Navigation – Plan du site
Verhaeren à l'étranger

Les vies britanniques de Verhaeren (1889-1916)

Clément Dessy
p. 119-137

Texte intégral

  • 1 Ortensi (Ulisse), « Letterati Contemporanei : Arthur Symons », dans Emporium, volume xv, no 89, mai (...)
  • 2 Une recherche sur ce sujet sera publiée à la suite du colloque du 22 juin 2016 à l’Université de Pa (...)

1Au moment d’évaluer la réception d’un auteur à l’étranger, dans une autre aire linguistique, les perceptions contradictoires sont généralement légion. Le cas d’Émile Verhaeren en fournit un exemple révélateur : si la presse britannique s’afflige d’un déficit de succès du poète en Grande-Bretagne, elle en relaye pourtant très tôt les publications. On peut s’en rendre compte en prenant le pouls de la situation depuis l’Italie, où, en 1902, la revue Emporium note, au détour d’un article consacré à l’écrivain décadent Arthur Symons, éditeur du Savoy et traducteur anglais des Aubes, qu’« Émile Verhaeren è di tutti i poeti simbolisti francesi, il più noto ed il meglio apprezzato in Inghilterra »1. C’est que, dans la péninsule, le poète belge devra attendre le futurisme et Marinetti pour trouver une véritable audience2.

  • 3 Edwards (Osman), « Émile Verhaeren », dans The Daily Chronicle, 16 mai 1895, p. 3.

2En réalité, en Grande-Bretagne, le succès de Verhaeren est indéniable et précoce. La revue belge Le Coq rouge dissimule mal son orgueil lorsqu’elle voit paraître l’importante étude qui lui est dédiée sous la plume d’Osman Edwards dans le quotidien The Daily Chronicle, qui est alors le plus diffusé à Londres3 :

  • 4 Périnet, « Picorée », dans Le Coq Rouge, tome I, no 1, mai 1895, p. 64. La traduction de l’article (...)

Cette reconnaissance de la personnalité des nôtres par les probes écrivains anglais est faite pour réjouir et retremper ceux à l’égard desquels les bibliographes de la presse nationale et les rimeurs tardigrades affectent ou bien un affreux silence ou bien une pédante grossièreté.4

  • 5 Voir Joyeux-Prunel (Béatrice), Nul n’est prophète en son pays ? L’internationalisation de la peintu (...)

3Ce procédé s’apparente à celui que dévoile Béatrice Joyeux-Prunel, dans son livre Nul n’est prophète en son pays, où elle montre comment les avant- gardes picturales parisiennes de la Belle Époque utilisent leurs succès d’estime à l’étranger pour renforcer leur position à Paris, en cherchant à susciter le sentiment d’un « retard » défavorable à la capitale française dans leur reconnaissance5. Pour les écrivains symbolistes belges, l’exportation de leurs noms hors de l’espace de langue française rejoint des enjeux similaires : au-delà d’un processus d’internationalisation, ils voient la possibilité d’augmenter en retour leur prestige national grâce au « brevet » de cette internationalisation.

4Les pages qui suivent tenteront de cerner la visibilité de Verhaeren en Grande-Bretagne de 1889 à son décès en 1916, en prenant principalement appui sur la presse anglaise, mais aussi galloise et écossaise. En plus des aspects de réception, nous observerons comment le poète s’est investi en multipliant contacts, conférences et publications pour gagner la consécration dans un pays auquel doit tant sa vision des villes modernes et de l’industrialisation.

Le critique

  • 6 Verhaeren (Émile), « Melancholy in Literature », dans The Universal Review, no 5, 17 septembre 1889 (...)
  • 7 The Observer, 15 septembre 1889, p. 5.
  • 8 Shaw-Sparrow (Walter), « Fernand Khnopff », dans The Magazine of Art, décembre 1890, p. 37-43 et «  (...)
  • 9 Shaw-Sparrow (Walter), « A Dissertation on Foreign Bells », dans The Magazine of Art, volume xvii, (...)

5Encore largement méconnu à Londres, Verhaeren y fait paraître un premier texte dès septembre 1889 dans The Universal Review, dirigé par Harry Quilter. Cette longue étude de seize pages, intitulée « Melancholy in Literature »6, ne passe pas inaperçue ; elle est reçue comme « a pensive and charming though somewhat inconclusive criticism of the poetry of sorrow »7. Plus tard, de mars 1896 à 1899, après l’article du Daily Chronicle, Verhaeren tient des chroniques artistiques dans la revue illustrée The Magazine of Art, éditée par Marion Harry Alexander Spielmann. D’autres Belges ne tardent pas à le rejoindre : Fernand Khnopff et Octave Maus envoient également plusieurs articles à la revue dès l’année suivante. C’est pourtant Khnopff qui a vraisemblablement servi d’intermédiaire, ayant lui-même bénéficié de l’appui du critique britannique Walter Shaw-Sparrow. Ce dernier, qui a fréquenté les milieux artistiques et littéraires belges au cours de sa scolarité à Bruxelles, fait connaître Khnopff en Angleterre à travers deux articles importants, l’un en décembre 1890 dans The Magazine of Art, l’autre en mars 1894 dans The Studio (le peintre devient correspondant de cette dernière revue au cours de cette même année)8. Khnopff avait par ailleurs illustré une autre contribution de Shaw-Sparrow dès 18949.

6Comme le montre la liste ci-dessous, plusieurs des textes que publie Verhaeren relayent l’actualité artistique belge. Les autres constituent des articles dédiés à des figures belges en particulier : Rops, Van der Stappen, Meunier. Le poète fait aussi paraître un texte plus surprenant au sujet de l’île de Marcken, village de pêcheurs, lieu sauvage d’inspiration picturale aux Pays-Bas où séjournèrent Xavier Mellery et Rops. Il en décrit le caractère authentique à travers le quotidien de ses habitants retirés, présentant l’endroit comme une sorte de Pont-Aven néerlandais.

  • « Félicien Rops », mars 1896, n° 185, p. 164-169.

  • « The Island of Marcken », août 1896, n° 190, p. 413-417.

  • « The Art Movement in Belgium », février 1897, n° 196, p. 213-216.

  • « Art in Brussels : The Art Movement », septembre 1897, n° 203, p. 274-275. [Cet article ne mentionne le nom de l’auteur que dans la table des matières de la revue.]

  • « The English Section at the Great Exhibition at Brussels », septembre 1897, n° 203, p. 280-281. [Cet article ne mentionne le nom de l’auteur que dans la table des matières de la revue.]

  • « The Art Movement. Current Art in Belgium », juillet 1898, n° 213, p. 498-501.

  • « Charles Van der Stappen », avril 1898, n° 210, p. 295-299.

  • « Constantin Meunier : Painter and Sculptor », septembre 1899, n° 227, p. 496-503.

7Les quotidiens mentionnent fréquemment (mais de façon succincte) ces différentes parutions. Toutefois, avant 1898, on ne lie pas le nom du critique d’art à sa carrière d’écrivain : la reconnaissance de Verhaeren auprès du grand public n’est donc pas encore acquise. Au moment même où ses chroniques commencent à paraître, le Glasgow Herald se lance dans d’aventureuses explications au sujet de la laborieuse propagation des Belges à l’étranger… Selon le quotidien, ce ne serait point dû au fait qu’ils demeurent dans la « provincial and piratical Brussels », mais bien à cause de patronymes imprononçables :

  • 10 The Glasgow Herald, 7 novembre 1896, p. 8.

Their names, in fact, are too unpronouncable for the civilised mouth to attempt, especially in Paris. […] How can Paris and London – especially Paris – give a really cordial welcome to people with names like Georges Rodenbach and Fernand Khnopff, Henri de Groux, Van Rysselberghe, and Verhaeren, to pronounce which is, to the average Frenchman, as difficult as for the Englishman to say Auchtermuchty, Kilconquhar, or Machrihanish […] ?10

8Aux yeux de ce commentateur critique écossais, le succès des Belges n’apparaît guère plus fulgurant à Paris qu’ailleurs. C’est qu’une notoriété n’est en réalité fonction que des limites du public par rapport auquel on l’estime, et une petite revue littéraire la mesurera à l’aune de son lectorat restreint (mais informé), tandis que, pour le même auteur, un quotidien très largement diffusé s’affligera de sa discrétion, voire de son anonymat.

Le poète

9Plusieurs médiateurs ont d’abord œuvré à accroître la réputation de l’écrivain en traduisant ses poèmes. Signalons que le lectorat britannique de l’époque fait encore preuve d’une excellente maîtrise de la langue française et l’absence de traduction n’implique donc pas qu’un auteur ne soit pas lu : il est simplement moins lu. Les quotidiens recensent d’ailleurs fréquemment des parutions en français. L’article du Daily Chronicle de 1895 appuie son analyse sur de nombreuses citations non traduites. Les journaux britanniques commentent aussi avec attention la publication de traductions et peuvent même les regretter, comme dans le cas du Pall Mall Gazette vis-à-vis de celle d’Alma Strettell :

  • 11 « Verhaeren in English », dans Pall Mall Gazette, 18 août 1899, p. 4. Nous soulignons.

A rendering of French verse in English verse is a peculiarly daring feat in translation, because nobody wants it. It has to justify its existence by success as English poetry, for we may all, if we will, read the original […]. The sweet melancholy of Verhaeren becomes sadly dull in this clever lady’s hands.11

  • 12 Sur les liens avec Edwards, on lira Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, Bruxelles, a (...)
  • 13 Edwards (Osman), « Émile Verhaeren », dans The Savoy, volume 7, novembre 1896, p. 65-78.
  • 14 Edwards (Osman), Residential Rhymes, Tokyo, T. Hasegawa, 1899 et Japanese plays and playfellows, Lo (...)
  • 15 Verhaeren (Émile), Images japonaises, Tokyo, T. Hasegawa, 1896. Voir Marx (Jacques), « Du nouveau s (...)

10Un autre traducteur, Osman Edwards, mena une intense campagne en faveur de Verhaeren dans les milieux littéraires12. Dans The Savoy, il publie plusieurs traductions de poèmes ainsi qu’une étude consacrée à Verhaeren13. Résolument ouvert aux tendances étrangères, Edwards s’intéresse aussi aux auteurs scandinaves, traduisant Bjørn Bjørnson. Il participe à de nombreuses revues de langue française avec des chroniques dédiées à l’actualité dramatique et à la littérature anglaise (notamment dans Le Mercure de France, Le Réveil, L’Européen ou encore Transcontinental). De ses séjours prolongés au Japon dès 1898, il tire plusieurs ouvrages dont les Residential Rhymes, où il évoque sur un ton plaisant les aventures d’un voyageur occidental immergé dans le quotidien de l’Empire du Levant, ou les Japanese Plays and Playfellows, réédités à plusieurs reprises, qui abordent les théâtres nô et kabuki14. Comme l’a montré Jacques Marx, Edwards a même pu servir d’intermédiaire entre Verhaeren et un éditeur japonais et faciliter la publication, à Tokyo, des Images Japonaises du poète belge, avec des illustrations de Kwasson15.

11Les démarches d’Edwards en faveur de Verhaeren sont aussi visibles dans la relation qu’il entretient avec Lafcadio Hearn. Ce dernier écrivain, grand voyageur également, a vécu à Dublin, Paris, Londres, New York ainsi qu’en Louisiane, avant de s’établir au Japon et d’obtenir la nationalité japonaise. Hearn a traduit quantité de textes français en anglais, dont des nouvelles de Gautier, de Maupassant, ou encore La Tentation de saint Antoine de Flaubert. Il a consacré plusieurs ouvrages à la culture créole, mais on se souvient surtout de ses recueils de légendes japonaises, In Ghostly Japan (1899) ou Kwaidan : Stories and Studies of Strange Things (1903). Après la mort de Hearn en 1904, Edwards publie des fragments de sa correspondance avec lui, relayant abondamment leurs échanges entre 1899 et 1901 au sujet des symbolistes français. Il nous découvre surtout l’évolution des sentiments de Hearn à l’égard de Verhaeren :

  • 16 Edwards (Osman), « Lafcadio Hearn on the Decadent school: His views as expressed in some of his del (...)

Only by gradual study was Lafcadio Hearn induced to recognize his supremacy. I had sent him a volume, containing « Les Apparus dans mes Chemins » and « Les Villages Illusoires » and the first verdict was far from favourable.
Won’t you forgive me for saying that I cannot greatly admire Verhaeren ? I do not think I am blind to all his good qualities : the opening verses of « L’Attendue » have a thrilling sweetness that I do not know how to praise […]. But could any really great thinker have written such a monstruous and brutal absurdity as « L’Aventurier » ? […] I cannot think Verhaeren a great poet–except in flashes–and I feel sure that he is not a thinker–not yet, at least. He has great feeling for weird and curious word-values, for surface-colors, for grotesques ; and he has the power to give certain queer and delicate sensations.
16

  • 17 Ibidem, p. 20.
  • 18 Hearn (Lafcadio), Shadowings, Londres, Sampson Low & Co., 1900. Les vers sont tirés de « Celui de l (...)

12Semblant répondre de façon posthume à son correspondant, Edwards reprend et analyse les poèmes cités. Aux Villes tentaculaires, aux visions londoniennes des Flambeaux noirs, Hearn reproche un trop grand afflux d’images, survenant dans une « kaleidoscopic succession »17. Mais grâce à Edwards, Hearn semble s’être laissé gagner aux charmes du poète puisqu’il emprunte à Verhaeren plusieurs vers qu’il place en exergue de son recueil de japonaises Shadowings (1900) : « Il avait vu brûler d’étranges pierres, / Jadis, dans les brasiers de la pensée… »18

  • 19 Voir Marx (Jacques), « Verhaeren et ses traducteurs anglais », op. cit.
  • 20 Voir Dessy (Clément), « Across the Channel : médiations et traductions du symbolisme littéraire bel (...)

13Le nom d’une autre traductrice de Verhaeren, Alma Strettell, a déjà été évoqué. Comme Edwards, celle-ci fut en activité dès les années 1890. Une petite rivalité a donc surgi entre eux19 et le compromis qui les a départagés a limité le champ d’action de Strettell aux Villages illusoires, aux Heures Claires et aux Apparus dans mes Chemins. Les femmes traductrices ne sont alors pas rares en Angleterre. George Egerton (Mary Chavelita Dunne Bright), rendue célèbre par ses Keynotes (1893), publiées chez John Lane (l’éditeur d’Oscar Wilde, avant son procès), traduit avec retentissement les Young Ofeg’s ditties de Ola Hansson en 1895, ainsi que Hunger de Knut Hamsun en 1899. Laurence Tadema, proche d’Alma Strettell, fille du peintre éponyme Sir Lawrence Alma-Tadema, traduit Maeterlinck, dont Pelléas et Mélisande et Les Aveugles en 189520. Proche du peintre John Singer Sargent, Strettell est intimement mêlée aux mondes de l’art et du théâtre. Son beau-frère, Joseph Comyns Carr, officie comme critique dans ces deux domaines : il fonde la New Gallery en 1888 après avoir dirigé la Grosvenor Gallery tout comme il conseille le Haymarket Theatre (qui monte The Intruder de Maeterlinck dès janvier 1892). Strettell épouse même un peintre en 1890, Lawrence Alexander Peter Harrison. La Belgique étant alors réputée comme un paradis pour les peintres, ses artistes et écrivains ont de toute évidence pu susciter l’intérêt de la traductrice. Cette dernière publie ses premières traductions de Verhaeren en janvier 1896, c’est-à-dire deux mois à peine avant que le poète ne contribue au Magazine of art (où Comyns Carr a aussi œuvré). L’intrication des réseaux et des domaines de l’art et de la littérature apparaît donc déterminante en l’espèce.

  • 21 Poems of Émile Verhaeren, selected and rendered into English by Alma Strettell, Londres / New York, (...)
  • 22 Dans The Yellow Book: « Rain », volume 8, janvier 1896, p. 223-225; « The Fishermen », volume 9, av (...)
  • 23 Voir Higgins (Jennifer), English Responses to French Poetry 1880-1940. Translation and Mediation, O (...)
  • 24 Glasgow Herald, 30 mars 1899.

14En 1899, Strettell profite de la retentissante traduction des Aubes (The Dawn) par Arthur Symons l’année précédente pour faire paraître un ensemble de poèmes traduits21, dont un certain nombre a déjà paru dans The Yellow Book et The Fortnightly Review22. Dans la préface qui ouvre le recueil, la traductrice présente le poète comme l’« “apostle” of the vers libre », formule qui sera reprise et qui fera de Verhaeren un représentant incontournable du vers libre en Grande-Bretagne23. Pour The Glasgow Herald, Verhaeren « invented his own style and even his language »24. Ces innovations formelles, issues à leurs yeux d’une relation presque étrangère au français, créeraient enfin la difficulté d’une transposition en anglais :

  • 25 « Books of the week », dans The Manchester Guardian, 25 avril 1899, p. 4.

As for the versification, the translator’s ingenuity has, naturally, failed to imitate the subtleties of the internal rhymes and assonances, the displacements and pauses and echoes and (sometimes exasperating) repetitions of the French ; nor could her verse be expected to reproduce for English ears accustomed to traditions of rhythmical anarchy and experiment the effect of strangeness and licence that the vers libre cannot help making upon French ones, especially in the hands of a poet whose violent treatment of a tongue almost foreign to him enhances the impression of exoticism.25

15Les traductions de Strettell sont lues et commentées, au point même de servir de « pièces à conviction » lors d’une accusation de plagiat. Le poète Arthur Bernard Miall publie en 1899 un recueil de Poems chez le même éditeur que Strettell, John Lane. Un article de The Speaker met à ce moment le feu aux poudres. Celui-ci se présente sous la forme d’un pseudo-dialogue ironique, où le livre de Miall est égratigné :

John Smith. « […] I have found what I am convinced is a clear case of plagiarism. »
J. D. « Very likely. When a writer comes across a thing that belongs to him, he uses it. It is impossible to avoid plagiarism. 
»
J. S. « Yes ; but is a poet entitled to plagiarise from a contemporary ? »
J. D. « A poet is entitled to cut and set a rough diamond wherever he finds it. »
J. S. « A rough diamond, yes ; but listen to this. Here, from Miss Alma Strettel’s “Poems of Émile Verhaeren” (Lane), is the opening piece in characteristic vers libre called “The Rain” :—

Long as unending threads, the long-drawn rain
Interminably, with its nails of grey,
Athwart the dull grey day,
Rakes the green window-pane– So infinitely, endlessly, the rain, The long, long rain,
The rain. …

Now from a piece in irregular verse in Mr. A. B. Miall’s “Poems” (Lane), also called “The Rain” :–

Across the window, down to the lawn,
The
patient, glittering rain is drawn,
Darkly falling all over the sky,
Falling, falling in shadowy threads,
White as it passes the poplars by
In glittering phantom
threads,
Straight and long it falls from on high. …
Plashing the leaves, crackling upon the pane […].

  • 26 Davidson (John), « Tête-à-Tête », dans The Speaker, 8 avril 1899, p. 399.

J. D. « I should not be at all astonished if Mr. Miall has read Verhaeren, and been indebted to him […] ; but I have no fault to find with him on that account. If there be a fault it is that he has not equalled Verhaeren. »26

  • 27 « Mr. Davidson and “Irony” », dans The Speaker, 15 avril 1899, p. 61-62.
  • 28 « Recent verse », dans The Athenæum, n° 3741, 8 juillet 1899, p. 62.
  • 29 Glasgow Herald, 1 août 1899, p. 4.
  • 30 Maeterlinck (Maurice), Sister Beatrice and Ardiane and Barbe Bleue, Londres, Methuen & co., [1915].
  • 31 Maeterlinck (Maurice), Poems, Londres, George Allen, 1901.

16Dans cette même revue, Miall publie une lettre de défense et s’en prend à la prétendue ironie du critique27. Mais The Athenæum accuse à son tour le poète, lui reconnaissant le mérite d’assurer à lui seul la survie de tout Shelley, Keats, Swinburne, Rossetti… ainsi que de Verhaeren, et ce dans le cas où la littérature en son ensemble viendrait à être annihilée. À la suite de quelques citations troublantes, le critique ajoute : « But quotation cannot do justice to Mr. Miall’s extraordinary cleverness in imitation – if we may be pardoned the use of this word for what is probably a wholly unconscious triumph. »28 Et cette petite polémique se trouve commentée jusqu’au Glasgow Herald29. L’épisode ne diminuera guère l’enthousiasme de Miall à l’égard de la littérature belge : il traduira notamment de Maeterlinck Sœur Béatrice et Ariane et Barbe Bleue en 190130, ainsi que ses recueils de poèmes en 191531. Elle atteste par contre l’essor d’un Verhaeren qui se voit promu au rang de plagié… en anglais !

Le dramaturge

  • 32 C. K. S., « Notes on new books », dans The Illustrated London News, 7 janvier 1899, p. 20.
  • 33 « Chit Chat », dans The Stage, 24 mai 1900, p. 13.
  • 34 « Miscellany », dans The Manchester Guardian, 27 septembre 1910, p. 5.
  • 35 The Stage, 3 novembre 1898, p. 14.

17Dès la fin des années 1890, la poésie de Verhaeren n’est donc plus méconnue. Ce sont ses œuvres dramatiques qui vont toutefois permettre à sa notoriété de dépasser les cercles littéraires restreints. La publication de The Dawn en 1898 représente un tournant. The Illustrated London News en témoigne en décrivant le volume comme la première introduction de l’écrivain auprès du lectorat anglais, alors que plusieurs poèmes et critiques ont déjà paru dans des revues32. Cela ne surprend guère : le théâtre contribue davantage à la renommée médiatique que la poésie. Il faut par ailleurs rappeler que le nom de Maurice Maeterlinck est sur toutes les lèvres depuis 1891 et l’outrageante comparaison commise par Octave Mirbeau qui en a fait le « Belgian Shakespeare ». Les pièces de Maeterlinck préparent en quelque sorte le terrain à celles de Verhaeren. Leurs deux noms apparaissent souvent côte à côte, localisant les nouveautés littéraires belges dans le domaine théâtral. Le succès commenté des soirées parisiennes du Cloître va renforcer la réception de Verhaeren comme dramaturge, obligeant du coup certaines mises au point révélatrices : « the Belgian author of Le Cloître […] is better known in Belgium and France as a poet rather than as a dramatist and prose writer, and some of his verses have rather dreamy titles »33 ; ou dans The Manchester Guardian : « it is as a lyrist, not as a dramatist, that the Belgian poet has achieved his greatest success »34. The Dawn a accru la visibilité de l’écrivain, et pourtant, pas plus que sur le « continent », la pièce ne sera montée outre-Manche. C’est le caractère novateur du drame qui aurait rendu impossible sa représentation « on the English boards except by such organisations as the Independent Theatre and the New Century Theatre »35.

  • 36 Symons (Arthur), « Introduction », dans Verhaeren (Émile), The Dawn, traduit par Arthur Symons, Lon (...)
  • 37 Ibidem, p. 6.
  • 38 Ibidem, p. 7.

18La préface que donne Symons à sa traduction aborde moins Les Aubes que l’évolution de la carrière de Verhaeren, répondant en cela au contexte éditorial du volume repris comme tout premier opus d’une nouvelle collection de « Modern Plays » (Duckworth) censée rassembler un ensemble représentatif d’auteurs étrangers contemporains (Ibsen, Stepniak, Ostrovsky, Strindberg, Maeterlinck, Villiers de l’Isle-Adam, Brieux, Sienkiewicz…). Elle revient sur les débuts littéraires de Verhaeren, au point de vue « Naturalistic » des Flamandes, avant d’évoquer le passage à une forme d’abstraction intériorisée qui devait aboutir aux visions des Villes tentaculaires où « the hallucinations become entirely external »36. Symons constate une transition du naturalisme au symbolisme : « Contrast these poems with those early poems, so brutal, so Flemish, if you would see at a glance all the difference between the Naturalistic and the Symbolistic treatment. »37 Symons met aussi en évidence l’alternance de prose et de vers dans la pièce, « which, in France, is a very novel experiment indeed. To English readers, accustomed to the Elizabethan drama, nothing can seem more natural than such an alternation. »38 Il fait le choix d’abandonner la rime au profit d’une traduction littérale qui conserve le rythme intérieur, plus proche du vers libre de Verhaeren. The Scotsman note les capricieux détours d’une langue, qui aurait empêché toute représentation :

  • 39 The Scotsman, 24 octobre 1898, p. 3.

Story, character, construction, all the formerly recognised points of a good play, are deliberately neglected, the language is loosely and capriciously handled, and the whole thing made a sort of formless pamphlet in support of an undefined and sentimental humanitarianism.39

  • 40 « Books of the week », dans The Manchester Guardian, 26 août 1902, p. 7.

19C’est cette compréhension aiguë de la langue verhaerenienne grâce à la traduction qui conduira sans doute certains critiques à repérer des influences du poète belge sur Symons lui-même lors de la publication de ses Poems (1902)40.

  • 41 The Academy, 3 décembre 1898.
  • 42 Symons (Arthur), Selected letters 1880-1935, ed. Karl Beckson & John M. Munro, Basingstoke, Macmill (...)
  • 43 Texte publié de la conférence : Verhaeren (Émile), « French Poetry of To-day », dans Fortnightly re (...)
  • 44 Symons (Arthur), « The decadent movement in literature », dans Harper’s New Monthly Magazine, volum (...)

20L’intervention de Symons, auteur renommé, fut particulièrement déterminante. Celui-ci surprend : on n’a pas encore l’habitude de voir en lui un traducteur ainsi qu’en témoignent plusieurs articles qui s’intéressent plus à Symons qu’à Verhaeren lui-même, tel « Mr. Arthur Symons as Translator. The Dawn (“Les Aubes”). By Émile Verhaeren »41. L’écrivain anglais a alors traduit L’Assommoir d’Émile Zola en 1894 et quelques poèmes repris au sein du roman The Child of Pleasure (Il Piacere) de Gabriele d’Annunzio, également traduit en 1898. En se consacrant à Verhaeren, Symons entreprend de traduire du théâtre et il poursuivra par la traduction d’autres pièces de d’Annunzio : The Dead City (La Città morta) en 1900, La Gioconda en 1901, et Francesca da Rimini en 1902. De Verhaeren, Symons ne traduira rien d’autre, malgré l’importance de The Dawn, réédité en 1915. En 1898, il peut nous sembler voler la vedette à Edwards. L’action apparaît toutefois concertée. Rappelons que c’est dans la revue de Symons qu’Edwards fait paraître une étude sur le poète belge ainsi que ses premières traductions. Une lettre de Symons à Verhaeren révèle que c’est auprès d’Edwards que le traducteur des Aubes trouve l’exemplaire original dont il a besoin42. En mars 1901, comme preuve d’une consécration, Verhaeren est invité pour une conférence dans le prestigieux Taylorian Institute d’Oxford sur « The Evolution of Modern French Poetry »43, où l’avait précédé Mallarmé. Symons, de son côté, en s’intéressant à Verhaeren, aura à nouveau joué un rôle important dans la diffusion de la littérature belge, après avoir donné une bonne place à Maeterlinck dans son essai « The Decadent Movement in Literature » (1893)44.

  • 45 Forbes Robertson aurait effectué des démarches dès 1900 pour en monter rapidement une adaptation à (...)
  • 46 The Stage, 6 octobre 1910, p. 17.
  • 47 « “The Cloister” », dans The Era, 8 octobre 1910, p. 23.
  • 48 « Poetry », dans The Scotsman, 27 mai 1915, p. 2.

21Si The Dawn ne fut pas porté sur scène, la traduction du Cloître par Edwards le sera bel et bien. Si des velléités de monter la pièce à Londres se manifestent au début du siècle dans la foulée des représentations parisiennes du Théâtre de l’Œuvre45, il faudra attendre le 3 octobre 1910 pour la voir produite dans un théâtre… de Manchester, au Gaiety Theatre, récemment rénové par Annie Horniman. Occupant le rôle de Dom Marc, le jeune acteur Esme Percy Saville, admirateur de Verhaeren, aurait fait office d’intermédiaire. La veille, Edwards donne une conférence, « The Belgian playwrights – Maeterlinck and Verhaeren », face au Manchester Playgoers’ Club au Midland Hotel. Il y affirme qu’à la différence de Maeterlinck, Verhaeren incarnerait « intensely »46 le pays flamand. Le succès est au rendez-vous : « It is the most impressive and remarkable that the Gaiety Theatre has yet produced. »47 La pièce sera d’ailleurs reprise par la Esme Percy Repertory Company lors d’une tournée en Écosse en 1915, dont une date à Glasgow le 22 avril. Pendant la guerre, The Scotsman rappellera l’estime portée au Cloister en 1910 par les critiques et par le public des théâtres indépendants48. À ces productions, qui ont popularisé la réputation de Verhaeren, se sont ajoutées celles données en français par Carlo Liten et sa troupe d’acteurs belges exilés, à Kingsway à Londres dès janvier 1915, avant une tournée dans le reste de l’Angleterre (Manchester, Leeds…).

Photos de la représentation du Cloister au Gaiety Theater de Manchester (Daily Sketch, 3 mai 1910)

Photos de la représentation du Cloister au Gaiety Theater de Manchester (Daily Sketch, 3 mai 1910)

22

Photo d’Esme Percy Saville en Dom Marc, envoyée à Verhaeren par l’acteur (AML, Bruxelles, ML 6131/1)

Photo d’Esme Percy Saville en Dom Marc, envoyée à Verhaeren par l’acteur (AML, Bruxelles, ML 6131/1)

Le conférencier propagandiste

  • 49 « Famous Belgian Poet », The Yorkshire Post, October 7 1914, p. 3.
  • 50 « The Prophet-Poet of Belgium », Birmingham Gazette, 21 janvier 1915, p. 4.

23En quelques semaines, l’invasion de la Belgique en 1914 porte aux nues la célébrité du poète. La presse s’émeut de son exil londonien : « a refugee, one of the three or four most famous poets and literary men in the world »49. Le nom du « Prophet-Poet of Belgium » est sur toutes les lèvres : « [he] has in a short time eclipsed Maeterlinck as the master figure of Belgian literature »50. L’amère ironie du phénomène interpelle néanmoins :

  • 51 « Poet and Proletariat », The Herald, 21 novembre 1914, p. 7.

The war has brought disaster and horror upon Belgium, but it has been the means of widely extending the fame of the Belgian poet, M. Émile Verhaeren […] in the English-speaking world. […] But what a sad irony it is that it takes a horrible war and the ruin of his country to secure him recognition in Britain.51

  • 52 Jethro Bithell constitue un médiateur essentiel dans la diffusion du symbolisme belge dans le monde (...)
  • 53 Contemporary Belgian Poetry, select. and trans. by Jethro Bithell, Londres/New York, The Walter Sco (...)
  • 54 « Verhaeren of the Germans », The Times Literary Supplement, 17 décembre 1914, p. 570.

24Jethro Bithell52, professeur d’allemand à Birkbeck College, qui a largement contribué à diffuser la littérature belge contemporaine grâce à une anthologie et une monographie où Verhaeren figure en bonne place53, publie à ce moment la traduction anglaise de l’essai de Stefan Zweig consacré au poète belge, comme pour mieux signifier l’unanimité que son œuvre recueille, même auprès de l’ennemi, les « Germains ». On n’oublie guère ce que doit sa réputation européenne au « Verhaeren of the Germans »54.

  • 55 Ainsi que le note un journaliste qui se rend chez lui pour l’interviewer : Thorold (Algar), « M. Ve (...)
  • 56 Aron (Paul), « Émile Verhaeren : un Européen devant la guerre », dans Astier (Colette) et Grève (Cl (...)

25Verhaeren s’est d’abord installé dans les zones les plus reculées de Kensington55. Dès le début de son séjour, Verhaeren entreprend de stimuler la conscription à travers une tournée de conférences dans le pays. Son ubiquité impressionne comme en témoigne le recensement non exhaustif suivant : il est à Islington le 7 octobre, à Leeds le 17 novembre (il y reçoit le titre de Docteur en lettres, après avoir été présenté au public par un professeur en uniforme kaki !), à Manchester le 19, à Sheffield, à Glasgow, à Édimbourg le 1er décembre, à Cardiff le 4, à Aberystwyth les 8 et 9, à Bangor le 12 janvier 1915, à Birmingham le 21… Ses conférences, délivrées en français, alternent entre deux titres « The Spirit of Belgium » et « The Little Towns of Flanders ». Elles sont ponctuées par la lecture de poèmes. S’y pressent en nombre tant des réfugiés belges que des Britanniques. Cette campagne menée par le « poète national » joua un rôle décisif outre-Manche dans la sensibilisation au martyre belge56.

  • 57 « Miscellany », The Manchester Guardian, 30 novembre 1916, p. 3.
  • 58 « The Spirit of Belgium. M. Émile Verhaeren and the future », dans Birmingham Gazette, 21 janvier 1 (...)

26Ces conférences permettent au public britannique d’approcher en chair et en os un poète à la stature désormais nobélisable. À Manchester, on le compare aux plus grands, tel Thomas Hardy57. Les Britanniques prêtent attention à sa tenue (« dressed in a satin-face frock coat »58), à sa gestuelle passionnée et à son apparence atypique (à défaut peut-être de pouvoir saisir l’entièreté de son propos) :

  • 59 « M. Émile Verhaeren », dans The Manchester Guardian, 19 novembre 1914, p. 5.

Verhaeren’s personal appearance is remarkable, almost legendary, and his iconography offers a wide field for collectors of portraits and figures. He has the face of a primitive German ; it reminds one of the pictures of the Goths who sacked Rome.59

27On commente sa langue, voire son accent :

  • 60 « Miscellany », The Manchester Guardian, 20 novembre 1914, p. 5.

It is very curious […] to hear him read English ; he makes out the sense by an extraordinarily rapid intuition, but he pronounces the English words exactly as if they were French words, with the accent of the French sentence, and as if he could not conceive that any other pronunciation were possible.60

28The Birmingham Daily Mail offre des détails concrets sur le déroulement de la conférence :

  • 61 « Belgium’s National Poet », dans The Birmingham Daily Mail, 21 janvier 1915, p. 4.

Twice during the lecture M. Verhaeren stepped down from the little raised platform on which he had been seated, and asked permission to illustrate his point with one of his own poems. […] They were read from a manuscript notebook, with the head bowed low over the paper ; but the way in which they were read made the rendering something finer than mere reading. Everyone knows how French poetry usually reads in level lines, with rising emphasis towards the end of the line. M. Verhaeren’s reading of his own verses, with their irregular lines and metres, lays the emphasis at a variety of different places. He reads with a hurry and scurry of voice, a tumultuous rush illuminated by sudden gestures, shakings of the head and the arms, emotions bursting out in tones and movements like flames. His verse, as he reads it, jolts and jerks, stops suddenly, and then tears along faster than ever, emphatic and strong. Occasionally his voice takes on a sudden tenderness ; perhaps it stops completely, after rising and falling like waves under the wind ; and then it rises again, climbing higher and higher with growing volume of sound. Rhymes are disregarded–everything is swept along under the fierce rush of the emotion.61

29L’inspiration que le « Poet of the Industrial World » puise dans les atmosphères urbaines et industrielles britanniques est souvent invoquée, en référence à ses premiers séjours à Londres dès la fin des années 1880 et à son recueil Les Flambeaux noirs (1890) :

  • 62 « Verhaeren. The Poet of The Industrial World », dans The Yorkshire Post, 16 novembre 1914, p. 6.

Verhaeren learnt some part of the sombre beauty of towering warehouses, of dark and tunnelled canals, of teeming docks and markets, from his young man’s wanderings in the East End of London. It is curiously fitting, now that he is old, that the industrial landscape which he learnt to love in London should in Leeds hasten to do him such honour as is in its power.62

  • 63 Verhaeren (Émile), « A Traveller’s Impressions of Manchester », The Manchester Guardian, 26 novembr (...)

30C’est sans doute pour cette raison qu’après Londres, les villes industrielles du nord de l’Angleterre firent bon accueil au poète. Le grand nombre de réfugiés belges qui y sont présents conduit d’ailleurs The Manchester Guardian à publier ses « A Traveller’s Impressions of Manchester »63 dans les deux langues, français et anglais, près d’une semaine après sa conférence. Dans ce texte, il commente ses visites de la ville et de ses musées ; il y livre ses impressions devant des toiles préraphaélites, des œuvres d’art social et celles du paysagiste gallois Richard Wilson. Dans ses descriptions, il inverse toutefois la perspective qu’il avait adoptée à ses débuts : ce sont désormais les zones industrielles anglaises qui lui rappellent la région « entre Mons et Charleroi » et son pays auxquels il espère rendre sensibles les Britanniques.

L’hôte gallois

  • 64 « Notes of the month », Welsh Outlook, volume 1, no 11, novembre 1914, p. 457.
  • 65 Mansell Jones (Percy), Émile Verhaeren. A Study in The Development of His Art and Ideas, Cardiff / (...)

31Bien que tardive, la réception que connut Verhaeren au Pays de Galles mérite qu’on s’y attarde. Après sa fuite en 1914, Verhaeren demeure brièvement à Londres avant de s’installer chez Mr. and Mrs. Harry Webb, à Llwynarthan, près de Cardiff. Ils sont alors entre 2 000 et 3 000 Belges à trouver refuge au Pays de Galles, grâce au soutien de comités. On trouve, parmi eux, plusieurs personnalités comme Émile Claus (à Porthkerry House, Barry), George Minne (à Aberystwyth), Émile Vandervelde, ainsi que De Saedeleer, Van de Woestijne, ou encore Petrucci64. Malgré une présence sur place en pointillé, due à ses nombreuses conférences (dont plusieurs en pays gallois à Cardiff, Aberystwyth et Bangor), Verhaeren y fait plusieurs rencontres, dont celle de Percy Mansell Jones, professeur de français à l’Université de Bangor. Celui-ci, devenu l’un de ses promoteurs, lui consacrera une monographie en 192665.

  • 66 Van de Woestijne (Charles), « A Belgian sculptor: George Minne », Welsh Outlook, volume 2, no 5, ma (...)
  • 67 « Aéroplanes sur Bruxelles. Aeroplanes over Brussels », Welsh Outlook, volume 1, no 12, décembre 19 (...)
  • 68 « Notes of the month », Welsh Outlook, volume 1, no 12, décembre 1914, p. 497. À ce sujet, on lira (...)
  • 69 Avec Maeterlinck, tous trois voient leurs portraits publiés comme « Great Belgians », Welsh Outlook(...)

32Pendant la guerre, The Welsh Outlook s’avère un véritable relais pour les écrivains et artistes belges résidant au Pays de Galles. Minne et Verhaeren voient paraître d’importantes études à leur sujet66. Plusieurs poèmes de Verhaeren sont également publiés en version bilingue67. David Davies, qui finance la revue, entend disposer de ce support pour promouvoir la culture galloise auprès d’une audience internationale. Il veut tirer profit de la présence d’artistes et d’écrivains belges de renom dans la région pour contribuer au renouveau de la culture et des arts gallois grâce à une forme d’« intellectual and artistic stimulus68 ». L’histoire industrielle des Gallois les rend en effet sensibles à l’art d’un Verhaeren ou d’un Constantin Meunier, dont le Monument au travail suscite l’admiration69. Cette affinité « industrielle », qui fonde de plus en plus la réception du poète en Grande-Bretagne, on la retrouve jusque dans cet amusant souvenir de Mansell Jones qui raconte l’ébahissement esthétique de Verhaeren face au « most striking industrial landscape » de Landore :

  • 70 Mansell Jones (Percy), « Welsh industrial landscapes », The Welsh Outlook, volume 18, no 6, juin 19 (...)

Here, if nowhere else in Britain, the Cyclops of Industry, in league with the crapulous demon of Victorian urbanism, has had its relentless way […]. From window to window he rushed, like one possessed by a kind of sacred terror, his arms held up in amazement, absorbing the scene with his eyes, and reiterating one irrepressible phrase – unpardonable perversity or significant paradox ? – Que c’est beau ! que c’est beau !70

  • 71 « Notes of the month », Welsh Outlook, volume 1, no 12, décembre 1914, p. 497.
  • 72 Mansell Jones (Percy), « Poet of Flanders and Industrial England », The Manchester Guardian, 21 mai (...)
  • 73 The Manchester Guardian, 20 juin 1946, p. 4. Sa monographie, tardivement traduite et publiée en 199 (...)

33The Welsh Outlook reconnaît son retard dans la découverte de Verhaeren et en attribue tout le mérite aux efforts du Manchester Guardian, grâce auquel « the general public is beginning to realize something of what Verhaeren stands for in the literature of modern Europe »71. Plusieurs Gallois contribueront au quotidien au sujet du poète. Mansell Jones lui consacrera encore une étude en 195572 et Beatrice Worthing, autre biographe galloise de Verhaeren, lancera un appel aux anciennes connaissances du poète via le courrier des lecteurs73. Cette connexion avec le journal mancunien repose sans doute elle aussi sur cet « aesthetic aspect » des réalités industrielles « as characterise contemporary England » et qu’a révélé le regard à la fois intime et extérieur de Verhaeren.

34Outre cette esthétique de l’industriel, des questions d’ordre identitaire et nationaliste interviennent dans la réception galloise. Certes, Mansell Jones met en évidence le Verhaeren européen :

  • 74 M[ansell] J[ones] (Percy), « Émile Verhaeren (Concluded) », Welsh Outlook, volume 1, no 11, novembr (...)

Verhaeren’s essential appeal is not to any particular nation of Europe but to the European race. Verhaeren is the first to have voiced in poetry this appeal to the Pan-European which he made almost at the same time as Nietzsche discovered the superman and Whitman called for the Pan-American.74

35Mais, en 1916, The Welsh Outlook salue aussi en lui l’esprit des petites nations :

  • 75 « Notes of the month », Welsh Outlook, volume 4, no 1, janvier 1917, p. 7.

His visit to Wales and the record of it in the pages of the Outlook will be in our readers’ minds. The poet of a civilisation and culture far different from ours, he was yet of all Europeans the champion of small nationalities. Wales, more than most other nations, understood the passion and longing of his patriotism […].75

36Le parcours non exhaustif qui précède aura tenté de déterminer différentes étapes dans la réception de Verhaeren en Grande-Bretagne, commençant par les milieux littéraires et artistiques londoniens encore très marqués par l’œuvre de Maeterlinck, avant qu’il ne s’affirme comme dramaturge, et enfin comme un poète universel capable de déployer son œuvre dans une dimension à la fois nationale et européenne. Les polémiques de plagiat que nous avons évoquées sont moins anecdotiques qu’elles n’en ont l’air. Elles auront permis de montrer très concrètement que la publication des traductions n’est pas passée inaperçue et que celles-ci auront suscité des émules en langue anglaise dès la fin de la décennie 1890. Toutefois, ainsi que l’illustrent les travaux des Gallois Percy Mansell Jones et Beatrice Worthing, ce sont les régions du nord de l’Angleterre et du Pays de Galles où a peut-être le mieux persisté le souvenir de son œuvre, grâce au miroir poétique que celle-ci leur a tendu.

Portrait d’Émile Verhaeren par John Singer Sargent repris dans le recueil de Traductions poems d’Alma Strettell (1915).

Haut de page

Notes

1 Ortensi (Ulisse), « Letterati Contemporanei : Arthur Symons », dans Emporium, volume xv, no 89, mai 1902, p. 374.

2 Une recherche sur ce sujet sera publiée à la suite du colloque du 22 juin 2016 à l’Université de Padoue, « Écrivains et artistes de langue française dans les revues italiennes (1880- 1920) », organisé par Alessandra Marangoni et Julien Schuh.

3 Edwards (Osman), « Émile Verhaeren », dans The Daily Chronicle, 16 mai 1895, p. 3.

4 Périnet, « Picorée », dans Le Coq Rouge, tome I, no 1, mai 1895, p. 64. La traduction de l’article anglais paraît dans le numéro suivant : no 2, juin 1895, p. 107-110.

5 Voir Joyeux-Prunel (Béatrice), Nul n’est prophète en son pays ? L’internationalisation de la peinture des avant-gardes parisiennes 1855-1914, Paris, Musée d’Orsay / Nicolas Chaudun, 2009.

6 Verhaeren (Émile), « Melancholy in Literature », dans The Universal Review, no 5, 17 septembre 1889, p. 104-120.

7 The Observer, 15 septembre 1889, p. 5.

8 Shaw-Sparrow (Walter), « Fernand Khnopff », dans The Magazine of Art, décembre 1890, p. 37-43 et « English Art and M. Fernand Khnopff », dans The Studio, volume 2, no 12, mars 1894, p. 202-207.

9 Shaw-Sparrow (Walter), « A Dissertation on Foreign Bells », dans The Magazine of Art, volume xvii, août 1894, p. 353-356.

10 The Glasgow Herald, 7 novembre 1896, p. 8.

11 « Verhaeren in English », dans Pall Mall Gazette, 18 août 1899, p. 4. Nous soulignons.

12 Sur les liens avec Edwards, on lira Marx (Jacques), Verhaeren. Biographie d’une œuvre, Bruxelles, arllf, 1996, p. 345-348 ; Marx (Jacques), « Verhaeren et ses traducteurs anglais », dans Revue de littérature comparée, n° 299, 2001/3, p. 443-454 et Worthing (Beatrice), « Verhaeren and England. Poet’s Letters to his English Friends », dans Adam (The Centenary of Émile Verhaeren), n° 250, 1955, p. 55-87.

13 Edwards (Osman), « Émile Verhaeren », dans The Savoy, volume 7, novembre 1896, p. 65-78.

14 Edwards (Osman), Residential Rhymes, Tokyo, T. Hasegawa, 1899 et Japanese plays and playfellows, London, W. Heinemann, 1901.

15 Verhaeren (Émile), Images japonaises, Tokyo, T. Hasegawa, 1896. Voir Marx (Jacques), « Du nouveau sur les Images japonaises de Verhaeren », dans Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises, tome lxxvii, no 3-4, 1999, p. 401-412.

16 Edwards (Osman), « Lafcadio Hearn on the Decadent school: His views as expressed in some of his delightful letters to a friend », dans The Craftsman, volume 13, no 1, octobre- novembre 1907, p. 17-18.

17 Ibidem, p. 20.

18 Hearn (Lafcadio), Shadowings, Londres, Sampson Low & Co., 1900. Les vers sont tirés de « Celui de la fatigue » dans Les Apparus dans les chemins.

19 Voir Marx (Jacques), « Verhaeren et ses traducteurs anglais », op. cit.

20 Voir Dessy (Clément), « Across the Channel : médiations et traductions du symbolisme littéraire belge en Grande-Bretagne (1890-1900) », dans Revue belge d’histoire et de philologie, no 92, 2014, p. 1327-1342.

21 Poems of Émile Verhaeren, selected and rendered into English by Alma Strettell, Londres / New York, John Lane / The Bodley Head, 1899 (réédité en 1915 avec un portrait de l’auteur par John S. Sargent).

22 Dans The Yellow Book: « Rain », volume 8, janvier 1896, p. 223-225; « The Fishermen », volume 9, avril 1896, p. 135-139; « The Wind », volume 11, octobre 1896, p. 163-165. Dans The Fortnightly review, « The Grave-Digger », volume 59, no 351, novembre 1896, p. 463-465.

23 Voir Higgins (Jennifer), English Responses to French Poetry 1880-1940. Translation and Mediation, Oxford, Legenda, 2011.

24 Glasgow Herald, 30 mars 1899.

25 « Books of the week », dans The Manchester Guardian, 25 avril 1899, p. 4.

26 Davidson (John), « Tête-à-Tête », dans The Speaker, 8 avril 1899, p. 399.

27 « Mr. Davidson and “Irony” », dans The Speaker, 15 avril 1899, p. 61-62.

28 « Recent verse », dans The Athenæum, n° 3741, 8 juillet 1899, p. 62.

29 Glasgow Herald, 1 août 1899, p. 4.

30 Maeterlinck (Maurice), Sister Beatrice and Ardiane and Barbe Bleue, Londres, Methuen & co., [1915].

31 Maeterlinck (Maurice), Poems, Londres, George Allen, 1901.

32 C. K. S., « Notes on new books », dans The Illustrated London News, 7 janvier 1899, p. 20.

33 « Chit Chat », dans The Stage, 24 mai 1900, p. 13.

34 « Miscellany », dans The Manchester Guardian, 27 septembre 1910, p. 5.

35 The Stage, 3 novembre 1898, p. 14.

36 Symons (Arthur), « Introduction », dans Verhaeren (Émile), The Dawn, traduit par Arthur Symons, Londres, Duckworth, 1898, p. 5.

37 Ibidem, p. 6.

38 Ibidem, p. 7.

39 The Scotsman, 24 octobre 1898, p. 3.

40 « Books of the week », dans The Manchester Guardian, 26 août 1902, p. 7.

41 The Academy, 3 décembre 1898.

42 Symons (Arthur), Selected letters 1880-1935, ed. Karl Beckson & John M. Munro, Basingstoke, Macmillan, 1989, p. 125.

43 Texte publié de la conférence : Verhaeren (Émile), « French Poetry of To-day », dans Fortnightly review, avril 1901, p. 723-738.

44 Symons (Arthur), « The decadent movement in literature », dans Harper’s New Monthly Magazine, volume 87, 522, novembre 1893, p. 858-867.

45 Forbes Robertson aurait effectué des démarches dès 1900 pour en monter rapidement une adaptation à Londres. Il se serait assuré des droits pour l’Angleterre auprès de Verhaeren. Voir « Chit chat », The Stage, 17 mai 1900, p. 13 et Watson (Malcolm), « The Theatrical World », dans St. James Gazette, 11 mai 1900, p. 5.

46 The Stage, 6 octobre 1910, p. 17.

47 « “The Cloister” », dans The Era, 8 octobre 1910, p. 23.

48 « Poetry », dans The Scotsman, 27 mai 1915, p. 2.

49 « Famous Belgian Poet », The Yorkshire Post, October 7 1914, p. 3.

50 « The Prophet-Poet of Belgium », Birmingham Gazette, 21 janvier 1915, p. 4.

51 « Poet and Proletariat », The Herald, 21 novembre 1914, p. 7.

52 Jethro Bithell constitue un médiateur essentiel dans la diffusion du symbolisme belge dans le monde anglo-saxon.

53 Contemporary Belgian Poetry, select. and trans. by Jethro Bithell, Londres/New York, The Walter Scott Publishing Cy, 1911 et Bithell (Jethro), Contemporary Belgian Literature, Londres, Fisher Unwin, 1915.

54 « Verhaeren of the Germans », The Times Literary Supplement, 17 décembre 1914, p. 570.

55 Ainsi que le note un journaliste qui se rend chez lui pour l’interviewer : Thorold (Algar), « M. Verhaeren interviewed », The Morning Post, 7 janvier 1915, p. 2. Dans cette interview, Verhaeren présente la littérature belge à travers son précurseur (De Coster) et les écrivains de sa génération avant d’évoquer son œuvre personnelle et, en particulier, Le Cloître.

56 Aron (Paul), « Émile Verhaeren : un Européen devant la guerre », dans Astier (Colette) et Grève (Claude de), éd., L’Europe, reflets littéraires, Paris, Klincksieck, 1993, p. 381-388.

57 « Miscellany », The Manchester Guardian, 30 novembre 1916, p. 3.

58 « The Spirit of Belgium. M. Émile Verhaeren and the future », dans Birmingham Gazette, 21 janvier 1915, p. 4.

59 « M. Émile Verhaeren », dans The Manchester Guardian, 19 novembre 1914, p. 5.

60 « Miscellany », The Manchester Guardian, 20 novembre 1914, p. 5.

61 « Belgium’s National Poet », dans The Birmingham Daily Mail, 21 janvier 1915, p. 4.

62 « Verhaeren. The Poet of The Industrial World », dans The Yorkshire Post, 16 novembre 1914, p. 6.

63 Verhaeren (Émile), « A Traveller’s Impressions of Manchester », The Manchester Guardian, 26 novembre 1914, p. 12.

64 « Notes of the month », Welsh Outlook, volume 1, no 11, novembre 1914, p. 457.

65 Mansell Jones (Percy), Émile Verhaeren. A Study in The Development of His Art and Ideas, Cardiff / London, The University of Wales Press Board / Humphrey Milford, 1926. Le même a notamment publié une comparaison de Verhaeren avec Walt Whitman (Aberystwyth Studies, volume ii), un compte rendu de la conférence à Aberystwyth (The Dragon : The Magazine of the University College of Wales, volume xxxvii, février 1915).

66 Van de Woestijne (Charles), « A Belgian sculptor: George Minne », Welsh Outlook, volume 2, no 5, mai 1915, p. 195-197.

67 « Aéroplanes sur Bruxelles. Aeroplanes over Brussels », Welsh Outlook, volume 1, no 12, décembre 1914, p. 517; « Les Pauvres » (traduit par P. Mansell Jones), Welsh Outlook, volume 1, no 5, mai 1914, p. 217.

68 « Notes of the month », Welsh Outlook, volume 1, no 12, décembre 1914, p. 497. À ce sujet, on lira Vincentelli (Moira), « The Davies family and Belgian refugee artists and musicians in Wales », The National Library of Wales journal, volume 22, no 2, hiver 1981, p. 226-233.

69 Avec Maeterlinck, tous trois voient leurs portraits publiés comme « Great Belgians », Welsh Outlook, volume 1, no 10, octobre 1914, n. p.

70 Mansell Jones (Percy), « Welsh industrial landscapes », The Welsh Outlook, volume 18, no 6, juin 1931, p. 156.

71 « Notes of the month », Welsh Outlook, volume 1, no 12, décembre 1914, p. 497.

72 Mansell Jones (Percy), « Poet of Flanders and Industrial England », The Manchester Guardian, 21 mai 1955, p. 5.

73 The Manchester Guardian, 20 juin 1946, p. 4. Sa monographie, tardivement traduite et publiée en 1992 par les éditions du Mercure de France, est tirée de sa thèse The Life of Émile Verhaeren, University of London (Senate House), 1950.

74 M[ansell] J[ones] (Percy), « Émile Verhaeren (Concluded) », Welsh Outlook, volume 1, no 11, novembre 1914, p. 465.

75 « Notes of the month », Welsh Outlook, volume 4, no 1, janvier 1917, p. 7.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photos de la représentation du Cloister au Gaiety Theater de Manchester (Daily Sketch, 3 mai 1910)
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/2768/img-1.png
Fichier image/png, 83k
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/2768/img-2.png
Fichier image/png, 63k
Titre Photo d’Esme Percy Saville en Dom Marc, envoyée à Verhaeren par l’acteur (AML, Bruxelles, ML 6131/1)
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/2768/img-3.png
Fichier image/png, 79k
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/2768/img-4.png
Fichier image/png, 167k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Dessy, « Les vies britanniques de Verhaeren (1889-1916) », Textyles, 50-51 | 2017, 119-137.

Référence électronique

Clément Dessy, « Les vies britanniques de Verhaeren (1889-1916) », Textyles [En ligne], 50-51 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2768

Haut de page

Auteur

Clément Dessy

Université libre de Bruxelles/University of Oxford

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals