Navigation – Plan du site
Verhaeren à l'étranger

Émile Verhaeren et Kazimierz Filip Wize

La traduction polonaise des Visages de la Vie et des Douze Mois
Judyta Niedokos
p. 103-118

Texte intégral

  • 1 Ce sujet a été aussi développé par l’auteur de l’article dans une monographie consacrée à Kazimierz (...)
  • 2 Verhaeren (Émile), Dwanaście miesięcy, traduction de Kazimierz Filip Wize, Poznań, J. Leitgeber i S (...)
  • 3 Voir Rostworowska (Maria), Portret za mgłą. Opowieść o Oldze Boznańskiej, Cracovie, Éditions Lexis, (...)
  • 4 Voir ibidem, p. 201.
  • 5 Voir ibidem.
  • 6 Voir ibidem.
  • 7 Voir Misiak (Anna Maja), « Bolesław Biegas (1877-1954) : twórczość rzeźbiarska », dans Rocznik Muze (...)
  • 8 Voir Rostworowska (Maria), Portret za mgłą. Opowieść o Oldze Boznańskiej, op. cit., p. 200.
  • 9 Voir ibidem, p. 201.

1Le lecteur polonais doit la traduction des Visages de la Vie et des Douze Mois d’Émile Verhaeren (1855-1916) à Kazimierz Filip Wize (1873-1953)1, un homme à cheval entre plusieurs disciplines, psychiatre, philosophe, microbiologiste, poète, collectionneur d’art, militant social, traducteur d’allemand et de français, en 1873 et mort en 1953 dans la région de Grande-Pologne. C’est dans la seconde édition du Mercure de France (1908) que le traducteur a puisé les vers qu’il a ensuite mis sur le métier. La publication paraît en 1913 chez J. Leitgeber et Cie à Poznań2, chacun des deux recueils étant édité séparément, contrairement au texte source. La version polonaise des Douze Mois est dédiée à la célèbre femme peintre polonaise Olga Boznańska qui, depuis 1898, vivait et travaillait à Paris et dont les toiles lui ont valu le titre de membre de la Société Nationale des Beaux-arts. Les poèmes sont précédés par une reproduction en noir et blanc du portrait de l’écrivain belge fait justement par une « étrangère ou galicienne », comme l’appelait la critique parisienne3. Peint en 1911 et connu aujourd’hui grâce à une photographie appartenant aux archives d’Olga Boznańska à Cracovie4, le tableau a été montré au Salon de la Société nationale en 1913 et, à en croire Maria Rostworowska, biographe de la portraitiste, il a été apprécié par Guillaume Apollinaire qui y voyait un style allemand rendant bien l’aspect germanique du modèle. Celui-ci aurait trouvé la peinture très réussie5. D’ailleurs, l’artiste polonaise possédait au moins deux recueils du poète flamand offerts et dédicacés par lui-même : « À Mademoiselle Olga Boznańska, à l’artiste et à l’amie » et « Ceux qui vivent d’amour, vivent d’éternité »6. Selon Rostworowska, le poète connaissait la portraitiste grâce à Bolesław Biegas qui l’avait introduit dans l’atelier parisien de Boznańska. Le sculpteur polonais était très apprécié par les critiques français7 et par Verhaeren lui-même8. C’est d’ailleurs la photographie du buste du poète flamand fait par Biegas qui ouvre l’édition polonaise du recueil des Visages de la Vie traduit par Wize. Il semble donc bien qu’Olga Boznańska soit le chaînon, certes intermédiaire et décalé dans le temps, qui relie le poète et son traducteur. Selon Rostworowska, dans ses lettres à la femme peintre, Wize disait sa grande admiration pour la poésie du Flamand et envoyait ses traductions de poèmes à la lectrice attentive9.

2Notre propos sera d’examiner les raisons de cette admiration. S’expliquaient-elles par la renommée de Verhaeren, ou par certaines idées patriotiques et philosophiques partagées par le poète et son traducteur ? Quelle part y prenaient les valeurs esthétiques ? Les réponses à ces questions nous conduiront également à envisager la manière dont le texte polonais a donné une certaine image du poète.

Une poésie patriotique et philosophique

  • 10 Musielak (Michał), « Kazimierz Filip Wize », dans Musielak (Michał) et Zamojski (Jan), dir., Polska (...)
  • 11 Musielak (Michał), « Kazimierz Filip Wize – lekarz, filozof, poeta. Szkic do portretu », dans Obara(...)
  • 12 Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, Bruxelles, Académie Royale de langue et de litté (...)
  • 13 Ibidem, p. 390-391.

3À notre connaissance, aucune étude n’évoque les traces d’une relation personnelle entre Wize et Verhaeren. Néanmoins, il est intéressant de noter quelques rapprochements biographiques. En 1900, le biologiste est venu à Paris pour faire deux années d’études en bactériologie sous la tutelle du professeur polonais Jan Danysz10. Selon le biographe de Wize, Michał Musielak, la riche personnalité du spécialiste amateur de philosophie, militant social a eu une influence significative sur le jeune docteur qui a élargi ses centres d’intérêt et s’est ouvert aux sciences humaines11. À la même époque, Verhaeren et sa femme se sont installés à Paris, tout d’abord rue Championnet (1898)12, ensuite boulevard de Versailles (1901), pour se fixer définitivement à Saint- Cloud en 190213.

  • 14 La Jeune Pologne (en polonais Młoda Polska) est un mouvement artistique et littéraire actif entre 1 (...)
  • 15 Żeromski (Stefan), Projekt Akademii Literatury Polskiej, Varsovie, Éditions Redakcja Myśli Polskiej (...)
  • 16 La traduction a été publiée en épisodes dans 3 numéros (nos 1, 2 et 5) de la revue Museion qui para (...)
  • 17 Voir Lajarrige (Jean), La Jeune Pologne et les lettres européennes (1890-1910), op. cit., 2e chapit (...)
  • 18 S. n., « Poeta belgijski, który zginął tragicznie », dans Ilustrowany Kuryer codzienny, n° 328 du 2 (...)
  • 19 La revue Bluszcz, nos de 28 à 38, publiés du 12/07/1924 au 20/09/1924, accessible sur le site inter (...)

4Même si Wize n’a pas rencontré l’écrivain belge lors de son séjour à Paris, il a eu de nombreuses occasions de connaître sa poésie car elle jouissait d’une renommée internationale dans les premières décennies du xxe siècle. Verhaeren avait reçu plusieurs prix littéraires, ses œuvres étaient très connues du lecteur polonais aussi bien dans l’original car le français, langue de la culture, était obligatoire dans l’éducation de l’intelligentsia polonaise qu’à travers les multiples traductions faites par des poètes de la Jeune Pologne14. D’après l’écrivain polonais Stefan Żeromski, jusqu’en 1918 des traductions d’œuvres de Verhaeren ont en effet été proposées par « W[ładysław] Kościelski, [Edward] Ligocki, Marya Markowska, Antoni Lange, Bronisława Ostrowska, K[azimierz Filip] Wize, K[azimierz] Rychłowski »15. Il faut préciser que dans deux des cas évoqués il s’agit de pièces de théâtre : Les Aubes (1905), traduite par Ostrowska, et Le Cloître (1911), par Kościelski16. À cette liste de noms, ajoutons encore celui de Ludwika Kalenkiewiczowa dont on pouvait lire les traductions avant la parution de l’ouvrage de Wize. Contrairement aux auteurs évoqués ci-dessus, ce dernier s’est penché non pas sur des poèmes choisis, mais sur deux recueils entiers. C’est dans le même sens qu’ira Maria Grossek-Korycka qui a signé la version polonaise des Heures Claires de 1923. Il convient de souligner que les textes traduits étaient publiés dans les revues littéraires polonaises les plus importantes de l’époque, telles que Chimera17, journal illustré et tribune d’art dirigée par Zenon Przesmycki à Varsovie ou Krytyka, périodique polémique qui paraissait à Cracovie sous la direction de Wilhelm Feldman. À l’annonce de la mort de Verhaeren, le quotidien de Cracovie Ilustrowany Kuryer Codzienny du 24 décembre 1916 (n° 328) a réalisé une présentation de sa poésie et rendu hommage au caractère exceptionnel de son œuvre18. Pour clore cet aperçu, nécessairement sommaire, de la présence littéraire du poète belge en Pologne, évoquons encore le cycle de onze articles publiés dans l’hebdomadaire Bluszcz en 1924, dans lesquels Maria Grossek- Korycka présente l’ensemble de son œuvre poétique en s’appuyant sur de nombreux extraits19.

  • 20 Voir Musielak (Michał), « Kazimierz Filip Wize – lekarz, filozof, poeta. Szkic do portretu », artic (...)

5La renommée dont jouissait Verhaeren n’est pas la seule raison qui a motivé le poète polonais à choisir de traduire Les Visages de la Vie et Les Douze mois. L’enthousiasme qu’il exprimait dans sa correspondance avec Olga Boznańska avait aussi des motivations patriotiques et philosophiques20. C’est ce point que l’on va développer à présent.

  • 21 Musielak (Michał), « Kazimierz Filip Wize – lekarz, filozof, poeta. Szkic do portretu », article ci (...)

6Étudiant à Paris, Wize fréquentait la maison de Danysz, qui rassemblait les partisans de l’indépendance de la Pologne et était ouverte aux artistes comme aux scientifiques. Il avait aussi très activement pris part au mouvement patriotique dans la Pologne prussienne. Après deux années d’études en philosophie à l’Université de Leipzig (terminées par une thèse de doctorat en juin 1907), il donnait des conférences et des cours pour ses compatriotes privés d’accès aux centres universitaires polonais. Cet enseignement systématique, qui a été poursuivi même après le déclenchement de la guerre, se faisait dans le cadre de la Société poznanienne des Amis des Sciences ou de la semi-secrète Société des conférences scientifiques. Après 1918, Wize s’est engagé dans l’organisation des structures administratives de la seconde République de Pologne21.

  • 22 Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 497.
  • 23 Ibidem, p. 498.
  • 24 Ibidem, p. 506.
  • 25 Ibidem, p. 521.
  • 26 Voir Starkie (Enid), Les Sources du lyrisme dans la poésie d’Émile Verhaeren, Paris, Éditions De Bo (...)
  • 27 Voir Golstein (René), Émile Verhaeren. La vie et l’œuvre. L’évolution des idées, Paris, Éditions de (...)
  • 28 Frets (Huberta), L’Élément germanique dans l’œuvre d’Émile Verhaeren, Paris, Honoré Champion, 1935, (...)
  • 29 Ibidem.

7Le patriotisme de Verhaeren s’est surtout développé après le déclenchement de la Grande Guerre car, comme le remarque Jacques Marx, « [p]our tous, intellectuels et responsables politiques, militaires ou simples citoyens, la violation de la neutralité belge fut un coup de tonnerre »22. C’est de cette époque-là, quand l’écrivain se trouvait dans un « état de haine »23, que datent les conférences données dans différentes villes d’Europe pour stimuler une solidarité envers la Belgique envahie. « [L]a métamorphose du poète humaniste en propagandiste de la Belgique martyre »24 lui a valu le titre de poète national. Il l’est officiellement devenu en août 1915 après avoir accompli une visite rituelle à la famille royale « à la villa de La Panne, sur le sable du “dernier lambeau de patrieˮ »25. Cependant, bien avant cette période, l’auteur de La Belgique sanglante (1915) ou des Ailes rouges de la Guerre (1916) chantait dans ses poèmes la terre natale. Selon Enid Starkie, la Flandre était une des sources du lyrisme de l’artiste26 : dans ses poèmes l’écrivain revient souvent sur la ville de Saint-Amand pour chanter l’Escaut, la mer, les dunes et les paysages maritimes, il dépeint le peuple du Nord, ses occupations quotidiennes, sa nature et son caractère. Tel est aussi le cas des Douze Mois que René Golstein classe parmi les œuvres pittoresques et nationales27, dans lesquelles l’artiste célèbre le « coin de la terre qu’il a préféré sa vie durant à tout autre pays du monde »28, d’ailleurs sans le nommer souvent, car il veut en donner la traduction symbolique de son moi29.

  • 30 Voir Aron (Paul), Les Écrivains belges et le socialisme (1880-1913). L’expérience de l’art social : (...)
  • 31 Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 316.
  • 32 Ibidem, p. 319.
  • 33 Ibidem, p. 320.
  • 34 Ibidem, p. 331.
  • 35 Ibidem.
  • 36 Verhaeren (Émile), Poésie complète, 7, Les Visages de la Vie, Les Douze Mois, Petites Légendes, édi (...)
  • 37 Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 331.

8Chez Verhaeren, l’éloge des lieux va de pair avec un sentiment social. On connaît en effet son engagement idéologique au service du socialisme belge30, lequel visait non seulement des améliorations matérielles mais aussi des progrès dans les domaines intellectuel et esthétique31. Même si son enthousiasme pour les idées socialistes relevait plutôt du « don de sympathie et [de] l’instinct de participation »32 que d’un « un carcan dogmatique »33, il faisait preuve d’une profonde sensibilité à la misère sociale. La jonction de ces deux éléments la compassion témoignée au peuple et l’amour de la terre natale est manifeste dans Les Douze Mois considérés par Marx comme l’une des parties « d’un véritable cycle national d’inspiration populaire » l’auteur procède à la « mythisation » du peuple34. Le critique insiste sur les effets psychologiques, biais à travers lequel sont présentés les rythmes mensuels de la vie et la nature35. En effet, le recueil où « l’unité de base est assurée […] plutôt par la catégorie extralittéraire des douze mois de l’année que par une thématique dominante »36, apparaît comme une description poétique de la terre natale et de ses habitants qui vivent au sein d’une nature hostile, comme un chant à la gloire du peuple flamand qui aime son pays d’un amour patient et fidèle malgré la misère et les épreuves qu’il doit affronter : « Le lecteur éprouvait le froid mordant les miséreux, l’été embrasant la plaine de ses durs “midis de pierre”, le vent chassant l’hiver et annonçant le renouveau »37.

  • 38 Lajarrige (Jean), La Jeune Pologne et les lettres européennes (1890-1910), op. cit., p. 434.
  • 39 Ibidem.
  • 40 Ibidem.
  • 41 C’est-à-dire du « paysan ».
  • 42 Lajarrige (Jean), La Jeune Pologne et les lettres européennes (1890-1910), op. cit., p. 434.
  • 43 Voir ibidem, p. 36 ; Jean Lajarrige y énumère trois raisons principales de cette libéralisation : l (...)
  • 44 Voir ibidem, p. 34-36.
  • 45 Ibidem, p. 34

9Il serait difficile de trouver dans les publications de Wize des traces d’intérêt ou de sympathie pour le socialisme. Comme le remarque Jean Lajarrige, le « socialisme – même après les œuvres “sociales” du positivisme – est chose audacieuse dans la Pologne des années 1900 »38. De nombreux hommes de lettres le considéraient comme « inconciliable avec le vieil idéal d’une unité nationale »39 qui était leur priorité. Pour eux, le peuple ne s’identifie pas au prolétariat des villes, ni même au « prolétariat des campagnes, journaliers et tâcherons sans foyer »40, mais aux paysans bien ancrés sur leur terre natale, qui ont le courage, de père en fils, de participer aux insurrections du mouvement indépendantiste, et qui deviennent par là même les gardiens des valeurs nationales : « Ainsi va apparaître dans la littérature de la Jeune Pologne la silhouette farouche du chłop41 polonais. Il restera jusqu’à l’indépendance retrouvée, et même dans l’entre-deux-guerres un des mythes favoris des lettres et de la politique du pays »42. Ce culte du folklore paysan était particulièrement vif en Galicie, secteur autrichien de la Pologne où depuis 1870 une politique de libéralisation garantissait aux habitants polonais une situation privilégiée dans le domaine politique et intellectuel43. Wize, qui était un sujet prussien vivant dans une région peu développée culturellement44, mais aussi un savant qui rencontrait des compatriotes pendant ses voyages à travers toute l’Europe, devait avoir au moins des échos de ce mythe paysan. Celui-ci s’accordait d’ailleurs aux sentiments des Polonais victimes de l’administration de l’Empire allemand puisque « la propriété du sol […] pass[ait] peu à peu entre les mains de Junkers prussiens par une politique préférentielle de rachat des terres lors des successions ou de ventes forcées »45. Par conséquent, bien qu’écrits pour de tout autres motifs, Les Douze Mois de Verhaeren s’inscrivaient parfaitement dans la tendance cultivée par la Jeune Pologne et pouvaient en même temps conforter l’attitude de ceux qui étaient menacés d’expropriation.

  • 46 Musielak (Michał), « Kazimierz Filip Wize – lekarz, filozof, poeta. Szkic do portretu », article ci (...)
  • 47 Ibidem, p. 166.
  • 48 Voir Wize (Kazimierz Filip), « Piękno i jego postacie », dans Przegląd Filozoficzny, année xiv, cah (...)
  • 49 Dziamski (Seweryn), « Filozofia », dans labuda (Gerard), dir., Nauka w Wielkopolsce, Poznań, Wydawn (...)
  • 50 Musielak (Michał), « Kazimierz Filip Wize – lekarz, filozof, poeta. Szkic do portretu », article ci (...)

10Pour Wize, l’œuvre de Verhaeren comportait aussi une dimension philosophique en accord avec ses propres vues. Titulaire d’un doctorat en philosophie, il s’occupait avant tout de la théorie de l’art. Les nombreuses conférences qu’il a prononcées dans les trois premières décennies du xxesiècle à Heidelberg, Bologne, Berlin, Oxford, Paris ou Boston, portaient sur la définition du beau et ses catégories46. Il était membre de plusieurs organisations philosophiques en Pologne et à l’étranger. Sa philosophie esthétique concevait le beau comme le résultat d’un jeu et non pas d’un divertissement ; il soutenait que l’art exprime le côté spirituel de l’homme, issu du libre jeu de ses forces créatrices47. Il faut souligner que le sens contenu dans une œuvre d’art avait une grande importance pour le traducteur polonais qui déclarait que le beau ne pouvait pas être séparé du bien et de la vérité48. Comme le constate Seweryn Dziamski, Wize « traitait la production artistique et la recherche du beau comme faisant partie intégrante du rapport de l’homme au monde, se manifestant par la tendance à exprimer tout ce qui constitue pour lui une valeur »49. La nouveauté de sa conception de la création artistique consistait à traiter celle-ci comme un processus sociologique où aussi bien l’auteur que le spectateur étaient déterminés par la société tout en lui appartenant50.

  • 51 Wize (Kazimierz Filip), « Aux lecteurs », dans verhAeren (Émile), Obrazy życia, op. cit., p. 9.
  • 52 Ibidem.
  • 53 Ibidem.
  • 54 Voir Buisseret (Georges), L’Évolution idéologique d’Émile Verhaeren, Paris, Mercure de France, 1910
  • 55 Wize (Kazimierz Filip), « Aux lecteurs », dans Verhaeren (Émile), Obrazy życia, op. cit., p. 10.
  • 56 Głowiński (Michał), Mity przebrane, Cracovie, Wydawnictwo Literackie, 1990, p. 21.

11Telle est bien sa lecture des Visages de la Vie. Wize précise en effet dans la préface à sa traduction : « C’est peut-être le plus philosophique des recueils d’œuvres du poète qui ont été publiés jusque-là »51, parce qu’il « s’agit moins de présenter la vie singulière des individus ou de la nation […], mais beaucoup plus de donner l’image de la vie en général, dans sa signification idéologique »52. Il souligne l’admiration du monde, l’amour de la vie dont sont nourries les strophes traduites, car Verhaeren voit la vie s’élever à un niveau supérieur et l’homme se mettre « au niveau des éternels éléments naturels » comme réalisateur « des tâches supérieures propres à lui »53. En même temps, l’auteur polonais évoque le livre de Georges Buisseret de 191054 pour s’opposer à ce que la vision de l’homme et du monde proposée par le poète belge soit identifiée à l’éthique de Nietzsche. L’orgueil du surhomme solitaire et égocentrique « aux instincts d’animal sanguinaire », ce symbole « de la traîtrise du bien et de la diffamation de l’humanité », est mis en contraste avec l’idéal de l’homme donné par Verhaeren : « être social », « fils de Dieu »55 qui cherche à s’améliorer en découvrant et en célébrant la vie. Le critique polonais Michał Głowiński voit dans l’opinion exprimée par Wize, « propagateur de Verhaeren »56 parmi les lecteurs polonais, une attitude propre à la période qui précède la Première Guerre mondiale. Elle consistait à rejeter l’une des approches du mythe dionysien, actualisé et adapté par Nietzsche aux tendances idéologiques contemporaines. Le critique rappelle que ce mythe se transformait au fur et à mesure que les théories mêmes du penseur allemand évoluaient. On peut même parler du Dionysos nietzschéen comme de deux propositions idéologiques distinctes. Malgré certains points communs aux deux approches concernant le rapport à la vie comme admiration des éléments naturels, apothéose de l’existence ou consentement au monde :

  • 57 Ibidem, p. 16.

Le Dionysos des premières œuvres de Nietzsche crée […] le mythe collectiviste et le Dionysos des dernières œuvres – le mythe individualiste. La référence du premier, c’est le rite accompli collectivement ; la référence du second – le surhomme. Le fondement du premier est constitué par la collectivité – homogène et cohérente intérieurement, noble et joyeuse en même temps ; le fondement du second l’individu qui se trouve au-dessus de la collectivité, qui lui est hostile et qui la méprise.57

  • 58 Ibidem.
  • 59 Ibidem, p. 18-19.

12L’examen de la préface permet de constater que le traducteur polonais n’a accepté que le mythe dionysien collectiviste. Ainsi, il agissait beaucoup plus en philosophe qu’en poète car, comme le précise Głowiński, c’étaient avant tout les philosophes qui se montraient fascinés par le rite collectif, tandis que les écrivains s’ouvraient plus volontiers aux paroles de Zarathoustra58. Le critique souligne en même temps la détermination avec laquelle l’auteur des Visages de la Vie prônait le mythe collectiviste « qui donnait des sanctions mythiques au monde contemporain approuvé, qui […] élevait la civilisation moderne au rang de réalité rituelle. L’expérience de Verhaeren est devenue très vite celle de toute l’époque. »59

13Wize n’est donc pas simplement un traducteur ; il est allé vers Verhaeren parce qu’il voyait dans son œuvre une vision du monde qui lui convenait et des sentiments qui faisaient écho à ses propres engagements de patriote polonais. Il convient de se demander à présent dans quelle mesure sa traduction a su rendre la spécificité des deux recueils non seulement en termes de contenu mais aussi de forme.

Une traduction convaincante

  • 60 Voir Estève (Edmond), Un grand poète de la vie moderne. Émile Verhaeren, Paris, Boivin et Cie, 1928 (...)
  • 61 Voir Starkie (Enid), Les Sources du lyrisme dans la poésie d’Émile Verhaeren, op. cit.
  • 62 Terminologie de Victor Koptilov citée d’après Bednarczyk (Anna), Wybory translatorskie. Modyfikacje (...)
  • 63 Traduction du polonais en français faite à partir du Grand dictionnaire polonais-français, vol. I-V (...)
  • 64 Désormais VV = Verhaeren (Émile), Les Visages de la Vie, op. cit., suivi du numéro de la page.

14Une analyse comparative approfondie des deux textes permet de distinguer et de définir quelques traits caractéristiques de la version polonaise des œuvres. Tout d’abord, nous observons une tendance à modérer l’intensité de l’expression poétique, d’atténuer le caractère de la poésie de Verhaeren qui est décrit par les critiques comme fougueux, violent, désordonné et tumultueux60 ou encore défini par la notion de lyrisme exalté61. Les transformations effectuées lors du processus de traduction, que nous présentons ci-dessous à l’aide de la terminologie proposée par le traductologue ukrainien Victor Koptilov62, concernent aussi bien des mots isolés que des images poétiques entières. Ainsi, l’élan impulsif du texte d’origine est réduit par le procédé de substitution : souvent, Wize ne donne pas la traduction exacte ou un équivalent d’intensité mais propose au lecteur une version d’une moindre force d’expression, comme dans les exemples suivants : « écorché » est traduit par « éteint »63 (« zgasły » ; VV, p. 5964) ; « éclater » par « grandir » (« rosnąć » ; VV, p. 71) ; « s’engouffrer » par « plonger » (« zanurzyć » ; VV, p. 81) ; « crever » par « secouer » (« wstrząsać » ; VV, p. 83) ; « casser » par « rayer » (« zarysować » ; VV, p. 83) ; « se dévorer » par « s’absorber » (« wchłaniać się » ; VV, p. 87) ; « broyer » par « pourrir » (« próchnieć » ; VV, p. 113) ; « la fièvre » par « l’angoisse » (« niepokój » ; VV, p. 121). Citons encore trois exemples significatifs qui illustrent cette même tendance : l’image poétique de « l’épave, où se démène / La haine en rut » est remplacée par un syntagme moins saisissant et plus conventionnel : « au gouvernail du bateau errant » (« u steru błędnego okrętu » ; VV, p. 55) ; dans le poème « La Clémence », le vers « Vers les désirs tendus et haletants » est transformé en : « Vers les images séduisantes des désirs languissants » (« Ku tęsknych pragnień czarownym obrazom » ; VV, p. 69) ; tandis que le sujet lyrique de Verhaeren désire être la mer et le soir pour « Ne faire qu’un avec l’argent de leurs miroirs », dans la traduction il ne veut que « caresser de la main les courants d’eau argentée » (« srebrnej wody tylko ręką gładzić prądy » ; VV, p. 137).

15Un effet analogue est produit par le procédé de réduction qui consiste à priver un segment de texte de certains de ses éléments. Tel est le cas par exemple de l’adjectif « violente » qui, lors du passage à la traduction, ne qualifie plus ni le substantif « ivresse » dans le poème « La Foule » (VV, p. 79) ni le substantif « âme » dans le poème « Le Mont » (VV, p. 103). Donnons un autre exemple : Wize retire le verbe « se tuer » lors de l’évocation des souffrances causées par l’amour (VV, p. 87) ou encore le substantif « fureur » lorsqu’il parle de la force (VV, p. 89).

16Cependant, la réduction d’un ou de plusieurs mots est le plus souvent accompagnée d’une amplification : le traducteur garde un élément de l’image poétique d’origine pour la développer en en ajoutant d’autres, nouveaux. Évoquons par exemple la dernière strophe du poème « La Joie » : le sujet lyrique s’indigne de la signification banale donnée d’habitude à ce noble sentiment, tellement différente des réjouissances niaises du peuple où cette émotion prend la forme d’une bête farouche qui hurle à la lune (« La joie ? – Elle est là-bas, où la fièvre s’entête / À mêler son cri rouge à la clarté des fêtes »). De cette image, le traducteur polonais n’a gardé que le motif de la lumière pour forger une version plus modérée : « Et la joie ? qu’elle périsse, qu’elle s’éteigne au loin ; / Qu’elle brûle ses éclats infimes » (« A radość ? – niechaj zginie, zgaśnie w dali ; / Niech swe blaski wypali znikome » ; VV, p. 54).

  • 65 Désormais DM = Verhaeren (Émile), Les Douze Mois, op. cit., suivi du numéro de la page.

17La deuxième tendance observée consiste en une hyperbolisation des stimulants sensoriels implicites dans le poème. On distingue deux champs sémantiques privilégiés dans lesquels cette transformation se réalise, très souvent accompagnée d’une métaphorisation. Le premier groupe porte sur la couleur : le traducteur l’appose explicitement à un nom qui la suggère lui-même par ce qu’il désigne. Ainsi, là où Verhaeren parle des « crinières d’écume », le traducteur ajoute l’adjectif « blanc » et évoque les « crinières d’écume blanche » (« grzywy białej piany » ; VV, p. 137). De même les « lys » du poète sont caractérisés par l’adjectif « blancs » (DM, p. 225 ; DM, p. 23165). Dans la version polonaise « l’eau » est « bleu foncé » (« modra » ; VV, p. 137) ou bien « argentée » (« srebrzysta » ; VV, p. 127). Il en va de même pour le mot « brouillard » : le paysage de campagne où « [l]es fleurs et les couleurs s’éteignaient toutes » est développé par l’amplification au moyen d’un « brouillard argenté » (« w mgle srebrzystej » ; VV, p. 73). En outre, l’introduction de la couleur dans le texte se fait souvent au détriment d’un autre déterminant : « les eaux lisses » laissent place aux « vagues roses » (« różowe fale » ; DM, p. 183), le syntagme « en cette nuit d’angoisse illuminée » à « le soir ensanglanté d’une lueur » (« w wieczór łuną krwawy ; VV, p. 81). Le deuxième champ sémantique privilégié concerne la lumière. Son insertion dans le texte d’arrivée se fait à travers l’amplification, la réduction et la substitution, coordonnées fréquemment l’une à l’autre. Voici quelques exemples d’amplification : la « bonté », qui chez Verhaeren est « mélancolique et fraîche », dans la traduction est seulement « claire » (« jasna » ; VV, p. 71) ; la « roue » que les pommiers font au vent gagne l’épithète « luisante » (« lśniące » ; DM, p. 189) ; la « nuit » de juin est dotée du verbe « s’assombrir » (« zciemniać »), tandis que « ses ombres » deviennent le complément du « rouleau fauve » (« zwój płowy » ; DM, p. 201). La version polonaise contient également beaucoup de cas certains mots sont remplacés par d’autres liés à la lumière ou à son manque, comme le complément de lieu « là-bas, au loin » qui est remplacé par « par-dessus les plateaux sombres » (« Z nad ciemnych wyżyn »), comme le sujet « un lent soleil » qui devient « pâle » (« blade ») et qui chez Verhaeren « sur terre pénètre », tandis que chez Wize il « apaise et console la terre par sa lumière » (« światłem swym koi ziemię i pociesza » ; DM, p. 183), ou encore comme le verbe « étincelle » qui est converti en « brûle d’une lumière claire » (« jasnym światłem pali » ; DM, p. 207). Il arrive très souvent que les transformations réalisées fassent référence au feu, à la flamme ou au brasier. Tel est le cas par exemple du « cri », qui dans la traduction polonaise « jaillit comme une flamme » (« jak płomień wytryska » ; VV, p. 77), du « vent » qui « brille et scintille » et qui est déployée par le complément « d’une petite flamme sautillante » (« skaczącym płomykiem » ; DM, p. 189), ou du « sang qui coule aux horizons », au sujet duquel le traducteur ajoute : « semblable aux aurores qui brûlent au ciel » (« do zórz podobna co na niebie płoną » ; DM, p. 219).

18Le troisième groupe de stimulants sensoriels recouvre les sensations auditives qui sont notamment traduites à travers le procédé de substitution. Les quelques cas suivants ne font qu’illustrer cette tendance : « la cité hagarde » devient dans la version polonaise « tumultueuse » (VV, p. 51) ; l’adjectif « las » qui qualifie l’automne est remplacé par « sourd » (DM, p. 217) ; les pas « lents » cèdent la place aux pas « silencieux » (VV, p. 109) et le complément « de sa douce main » à l’expression « d’un geste silencieux » (DM, p. 197). Dans plusieurs cas, cette mise en relief des sensations auditives contribue à enlever le caractère peu conventionnel des images poétiques de Verhaeren, par exemple « remuement de pas guerriers » devient « le bruit de pas vainqueurs » (« stuk zwycięskich kroków » ; VV, p. 119), « on sent […] les passions bandées », « on entend des milliers de cris » (« słyszy się […] tysiące okrzyków » ; VV, p. 121). La tendance décrite est liée à l’apparition fréquente d’un verbe ou d’un groupe verbal relatif à l’émission ou à la perception d’un son, introduit à travers la substitution ou l’amplification. Ainsi, le verbe « surprendre » ou « sentir » du texte original est remplacé par « entendre » (« słyszy » ; VV, p. 113) ; au lieu d’« exterminer », on trouve « assourdir » (« zgłusza » ; VV, p. 145) ; le complément de manière « les pieds mouillés » est complété par « barboter » (« pluszcze stopami mokremi » ; DM, p. 187).

19Le quatrième champ sémantique se concentre autour de l’espace et de la perspective. Le traducteur ajoute (ou rend explicite) les expressions déterminant la distance, la grandeur, l’immensité, le plus souvent à l’aide de l’amplification et de la substitution. Celle-ci se réalise par exemple dans le complément « dans les nuages » qui donne lieu à « dans les ténèbres de la vaste étendue » (« w pomrokach przestworza » ; VV, p. 51), lorsque « devant lui » se change en « au-dessus de l’immensité de la nuit » (« nad bezmiarem nocy » ; VV, p. 103) ou quand « mer suprême » échange son épithète contre « insondable » (« morze bezdenne » ; VV, p. 163). Quelques cas d’amplification illustrent aussi le même travail du traducteur polonais : Wize ajoute parfois un complément de lieu absent du texte source : « à travers le vaste monde » (« po rozległym świecie » ; DM, p. 195), « de loin » (« z oddali » ; DM, p. 223 ; « dal » ; DM, p. 225). Le dernier groupe concerne le mouvement : dans les deux textes traduits, on peut observer une tendance à l’introduction, par substitution ou amplification, de verbes qui désignent l’action, la participation ou le fait de subir une action. Ce type de transformation est très souvent accompagné d’une métaphorisation. Voici quelques exemples représentatifs pour l’ensemble : dans la traduction polonaise, les arbres ne « s’alignent » pas mais « en rang serré / ils courent quelque part dans l’espace » (« w zwartym szeregu, / Gdzieś w przestrzeń biegą » ; DM, p. 177) ; l’explication courte « devant la porte » est complétée par « et le vent les lancera sous les seuils » (« A wiatr je rzuci pod progi » ; DM, p. 181) ; le syntagme « lourde de pourriture » est substitué par « en portant les froids pourris » (« Zgniłe niosąc chłody » ; DM, p. 217).

  • 66 Jarniewicz (Jerzy), Gościnność słowa. Szkice o przekładzie literackim, Cracovie, Znak, 2012, p. 53.
  • 67 Voir Ingarden (Roman), L’Œuvre d’art littéraire, trad. par Secretan (Philibert) et al., Lausanne, L (...)
  • 68 Jarniewicz (Jerzy), Gościnność słowa. Szkice o przekładzie literackim, op. cit., p. 55.

20On le voit : la traduction de Wize est basée avant tout sur l’amplification. Wize déploie des images poétiques entières conçues par le poète belge ou n’en développe que certains éléments choisis, sans pour autant s’écarter significativement de l’idée explicite ou sous-entendue du texte source. Dans quelle mesure pouvons-nous parler ici d’une « poétique de surabondance » dans la traduction, au sens donné par le critique polonais Jerzy Jarniewicz pour qualifier une « tendance à remplir l’espace libre du texte, à ajouter, à compléter, à développer et à expliquer »66 ? Pour éviter dans le texte les lieux d’indétermination (dans le sens ingardénien67) – qui peuvent être considérés comme une faiblesse de la traduction –, son auteur, tout en s’appuyant sur l’interprétation antérieure de l’œuvre, ne reconstruit pas le texte ou ne fait guère ressortir sa signification mais il le complète de façon créative68. On pourrait penser que la surabondance est un effet délibéré qui correspond à la philosophie de l’exubérance propre aux Visages de la Vie. Mais elle dérange et détonne dans la traduction des Douze Mois. Rappelons que ces deux volumes diffèrent non seulement par quatre ans de maturation littéraire mais aussi par leur conception artistique. L’emploi de l’amplification implique que certains des poèmes des Douze Mois perdent leur simplicité et leur concision d’origine dans la version polonaise.

  • 69 Voir Estève (Edmond), Un grand poète de la vie moderne. Émile Verhaeren, op. cit., p. 171.
  • 70 Davignon (Henri), « Maeterlinck et Verhaeren. Leur originalité nationale », dans La Revue de Paris, (...)
  • 71 Dziamski (Seweryn), « Filozofia », article cité, p. 180-181.
  • 72 Voir Morier (Henri), Le Rythme du vers libre symboliste, vol. 1 Verhaeren, Genève, Presses académiq (...)

21En examinant l’atelier du traducteur polonais, il convient encore d’étudier brièvement la façon dont il a rendu la métrique des poèmes. Rappelons que, selon les critiques, à partir des Flambeaux noirs de 1890, « le vers libre […] s’installe décidément dans la poésie de Verhaeren »69 qui « se libère […] de la prosodie traditionnelle et souvent même des règles syntaxiques, […] élargit et déforme les mots au gré d’un rythme »70. On peut se demander dans quelle mesure cet aspect correspondait aux intérêts et aux goûts du médecin polonais pour qui le rythme constituait un facteur d’organisation des forces naturelles et spirituelles dans un ensemble harmonieux71. Le texte d’arrivée montre un grand soin mis à construire le rythme dans les poèmes. Là où Verhaeren basait le lyrique, de manière assez atypique, sur le vers libre pair – surtout le tétra-, hexa-, octo-, décasyllabe et l’alexandrin72 –, le traducteur recourt au vers impair (de onze et de treize syllabes) pour produire d’autres effets de musicalité. Une première étude comparative permet déjà d’observer le souci de conserver, à l’instar du texte français, l’alternance de vers de différentes longueurs. Le vers court qui suit une série de plus longs permet, par contraste, de mettre en relief un mot important, demeurant sous-entendu jusque-là. De même, Wize cherche à conserver l’enjambement ou la disposition des repos dans le vers, y compris la double césure comme en témoignent les premières lignes de « L’Ivresse » :

Étaient placés, // au long des murs, // en des caveaux, 4+4+4
Sur double rang, // face à face, // trente tonneaux. 4+4+4

Poustawiano // przeciw sobie, // w tej piwnicy, 5+4+4
Trzydzieści beczek // we dwa rzędy, // wzdłuż stolnicy. 5+4+4

  • 73 Estève (Edmond), Un grand poète de la vie moderne. Émile Verhaeren, op. cit., p. 176.
  • 74 Ibidem, p. 180.

22Bien plus, le traducteur emploie également, conformément au texte source, les rimes intérieures (voir par exemple le poème « Avril. Le Vent »), ce qui permet à l’harmonie imitative d’animer le poème : la version polonaise suit en cela fidèlement les strophes françaises dont le rythme a pour but de suggérer à l’imagination du lecteur « à travers d[es] oreilles, non plus des sons produits selon un certain mouvement, mais le mouvement lui-même, souvent d’ailleurs associé à des sons »73. Finalement, à l’instar des œuvres du poète belge nous retrouverons aussi chez Wize différentes formes de rythme suggestif « qui ramène, à intervalles réguliers ou variables, la pensée maîtresse, le sentiment dominant, le “motif” du morceau »74. Tel est le cas par exemple du refrain de « Novembre. Les Saints » : la traduction très réussie de l’onomatopée désignant le son des clochettes résonne dans le distique revenant tout au long du poème, en l’animant d’une joie sereine.

  • 75 Voir Lajarrige (Jean), La Jeune Pologne et les lettres européennes (1890-1910), op. cit. ; Mockel ( (...)
  • 76 Stala (Marian), Metafora w liryce Młodej Polski. Metamorfozy widzenia poetyckiego, Varsovie, Pwn, 1 (...)
  • 77 Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 398.
  • 78 Stala (Marian), Metafora w liryce Młodej Polski. Metamorfozy widzenia poetyckiego, op. cit., p. 131
  • 79 Ibidem, p. 162.

23De manière plus générale, une véritable communauté de pensée reliait le traducteur au poète belge. L’esthétique de la Jeune Pologne avait puisé en abondance aux sources du symbolisme, c’est-à-dire dans la littérature belge et française75. On peut déjà le voir au niveau de la thématique des deux recueils qui ont en commun une fascination pour les éléments naturels : l’eau, le vent, la terre ou la foule, qui en était aussi un pour le poète belge. Les poèmes des Visages de la Vie, ne sont-ils pas bouclés par l’image de la mer – un motif fréquent dans la poésie de la Jeune Pologne symbolisant la vie même76 ? L’épilogue de « Au Bord du quai » et le dernier chant « Vers la Mer » annoncent le périple sur les eaux de l’avenir, « sugg[érant] l’idée d’un voyage, celui-là même de l’Homme sur l’Océan des Forces »77. Ajoutons que Wize lui-même s’est inspiré largement de cet élément naturel dans la composition de son long poème intitulé Okeanos. De plus, l’œuvre poétique de Verhaeren s’apparente à l’esthétique de la Jeune Pologne par un riche emploi de métaphores donnant souvent lieu à une synesthésie, mais aussi par l’expansion des épithètes, procédé que Głowiński définit par l’expression de « culture extensive »78 de l’épithète. Dans Les Visages de la Vie, il peut y avoir jusqu’à cinq épithètes qui se rapportent à un même substantif. En outre, le poète belge introduit dans ses textes une quantité importante d’adjectifs sensoriels : auditifs, tactiles, visuels. Verhaeren donne la préférence à l’or, au noir et au rouge sang, c’est- à-dire aux couleurs qui se placent dans la première dizaine des épithètes les plus souvent employées dans la poésie de la Jeune Pologne79. Pour terminer, évoquons encore la tendance commune à l’axiologisation des épithètes, à l’emploi des épithètes expressives à l’aide desquelles le sujet lyrique projette son état intérieur, son moi sur le monde.

Conclusion

  • 80 Verhaeren (Émile), Poésie complète, 7., op. cit., p. 41.
  • 81 Voir ibidem, p. 172.

24Le caractère des transformations effectuées par le poète polonais concerne avant tout la couche formelle et n’influence pas le contenu. Le traducteur ne propose pas au lecteur une version retouchée selon la réalité polonaise, mais en même temps il ne procède pas non plus à une généralisation plus profonde : la Flandre évoquée par Verhaeren l’est aussi chez Wize, de même que l’Escaut, le peuple du Nord ou les « claires Zélandes »80. Par conséquent, les motivations qui ont décidé du choix des deux textes sont liées beaucoup plus au contexte de l’époque qu’au choix des transformations de traduction. Celles- ci s’inscrivent profondément dans l’esthétique du modernisme : l’introduction ou l’amplification des stimulants sensoriels reflètent la façon d’interpréter le monde, elles le modèlent à travers la référence à des catégories telles que la couleur, la lumière, l’ouïe, l’espace ou le mouvement, elles cherchent à définir la manière de voir l’univers, désignent des analogies et des équivalences de ses éléments81. La perspective dans laquelle le traducteur produit le sens dans le texte d’arrivée n’est guère en contradiction avec l’esthétique de l’original. Si l’on suppose que Wize cherchait à conserver dans sa traduction l’esthétique du texte belge qui puisait dans le symbolisme, on peut admettre qu’il a atteint son but. En même temps, grâce à la portée universelle des images traduites, le public polonais pouvait lire dans les strophes de Verhaeren un hymne à la gloire de sa terre natale et du paysan, gardien fidèle des valeurs nationales.

Haut de page

Notes

1 Ce sujet a été aussi développé par l’auteur de l’article dans une monographie consacrée à Kazimierz Filip Wize, Kazimierz Filip Wize (1873-1953) – lekarz i filozof. Zarys biografii intelektualnej, à paraître aux éditions de l’Université des Sciences Médicales à Poznań.

2 Verhaeren (Émile), Dwanaście miesięcy, traduction de Kazimierz Filip Wize, Poznań, J. Leitgeber i S-ka, 1913 ; Verhaeren (Émile), Obrazy życia, traduction de Kazimierz Filip Wize, Poznań, J. Leitgeber i S-ka, 1913.

3 Voir Rostworowska (Maria), Portret za mgłą. Opowieść o Oldze Boznańskiej, Cracovie, Éditions Lexis, 2015, p. 175.

4 Voir ibidem, p. 201.

5 Voir ibidem.

6 Voir ibidem.

7 Voir Misiak (Anna Maja), « Bolesław Biegas (1877-1954) : twórczość rzeźbiarska », dans Rocznik Muzeum Mazowieckiego t. 17, Płock, Éditions Muzeum Mazowieckie w Płocku, 2001, p. 39-68 ; http://mazowsze.hist.pl/38/Rocznik_Muzeum_Mazowieckiego_w_Plocku/818/2001/27476/ ; la popularité du sculpteur est confirmée par le numéro spécial de la revue La Plume consacré à l’artiste, Paris 1er juillet 1902, n° 317 de la 14e année.

8 Voir Rostworowska (Maria), Portret za mgłą. Opowieść o Oldze Boznańskiej, op. cit., p. 200.

9 Voir ibidem, p. 201.

10 Musielak (Michał), « Kazimierz Filip Wize », dans Musielak (Michał) et Zamojski (Jan), dir., Polska szkoła filozofii medycyny – przedstawiciele i wybrane teksty źródłowe, Poznań, Éditions Uniwersytet Medyczny im. K. Marcinkiewicza w Poznaniu, 2010, p. 235.

11 Musielak (Michał), « Kazimierz Filip Wize – lekarz, filozof, poeta. Szkic do portretu », dans Obara (Marian), dir., Sylwetki polskich lekarzy humanistów xix i xx wieku, Poznań, Éditions Uniwersytet Medyczny im. K. Marcinkiewicza w Poznaniu, 1989, p. 159.

12 Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, Bruxelles, Académie Royale de langue et de littérature françaises, 1996, p. 367.

13 Ibidem, p. 390-391.

14 La Jeune Pologne (en polonais Młoda Polska) est un mouvement artistique et littéraire actif entre 1890 et 1918, forme polonaise du modernisme [voir Głowiński (Michał), Słownik terminów literackich, Wrocław, Éditions Ossolineum, 1988] ; certains critiques (Kazimierz Wyka) considèrent « […] les années de 1890-1900 [comme] la période de maturation (le « modernisme ») d’un mouvement littéraire qui ne trouve sa plénitude et son nom de “Jeune Pologneˮ qu’une dizaine d’années plus tard […] » [Lajrrige (Jean), La Jeune Pologne et les lettres européennes (1890-1910), Varsovie, Éditions pwn, 1991, p. 10]. Jean Lajarrige définit les années 1890-1899 comme la période de la prise de position de la nouvelle génération et les années 1900-1910 comme son triomphe (ibidem). Voir également La Jeune Belgique et la Jeune Pologne, Cracovie, Études monographiques de l’École Normale Supérieure de Cracovie, 1988.

15 Żeromski (Stefan), Projekt Akademii Literatury Polskiej, Varsovie, Éditions Redakcja Myśli Polskiej, 1918, p. 27 ; http://bc.mbpradom.pl/dlibra/doccontent ?id=12976&from=FBC (consulté le 19 décembre 2015).

16 La traduction a été publiée en épisodes dans 3 numéros (nos 1, 2 et 5) de la revue Museion qui paraissait simultanément à Cracovie et à Paris.

17 Voir Lajarrige (Jean), La Jeune Pologne et les lettres européennes (1890-1910), op. cit., 2e chapitre de la 2e partie, p. 98-118, et 2e chapitre de la 3e partie, p. 391-411.

18 S. n., « Poeta belgijski, który zginął tragicznie », dans Ilustrowany Kuryer codzienny, n° 328 du 24 décembre, Cracovie, 1916 ; http://mbc.malopolska.pl/dlibra/doccontent?id=75120&from=FBC (consulté le 19 décembre 2015).

19 La revue Bluszcz, nos de 28 à 38, publiés du 12/07/1924 au 20/09/1924, accessible sur le site internet de Wielkopolska Biblioteka Cyfrowa : http://www.wbc.poznan.pl/dlibra/publication?id=90510.

20 Voir Musielak (Michał), « Kazimierz Filip Wize – lekarz, filozof, poeta. Szkic do portretu », article cité, p. 168.

21 Musielak (Michał), « Kazimierz Filip Wize – lekarz, filozof, poeta. Szkic do portretu », article cité, p. 161-162.

22 Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 497.

23 Ibidem, p. 498.

24 Ibidem, p. 506.

25 Ibidem, p. 521.

26 Voir Starkie (Enid), Les Sources du lyrisme dans la poésie d’Émile Verhaeren, Paris, Éditions De Boccard, 1927, p. 148-183.

27 Voir Golstein (René), Émile Verhaeren. La vie et l’œuvre. L’évolution des idées, Paris, Éditions de la Pensée Latine, Bruxelles, Veuve Ferdinand Larcier, 1924 ; René Golstein se sert du titre de la première édition du recueil de 1895, Almanach, et le met à côté de Petites Légendes (1900), Les Blés mouvants (1912), Toute la Flandre : Les tendresses premières (1904), La Guirlande des Dunes (1907), Les Héros (1908), Les Villes à pignons (1909), Les Plaines (1911).

28 Frets (Huberta), L’Élément germanique dans l’œuvre d’Émile Verhaeren, Paris, Honoré Champion, 1935, p. 53.

29 Ibidem.

30 Voir Aron (Paul), Les Écrivains belges et le socialisme (1880-1913). L’expérience de l’art social : d’Edmond Picard à Émile Verhaeren, Bruxelles, Labor, 1985 ; Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 309-363.

31 Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 316.

32 Ibidem, p. 319.

33 Ibidem, p. 320.

34 Ibidem, p. 331.

35 Ibidem.

36 Verhaeren (Émile), Poésie complète, 7, Les Visages de la Vie, Les Douze Mois, Petites Légendes, édition critique établie par Michel Otten, introduction par Vic Nachtergaele, Bruxelles, Archives & Musée de la Littérature, 2009, p. 22.

37 Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 331.

38 Lajarrige (Jean), La Jeune Pologne et les lettres européennes (1890-1910), op. cit., p. 434.

39 Ibidem.

40 Ibidem.

41 C’est-à-dire du « paysan ».

42 Lajarrige (Jean), La Jeune Pologne et les lettres européennes (1890-1910), op. cit., p. 434.

43 Voir ibidem, p. 36 ; Jean Lajarrige y énumère trois raisons principales de cette libéralisation : le catholicisme, la structure nobiliaire de la grande propriété foncière et l’affaiblissement de la position de l’Autriche en Europe.

44 Voir ibidem, p. 34-36.

45 Ibidem, p. 34

46 Musielak (Michał), « Kazimierz Filip Wize – lekarz, filozof, poeta. Szkic do portretu », article cité, p. 163.

47 Ibidem, p. 166.

48 Voir Wize (Kazimierz Filip), « Piękno i jego postacie », dans Przegląd Filozoficzny, année xiv, cahier i, 1911, p. 42-48.

49 Dziamski (Seweryn), « Filozofia », dans labuda (Gerard), dir., Nauka w Wielkopolsce, Poznań, Wydawnictwo Poznańskie, 1973, p. 180 ; la traduction des citations des publications critiques en polonais vient de l’auteur de l’article.

50 Musielak (Michał), « Kazimierz Filip Wize – lekarz, filozof, poeta. Szkic do portretu », article cité, p. 167.

51 Wize (Kazimierz Filip), « Aux lecteurs », dans verhAeren (Émile), Obrazy życia, op. cit., p. 9.

52 Ibidem.

53 Ibidem.

54 Voir Buisseret (Georges), L’Évolution idéologique d’Émile Verhaeren, Paris, Mercure de France, 1910.

55 Wize (Kazimierz Filip), « Aux lecteurs », dans Verhaeren (Émile), Obrazy życia, op. cit., p. 10.

56 Głowiński (Michał), Mity przebrane, Cracovie, Wydawnictwo Literackie, 1990, p. 21.

57 Ibidem, p. 16.

58 Ibidem.

59 Ibidem, p. 18-19.

60 Voir Estève (Edmond), Un grand poète de la vie moderne. Émile Verhaeren, Paris, Boivin et Cie, 1928, p. 56.

61 Voir Starkie (Enid), Les Sources du lyrisme dans la poésie d’Émile Verhaeren, op. cit.

62 Terminologie de Victor Koptilov citée d’après Bednarczyk (Anna), Wybory translatorskie. Modyfikacje tekstu literackiego w przekładzie i kontekst asocjacyjny, Łask, Oficyna Wydawnicza Leksem, 2005, p. 28-29 et analysée par Balcerzan (Edward), Oprócz głosu, Varsovie, piw, 1971, p. 243-247.

63 Traduction du polonais en français faite à partir du Grand dictionnaire polonais-français, vol. I-V, Varsovie, Wiedza Powszechna, 1995 (vol. I), 1996 (vol. ii), 2003 (vol. iii), 2005 (vol. iv), 2008 (vol. v).

64 Désormais VV = Verhaeren (Émile), Les Visages de la Vie, op. cit., suivi du numéro de la page.

65 Désormais DM = Verhaeren (Émile), Les Douze Mois, op. cit., suivi du numéro de la page.

66 Jarniewicz (Jerzy), Gościnność słowa. Szkice o przekładzie literackim, Cracovie, Znak, 2012, p. 53.

67 Voir Ingarden (Roman), L’Œuvre d’art littéraire, trad. par Secretan (Philibert) et al., Lausanne, L’Âge d’homme, 1983.

68 Jarniewicz (Jerzy), Gościnność słowa. Szkice o przekładzie literackim, op. cit., p. 55.

69 Voir Estève (Edmond), Un grand poète de la vie moderne. Émile Verhaeren, op. cit., p. 171.

70 Davignon (Henri), « Maeterlinck et Verhaeren. Leur originalité nationale », dans La Revue de Paris, 1913 (15 novembre), v. 6, p. 396.

71 Dziamski (Seweryn), « Filozofia », article cité, p. 180-181.

72 Voir Morier (Henri), Le Rythme du vers libre symboliste, vol. 1 Verhaeren, Genève, Presses académiques, 1943, livre ii, chapitre i.

73 Estève (Edmond), Un grand poète de la vie moderne. Émile Verhaeren, op. cit., p. 176.

74 Ibidem, p. 180.

75 Voir Lajarrige (Jean), La Jeune Pologne et les lettres européennes (1890-1910), op. cit. ; Mockel (Albert), Esthétique du symbolisme, Bruxelles, Palais des Académies, 1962.

76 Stala (Marian), Metafora w liryce Młodej Polski. Metamorfozy widzenia poetyckiego, Varsovie, Pwn, 1988, p. 259.

77 Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, op. cit., p. 398.

78 Stala (Marian), Metafora w liryce Młodej Polski. Metamorfozy widzenia poetyckiego, op. cit., p. 131.

79 Ibidem, p. 162.

80 Verhaeren (Émile), Poésie complète, 7., op. cit., p. 41.

81 Voir ibidem, p. 172.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judyta Niedokos, « Émile Verhaeren et Kazimierz Filip Wize », Textyles, 50-51 | 2017, 103-118.

Référence électronique

Judyta Niedokos, « Émile Verhaeren et Kazimierz Filip Wize », Textyles [En ligne], 50-51 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2766

Haut de page

Auteur

Judyta Niedokos

Université catholique de Lublin, Pologne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals