Navigation – Plan du site
Varias

Sur Julia Frezin. Épouse, mère « chrétienne » — et artiste

Pierre Van Den Dungen
p. 86-92

Texte intégral

Les hommes et les enfants d’abord

  • 1 Chastain(F.), « Julia Frezin », dans Nouvelle biographie nationale, T.2, Bruxelles, Académie royale (...)
  • 2 Frezin(J.), « Le Baron. Nouvelle inédite », Cassandre, 3 août 1935, 2e année, n° 31, p. 11.
  • 3 Voir : Van Den Dungen (P.), « Un milieu de femmes de lettres francophones au tournant du siècle », (...)

1Le présent article s’interroge sur les liens tissés entre littérature et peinture dans le chef de créateurs et de créatrices ouverts à ces deux modes d’expression artistique. En attirant l’attention du lecteur sur l’œuvre — modeste, convenons-en — de Julia Frezin, peintre, sculptrice, graveure et auteure d’une douzaine de romans, nous souhaitons introduire la question sexuée, celle du genre, afin d’enrichir la problématique initiale. Julia, Adèle Frezin, épouse de Gustave Vanzype et belle-mère de Lucien Christophe, deux littérateurs évoqués brièvement au fil de ces pages, représente en effet l’archétype de la créatrice chrétienne, instruite au xxe siècle dans le respect des préceptes de la religion et soumise à leurs lois. En substance, ces dernières intiment à la bourgeoise-artiste l’abandon de la carrière publique dès lors qu’elle se marie et engendre des enfants. Ainsi, une fois épouse et mère, c’est tout « naturellement » que Frezin « se consacra presque uniquement à l’œuvre de son mari et à sa famille »1comme l’écrit sa plus récente biographe, sans s’interroger sur le sens de ce sacrifice. L’auteure attendra 1924, soit la cinquantaine ou si l’on veut le terme de son « contrat » d’éducatrice, pour publier des romans, des contes et quelques nouvelles inédites dans la presse littéraire, notamment dans Cassandre en 19352. Entre-temps, les vocations de jeunesse — la peinture et la sculpture —auront été abandonnées par devoir et en vertu de la coutume bien-pensante. Le « cas » Frezin n’est pas isolé. A contrario, nombre de femmes désireuses de poursuivre dans la voie artistique, celle hors normes convenues, — pour la plupart issues d’établissements scolaires pour jeunes filles, d’obédience progressiste, aux plus ambitieux programmes de cours — demeureront célibataires et devront, conséquence de leur choix de vie, subvenir elles-mêmes à leurs besoins notamment par le biais du professorat3.

Apprentissage de l’humilité

  • 4 De Seyn(E.), Dictionnaire biographique des sciences, des lettres et des arts en Belgique, Bruxelles (...)
  • 5 Souvenirs. Dernières pages de Julia Frezin, Liège, H. Dessain, 1950, p. 31.
  • 6 Ibid., p. 32.
  • 7 Zette(N.), « État présent des lettres belges. Son de cloche féminin : Mme Julia Frezin », dans Rex, (...)
  • 8 Pour une approche du sujet, voir : Van Cauwenberg (S.), De Jong (L.), « Femmes artistes en Belgique (...)
  • 9 Tout Bruxelles. Mondain, artistique, littéraire. Bihebdomadaire, Bruxelles, 1892–1893.
  • 10 Myriane, « Notes féminines. Femmes artistes », Tout Bruxelles. Mondain, artistique, littéraire, 1e (...)
  • 11 Voir notamment : De Bueger-Van Lierde (F.), « A l’origine du mouvement féministe en Belgique, l’aff (...)

2Le père de Julia, Louis Frezin, naît en 1830 à Lessines, une ville dans laquelle il décédera en 1903. Cet élève de Wappers à l’Académie des beaux-arts d’Anvers, portraitiste de peu de renom, accède au poste de directeur de l’École de dessin de sa cité natale4. Julia Frezin, née quant à elle en 1867, l’aînée de quatre filles et la cadette d’un frère, admire cet homme qui est à l’origine de sa passion pour la peinture. De sa mère, en revanche, elle ne dit presque rien sinon qu’il s’agit d’une âme fervente et humble. Elle se montre une enfant réservée et pieuse autant, se rappelle-t-elle, qu’une « écolière déjà grande, très acceptable, assez docile et scrupuleuse, je crois. Les religieuses qui dirigeaient mon éducation, parlaient sans sévérité du bagage moral que je portais »5. À l’instar de toute fillette chrétienne elle se crée des imaginaires emplis de rêves où seuls « l’encens, les lumières, la voix de l’orgue gris[en]t un peu, en un état proche de l’extase »6. Ainsi l’époque de son apprentissage mêle-t-elle déjà le goût des arts et l’enseignement de l’humilité, du devoir de réserve inhérent au sexe dit faible selon l’éthique catholique de l’époque. Mais bientôt, « après avoir pris des diplômes de professeur au jury de Louvain »7, elle se voue entièrement à la peinture et à la sculpture alors qu’elle fréquente l’atelier de Portaels à l’Académie de Bruxelles. Si, comme en attestent les rares travaux consacrés à Julia Frezin, il s’agit effectivement des cours publics de l’artiste, pédagogue renommé, et non de son atelier privé, la peintre compte dès lors parmi les premières jeunes filles admises dans ce type d’enseignement, interdit à la gent féminine belge jusqu’en novembre 18898. Elle n’hésite pas non plus à diversifier la palette de ses activités puisqu’elle rédige, entre 1892 et 1893, des « Notes féminines » sous le pseudonyme de Myriane dans les colonnes du Tout Bruxelles9. On ne s’étonnera guère qu’elle consacre son premier billet aux « Femmes artistes » afin, en l’occurrence, de déplorer les moqueries répandues à leur encontre. Parce que, affirme la journaliste en herbe, malgré « les nullités tapageuses des femmes émancipées qui proclament bien haut leur droit au succès, à la gloire, sans se douter, les inconscientes, du prix inestimable dont on la paie »10, de talentueuses exceptions existent et méritent à ce titre la reconnaissance publique. Se compte-t-elle parmi ces élues ? On l’ignore, mais il apparaît que, malgré le soutien accordé à quelques réformes voulues par le mouvement féministe, comme l’abrogation de la mise sous tutelle maritale des biens de l’épouse, elle réprouve l’existence de ce genre d’association revendicatrice à l’image de La Ligue belge du droit des femmes, la première du genre — et la plus remarquable d’entre elles — qui vient alors de naître11.

Un mariage, un retrait

  • 12 Vanwelkenhuysen(G.), « Gustave Vanzype », dans Biographie nationale, T.37, Bruxelles, Bruylant, 197 (...)
  • 13 Vanzype(G.), Itinéraires et portraits, Bruxelles, Palais des Académies, 1969. L’ouvrage rassemble e (...)
  • 14 Gauchez(M.), Histoire des lettres françaises de Belgique des origines à nos jours, Bruxelles, La Re (...)

3C’est en 1892 que Julia Frezin épouse Gustave Van Zype (10 juin 1869-12 septembre 1955), Vanzype en littérature12, auteur de théâtre, conteur, romancier et journaliste parmi les premiers à pratiquer le reportage hors des frontières belges13. Il exerce également le métier de critique d’art même si, aux dires de Maurice Gauchez, cette part de ses occupations s’apparente plutôt au genre « composition de vulgarisation et de bibliophilie »14 qu’à un authentique travail scientifique. Vanzype n’a guère bénéficié d’une enfance aisée. Né d’un père organiste qui abandonne tôt le foyer conjugal, le futur homme de lettres se retrouve en effet orphelin à 14 ans à la suite du décès de sa mère. Passionné par la peinture, il fréquente sans tarder les expositions et les ateliers, où il croise, peut-être, celle qui deviendra son épouse. À moins qu’il ne l’ait rencontrée au sein de la rédaction du Tout Bruxelles auquel l’homme de lettres collabore régulièrement dès le numéro initial. Le couple a un premier enfant en 1893.

  • 15 Exposition de 1898, Anvers. Catalogue explicatif. Société royale d’encouragement des beaux-arts, An (...)
  • 16 Souvenirs, op.cit., p. 9.
  • 17 Vanzype(G.), « L’exposition d’Anvers », dans La Gazette, 14 août 1898, 28e année, n° 227, p. 1. Voi (...)
  • 18 Voir notamment L. A., « Les expositions d’art en Belgique. À propos de l’Exposition quaternale d’An (...)
  • 19 Indépendance belge, 16 et 17 août 1898, 69e année, n° 228 et 229, p. 4.
  • 20 Frezin(J.), En silence, Bruxelles, Éd. de Belgique, 1933, p. 143.
  • 21 Zette(N.), op.cit.

4Julia Frezin poursuit cependant sa jeune carrière quelques années encore. Ainsi envoie-t-elle des œuvres au salon de Bruxelles (1897) ainsi qu’au salon d’Anvers (1898) dans lequel, sous le nom de Julia Van Zype, elle expose le masque en bronze du visage de son époux15. Constatons la « présence » maritale tant dans l’usage du patronyme que dans l’un des sujets d’inspiration ! L’artiste propose également un buste de fillette dont le style l’érige, aux dires de Gustave Vanzype, en « digne élève de son père et de Portaels »16. Il faut souligner le caractère posthume du jugement, énoncé dans l’ouvrage que le littérateur consacre en 1950 à la mémoire de l’artiste qui vient alors de décéder. En revanche, en août 1898, l’homme de lettres qui couvre l’exposition au nom du quotidien bruxellois La Gazette17, ne mentionne pas l’œuvre de son épouse. Il s’arrête par contre sur quelques-unes des pièces majeures présentées au public lors de cette exhibition — notamment Le Débardeur de Meunier — tandis qu’il stigmatise avant tout la médiocrité de la majorité des envois. Il apparaît d’ailleurs que l’organisation de l’événement anversois suscite les réprimandes de l’ensemble de la critique, principalement sur la question des salles d’accueil jugées inadaptées et incommodes. L’acerbe Lucien Solvay, envoyé du journal Le Soir, vilipende les responsables qui ont « mélangé tout, sans souci d’ensemble »18. Quant à l’Indépendance belge elle déplore, outre une impression de déjà vu, le peu de public présent à l’occasion de l’inauguration19. Quoi qu’il en soit, au terme de ces expériences malgré tout prometteuses, Julia Frezin cesse toute activité publique. Comme elle fera dire plus tard à l’une des héroïnes de son roman En silence, au titre évocateur, le devoir de mère implique ce renoncement, ce retrait de la sphère publique, malgré le « cœur avide, l’imagination artiste, héritage du père — l’autobiographie affleure sans conteste — et les dispositions généreuses léguées par la voie maternelle »20. Elle circonscrit dès lors son envie créatrice et ses imaginaires à la décoration intérieure de son « ménage », si l’on ose écrire. Elle exécute notamment un portrait au pastel de Vanzype en 1910 alors qu’elle peuple son studio « d’un monde d’images et de rêves » selon l’expression sibylline d’une reporter que l’artiste reçoit à son domicile21.

Petite « psychanalyse » d’une psychologue en lettres

  • 22 Frezin(J.), L’Intruse, Bruxelles, Renaissance du Livre, 1924, 203 p.
  • 23 Zette(N.), op.cit., p. 3.
  • 24 Zette(N.), op.cit., p. 3.
  • 25 Voir Hanlet (C.), Les Écrivains belges contemporains de langue française, 1800–1946, T.2, Liège, H. (...)
  • 26 Souvenirs. Dernières pages de Julia Frezin, op.cit. p. 7.
  • 27 Ibid.

5Ainsi, en 1924, une fois la progéniture éduquée, Julia Frezin marque-t-elle un retour public aux arts — qu’elle n’a en vérité jamais délaissés — en publiant un premier roman intitulé L’Intruse22. Cette « renaissance » se veut cependant discrète, effacée, et l’auteure prend soin d’éviter toute immixtion dans la carrière de son époux. À telle enseigne qu’elle refusera d’émettre une opinion — positive ou négative — sur la raison d’être de l’Académie de langue et de littérature françaises, dont Vanzype occupe le poste de secrétaire perpétuel dès la création de l’institution en 1921. Et de justifier sa position en ces termes : « si j’avais à son endroit les mêmes idées que mon mari, peut-être sourirait-on. Si j’avais au contraire des idées opposées, probablement rirait-on avec éclat. Les rôles comiques me tentent peu. »23. Sur les raisons de sa résurgence créatrice en littérature, Julia Frezin s’explique derechef avec modestie, presque avec prosaïsme, lorsqu’elle déclare avoir « écrit [s]on premier roman pendant la guerre, beaucoup pour tuer l’ennui de longs jours mornes »24. Nory Zette, auteure de deux romans policiers, de romans psychologiques et d’essais25, pour l’occasion envoyée de l’hebdomadaire catholique de droite Rex, qui recueille la confidence en 1934, s’autorise d’ailleurs à broder devant tant de laconisme, avec l’assentiment de l’auteure, semble-t-il. Ainsi apprend-on que la romancière aurait troqué le pinceau et le burin pour la plume en raison d’une lassitude engendrée par le mutisme des personnages sur toile ou de bronze. Pour son mari, Frezin brûle de la passion de l’écriture dès l’adolescence « au point », précise-t-il, « de lui avoir fait négliger, abandonner à peu près, des dons de peintre et de sculpteur » malgré « une brillante préparation dans l’atelier de Portaels ainsi que [d]es envois aux salons triennaux »26. L’affirmation reste vague voire hasardeuse — quoique fréquemment utilisée par les auteurs d’anthologies — d’autant qu’en principe rien n’empêche un artiste de mener de front une double carrière. Mais il s’agit en l’occurrence d’une créatrice mariée qui, selon l’argument massue de Vanzype appuyé sur l’incontournable raison morale, « a voulu remplir assidûment tous ses devoirs au foyer »27.

  • 28 Burniaux(C.), « Le roman et le conte », dans Charlier (G.), Hanse (J.), Histoire illustrée des lett (...)
  • 29 Frezin(J.), Le Viatique, Bruxelles, Éd. de Belgique, 1934, p. 140.
  • 30 Hanlet (C.), op.cit., T. 1, pp. 450-455.

6Constant Burniaux, qui résume le débat en une phrase selon laquelle Julia Frezin est « entrée tard dans la littérature », distingue principalement l’inspiration « férue de psychologie » et « imaginative » de la romancière adepte du récit bourgeois28. Le commentateur constate avec pertinence la primauté des caractères féminins dans l’univers de l’écrivaine. Ajoutons que ces personnages subissent, pour la plupart, les affres de l’existence et se dévouent entièrement à l’époux et aux enfants, même si à l’occasion le rêve — ou la divagation — de travailler afin de « manger le pain que [l’] effort a payé » s’immisce dans ces existences de recluses. « Oui mais comment gagner du pain ? » ajoute aussitôt Danièle Vaudrard, l’héroïne du Viatique29. C’est ardu en effet lorsqu’on a seulement bénéficié de l’instruction minimale des bonnes sœurs. Julia Frezin trouve un thuriféraire dans le bon abbé Hanlet, lecteur attentif de sa prose et critique séduit par la volonté de la romancière de ne dépeindre dans ses écrits que des êtres d’exception. Il lui pardonne dès lors le fait que nombre d’entre eux manifestent un « héroïsme païen »30.

  • 31 Frezin(J.), En silence, op.cit. L’ouvrage bénéficie en effet d’une réédition en 1941 chez Labor.
  • 32 Hanlet(C.), op.cit., T. 1, p. 452.
  • 33 Frezin(J.), Le Nid ravagé, Bruxelles, Éd. de Belgique, 1937, 222 p.
  • 34 Vaneigem(R.), « En silence », dans Frickx (R.), Trousson (R.) (éd.), Lettres françaises de Belgique (...)
  • 35 Ravez(W.), Femmes de lettres belges, Bruxelles, Éd. de Belgique, 1939. L’auteur s’attarde de longue (...)
  • 36 Ravez(W.), op.cit., p. 103.

7La lecture des ouvrages de l’auteure ne contredit certes pas ces quelques analyses aujourd’hui datées mais elle révèle surtout des éléments topiques — au sens didactique du terme —, propres à la frustration. Prédomine en la circonstance celle de la carrière, notamment artistique, sacrifiée au nom de la mission imposée aux femmes. Dans En silence, son ouvrage le mieux accueilli par le public31, Frezin brosse le portrait d’une orpheline éduquée par deux tantes, Angeline et Françoise, l’une bienveillante, l’autre archétype de la vieille fille acariâtre. « Détachée à regret des tendresses humaines et résignée » comme le note joliment Hanlet32. Car c’est en effet la résignation et le renoncement qui animent la plupart des femmes des fictions de Frezin. À l’instar de Marthe Daroux, héroïne du Nid ravagé, paru en 193733 qui, comme s’en félicite Hanlet, accomplit, avant toute autre espérance, ses « devoirs de mère ». Face à de tels poncifs on se doute que la critique littéraire contemporaine juge sévèrement les opus de la femme de lettres. Raoul Vaneigem, dans le Dictionnaire des œuvres, lui reconnaît une honorable habileté littéraire mais stigmatise un excès de prudence et de pruderie qui, notamment dans En silence, conduit Frezin à traiter l’intrigue « avec un conformisme tatillon » tandis qu’elle étire la trame du récit « d’ennuyeuse façon et qu’elle [l’]ensevelit sous des protestations moralisantes »34. Mais si l’on accepte de ne pas considérer seulement le critère esthétique — chose tout à fait admissible pour un historien des lettres — ce genre de littérature révèle l’esprit conservateur de la fin du siècle. Frezin reproduit en quelque sorte le discours, jadis appris à l’école catholique, de l’idéal vers lequel doivent tendre les bourgeoises, réelles comme…fictives. On pourrait déceler par ailleurs quelque similitude entre l’imaginaire de Frezin et celui de son mari dont le théâtre d’idées magnifie des personnages « archétypes », conscients de leur responsabilité morale et prêts à tous les sacrifices au nom de l’honneur. Walter Ravez, auteur en 1939 d’une synthèse sur les femmes de lettres belges, n’hésite d’ailleurs pas à ranger la créatrice parmi les écrivaines « de la psychologie »35. Celle à la Paul Bourget, ajouterait-on volontiers. Ravez, qui suppose que le grand homme de mari n’a pas soupçonné cet autre travail élaboré discrètement, presque à son insu, constate en outre une autre des caractéristiques fondamentales de l’œuvre de Frezin, soit la récurrence du personnage de la jeune fille, sans appui, délaissée par ses parents ou orpheline. Et de remarquer encore, mais sans opérer de lien entre les deux observations, combien l’univers fictif de la créatrice anime une « galerie de tragiques figures, faites de dévouement bourgeois, d’émouvantes images de sacrifice conjugal ou maternel »36. Comme si la vie terrestre ne s’apparentait pour la femme de « bonne éducation » qu’à un chemin de croix, de l’enfance délaissée à la condition dévouée de mère et d’épouse. D’un isolement l’autre, si l’on veut.

L’héroïsme discret de la bourgeoise

  • 37 Frezin(J.), La Dîme, Bruxelles, Éd. de Belgique, 1933, 191 p.
  • 38 Frezin(J.), La Chimère ennemie, Bruxelles, Éd. de Belgique, 1936, 299 p.
  • 39 Van De Wiele(M.), Fleurs de civilisation, Paris, Ollendorff, 1901.
  • 40 Van Den Dungen(P.), « L’écriture et les femmes en Belgique au tournant du siècle », dans Sextant, r (...)

8Mais le sacrifice des ambitions professionnelles et, en définitive, celui de la qualité de femme à part entière demeurent un choix positif au regard de l’éthique. Ainsi, dans La Dîme, le roman de l’épreuve subie par Régine Daubry, une mère qui perd à la guerre deux de ses trois enfants, les plus brillants, tandis que le troisième, contrefait et en partie paralysé, ressort de l’épreuve à moitié mort, atteint de congestion cérébrale37. Frezin brosse en effet, en contrepoint de ce récit sinistre nourri du drame qui couve et de l’attente derrière le Front, le portrait de Micheline Clairbois, fille d’un peintre « à l’originalité débraillée de rapin » (p.39). Or, celle que l’auteure présente telle une prétendante du fils aîné se révèle une amoureuse indigne qui préfère s’amuser dans son salon où paradent des jeunes artistes d’avant-garde. C’est une « moderne », qui fume, rêve de la vie de bohème et ne s’en laisse pas conter lorsque la mère éprouvée lui prédit : « tu penseras autrement lorsque tu auras un mari, des petits. En dehors d’eux, tout devient accessoire, et leur salut est la seule chose essentielle » (p.73). Mais l’émancipée, qui conçoit le mariage tel un « accord librement consenti », demeure insensible avant de convoler avec un beau parti. Quand les discours des êtres de fiction expriment la pensée et les choix de vie de leur créatrice ! Le parallèle s’établit encore mieux avec la description douce-amère de la peintre de La Chimère ennemie38, qui s’est maintenue dans la voie artistique quitte à se muer en une « fleur de civilisation », selon l’expression de la romancière Marguerite Van de Wiele39 pour laquelle les femmes artistes sont en substance des hybrides malheureux de la nature et de la civilisation40.

Autoportrait en creux

9Dans La Chimère ennemie, Frezin décrit les attitudes impertinentes des Affranchies, adolescentes d’un lycée baptisé Socrate. On identifiera sans peine dans cette charge les Cours d’éducation fondés par Isabelle Gatti de Gamond dans lesquels — dès 1864 — des enseignant(e)s dûment formé(e)s dispensent aux jeunes filles un apprentissage autrement plus performant et structuré que celui des écoles catholiques. Ces demoiselles, selon l’auteure, lisent Freud, fréquentent les cinémas et se conduisent mal. Ainsi, sans entrer dans le détail du récit, une de ces péronnelles feint de s’éprendre de Philippe Landrieux, un professeur dudit établissement, afin d’éprouver le pédagogue dont, de surcroît, la femme, enceinte et malade, mourra délaissée. Et cet épilogue fatal ne peut être évité malgré le secours d’une amie d’enfance retrouvée, Renée Corbisier, orpheline et célibataire recueillie par une marraine dévouée, artiste peintre de son état. Veuve et connue du public sous le nom de Cabert, cette dernière apparaît sous les traits d’une robuste et sympathique sexagénaire qui « reste fidèle au tabac noir ». « Du caporal », précise-t-on, parce qu’avec « [s]on type de troupier, cela seul est permis » (p.41). On observe qu’en sus de la description d’un physique masculinisé par la pratique d’un « métier d’homme », la romancière montre le découragement dans l’esprit de son héroïne quant à la réalité de ses talents de peintre. « Si encore », lui fait-elle dire, « je m’attaquais à une pomme, à un chou… Mais la mer et le ciel ! Rien de plus subtil à fixer, de plus mouvant, de plus fugace, d’aussi insaisissable. Quelle prétention !… Je pourrais vivre tranquillement, faire la sieste, jouer au bridge comme tant d’autres. Au lieu de cela, je m’esquinte à poursuivre l’impossible. » (p.58) Notons qu’elle ne tente cependant pas l’étude des personnages parce que les femmes, à ses dires, ne disposeraient pas d’aptitudes suffisantes pour aborder ce genre de sujet. Consciente de ses « limites », Cabert jette également un regard désabusé sur la profession, peuplée « [d’] hommes, pas [de] saints ». Ses coreligionnaires en art « sont drôles, quelquefois, et pitoyables plus souvent, à force d’être esclaves de leur chimère » (p.181). Mais Frezin, par le biais des pensées de son héroïne, laisse entendre que les femmes peintres pâtissent de cet asservissement sur un autre plan encore, existentiel celui-là.

Chimère artistique contre devoir de l’espèce

  • 41 Coppin(M.), « Initiation », dans Revue de Belgique, 2e série, T. 14, août 1895, pp. 336-363 ; T. 15 (...)
  • 42 Frezin(J.), La Chimère ennemie, op.cit., p. 253.
  • 43 Myriane, « Notes féminines. Des enfants », dans Tout Bruxelles. Mondain, artistique, littéraire, 1e (...)

10« Les mères les plus indigentes m’écrasent d’une splendeur incomparable », déclare en effet Cabert (p.253) qui, malgré un succès honorable, sait qu’elle n’atteint pas au génie et ne compte pour personne. Elle a eu le tort de tirer un trait sur son histoire génésique à l’avantage de la carrière artistique. Souvenons-nous des insatisfactions de cet ordre dépeintes par Van de Wiele auxquelles on pourrait ajouter, notamment, les considérations d’une autre bonne marraine de fiction due à la plume de Marguerite Coppin41. Le personnage en question, auteure pour sa part, jette un regard sans fard sur son choix de vie et se perçoit telle une artiste honorable, sans plus, parce que « trop femme, laquelle a quelquefois du talent, souvent du bonheur dans l’expression, de la facilité dans la conception, mais jamais d’esprit créateur » (p.343). En définitive les romancières et les peintres, selon Frezin et beaucoup d’auteures « bien-pensantes » en partie conditionnées par le discours masculin dominant, enfreignent les lois naturelles et, en conséquence, apparaissent tels des êtres asexués, stériles. Coquilles vides et inassouvies… « Créer la vie… Cela console d’avoir vécu », martèle Caro, « avec une ardeur poignante », insiste Frezin, mère de famille42. Ainsi la romancière semble faire dire à son personnage, la peintre d’un certain âge qu’elle aurait pu être, qu’entre les deux modes de création, l’artistique et celui qui a trait à la génération, il faut opter pour le second sous peine de connaître une existence vide. Ces dialogues de fiction se présentent par ailleurs comme les échos tardifs de chroniques signées, dès 1892, sous le pseudonyme de Myriane dans les colonnes du Tout Bruxelles. Soit plus de quarante années avant la publication de La Chimère ennemie. Julia Frezin y certifie déjà que les enfants « enchaînent à la vie » avant d’ajouter que « cela fait accepter avec une résignation facile, les menus tracas, les petites vicissitudes » ; en un mot, « la mère sauve la femme »43!

Fin de parcours

  • 44 « Funérailles de Mme Vanzype – Frezin », dans La Libre Belgique, 8 mars 1950, 67e année, n° 67, p.  (...)
  • 45 Dictionnaire biographique illustré des artistes en Belgique depuis 1830, Arto, 1987, p. 172.
  • 46 Lobet(M.), « Lucien Christophe », dans Nouvelle biographie nationale, T. 2, Bruxelles, Académie roy (...)
  • 47 La Libre Belgique, op. cit. Le quotidien ne cite malheureusement pas les noms des « célébrités » év (...)

11À l’instar d’autres créatrices d’obédience catholique ou « bien-pensante », Julia Frezin juge donc son parcours en art et celui de ses consœurs presque à la manière d’une déviance biologique, comme une immixtion incongrue dans la sphère publique. Ainsi tire-t-elle un trait sur ses velléités d’artiste-peintre, affirmées pourtant dès le jeune âge, afin de tenir « son rôle » d’épouse et de mère au sein du foyer. Mais son retour « public » à la création par le biais des lettres signifie que l’envie de taquiner les Muses persiste et puis prime, une fois le devoir social accompli. Le présent article a voulu montrer que pour certaines artistes soumises aux coutumes sociétales autant que désireuses de demeurer en conformité avec elles, une problématique sexuée — qui intègre les notions de rôles distincts traditionnellement impartis aux femmes et aux hommes — se greffe au sein du rapport entre peinture et littérature. En l’occurrence, une conjonction s’est substituée à celle initialement inscrite dans la thématique proposée à la sagacité du chercheur, soit le « ou » au « et ». Au surplus le partage d’une intimité avec un homme en vue et, sur le plan de la carrière, potentiel « concurrent », incline encore davantage Julia Frezin à se maintenir dans sa position en retrait. L’artiste semble cependant assumer cet empêchement, ce frein porté à ses imaginaires, même si, comme on l’a vu, ses récits de la maturité ne présentent que des portraits d’héroïnes désenchantées. Julia Frezin décède le 2 mars 1950. La presse rend en la circonstance un hommage discret à cet « écrivain de talent » qui « s’est également adonnée avec succès à la musique, à la sculpture, au dessin… »44 même si les journaux présentent plus volontiers la défunte aux lecteurs sous son nom d’épouse, Mme Gustave Vanzype, que sous son patronyme de jeune fille. Les nécrologies accordent 83 ans à l’artiste, ce qui signifie dès lors que la date de sa naissance remonte à 1867 et non à 1864 comme l’indique la biographie précitée ou encore à 1870 comme l’écrit le dictionnaire biographique édité par Arto dans son édition de 198745. Aux funérailles, le 8 mars, outre Gustave Vanzype, Lucien Christophe (1891-1975)46 et son petit-fils le docteur André Ferrière, on distingue des « nombreuses personnalités du monde des arts et des lettres »47 venues saluer la mémoire de cette artiste discrète par devoir, par ailleurs chevalier de l’ordre de la Couronne, désormais enterrée au cimetière de Boitsfort. Gustave Vanzype survivra cinq ans à son épouse.

Haut de page

Notes

1 Chastain(F.), « Julia Frezin », dans Nouvelle biographie nationale, T.2, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1990, pp. 171-172.

2 Frezin(J.), « Le Baron. Nouvelle inédite », Cassandre, 3 août 1935, 2e année, n° 31, p. 11.

3 Voir : Van Den Dungen (P.), « Un milieu de femmes de lettres francophones au tournant du siècle », dans Sextant, revue bisannuelle publiée par le G.R.E.F, 1999, n° 11, pp. 135-166 et Van Den Dungen (P.), Parcours singuliers de femmes en lettres : Marie Closset, Blanche Rousseau et Marie Gaspar. Des Cours d’éducation d’Isabelle Gatti de Gamond à quelques expériences éducatives buissonnières, Liber Amicorum A. Despy-Meyer, Bruxelles, Presses de l’U.L.B, 2000, pp. 189-209.

4 De Seyn(E.), Dictionnaire biographique des sciences, des lettres et des arts en Belgique, Bruxelles, Éd. de l’Avenir, 1935, T.1, p. 471 et Dictionnaire biographique illustré des artistes en Belgique depuis 1830, Arto, 1987, p. 172.

5 Souvenirs. Dernières pages de Julia Frezin, Liège, H. Dessain, 1950, p. 31.

6 Ibid., p. 32.

7 Zette(N.), « État présent des lettres belges. Son de cloche féminin : Mme Julia Frezin », dans Rex, 3e année, n° 28, 20 juillet 1934, p. 3.

8 Pour une approche du sujet, voir : Van Cauwenberg (S.), De Jong (L.), « Femmes artistes en Belgique, 1800–1950 », dans À chacun sa grâce. Femmes artistes en Belgique et aux Pays-Bas 1500–1950, Paris, Flammarion, 1999. pp. 69-87.

9 Tout Bruxelles. Mondain, artistique, littéraire. Bihebdomadaire, Bruxelles, 1892–1893.

10 Myriane, « Notes féminines. Femmes artistes », Tout Bruxelles. Mondain, artistique, littéraire, 1e année, n° 1, 2 octobre 1892, p. 2.

11 Voir notamment : De Bueger-Van Lierde (F.), « A l’origine du mouvement féministe en Belgique, l’affaire Popelin », dans Revue belge de philologie et d’histoire, T. 50, vol. 4, 1972, pp. 1125-1137.

12 Vanwelkenhuysen(G.), « Gustave Vanzype », dans Biographie nationale, T.37, Bruxelles, Bruylant, 1971–1972, col. 793-800.

13 Vanzype(G.), Itinéraires et portraits, Bruxelles, Palais des Académies, 1969. L’ouvrage rassemble en fait deux séries d’articles de l’homme de lettres (« Au temps du silence » et « Le prologue du drame », initialement publiés en 1939 et en 1935). Le second témoignage, composé de textes publiés entre 1901 et 1914, constitue un intéressant document sur les signes annonciateurs du premier conflit mondial.

14 Gauchez(M.), Histoire des lettres françaises de Belgique des origines à nos jours, Bruxelles, La Renaissance d’Occident, 1922, p. 208.

15 Exposition de 1898, Anvers. Catalogue explicatif. Société royale d’encouragement des beaux-arts, Anvers, 1898.

16 Souvenirs, op.cit., p. 9.

17 Vanzype(G.), « L’exposition d’Anvers », dans La Gazette, 14 août 1898, 28e année, n° 227, p. 1. Voir aussi un second article le 18 août dans le numéro 230.

18 Voir notamment L. A., « Les expositions d’art en Belgique. À propos de l’Exposition quaternale d’Anvers », dans La Métropole, 18 août 1898, 5e année, n° 280. Ce barbarisme langagier désigne effectivement l’événement. SOLVAY (L.), « Le Salon d’Anvers », dans Le Soir, 18 août 1898, 12e année, p. 5.

19 Indépendance belge, 16 et 17 août 1898, 69e année, n° 228 et 229, p. 4.

20 Frezin(J.), En silence, Bruxelles, Éd. de Belgique, 1933, p. 143.

21 Zette(N.), op.cit.

22 Frezin(J.), L’Intruse, Bruxelles, Renaissance du Livre, 1924, 203 p.

23 Zette(N.), op.cit., p. 3.

24 Zette(N.), op.cit., p. 3.

25 Voir Hanlet (C.), Les Écrivains belges contemporains de langue française, 1800–1946, T.2, Liège, H. Dessain, 1946, p. 680.

26 Souvenirs. Dernières pages de Julia Frezin, op.cit. p. 7.

27 Ibid.

28 Burniaux(C.), « Le roman et le conte », dans Charlier (G.), Hanse (J.), Histoire illustrée des lettres françaises de Belgique, Bruxelles, Renaissance du Livre, 1958. pp. 477-494.

29 Frezin(J.), Le Viatique, Bruxelles, Éd. de Belgique, 1934, p. 140.

30 Hanlet (C.), op.cit., T. 1, pp. 450-455.

31 Frezin(J.), En silence, op.cit. L’ouvrage bénéficie en effet d’une réédition en 1941 chez Labor.

32 Hanlet(C.), op.cit., T. 1, p. 452.

33 Frezin(J.), Le Nid ravagé, Bruxelles, Éd. de Belgique, 1937, 222 p.

34 Vaneigem(R.), « En silence », dans Frickx (R.), Trousson (R.) (éd.), Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres, Paris/Gembloux, Duculot, T. 1., Le roman, 1988, p. 163.

35 Ravez(W.), Femmes de lettres belges, Bruxelles, Éd. de Belgique, 1939. L’auteur s’attarde de longues pages sur Julia Frezin (pp. 83-104).

36 Ravez(W.), op.cit., p. 103.

37 Frezin(J.), La Dîme, Bruxelles, Éd. de Belgique, 1933, 191 p.

38 Frezin(J.), La Chimère ennemie, Bruxelles, Éd. de Belgique, 1936, 299 p.

39 Van De Wiele(M.), Fleurs de civilisation, Paris, Ollendorff, 1901.

40 Van Den Dungen(P.), « L’écriture et les femmes en Belgique au tournant du siècle », dans Sextant, revue bisannuelle publiée par le G.R.E.F, n° 6, 1996, pp. 81-113.

41 Coppin(M.), « Initiation », dans Revue de Belgique, 2e série, T. 14, août 1895, pp. 336-363 ; T. 15, sept.1895, pp. 32-52 et oct. 1895, pp. 152-166.

42 Frezin(J.), La Chimère ennemie, op.cit., p. 253.

43 Myriane, « Notes féminines. Des enfants », dans Tout Bruxelles. Mondain, artistique, littéraire, 1e année, n° 3, 9 octobre 1892, p. 1.

44 « Funérailles de Mme Vanzype – Frezin », dans La Libre Belgique, 8 mars 1950, 67e année, n° 67, p. 6. Voir aussi La Nation belge, 3 mars 1950, 33e année, n° 62, p. 5 et 5 mars 1950, n° 64. Le Soir (4 mars 1950, 64e année, n° 62, p. 7) publie un texte identique à celui inséré dans la Nation belge.

45 Dictionnaire biographique illustré des artistes en Belgique depuis 1830, Arto, 1987, p. 172.

46 Lobet(M.), « Lucien Christophe », dans Nouvelle biographie nationale, T. 2, Bruxelles, Académie royale, 1990, pp. 85-87. Christophe préfacera par ailleurs un ouvrage dédié à la mémoire de son beau-père : Vanzype (G.), Les Meilleures Pages. Présentées par L. Christophe, Bruxelles, Renaissance du Livre, 1959.

47 La Libre Belgique, op. cit. Le quotidien ne cite malheureusement pas les noms des « célébrités » évoquées, se bornant donc à cette formule convenue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Van Den Dungen, « Sur Julia Frezin. Épouse, mère « chrétienne » — et artiste », Textyles, 19 | 2001, 86-92.

Référence électronique

Pierre Van Den Dungen, « Sur Julia Frezin. Épouse, mère « chrétienne » — et artiste », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/textyles/940 ; DOI : 10.4000/textyles.940

Haut de page

Auteur

Pierre Van Den Dungen

Université libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals