Navigation – Plan du site

Présentation

Pierre Schoentjes et Hubert Roland
p. 7-11

Texte intégral

1On pourrait longtemps disserter sur les raisons qui expliqueraient ce regain d’actualité – certains vont jusqu’à avancer la fin de la guerre froide et « des idéologies » – contentons-nous pour l’heure de constater que l’intérêt renouvelé pour la guerre de 1914-1918 commence à s’inscrire dans la durée. Les dernières décennies ont vu les travaux d’historiens consacrés à cette période clé du xxe siècle se multiplier et amener, grâce à un changement méthodologique d’ampleur, un renouvellement fondamental de l’histoire politico-économique traditionnelle, à présent enrichie par l’apport des diverses sciences humaines. C’est toutefois l’importance qu’accorde actuellement la littérature de fiction à la Grande Guerre qui nous interpelle au premier plan. Le souci de la mémoire de ce traumatisme qui ébranla toutes les certitudes de nations européennes qui se disaient « civilisées » se marque au niveau international – citons Pat Barker, Sebastian Faulks, Claude Simon, Pierre Bergounioux ou Philippe Claudel parmi les auteurs les plus visibles. Mais il unit aussi dans un même élan des auteurs de générations différentes, depuis les derniers « survivants » comme Henry Bauchau jusqu’aux auteurs les plus contemporains comme Xavier Hanotte.

2Le dossier que nous présentons ici s’est spontanément construit sur les modalités de l’actualité littéraire de 1914-1918 depuis la poésie du front de l’époque jusqu’à aujourd’hui. Son ambition est double : il s’agit d’une part de (re)visiter un corpus ancien qui a longtemps été négligé, de l’autre de s’interroger sur la mémoire de la Grande Guerre. Car celle-ci, comme on l’a dit, représente encore un traumatisme par rapport auquel les différentes générations d’écrivains qui ont suivi n’ont cessé de se référer. Les positions sont multiples et ont pu varier selon les époques, puisqu’il peut s’agir pour l’auteur de témoigner, de mettre en garde mais aussi, à l’heure actuelle, de s’inscrire dans un lieu, de perpétuer une mémoire, de donner un sens à l’histoire belge et internationale.

3Dans l’article d’introduction, Pierre Schoentjes présente un florilège de fictions importantes en prose romanesque qui se sont attachées à représenter la mort au front. En 1914-1918 et pendant la période de l’entre-deux guerre, la Belgique a vu l’apparition d’écrivains de guerre d’importance, qui n’ont toutefois pas rejoint la liste des Barbusse, Dorgelès et Remarque. Ainsi Max Deauville, rangé par Jean Norton Cru parmi les meilleurs témoins, et qui jouit actuellement d’un regain d’intérêt, grâce à des rééditions en langue française et en langue néerlandaise. D’autres écrivains méritaient qu’on s’y attarde : Robert Poulet, par exemple, avec Handji, ou, dans un genre très différent, Martial Lekeux. Contrairement aux autres écrivains belges, ce franciscain a connu son heure de gloire, une formule qu’il convient de prendre à la lettre : Mes cloîtres dans la tempête, ouvrage héroïque s’il en est étant le seul livre belge capable de rivaliser à l’époque de sa sortie avec les tirages du Feu ou des Croix de bois.

4La contribution d’Olivier Parenteau complète le volet de la prose, analysé par Schoentjes, en mettant l’accent sur la poésie. Car l’arsenal des représentations de la Grande Guerre dans la poésie belge est impressionnant. Versifiée à l’écart des champs de bataille (Verhaeren, Hellens), au front (Christophe, Wyseur, Gauchez) ou après l’Armistice (Loumaye, Boumal), la guerre a fasciné de nombreux poètes qui ont tâché, chacun à leur manière, de lui donner un sens. Mais on oublie souvent de souligner le rôle qu’ont joué les journaux de tranchées dans la propagation, entre 1914 et 1918, de cette abondante et très variée production de textes poétiques. Le journal de tranchée belge, Le Claque à Fond, joyeux quand même, paraît au front sans cri à la 7e Brigade, est, de ce point vue, exemplaire. Toutes les livraisons de cette feuille, qui paraît de 1916 à 1918, donnent à lire au moins un poème. De plus, la diversité des origines sociales et culturelles des poètes combattants collaborant à ce journal favorise la coprésence, parfois au sein d’un même numéro, de poétiques et de thématiques contradictoires. Ces passages, du goût de l’épopée au constat d’un carnage, commandent un certain nombre d’images, de motifs et de lieux communs qui circulent d’un poème à l’autre, mais qui prennent des sens différents selon la poétique qui les accueille.

5Daphné de Marneffe se penche sur les nombreuses revues littéraires belges, qui sont « nées de la guerre 1914-1918 », soit encore durant celle-ci, soit pour la plupart immédiatement après. Elle s’attache à identifier différents réseaux, directement liés aux diverses expériences de la guerre (vécue au front, en exil, dans l’administration civile, aux études, etc.). Ceux-ci se caractérisent par ailleurs par la diversité de leurs prises de positions sur des questions politiques et sociales majeures de l’après-guerre en Belgique, comme l’attitude à avoir vis-à-vis de l’Allemagne (pacifisme vs désir de revanche) ou encore de la question linguistique. On identifiera par exemple les revues « patriotiques » (dont Les Chants de l’Aube, qui fusionnent avec Le Thyrse ; Le Flambeau) ; les revues « pacifistes », avec leurs tendances propres (Résurrection, L’Art Libre, Haro !, La Drogue, Lumière, etc.) ; les revues engagées dans des combats plus spécifiques, comme la défense d’un maître commun (groupement en faveur de la réhabilitation de Georges Eekhoud, autour de la revue Le Geste). Dresser un panorama de ces réseaux de revues et de leurs prises de positions respectives permet d’avoir une vision d’ensemble des débats politiques et sociaux qui agitent tout l’entre-deux-guerres en Belgique.

6Dans le même ordre d’idées, Hubert Roland étudie la question spécifique de la réception de la littérature de guerre allemande en Belgique, formulant l’hypothèse suivante : elle contribuerait, une dizaine d’années après la fin du conflit, à dépasser l’image de « l’Allemagne barbare ». En effet, dans la discussion des œuvres « héroïques » d’Ernst Jünger ou « pacifistes » d’Erich Maria Remarque, l’accent s’est clairement déplacé de la question des nationalismes à celle des idéologies. À l’intérieur d’une même revue – ceci nuançant peut-être le propos de Daphné de Marneffe – le consensus n’existe pas quant à savoir s’il convient de ne plus éduquer les enfants au patriotisme ou de continuer à prôner les valeurs de l’héroïsme guerrier comme alternative aux valeurs matérialistes ambiantes. Quoi qu’il en soit, une forme de « démobilisation » et de réconciliation avec l’ennemi d’hier à travers les souffrances communes, anime certains milieux, par exemple celui du théâtre prolétarien.

7Un aspect sans doute relativement étonnant de ce dossier concerne l’actualité de 1914-1918 comme schéma d’interprétation destiné à aborder certains enjeux idéologiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Bibiane Fréché se propose ainsi d’étudier les textes d’écrivains belges francophones portant sur la Grande Guerre et publiés à ce moment. Adoptant la perspective d’un champ littéraire en pleine reconstruction, elle se penche sur les cas d’auteurs qui, comme Marie Gevers et Henri Davignon, ont été blâmés par l’Académie royale de langue et de littérature française de Belgique pour leur attitude sous l’occupation. Les manifestations et les raisons de l’actualité thématique de la Première Guerre mondiale après la Libération de septembre 1944 semblent renvoyer à un capital social et symbolique acquis durant la der des der, qui autoriserait dans le chef des auteurs concernés une forme de réhabilitation.

8Après 1945, la littérature patriotique ne semble avoir constitué qu’un genre mineur au sein des Lettres belges. Roland Baumann démontre toutefois que la littérature populaire a pu faire œuvre de patriotisme en référence directe à l’imaginaire héroïque qui a directement imprégné les jeunes générations éduquées après le premier conflit. Le roman populaire Le Voleur de gloire d’André de Fer (alias André Baumann), publié à Bruxelles fin 1945, assimile en effet la mémoire de la Seconde Guerre mondiale à celle de la première dans un même récit. L’auteur, un Nacht und Nebel, va jusqu’à « dénaturer » sa propre expérience concentrationnaire, se projetant dans l’imaginaire héroïque d’une guerre qu’il ne connaît que par médiation. De cette manière, l’auteur reste fidèle à un idéal patriotique et scoutiste, à une culture du souvenir de la Grande Guerre qui l’avait aidée à survivre en prison et dans l’enfer de Dachau. Bien que laïque, cet idéalisme était largement inspiré des notions chrétiennes de sacrifice, de rédemption et de force de l’esprit sur la matière, soutient Baumann.

9Il restait bien entendu à aborder les regards contemporains sur la Grande Guerre, qui alimentent et perpétuent son souvenir. De manière explicite ou en filigrane, la guerre de 1914-1918 apparaît dans l’œuvre d’Henry Bauchau (né en 1913) comme un « accident extérieur » (Charles Mauron) ayant entraîné un choc violent sur son psychisme. Ce traumatisme découle d’épisodes bien précis du conflit (l’incendie de Sainpierre alias Louvain en 1913, le retour des soldats allemands du front, etc.), survenus à un âge où l’on pourrait mettre en doute la présence d’une mémoire structurée chez l’écrivain. Isabelle Vanquaethem s’interroge sur la nature et le statut du discours qui portera sur ce passé traumatique (Ricœur). La narration, loin de viser la vraisemblance, esquisse la formation de l’imaginaire et le processus d’intériorisation d’une Histoire collective chez un écrivain qui interpréta rétrospectivement la guerre comme une période de gestation.

10Les deux dernières contributions ont pour objet la réflexion menée sur la thématique de la mémoire dans les romans de Xavier Hanotte, préoccupation qu’il partage avec d’autres contemporains français et britanniques mettant la Grande Guerre en scène. Chez Hanotte transparaît d’abord une angoisse face à la possible perte du passé, menacé par l’oubli alors qu’il s’avère essentiel à la poursuite et à l’épanouissement de nos vies présentes et futures. L’enjeu est de maintenir vivant le souvenir de la guerre, « devoir de mémoire » émanant non d’un impératif extérieur mais d’un besoin intérieur. Il s’agit de perpétuer une mémoire juste, fidèle aux événements passés, une mémoire qui rendra tout le drame personnel de l’horreur de la guerre. Les personnages tentent ainsi de corriger les défaillances de l’histoire officielle, déshumanisée et toujours trop englobante. Ces romans se présentent le plus souvent comme des romans à énigme, dont les personnages devront rassembler les pièces éparses du puzzle dans une enquête, métaphore du travail mémoriel, qui cherche à démêler l’écheveau de la mémoire et à trouver les clés de lecture du passé. Cette position interrogative va parfois jusqu’à l’analyse, comme chez Pat Barker, dont les personnages, littéralement hantés par le traumatisme des tranchées, tentent une psychanalyse pour enfin le surmonter.

11Même pour ceux qui sont nés longtemps après le conflit de 1914-1918, rappelle Griet Theeten, les lieux de mémoire demeurent importants. En commémorant, en écrivant et en traduisant les vers du poète de guerre britannique Wilfried Owen, les personnages de Hanotte tentent de ressusciter les soldats tombés sur les champs de bataille en Belgique. Comment l’auteur donne-t-il forme à ces lieux ? Dans un premier temps, c’est par leur caractère matériel que les monuments et les cimetières sont dépeints. Les inscriptions sur les tombes militaires et les interminables listes de noms sur les monuments aux morts donnent le vertige. De plus, par son réalisme magique et son écriture presque poétique, Hanotte crée une atmosphère mystérieuse autour de ces sites. Tandis que les monuments aux morts sont des mastodontes à la limite du grotesque, les cimetières britanniques ont le « charme étrange » des jardins anglais.

12Le dossier est complété par une rencontre entre trois artistes – Raoul Servais, Didier Comès et Xavier Hanotte – qui abordent la guerre à partir de leurs pratiques respectives, le cinéma, la bande dessinée et la littérature. Il apparaît que, malgré leurs origines et leurs positions différentes, ils se retrouvent pour partager un certain nombre de rejets, mais aussi pour soutenir une position artistique qui fait au réalisme magique une place importante. Enfin, nous avons voulu publier en annexe une lecture commentée par Martha Vanbiesem de Burbridge d’extraits choisis de la chronique inédite que l’écrivain argentin Roberto Payró consacra à la vie en Belgique occupée dans le quotidien La Nacíon, offrant ainsi de nouveaux matériaux sur cette occupation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Schoentjes et Hubert Roland, « Présentation », Textyles, 32-33 | 2007, 7-11.

Référence électronique

Pierre Schoentjes et Hubert Roland, « Présentation », Textyles [En ligne], 32-33 | 2007, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/279

Haut de page

Auteurs

Pierre Schoentjes

Articles du même auteur

Hubert Roland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals