Navigation – Plan du site
Chroniques
La chronique des Archives et Musée de la Littérature

Le fonds Raymond Rouleau

Vincent Radermecker
p. 277-279

Texte intégral

1Résumer en quelques lignes la carrière et la personnalité de l’immense metteur en scène et réalisateur, du grand acteur de théâtre et de cinéma, que fut Raymond Rouleau tient de la gageure.

  • 1 Nous renvoyons le lecteur curieux de plus amples informations à notre notice biographique parue dan (...)

2Né à Bruxelles en 1904, décédé à Paris en 1981 en ayant conservé sa nationalité d’origine, il joua au cinéma aux côtés des plus grands, notamment dans Falbalas de Jacques Becker ou dans Le Drame de Shanghai (1938) de Wilhelm Pabst. Cela, en parallèle à une foudroyante carrière d’acteur de théâtre, engagé qu’il fut au Théâtre du Marais de Jules Delacre dès sa sortie du Conservatoire de Bruxelles. Plusieurs fois directeur de théâtre, il enseigna durant de nombreuses années et mit sur pied une « communauté théâtrale » (1961-1968) qui anticipe les aventures plus connues et plus prestigieuses d’Ariane Mnouchkine. Deux « Grand Prix Dominique de la mise en scène » couronnèrent sa carrière : en 1954 pour Cyrano de Bergerac et pour Les Sorcières de Salem ; en 1971 pour Hadrien VII et pour Le Songe. Père de deux fils, de son deuxième mariage avec Françoise Lugagne – Philippe et Fabrice Rouleau, eux aussi aujourd’hui disparus –, il est enterré à Wy-Dit-Joli-Village, en Ile-de- France1.

3C’est à la générosité de sa troisième épouse, Françoise Rouleau née Crémieux (1939-2014), que les Archives & Musée de la Littérature doivent de posséder le fonds d’archives qui porte son nom et qui fut acquis en deux temps, en décembre 2004 d’abord, en février 2007 ensuite. Bien qu’un certain nombre de lettres signées de personnalités en vue aient été vendues (des photocopies en conservent la trace dans le fonds), les documents légués demeurent exceptionnels et incontournables pour entrer dans l’atelier créatif d’un artiste que Renée Saint-Cyr, célèbre comédienne de l’entre-deux guerre qui fut un temps sa maîtresse, croquait de la sorte (« Pierre » étant ici le prénom romancé de Raymond) :

  • 2 Saint-Cyr (Renée), Autopsie d’une passion. Paris, Éditions de la Table Ronde, 1972, p.

Je regardais, effarée, évoluer ce forcené, ce despote à la virilité débordante. Son attitude dans le travail, sa puissance dominante et cette vie de l’âme qu’il apportait partout m’aidaient à découvrir ce qu’était Pierre : un homme qui ne pouvait se supporter entravé, ralenti par aucun lien, aucune contrainte, qui se voulait fort de ses possibilités. Je comprenais son besoin de brasser des individus, des idées, des initiatives. Je m’expliquais ce drame, sa nécessité de créer, de régner, de tout transformer en matière malléable pour être en paix avec lui-même.2

  • 3 mlt 03713/0001.

4La première partie du fonds Raymond Rouleau s’ouvre sur des documents « personnels » (mlt 3170-3178). Variés et émouvants, ils illustrent le goût du jeune adolescent pour la poésie, la chanson, le dessin et la peinture. Ils témoignent également de ses études au Conservatoire royal de Bruxelles (section Déclamation et Art dramatique), de son engagement militant lors d’événements comme Mai 1968 ainsi que de son dévouement au bénéfice de ce qu’on a appelé à l’époque l’« enfance malheureuse ». Élevé par un beau-père qu’il estimait – Livin Antoine Rouleau –, Raymond adopta ce patronyme pour, une fois célèbre, user un temps de son charisme pour rendre espoir aux orphelins. Notons que la fougue qu’évoque Renée Saint- Cyr transparaît déjà dans Parabole, poème de jeunesse : « Son âme s’incarnait en un grand vaisseau clair, / Dont les mâts éployés et tendus vers les nues / Portaient, comme un fruit mûr, les grappes suspendues / Des voiles gémissant en la lourdeur de l’air. »3 Tous ces modestes écrits sont inédits.

  • 4 Crespi Morbio (Vittoria), Lila De Nobili. Teatro Danza Cinema, Milano, Amici della Scalla, 2014, p. (...)

5Vient ensuite la correspondance (mlt 3179-3230), en partie originale, en partie photocopiée. Ces lettres éclairent les relations d’amitié et de travail qui unirent l’artiste à un défilé de comédiennes (Isabelle Adjani, Tania Balachova, Audrey Hepburn, Catherine Salviat, Gaby Sylvia…), de comédiens (Georges Descrières, Pierre Fresnay, Daniel Gelin, Yves Montand, Gérard Oury…), d’écrivains (Jean Anouilh, Marcel Aymé, Maurice Clavel, Colette, Julien Green, Arthur Miller, Marcel Pagnol, Georges Simenon, Jules Supervielle, Tennessee Williams…) mais aussi de réalisateurs, de metteurs en scène et de directeurs de théâtre (Jean-Louis Barrault, Jacques Becker, Marie Bell, Pierre Dux, Franco Zeffirelli…). Parmi les photocopies se distinguent quelques documents étonnants, parmi lesquels une lettre de la mère d’Audrey Hepburn qui remercie le metteur en scène pour son influence bénéfique sur sa fille. Cette lettre et une missive d’Audrey ont été publiées avec l’autorisation des aml4.

6Les dossiers qui suivent (mlt 3231-3398) concernent les mises en scène de Raymond Rouleau – plus rarement, le seul travail d’interprétation, comme pour son rôle de Ziffel dans Dialogues d’exilés de Brecht sous la supervision de Tania Balachova (1968). Ces archives s’échelonnent de 1949 à 1981 – sans couvrir donc la carrière « bruxelloise » de l’artiste – et attestent l’impressionnant travail d’adaptation qui fut le sien – tant pour la scène qu’en vue des dramatiques télévisées. Si nombre de ces adaptations ont été publiées – ainsi de Thérèse Raquin qui parut en janvier 1982 dans L’Avant-scène théâtre, n° 701 , d’autres demeurent inédites. Rouleau préparait rarement ses mises en place au théâtre. Toutefois, il n’hésitait pas à élaguer ou à reformuler les dialogues en cours de répétition, petites « corrections » qui sont ici sauvegardées. Parfois accompagnés de notes et de lettres, souvent détériorés malheureusement par de mauvaises conditions de conservation antérieures, ces documents où se mêlent plusieurs couleurs de feutre nous dévoilent aussi le travail de découpage et de cadrage opéré lorsque des caméras entrent en jeu. Ils offrent une occasion assez exceptionnelle de reconstituer les mouvements scéniques des acteurs en coordination avec les divers impératifs techniques de la production. Parmi les soixante-trois réalisations dont nous conservons les minutes, mentionnons des adaptations de roman ou nouvelle (Anna Karénine de Tolstoï, Les Papiers d’Aspern d’Henry James), des traductions d’auteurs étrangers, souvent anglo-saxons (Un tramway nommé désir, Les Sorcières de Salem…), des pièces du répertoire français (Bérénice, Ondine…), des œuvres comiques (La Tête des autres de Marcel Aymé…) ainsi que deux œuvres signées Raymond Rouleau lui-même (L’Eau sale, Or…). Certains dossiers concernent des mises en scène d’opéra (Olimpia, Orféo…), des ballets (Le Roi des gourmets, Les Amants de Teruel…) ou encore des productions non réalisées comme Le Météore de Friedrich Dürrenmatt.

7Le fonds s’attache ensuite (mlt 3399- 3405) à des productions plus marginales : parade de la gendarmerie (1963-1964), réalisation radiophonique intitulée Grenadine, projet autour de la Révolution française…

8Enfin, outre divers textes publiés et quelques inédits (mlt 3411-3422 ; certains écrits par l’artiste), sont également conservés des documents relatifs aux autres sphères d’activités de Raymond Rouleau : cinéma, publicité, enseignement, directorat, régie, travail radiophonique… (mlt 3406/1-8).

9En février 2007, les Archives & Musée de la Littérature se sont enrichis de quatre press-books (mlt 3407-3410) réalisés du vivant de l’artiste. Le premier d’entre eux évoque à lui seul la mise en scène du Mal de la Jeunesse de Ferdinand Bruckner. De ce spectacle dont la première eut lieu au Théâtre des Galeries à Bruxelles le 20 avril 1931 et qui connut un tel succès, repris à Paris, que la plupart de ses comédiens issus du Nouveau Théâtre du Marais (Raymond Rouleau, Tania Balachova, Solange Moret, Madeleine Ozeray, Jean Servais…) s’installèrent dans la Ville Lumière pour y poursuivre leur carrière, de ce « tabac » donc, plus d’une centaine de coupures de presse rendent compte ! Les autres press-books couvrent respectivement les années 1932-1937 (mlt 3408), 1938-1956 (mlt 3409) et 1957-1961 (mlt 3410). Ceci, sans compter des coupures de presse « volantes » qui s’arrêtent en 1976. Sont aussi consignées dans ces press-books les nombreuses réactions que suscitèrent la filmographie de Raymond Rouleau. Par exemple : Suzanne (1932 ; coréalisateur et interprète), Une vie perdue (1933 ; coréalisateur et interprète), Rose (1935 ; réalisateur)…

10Si les captations audio-visuelles réceptionnées, simples repiquages, sont apparues sans valeur, les 236 photographies offertes par Françoise Rouleau constituent une archive de premier plan. Numérisées en 2010 grâce à l’Atelier de l’Imagier, elles sont référencées sous la cote aml 1495.

11L’ensemble de ce fonds Raymond Rouleau porte la cote : isad 43/1. Signalons trois autres « fonds » qui le complètent : un premier légué par la belle-fille de Rouleau, Anne Chareton (isad 43/2) ; un second, en partie dépouillé seulement, composé des nombreux et riches documents engrangés par le collectionneur Raymond Tranchant (isad 43/3) ; enfin, une série de notes et de photocopies relevant des travaux entrepris par Fabrice van de Kerckhove (isad 43/4).

Haut de page

Notes

1 Nous renvoyons le lecteur curieux de plus amples informations à notre notice biographique parue dans La Nouvelle Biographie de Belgique, 2016.

2 Saint-Cyr (Renée), Autopsie d’une passion. Paris, Éditions de la Table Ronde, 1972, p.

3 mlt 03713/0001.

4 Crespi Morbio (Vittoria), Lila De Nobili. Teatro Danza Cinema, Milano, Amici della Scalla, 2014, p. 160-161.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Radermecker, « Le fonds Raymond Rouleau », Textyles, 50-51 | 2017, 277-279.

Référence électronique

Vincent Radermecker, « Le fonds Raymond Rouleau », Textyles [En ligne], 50-51 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2787

Haut de page

Auteur

Vincent Radermecker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals