Navigation – Plan du site

La gestion des conseils de classe à l’école primaire : quelle professionnalité de l’enseignant ?

Maria Pagoni

Résumés

L’article interroge l’activité langagière de deux instituteurs lors de conseils de classe en CE2 et en CM1 dans une école primaire se réclamant de la pédagogie Freinet. Cette activité est analysée à partir d’actes de langage qui sont regroupées en trois fonctions : fonction d’évaluation, fonction de conceptualisation et fonction de guide pour l’action. Il apparait que la façon dont l’enseignant gère ces fonctions selon la situation abordée en classe, peut être révélatrice du développement de certains gestes professionnels. On voit par exemple que, selon son expérience, l’enseignant intervient de façon différente pour remplir deux types de tâche : l’encadrement des interventions des élèves et l’accompagnement des prises de décision.  Cette analyse soulève des questions sur la façon dont les enseignants arrivent à gérer deux finalités essentielles du conseil de classe : une finalité politique de prise de décision et une finalité d’apprentissage concernant l’éducation des élèves à la citoyenneté.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Les programmes de 2002 faisaient référence au “ débat ” visant à faire comprendre aux élèves la si (...)

1Cet article vise à contribuer à la description des pratiques professionnelles des enseignants dans les conseils de classe à l’école primaire. Les conseils de classe, qui peuvent aussi être appelés « conseils de coopération » ou « réunions de coopérative», sont insérés dans le temps scolaire pour discuter, débattre et participer à la vie de la classe. Leur usage n’est pas obligatoire ni définie de façon explicite par les programmes officiels1 mais s’intègre dans la tradition du mouvement Freinet (1946/1974), de la pédagogie institutionnelle (Oury & Vasquez, 1967 ; Pain, 1993) et des réflexions théoriques concernant la participation, la coopération entre élèves et la valeur de l’expérience dans les processus d’apprentissage (Piaget, 1997 ; Dewey, 1990).

2La plupart des descriptions des conseils de classe dont nous disposons jusqu’à maintenant constituent des monographies qui s’inspirent de la pédagogie institutionnelle dont les principales sources théoriques sont la dynamique de groupe et la psychothérapie institutionnelle (Imbert, 1996, Pochet & Oury, 1997). En effet, ces monographies décrivent comment la loi symbolique, l’affect et l’inconscient fonctionnent dans la classe en analysant la force de la parole exprimée par les élèves et l’enseignant.

3Quelques recherches plus récentes s’appuient sur les théories de la philosophie politique pour décrire les conseils de classe comme lieux d’éducation à la citoyenneté suscitant des questions autour de la justice des prises de décision, l’élaboration et l’application des règles de la classe ainsi que la façon dont sont abordés les droits et les devoirs des élèves (Haeberli, 2004).

4En se situant dans la continuité de ces travaux qui considèrent les conseils de classe comme lieux d’éducation à la citoyenneté, notre recherche interroge les activités langagières de l’enseignant en tant que gestes professionnels abordés dans une perspective didactique : Comment l’enseignant veille-t-il à l’application des règles de la classe tout en accompagnant la réflexion des élèves autour des situations et des concepts abordés ?

5Pour répondre à cette question nous allons d’abord faire un état des lieux des recherches existantes sur les conseils de classe en tant que lieux d’éducation à la citoyenneté, pour ensuite présenter le contexte particulier de nos observations, à savoir une école inspirée de la pédagogie Freinet située dans une ZEP de la banlieue lilloise. L’article va se poursuivre par la description de la méthodologie de recueil et d’analyse des données de la recherche ainsi que des principaux résultats présentés initialement de façon quantitative puis illustrés par l’analyse de certains moments particuliers des conseils observés.

Etat de la question : Les fonctions des conseils de classe comme lieux d’éducation à la citoyenneté

6Des recherches récentes sur les conseils de classe montrent la difficulté, pour les enseignants, d’orienter ces lieux de discussion vers la construction des objets didactiques qui renvoient à la notion de loi, aux valeurs qui la fondent et aux conditions de son application.

7L’étude menée par Claude Laplace à Genève (2002) révèle la grande hétérogénéité des pratiques dans ce domaine tout en soulignant deux aspects communs de celles-ci : l’instrumentalisation du conseil comme outil de lutte contre la violence et de maintien de l’ordre scolaire ; l’éducation à la démocratie qui semble pourtant peu réfléchie. En effet, la recherche signale que la conception qu’ont les enseignants de la démocratie est très procédurale (vote, élections, tour de parole, etc.)  et qu’elle se réduit souvent à la prise de décision par le vote à la majorité. En revanche, les dimensions liées à la culture démocratique (débat, controverse ou la discussion autour des valeurs démocratiques) ne sont que trop rarement envisagées par les enseignants. La fonction du conseil comme outil de maintien de l’ordre scolaire apparaît aussi par l’étude réalisée par Philippe Haeberli (2009) au canton de Genève. Elle met en évidence que le caractère coutumier du fonctionnement de la classe contribue à ce que l’auteur appelle la scolarisation des conseils  où la notion de l’effort apparaît constituer la norme de résolution des conflits la plus fréquente.

8On peut aussi citer la recherche menée par Martine Raimondi-Janner (2006), dans trois classes (une classe de chaque cycle) des écoles françaises. Elle montre que, selon le niveau scolaire, le conseil de classe peut être régi soit par une conception moralisatrice (réfléchir sur les conséquences de ses actes sur les autres), soit par une conception normative (rappeler les règles et l’obéissance à s’y conformer) soit par une conception décisionnelle (trouver des solutions aux problèmes posés sans forcément passer par leur analyse). L’auteure  souligne que lorsque les conditions sont réunies, l’observation permet de caractériser des « surgissements démocratiques » comportant la réflexion collective autour d’une notion ou d’une proposition. De tels échanges propices à une co-construction de type démocratique ne durent que brièvement, d’où le terme de « surgissements » (Raimondi-Janner 2006).

9Il apparait donc que le conseil de classe à l’école primaire semble tiraillé entre une finalité politique qui consiste à prendre des décisions - susceptibles d’être opérationnalisées - de façon démocratique dans un espace régit par des droits et des obligations, et une finalité éducative qui consiste à aider les élèves à se poser des questions sur les concepts et les situations de la vie scolaire qui sont liés à l’élaboration et l’application de ces droits et devoirs.  Comment l’enseignant peut-il adopter à la fois une attitude normative (en tant que garant de la loi) et une attitude médiatrice (d’aide à la conceptualisation) sans réduire le conseil à une caricature de fonctionnement démocratique ? Cette question nous semble particulièrement pertinente quand il s’agit d’observer des pratiques qui s’inscrivent dans le cadre de la pédagogie Freinet.

Objectif et contexte de la présente étude

10Au sein de la pédagogie Freinet, le conseil de classe constitue un “ outil de régulation de la vie collective ” qui sert à instituer des lois et des moyens d’organisation de la classe. Cette forme de “ citoyenneté participative ” vise sans doute à apprendre aux élèves à respecter les règles collectives mais aussi à se poser des questions sur leur possible évolution afin de satisfaire les besoins du collectif de la classe aussi bien pour défendre certaines valeurs que pour structurer le travail scolaire (Peyronie, 2003).  

11Les classes observées au sein de cette étude font partie d’une école qui, depuis septembre 2001, fonctionne avec une équipe enseignante dont les membres se réclament explicitement du mouvement Freinet (ICEM). Ayant effectué des observations dans cette école pendant trois années consécutives sur le système de socialisation scolaire mis en place et ses effets sur le rapport des élèves à l’autorité (Carra & Pagoni, 2007 ; Pagoni, 2009) nous avons abouti à la conclusion que ces conseils de classe jouent un rôle pertinent du point de vue de l’exercice de la citoyenneté scolaire des élèves par leur fonctionnalité et par le souci de respect d’un système de règles explicitement établi.

12On peut effectivement constater la fonctionnalité de ces réunions de classe qui sont censées prendre des décisions votées, pour faciliter le travail des élèves.  Ces décisions peuvent être de trois types :

  • évaluation du comportement des élèves selon un système de croix qui est décidé par la classe ; les croix peuvent être enlevés par l’enseignant mais aussi par les « responsables » de chaque domaine de la vie de la classe (responsable du temps, de la surveillance, du tableau, de la propreté …) ;

  • évaluation du travail des responsables des métiers: Est-ce qu’ils étaient trop laxistes et / ou trop sévères ? Est-ce que leurs décisions sont validées par la classe ?

  • Organisation des projets de la classe ou de l’école selon la proposition d’un élève particulier, du maître ou du conseil d’école qui communique systématiquement ses décisions à chaque classe.

13Ces prises de décisions s’appuient sur un système organisé de  règles de procédures ou de vie sociale soigneusement établies et discutées tout au long de l’année. En effet, le comportement des élèves et des différents responsables est évalué sur la base des règles qui existent et inversement les problèmes surgis et discutés peuvent aboutir à la modification de certaines règles ou la création d’autres. Mais qu’en est-il de la discussion autour des problèmes rencontrés ? Est-ce qu’il y a des objets de réflexion qui apparaissent ?

14La professionnalité de l’enseignant sera ici considérée comme la capacité à mobiliser un ensemble de ressources pour garder un équilibre souple entre les deux rôles du conseil de classe précédemment cités : un rôle de prise de décision concernant les problèmes de la classe et les propositions des élèves ; un rôle d’apprentissage concernant  l’analyse des situations soumises à discussion, l’explicitation de  leurs concepts et la problématisation de leur contenu. On peut supposer que le maintien de cet équilibre nécessite des capacités à la fois d’adaptation et d’ouverture des interventions langagières de l’enseignant selon les particularités de chaque situation, capacités qui ont déjà été étudiées dans d’autres domaines d’apprentissage (Altet, 1994 ; Goigoux, 2002 ; Jorro, 2006). Nous pouvons aussi entrevoir dans le maintien de cet équilibre le passage des gestes du métier, aux gestes professionnels, selon la distinction faite par  Anne Jorro : « Par gestes du métier, il importe de comprendre gestes codifiés, répertoriés dans la mémoire du métier et de saisir leur effet structurant dans l’activité. Leur caractère social, public caractériserait le genre d’activité (Clot, 1999). Les caractéristiques structurelles et fonctionnelles des gestes du métier donnent à l’activité un socle invariant.[…] En revanche, les gestes professionnels sont entendus comme des signes (diacritiques) qui ne peuvent être appréhendés qu’en situation. L’idée de posséder un répertoire de ces gestes singuliers reviendrait à poursuivre une quête impossible. La rencontre interpersonnelle qui empli la relation de formation ne supporterait pas une classification a priori, encore moins une lecture de l’activité qui se dédouanerait de la prise en compte des processus intersubjectifs » (Jorro, 2002, 40-41).

  • 2  Pour la place des conseils de classe dans le cadre de la pédagogie Freinet et la pédagogie institu (...)

15Dans le cas des conseils de classe, nous pouvons considérer que les gestes du métier représentent la volonté du maître de rendre ces moments utiles et efficaces pour le fonctionnement de la classe, selon la tradition de ce dispositif profondément ancré dans l’histoire de la pédagogie Freinet2 et sa volonté de démocratisation de l’enseignement. Par contre, les gestes professionnels représentent la façon dont le maître s’adapte à la situation particulière de chaque élève et de chaque situation et saisit l’occasion de chaque moment donné pour faire apparaître des objets de discussion et des  objets d’apprentissage. Dans cette optique, le rapprochement entre les gestes professionnels et les interventions langagières de l’enseignant peut se faire par la question suivante : quelles sont les fonctions des interventions langagières de l’enseignant ? A quoi font-elles avancer les apprentissages au sein des conseils de classe ?

Méthodologie de recueil et d’analyse des données

  • 3  Comme l’ensemble de l’équipe éducative s’inscrit explicitement dans le mouvement Freinet (ICEM).

16La recherche porte sur une comparaison entre deux enseignants d’une école se réclamant de la pédagogie Freinet avec des profils différents, l’un expérimenté près de la retraite ayant une classe de CM1 et l’autre jeune, avec moins de cinq ans d’expérience ayant une classe de CE2. Comment arrivent-ils à gérer leurs conseils de classe de sorte qu’ils remplissent les fonctions précédemment citées ? Est-ce qu’il y a des différences et/ou des similitudes entre eux dans cet espace commun de citoyenneté scolaire régis par des principes adoptés par l’ensemble de l’équipe éducative ?3  Pour répondre à ces questions, nous allons nous appuyer sur l’analyse de deux conseils de classe, un en CE2 et un en CM1, qui ont eu lieu en 2002. Les séances durent 30 minutes en moyenne et sont transcrites entièrement.

17En ce qui concerne le traitement des données, la  démarche méthodologique utilisée est inspirée des travaux de Frédérique François (François 1991, 1994) et de l’approche pragmatique du langage plus généralement (Halté 1992, Pratiques 1999, Searle 1972). Elle vise à analyser à la fois les fonctions des interventions langagières de l’enseignant, par rapport à celles des élèves, et leur place dans le contexte de chaque situation de communication selon l’enjeu d’apprentissage que celle-ci représente au sein du conseil de classe. Cette démarche méthodologique se déroule en trois étapes.

  • 4  Il s’agit de petits papiers, signés, où les élèves écrivent la raison pour laquelle ils veulent pr (...)
  • 5  A titre indicatif, voir en annexe la structuration des épisodes dans un des conseils de classe obs (...)

18La première étape consiste à découper les corpus en épisodes pour mettre en évidence l’architecture thématique de chaque conseil. Chaque épisode commence par un « mot »4 déposé par un élève ou par l’enseignant, qui représente le problème et / ou la proposition soumis à discussion, et finit par une prise de décision5.

  • 6  On aurait pu parler de « proposition » mais elle n’existe pas en langage oral, puisqu’il n’y a pas (...)

19La deuxième étape consiste à analyser les actes de langage de l’enseignant et des élèves. Notre unité d’analyse est l’énoncé qui peut être défini comme une unité de sens qui se construit autour d’un objet de discours et qui exprime explicitement ou implicitement la position du locuteur6. L’intervention d’un acteur au cours de la discussion peut comporter plusieurs énoncés dont chacun renvoie à un acte de langage particulier. Les actes de langage sont catégorisés en fonction de leur force illocutoire exprimant l’intention du locuteur par rapport à l’effet visé sur son interlocuteur. Cette catégorisation est le produit de l’interprétation du chercheur selon le contexte de la situation d’énonciation (qui parle, à qu’il s’adresse, quel est l’effet visé …). Les catégories retenues sont spécifiques aux conseils de classe et regroupées en trois grandes fonctions :

20Fonction d’évaluation : cette fonction regroupe deux grandes catégories d’actes de langage : Interagir (accepter / confirmer, réfuter / contester, douter, rechercher, demander une confirmation, corriger) et se positionner (signaler un dysfonctionnement, critiquer / protester / accuser, commenter, exprimer une préférence, assurer / affirmer).

21Fonction de conceptualisation : cette fonction regroupe deux grandes catégories d’actes de langage : éclaircir (donner une information, demander une explication, reprendre, expliquer, reformuler, compléter, formaliser) et argumenter (montrer par une action ou par un exemple, justifier, raconter pour témoigner ou comparer).

22Fonction d’orientation de l’action : Cette fonction regroupe deux grandes catégories d’actes de langage : gérer des procédures (donner la parole, demander la participation, annoncer une action, rappeler la procédure, recentrer) et orienter l’action / construire des normes (exécuter / faire, ordonner / demander une action à quelqu’un, prescrire une règle, proposer).

23Ces fonctions expriment la façon dont les locuteurs utilisent les différents actes de langage pour faire avancer la discussion autour du problème raconté. Elles sont communes pour les élèves et les enseignants puisque leurs rôles sont interchangeables au sein du conseil. L’analyse quantitative de ces actes de langage peut nous donner une image du profil des interventions de l’enseignant et des élèves et permettre de faire des hypothèses sur la possible relation qui existe entre eux.

24La troisième étape de l’analyse est focalisée sur certains épisodes des conseils de classe observés  qui illustrent bien la particularité des interventions de chaque enseignant selon le contexte de la situation.

Présentation des résultats

Approche quantitative globale

25Le tableau 1 montre la répartition des énoncés entre élèves et enseignants dans les deux conseils. On remarque qu’il y a une différence importante entre les énoncés des instituteurs dans les deux classes. Les énoncés prononcés par le maître de CM1 constituent 43.7% du nombre total des énoncés contre 16.3%  pour le maître de CE2. Notons que le nombre d’énoncés montre la densité des interventions des acteurs. En effet, il y a moins de différence entre le nombre des tours de parole des deux enseignants (27.4% pour le maître de CM1 contre 17.2% pour le maître de CE2), ce qui signifie que celui de CM1 a tendance à intervenir plus souvent mais aussi à faire des interventions plus longues.

Répartition des énoncés et des tours de parole entre élèves et enseignants

Classe

Acteurs

CM1

CE2

Enoncés

Tours de parole

Enoncés

Tours de parole

Elèves

205

56.3%

175

72.6%

375

83.7%

293

82.8%

Enseignant

159

43.7%

66

27.4%

73

16.3%

61

17.2%

Total

364

100%

241

100%

448

100%

354

100%

  • 7  Cette catégorie comprend les actes de langage suivants : accepter / confirmer, réfuter / contester (...)
  • 8  Cette catégorie comprend  les actes de langage suivants : signaler un dysfonctionnement, critiquer (...)

26Le tableau 2 complète cette première vue globale. Si on analyse ce tableau par catégorie de fonctions, on remarque que les énoncés des maîtres qui incombent dans la catégorie « Evaluer » occupent une place importante dans les deux classes (21.4% en CM1 et 21.9% en CE2), résultat général qui cache une différence à l’intérieur des deux sous-catégories constitutives de cette fonction. En effet, on remarque que la catégorie « interagir »7 est très peu présente auprès du maître de CE2 (5.5% contre 16.3% pour le CM1), donnée qui est inversée en ce qui concerne la catégorie « se positionner »8 (5.1% pour le CM1 contre 16.4% pour le CE2). On peut interpréter ce décalage par une différence d’attitude d’encadrement entre les deux enseignants. Le maître de CM1 a tendance à intervenir souvent auprès des élèves pour exprimer son accord ou désaccord, compléter, corriger ou confirmer en exprimant peu de jugements ou de commentaires. Le maître de CE2 semble adopter l’attitude inverse. Ce résultat peut être interrogé à la lumière de l’observation des données concernant les élèves. En effet, en classe de CE2 il y a une différence importante entre élèves et enseignant en ce qui concerne la catégorie « interagir » (19.5% pour les élèves contre 5.5% pour l’enseignant) laissant supposer que les élèves discutent seuls sans l’intervention de l’enseignant, ce qui n’est pas le cas en CM1 où il y a un équilibre entre les interventions des deux types d’acteurs (18.5% pour les élèves et 16.3% pour l’enseignant).

  • 9  Cette catégorie comprend les actes de langage suivants : donner la parole, demander la participati (...)

27En ce qui concerne les fonctions « aider à la conceptualisation » et « Gérer les procédures » on constate que leurs résultats ont tendance à être inversés en ce qui concerne les deux maîtres. En effet, il apparaît (voir tableau 2) que le maître de CE2 intervient fréquemment pour « Guider l’action »  (42.5%) et, plus spécifiquement, pour « gérer les procédures »9 (34.2%), catégorie qui consiste surtout au rappel des règles existantes comme nous allons le voir plus loin. Il intervient aussi assez souvent pour éclaircir des situations et des concepts en utilisant des  reformulations (34.2%) tandis qu’il argumente très peu (1.3%) et donne peu de directives et d’ordres (8.3%). On remarque aussi que, de façon générale, la gestion de l’action se fait plus par lui que par les élèves (42.5%  et 32.3%  réciproquement) malgré le fait que la participation de ces derniers n’est pas négligeable.

Répartition des actes de langages par classe

Classes

Fonctions

CM1

CE2

EL

M

EL

M

Evaluer

Se positionner

12

5.8%

8

5.1%

66

17.6%

12

16.4%

Interagir

38

18.5%

26

16.3%

73

19.5%

4

5.5%

Sous-total

50

24.3%

34

21.4%

139

37%

16

21.9%

Aider à la Conceptualisation

Eclaircir

30

14.6%

51

32.1%

49

13%

25

34.3%

Argumenter

36

17.6%

15

9.4%

66

17.6%

1

1.3%

Sous-total

66

32.2%

66

41.5%

115

30.7%

26

35.6%

Guider l’action

Gérer les procédures

60

29.3%

31

19.5%

94

25%

25

34.2%

Orienter l’action

29

14.1%

28

17.6%

27

7.3%

6

8.3%

Sous-total

89

43.5%

59

37.1%

121

32.3%

31

42.5%

TOTAL

205

100%

159

100%

375

100%

73

100%

28 En classe de CM1 la situation n’est pas exactement la même. La fonction « d’aide à la conceptualisation » du maître a tendance à être plus importante que la fonction « guider l’action » (41.5% contre 37.1%) avec des pourcentages non négligeables d’énoncés d’argumentation (9.4%) et d’ordres, propositions ou prescriptions qui s’intègrent dans la catégorie « orientation de l’action » (17.6%). On peut donc considérer que cet enseignant n’intervient pas énormément pour gérer les procédures et rappeler les règles, cela étant davantage fait par les élèves (19.5% contre 29.3% respectivement), ce qui peut être du au fait qu’ils sont plus expérimentés. En revanche, il intervient assez souvent pour faire des propositions et donner des directives orientant l’action (17.6%) tout en justifiant ses propos et essayant de problématiser la situation racontée (voir la catégorie « argumenter » qui s’élève à 9.4%). Quant aux élèves de cette classe, leurs propos ont tendance à être beaucoup plus centrés sur la gestion des procédures et les orientations de l’action (43.5%) que sur l’évaluation des propos et actions des autres et leur positionnement personnel (24.3%), tendance inversée en CE2 comme nous venons de le voir.

29Cette première analyse quantitative des deux conseils, révèle deux gestes professionnels de l’enseignant qui semblent différencier les classes observées : l’encadrement des interactions des élèves et l’approfondissement du sens des situations discutées lors du moment de prise de décision.

Approche qualitative

L’encadrement des interventions des élèves

30Le découpage des conseils en épisodes montre que ceux-ci ont une structure semblable dans les deux classes. On remarque que chaque problème soumis à discussion par les élèves est traité en deux temps : un temps de discussion où est analysée la validité de la demande, parfois contestée par certains élèves ou le maître, et un temps de propositions et de vote. Le temps des propositions est très important parce que parfois les élèves ne prennent pas en compte les interventions des autres et arrivent à la formulation de propositions qui diffèrent très peu entre elles voire pas du tout. Or, si les propositions soumises au vote ne sont pas suffisamment claires, les élèves risquent de se perdre pendant le vote en transformant ainsi cette procédure en une caricature de démocratie, dénuée de tout apprentissage potentiel. L’encadrement de l’enseignant s’avère donc nécessaire à ce moment central du conseil de classe, exprimé par différentes formes d’interventions langagières. L’enseignant de CE2 intervient systématiquement après le vote pour faire reformuler le résultat et parfois même juste avant le vote pour répéter ou faire répéter par un élève les propositions effectuées. Mais il intervient rarement pendant la réalisation des propositions pour vérifier leur pertinence et leur compréhension par le reste de la classe. L’enseignant de CM1 effectue un encadrement systématique à ce propos comme on le remarque dans l’extrait suivant concernant l’exercice d’une responsabilité : devant un problème constaté à savoir que le bac avec le matériel « commun » est vide, il faut aménager le rôle du responsable du matériel de sorte qu’il contrôle mieux les prêts du matériel. Comment faire ?

  • 10  Le texte transcrit ne comporte pas de ponctuation, selon les normes de transcription habituelles. (...)

182. Az : (lit la proposition de Sam. Et Jul)10 je propose que les élèves demandent au responsable du matériel et il écrit au tableau les élèves en fait on dit au responsable du matériel qu’on en a pris quelque chose et on va l’écrire au tableau xx parce que là il n’y a plus rien dans les bacs deux trois stylos Al ?

183. A.1 : Je suis bien d’accord avec Sam parce que xxx au tableau les grandes leçons xxx il note le nom et il fait un rond à côté et quand c’est rangé il fait une croix dans le rond

190 M : Attend je reprends la proposition de Sam  tu veux dire que le responsable du matériel c’est lui qui le donnerait aussi ?

191 S : Non

192 Az : Ben si c’est ça que tu as dit

193 S En fait je voulais dire on met le matériel à côté du responsable du matériel et après on demande au responsable qu’il nous en prête un et il l’écrit dans son bloc-note

194 Az: N ?

195 N : Moi je suis d’accord avec Sam  mais aussi xxx et aussi il a raison Sam quand on veut prendre quelque chose on le lui dit et il l’écrit dans son bloc-note et après il demande de le rendre parce que sinon xxx on va devoir se lever

196 Az: Jul ?

197 J.1: Moi je propose xxx on va noter tous les noms et celui qui par exemple prend un stylo bleu il marque un rond et si le soir il ne le rend pas il ne marque pas de croix et si le lendemain il le rend là il marque une croix

198 A.1 : Je prends la parole le sablier de propositions est terminé nous passons aux discussions

199 Az : Je propose qu’on prenne tous les stylos qu’on a et qu’on les mette là-bas

200 M : Oui mais la proposition à voter c’est pas ça soit c’est celle de Jul soit c’est celle de Sam pour voter il faut donner une phrase sur laquelle on peut voter si tu proposes qu’on range tout ça le responsable du matériel il va le faire suivant la proposition qu’on va voter

...

205 Az : N ?

206 N: Moi je propose qu’en fait on met tous les stylos on xxx et puis après on les met dans l’armoire xxx au responsable

207 M : Bon ça c’est une proposition on a déjà la proposition de Jul et celle de N

208 N : Et puis on n’a pas le droit de fouiller dans l’armoire celui qui fouille eh ben

209 M : Alors attendez pas tous à la fois on a deux propositions celle de Julien on met une feuille avec le nom de tous les enfants et on met un rond quand on emprunte quelque chose et celle de N qui dit le responsable va chercher le matériel et le donne à celui qui le demande

210 N : Dans l’armoire

211 M : Oui d’accord c’est lui qui va le chercher d’autres propositions ?

215 Az : Al ?

216 A.1 : Moi je propose presque pareil que Julien on fait un tableau non pas un tableau

217 M : Si un tableau on note les notes le matériel

218 A.1 : Xxx on a un rond on dit au responsable qu’on a pris un stylo et si au bout de deux jours il l’a pas rendu xx il perd une croix

219 M : Bon on va passer au vote non ?

220 A.1 : Oui le sablier est terminé

221 M : Bon alors là j’ai en gros une proposition comme celle de Jul on met une feuille sur laquelle on s’inscrit et celle de N et celle de Sam qui ressemble un peu qui est il y a un responsable qui écrit ce qu’on a emprunté et celle d’Az avec les bacs ça veut dire un bac avec tout le matériel et on prend tout le bac comme dans la classe de monsieur xx donc un petit bac avec dedans un bleu un rouge un vert une gomme un crayon à bois vous avez compris les propositions ?

31Cet extrait montre que le maître maintient à la fois une attitude d’écoute active face à chaque élève qui s’est exprimé tout en essayant de faire avancer la séance en s’adressant à toute la classe. Ainsi, d’une part il réagit souvent aux interventions des élèves par des différents actes d’interaction : il demande une confirmation du propos effectué (190) ce qui suscite une nouvelle vague d’interactions entre élèves ; réfute une proposition non pertinente (200) ; accepte une autre pour souligner qu’elle est différente de celles déjà effectuées (207) ; complète ou accepte de compléter certaines reformulations pour les rendre plus claires (211, 217). D’autre part, il utilise aussi différents actes d’éclaircissement : il reformule souvent les propositions effectuées pour s’assurer qu’elles sont claires pour toute la classe (209 et 221) et formalise au moment donné la notion de proposition de vote (200) pour expliquer son importance dans les processus de prise de décision. On remarque par ailleurs dans d’autres moments du conseil que le maître recourt à des formalisations-généralisations pour justifier la pertinence ou non pertinence d’une proposition exprimée, ce qui explique la présence non négligeable de la catégorie « argumenter » comme nous l’avons dit plus haut.

32Dans le maintien de cet équilibre fragile entre les interventions langagières qui s’adressent à un seul élève et celles qui s’adressent à toute la classe, on trouve à la fois des capacités d’ajustement et d’ouverture qui rappellent deux des caractéristiques marquant, selon Anne Jorro (2006), le passage des gestes du métier aux gestes professionnels : la liberté d’agir qui « puise sa force dans la dynamique identitaire, il s’agit tout à la fois de ne pas perdre de vue l’objectif poursuivi et de ne pas se perdre dans les réajustements en gardant la souplesse et la clairvoyance du point de vue adopté » et le sens de l’altérité qui consiste à prendre en compte le discours de l’élève et à essayer de s’y adapter. Cette interprétation peut aussi se faire dans d’autres moments de la procédure de prise de décision.

L’interprétation de la situation

33Les prises de décision concernant une situation de délit orientent souvent la discussion vers le rappel ou l’explication des règles existantes. Le maître de CE2 intervient souvent à la fin d’un épisode pour rappeler une règle de la classe ou de la recréation. C’est le cas du premier épisode où deux élèves critiquent une troisième parce qu’elle leur demande de l’embêter pendant la recréation, pour les accuser par la suite. Après avoir laissé les élèves débattre sur la validité de cette accusation (est-ce vrai ou pas ?) l’enseignant propose de regarder le règlement de la recréation et le problème est vite réglé :

37. M : Il faudrait aller chercher dans le règlement de la récréation s’il n’y a pas déjà quelque chose d’écrit là dessus

38. L : (il lit) Les récréations durent quinze minutes le matin de dix heures à dix heures quinze et l’après midi de quinze heures à quinze heures quinze xxx

39. M : Est ce qu’il y a dans le règlement quelque chose qui concerne le problème dont on parle ?

40. J’ai pas entendu moi

41. L : C’est parce que Lé elle embête Li S et moi

42. D : Mais où ?

43. L : A la récré

44. M : Il y a écrit quelque chose ou non ?

45. L : Xxx

46. M : Alors (il lit) respect des autres un élève qui est violent et ne respecte pas les autres enfants sera séparé des autres enfants et restera à côté d’un adulte en récréation

47. Lu : Donc quand elle embête on va le dire au maître et elle est punie

34C’est aussi le cas dans de l’épisode n°4 où un élève (Qu) est accusé de ne pas respecter les moments de présentation des travaux des élèves. Le maître rappelle la règle et la situation est considérée résolue sans que la question du sens ou des causes du comportement de cet élève soit soulevée.

146. L : En plus cette semaine quand tu faisais la responsabilité L ben Qu j’ai deux choses à dire la première c’est Qu tu faisais la responsabilité à la présentation et tout et ben il lisait il écrivait il dessinait j’étais tout le temps obligée de lui dire Quentin arrête on doit rien faire pendant la présentation et en plus un jour j’étais en train de travailler je le voyais qui faisait le gogol enfin il ne faisait pas comme ça mais il prenait son crayon il faisait comme s’il marchait son crayon et tout

147. M : Je rappelle la règle qui est dans le règlement on doit parler à voix basse en chuchotant quand on travaille avec quelqu’un et je suis silencieux quand je travaille seul donc la personne qui est responsable des prévenus doit signaler à Quentin lorsque c’est nécessaire qu’il fait un peu trop de bruit et qu’il dérange ses voisins

148. L : On passe

35En classe de CM1 le maître rappelle rarement les règles de la classe. Deux, au moins, hypothèses interprétatives peuvent être avancées à ce propos : l’âge des élèves (ils connaissent mieux que les plus jeunes les règles existantes) ou encore une plus grande cohérence qui régit l’application de ces règles. Cette dernière interprétation semble intéressante à creuser. En effet, les responsables des « croix » s’appuient sur les règles pour juger le comportement des autres élèves ce qui fait que la discussion ne porte plus simplement sur la connaissance des règles mais plutôt sur l’équité du jugement des responsables et l’analyse de l’action de délit elle-même. C’est le cas dans l’extrait suivant où N est accusée d’avoir parlé deux fois « à haute voix » (tandis qu’il y a une règle de la classe qui dit qu’il faut parler « à petite voix ») ce qui lui a coûté deux croix. N remet en question le caractère juste de cette décision et une discussion se met en place à ce propos. Pendant celle-ci le maître intervient à deux reprises. La première fois il rappelle le fait que la semaine suivante toute la classe part en classe transplantée sauf N. Il signale qu’il serait malheureux, mais aussi absurde, que N perde son autonomie en plus du fait de rester chez elle. Il demande donc qu’une exception soit faite à son égard :

99. M : On est dans le sablier de proposition pas de discussion donc il faut faire une proposition alors toi tu en as fait une N elle est en train de jouer son autonomie pour la semaine prochaine parce qu’elle n’a que trois croix elle ne peut pas en gagner une aujourd’hui elle peut en gagner une demain ce qui en ferait quatre il en manquerait une donc elle essaye de défendre sa position pour ne pas perdre son autonomie les lois sont faites on les a discutées et votées pour qu’on puisse vivre tranquillement dans la classe maintenant il faut savoir accepter que les responsables fassent leur métier sur l’affaire de N comme elle ne vient pas en classe transplantée la semaine prochaine je pense que ce n’est pas xxx bon

100. Az : donc elle ne peut pas la perdre

101. M: Non justement je pense que ça passera inaperçu mais il faut que tu fasses attention N donc moi je propose qu’elle ait son autonomie la semaine prochaine parce qu’elle ne vient pas en classe transplantée je trouve que c’est malheureux et je ne voudrais pas qu’elle perde en plus son autonomie donc moi je demande qu’on lui rétablisse une des deux croix qu’elle avait

36La deuxième intervention du maître concerne la proposition qui est faite par un élève (A2, 105) dans la suite de cette critique. En effet, cet élève propose d’adoucir la sévérité de la règle concernant les croix (par un avertissement), ce qui déclenche un débat au sein de la classe. Le maître participe à ce débat (111) en soutenant la proposition d’un autre élève (A1, 107) selon laquelle il n’est pas possible de revenir tout le temps sur les lois de la classe qui sont faites pour être respectées. Mais, en même temps, il retient et soumet au vote la proposition d’avertissement faite par A1 (113):

103. Ch : Non je mettrais le nom des enfants au tableau comme j’avais proposé la dernière fois ça c’est pas fait et qu’après quand le maître arrive on en discute et on dit on enlève deux croix à lui et pas à lui parce que ce n’est pas grave

104. Az : Al ?

105. A.2 : Moi je propose qu’on fasse deux remarques par exemple elle parle à la grosse voix à la première je lui enlève pas de croix à la deuxième je lui enlève une croix seulement à la deuxième remarque dans ma proposition

106. Az : Al ?

107. A.1 : Moi je propose que tout reste normal parce que je ne vois pas on a voté des lois on les respecte si on les respecte pas tant pis mais je propose que tout reste normal on les a acceptées ces lois il faut les assumer

108. Az : Jul ?

109. J.2 : Moi je suis contre Ch parce qu’après on va en parler xx et je trouve que c’est du temps de travail perdu

110. A.1 : Je prends la parole le sablier est terminé

111. M : Oui c’est vrai ce qu’a dit Ch mais je suis d’accord avec Jul on ne va plus parler que de ça bon alors je reste sur ces deux propositions Val qui dit deux remarques on enlève une croix et Al qui dit on enlève tout de suite il y a des lois c’est comme ça voilà on a bien compris alors on va voter qu’une fois parce qu’il y a deux choses la proposition de Val

112. Az : Quatorze verts

113. M : Les rouges quatre rouges ça fait dix-huit donc c’est un adoucissement on fait deux remarques et on enlève une croix on reste sur ces positions là ça ne sera pas trop dur pour toi mais c’est vrai que si onrevient sur les lois tout le temps on ne va pas s’en sortir

37Dans ces extraits les interventions langagières du maître peuvent être analysées en tant que gestes professionnels. En effet, ceux-ci sont liés à sa capacité d’interagir avec les élèves en prenant en compte leurs propos et leurs besoins, faisant ainsi preuve de respect à leur égard. Peut aussi être considéré comme geste professionnel le recours systématique à des explications et des reformulations qui visent à aider les élèves à analyser la situation rencontrée et à conceptualiser les notions contribuant à sa résolution, comme, ici, la responsabilité (apprendre à accepter les conséquences d’une règle) ou le discernement (prendre en compte la particularité de la situation d’une personne quand on procède à son jugement), même si celles-ci ne sont pas thématisées.

Discussion et mise en perspectives

38Dans cet article nous avons comparé les activités langagières de deux enseignants, un enseignant novice et un enseignant expérimenté, pendant des séances de conseil de classe à une école primaire se réclamant de la pédagogie Freinet. L’analyse s’appuie sur un regroupement des actes de langage utilisés par les élèves et l’enseignant en trois fonctions principales : fonction d’évaluation, fonction d’aide à la conceptualisation et fonction de guide pour l’action. Il apparait que la façon dont l’enseignant gère ces fonctions selon la situation abordée en classe, peut être révélatrice du développement de certains gestes professionnels. On voit par exemple que, selon son expérience, l’enseignant intervient de façon différente pour remplir deux types de tâche.  La première tâche concerne l’encadrement des interventions des élèves où il paraît souvent nécessaire d’adopter une attitude à la fois d’ajustement (réagir au propos de chaque élève) et d’ouverture (s’adresser à la classe pour proposer des objets de réflexion, d’explication, de comparaison …). Une autre tâche apparaît pendant les procédures de prise de décision où l’enseignant doit intervenir pour rappeler les règles de la classe et / ou inciter la réflexion des élèves par rapport à la particularité de chaque situation et la pertinence des règles existantes.

39La démarche méthodologique suivie soulève la question de la relation qui existe entre gestes professionnels de l’enseignant et activités langagières de l’enseignant et des élèves. L’étude présentée montre  que, pour mieux construire cette relation, nous avons besoin d’une analyse systématique du contenu conceptuel de chaque moment de la procédure de prise de décision. Une telle analyse peut mettre en évidence la particularité des différentes tâches qu’élèves et enseignants sont emmenés à remplir au sein du conseil de classe (choisir des thèmes de discussion, formuler des propositions, prendre des décisions…) et leurs spécificités en terme de médiation de l’enseignant. Pour comprendre la signification que les enseignants attribuent à ces tâches il serait nécessaire de compléter la méthodologie utilisée dans cette étude par une analyse plus approfondie des présupposés et des représentations des enseignants, en mettant en place une méthodologie particulière d’analyse de l’activité (comme les entretiens d’auto-confrontation ou d’auto-confrontation croisée). Peuvent ainsi s’ouvrir de nouvelles pistes de recherche pour décrire la complexité de l’activité de l’enseignant au sein de ces moments de discussion et de prise de décision et la rendre explicite et transmissible dans un cadre de formation.

Haut de page

Bibliographie

Altet, M. (1994). La formation professionnelle des enseignants. Paris : PUF.

Audigier, F. (1999). L’éducation à la citoyenneté. Paris : INRP.

Audigier, F., Lagélée, G. (1996, Dir.). Education civique et initiation juridique dans les collèges. Paris : INRP.

Billouet, P. (Coord.). (2007). Débattre ; pratiques scolaires et démarches éducatives. Paris : L’Harmattan.

Carra, C., Pagoni, M. (2007). Construction des normes et violences scolaires. In Y. Reuter (Dir.), Une école Freinet ; fonctionnement et effets d’une pédagogie alternative en milieu populaire (pp. 31-62). Paris : L’Harmattan.

Charaudeau, P. (1993). Le contrat de communication dans la situation classe. In J.-F. Halté (Dir), Inter-actions (121-135). Metz : Université de Metz.

Dewey, J. (1990). Démocratie et éducation (Publié en 1916, trad. G. Deledalle). Paris : Armand Colin.

François, F. (1991).  Le dialogue en maternelle : mise en mots et enchaînements. In M. Wirthner, D. Martin & Ph. Perrenoud, (Coord.), Parole étouffée, parole libérée : fondements et limites d’une pédagogie de l’oral (pp. 55-80). Neuchâtel et Paris : Delachaux et Niestlé.

François, F. (1994, Dir.). Jeux de langage et dialogues à l’école maternelle. Toulouse : CRDP Midi-Pyrénées.

Freinet, C. (1946/1974). Pour l’école du peuple. Paris : Maspero.

Goigoux, R. (2002 janv.). Analyser l’activité d’enseignement de la lecture : une monographie. Revue Française de Pédagogie, 138, 125-134.

Haeberli, Ph. (2004). Les conseils de classe : du symbole au droit. Spirale, 34, 27-40.

Haeberli, Ph. (2009). Contribution à l’étude d’une compétence dans le domaine de la citoyenneté. L’exemple de la justice dans les conseils de classe de l’Ecole primaire genevoise (Thèse de doctorat). Genève : Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation à l’Université de Genève.

Halté, J-F. (1992, Dir.). Inter-actions. Metz : Université de Metz.

Imbert, F. (1996). Médiation, Institution et loi dans la classe. Paris : ESF.

Jacquet-Francillon, F. (2003). La pédagogie institutionnelle comme éducation morale. Le Télémaque, 23, 55-63.

Jaubert, M., Rebière, M. & Bernié, J-P. (2004). L’hypothèse « communauté discursive ». Les cahiers Théodile, 4, (pp.51-80), Villeneuve d’Ascq : Université Charles-de-Gaulle-Lille 3.

Jorro, A. (2002). Professionnaliser le métier d’enseignant. Paris : ESF.

Jorro, A. (2006). L’agir professionnel de l’enseignant (Conférence au séminaire de recherche du Centre de Recherche sur la Formation (CRF) - 28 février 2006). Paris : CNAM.

 Laplace, C. (2002). Approche clinique des pratiques du conseil d’élèves dans l’École genevoise (1990-2001) (Thèse de doctorat). Genève : Université de Genève.

Maingueneau, D. (1981). Approche de l’énonciation en linguistique française. Paris : Hachette.

Marsollier, Ch. (2005). Les conseils d’élèves. Pour apprendre à vivre ensemble. Paris : L’Harmattan.

Oury, F., Vasquez, A. (1967). Vers une pédagogie institutionnelle. Paris : Maspero.

Pagoni, M. (2009). Rapport à l’autorité et contextes pédagogiques. In A. Sirota (Coord.). Violences subies, violences vécues par les enfants, (pp. 147-156), Paris : Editions Bréal.

Pagoni, M. (2006). Construire des apprentissages en éducation civique et morale. In Y. Reuter (Dir.). Effet d’un mode de travail pédagogique « Freinet » en REP (Rapport de Recherche IUFM R/RIU/04/007). Paris : équipe Théodile.

Pagoni, M., Haeberli, Ph. (2006). Conseils d’élèves et savoirs en éducation civique et morale : étude comparative de deux établissements scolaires en France et en Suisse (Communication présentée au colloque de l’AFEC : L’Ecole, lieu de tensions et de médiations : quels effets sur les pratiques scolaires ? Analyses et comparaisons internationales, 22 - 24 juin). Villeneuve d’Ascq : Université Charles de Gaulle -  Lille 3.

Pain, J. (1993). La pédagogie institutionnelle d’intervention. Vigneux : Matrice.

Piaget, J. (1997). L’éducation morale à l’école. Textes réunis par C. Xypas. Paris : Anthropos.

Peyronie, H. (2003). En classe coopérative avec Célestin Freinet. In C. Xypas (Dir.). Les citoyennetés scolaires (pp.165-187). Paris : PUF.

Pratiques, 103-104 : Interactions et apprentissages. (1999)

Pochet, C., Oury, F. (1997). Qui s’est l’conseil ? La loi dans la classe. Paris : Matrice.

Raimondi-Janner, M. (2006). Des conseils d’élèves à l’école primaire : essais d’éducation à la démocratie. Lille : A.N.R.T.

Raimondi-Janner, M. (2009 février). Analyse des interactions langagières en conseils d’élèves et perspectives didactiques. Cahier / Service de la Recherche en Education, 15, 336-341.

Reuter, Y., Carra, C. (2005 oct.). Analyser un mode de travail pédagogique "alternatif". L'exemple d'un groupe scolaire travaillant en pédagogie "Freinet". Revue française de pédagogie, 153, 39-53.

Robert, F. (1999). Enseigner le droit à l’École. Paris : ESF.

Searle, J. (1972). Les actes de langage. Paris : Hermann.

Haut de page

Annexe

Conseil du 22/11/02, classe de CE2

Découpage en épisodes

1-7 Introduction

8-67  Critiquer Je qui embête les autres

8-14 Examiner la validité de la critique

15-18 Propositions

19-31 Contester la validité de l’accusation

32-51 Recherche de solution dans le R de la cour

52-67 Vote

68-114  Le tableau en papier gêne D dans son travail

68-71 Examiner la validité de la demande

72-90 Propositions

91-102 La proposition du maître

103-114 Vote

      115-132 Il faut être à deux pour ranger les fiches

116-125 Examiner la validité de la demande

126-132 Propositions et vote

      133-153 et 175-180 Critiquer Qu qui dérange le travail des autres

134-146  Examiner la validité de la critique

147-153 Rappel de la règle par le maître

      154-174 et 181-185 Critiquer Lu et Ha qui dérangent le travail des autres

154-167 Examiner la validité de la critique

168-174 Rappel de la règle par le maître

      186-260 Critiquer Le et Lu qui ne font pas bien leur responsabilité

186-202 Examiner la validité de la critique

202-219 Propositions

220-260 Vote

261-275 Critiquer J et Al qui gênent le travail des autres

Examiner la validité de la critique (critique non valide)

275-296 Qui met les croix pendant les présentations ?

276-282 Examiner la validité de la demande

281-293 Propositions

293-296 Généralisation du maître

297-315 Critiquer Lu et Le qui ne font pas bien leur métier

295-306 Examiner la validité de la critique

307-314 Propositions

315 Vote

316-348  Sanction injuste de David

316-337 Examiner la validité de la critique

338-345 Conclusion

345-348 Félicitations pour la responsable

349-350 Bilan des décisions

Haut de page

Notes

1  Les programmes de 2002 faisaient référence au “ débat ” visant à faire comprendre aux élèves la signification des règles de la vie collective (B.O. hors série n°1 du 14 février 2002) :

“ De plus, une demi-heure par semaine est réservée dans l’emploi du temps à l’organisation des débats dans lesquels la classe organise et régule la vie collective, tout en passant progressivement de l’examen des cas singuliers à une réflexion plus large …  Plus largement, les enseignants font comprendre la signification des contraintes justifiées de la vie collective par le surcroît de liberté qu’elles apportent. La petite société que constitue l’école permet de conduire cette réflexion de manière concrète dans le cadre des débats prévus à l’emploi du temps. Le règlement intérieur et les lois républicaines qu’il met en application dans l’école doivent y être expliqués comme une condition indispensable à toute vie collective, pour les élèves comme pour les adultes. Les règles de vie de classe sont élaborées par les élèves sous la direction du maître. »

2  Pour la place des conseils de classe dans le cadre de la pédagogie Freinet et la pédagogie institutionnelle voir Jacquet-Francillon (2003).

3  Comme l’ensemble de l’équipe éducative s’inscrit explicitement dans le mouvement Freinet (ICEM).

4  Il s’agit de petits papiers, signés, où les élèves écrivent la raison pour laquelle ils veulent prendre la parole (critiquer, proposer, féliciter …). Ils les mettent dans une boîte ou ils les collent sur le tableau, à un endroit réservé à cette fonction, pendant la semaine pour  que l’élève qui anime le conseil puisse établir l’ordre du jour.

5  A titre indicatif, voir en annexe la structuration des épisodes dans un des conseils de classe observés.

6  On aurait pu parler de « proposition » mais elle n’existe pas en langage oral, puisqu’il n’y a pas de ponctuation dans le corpus transcrit. La notion d’énoncé en tant qu’une unité de sens qui exprime la position du locuteur est empruntée à une approche pragmatique et énonciative du langage. Ainsi, Mangueneau (1981) et Charaudeau (1993) parlent de « positionnement énonciatif » qui désigne que tout énonciateur met en œuvre des modes de « parler – agir – penser » qu’il pense efficaces dans le cadre d’une activité donnée en se posant ainsi comme sujet d’une sphère d’activité spécifique. Cette notion est aussi utilisée dans le cadre des travaux qui analysent la classe en tant que communauté discursive (Jaubert, Rebière & Bernié, 2004).

7  Cette catégorie comprend les actes de langage suivants : accepter / confirmer, réfuter / contester, douter, rechercher, demander une confirmation, corriger.

8  Cette catégorie comprend  les actes de langage suivants : signaler un dysfonctionnement, critiquer / protester / accuser, commenter, exprimer une préférence, assurer / affirmer.

9  Cette catégorie comprend les actes de langage suivants : donner la parole, demander la participation, annoncer une action, rappeler la procédure, recentrer.

10  Le texte transcrit ne comporte pas de ponctuation, selon les normes de transcription habituelles. L’intonation interrogative est indiquée par un point d’interrogation ( ?), les propos inaudibles sont indiqués par des « xxx » et les commentaires sont marqués entre parenthèses « ( ) ». Cette transcription n’a rien à voir avec le découpage d’une intervention en énoncés, qui se fait selon une démarche interprétative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Pagoni, « La gestion des conseils de classe à l’école primaire : quelle professionnalité de l’enseignant ? », Travail et formation en éducation [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 14 juin 2010, consulté le 21 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/tfe/1124

Haut de page

Auteur

Maria Pagoni

Université Lille 3 – UFR Sciences de l’Education, équipe Theodile-CIREL (EA 4354)Adresse : 39, bd de la Paix, 92400 CourbevoieTél. 06.87.41.88.78andreani-pagoni@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals