Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Meylaerts (Reine), L’Aventure flamande de la Revue belge. Langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres

Bruxelles, P. I. E.-Peter Lang, Archives et musée de la littérature, coll. « Documents pour l’Histoire des francophonies /Europe », n˚ 5, 2004
Cécile Vanderpelen
p. 181-183
Référence(s) :

Meylaerts (Reine), L’Aventure flamande de la Revue belge. Langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, P. I. E.-Peter Lang, Archives et musée de la littérature, coll. « Documents pour l’Histoire des francophonies /Europe », n˚ 5, 2004.

Texte intégral

1Les études s’attachant à décrire les points de contacts entre les champs littéraires constituent un domaine en voie d’expansion dont ce livre est certainement une parfaite illustration. Grâce à une connaissance intime des deux principales langues et cultures belges, Reine Meylaerts, chargée de recherches du Fonds flamand de la recherche scientifique, s’est attelée dans sa thèse de doctorat en langue et littérature romanes présentée à la Katholieke Universiteit Leuven — travail dont est tiré cet ouvrage —, à explorer les relations littéraires intrabelges. Son enquête s’est focalisée sur le traitement des concepts de « Flandre », « Flamand » et « flamand » par la Revue belge, bimensuel d’intérêt général édité à Bruxelles de 1924 à 1940 sous la direction de Pierre Goemaere et de Paul Tschoffen. Souhaitant s’extraire de la perspective souvent privilégiée des relations franco-belges, elle s’est donc aventurée dans une étude du bilinguisme et du biculturalisme à l’intérieur du royaume. En concentrant son attention sur l’entre-deux-guerres, elle nous permet d’observer les tensions d’une période clé dans l’histoire de la fédéralisation de l’État. En ce qui concerne le domaine plus spécifique de l’histoire littéraire belge, cette période est celle du déclin progressif de la figure de l’écrivain belge flamand choisissant d’écrire en français.

2Dans un langage clair, exprimé d’une plume alerte et agréable, l’analyse des échanges interculturels à l’intérieur du microcosme Revue belge se construit à partir de deux axes : l’étude des échanges par voie de traduction et l’étude des pratiques discursives (concernant la politique, l’art et la littérature) ayant trait à « l’Autre », en l’occurrence le Flamand néerlandophone. La réflexion théorique se base sur une combinaison entre la sociologie des champs littéraires élaborée par Pierre Bourdieu et les études descriptives de traductions qui se sont développées dans le sillage des travaux sur le polysystème d’Itamar Even-Zohar. S’adonnant à un patient exercice d’enquête, la chercheuse nourrit son argumentaire, en plus de la Revue belge, de la consultation de quatre grandes revues (La Revue générale, La Renaissance d’Occident, Le Flambeau, Le Rouge et le Noir) et d’importants fonds d’archives : les fonds Roger Kervyn de Marcke ten Driessche, Pierre Goemaere, Marcel Lobet et Camille Melloy déposés aux Archives et Musée de la littérature. Elle a également exploré les fonds de Félix Timmermans, Ernest Claes, André de Ridder, pour n’en citer que quelques-uns, détenus par l’Archief en Museum voor het Vlaams cultuurleven. De cette manière se précisent les liens entre écrivains, traducteurs et animateurs culturels. Cette documentation est complétée par une impressionnante bibliographie, composée d’ouvrages tant francophones, que néerlandophones, allemands et anglophones.

3Au moyen d’un examen rigoureux des pratiques discursives et des stratégies de traduction, l’auteure montre comment les choix syntaxiques et lexicaux intègrent les textes originaux flamands dans le paradigme idéologique des élites francophones : la « Flandre campagnarde, arriérée, peuplée de bons catholiques, gens simple(t)s », « image rétrograde, paisible et rassurante » de classes sociales « qui appartiennent de préférence aux classes inférieures » (p. 344). Au-delà de cette constatation, la démarche permet de mettre en lumière des observations fructueuses sur la notion de barrière linguistique à l’intérieur d’une nation pluriculturelle. La complexité des échanges se révèle particulièrement claire dans l’étude des positions adoptées par les traducteurs bilingues (André de Ridder, Roger Kervyn, Camille Melloy par exemple), qui sont autant de « passeurs » entre les deux champs culturels. Ainsi, des personnalités hybrides, souvent méconnues de l’histoire littéraire, sont mises en lumière. À cet égard, on regrettera l’absence d’un index qui aurait permis de mieux rendre compte de la diversité de ce personnel littéraire.

4Si la richesse des études textuelles à partir des traductions se révèle dans cette étude absolument probante, les conclusions sociologico-historiques sont cependant moins convaincantes. En effet, le point de départ de la réflexion postulant le caractère représentatif des élites catholiques francophones conservatrices de La Revue belge peut porter à discussion. Comme son directeur Pierre Goemaere, cette revue a occupé une place plutôt marginale par rapport aux tribunes intellectuelles du monde catholique francophone belge (La Revue catholique des idées et des faits, La Revue générale, Le Vingtième siècle, La Cité chrétienne). Si Goemaere était certes de sensibilité catholique, il n’a jamais cherché à inscrire son œuvre et sa revue dans un projet strictement catholique, que ce soit dans le domaine politique ou culturel. Francophile convaincu, il cherchait à se mesurer aux grands périodiques de la droite française : La Revue des deux mondes et La Revue hebdomadaire. De tendance conservatrice, elles diffusaient des idées empruntées tant au modèle politique de l’incroyant Charles Maurras qu’à des doctrinaires de l’orthodoxie catholique romaine. Comme ses homologues français, la Revue belge s’adressait à un public « bien-pensant » dont il ne fallait pas heurter les a priori éthiques. Pour conclure à l’uniformité confessionnelle et politique de ces lecteurs, il faudrait auparavant mener une enquête sur la réception du périodique, laquelle recherche fait défaut. Notons que la revue elle-même offre un profil social très hétérogène, puisqu’on trouve dans ses sommaires les articles du démocrate-chrétien Tschoffen et des écrivains de tendance libérale, Gilkin, Giraud, André de Ridder et Sabbe. La manière dont ces personnalités hétérogènes s’agrègent autour de Goemaere aurait mérité plus d’attention.

5La relative distanciation du comité éditorial par rapport à l’actualité politique catholique se révèle également dans le traitement de la littérature flamande. Dans le contexte des scissions qui menacent l’organigramme du pilier catholique, le Congrès de Malines de 1936 intime aux intellectuels francophones un rapprochement avec leurs homologues néerlandophones. Ces injonctions sont suivies par la création de « chroniques flamandes » dans plusieurs périodiques, La Revue générale en tête. De plus, à la même époque, la droite belge, se détournant de la France du Front populaire, a tendance à s’intéresser de plus en plus aux cultures germaniques. D’une manière générale, on constate un engouement pour les lettres néerlandaises : en 1935, Le Mercure de France lance une chronique des lettres néerlandaises, imité en 1937 par Les Cahiers du Sud. Ces événements ne semblent pas avoir influencé la Revue belge, qui, comme le montre Reine Meylaerts, manifeste un désintérêt croissant pour la question flamande à partir de la seconde moitié des années 1930. Comment expliquer cette évolution à contre-courant de l’histoire politique ?

6Le lecteur reste sur sa faim concernant la place occupée par la revue dans le paysage littéraire du pays, comme dans celui de la France — la revue étant très francophile. Quels sont les éléments qualitatifs et quantitatifs qui permettent d’affirmer que la tribune occupe « une place importante au sein du champ littéraire de l’entre-deux-guerres (p. 345) » ? Quelles sont ses relations avec les autres revues ? Comment est-elle perçue par les écrivains n’y collaborant pas ? En parle-t-on dans les autres organes de presse ? Les écrivains la mentionnent-ils dans leurs mémoires et souvenirs ? Une analyse sociologique qui rende mieux compte de l’inscription institutionnelle de la Revue belge serait à concevoir.

7Au total, le point de vue adopté, pour riche en informations qu’il soit, n’en est pas moins l’arbre qui cache la forêt. Ainsi, l’attitude condescendante à l’égard du peuple flamand adoptée par les animateurs de la Revue belge s’étend à d’autres groupes socio-ethniques (les paysans, les Wallons ou le « petit peuple » de Bruxelles peint par Roger Kervyn dans Les Fables de Pietje Schramouille).

8On le voit, ce livre ne clôt pas un sujet. Au contraire, il ouvre des portes qui stimuleront les études futures, lesquelles permettront, il faut l’espérer, de dessiner une cartographie politique et une chronologie claire des contacts entre les deux groupes linguistiques du pays. Ainsi, les enseignements très stimulants tirés de l’analyse de la revue devront s’affronter à l’intégralité de l’espace littéraire belge francophone. Quelles sont les positions des tribunes littéraires de l’entre-deux-guerres (Le Flambeau, La Renaissance d’Occident, 7 arts, Sélection, Résurrection, Ça ira) et de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique à l’égard des lettres flamandes ? Quels sont les auteurs flamands traduits, par qui et en quelle quantité ? Qui les édite et quelle est leur réception ? Voilà qui laisse de belles pistes à la recherche !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vanderpelen, « Meylaerts (Reine), L’Aventure flamande de la Revue belge. Langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres », Textyles, 26-27 | 2005, 181-183.

Référence électronique

Cécile Vanderpelen, « Meylaerts (Reine), L’Aventure flamande de la Revue belge. Langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres », Textyles [En ligne], 26-27 | 2005, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/669

Haut de page

Auteur

Cécile Vanderpelen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals