Navigation – Plan du site
Au temps de Verhaeren. Varias

La correspondance d’Albert Mockel à André Fontainas (1896-1914)

Marie Dossin
p. 139-160

Texte intégral

  • 1 Le corpus s’étend du 20 mars 1896 au 12 mars 1947 et comporte deux cent trente-quatre lettres. L’en (...)

1En 2012, en vue de l’élaboration du Cabinet André Fontainas, la totalité des lettres d’Albert Mockel à ce dernier a été déposée à la Réserve précieuse de l’Université libre de Bruxelles (ulb)1. C’est en effet dans cette institution que les deux écrivains symbolistes ont noué des liens qui ne se briseront qu’à la mort du créateur de La Wallonie. Cet échange épistolaire s’enracine dans l’intimité des cercles symbolistes belges et parisiens et permet de (re)découvrir les réseaux et les conceptions littéraires des correspondants.

  • 2 Dossin (Marie), Amitiés symbolistes. Édition critique des lettres d’Albert Mockel à André Fontainas (...)
  • 3 Notamment Van Lerberghe (Charles), Lettres à Albert Mockel (1887-1906), édition établie, présentée (...)

2La période que nous nous proposons d’étudier ici, à partir d’un travail éditorial critique d’une partie de cette correspondance2, couvre les années antérieures à 1914, entre la mort de Mallarmé et la création de l’Académie Mallarmé. Cette période reste peu documentée par les autres correspondances éditées des deux auteurs3 : leurs missives n’en constituent pas moins un témoignage riche et précieux. Albert Mockel et André Fontainas évoquent, dans leurs écrits épistolaires, leurs réseaux d’amitiés et plusieurs stratégies d’intégration dans le champ littéraire parisien. Si ces lettres apportent un éclairage utile sur leur position de médiateurs entre la France et la Belgique, où ils furent tous deux actifs, elles constituent aussi un laboratoire poétique qui permet aux deux auteurs d’échanger des lectures critiques de leurs œuvres respectives et de discuter leurs conceptions esthétiques.

Les enjeux d’une sociabilité belge à Paris

  • 4 Bolsée (Berthe), Albert Mockel. Animateur de la « Wallonie » et musicien subtil du Symbolisme, Brux (...)
  • 5 Fontainas (Anne-Romaine) et Fontainas (Adrienne), « André Fontainas, notice biographique et bibliog (...)
  • 6 Dans les limites décrites dans Aron (Paul) et Denis (Benoît), « Réseaux et institution faible », da (...)
  • 7 Hulin (Nadine), La Correspondance d’André Fontainas à Albert Mockel, mémoire présenté en 1968, volu (...)
  • 8 La résistante belge consacra sa thèse de doctorat à l’œuvre d’André Fontainas : Bervoets (Marguerit (...)
  • 9 Aron (Paul), « Pour une description sociologique du symbolisme belge », dans Soncini Fratta (Anna), (...)
  • 10 Fontainas (Anne-Romaine) et Fontainas (Adrienne), « André Fontainas, notice biographique et bibliog (...)
  • 11 Licari (Carmen) et Soncini Fratta (Anna), André Fontainas et ses amis belges. Avec des lettres inéd (...)

3En 1891, Albert Mockel s’installe à Paris4, deux ans après André Fontainas, parisien d’origine5. Intimement liés à la France et à la Belgique, les correspondants font régulièrement état du développement d’un double réseau de relations : ils appartiennent à la fois au champ littéraire français et au sous-champ belge6. Ils n’ont toutefois pas exactement le même statut. Si les origines belges d’Albert Mockel semblent bien établies, celles d’André Fontainas ont plusieurs fois fait débat7 et ce, déjà parmi ses contemporains qui tentèrent de le rallier à l’une ou l’autre patrie. Mockel et les Belges le rappellent sans cesse à ses années passées en Belgique, notamment en lui écrivant en marollien (lettres 46 et 48, septembre 1910). Marguerite Bervoets (1914-1945)8, comme Fontainas lui-même (dans Confession d’un poète), plaide plutôt pour la nationalité française, officielle. D’un point de vue sociologique9, Fontainas est proche du statut des symbolistes français : il est fonctionnaire à la ville de Paris10, ce qui lui vaut l’appellation de « ô fonctionnaire » par Maeterlinck (lettre 39, 7 janvier 1909), et ne dispose d’aucune rente par ailleurs. Cependant, c’est à Bruxelles qu’il est entré en littérature, contribuant au développement du symbolisme belge, même si son activité de poète est sans doute moins reconnue que son activité de critique (lettre 7, 27 juin 1902). C’est d’ailleurs dans le cadre de cet exercice qu’il effectue de fréquents aller-retour entre France et Belgique. Il trouve donc dans les deux pays une « double patrie d’élection. »11

4Cette position singulière des deux auteurs, participant à la vie littéraire des deux pays et favorisant les échanges et interactions, explique leurs stratégies. Défenseur de la culture française en Belgique, Mockel cherche à mettre en lumière certains compatriotes dans le champ parisien. Fontainas, pour sa part, en parallèle d’un cercle d’amis symbolistes parisiens, a développé une sociabilité nourrie en Belgique, d’autant plus précieuse que la survivance du mouvement littéraire y fut bien plus pérenne.

5Mockel et Fontainas défendent tous deux une vision internationale englobant les littérateurs belges et français sous une langue et une culture communes. Le premier écrit à Fontainas :

Je suis, dis-tu poète français. Je crois bien. Ce m’est une raison de plus pour aimer et défendre la culture française, notre véritable fortune. Je suis, par conséquent, patriote à ce point de vue et patriote français ; et c’est comme tel que je suis, si tu veux, patriote wallon, – parce que la Wallonie m’est chère assurément, (d’ailleurs je lui ai donné son nom), parce qu’elle représente pour moi l’ambiance natale –, mais surtout parce qu’elle représente la culture française aux lieux où cette culture a le plus besoin d’être défendue. (lettre 56, 8 décembre 1911)

  • 12 Fontainas (André), Mes souvenirs du symbolisme, préface et notes d’Anna Soncini Fratta, Bruxelles, (...)
  • 13 Fonainas (Adrienne), « La vie d’Edmond Deman », dans Laoureux (Denis), dir., Impressions symboliste (...)
  • 14 L’éditeur bruxellois, qui publia de nombreux ouvrages d’auteurs symbolistes belges et français (Mal (...)
  • 15 Dozo (Björn-Olav) et Marneffe (Daphné de), « Réseaux et souvenirs littéraires : le cas d’André Font (...)
  • 16 Voir Pingeot (Anne) et Hoozee (Robert), éd., Paris-Bruxelles, Bruxelles-Paris. Réalisme, impression (...)

6Le second défend aussi ces conceptions dans ses Souvenirs du symbolisme12. Pourtant, dans les faits, il est essentiel pour les Belges de développer des stratégies afin d’acquérir une reconnaissance dans le champ éditorial parisien, la Belgique symboliste faisant à l’époque face à de nombreuses difficultés – l’exemple d’Edmond Deman13 est à ce titre représentatif14. Les missives travaillées témoignent de la place particulière occupée par les correspondants vis-à-vis des deux champs littéraires et leur permettent de créer un pont entre les deux pays. En 2005, Björn-Olav Dozo et Daphné de Marneffe ont montré que Mes souvenirs du symbolisme d’André Fontainas plaçaient ce dernier dans l’épicentre de différents lieux de sociabilité (les cénacles et les revues littéraires)15. Son rôle de « passeur »16 n’est plus à démontrer. Les lettres nous en fournissent des preuves concrètes. Fontainas est notamment intervenu en faveur de son correspondant pour la publication des Contes pour les enfants d’hier dans le Mercure de France en 1907 (lettre 34, 20 novembre 1907).

  • 17 Mockel souligne que ce pseudonyme – en réalité Demasy était le nom de jeune fille de la mère du dra (...)

7Mockel joue également, à sa façon, le rôle d’intermédiaire. Lorsque Léopold Paulus (1884-1974) part à la conquête de la capitale française, il s’adresse à Mockel pour l’aider à se faire un nom. Outre le fait de lui avoir suggéré le surnom de Paul Demasy17, l’écrivain liégeois a contacté pour lui Fontainas afin de l’introduire dans le champ parisien (lettre 32, 11 octobre 1907). Maurice Gauchez (1885-1957) écrivit, en 1903, un poème en l’honneur de Fontainas qu’il envisageait de faire publier dans le Mercure de France. À nouveau, Mockel se fit le relais entre Gauchez et Fontainas, et écrivit à ce dernier : « J’ai déjà eu l’occasion d’écrire à Gauchez que je ne pouvais rien au Mercure, sinon peut-être prier Valette [sic] de hâter la solution qui interviendra. » (lettre 16, 21 ou 22 décembre 1903) À cette époque, les Belges s’adressent à Mockel comme à un « demi-parisien » (lettre 43, 22 novembre 1909), susceptible d’intercéder auprès de ses contacts – Fontainas en particulier – pour aider ses compatriotes à se faire un nom dans la capitale éditoriale francophone de l’époque. Le poète parle de lui rétrospectivement en ces termes :

  • 18 Mockel (Albert), « Une dette des poètes », dans Mercure de France, n° 899, tome cclxiv, 1er décembr (...)

Fixé à Paris après avoir dirigé une revue de Belgique, j’étais voué par le sort aux fonctions effacées d’un agent de liaison. Certes, le nom de Rodenbach n’était ignoré dans aucun cénacle parisien ; celui de Maeterlinck était célèbre depuis La Princesse Maleine. Mais j’eus la joie de faire connaître par le Mercure les premières œuvres de Verhaeren, toutes éditées à Bruxelles, et encore isolées des liseurs par des tirages restreints.18

  • 19 Licari (Carmen) et Soncini Fratta (Anna), André Fontainas et ses amis belges. Avec des lettres inéd (...)
  • 20 Fontainas (Adrienne), Mallarmé et ses amis belges, Bruxelles, Éditions de l’Ambedui, 2000, p. 10.
  • 21 Licari (Carmen) et Soncini Fratta (Anna), André Fontainas et ses amis belges. Avec des lettres inéd (...)

8Les lettres font aussi écho aux dîners belges organisés par les auteurs installés à Paris. En effet, à la même époque que Fontainas et Mockel, Maurice Maeterlinck, Émile Verhaeren et Eugène Demolder s’installent dans la capitale française : « […] la colonie belge s’est reconstituée dans sa presque totalité »19. Dans le cénacle mallarméen, nos correspondants sont repérés comme « belges »20. Suite à la dissolution des mardis, ils éprouvent le besoin de se réunir et organisent leurs dîners « belges ». En plus de nos correspondants sont conviés Demolder, Maeterlinck, Verhaeren et Van Rysselberghe. L’admiration et l’amitié qui liaient ces six grandes figures du monde culturel de l’époque transparaissent non seulement dans l’échange épistolaire ici étudié, mais aussi dans l’ensemble de leurs correspondances respectives et dans les hommages multiples présents dans les œuvres de chacun. Ce réseau amical et les affinités littéraires et artistiques qui réunissent ses membres conduisent Mockel à désigner leur groupe par la dénomination des « Parisiens de Belgique » (lettre 10, 15 mars 1903). Ils « se fréquentent assidûment, visitent ensemble les musées parisiens, rencontrent les artistes. L’enthousiasme renaît. Et l’on croit revivre l’atmosphère de Bruxelles dix ans auparavant. »21

  • 22 Ibidem, p. 93.
  • 23 Mockel (Albert), « Le mémorial Émile Verhaeren à Saint-Cloud », dans Bulletins de l’arllf, tome x, (...)

9Le 31 janvier 1902, Verhaeren écrit ainsi à Fontainas : « Cordialement je suis des vôtres et je me fais fête de tuer le veau gras mutuellement avec vous tous. Pour l’instant cependant je suis assez nerveux et je crains fort de ne pouvoir assister à votre première réunion. »22 C’est donc à cette date que semble commencer le cycle des dîners mensuels que Mockel qualifie d’« intimes » dans un discours à la mémoire de Verhaeren23. Ces dîners semblent avoir été organisés à tour de rôle par chacun des membres en présence. Mockel y tenait vraisemblablement une place centrale puisque c’est à lui que Demolder ou Maeterlinck s’adressent pour convier Fontainas.

  • 24 Expression argotique pour « marchand de vins ».
  • 25 Laisney (Vincent), « Cénacles et cafés littéraires : deux sociabilités antagonistes », dans Revue d (...)

10Les lettres nous permettent donc de mieux comprendre la nature et le déroulement de ces réunions. Les participants ne se contentent pas de n’importe quel établissement : « […] la réunion est pour samedi prochain, nul jusqu’ici n’objectant. Mais je ne sais encore où elle aura lieu, et il faut que je m’informe, car le délicieux petit restaurant de chand de vins24 est transformé en un ignoble zinc où l’on ne mange pas. » (lettre 6, 20 avril 1902) Les Belges se retrouvent chez un marchand de vins de la rue Saint-Augustin (lettre 18, 15 mars 1904) ou au restaurant Weber (lettre 22, 29 novembre 1904), c’est- à-dire dans des établissements plutôt mondains de la rive droite, le dernier établissement impliquant une sociabilité « chic » et une « forme dérivée du modèle cénaculaire »25.

  • 26 Van Lerberghe (Charles), Lettres à Albert Mockel (1887-1906), op. cit., tome 2, p. 139.
  • 27 Selon la différence mise en exergue par Vincent Laisney dans Laisney (Vincent), « Cénacles et cafés (...)

11Pourtant, les réunions ne se déroulaient pas tout à fait dans une ambiance semblable aux rencontres de type cénaculaire. En effet, les établissements publics entraînaient une sociabilité plus ouverte. Charles Van Lerberghe, invité à ces réunions à titre exceptionnel, s’offusque des oreilles indiscrètes26 et considère qu’y participer revient à « s’exhiber » (lettre 23, 21 décembre 1904) dans le monde. Les discussions étaient en outre variées et ne concernaient pas une école ou une doctrine artistique commune, contrairement au cénacle mallarméen des années précédentes. Cependant, l’organisation s’inscrit dans la logique du cénacle27 : les participants se retrouvent entre Belges uniquement, dans un environnement plutôt silencieux, « tranquille » (lettre 18, 15 mars 1904), à l’inverse des réunions plus bruyantes dans les cafés littéraires – les dîners du quatorze par exemple – auxquelles les correspondants participeront également (lettre 26, 14 juin 1906). Le choix du grand restaurant mondain n’est donc pas dû au hasard et les affinités littéraires et artistiques entre Demolder, Fontainas, Maeterlinck, Mockel, Van Rysselberghe et Verhaeren se trouvent renforcées à cette époque par ces rencontres régulières : les éloges, dédicaces, hommages et illustrations mutuelles en sont les preuves.

Du public à l’intime : des sociabilités partagées

12À partir de 1908, les noms et les cercles évoqués dans le corpus se modifient petit à petit. Mockel ne fait plus état que de quelque dîner belge et la fréquence des noms des participants diminue drastiquement. C’est plutôt Stuart Merrill, ami de longue date de Fontainas, qui occupe la troisième place d’un triangle amical qui se définit plus précisément au fil des missives.

  • 28 Henry (Marjorie Louise), Stuart Merrill. La contribution d’un Américain au symbolisme français, thè (...)
  • 29 Merrill (Stuart), Lettre à Albert Mockel, Saint-Tropez, 26 décembre 1908, Bruxelles, Archives et Mu (...)
  • 30 Merrill (Stuart), Lettre à Albert Mockel, Forest, 8 avril 1912, Bruxelles, Archives et Musée de la (...)

13Les dîners plus intimes, auxquels le poète André-Ferdinand Herold prend également part, deviennent des sujets de prédilection dans les lettres du poète symboliste. Il écrit notamment en 1910 : « Donc, mon cher André, nous t’attendons samedi ; et comme cela met un peu plus de temps devant nous, nous en profiterons pour convier, avec les Stuart, Ferdinand et Marguerite. » (lettre 45, 17 mai 1910) En témoignent aussi les vacances à la mer du Nord ou dans le sud de la France partagées par les Mockel et les Merrill. Le poète américain est alors dans la « période belge »28 de son existence et connaît une forme de dépression, en lien notamment avec l’état de santé de sa femme Claire. À la même époque, Mockel est lui aussi plus souvent en Belgique. Il aide en effet sa mère à déménager entre Liège et Bruxelles. Ces circonstances font que les trois écrivains entretiennent des relations épistolaires « croisées ». Mises en parallèle, ces missives nous donnent une vision assez claire de leurs relations : Fontainas raconte à Merrill le déroulement de l’opération de Mockel en 190829 ; Merrill relate ses dîners avec Fontainas à Mockel et l’y invite30, etc. Leur forme de sociabilité ne relève pas seulement du partage esthétique (comme durant les mardis de Mallarmé) ou de l’identité commune (comme pour les dîners belges), elle repose essentiellement sur l’amitié. Mockel écrit à Fontainas, en 1908, juste avant de rentrer dans la salle d’opération : « Au moins, je n’oublierai pas de te remercier, toi, de ton amitié attentionnée. Elle me touche beaucoup mon cher André ; et je pense parfois que j’ai eu bien de la veine d’avoir à subir cette opération, puisqu’elle m’a fait mieux sentir l’affection de Merrill et la tienne, et mon attachement pour vous deux. » (lettre 39, 7 janvier 1909)

  • 31 Conrardy (Charles), Albert Mockel, Bruxelles, Le Thyrse, 1953, p. 13-19.
  • 32 Verhaeren (Émile), « Commentaires sur une polémique », dans Le Masque, série 2, n° 1, 1912, p. 351, (...)
  • 33 Voir Mockel (Albert), Lettre à Louis Delattre, Bruxelles, 21 juin 1910, Bruxelles, Archives et Musé (...)
  • 34 Champagne (Paul), Essai sur Albert Mockel, contribution à l’Histoire du Symbolisme en France et en (...)

14Dans ce climat d’intimité, Mockel participe à de nombreuses réceptions et en organise de son côté, y conviant son correspondant. Les témoignages de Conrardy31 et de Verhaeren32 nous incitent à rapprocher l’organisation de ces événements de celle de salons littéraires. Cette tendance s’accentue lorsque Mockel déménage à Rueil-Malmaison, en périphérie parisienne, peu avant juin 191033. Cependant, l’écrivain liégeois « est resté dans l’enceinte sacrée, on ne le rencontre qu’avec ses pareils »34 et les rencontres prennent souvent un caractère amical.

  • 35 Voir Gide (André) et Mockel (Albert), Correspondance (1891-1938), op. cit., p. 89.
  • 36 Voir « Table chronologique de la revue de la quinzaine », dans le Mercure de France, tome 192, n° 6 (...)

15Marie Mockel (1865- ?), l’épouse de l’écrivain, dotée d’un capital relationnel important, joue un rôle primordial dans ce milieu symboliste où la logique familiale prime. Nièce du compositeur Étienne Ledent, cantatrice, professeure de chant, elle fait partie du milieu artistique et culturel de l’époque35, et se produit lors des représentations à Paris, en Belgique et même chez elle – dans le cadre du salon36. Marie offre à son époux un entourage musical, auquel Fontainas ne prend jamais part (lettre 23, 21 décembre 1904).

  • 37 Voir Mercure de France, octobre/novembre/décembre 1903, p. 856-857.

16Le couple s’affiche aussi en tant que tel dans les lieux de rencontres que constituent les conférences. Les sujets musicaux sont traités par Mockel et illustrés par sa femme (lettre 49, 2 avril 1911). En 1903, ils créent ensemble une école d’art au 18 de la rue Fourcroy à Paris, tout près de leur domicile de la rue Léon Cogniet37. Cette bâtisse est un lieu de rencontres, où Mockel invite Fontainas et d’autres auteurs le lundi (lettre 15, 16 décembre 1903).

  • 38 Voir Audel (Stéphane), « Souvenirs sur Albert Mockel et Georgette Leblanc », dans Audace, n° 1, 16e (...)

17Marie intègre Mockel dans son entourage propre et est pleinement associée à celui de son mari. C’est elle par exemple qui accueille les invités de la Malmaison, en turban et cigarette à la main, alors que le maître des lieux ne s’en sent pas toujours le courage38. Mais toutes les épouses de ce cercle d’écrivains y jouent un rôle. Ainsi, il leur arrive de représenter leurs maris respectifs lors d’événements importants. André Fontainas dédicace son roman L’Indécis à Marie Mockel en 1903, Gabrielle Fontainas écrit régulièrement à Albert Mockel, les épouses sont souvent présentes aux différents dîners, que leurs époux y participent ou pas. Ces relations familiales sont encore renforcées par les rencontres entre les enfants des auteurs : Robert Mockel et Ferdinand Fontainas correspondent notamment à l’occasion de leurs vacances (lettre 12, 19 décembre 1903).

Une amitié littéraire

  • 39 Kaufmann (Vincent), L’Équivoque épistolaire, Paris, Éditions de Minuit, 1990, p. 8.

18La complicité entre les deux poètes se manifeste enfin dans le contenu proprement des missives. Albert Mockel émet des avis, livre sa conception de la littérature et envoie des poèmes à son ami André Fontainas. La connaissance de son œuvre se trouve affinée grâce à l’étude du corpus. Suivant le modèle décrit par Vincent Kaufmann39, la pratique épistolaire de Mockel fonctionne comme un laboratoire littéraire : la genèse de ses ouvrages est mise en exergue, il explique ses visées poétiques et les poèmes échangés, pour la plupart non édités, sont de véritables jeux d’écriture. Fontainas est pour Mockel un réel interlocuteur : les poèmes et les exercices de style se répondent, les correspondants s’accordent sur des conceptions esthétiques communes et les critiques échangées sont toujours mutuellement constructives. Ces théoriciens du symbolisme créent, par leur échange épistolaire, un espace où ils mettent en forme leurs idées, sur l’art comme sur la littérature.

19Albert Mockel et André Fontainas sont à la fois poètes, critiques et théoriciens. Dans les lettres, Mockel évoque le passage de l’écrit poétique à la théorie esthétique et à la critique. Après avoir fait éditer son recueil Clartés en 1902, il écrit à Fontainas :

Merci de ta bonne lettre, mon cher ami. Sans même parler de tes éloges (auxquels je suis très sensible, je l’avoue,) elle m’a vraiment donné de la joie parce que tu y indiques lucidement cela même que je cherche à réaliser dans mon art : ineffable, exprimé, (car il lui faut une « forme »,) par le jeu des sonorités entrelacées et par la musique des lignes et de la lumière. Et puis, comme sentiment, une sorte de pureté juvénile, une candeur éblouie, c’est là mon idéal. (lettre 5, 18 mars 1902)

20Mockel évoque également les difficultés rencontrées dans le processus d’écriture. L’échange avec Fontainas l’incite à faire le point sur les obstacles à dépasser pour atteindre son idéal, dont il est « encore loin ». De même, lorsque Mockel fait la critique du recueil Le Jardin des Îles claires écrit par Fontainas, il n’hésite pas à revenir sur sa conception du vers libre :

  • 40 Voir l’entièreté de ces considérations dans la lettre 4 mise en annexe.

Si nous parlons technique, je remarque que ton vers libre, très libre en ses rythmes, convient à cette voix déployée. Mais où je ne suis plus d’accord avec toi, c’est lorsque je pense à ta syntaxe. Celle-ci serait mieux adaptée à des vers réguliers, à enlacements mutuels, où la pensée contourne les bornes de l’alexandrin et, pour se jouer mieux entre elles, cherche des sentiers compliqués, une logique subtile. […] Ta syntaxe m’a rappelé beaucoup celle dont Mallarmé usait dans sa prose. Il en avait besoin pour suivre de plus près, et pas à pas, les détours de son idée, et en saisir soudain le raccourci. Dans tes vers lyriques j’en comprends moins l’emploi. (lettre 4, 24 juin 190140)

21L’apport est mutuel. En effet, Mockel profite de la critique de l’ouvrage de son ami non seulement pour parler de ses conceptions esthétiques, mais aussi pour conseiller Fontainas dans ses choix formels. Tout comme la critique de Fontainas permet à Mockel de dépasser ses difficultés, Fontainas trouve pour sa part des éclaircissements sur son œuvre. Dans sa lettre, Mockel lui « parle sincèrement, comme à un poète de qui les grands dons ne peuvent être mis en doute, mais qui, au contraire, les meut tous ensemble en une foule si dense qu’ils s’écrasent de leurs masses vivantes » (lettre 4, 24 juin 1901). En définitive, la correspondance fait émerger un discours sur l’esthétique poétique des deux poètes, ainsi que sur l’évolution de leur pratique.

  • 41 Fontainas (André), Lettres à Albert Mockel, Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, cote fs (...)
  • 42 Voir par exemple la lettre 7 en annexe.

22En outre, Mockel envoie à Fontainas de nombreuses missives qui prennent une forme poétique. Précisons que pour la plupart de celles-ci, nous avons trouvé les réponses correspondantes de la part de Fontainas41, ce qui témoigne sans doute de la valeur que leur destinataire leur accordait. Les poèmes partagés par les correspondants ne peuvent se comprendre que lorsque sont pris en compte à la fois le milieu dans lequel les deux hommes évoluent et les événements culturels de leur temps. En effet, les correspondants y mettent en scène des personnalités qui les entourent en déformant leurs noms et l’actualité littéraire devient prétexte à des jeux d’écriture. Dans ces petits poèmes à visée humoristique, c’est l’amitié des deux poètes qui transparaît. Le partage de poèmes pousse véritablement nos deux correspondants à l’écriture dans un réel dialogue poétique42. Quand l’un écrit en vers, l’autre se doit de faire écho à cette forme d’expression.

  • 43 Ce texte parodiait le style des écrivains proches de Mockel et en particulier celui de Fontainas.
  • 44 Voir les lettres 42 et 58 reprises en annexe.
  • 45 Crucitti Ullrich (Francesca Bianca), La Littérature belge d’expression française au miroir de la co (...)
  • 46 Ibidem.
  • 47 Voir Aron (Paul), « Les pastiches de la revue Le Masque (1910-1914) », dans Herman (Jan), Tack (Lie (...)

23Ces écrits révèlent une autre facette de nos poètes. Dans la seconde partie du corpus, à partir de 1909, Mockel travaille sur un pastiche43 en l’honneur de plusieurs auteurs dont le prénom est « André », L’Andréide44, qu’il dédie à son ami, cité dans le premier vers. Au départ uniquement transmis à Fontainas, Mockel a le projet de le faire publier dans Le Masque45. Toutefois, une fois sorti de l’intimité de la correspondance, le pastiche, blague entre amis, ne doit pas être associé au nom de l’auteur au risque d’être « déshonoré » : il demande donc à Marlow d’être publié sous pseudonyme46. Le poème sort de l’oubli au travers de cette correspondance, puisqu’il n’est jamais paru dans Le Masque, Marlow l’ayant perdu47.

24Une grande connivence littéraire lie donc les correspondants, renforcée par le fait que Mockel trouve en Fontainas un lecteur idéal. Ce rapprochement, affiché par les auteurs dans les lettres, est aussi reconnu par leurs contemporains. Les critiques exposées nous font entrer dans un échange et dans une co- construction poétique : les deux symbolistes, qui ont participé aux mêmes cercles littéraires, trouvent en l’autre un confident littéraire attentif et sincère. L’échange régulier de poèmes conservé jusqu’à aujourd’hui ne se conçoit que dans l’optique d’une intimité partagée et d’une grande proximité entre les deux hommes.

25Intimes dès la première lettre, Albert Mockel et André Fontainas se sont croisés et connus au travers de leur engagement au sein du mouvement symboliste. Leurs liens se sont renforcés progressivement, nourris par leur proximité littéraire et par le partage d’événements de vie, heureux ou douloureux. Leurs familles, et plus particulièrement leurs épouses, ont contribué activement au rapprochement entre les deux auteurs. L’amitié entre ces derniers est la toile de fond sur laquelle s’inscrivent la confiance et l’intimité qui donnent aux lettres de Mockel toute leur richesse. Sans ces dimensions, les correspondants n’auraient pas pu entretenir un tel échange littéraire empreint de franchise, ni se faire ouvertement écho de critiques concernant leurs propres œuvres. Ils n’auraient pu, non plus, dans une démarche complice, soutenir leur investissement dans leurs activités de sociabilité en lien avec le symbolisme. Ils ont exercé un rôle fondamental de médiation, d’agents de liaison entre la Belgique et la France, faisant connaître ou mettant en exergue les œuvres de nombre de leurs contemporains. La correspondance, espace d’expression privilégié de l’intimité, rend manifestes tous ces aspects de leur relation. Durant les trente années qui suivirent les lettres ici étudiées, l’échange épistolaire se poursuit et continue à rendre compte de l’implication des correspondants dans différentes initiatives, comme l’Académie Mallarmé. Ce témoignage est toujours dans l’attente d’une mise en lumière.

Annexes

1) Extrait de la lettre 4 de Mockel à Fontainas, Florence, 24 juin 190148

  • 48 Mockel (Albert), Lettre à André Fontainas, Florence, 24 juin 1901, Bruxelles, Fonds de la Réserve p (...)
  • 49 Fontainas (André), Le Jardin des Îles claires, Paris, Éditions du Mercure de France, 1901.
  • 50 C’est aussi l’avis de Stuart Merrill qui écrit à propos de l’ouvrage Jardin des Îles claires : « Ja (...)
  • 51 Deux critiques de l’ouvrage énoncées par Stuart Merrill rejoignent quelque peu celles faites ici pa (...)

Tu n’as pas travaillé, me dis-tu, mais je viens de recevoir de Paris, avec une affectueuse dédicace, un beau livre. Je ne crois pas que tu aies été jamais plus lyrique que dans ce Jardin des Îles claires49. La voix y chante largement toutes ses notes, et j’aime l’élan des grandes ondes que tu laisses rouler dans ce courant sonore. Pour moi, le lyrisme est une qualité si haute qu’elle peut à elle seule remplacer toutes les autres, – celles que tu as aussi. Pourtant je n’admire pas tout dans ton livre, ou plutôt il me paraîtrait plus parfait si tu y laissais plus de place à tes dons anciens d’architecture, de gradation, de perspective. On est un peu noyé dans la richesse toujours renouvelée de tes images ; elles se succèdent trop vite pour que l’on voie chacune des vagues se dresser dans toute son ampleur ; pour tout dire, je crois qu’en se pressant ainsi elles se heurtent parfois et empêchent le bord de la plus haute d’entre elles. Beau défaut certes, que celui-là, on s’en corrige aisément : il suffit de tarir un peu la générosité du génie inventif qui fait bouillonner trop d’écume. Je te parle sincèrement, comme à un poète de qui les grands dons ne peuvent être mis en doute, mais qui, au contraire, les meut tous ensemble en une foule si dense qu’ils s’écrasent de leurs masses vivantes. Il y a en toi comme une jeunesse nouvelle, un lyrisme plus véhément, que j’admire, et dont ce livre dit l’énorme tumulte50. Si nous parlons technique, je remarque que ton vers libre, très libre en ses rythmes, convient à cette voix déployée. Mais où je ne suis plus d’accord avec toi, c’est lorsque je pense à ta syntaxe. Celle-ci serait mieux adaptée à des vers réguliers, à enlacements mutuels, où la pensée contourne les bornes de l’alexandrin et, pour se jouer mieux entre elles, cherche des sentiers compliqués, une logique subtile. Ici, quand la bouche s’ouvre pour un chant sans mesure, directement jailli, je crois que les formes les plus simples du langage sont les meilleures et les plus expressives. Ta syntaxe m’a rappelé beaucoup celle dont Mallarmé usait dans sa prose. Il en avait besoin pour suivre de plus près, et pas à pas, les détours de son idée, et en saisir soudain le raccourci. Dans tes vers si lyriques j’en comprends moins l’emploi51.

  • 52 Deux poèmes faisant partie de la section « Quatre petits poèmes des saisons », dédiée à Alfred Vall (...)
  • 53 Fontainas y évoque les Sporades, la Sicile, Théocrite, Virgile, les Antilles, l’Insulinde, Nippon, (...)

Ce qui m’a frappé le plus et ce que j’aime le mieux dans ton livre, c’en est la seconde moitié. Avant cela, je choisis Octobre, (et décembre dont le sentiment est délicat et fort, la plastique excellente52. Parmi les cinq petits poèmes de la mer, le deuxième, le troisième surtout, et le cinquième (surtout la 1re strophe). Les Vents : ici j’aime la beauté du symbole et la grande évocation du vent lui-même ; mais le poème serait plus complet si tu montrais plus clairement les aigrettes solidifiées du givre ; il faudrait là quelque chose de moins mobile, et le début, avec son idée compliquée des fontaines, détourne d’en bien voir l’image. Mais ce qui m’a ravi, c’est la Pluie. Toutes tes images ici sont expressives, chantantes et limpides. Tu en as trouvé de charmantes, et elles se déploient surtout avec liberté dans le cœur des poèmes, lorsque tu t’abandonnes à une syntaxe plus simple qu’au début. Enfin les Îles sont une très belle page, où j’aime à choisir entre toutes les deux dernières strophes. Malgré le fait des noms propres (mais ils sont choisis tous admirables)53, il y a une évocation de rives merveilleuses, de lointains infinis d’ors, de fleurs, et de clartés argentines. Voilà, mon cher André, l’avis sincère et détaillé d’un vieux compagnon qui a lu ton livre avec le double soin de l’amitié et de l’admiration ; le poète que tu es, et l’ami dont je sens l’affection, méritent bien les deux. À présent je te félicite en te serrant les mains, et j’espère qu’une lettre nouvelle, d’ici quelque temps, te montrera apaisé de ton chagrin et tout prêt au travail.

  • 54 Gabrielle Herold (1867-1936) était la sœur du dramaturge André Ferdinand Herold. Elle a épousé Andr (...)

Albert Mockel
mes meilleurs hommages à ta femme54.

2) Lettre 7 de Mockel à Fontainas, Paris, 27 juin 190255

  • 55 Mockel (Albert), Lettre à André Fontainas, Paris, 27 juin 1902, Bruxelles, Fonds de la Réserve préc (...)

26Reçu 27 juin 1902

  • 56 Par cette formule, Mockel se moque du Parnasse, groupement poétique de la seconde moitié du xixe si (...)

Sonnet déprécatoire
des fatalités patagonnes
(Selon la formule bas-parnassienne56)

  • 57 Gustave Kahn (1859-1936) est un théoricien du vers libre et un historien du symbolisme. Il est l’au (...)
  • 58 Mockel fait allusion à l’article de Gustave Kahn dans La Nouvelle revue, en mai-juin 1902, paru en (...)
  • 59 Robert de Souza (1865-1946) était un grand défenseur du symbolisme. Poète, il s’illustra aussi dans (...)
  • 60 Cette citation est issue de la revue La Renaissance latine de mai-août 1902. Dans la rubrique « les (...)

« Mr Kahn57 déplore de ne pas voir compté parmi les poètes contemporains mr Mockel58… Pourquoi pas mmis Fontainas et de Souza59… bas-patagon
(La Renaissance latine)60

Fière plus qu’homme d’Aragon,
Tendre comme une cavatine…
– Oh volupté qui nous satine
Une âme propice à Dagon !

Plus sapide que l’estragon
Dont l’âcre arôme ratatine
(mais foin de l’ode gélatine)
Jusqu’à la langue du dragon ;

Précieuse, sœur du platine.
(Rêve, princesse palatine,
Aux trésors du cruel Magon !)

Oh joie ! Oh fièvre ! – Oh Scarlatine !
C’est la Renaissance latine,
Mon bon frère en bas-patagon

Albert Mockel

Réponse d’André Fontainas61

  • 61 Fontainas (André), Lettre à Albert Mockel, s.l., s. d., cote fsm ii – 36/1. Cette réponse est aussi (...)

27Réponse 28 juin 1902

Lisher, Diaforrin, Fagon,
Savants qui suivez la routine
Dans la Renaissante Sentine
Admettra-t-on votre jargon ?

Que dépasse tout parangon
Telle hyperbole un peu mutine
En vain à vaillance s’obstine
On n’entre pas dans le fourgon.

Toute licence pied estime
Au bellot, à la guillotine
Au grand voyage sans wagon
Ceux qui d’allure libertine

  • 62 « Bas patagon », expression employée dans l’article de La Renaissance latine, renvoie à une langue (...)

La langue gauloise ou latine
Meurt, Albert, en bas patagon.
62

3) Lettre 42 de Mockel à Fontainas, Liège, 19 septembre 190963

  • 63 Mockel (Albert), Lettre à André Fontainas, Liège, 19 septembre 1909, Bruxelles, Fonds de la Réserve (...)

28Liège, 19 septembre 1909

  • 64 Ce poème, clin d’œil ironique que fait Mockel à son correspondant, sera complété dans la lettre du (...)
  • 65 André Beaunier (1869-1925) est un critique et écrivain français. En 1912, il entre dans la Revue de (...)

Fragments de
l’Andréide64
Cxliii
Ode interrogatoire
à M. André Fontainas
Le Poète (écrivant)
Des rides, qu’au lent flot calandré font tes nasses,
La néréide prise en des réseaux tenaces
Brille ! et la mer vivant emplit ton fier panier.
Pur triomphe : on l’aurait, mon cher André, beau nier65.

  • 66 André Vésale (1514-1564) est un médecin d’origine hollandaise qui vécut sur le territoire de la fut (...)

Mais où flottent tes rêts pour la pêche idéale ?
Vas-tu courir l’Ardenne et surprendre Ève ès Alle66 ? (1)
à Reims, l’aéroplane a-t-il guidé ton sort ?

  • 67 André Bellessort (1866-1942) est un poète et journaliste français. Grand voyageur, il s’est illustr (...)

Hurrah, l’aviateur ! Vive André ! Bel essor !67
(Mais s’il ne me vient pas de rime féminine,
triste, ô mes vers, en face d’André ferez mine.)

  • 68 Charles Van Lerberghe a terminé sa Chanson d’Ève à Bouillon, chez son ami Antoine Bertrand, dans la (...)

29(1) Alle, sur la Semois, rivière très poissonneuse rendue célèbre par la « chanson d’Ève » du poète Charles Van Lerberghe68. Des commentateurs ont pris texte de ce vers pour placer à l’extrême Sud de la Belgique le lieu de naissance d’André Vésale. Détruisons en passant cette légende.

  • 69 Allusion à l’explorateur James Cook (1728-1779), qui découvrit la Nouvelle-Zélande notamment. Voir (...)
  • 70 André Van Hasselt (1806-1874) est un poète belge, flamand francophone, qui était proche du milieu d (...)
  • 71 André Rouveyre (1879-1962) était un peintre portraitiste, dessinateur et illustrateur français. Il (...)
  • 72 Karl Vollmoeller (1878-1948), fils du romaniste Charles Vollmoeler, est un poète, dramaturge et tra (...)
  • 73 André Grétry (1741-1813) est un compositeur né sur le territoire belge actuel, à Liège. Il composa (...)
  • 74 André Laurie, pseudonyme de Pascal Grousset (1844-1909), est un journaliste et écrivain français. I (...)

L’écho chante. Il t’ouït errer, pareil à Cook69 (1),
mon pauvre André, van Hasselt70 naar Schier-monnik-ook,
poursuivant, (mon portrait, je le garde sous verre),
celui qui vous fait borgne, huileux, cendré, roux. – vere71 !
Outre-Rhin, je le sais, – Vollmoeller72 me l’écrit, –
Vers toi, quand tu surviens cher André, Grete rit73 ;
et ne faut-il que, libre et nue, André, l’eau rie74
à Vichy, dans tes bras, si, naïade, elle crie ?

  • 75 Nous n’avons pas trouvé trace d’un André Jounet lors de nos recherches Il s’agit peut-être d’Albert (...)
  • 76 André Spire (1868-1966) est un poète juif militant français, engagé contre l’antisémitisme, et proc (...)
  • 77 Auguste Dorchain (1857-1915) est un écrivain et poète français. Il est l’auteur de Vers la lumière (...)
  • 78 Mockel fait référence à André Chénier (1762-1794), célèbre poète français et grand helléniste qui a (...)

Parcours-tu l’Helvétie ? Oh matins à Ferney !
Brume où grisolle aux cieux la calandre… et Joux naît75. (2)
Serais-tu, par régime, à la diète à Spire ?
À Saint Wandrille ? (là, Mélisande respire)76,
à Thèbe, chez Dorchain77 endormi ?… Je raillais :
Nul poète vivant ne vit André chez niais78.
. . . . . . . . . . .
Mais je songe à Lamastre, et mon âme s’agite ;

  • 79 Il s’agit peut-être d’une allusion à Louis Codet (1876-1914), romancier français qui participe à la (...)

30(1) Le lecteur est prié d’ignorer la prononciation anglaise (note de l’auteur)
(2) C’est par une erreur grossière, disons-le, par une mauvaise foi digne des pires imaginations lyriques, qu’on s’autorise de ce vers pour faire naître au bord du lac de Joux M. André Jhouney (note de M. Codet79, poète suisse).

Mais je songe à Lapras, et j’en ai l’âme algide…
(avec décision)

  • 80 Mockel fait allusion à André Gide.

Nymphes des Auvergnats, c’est chez vous qu’André gîte !80
Le poète s’arrête, et médite.
Long silence.

  • 81 Nous n’avons pas compris à qui Mockel fait référence ici.

Peu à peu, on entend au lointain
des voix de femmes, de déesses,
en qui l’on devine le plus vif désir de
chuinter les sifflantes. Mais le texte de
leur chant, composé avec un soin jaloux,
ne leur en fournit qu’une seule fois
l’occasion ; ce pourquoi elles l’interprètent
sur un mode maussade et lugubre
qui produit d’ailleurs le plus grand effet.
Chœur des nymphes auvergnates.
Non !
Il fuit jusqu’au Pôle…
… Il fuirait au Népaul…
Ton ombre fraternelle et terrible, André Paul81,
Albert Mockel

  • 82 John Ball (xive siècle) est un prêtre anglais qui prit le parti des serfs lors de la révolte de 138 (...)
  • 83 Albert Mockel était atteint de graves douleurs céphaliques qui l’empêchaient parfois de travailler. (...)

Bonsoir mon vieux.
Comme tu le vois, à
ton point d’interrogation
j’en oppose un autre.
« Espèce d’insulaire ! »
disait mon oncle, bougon, à un
anglais qui l’avait bousculé.
« Vôs-en été… ung autre ! »
riposta le John Ball, convaincu82.
Vous devriez avoir la bonne idée de me répondre
ensemble par une belle lettre
commune, Stuart et toi. La vie
est si morne, si déprimante ici,
dans la grande maison déjà un peu
vide de nous, auprès de ma mère
si tristement vieillie et que je n’ai
pu quitter pour me donner quelques jours
de grand air, craignant de la laisser seule. Et des migraines83 !

4) Lettre 58 de Mockel à Fontainas, Bruxelles, 28 juillet 191284

  • 84 Mockel (Albert), Lettre à André Fontainas, Bruxelles, 28 juillet 1912, Bruxelles, Fonds de la Réser (...)

31T.S.V.P.

  • 85 L’allusion est ici difficile à comprendre. Soit Mockel parle d’un événement qui se serait déroulé a (...)

Mon cher André
Merrill m’ayant ordonné une discrétion triplement cadenassée, je ne t’interrogerai pas au sujet de la croix de la Vallette85. Tu peux donc sans crainte et si cela te plaît, venir déjeuner vendredi prochain à midi et demi, jour et heure fixés par les Verhaeren.
À toi
Albert Mockel

  • 86 Francis Vielé-Griffin (1863-1937) est un poète né aux États-Unis. Il déménage très jeune à Paris et (...)
  • 87 Jethro Bithell, dans son livre Contemporary French poetry, édité en 1912, écrit: « and the United S (...)

Opinions : M.M. Merrill et Vielé-Griffin86, les deux plus grands poètes qu’ait produits l’Amérique Jethro Bithell87.

Parler de M.M. Merrill et -Griffin, ou autres veaux lunaires, ce n’est vraiment pas la peine.

  • 88 Maurice Cartuyvels, dit de Waleffe (1874- 1946) est un journaliste, romancier et dramaturge belge. (...)
  • 89 Voir lettre 42 au sujet de l’ « Andréiade » (ou « Andréide »).
  • 90 Andrea del Verrocchio (1435-1488) est un orfèvre, sculpteur et peintre italien de la Renaissance. I (...)
  • 91 Louis André (1838-1913) était un général français et ministre de la guerre entre 1900 et 1904. « An (...)

M. de Waleffe88.
L’Andréiade89, j’oublie depuis trop longtemps de te le révéler, s’est enrichie de deux beaux distiques :
Vous qu’une reine aima, plus dolente qu’Io,
Ô Corfou que le Deutschland révère, ô Chio90 !
Îles ! L’avez-vous vu, Gêne, Hérat, Landes, Ré ?
Rien. L’écho seul, (il semble gêné,) râle « André »91

  • 92 Andrea della Robbia (1435-1525) était un peintre et sculpteur italien de la Renaissance, s’illustra (...)
  • 93 André Legrand-Chabrier, pseudonyme d’André Legrand, est un romancier et critique français, auteur d (...)

et de deux distiques vraiment sublimes :
Sa muse ? (1) je m’éprendrais d’elle ? Haro ! Bia ! Wel !
quand je pourrai vendre Edel à Robhe, ja92 !
Et le Persan plutôt verrait sans sourciller
Le Russe le défendre et le grand Shah briller !93 (2)

  • 94 André Picard (1874-1926) était un dramaturge français prolixe qui écrivit surtout des comédies. (Ba (...)
  • 95 André Gill, ou André Gosset de Guines (1435-1525), est un peintre et dessinateur français. Il est s (...)
  • 96 Nom cité dans la première partie du poème, voir lettre 42. André Theuriet (1833-1907) est un poète, (...)

mais il y a encore ces vers que je mets dans ta bouche (au risque de t’étrangler) :
Oui ! pour Cyprès j’affronte un esclandre et pis, car je te dédie à la Polyandre épique, Art94 !
c’est pourquoi je veux suivre, en Bergamasque agile, Colombine, Arlequin, Pierrot, Cassandre et Gill(e)95
Et je garde pour la fin ce distique particulièrement
1) celle de Dorchain96.
2) Rien ne prouve que Robhe n’eût été charmé d’acheter l’île d’Edel.

On remarquera, en contraste avec la saveur marollienne de ce vers, l’impeccable pureté tragique des vers suivants.
sucré :

  • 97 André Theuriet (1833-1907) est un poète, dramaturge et romancier français qui collabora à plusieurs (...)

Ah ! Gretchen qui se meurt d’attendre te riait
Vers Hambourg… Bran d’Hambourg ! Erland, rhéteur y est97,
Et je te prie de constater qu’il est à double détente.

Haut de page

Notes

1 Le corpus s’étend du 20 mars 1896 au 12 mars 1947 et comporte deux cent trente-quatre lettres. L’ensemble a été archivé par nos soins et est consultable à la Réserve précieuse de l’ulb. Nous renverrons désormais aux lettres adressées par Mockel à Fontainas en précisant entre parenthèses le numéro de la lettre et sa date.

2 Dossin (Marie), Amitiés symbolistes. Édition critique des lettres d’Albert Mockel à André Fontainas (mars 1896-juillet 1914), mémoire de master en langues et littératures françaises et romanes, sous la direction de Laurence Brogniez, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 2014, 2 vol. 

3 Notamment Van Lerberghe (Charles), Lettres à Albert Mockel (1887-1906), édition établie, présentée et annotée par Robert Debever et Jacques Detemmerman, Bruxelles, Éditions Labor, 1986, 2 vol. ou Gide (André) et Mockel (Albert), Correspondance (1891- 1938), édition établie, présentée et annotée par Gustave Vanwelkenhuyzen, Genève, Librairie Droz, 1975.

4 Bolsée (Berthe), Albert Mockel. Animateur de la « Wallonie » et musicien subtil du Symbolisme, Bruxelles, Fondation Charles Plisnier, 1970, p. 4.

5 Fontainas (Anne-Romaine) et Fontainas (Adrienne), « André Fontainas, notice biographique et bibliographique », dans Le Livre et l’Estampe, xxxviii, n° 137, 1992, p. 107-116.

6 Dans les limites décrites dans Aron (Paul) et Denis (Benoît), « Réseaux et institution faible », dans Marneffe (Daphné de) et Denis (Benoît), Les Réseaux littéraires, Bruxelles / Liège, Le Cri / CIEL, ulb et ulg, 2006, p. 7-18.

7 Hulin (Nadine), La Correspondance d’André Fontainas à Albert Mockel, mémoire présenté en 1968, volume 1, p. xxiv.

8 La résistante belge consacra sa thèse de doctorat à l’œuvre d’André Fontainas : Bervoets (Marguerite), L’Œuvre d’André Fontainas, thèse de doctorat, Bruxelles, Palais des Académies, 1949.

9 Aron (Paul), « Pour une description sociologique du symbolisme belge », dans Soncini Fratta (Anna), éd., Le Mouvement symboliste en Belgique, Bologne, Cooperativa Libraria Universitaria Editrice Bologna, 1990, p. 55-68.

10 Fontainas (Anne-Romaine) et Fontainas (Adrienne), « André Fontainas, notice biographique et bibliographique », op. cit., p. 108.

11 Licari (Carmen) et Soncini Fratta (Anna), André Fontainas et ses amis belges. Avec des lettres inédites 1889-1948, Florence, Leo O. Olschski Editore, 1994, p. 6.

12 Fontainas (André), Mes souvenirs du symbolisme, préface et notes d’Anna Soncini Fratta, Bruxelles, Éditions Labor, 1991, p. 46.

13 Fonainas (Adrienne), « La vie d’Edmond Deman », dans Laoureux (Denis), dir., Impressions symbolistes. Edmond Deman, éditeur d’art, Namur, Musée Provincial Félicien Rops, 2011, p. 14-15.

14 L’éditeur bruxellois, qui publia de nombreux ouvrages d’auteurs symbolistes belges et français (Mallarmé, Verhaeren et Maeterlinck notamment), dut faire face à un certain insuccès et ce malgré la reconnaissance de la qualité de son travail par les artistes et écrivains de son temps.

15 Dozo (Björn-Olav) et Marneffe (Daphné de), « Réseaux et souvenirs littéraires : le cas d’André Fontainas », dans Brogniez (Laurence) et Piret (Pierre), dir., Textyles, n° 26-27, Musique et littérature, 2005, p. 130-139.

16 Voir Pingeot (Anne) et Hoozee (Robert), éd., Paris-Bruxelles, Bruxelles-Paris. Réalisme, impressionnisme, symbolisme, art nouveau. Les relations artistiques entre la France et la Belgique, 1848-1914, Anvers, Fonds Mercator, 1997, p. 229.

17 Mockel souligne que ce pseudonyme – en réalité Demasy était le nom de jeune fille de la mère du dramaturge – semble plus parisien que Paulus. Il l’explique à Fontainas dans la lettre 32 du 11 octobre 1907 et à Anna Lambotte dans Mockel (Albert), Lettre à Anna Lambotte, 23 décembre 1907, cote ml 3090-3.

18 Mockel (Albert), « Une dette des poètes », dans Mercure de France, n° 899, tome cclxiv, 1er décembre 1935, p. 300.

19 Licari (Carmen) et Soncini Fratta (Anna), André Fontainas et ses amis belges. Avec des lettres inédites 1889-1948, op. cit., p. 93.

20 Fontainas (Adrienne), Mallarmé et ses amis belges, Bruxelles, Éditions de l’Ambedui, 2000, p. 10.

21 Licari (Carmen) et Soncini Fratta (Anna), André Fontainas et ses amis belges. Avec des lettres inédites 1889-1948, op. cit., p. 37.

22 Ibidem, p. 93.

23 Mockel (Albert), « Le mémorial Émile Verhaeren à Saint-Cloud », dans Bulletins de l’arllf, tome x, 1931, p. 84.

24 Expression argotique pour « marchand de vins ».

25 Laisney (Vincent), « Cénacles et cafés littéraires : deux sociabilités antagonistes », dans Revue d’histoire littéraire de la France, volume 110, 2010/3, consulté en ligne, https://www.cairn.info/revue-d-histoire-litteraire-de-la-france-2010-3-page-563.htm.

26 Van Lerberghe (Charles), Lettres à Albert Mockel (1887-1906), op. cit., tome 2, p. 139.

27 Selon la différence mise en exergue par Vincent Laisney dans Laisney (Vincent), « Cénacles et cafés littéraires : deux sociabilités antagonistes », article cité.

28 Henry (Marjorie Louise), Stuart Merrill. La contribution d’un Américain au symbolisme français, thèse présentée en vue de l’obtention d’un doctorat, à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris, Paris, Édouard Champion, 1927, p. 150.

29 Merrill (Stuart), Lettre à Albert Mockel, Saint-Tropez, 26 décembre 1908, Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, cote ml 769/II/44, un feuillet, quatre pages.

30 Merrill (Stuart), Lettre à Albert Mockel, Forest, 8 avril 1912, Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, cote ml 965-17, un feuillet, quatre pages.

31 Conrardy (Charles), Albert Mockel, Bruxelles, Le Thyrse, 1953, p. 13-19.

32 Verhaeren (Émile), « Commentaires sur une polémique », dans Le Masque, série 2, n° 1, 1912, p. 351, version numérisée consultée sur la digithèque de l’ulb, http://digistore.bib.ulb.ac.be/2011/ELB-ULB-o41983047_1912_000_f.pdf, le 29 juillet 2014.

33 Voir Mockel (Albert), Lettre à Louis Delattre, Bruxelles, 21 juin 1910, Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, cote ml 2255-4, un feuillet, quatre pages.

34 Champagne (Paul), Essai sur Albert Mockel, contribution à l’Histoire du Symbolisme en France et en Belgique, Paris, Honoré Champion, 1922, p. 5.

35 Voir Gide (André) et Mockel (Albert), Correspondance (1891-1938), op. cit., p. 89.

36 Voir « Table chronologique de la revue de la quinzaine », dans le Mercure de France, tome 192, n° 684, 15 décembre 1926, p. 787.

37 Voir Mercure de France, octobre/novembre/décembre 1903, p. 856-857.

38 Voir Audel (Stéphane), « Souvenirs sur Albert Mockel et Georgette Leblanc », dans Audace, n° 1, 16e année, 1970, p. 54.

39 Kaufmann (Vincent), L’Équivoque épistolaire, Paris, Éditions de Minuit, 1990, p. 8.

40 Voir l’entièreté de ces considérations dans la lettre 4 mise en annexe.

41 Fontainas (André), Lettres à Albert Mockel, Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, cote fsm ii – 36/1 à 11.

42 Voir par exemple la lettre 7 en annexe.

43 Ce texte parodiait le style des écrivains proches de Mockel et en particulier celui de Fontainas.

44 Voir les lettres 42 et 58 reprises en annexe.

45 Crucitti Ullrich (Francesca Bianca), La Littérature belge d’expression française au miroir de la correspondance Albert Mockel-Georges Marlow (1894-1943), Frankfurt am Main, Peter Lang, 1998, p. 73.

46 Ibidem.

47 Voir Aron (Paul), « Les pastiches de la revue Le Masque (1910-1914) », dans Herman (Jan), Tack (Lieven) et Gedolf (Koenraad), éd., Lettres ou ne pas lettres, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2001, p. 574.

48 Mockel (Albert), Lettre à André Fontainas, Florence, 24 juin 1901, Bruxelles, Fonds de la Réserve précieuse de l’Université libre de Bruxelles, lettre 4, un feuillet, quatre pages.

49 Fontainas (André), Le Jardin des Îles claires, Paris, Éditions du Mercure de France, 1901.

50 C’est aussi l’avis de Stuart Merrill qui écrit à propos de l’ouvrage Jardin des Îles claires : « Jamais il n’a été plus direct, plus véhément, plus éloquent. Une musique grave et redoutable gronde en ces vers. » [Merrill (Stuart), « Critique des poèmes », dans La Plume, 1903, p. 307].

51 Deux critiques de l’ouvrage énoncées par Stuart Merrill rejoignent quelque peu celles faites ici par Albert Mockel : d’une part un manque de cohésion et de cohérence, et d’autre part une utilisation parfois abusive du vers libre, bien qu’employé admirablement dans certains passages. Voir ibidem, p. 308-309.

52 Deux poèmes faisant partie de la section « Quatre petits poèmes des saisons », dédiée à Alfred Vallette. Voir Fontainas (André), Le Jardin des Îles claires, op. cit., p. 17-25.

53 Fontainas y évoque les Sporades, la Sicile, Théocrite, Virgile, les Antilles, l’Insulinde, Nippon, Formose et Ceylan. Voir ibidem, p. 90-91.

54 Gabrielle Herold (1867-1936) était la sœur du dramaturge André Ferdinand Herold. Elle a épousé André Fontainas en 1890. Les deux époux s’étaient rencontrés dans le salon littéraire de la mère de Gabrielle et d’André Ferdinand. Ensemble, Gabrielle Herold et André Fontainas eurent trois enfants : Ferdinand (1892-1911), Andrée (1893- 1973) et Gabriel (1897-1916). Le couple divorça en 1914 et Fontainas se remaria avec Marguerite Wallaert, veuve du poète Charles Dulait, en 1915. Albert Mockel fait souvent référence à Gabrielle Herold dans la correspondance. Voir Licari (Carmen) et Soncini Fratta (Anna), André Fontainas et ses amis belges. Avec des lettres inédites 1889-1948, op. cit., p. 72 ; Clerici (Léonardo) et Lo Giudice (Anna), Paul Valéry-André Fontainas. Correspondance 1893-1945. Narcisse au monument, Paris, Le Félin, 2002, p. 48-49 ; Guyaux (André), Échanges épistolaires franco-belges. Actes du colloque de la Sorbonne des 5 et 6 décembre 2003, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2007, p. 48-49.

55 Mockel (Albert), Lettre à André Fontainas, Paris, 27 juin 1902, Bruxelles, Fonds de la Réserve précieuse de l’Université libre de Bruxelles, lettre 7, un feuillet, quatre pages.

56 Par cette formule, Mockel se moque du Parnasse, groupement poétique de la seconde moitié du xixe siècle qui avait été initié par Leconte de Lisle notamment. Par la suite, certains « néo-parnassiens », détenteurs de sièges à l’Académie, se sont opposés aux poètes symbolistes et plus particulièrement au vers libre. Mockel tourne en dérision les opinions des néo-parnassiens, ici assimilés à La Renaissance latine, en détournant leur discours. Voir mortelette (Yann), dir., Parnasse, Paris, Presses de l’Université Paris- Sorbonne, 2006, p. 297-321.

57 Gustave Kahn (1859-1936) est un théoricien du vers libre et un historien du symbolisme. Il est l’auteur du fameux recueil symboliste Les Palais nomades paru en 1887. Il a été l’instigateur et le collaborateur de nombreuses revues symbolistes. Mockel admire beaucoup Gustave Kahn. C’est d’ailleurs à la suite de la lecture du recueil de ce dernier que Mockel se mit au vers libre. Voir Basch (Sophie), éd., Gustave Kahn (1859-1936), Paris, Éditions Classiques Garnier, 2009, p. 67-91 et p. 395-457.

58 Mockel fait allusion à l’article de Gustave Kahn dans La Nouvelle revue, en mai-juin 1902, paru en réaction à la sortie de l’ouvrage Poésie nouvelle d’André Beaunier. Kahn regrette que certains poètes ne soient pas repris dans cette étude : « M. Mockel aussi avait droit à une place, à cause de sa Chantefable un peu naïve, presque contemporaine des premiers efforts. M. Mockel fut un des premiers adeptes de talent des théories nouvelles. » [Kahn (Gustave), « Les vers français », dans La Nouvelle revue, tome xvi, mai-juin 1902, p. 177]

59 Robert de Souza (1865-1946) était un grand défenseur du symbolisme. Poète, il s’illustra aussi dans des traités de poésie sur le rythme et la versification. Théoricien du vers libre et défenseur du lyrisme, de Souza se base sur la linguistique expérimentale, alors à ses débuts, sur le rythme et les accents inhérents à la langue française pour fonder sa pensée. Proche de Mockel, il partageait avec lui de multiples idées esthétiques. Quand Mockel recevait de Souza chez lui, « il s’abandonnait à des controverses sur l’alchimie du verbe, la sémantique, les rapports des sons et des couleurs. » Voir Audel (Stéphane), « Souvenirs sur Albert Mockel et Georgette Leblanc », article cité, p. 54 ; Souza (Robert de), Du rythme en français, Paris, Librairie universitaire, 1912 ; Mockel (Albert), Auguste Donnay. Souvenirs et réflexions, Liège, Georges Thone, coll. La Vie Wallonne, s.l., s. d., p. 32 et Merrill (Stuart), Lettre à Albert Mockel, s. d., cote ml 769 II.

60 Cette citation est issue de la revue La Renaissance latine de mai-août 1902. Dans la rubrique « les revues », consacrée à la critique des autres revues existantes, l’article de Kahn écrit dans la Nouvelle Revue est mentionné : « M. Kahn déplore de ne pas voir compté parmi les poètes contemporains M. Mockel… Pourquoi pas MM. Fontainas et de Souza (dont j’aime infiniment les études critiques, mais dont les vers représentent pour moi le plus parfait bas-patagon qu’il soit possible d’écrire). » [Anonyme, « Les revues », dans La Renaissance latine, mai-août 1902, p. 304].

61 Fontainas (André), Lettre à Albert Mockel, s.l., s. d., cote fsm ii – 36/1. Cette réponse est aussi conservée dans le Fonds Mockel aux Archives et Musée de la Littérature, de la main propre de Fontainas.

62 « Bas patagon », expression employée dans l’article de La Renaissance latine, renvoie à une langue peu esthétique pour des créations artistiques. Les deux poèmes tournent en dérision l’opinion que se font les contemporains de Fontainas et de Mockel, qui ne les voient qu’en tant que critiques et non en tant que créateurs. Fontainas et Mockel se moquent aussi des opposants à leurs visions poétiques et esthétiques.

63 Mockel (Albert), Lettre à André Fontainas, Liège, 19 septembre 1909, Bruxelles, Fonds de la Réserve précieuse de l’Université libre de Bruxelles, lettre 42, un feuillet, quatre pages.

64 Ce poème, clin d’œil ironique que fait Mockel à son correspondant, sera complété dans la lettre du 28 juillet 1912 (lettre 58). En 1912, Mockel veut le faire paraître dans la revue Le Masque. Il précise bien qu’il s’agit d’une « blague » et désire être publié sous pseudonyme. Le poème fut perdu par Marlow et ne paraîtra finalement jamais dans la revue. Cette lettre et la lettre 58 sont les seules versions du poème conservées. Voir Aron (Paul), « Les pastiches de la revue Le Masque (1910-1914) », op. cit., p. 574 et Crucitti Ullrich (Francesca Bianca), La Littérature belge d’expression française au miroir de la correspondance Albert Mockel-Georges Marlow (1894-1943), op. cit., p. 73 et p. 85.

65 André Beaunier (1869-1925) est un critique et écrivain français. En 1912, il entre dans la Revue des deux mondes et y tient la chronique littéraire. Par la suite, il écrira pour l’Écho de Paris. Voir Dupuy (Ernest), Poètes et critiques, Paris, Hachette, 1913, p. 167-195 et Prévost (Marcel), dir., Dictionnaire de biographie française, Paris, Librairie Letouze et Ané, 1933, vol. 5, p. 1158.

66 André Vésale (1514-1564) est un médecin d’origine hollandaise qui vécut sur le territoire de la future Belgique, puisqu’il est né à Bruxelles. Il participa au renouvellement de la médecine à la Renaissance. Voir Delavault (Robert), André Vésale (1514-1564), Bruxelles, Le Cri, 1999, p. 15-30.

67 André Bellessort (1866-1942) est un poète et journaliste français. Grand voyageur, il s’est illustré dans le genre du grand reportage, notamment dans la Revue des deux mondes. Voir Dupuy (Ernest), Poètes et critiques, op. cit., p. 87-111 et Prévost (Marcel), dir., Dictionnaire de biographie française, op. cit., vol. 5, p. 1349.

68 Charles Van Lerberghe a terminé sa Chanson d’Ève à Bouillon, chez son ami Antoine Bertrand, dans la maison appelée « La Ramonette ». La Semois passant par Bouillon, c’est sans doute à cette localisation que Mockel fait allusion ici. Voir Van Lerberghe (Charles), Lettres à Albert Mockel (1887-1906), op. cit., vol. 1, p. 292-303 et vol. 2, p. 109.

69 Allusion à l’explorateur James Cook (1728-1779), qui découvrit la Nouvelle-Zélande notamment. Voir Augé (Paul), dir., Nouveau Larousse illustré, dictionnaire universel encyclopédique, Paris, Larousse, 1898, vol. 3, p. 255.

70 André Van Hasselt (1806-1874) est un poète belge, flamand francophone, qui était proche du milieu des lettres français : d’Hugo ou de Sainte-Beuve par exemple. Il représenta la littérature de la récente Belgique dans le champ français. Voir Reichert (Madeleine), éd., André Van Hasselt. Pages choisies, Bruxelles, Office de Publicité, 1942, p. 5-8.

71 André Rouveyre (1879-1962) était un peintre portraitiste, dessinateur et illustrateur français. Il s’illustra d’abord dans la caricature avant de se spécialiser dans le portrait. Il est l’auteur de deux albums préfacés par Jean Moréas, La Gynécée et Phèdre, et il participa au Mercure de France. Voir lettre 43. Voir Benezit (Emmanuel), Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Paris, Gründ, 1999, tome 12, p. 43 et Martin-Schmets (Victor), « La correspondance Mockel-Vielé-Griffin. Les richesses d’une fin de monde », dans Guyaux (André), dir., Échanges épistolaires franco-belges, op. cit., p. 186.

72 Karl Vollmoeller (1878-1948), fils du romaniste Charles Vollmoeler, est un poète, dramaturge et traducteur allemand, auteur du recueil Parcival en 1903. Il entretenait une relation épistolaire avec Mockel. Voir Gide (André) et Mockel (Albert), Correspondance (1891-1938), op. cit., p. 244.

73 André Grétry (1741-1813) est un compositeur né sur le territoire belge actuel, à Liège. Il composa non seulement des musiques instrumentales, mais aussi des opéras, comme La Rosière de Salency ou Andromaque. Voir Pendle (Karin), « L’Opéra-comique de 1762 à 1789 », dans vendrix (Philippe), dir., L’Opéra-comique en France au xviiie siècle, Liège, Pierre Mardaga, p. 145 et Sauvenier (Justin), André Grétry, Bruxelles, Éditions de Belgique, 1934, p. 31.

74 André Laurie, pseudonyme de Pascal Grousset (1844-1909), est un journaliste et écrivain français. Il écrit d’abord dans Le Figaro sous différents pseudonymes puis crée, en Corse, le journal La Revanche qui témoigne aussi de ses opinions politiques. Voir Prévost (Marcel), dir., Dictionnaire de biographie française, op. cit., vol. 16, p. 1361.

75 Nous n’avons pas trouvé trace d’un André Jounet lors de nos recherches Il s’agit peut-être d’Albert Jounet, ou Alber Jhounet (1860-1926), poète ésotérique engagé, auteur d’Idées politiques. (Data BnF : « Albert Jounet »).

76 André Spire (1868-1966) est un poète juif militant français, engagé contre l’antisémitisme, et proche de Charles Péguy. Il est l’auteur de recueils comme Poèmes juifs et Et vous riez !. Voir Laichter (Frantisek), Péguy et ses Cahiers de la quinzaine, traduction par Dominique Fournier, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985, p. 127- 128.

77 Auguste Dorchain (1857-1915) est un écrivain et poète français. Il est l’auteur de Vers la lumière ou Poésies. Appartenant au monde littéraire de l’époque, il est aussi le traducteur du Captif de Cervantès. Voir Clerici (Léonardo) et Lo Giudice (Anna), Paul Valéry- André Fontainas. Correspondance 1893-1945. Narcisse au monument, op. cit., p. 70.

78 Mockel fait référence à André Chénier (1762-1794), célèbre poète français et grand helléniste qui annonça le romantisme. Voir Augé (Paul), dir., Nouveau Larousse illustré, dictionnaire universel encyclopédique, op. cit., vol. 2, p. 756.

79 Il s’agit peut-être d’une allusion à Louis Codet (1876-1914), romancier français qui participe à la Nouvelle Revue Française. Cependant, il est né à Perpignan et reste en France tout au long de sa vie ; nous ne pouvons donc affirmer qu’il est le « poète suisse ». Voir Massart (Pierre), Les Écrits de Louis Codet, Paris, Éditions d’Aujourd’hui, 1977.

80 Mockel fait allusion à André Gide.

81 Nous n’avons pas compris à qui Mockel fait référence ici.

82 John Ball (xive siècle) est un prêtre anglais qui prit le parti des serfs lors de la révolte de 1381. En écrivant « le John Ball », Mockel désigne peut-être un religieux anglais ou un paysan du même pays de façon plus générale. Voir Augé (Paul), dir., Nouveau Larousse illustré, dictionnaire universel encyclopédique, op. cit., vol. 1, p. 694.

83 Albert Mockel était atteint de graves douleurs céphaliques qui l’empêchaient parfois de travailler. Voir Conrardy (Charles), Albert Mockel, op. cit., p. 54.

84 Mockel (Albert), Lettre à André Fontainas, Bruxelles, 28 juillet 1912, Bruxelles, Fonds de la Réserve précieuse de l’Université libre de Bruxelles, lettre 58, un feuillet, quatre pages.

85 L’allusion est ici difficile à comprendre. Soit Mockel parle d’un événement qui se serait déroulé au lieu-dit de la Croix de la Valette, dans le Limousin en France, alors que Fontainas y était en vacances par exemple, soit il s’agit du nom d’une personne que nous n’avons pu identifier. Aucune lettre de Merrill conservée aux Archives et Musée de la Littérature ne mentionne ce nom.

86 Francis Vielé-Griffin (1863-1937) est un poète né aux États-Unis. Il déménage très jeune à Paris et prend vite ses marques dans son pays d’adoption, en épousant Marie-Louise Brocklé le 18 avril 1885 et en y faisant ses premiers pas en littérature. Désormais inscrit dans la mouvance symboliste, il écrit cinq fois pour La Wallonie entre 1890 et 1891 et participe aux « mardis » de la rue de Rome. Mockel aide au renom de Vielé, ainsi qu’à celui de son vieil ami Henri de Régnier, en les mettant en exergue dans son ouvrage Propos de littérature en 1894. Vielé-Griffin est en effet un ami du poète liégeois et entretient avec lui une correspondance qui durera jusqu’à la fin de sa vie. Vielé côtoie aussi Fontainas chez Mallarmé ou au Mercure notamment. Voir de Paysac (Henry), Francis Vielé-Griffin, Paris, A.-G. Nizet, 1976.

87 Jethro Bithell, dans son livre Contemporary French poetry, édité en 1912, écrit: « and the United States have lost their two greatest contemporary poets ». Par des traductions de leurs poèmes, Bithell énonce son admiration pour ces deux auteurs notamment. Voir Bithell (Jethro), Contemporary French poetry, New York & Melbourne, The Walter Scott Publishing, 1912, p. xliv.

88 Maurice Cartuyvels, dit de Waleffe (1874- 1946) est un journaliste, romancier et dramaturge belge. Il s’illustre surtout dans le genre du grand reportage. Il est le directeur du quotidien Paris-Midi, qu’il crée en février 1911. C’est sans doute dans ce cadre qu’il fit la critique de l’ouvrage de Bithell. (Data BnF: « Maurice de Waleffe »)

89 Voir lettre 42 au sujet de l’ « Andréiade » (ou « Andréide »).

90 Andrea del Verrocchio (1435-1488) est un orfèvre, sculpteur et peintre italien de la Renaissance. Il fut le maître de Léonard de Vinci et une seule peinture peut lui être attribuée avec certitude : le Baptême du Christ. Voir Charles (Victoria), L’Art de la Renaissance, New York, Parkstone International, 2007.

91 Louis André (1838-1913) était un général français et ministre de la guerre entre 1900 et 1904. « Anti-dreyfusard » au départ, il prit finalement la défense du militaire à partir de 1899. Il dut démissionner de son poste de ministre à la suite de l’« Affaire des fiches ». Voir Doessant (Serge), Le Général André. De l’affaire Dreyfus à l’affaire des fiches, Paris, Éditions Glyphe, 2009.

92 Andrea della Robbia (1435-1525) était un peintre et sculpteur italien de la Renaissance, s’illustrant surtout dans un genre plutôt réaliste. Il réalisa des constructions dans toute l’Italie. Benezit (Emmanuel), Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, op. cit., vol. 11, p. 754.

93 André Legrand-Chabrier, pseudonyme d’André Legrand, est un romancier et critique français, auteur de romans tels que L’Amoureuse imprévue. Nous n’avons que peu d’informations biographiques à son propos. (Data BnF : « André Legrand »)

94 André Picard (1874-1926) était un dramaturge français prolixe qui écrivit surtout des comédies. (Base Léonore 1915 : « André Picard »)

95 André Gill, ou André Gosset de Guines (1435-1525), est un peintre et dessinateur français. Il est surtout connu pour ses caricatures, qu’il publie dans La Lune, par exemple. Voir Benezit (Emmanuel), Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, op. cit., vol. 6, p. 115.

96 Nom cité dans la première partie du poème, voir lettre 42. André Theuriet (1833-1907) est un poète, dramaturge et romancier français qui collabora à plusieurs revues.

97 André Theuriet (1833-1907) est un poète, dramaturge et romancier français qui collabora à plusieurs revues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Dossin, « La correspondance d’Albert Mockel à André Fontainas (1896-1914) », Textyles, 50-51 | 2017, 139-160.

Référence électronique

Marie Dossin, « La correspondance d’Albert Mockel à André Fontainas (1896-1914) », Textyles [En ligne], 50-51 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2770

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals