (René), « Introduction » à Verhaeren (Émile), Belle Chair, Paris, Mercure de France, 1939 (...)

17Abordons enfin la publication dans La Jeune Belgique de deux poèmes jamais sélectionnés ultérieurement par le poète pour faire partie d’un recueil, notamment « Celles des soirs » et « La Chevelure » (décembre 189132). « Celles des soirs » mériterait d’être intégré au dossier génétique des Vignes de ma muraille (1898), simplement en raison de la structure du titre qui rappelle les poèmes « Celle des voyages » ou « Celle des reliques » parus d’ailleurs à la même époque dans La Société nouvelle (mai 1892). Verhaeren y décrit les « défuntes d’un blason noir » que sont les prostituées de Londres, mais en des termes bien moins violents et réalistes que le portrait qu’il livre d’elles dans « L’Étal » des Villes tentaculaires. La démarche évocatrice qui véhicule une sorte d’attachement nostalgique à une existence du passé tout en restant dans l’attente d’un renouveau est caractéristique également des Vignes de ma muraille. Quant au poème « La Chevelure », il illustre le combat par lequel la « bête païenne […] des cheveux impurs » de la femme entraîne son « corps divin » vers « la débauche et la luxure » et laisse planer un regret sur une vie de croyante plus exemplaire qu’elle aurait pu mener, sans avoir connu ce désagrément. Comme dans le poème précédent, la nostalgie d’un idéal prime sur la réalité sordide du vécu. Mais le fait même que la femme de Verhaeren appréciait tout particulièrement ce texte, allant jusqu’à intégrer l’une de ses versions au recueil posthume Belle Chair en 193133, nous conduit à supposer sa charge ironique. Depuis sa parution dans La Jeune Belgique en 1891, plusieurs versions en ont par ailleurs circulé : celle portant pour titre « Une dame étrange » dans Les Nouvelles littéraires du 27 novembre 1926 et celle intitulée « Contradiction » dans le recueil Belle Chair accompagné de dessins d’Aristide Maillol en 1931. Il s’ensuit que, déplacé dans un contexte de création plus tardif, le poème se trouve affublé d’une orientation de sens différente.

  • 34 Pour ses poèmes en prose ou ses « strophes en prose », Verhaeren a opté pour La Société nouvelle. D (...)
  • 35 Dès 1892, Verhaeren se tourne vers d’autres types de périodiques, comme La Société nouvelle, La Rev (...)

18Poursuivons notre enquête dans La Wallonie (1886-1892) à laquelle Verhaeren collabore assidument et sans interruption de septembre 1887 jusqu’au dernier fascicule de décembre 1892. Au vu de ses rapports difficiles avec La Jeune Belgique de 1887 à 1889, il semble avoir placé ses poèmes à la fois dans Les Écrits pour l’art et La Wallonie34, avant d’opter résolument dès 1889 jusqu’à 1892 pour cette dernière35. Parmi les publications en vers, on découvre un poème des Flambeaux noirs (1891), des Campagnes hallucinées (1893) et d’Almanach (1895), ainsi que deux textes destinés à la réédition des Flamandes (1895), mais surtout pas moins de vingt pièces qui vont lui permettre de constituer Les Bords de la route (1895). De fait, c’est dans La Wallonie qu’il esquisse la toute première mouture du recueil qui paraît en mai 1890 sous la forme d’un « Numéro spécial (entièrement) consacré à M. Émile Verhaeren » et dont une série d’exemplaires seront tirés à part sous le titre Au bord de la route.

19Pour un aperçu des parutions en pré-originale des poèmes dans La Wallonie, nous renvoyons aux différents volumes de la Poésie complète de Verhaeren qui en ont livré, à quelques exceptions près, une bonne description. Ainsi, pour Les Bords de la route, la rubrique des pré-originales ne mentionne pas « Légendes » (31 janvier 1888) et ne signale pas la date de parution correcte pour « Les Cierges » (20 décembre 1887), ni pour « Les Fresques », intitulées alors « Les Preux » (31 janvier 1889). Il en est de même pour Les Villages illusoires « Ceux qui se tuent » (décembre 1892) n’est pas reconnu comme étant un état préliminaire d’« Au coin du bois ». Mais à nouveau, on aurait pu signaler la présence de dix autres poèmes en vers, qui soit font partie d’une série dont l’un des textes a été repris par la suite en recueil, soit n’ont figuré nulle part ailleurs que dans La Wallonie. Et il en va de même pour les textes en prose qui accompagnent les poèmes de la première mouture du recueil paru en mai 1890.

  • 36 Verhaeren (Émile), « Obscurément » et « Au crépuscule », dans La Wallonie, n° 8, 15 septembre 1887, (...)
  • 37 Verhaeren (Émile), « Les Vierges » et « La Grille », dans La Wallonie, n° 8, 30 septembre 1888, p.  (...)
  • 38 Verhaeren (Émile), « Vers », dans La Wallonie, juin-juillet-août 1891, p. 225-228.
  • 39 Verhaeren (Émile), « Soir de serre » et « Soir de caveau », dans La Wallonie, septembre- octobre 18 (...)
  • 40 Concession de notre part : « Un couchant » est signalé parmi les pré-originales (voir Verhaeren (Ém (...)
  • 41 Verhaeren (Émile), « Chansons des carrefours », dans La Wallonie, janvier-février 1892, p. 23-24.

20Étudions d’abord les ensembles de vers parus dans La Wallonie qui posent problème par le fait d’avoir été décrits en partie et donc scindés dans l’édition de la Poésie complète. Partant des ensembles « Obscurément » et « Au crépuscule » (15 septembre 188736), « Les Vierges » et « La Grille » (30 septembre 188837), « Novembre », « Un couchant » et « Sonnet [i] » regroupés sous le titre générique « Vers » (juin-juillet-août 189138), enfin « Soir de serre » et « Soir de caveau » (septembre-octobre 189139), nous constatons qu’« Au crépuscule », « Les Vierges », « Un couchant » et « Soir de serre » ne sont pas donnés parce qu’ils ne figureront pas plus tard dans Les Bords de la route40. Il en est de même d’ailleurs pour les deux « Chansons des carrefours » (janvier-février 189241), où la première chanson n’est pas non plus signalée parce que, contrairement à la seconde qui s’intitulera alors « Les Enfants », elle ne sera pas intégrée à Almanach.

  • 42 Gamiani ou deux nuits d’excès (1833) est un roman érotique d’Alfred de Musset très connu au xixe si (...)

21Or ces poèmes parus ensemble ne peuvent être scindés sous aucun prétexte. « Au crépuscule » partage avec « Obscurément » l’expression de la vanité des ébats sexuels à la tombée de la nuit, que le poète situe dans une nature arcadienne dans le premier texte, dans la demeure licencieuse de la comtesse Gamiani42 dans le second. De même, « La Grille » s’accorde avec « Les Vierges » pour marquer l’inanité cruelle de la foi, soit par le biais d’une clôture de fer séparant le chœur de la nef de l’église et anéantissant de façon tranchante les « amertumes et [les] espoirs anciens et [les] rêves de ciel » des chrétiens, soit par l’entremise d’objets de culte que sont les statues des vierges et qui imposent aux croyants les « désespoirs » comme « l’épée à travers la prière des yeux ». Quant à « Un couchant », il s’apparente, d’une part à « Novembre », par l’évocation du deuil enveloppant soit le paysage, soit le locuteur, mais toujours en présence du même motif du « soleil aveugle », d’autre part à « Sonnet [i] », par les signes annonciateurs et obsessionnels d’une mort qui se sont étendus au paysage sépulcral.

  • 43 Voir Verhaeren (Émile), Poésie complète, 6, op. cit., p. 255.

22Le rapport entre « Soir de serre » et « Soir de caveau » est plus complexe à analyser à cause de la parution d’une version préliminaire de « Soir de caveau » sous le titre « Éternellement » dans La Jeune France (novembre 188643). Outre de nombreuses variantes morphologiques et syntaxiques, les deux versions pré-originales du poème se distinguent sur un tout autre plan : alors que la première est composée en alexandrins réguliers, la seconde fait usage de vers poly-métriques. Dans son état plus évolué donné dans La Wallonie, « Soir de caveau » rejoint alors le système métrique de « Soir de Serre ». Qui plus est, les deux poèmes forment réellement un ensemble thématique en traduisant tous deux la finitude inéluctable de l’existence, même s’ils diffèrent sur le plan perceptuel et spatio-temporel. En effet, le locuteur décrit d’abord un poisson mourant empoisonné par l’eau contaminée du bassin d’une serre, avant d’observer lui-même le « faste en fer de sa mort » dans un caveau médiéval. Pour finir, les deux « Chansons des carrefours » forment elles aussi un ensemble sur le plan structurel – elles sont numérotées successivement i et ii – et sur le plan formel – comme l’atteste l’usage des vers poly-métriques. En outre, elles présentent de façon similaire les déshérités des campagnes qui scandent leur désespoir et leur misère au travers de leurs complaintes et de leurs errements sans but à travers le paysage.

  • 44 Pour le descriptif de ces poèmes, voir ibidem, p. 32.
  • 45 Pour « Les Maîtres du siècle », voir Verhaeren (Émile), Écrits sur l’art, édités et présentés par P (...)
  • 46 Il s’agit des poèmes « Le Polder » et « Sonnet [ii] ». Voir Verhaeren (Émile), Poésie complète, 6, (...)
  • 47 Pour ces quatre poèmes en prose, voir Verhaeren (Émile), Impressions. Première série, Paris, Mercur (...)
  • 48 Voir Gullentops (David), Poétique de la lecture. Figurativisations et espace tensionnel chez Émile (...)
  • 49 Texte absent de Verhaeren (Émile), Impressions. Première série, Ibidem.

23Les textes composant la première mouture des Bords de la route constituent un cas à la fois similaire et différent. Dans la livraison de La Wallonie entièrement consacrée à sa personne (mai 1890), Verhaeren présente sept poèmes, dont cinq seront retenus pour les éditions originales de son recueil44, les fait alterner avec quatre poèmes en prose et achève le tout par une critique artistique. À la limite, la réticence à signaler et à donner dans une édition de recueil un compte rendu d’exposition de portraits intitulé « Les Maîtres du siècle »45 se comprend. Par contre, chose curieuse à constater, la Poésie complète donne pour une fois les poèmes parus dans cette livraison et écartés par la suite46. Si l’on suit cette logique, la question se pose alors de savoir pourquoi elle a exclu les poèmes en prose, dans l’ordre « Une promenade », « Un réveil », « L’Aquarium » et « En Biscaye »47, même sous le prétexte d’une différence de genre. Par l’évocation des amours désenchantés des citadins, « Une promenade » se rapproche des « promeneuses » ou prostituées décrites dans « L’Étal » des Villes tentaculaires. Par le récit d’un cauchemar faisant intervenir un chat diabolique dans une chambre ornée de rideaux, « Un réveil » rappelle la démence éveillée chez le locuteur par les chimères des « Rideaux » des Bords de la route. Au travers du spleen émanant du paysage rural, « En Biscaye » rejoint le portrait de désolation et d’abandon que l’ensemble des pièces des Campagnes hallucinées esquissent systématiquement « par à travers » les plaines. Enfin, si « Aquarium » semble de prime abord étranger à l’imaginaire verhaerenien, l’observation derrière le cristal de la vitre des pensées étouffantes du locuteur n’est pas sans rappeler l’évocation de la finitude dans « Soir de Serre » (voir ci-dessus) et atteste une influence supplémentaire de Maeterlinck sur son ami poète. À tenter de rapprocher ces textes sur le plan de la thématique de l’inspiration d’un recueil précis de Verhaeren, un problème toutefois se manifeste. En effet, des quatre poèmes en prose présents dans cette première mouture intitulée Au bord de la route, seul « Un réveil » se rapproche des « Rideaux » de l’ouvrage qui deviendra Les Bords de la route. Sans doute est-ce dû au fait que les textes en prose, bien plus rares que les poèmes, sont censés traiter à eux seuls toute l’inspiration parcourant les recueils de cette époque, ce que nous avons nommé la deuxième écriture48. C’est ce que semble attester un autre poème en prose paru dans La Wallonie, « Le plus précieux des cinq sens »49 (mars-avril 1891), où la volonté sadique du locuteur de se crever les yeux rejoint le complexe de cécité véhiculé dans les « Chansons de fou » des Campagnes hallucinées.

  • 50 Verhaeren (Émile), « Soirs de jardin », dans La Wallonie, février-mars 1890, p. 65.
  • 51 Verhaeren (Émile), « Un soir », dans La Wallonie, septembre 1890, p. 316.
  • 52 Verhaeren (Émile), « Soir », dans La Wallonie, décembre 1890-janvier 1891, p. 36.

24Reste à traiter les poèmes qui n’ont paru que dans La Wallonie, en l’occurrence « Soirs de jardin » (février-mars 189050), « Un soir » (septembre 189051) et « Soir » (décembre 1890-janvier 189152). Force est de constater que l’inscription de ces vers « isolés » dans l’inspiration d’un seul recueil n’est pas simple. Ainsi l’ultime lutte entamée dans « Soirs de jardin » par un « lys » cherchant à échapper au « flot visqueux » et par les « magnolias » tentant en vain de résister au « gel » paraît souligner l’abandon de l’opposition et le mouvement de repli initiés dans Les Soirs (1888). Ajoutons que la date indiquée sous le texte, 1887, précède précisément la parution du recueil. De même, le « soleil noir » qui entraîne « les Jésus [à s’en aller] tristes d’eux- mêmes, / Et tristes de leur terre et tristes de leurs cieux » semble entériner la faillite de la foi que l’on peut constater aussi dans Les Soirs. Ici, à nouveau, la date qui accompagne le texte, 1887, est antérieure à la parution de l’ouvrage. Enfin, si le locuteur formule dans « Soir » le vœu de cultiver ses vices pour s’anéantir à proximité du « portor », il rejoint le désir de réaliser le néant le plus parfait à l’image de toute une série de poèmes des Débâcles (1888), alors que la variété de marbre noir taché de jaune qu’est le portor ne peut que renvoyer à sa seule référence dans l’œuvre poétique de Verhaeren, celle de « la voûte en noir de ce ciel de portor » dans « Celui de l’horizon » des Apparus dans mes chemins (1891). Dans ce cas, comme le poète ne date pas le texte, il nous est impossible de le situer de façon plus précise. Or, comme nous allons le voir, la difficulté d’inscrire tel poème dans l’inspiration de tel ouvrage plutôt qu’un autre est relative. En outre, le rejet final de textes opéré par Verhaeren traduit sa façon de constituer une œuvre en partant d’une base de données textuelle suffisamment étendue.

  • 53 Voir les corrections autographes à « Minuit clair » dans Écrits pour l’art (décembre 1888), « Un po (...)
  • 54 Un autre problème d’édition concerne un ensemble de dix vers que les éditeurs de la Poésie complète (...)
  • 55 Anonyme, « Petite chronique. Errata », dans La Wallonie, n° 8, 30 septembre 1888, p. 376.

25Formulons désormais la deuxième série de thèses au sujet de ces poèmes que Verhaeren a publiés délibérément dans les périodiques, sans les reprendre plus tard en recueil. Tout d’abord, il se sert des revues comme de véritables laboratoires d’écriture. Une fois le texte publié, il en relit et en retouche immédiatement la version. Les archives et les fonds de recherche consacrés au poète regorgent ainsi d’exemplaires de journaux et de revues où les poèmes imprimés sont entièrement corrigés53. Autre preuve de cette activité de création continue est cet erratum assez significatif découvert dans La Wallonie et sans doute demandé par l’auteur. Le lecteur y est prié de corriger l’incipit de « Pensées du soir »54 : « Sur le bord de mes lèvres comme en un miroir » au lieu de « Sur le bord de mon livre, comme en un miroir » (septembre 188855), alors que figurait à l’origine « Sur mes lèvres éteintes comme en un miroir » (31 juillet 1888). En toute apparence, Verhaeren réécrit sans cesse ses vers.

  • 56 Pour le « champ-qui-tinte » dans La Grand’Route, voir Gullentops (David), Émile Verhaeren inédit, o (...)

26En deuxième lieu, la multiplication de ces « essais poétiques » lui permet d’opérer une sélection plus judicieuse par la suite pour élaborer ses recueils. Après avoir publié les « croquis de cimetière » dans La Jeune Belgique en novembre 1882, il est plus apte à évaluer la nécessité de les reprendre ou non dans les ouvrages à venir. Ayant sans doute tenu compte de la présence de « croquis de ferme », similaires par le type de description graphique, mais plus conformes à la thématique de la Flandre, il ne les a pas retenus dans Les Flamandes. Mais leur modèle a pu inspirer les « croquis de cloître », et par le renvoi au même genre descriptif et par la reprise de la thématique sépulcrale que le poète étendra à l’ensemble du recueil des Moines. De même, en plaçant le « Soir de serre », d’esprit plus contemporain, et le « Soir de caveau », de style plus médiéval, en vis-à-vis dans La Wallonie en septembre-octobre 1891, il est en mesure de traduire deux modes d’enfermement et d’anéantissement mentaux qui s’opposent par l’époque évoquée. En intégrant dans Les Bords de la route « Soir de caveau » plutôt que « Soir de serre », il renforce cependant la régression temporelle vers le passé opérée dans la partie « Fresques » de ce recueil, tout en évitant de reproduire un chronotope imaginaire trop moderne et dont Maeterlinck est l’incontestable maître d’œuvre. Enfin, le fait de donner deux « Chansons des carrefours » dans La Wallonie en janvier-février 1892 lui permet de concevoir Almanach et Les Campagnes hallucinées. S’il retient la seconde « Chanson » qui deviendra « Les Enfants » dans l’édition originale d’Almanach, plus tard « Les Pauvres » dans la réédition intitulée Les Douze Mois, c’est pour intégrer dans ces deux versions la thématique des déshérités rôdant dans les campagnes. S’il s’abstient de reprendre la première « Chanson », c’est pour réserver aux Campagnes hallucinées un motif très particulier, celui des mendiants qui s’attaquent aux fermes et qui perpétuent des crimes « avec du sang aux mains ». La révolte anarchiste que le poète laisse présager au travers d’actes de désespoir constitue en effet l’un des piliers thématiques de ce recueil. Remarquons d’ailleurs que le poème évoque le lieu-dit des « champs-qui-tintent » qui fera à nouveau son apparition dans la pièce de théâtre anarchiste La Grand’Route entamée par le poète en 191356.

27Troisièmement enfin, l’étude des publications en pré-originales d’un poète permet de dégager les principes qui ont présidé à la constitution de l’ensemble de son œuvre. À considérer les poèmes qui ont paru quasi simultanément dans La Wallonie et qui plus tard prendront place dans des recueils aussi diversifiés que Les Flambeaux noirs, Les Campagnes hallucinées, Almanach et Les Bords de la route, il s’avère que Verhaeren travaille de front sur plusieurs ouvrages à la fois. Les deux séries de textes publiés dans La Jeune Belgique sous le titre générique « Les Soirs » le confirment également, puisque les poèmes se répartissent au final autant sur Les Soirs que sur Les Bords de la route. C’est dire si ces recueils sont bien plus proches les uns des autres sur le plan des thématiques et des modes d’écritures que leurs catégorisations par dates de publication le laissent supposer. Aussi conviendrait-il de tenir compte davantage des dates de création que Verhaeren ajoute dans les périodiques. Ainsi la seconde « Chanson des carrefours » qui sera reversée dans Almanach (1895) porte la date de 1887 dans sa parution en pré-originale. Et il en va de même des textes des Bords de la route qui dans leur grande majorité sont datés lors de leur publication en revue, si bien qu’ils semblent effectivement correspondre à des étapes. Les différentes sections du recueil – « Décors tristes », « Kato », « Fresques » et « Les Paroles mornes » – se rapportent en effet à différentes périodes, respectivement 1884-1887, 1882-1885, 1887- 1889 et 1887-1894. Se trouve ainsi confirmée la thèse selon laquelle Verhaeren rend compte dans ce recueil hybride de l’évolution poétique parcourue dès ses débuts. Si les deux parties centrales – « Kato » et « Fresques » – témoignent du passage de la première à la seconde écriture, les deux parties liminaires –

  • 57 Voir Gullentops (David), Poétique de la lecture, op. cit., p. 106.

28« Décors tristes » et « Les Paroles mornes » – qui les entourent, entérinent la préséance de la seconde écriture, dans l’attente du développement de la troisième57.

Pour une édition vraiment complète

  • 58 Songeons par exemple aux poèmes des Villages illusoires et des Villes tentaculaires parus dans la r (...)
  • 59 Virgile, Géorgiques, ii, vers 39-46 : « Non ego cuncta meis amplecti uersibus opto, / non, mihi si (...)
  • 60 Virgile, Énéide, vi, vers 625-627 : « Non, mihi si linguae centum sint oraque centum, / ferrea uox, (...)

29L’ensemble de ces données prouve la nécessité d’une édition critique donnant à lire tous les poèmes qui ont paru dans les périodiques, même s’ils n’ont pas été repris par la suite en recueil. Précisément par leur publication en revue, ces textes témoignent du repositionnement continuel du poète vis-à-vis du champ littéraire, mais également vis-à-vis d’un recueil à paraître, voire d’un recueil déjà paru, l’étude de la réception des textes exigeant de prendre en compte les parutions en pré-originales de poèmes tout autant d’ailleurs que leurs reprises en post-originales58. Une autre raison de n’écarter d’une édition critique aucun texte paru en revue se rapporte au souci de reconstituer la base génétique la plus étendue d’une œuvre poétique. Les textes qui sous-tendent la genèse d’un ouvrage sont bien plus nombreux et diversifiés que ceux qui ont permis finalement de composer l’édition originale. Suivant cette optique, il est primordial de prendre également en considération les versions manuscrites des poèmes, ou du moins leurs variantes les plus significatives. Un seul exemple suffit à l’illustrer, en l’occurrence une variante non pas d’adjectif, de verbe ou de ponctuation, mais de titre de recueil : Les Soirs s’intitulent à l’origine Ferrea vox. Traduite par « voix au timbre de fer », l’expression latine provient en réalité de Virgile qui l’a employée à deux reprises au moins, au début du deuxième livre des Géorgiques59, où le locuteur précise à son Mécène les objectifs de son écriture, et au début de l’Énéide60, où le poète évoque les châtiments terribles réservés à ceux qui peuplent le Tartare pour avoir transgressé les lois divines de l’Olympe. Suivant le premier intertexte, Verhaeren se référerait à la « voix au timbre de fer » de Virgile pour en rejeter l’usage et pour adopter un modèle d’évocation non exhaustif, réaliste et bien circonscrit. Ces préoccupations en matière de projet d’écriture, voire de posture, tout particulièrement la tendance au réalisme, sous-tendraient-elles dès lors Les Soirs ? D’après l’intertexte suivant, le poète suggérerait de façon similaire ne pouvoir rendre compte par l’intermédiaire de la « voix au timbre de fer » de l’ensemble des crimes perpétrés à l’encontre des dieux et des souffrances encourues par ceux qui les ont défiés. Cette exclusion du locuteur dans l’énumération des douleurs humaines occasionnées par des êtres divins tyranniques serait-elle à la base des évocations des Soirs ? Il est clair que seule une édition de la poésie de Verhaeren qui soit vraiment complète pourrait résoudre ce genre de dilemme. Le projet de numérisation des revues littéraires belges de l’ulb est susceptible d’y livrer déjà une contribution fondamentale. D’autres revues, comme Floréal ou Le Réveil, que nous n’avons pu traiter dans les limites de cet article, révèlent à leur tour l’existence de bien d’autres textes poétiques non réédités par la suite, mais aussi, par le biais de leurs chroniques de presse, de la parution de poèmes tout aussi « inconnus » dans des journaux et des périodiques plus modestes. La reconstitution de l’œuvre poétique complète d’Émile Verhaeren nous réservera encore de belles surprises.

Haut de page

Notes

1 Pour les contributions d’Émile Verhaeren aux périodiques anarchistes, voir Gullentops (David), Émile Verhaeren inédit, Bruxelles, vub-Press, 2015, p. 32-37.

2 Par Poésie complète, nous désignons les huit volumes rassemblant les éditions critiques des recueils d’Émile Verhaeren établies par Michel Otten et parus dans la collection « Archives du futur » chez différents éditeurs successifs ou associés (Éditions Labor, aml Éditions, Éditions Luc Pire) de 1994 à 2012. Nous préciserons les références des volumes en notes.

3 Pour la version numérisée de L’Artiste, La Revue moderne, La Jeune Belgique, La Revue rouge et La Wallonie, voir la Digithèque des revues littéraires belges : http://digitheque.ulb.ac.be/fr/digitheque-revues-litteraires-belges/periodiques-numerises/index.html. Nous préciserons les références des livraisons des périodiques en notes.

4 Doutrepont (Georges), Les Débuts littéraires d’Émile Verhaeren à Louvain, Bruxelles-Paris-Lille, Van Oest-Crès-Tallandier, Aux Cahiers de l’amitié de France et de Flandre, 1919.

5 Fontaine (André), Verhaeren et son œuvre, Paris, Mercure de France, 1929, p. 200-216.

6 Vermeulen (François), Les Débuts d’Émile Verhaeren, Bruxelles, Office de publicité, Collection nationale, 1948.

7 Nachtergaele (Vic), Les Juvenilia d’Émile Verhaeren, Preprints-Papers de la Faculteit Letteren en Wijsbegeerte, ku Leuven Campus Kortrijk, tome 1, décembre 1985 ; tome 2, février 1986.

8 Verhaeren (Émile), « Sonnets », dans L’Artiste, n° 32, 11 août 1878, p. 249-250.

9 Doutrepont (Georges), Les Débuts littéraires d’Émile Verhaeren à Louvain, op. cit., 70-71. La numérisation de L’Artiste par la Digithèque de l’ulb se restreignant aux années 1875-1878, nous n’avons pu prendre en compte d’autres poèmes de Verhaeren publiés dans ce périodique. Vic Nachtergaele (Les Juvenilia d’Émile Verhaeren, tome 1, op. cit., p. 40) signale ainsi la parution du poème « Les Hirondelles » (6 septembre 1879) et de trois « Sonnets d’hiver » : « Le Carillon chanteur », « Là-bas, sur le chemin » et « Enfin, avec la neige » (1er février 1880).

10 Verhaeren (Émile), « Rêve gothique », dans La Revue moderne, mai 1883, p. 294-295.

11 Nachtergaele (Vic), Les Juvenilia d’Émile Verhaeren, tome 2, op. cit., p. 11. La version du poème que Nachtergaele a transcrite d’après le manuscrit daté de 1877-1878 (ibidem, 45-46) diffère formellement de la version figurant dans La Revue moderne.

12 Nachtergaele (Vic), Les Juvenilia d’Émile Verhaeren, tome 2, op. cit., p. 11.

13 Verhaeren (Émile), « Pochade », dans La Jeune Belgique, n° 3, 5 février 1883, p. 95-96.

14 Voir Doutrepont (Georges), Les Débuts littéraires d’Émile Verhaeren à Louvain, op. cit., p. 66-67.

15 Voir Biron (Michel), « Littérature et banquet », dans Klinkenberg (Jean-Marie), dir., Textyles, n° 15, L’Institution littéraire, 1999, p. 142-149.

16 Verhaeren (Émile), « [Hommage à Camille Lemonnier] », dans La Jeune Belgique, n° 7, 5 juin 1883, p. 263-264.

17 Voir Gullentops (David), Émile Verhaeren inédit, op. cit., p. 13-15.

18 Verhaeren (Émile), « [Hommage à Georges Eekhoud] », dans La Revue rouge, novembre 1893, p. 30. Il en existe une transcription manuscrite réalisée par Eekhoud lui-même (aml 08657 /0024).

19 Pour l’importance du mode d’expression dans l’esthétique de Verhaeren, voir Gullentops (David), Émile Verhaeren inédit, op. cit., p. 22-25.

20 La Direction, « Déclarations », dans La Jeune Belgique, n° 1, janvier 1893, p. 10.

21 Giraud (Albert), « Chronique littéraire », dans La Jeune Belgique, n° 6, juin 1893, p. 256.

22 Anonyme, « Memento », dans La Jeune Belgique, n° 2, février 1894, p. 104.

23 Anonyme, « Memento », dans La Jeune Belgique, n° 5, mai 1894, p. 232.

24 Anonyme, « Memento », dans La Jeune Belgique, n° 6, juin 1894, p. 263-264.

25 Verhaeren (Émile), « Le Jour des morts. Croquis de cimetière », dans La Jeune Belgique, n° 23, 1er novembre 1882, p. 358-360.

26 Verhaeren (Émile), « La Ronde des souvenirs », dans La Jeune Belgique, n° 5, 5 avril 1883, p. 14.

27 Verhaeren (Émile), « Les Soirs », dans La Jeune Belgique, n° 1 [sic], 20 décembre 1885, p. 46-49.

28 Verhaeren (Émile), « Les Soirs », dans La Jeune Belgique, n° 11, 5 novembre 1885, p. 521-524.

29 En effet, « La Plaine » est une version pré-originale de « La Nuit » des Bords de la route. Voir Verhaeren (Émile), Poésie complète, 6, Les Bords de la route. Les Vignes de ma muraille, édition critique établie par Michel Otten, Bruxelles, Luc Pire-aml Éditions, coll. Archives du futur, 2008, p. 255.

30 Voir ibidem, p. 255.

31 Verhaeren (Émile), « Vers », dans La Jeune Belgique, n° 1, 5 janvier 1887, p. 24-26.

32 Verhaeren (Émile), « Vers », dans La Jeune Belgique, n° 12, décembre 1891, p. 421-424.

33 Vandevoir (René), « Introduction » à Verhaeren (Émile), Belle Chair, Paris, Mercure de France, 1939, p. 6-7.

34 Pour ses poèmes en prose ou ses « strophes en prose », Verhaeren a opté pour La Société nouvelle. De 1886 à 1894, il y fait paraître une trentaine de textes qui constituent l’essentiel de son œuvre dans ce genre et auxquels il convient d’ajouter cinq textes qu’il a donnés dans La Wallonie (voir plus loin).

35 Dès 1892, Verhaeren se tourne vers d’autres types de périodiques, comme La Société nouvelle, La Revue blanche, La Revue rouge, Le Coq rouge et Les Temps nouveaux. Voir Gullentops (David), Émile Verhaeren inédit, op. cit., p. 32-39.

36 Verhaeren (Émile), « Obscurément » et « Au crépuscule », dans La Wallonie, n° 8, 15 septembre 1887, p. 277-278.

37 Verhaeren (Émile), « Les Vierges » et « La Grille », dans La Wallonie, n° 8, 30 septembre 1888, p. 345-346.

38 Verhaeren (Émile), « Vers », dans La Wallonie, juin-juillet-août 1891, p. 225-228.

39 Verhaeren (Émile), « Soir de serre » et « Soir de caveau », dans La Wallonie, septembre- octobre 1891, p. 290-293.

40 Concession de notre part : « Un couchant » est signalé parmi les pré-originales (voir Verhaeren (Émile), Poésie complète, 6, op. cit., p. 256). Au vu de l’exclusion des poèmes non repris en recueil appliquée à tous les volumes de la Poésie complète, ce signalement est sans doute involontaire.

41 Verhaeren (Émile), « Chansons des carrefours », dans La Wallonie, janvier-février 1892, p. 23-24.

42 Gamiani ou deux nuits d’excès (1833) est un roman érotique d’Alfred de Musset très connu au xixe siècle.

43 Voir Verhaeren (Émile), Poésie complète, 6, op. cit., p. 255.

44 Pour le descriptif de ces poèmes, voir ibidem, p. 32.

45 Pour « Les Maîtres du siècle », voir Verhaeren (Émile), Écrits sur l’art, édités et présentés par Paul Aron, Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1997, p. 347-350.

46 Il s’agit des poèmes « Le Polder » et « Sonnet [ii] ». Voir Verhaeren (Émile), Poésie complète, 6, op. cit., p. 237-241.

47 Pour ces quatre poèmes en prose, voir Verhaeren (Émile), Impressions. Première série, Paris, Mercure de France, 1926, p. 17-25 /107-116.

48 Voir Gullentops (David), Poétique de la lecture. Figurativisations et espace tensionnel chez Émile Verhaeren, Bruxelles, vuB-Press, 2001, p. 51-108.

49 Texte absent de Verhaeren (Émile), Impressions. Première série, Ibidem.

50 Verhaeren (Émile), « Soirs de jardin », dans La Wallonie, février-mars 1890, p. 65.

51 Verhaeren (Émile), « Un soir », dans La Wallonie, septembre 1890, p. 316.

52 Verhaeren (Émile), « Soir », dans La Wallonie, décembre 1890-janvier 1891, p. 36.

53 Voir les corrections autographes à « Minuit clair » dans Écrits pour l’art (décembre 1888), « Un port en province » dans Floréal (15 avril 1893) et « Après vêpres » dans Le Scapin (septembre-décembre 1886), signalées dans Gullentops (David), Inventaire de la bibliothèque d’Émile Verhaeren à Saint-Cloud, Paris, Lettres Modernes, 1996, p. 135-138.

54 Un autre problème d’édition concerne un ensemble de dix vers que les éditeurs de la Poésie complète ont présenté comme une strophe initiale de « Pensées du soir » que Verhaeren n’aurait finalement pas retenue (Verhaeren [Émile]), Poésie complète, 6, op. cit., p. 114). Or, d’après le trait horizontal qui différencie nettement dans La Wallonie cette « strophe » du poème qui suit et qui s’intitulera « Un soir » dans Les Bords de la route, il s’agit plus vraisemblablement de l’une des deux « Pensées du soir », et donc d’un poème à part entière.

55 Anonyme, « Petite chronique. Errata », dans La Wallonie, n° 8, 30 septembre 1888, p. 376.

56 Pour le « champ-qui-tinte » dans La Grand’Route, voir Gullentops (David), Émile Verhaeren inédit, op. cit., p. 141 et 149.

57 Voir Gullentops (David), Poétique de la lecture, op. cit., p. 106.

58 Songeons par exemple aux poèmes des Villages illusoires et des Villes tentaculaires parus dans la revue anarchiste Les Temps nouveaux. Voir Gullentops (David), Émile Verhaeren inédit, op. cit., p. 32.

59 Virgile, Géorgiques, ii, vers 39-46 : « Non ego cuncta meis amplecti uersibus opto, / non, mihi si linguae centum sint oraque centum, / ferrea uox. » Traduction : « Je ne souhaite pas tout embrasser dans mes vers ; non, même si j’avais cent langues, cent bouches et une voix au timbre de fer. »

60 Virgile, Énéide, vi, vers 625-627 : « Non, mihi si linguae centum sint oraque centum, / ferrea uox, omnis scelerum comprendere formas, / omnia poenarum percurrere nomina possim. » Traduction : « Non, même si je disposais de cent langues et de cent bouches, d’une voix au timbre de fer, toutes les formes de ces crimes, je ne pourrais les reprendre, ni énumérer tous les noms des peines. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Gullentops, « La poésie d’Émile Verhaeren dans les périodiques belges », Textyles, 50-51 | 2017, 47-64.

Référence électronique

David Gullentops, « La poésie d’Émile Verhaeren dans les périodiques belges », Textyles [En ligne], 50-51 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2759

Haut de page

Auteur

David Gullentops

Vrije Universiteit Brussel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals