Navigation – Plan du site

Les pratiques d’échanges informels des enseignants avec leurs collègues de travail au sein de l’école primaire

Gwénaël Lefeuvre

Résumés

Cet article vise à analyser les pratiques d’échanges des enseignants durant les temps informels hors de la classe. Peu de travaux ont exploré les pratiques de collaboration des enseignants avec leurs collègues de travail au sein de l’école puis les conditions qui facilitent (ou inhibent) ces pratiques. Cette recherche présente deux monographies d’écoles primaires. Les résultats soulignent les différences de pratiques du point de vue des objets échangés ainsi que de la configuration des relations des enseignants avec les différents acteurs de l’école (personnels enseignants et non-enseignants). Ils mettent par ailleurs en évidence plusieurs éléments (ou hypothèses) qui peuvent expliquer les différences constatées : des éléments relatifs aux ressources (professionnelles et personnelles) mobilisées par les enseignants puis ceux relatifs au contexte organisationnel des écoles.

Haut de page

Texte intégral

1Les échanges entre les enseignants peuvent être décrits à partir de différents termes plus ou moins interchangeables – collaboration, concertation, coopération, coordination, collégialité, travail d’équipe, etc (Marcel, Dupriez, Périsset Bagnoud et Tardif, 2007). Les pratiques collectives des enseignants peuvent varier en allant d’un simple échange d’informations à la conception et à la mise en œuvre d’une activité professionnelle commune (Barrère, 2002b). De même, les objets des échanges peuvent être nombreux et variés : les élèves, le travail d’enseignement, les disciplines d’enseignement, le projet d’école, les relations avec les parents et autres partenaires éducatifs, etc. (Lefeuvre, 2007). Ce qui nous intéresse ici porte sur les échanges informels entre les enseignants et leurs collègues de travail (collègues enseignants et non-enseignants) au sein de l’établissement. Dans une perspective exploratoire, cet article vise à identifier les pratiques d’échanges informels des enseignants au sein de l’école primaire française puis de comprendre les processus qui influencent ces pratiques.

2Après avoir rappelé, dans une première partie, la nature des prescriptions relatives au travail collaboratif des enseignants, nous nous appuierons dans une deuxième partie sur un cadre d’analyse élaboré à partir des travaux de Lessard, Kamanzi et Larochelle (2009). Ce cadre nous servira de points d’appui pour interpréter les données empiriques relatives aux pratiques collectives des enseignants. Ces dernières seront présentées au sein de deux monographies d’école primaire. Nous décrirons dans ces monographies le contexte des écoles puis les pratiques d’échanges informels des enseignants avec leurs collègues de travail. Les modalités et l’objet de ces échanges seront mis en évidence à partir d’une double lecture des pratiques : une lecture intrinsèque qui privilégie le point de vue des enseignants sur ces pratiques puis une lecture extrinsèque qui privilégie le regard de l’observateur. Nous terminerons cet article par une discussion qui permettra de caractériser les différences inter-écoles dans les pratiques d’échanges informels des enseignants puis de proposer une interprétation afin de comprendre ces différences constatées.

Les prescriptions relatives au travail collectif des enseignants

  • 1  Le Réseau d’aide spécialisée aux élèves en difficulté (RASED)

3Depuis les années 1990, les systèmes éducatifs des pays occidentaux s’appuient sur l’unité des établissements scolaires (primaires et secondaires) et du travail collaboratif des enseignants pour réformer l’organisation du système (Derouet et Dutercq, 1997 ; Tardif et Lessard, 1999 ; Tardif et Levasseur, 2004). Sur le plan prescriptif, la norme du travail collectif des enseignants s’est intensifiée ces dernières décennies (Perrenoud, 2001 ; Monica Gather-Muller, 1994, 1996, 2002 ; Tardif, 2007). Elle porte sur les pratiques dans et hors de la classe (Marcel et Piot, 2005). En France, la mise en place de la loi d’orientation scolaire de 1989 a provoqué des innovations qui ont transformé et fait évoluer le métier d’enseignant du primaire : l’obligation de construire un projet d’école, de se réunir en conseil de cycles d’apprentissage et en conseil d’école, de se coordonner avec les enseignants spécialisés du RASED1, de construire une cohérence dans les programmes scolaires au sein de chaque cycle d’apprentissage, d’éviter les redoublements des élèves, de construire des projets interdisciplinaires, d’intégrer les TIC, de travailler en partenariat avec les différents autres acteurs éducatifs dans le cadre des contrats éducatifs locaux, etc. Cette évolution du métier d’enseignant tend à augmenter la diversité des tâches professionnelles (qui ne se réduisent plus seulement au contexte de la classe) puis à favoriser l’autonomie et la responsabilisation des enseignants par rapport à leur travail, à ses effets puis à ses conditions de possibilité (Barrère, 2002a, Tardif, 2007). Le travail collectif des enseignants devient ainsi un outil de gestion pour les établissements scolaires. Il doit permettre, du point de vue des autorités politiques, de favoriser l’efficacité de l’organisation et des pratiques du personnel de l’établissement scolaire, efficacité traduite en grande partie à partir des indicateurs de performances scolaires des élèves (Maroy, 2005 ; Dumay, 2009).

4La collaboration des enseignants est un des moyens prônés pour résoudre collectivement des problèmes liés au contexte local. Elle doit par exemple permettre de soutenir et d’encourager les collègues en difficulté en leur transmettant des connaissances, des savoir-faire, des façons de faire pour surmonter les obstacles (Lessard, Canisius Kamanzi, et Larochelle (2009). Elle doit par ailleurs permettre de susciter la créativité et l’inventivité de solutions à des problèmes particuliers liés à l’apprentissage des élèves et à leur socialisation. Enfin, le travail collectif des enseignants constitue une partie intégrante du processus de professionnalisation des enseignants (Tardif, 2007). Il est un instrument de développement professionnel des enseignants. Il doit susciter l’apprentissage de nouveaux savoirs à partir de l’analyse et de la compréhension des situations professionnelles vécues dans et hors du contexte de la classe. Travailler ensemble favoriserait ainsi la réflexivité, le partage des expériences, les remises en question, la prise de recul, la reconnaissance des problèmes et des difficultés rencontrées (Gather Thurler, 1996).

5Entre les injonctions institutionnelles relatives au travail collectif des enseignants et les pratiques effectives au sein de l’établissement, il existe néanmoins un certain décalage (Dupriez 2003). Ce décalage s’explique, selon Amigues, Faïta, Lataillade et Saujat (2002), par les injonctions « floues » du ministère disant ce qu’il y a à faire mais pas comment le faire. Ainsi, le travail collectif effectif des enseignants consisterait non seulement à mettre en œuvre les prescriptions mais également « à faire ce qu’elles ne disent pas » (p.16). L’existence de ce décalage justifie les récentes recherches sur la collaboration des enseignants au sein de l’école (Marcel, Dupriez, Périsset Bagnoud et Tardif, 2007). Nous pouvons en effet constater un déficit de connaissances sur les pratiques collectives des enseignants, tant du point de vue des activités réalisées que celui des ressources (cognitives, affectives, matérielles, organisationnelles, relationnelles, etc.) mobilisées pour les mettre en œuvre (Bru, 2002).

Cadre d’analyse

6Quels sont les facteurs qui influencent le travail collectif des enseignants au sein de l’école ? Les travaux de Lessard, Kamanzi et Larochelle (2009) apportent des éléments d’analyse. A partir des modèles de Van Sell, Brief et Schuller (1981) et de Chrispeels, Martin, Harari, Strait et Rodarte (1999), les auteurs proposent quelques hypothèses qui expliquent les modalités de collaboration des enseignants. Ces hypothèses ont été confrontées à l’empirie par l’intermédiaire d’une enquête quantitative réalisée auprès d’un échantillon de 1332 enseignants canadiens. Les analyses statistiques effectuées à partir des données collectées ne réfutent pas le cadre d’analyse proposé par Lessard et al. Nous pouvons résumer les facteurs explicatifs du travail collaboratif des enseignants à partir des catégories suivantes :

  • 2  Les travaux de Paty (1981) et de Lefeuvre (2009) effectués à partir d’une analyse stratégique de l (...)

7Les ressources professionnelles mobilisées par les enseignants : Lessard et al. mettent en évidence deux types de ressources qui influencent fortement l’intensité du travail collaboratif des enseignants au sein de l’établissement : la préoccupation pédagogique des enseignants c’est-à-dire les inquiétudes, soucis, questionnements, problèmes liés à l’impact de leur enseignement (sur l’apprentissage des élèves, leur socialisation, les contenus abordés, la gestion de classe, etc.) puis le sentiment de compétence des enseignants. Les auteurs montrent en effet que ce dernier nourrit l’estime de soi et la confiance aux autres et par conséquent a un effet sur l’intensité du travail collectif des enseignants. A l’opposé, le sentiment d’incompétence tend à renforcer l’insécurité personnelle et le repli sur soi. Nous pouvons ajouter à ces ressources cognitives et affectives identifiées par Lessard et al. d’autres types de ressources comme les intérêts stratégiques2 et les enjeux des acteurs au sein de l’école (en lien ou non avec les préoccupations pédagogiques) ainsi que les croyances partagées mobilisées par les professionnels pour « penser » les situations-problèmes et « agir » dans le but de les résoudre. Les travaux de Derouet et Dutrecq (1997) ont par exemple montré l’influence de la construction de significations « locales » et partagés relatives au projet scolaires sur les modalités de coordination des acteurs au sein de l’établissement.

8L’organisation du travail au sein de l’école : Lessard et al. montrent l’effet de l’organisation de l’établissement sur l’intensité de collaboration des enseignants. Plus les enseignants sont satisfaits des relations avec leurs partenaires et de l’organisation du travail et plus le travail collectif devient important. Plus il s’institutionnalise et se formalise et plus il est source de satisfaction pour tous. A cela, nous pourrions ajouter l’ensemble des jeux d’alliances entre les acteurs, le style de management de la direction de l’établissement, le mode de circulation de l’information entre les acteurs de l’école au sein de l’organisation, les objets du travail collectif ainsi que le degré de formalisation des pratiques de concertation entre les enseignants (Dumay, 2009 ; Letor, Bonami et Garant, 2007).

  • 3  ZEP : zone d’éducation prioritaire
  • 4  CEL : contrat éducatif local

9L’environnement interne et externe de l’école : Dans une moindre importance que les éléments précédents, Lessard et al. montrent que les éléments de l’environnement interne de l’école tels que la composition sociodémographique des élèves, la taille de l’école, la stabilité de l’équipe éducative, les ressources matérielles, financières et humaines sont des facteurs qui influencent le degré d’implication des enseignants dans le travail collaboratif. Par ailleurs, l’environnement externe de l’école tels que la demande sociale, la situation géographique, la dynamique culturelle et sociale du territoire, l’ancrage institutionnel de l’école (écoles situées en ZEP3 ou hors de la ZEP, présence d’un CEL4, etc.), la composition sociale des habitants du quartier, etc.peuvent également avoir un effet sur le travail collectif des enseignants.

10Les caractéristiques personnelles des enseignants : l’enquête effectuée par Lessard et al. fait apparaître l’effet de certaines caractéristiques personnelles des enseignants comme l’ancienneté professionnelle et le genre dans leur degré d’implication au sein du collectif de l’école. L’implication a tendance à être plus fréquent chez les femmes et chez les enseignants ayant une expérience relativement longue dans le métier d’enseignant. Bien entendu, ces résultats doivent être relativisés et mis en rapport avec les éléments cités précédemment : le contexte de l’établissement, son type d’organisation et les ressources personnelles et professionnelles construites et mobilisées dans et par le travail collectif. A cela, nous pourrions également faire l’hypothèse que la trajectoire sociobiographique des enseignants (leurs expériences antérieures dans et hors du champ scolaire) a un effet sur leur implication dans le travail collaboratif avec les collègues de travail au sein de l’école.

Monographies d’écoles primaires

11Pour décrire les pratiques d’échanges des enseignants avec leurs collègues de travail et comprendre les processus sous-jacents, nous présentons des données issues de deux monographies d’école primaire réalisées durant une année scolaire. Les écoles primaires sont de tailles identiques et sont toutes les deux situées dans des zones d’éducation prioritaire. La composition sociodémographique des élèves au sein des écoles est comparable (entre 40 et 50 % des familles bénéficient des allocations chômages et/ou sociales). Nous décrirons dans cet article les échanges des enseignants durant les temps informels hors de la classe (temps de récréations, temps entre midi et deux heures, temps d’accueils et de sorties des élèves, etc.). Les monographies ont été réalisées à partir de plusieurs méthodes de collecte des données : des observations participantes au sein des écoles durant les temps hors de la classe, des entretiens semi-directifs avec les enseignants, la distribution de questionnaires puis l’analyse de documents écrits (projets d’école, compte-rendus de réunions, etc.). Ces différentes méthodes ont permis de trianguler les données collectées afin d’éviter les surinterprétations potentielles (de la part du chercheur et des acteurs de l’école). Notre présence au sein des deux écoles a été régulière durant l’année scolaire (au minimum deux jours par semaine dans chacune des écoles). Nous avons effectué des observations dans les classes des enseignants puis durant les temps interstitiels hors de la classe (temps des repas, temps d’accueil et de sortie des élèves, temps durant les récréations, etc.). Notre intégration dans les collectifs des deux écoles s’est traduite par la régularité de notre présence au sein des différents espaces-temps de travail des enseignants. Cette implication était nécessaire pour étudier les pratiques d’échanges informels des enseignants sans trop perturber leur configuration tout au long de l’année scolaire. Les données qualitatives ont pour la plupart fait l’objet d’un processus de condensation et de catégorisation a posteriori (Miles et Huberman, 2003). Ceci dans le but d’affiner et de rendre intelligible les comparaisons inter-enseignants et inter-écoles. C’est la raison pour laquelle, dans les résultats présentés ci-dessous, les données sont majoritairement de nature quantitative. La quantification des catégories de données qualitatives (reconstruites a posteriori) nous paraissait être la meilleure solution pour comparer les modalités de pratiques d’échanges informels des enseignants au niveau intra et inter-écoles.

L’école A

12L’école A est une école primaire de petite taille. Elle est composée de 5 classes de niveau simple et double : une classe de cours préparatoire (CP 6 ans), une classe de cours préparatoire et de cours élémentaire première année (CP/CE1 6 , 7 ans), une classe de cours élémentaire première et deuxième année (CE1/CE2 7, 8 ans), une classe de cours élémentaire deuxième année et de cours moyen premier année (CE2/CM1 8, 9ans) et une classe de cours moyen deuxième année (CM2 10 ans). Le collectif de l’école est constitué de cinq enseignants, de deux assistantes d’éducation centrées sur les thématiques de la lecture/écriture et de l’informatique, de trois enseignants spécialisés du RASED1 et de deux membres du personnel municipal. Au niveau des locaux, l’espace de l’école est matérialisée par cinq classes d’enseignement, une classe aménagée spécifiquement pour les membres du RASED, une salle des maîtres, un bureau de la directrice, une cours de récréation et un grand hall.

13Depuis quelques années, l’équipe enseignante du primaire ne cesse de se renouveler. Cette année, trois enseignants sont nouvellement arrivés. Parmi les plus anciens, la directrice (l’enseignante I) et une enseignante de CP (enseignante E) sont présentes dans l’école depuis 3 ans et 1 an. La directrice a peu d’expérience puisqu’elle a pris ses fonctions l’année précédente. Elle a une journée de décharge d’enseignement par semaine. Elle est remplacée ponctuellement par une enseignante (l’enseignante C). Sa manière d’animer l’équipe pédagogique est « souple » et non directive. Elle ne déclare prendre aucune décision seule mais toujours en collégialité avec ses collègues enseignants.

14Dans la classe de CP, l’enseignante titulaire du poste (enseignante E) est partie début décembre en congé de maternité. Elle a été remplacée durant l’année scolaire par deux enseignantes : l’enseignante MC (pendant 3 semaines) et l’enseignante G (pendant 3 mois).

15

Schéma 1 – Statuts et fonctions des acteurs professionnels de l’école A

Schéma 1 – Statuts et fonctions des acteurs professionnels de l’école A

L’observation des pratiques d’échanges informels des enseignants

16Nos observations se sont prioritairement centrées sur les interactions des enseignants avec leurs collègues de travail dans la salle des maîtres. Cette dernière est le lieu central où se retrouvent régulièrement les enseignants durant les temps interstitiels, hors des heures d’enseignement.

17Pour décrire les échanges entre les membres du collectif de l’école, 25 séquences ont été observées (15 au premier semestre et 10 au second semestre) dans la salle des maîtres durant deux moments-types de la journée scolaire : la récréation du matin et le temps du midi (entre 12h30 et 13h30). Durant ces séquences, ont été notées les présences des acteurs de l’école ainsi que le contenu de leurs interactions.

18Les données montrent, dans un premier temps, que la salle des maîtres n’est pas un lieu régulièrement fréquenté par le collectif d’enseignants. Dans de nombreuses observations, ont été notées l’absence (38 % des cas) ou bien la présence d’une seule personne (31 %) durant les moments de récréations. A l’inverse, durant la pause méridienne, un noyau de personnes se retrouve fréquemment pour déjeuner. Il s’agit des enseignants M, J2, L et I. Les résultats montrent, d’autre part, qu’il y a peu de co-présence entre les enseignants de l’élémentaire et les autres acteurs de l’école. Nous observons la présence des enseignants de l’élémentaire avec l’enseignante de grande section de maternelle dans 31 % des observations, avec l’assistante d’éducation dans 23 % des observations puis avec la maîtresse E dans 15 % des observations. Durant les temps du midi, nous avons observé les enseignants de l’élémentaire déjeuner avec l’enseignante de grande section de maternelle dans 33 % des cas.

19Au niveau du contenu des interactions observées en salle des maîtres, les résultats montrent une hétérogénéité importante de sujets relatifs au travail enseignant (91 %). Parmi ces derniers, quatre catégories sont dominantes : les élèves en difficulté (26 %), les projets et/ou dispositifs inter-classes (15 %), les pratiques d’enseignement (11 %) et les sorties scolaires hors de l’école (11 %).

Graphique 1 - Les contenus des échanges informels des enseignants observés au sein de l’école A

Graphique 1 - Les contenus des échanges informels des enseignants observés au sein de l’école A

Elèves non en difficulté

A

Hors sujet scolaire

B

Administration/organisation de l’école

C

Elèves en difficulté

D

Pratiques d’enseignement

E

Projets/dispositifs inter-classes

F

Expérience professionnelle des enseignants

G

Réflexion sur le statut professionnel des acteurs de l’école

H

Discussion sur les collègues enseignants (absents durant l’interaction)

I

Sortie scolaire (classe de découverte, sortie CROSS)

J

Tâches d’enseignement (préparations, corrections, etc.)

L

20Concernant les élèves en difficulté, les résultats montrent qu’une partie importante des interactions est centrée sur le cas d’une élève de l’école (58 % des interactions). Au niveau des dispositifs inter-classes, les discussions ont porté sur le fonctionnement des décloisonnements de classes en cycle 2 et cycle 3 (40 %), les dispositifs d’évaluation de cycle 2 (15 %), les échanges de services entre les enseignants (15 %) et les conseils de délégués (15 %). Enfin, concernant les pratiques d’enseignement, les échanges se sont centrés sur les systèmes de régulation du comportement des élèves (15 %), les méthodes de lecture utilisées en CP (60 %) et les tâches d’enseignement préparées avec l’assistante d’éducation (20 %).

Les déclarations des enseignants sur leurs pratiques d’échanges informels

  • 5  Cela correspond à une moyenne de 3 fiches par enseignant au premier trimestre et 2 fiches par ense (...)
  • 6  Prenons un exemple pour illustrer l’analyse effectuée. Sur les 20 fiches collectées au premier tri (...)

21Nous avons demandé à chacun des enseignants de l’école d’estimer le temps passé à discuter avec ses collègues de travail durant les moments informels hors de la classe puis d’indiquer la nature des sujets de discussion. Les enseignants ont donné leurs points de vue pour les premier et deuxième trimestres de l’année scolaire. Ils étaient conviés à remplir une fiche de renseignement toutes les fins de semaine. Au total, 20 fiches ont été relevées au premier trimestre et 15 fiches au deuxième trimestre5. Pour décrire les modalités d’échanges déclarées par les enseignants, nous avons transformé les temps estimés par les enseignants en rang. Nous avons ensuite identifié les acteurs de l’école avec lesquels les enseignants estiment avoir fréquemment échangé durant la semaine (les acteurs ayant été classés parmi les rangs 1 et 2). Dans le tableau ci-dessous sont indiqués les pourcentages de cas où les acteurs de l’école ont été classés parmi les interlocuteurs privilégiés des enseignants (rangs 1 ou 2)6. De plus, sont indiqués les sujets de discussion dominants en fonction des acteurs (sujets représentant au minimum 70 % des échanges).

Tableau 1 – Les déclarations des enseignants de l’école A sur leurs pratiques d’échanges avec les collègues de travail

Acteurs de l’école

 % de cas où l’acteur a été classé parmi les interlocuteurs privilégiés

Sujets de discussion dominants

( =/+ 70 % des échanges)

Premier

trimestre

Deuxième

trimestre

Premier

trimestre

Deuxième

trimestre

L’enseignante E

100

absente

- hors sujet scolaire

Absente

L’enseignante M

94

100

- difficultés des élèves

- difficultés des élèves

L’enseignante I

(La directrice de l’école)

88

90

- administration

L’enseignant L

46

100

- hors sujet scolaire

- difficultés des élèves

- hors sujet scolaire

- difficultés des élèves

L’enseignante J

41

100

- hors sujet scolaire

- hors sujet scolaire

L’enseignante M-C

35

Absente

Absente

L’enseignante F

0

100

L’enseignante S

0

8

- hors sujet scolaire

Maître E

0

8

- difficulté des élèves

- difficultés des élèves

Maître G

0

0

Assistante d’éducation centrée sur l’informatique

0

8

- tâches d’enseignement

Assistante d’éducation centrée sur la lecture

33

59

Parents d'élèves

38

23

Personnel municipal

0

23

Psychologue scolaire

5

0

Moyenne

(tous les acteurs de l’école)

32

47

Ecart-type

(tous les acteurs de l’école)

36,6

44,1

Moyenne

(seulement les enseignants)

50,5

83

Ecart-type

(seulement les enseignants)

40

36,9

22Les résultats montrent qu’au premier trimestre les enseignants déclarent interagir majoritairement avec l’enseignante E, l’enseignante M et la directrice de l’école. Viennent ensuite, de manière moins importante, l’enseignant L, l’enseignante J, les parents d'élèves, l’enseignante M-C et l’assistante d’éducation spécialisée en lecture/écriture. A l’inverse, l’enseignante F, l’enseignante S, les maîtres E et G, la psychologue scolaire, le personnel municipal et l’assistante d’éducation spécialisée en informatique n’ont jamais été, pour les enseignants, des interlocuteurs privilégiés.

23Au deuxième trimestre, les résultats montrent une augmentation du pourcentage moyen d’échanges entre enseignants (de 50,5 % au premier trimestre à 83 % au second trimestre). Ces derniers déclarent interagir majoritairement avec l’enseignante J, l’enseignante F, l’enseignante M, l’enseignant L et la directrice de l’école. D’autre part, L’assistante d’éducation spécialisée en lecture/écriture et le personnel municipal interagissent plus fréquemment avec les enseignants. A l’inverse, les parents d'élèves sont moins fréquemment destinataires des interactions des enseignants (23 %).

24De manière générale, les contenus échangés avec les collègues de travail entre le premier et deuxième trimestre sont plus ou moins stables. Les sujets hors scolaire (33 % au premier trimestre et 34 % au second trimestre) et ceux relatifs aux élèves en difficulté (41 % et 38 %) sont dans l’ensemble les éléments qui font régulièrement l’objet de discussion.

25Les résultats montrent par ailleurs une différence dans le contenu des interactions des enseignants en fonction de leurs collègues de travail avec lesquels ils échangent. Aux premier et deuxième trimestres les acteurs avec lesquels les enseignants discutent fréquemment des élèves en difficulté sont l’enseignant L, l’enseignante M et le maître E. Les discussions centrées sur l’organisation administrative de l’école sont discutées fréquemment avec la directrice de l’école. Les sujets hors scolaires sont, quant à eux, discutés fréquemment avec l’enseignante J et l’enseignant L. D’autre part, nous remarquons qu’avec les parents d'élèves les enseignants discutent majoritairement des élèves en difficulté (60 % et 55 %). Avec l’assistante d’éducation spécialisée en lecture/écriture, les discussions sont centrées principalement sur les tâches d’enseignement (55 % et 54 %) et au second trimestre sur les élèves en difficulté (54 %).

L’école B

  • 7  CLAP : classe d’adaptation pédagogique

26L’équipe pédagogique de l’école B est composée de 8 enseignants dont 1 enseignante surnuméraire et 1 enseignante qui décharge, à mi-temps, le directeur de l’école. Quatre enseignants exercent dans l’école depuis 1 an, 2 enseignants depuis une vingtaine d’années puis 2 enseignantes depuis le début de l’année. Le directeur de l’école exerce sa fonction depuis deux ans et enseigne dans l’école depuis plus d’une dizaine d’années. Suite au départ de l’ancien directeur, il a été contraint de reprendre la direction de l’école afin d’assurer une continuité dans le projet d’école et une stabilité relationnelle avec les différents acteurs impliqués (élèves, parents, personnel associatif et municipal, coordinateur ZEP, etc.). L’enseignante surnuméraire (appelée l’enseignante CLAP7) est une enseignante supplémentaire qui a le même statut professionnel que ses collègues enseignants. Sa particularité réside dans le fait qu’elle n’est responsable d’aucune classe d'élèves. Elle intervient dans plusieurs types de dispositifs pédagogiques construits par les collectifs d’enseignants de cycle 2 et de cycle 3.

27L’équipe pédagogique dispose également, depuis cette année, d’une assistante d’éducation (l’AE) à mi-temps. Cette dernière s’est occupée durant l’année scolaire des activités centrées sur la gestion de la bibliothèque et sur l’informatique. Au fur et à mesure de l’année (à partir du deuxième trimestre), les enseignants de cycle 2 lui ont donné la responsabilité de tâches centrées sur la lecture/écriture avec des petits groupes d'élèves en difficulté.

28L’école est composée de 6 classes d'élèves : 2 classes de CP, 1 classe de CE1, 1 classe de CE2 et 2 classes de CM1/CM2

Schéma 2 – Statuts et fonctions des acteurs professionnels de l’école B

Schéma 2 – Statuts et fonctions des acteurs professionnels de l’école B
  • 8  CLAE : Centre de Loisirs Associé à l’Ecole.

29Au côté de l’équipe pédagogique enseignante, l’école dispose des services d’un personnel municipal qui a pour fonction de gérer le repas des élèves puis l’entretien ménager des locaux de l’école et d’un personnel spécialisé dans l’animation sociocuturelle (membres du CLAE8) qui a pour fonction de proposer des animations aux élèves durant le temps péri-scolaire (les temps d’accueil et de sortie des élèves et les temps du midi).

30L’école est composée de deux étages ; au second étage quatre classes d'élèves (3 classes de cycle 3 et une classe de cycle 2) et une classe d’éveil réservée aux activités arts-plastiques et/ou scientifiques et techniques. Au premier étage, une salle informatique, une classe pour l’enseignante CLAP, deux classes d'élèves de cycle 2, une salle des maîtres, un bureau du directeur et deux salles supplémentaires pour les membres du CLAE et du RASED.

31A côté de la salle des maîtres se trouve le bureau du directeur. Nos observations montrent que ce bureau a plusieurs fonctions. Tout d’abord une fonction d’interface entre l’école et les parents d'élèves ; c’est le lieu où le directeur reçoit les parents pour diverses raisons (problèmes financiers, difficultés comportementales des élèves, etc.). Ensuite une fonction de détente, de relâchement, d’intimité voire de « confession » pour les enseignants : c’est le lieu où ils peuvent fumer et se concerter, à l’abri des regards de tout le monde.

32Concernant le travail collectif des enseignants au sein de l’école, le directeur a décidé d’ajouter des réunions hebdomadaires supplémentaires, en plus de celles réalisées habituellement durant les conseils de cycles et des maîtres. Ces réunions ont lieu tous les jeudi midi. Elles ont pour but d’aborder et de résoudre les problèmes relevant de l’organisation du travail des enseignants hors des tâches d’enseignement. Nos observations ont montré une variété de problèmes abordés durant ces réunions de travail : le fonctionnement du parlement des enfants, la gestion du goûter pendant les récréations, les problèmes de surveillance pendant les récréations, les problèmes de comportement de certains élèves dans les couloirs de l’école, les grèves des enseignants, la gestion de la salle art-plastique, les projets inter-classes, etc.

L’observation des pratiques d’échanges informels des enseignants

33Pour décrire les interrelations entre les membres du collectif de l’école, 34 séquences ont été observées (14 au premier semestre et 20 au second semestre) dans la salle des maîtres et le bureau du directeur durant deux moments-types de la journée scolaire : la récréation du matin et le midi. Durant ces séquences, ont été notés les présences des acteurs de l’école ainsi que le contenu de leurs interactions.

34Durant les temps de récréations, le bureau du directeur et la salle des maîtres sont régulièrement fréquentés par plusieurs acteurs de l’école (dans 85 % des cas observés, deux personnes au minimum sont présentes). Ce sont généralement les enseignants qui ne surveillent pas la récréation et, selon les jours de la semaine, l’assistante d’éducation (28 % des cas dans la salle des maîtres) et le maître G (11 % des cas dans le bureau du directeur).

35Durant les temps du midi, une majorité d’enseignants est régulièrement présente en salle des maîtres. Ils déjeunent ensemble. Nos observations montrent que l’enseignante C ne déjeune jamais avec ses collègues en salle des maîtres. Elle est présente uniquement les jeudi midi durant la réunion hebdomadaire. Dans le cadre d’une entrevue, elle a indiqué qu’elle préférait manger dans sa classe pour préparer ses tâches d’enseignement et corriger les exercices des élèves. L’assistante d’éducation déjeune régulièrement avec les enseignants (75 % des cas observés). Dans une entrevue, elle a déclaré qu’elle déjeunait avec l’équipe enseignante car il y règne une « bonne ambiance ». Nous avons également observé de temps à autres l’enseignante de grande section maternelle (5 % des cas) et le maître G (10 % des cas).

36Sur les 20 séquences observées le midi, nous avons noté la présence de plusieurs enseignants dans le bureau du directeur ainsi que celle de l’assistante d’éducation (20 %). Les faits montrent qu’une moyenne de 3 personnes est présente dans le bureau dont régulièrement le directeur de l’école et l’enseignante CLAP.

37Concernant le contenu des interactions, les données montrent globalement que les sujets hors scolaires font majoritairement l’objet de discussion (28 % des cas observés). Ensuite viennent les sujets relatifs à l’administration et l’organisation du travail des enseignants hors des tâches d’enseignement (15 %), les sujets politiques centrés sur l’éducation scolaire (10 %), les difficultés des élèves (11 %) et enfin les projets et dispositifs inter-classes (8 %).

Graphique 2 - Les contenus des échanges informels des enseignants observés au sein de l’école B

Graphique 2 - Les contenus des échanges informels des enseignants observés au sein de l’école B

Sujets politiques centrés sur l’éducation scolaire

A

Hors sujet scolaire

B

Administration/organisation du travail enseignant au niveau de l’école

C

Elèves en difficulté

D

Pratiques d’enseignement

E

Projets/dispositifs inter-classes

F

Discours sur les collègues enseignants

G

Sorties scolaires (classes de découverte, sortie CROSS)

H

Tâches d’enseignement (préparations, corrections, etc.)

I

Pratiques enseignantes hors de la classe

J

38Les données montrent d’autre part que les contenus des interactions diffèrent en fonction des lieux observés. En salle des maîtres, ont été observées majoritairement des interactions centrées sur des sujets hors scolaires (31 %) et politiques (17 %). Dans le bureau du directeur, les acteurs ont prioritairement échangé sur les difficultés des élèves (23 %), l’administration et l’organisation du travail des enseignants (23 %) et sur des sujets hors scolaires (23 %).

Les déclarations des enseignants sur leurs pratiques d’échanges informels

  • 9  Cela correspond à une moyenne de 6 fiches par enseignant au premier trimestre et 3 fiches par ense (...)

39Pour identifier les déclarations des enseignants, 40 fiches ont été relevées au premier trimestre et 21 fiches au deuxième trimestre9. Dans le tableau ci-dessous sont indiqués les pourcentages de cas où les acteurs de l’école ont été classés parmi les interlocuteurs privilégiés des enseignants (classées aux rangs 1 ou 2). De plus, sont indiqués les sujets de discussion dominants en fonction des acteurs (sujets représentants au minimum 70 % des échanges).

Tableau 2 – Les déclarations des enseignants de l’école B sur leurs pratiques d’échanges avec les collègues de travail

 % de cas où l’acteur a été classé parmi les interlocuteurs privilégiés

Sujets de discussion dominants

( =/+ 70 % des échanges)

Acteurs de l’école

Premier

trimestre

Deuxième

trimestre

Premier

trimestre

Deuxième

trimestre

L’enseignant M

(Directeur de l’école)

88

81

- hors sujet scolaire

- hors sujet scolaire

L’enseignante M1

75

60

- hors sujet scolaire

- difficulté des élèves

L’enseignante M3

67

53

L’enseignant N

64

62

L’enseignante M2

33

30

- hors sujet scolaire

L’enseignante N1

28

61

L’enseignante C

10

0

L’enseignante CLAP

64

85

- hors sujet scolaire

- difficultés des élèves

- savoirs scolaires

- tâches d’enseignement

Maître E

0

0

Maître G

10

10

Assistante d’éducation

59

75

- hors sujet scolaire

- hors sujet scolaire

Parents d'élèves

20

30

Personnel municipal

35

45

- hors sujet scolaire

- hors sujet scolaire

Psychologue scolaire

2,5

5

CLAE

0

15

Moyenne

(tous les acteurs)

37

40,8

Ecart-type

(tous les acteurs)

30

30

Moyenne

(tous les enseignants)

53

54

Ecart-type

((tous les enseignants)

26

27

40Les résultats montrent qu’au premier trimestre les enseignants déclarent interagir majoritairement avec le directeur de l’école, l’enseignante M1 puis dans une moindre mesure avec l’enseignante M3, l’enseignante N, l’enseignante CLAP et l’assistante d’éducation. A l’inverse les enseignants déclarent, dans peu de cas, interagir régulièrement avec l’enseignante M2, N1 et C. Par ailleurs, les données montrent que le personnel municipal, les parents d'élèves et le maître G sont régulièrement les destinataires des interactions des enseignants. Le psychologue scolaire, le maître E et les membres du CLAE ne sont pas des destinataires privilégiés des enseignants dans leurs échanges informels hors de la classe.

41Au deuxième trimestre, l’enseignante CLAP, le directeur de l’école et l’assistante d’éducation sont les personnes avec lesquelles les enseignants déclarent fréquemment échanger durant les moments informels. Viennent ensuite les autres enseignants de l’école (l’enseignante N, l’enseignante N1 ; l’enseignante M1, l’enseignante M3). De plus, nous observons que l’enseignante M2 et l’enseignante C ne sont pas des destinataires privilégiés des interactions des enseignants. Concernant les autres acteurs de l’école, le personnel municipal est un interlocuteur non négligeable.

42Les contenus échangés avec les collègues de travail entre le premier et deuxième trimestre sont majoritairement centrés, selon les déclarations des enseignants, sur les sujets hors scolaire (44 % des destinataires au premier trimestre et 59 % au deuxième trimestre). Puis viennent ensuite les difficultés des élèves (28 % au premier trimestre et 36 % au deuxième trimestre). Par ailleurs, les données montrent que les contenus des interactions diffèrent selon les destinataires. Au premier trimestre, les sujets hors scolaire font régulièrement l’objet de discussions avec le directeur de l’école, le personnel municipal et l’assistante d’éducation. Au deuxième trimestre, s’ajoutent les enseignants M1, M2 et CLAP. Les difficultés des élèves font, quant à elles, fréquemment l’objet de discussions avec l’enseignante M1 et l’enseignante CLAP.

Discussion

43La comparaison inter-école fait apparaître un certain nombre de convergences dans la description des pratiques d’échanges informels des enseignants. Nous pouvons en citer quelques unes :

  • 10  Dans l’école A, les principaux échanges centrés sur les difficultés des élèves ont concerné le cas (...)

44Les contenus des échanges concernent peu les pratiques d’enseignement en situation de classe. Les enseignants parlent peu de ce qu’ils font en classe, échangent peu leurs points de vue, parlent peu des contraintes (didactiques et/ou pédagogiques) qu’ils rencontrent et des ressources qu’ils mobilisent pour enseigner. Lorsque les enseignants discutent des éléments relatifs à l’exercice de leur métier, les contenus sont majoritairement centrés sur la conception et la mise en œuvre de projets collectifs inter-classes, de sorties scolaire, du partage des tâches pédagogiques (avec les assistants d’éducation par exemple) ou bien de la prise en charge de certains élèves en difficulté10.

45Les objets d’échanges sont relativement dépendants du statut des acteurs au sein de l’école. Avec le directeur ou la directrice de l’école, on discute plus fréquemment d’éléments relatifs à l’administration scolaire. De même, les enseignants qui exercent dans les mêmes classes d’âge échangent plus régulièrement ensemble. Avec les membres du RASED, l’enseignant surnuméraire ou l’assistant d’éducation, on parle plus fréquemment des modalités de prise en charge des élèves en difficulté ou bien du partage des tâches pédagogiques.

46Ces éléments de convergence peuvent être interprétés à partir de l’influence de la dimension socio-institutionnelle du travail enseignant. Ce dernier est ancré dans une organisation professionnelle fortement formalisée, hiérarchisée, avec une division du travail importante et dont la cellule-classe constitue l’unité principale à partir de laquelle s’opère la construction identitaire de l’enseignant, son autonomie et sa responsabilité professionnelle (Lessard et Tardif, 1999). Le système éducatif a en effet la particularité d’être caractérisé par un mode bureaucratique et professionnel (Maroy, 1992 ; Bonami, 1996). Dans ce cadre, les stratégies d’évitement de conflits et de voilement des activités d’enseignement sont dominantes puisqu’elles permettent aux enseignants de préserver leur autonomie professionnelle et de se maintenir une confiance mutuelle, nécessaire pour garantir la croyance collective dans l’efficacité et l’équité de leurs pratiques éducatives (Meyer et Rowan, 1983). Ces éléments peuvent ainsi expliquer les résistances qu’ont les enseignants (du primaire comme du secondaire) à échanger à propos de leurs pratiques mises en œuvre en situation de classe (Barrère, 2002b)

47Les résultats mettent également en évidence des disparités entre les écoles dans les pratiques d’échanges des enseignants durant les moments informels hors de la classe. Nous pouvons résumer ces différences à travers deux axes : l’objet des échanges et la configuration des relations entre les enseignants et leurs collègues (enseignants et non-enseignants) au sein de l’école :

48Le premier axe de différenciation concerne l’objet des échanges ; au sein de l’école A, les échanges informels sont centrés prioritairement sur des contenus en lien avec l’exercice de leur métier : les difficultés des élèves, les projets de cycles d’apprentissage, les dispositifs pédagogiques mis en œuvre, les sorties scolaires, etc. A l’inverse, au sein de l’école B, les principaux échanges informels des enseignants sont centrés majoritairement sur des sujets hors scolaire, en dehors des préoccupations directes sur le travail enseignant. Ils discutent de l’actualité sociale, culturelle, politique ou bien des expériences et des évènements liés à leur vie privée, hors du champ professionnel.

49Le deuxième axe de différenciation concerne la configuration des relations inter-personnelles ; au sein de l’école A, les enseignants échangent principalement entre pairs, durant les temps informels hors de la classe. Ils discutent peu avec les autres acteurs de l’école (professionnels spécialisés, parents d’élèves, personnel municipaux, assistant d’éducation, etc.). A l’inverse, les enseignants de l’école B interagissent beaucoup plus fréquemment avec les autres acteurs de l’école, que ce soit par exemple avec le personnel municipal de l’école ou bien avec les enseignants spécialisés du RASED.

50L’identification de ces deux axes nous permet de repérer 4 systèmes d’échanges potentiels entre les acteurs professionnels de l’école. Nous avons nommé ces systèmes à partir de leurs fonctions au sein du collectif de l’école :

  • 11  Nous définissions le terme « sociabilité » au sens donné par Simmel (1981) ; la sociabilité est un (...)

les échanges qui ont pour fonction de créer ou de renforcer le réseau de sociabilité11 affinitaire entre les enseignants (entre pairs).

ceux qui ont pour fonction de créer ou de renforcer le réseau de sociabilité affinitaire entre les différents acteurs de la communauté éducative (enseignants, parents d’élèves, personnels municipaux, professionnels spécialisés, etc.) ;

ceux qui ont pour objectif de créer ou de renforcer la circulation des savoirs et des informations à caractère professionnel entre les enseignants ;

ceux qui ont pour objectif de créer ou de renforcer la circulation des savoirs et des informations à caractère professionnel entre les différents acteurs de la communauté éducative (enseignants, parents d’élèves, personnels municipaux, professionnels spécialisés, etc.).

51Nous faisons l’hypothèse que ces systèmes d’échange ne sont pas figés dans des espaces/temps particuliers et ne s’excluent pas mutuellement ; ils peuvent coexister et évoluer au sein d’une même école en fonction des éléments du contexte ainsi que des caractéristiques personnelles et professionnelles des acteurs de l’équipe éducative.

Figure 1 : Quatre systèmes d’échanges entre les acteurs professionnels dans les écoles

Figure 1 : Quatre systèmes d’échanges entre les acteurs professionnels dans les écoles

52Cette typologie des échanges entre les acteurs de l’école suggère une pluralité dans la configuration des relations entre les enseignants et leurs collègues de travail puis dans les modalités de contenu échangé. Si nous articulons cette typologie avec nos études de cas, nous pouvons dire que les enseignants de l’école A ont des échanges informels qui ont pour fonction dominante de faire circuler entre les pairs des savoirs et des informations à caractère professionnel. Ceux de l’école B ont des échanges informels qui ont pour fonction dominante de créer ou de conserver le réseau de sociabilité affinitaire entre les acteurs de la communauté éducative de l’école.

53Il nous paraît maintenant nécessaire de dépasser le niveau descriptif des pratiques étudiées pour tenter d’interpréter les processus qui participent à les organiser. Quels sont les éléments qui organisent les pratiques d’échanges informels des enseignants ? A partir des données empiriques collectées au sein des monographies d’école et du cadre d’analyse présenté précédemment, nous avons repéré quelques éléments d’interprétation :

54les problèmes particuliers à résoudre au sein de l’école : les données montrent que les problèmes que doivent résoudre les acteurs influencent de manière forte leurs préoccupations, leurs intérêts et par conséquent le contenu de leurs échanges durant les temps informels hors de classe. Par exemple, dans l’école A, un certain nombre de plaintes des parents d’élèves à propos de la gestion de la discipline des enseignants (dans et hors de la classe) a influencé le contenu des discussions informelles entre les enseignants au sein de l’école et a renforcé les échanges entre pairs. Ces discussions se sont davantage centrées sur les pratiques d’enseignement et la prise en charge des élèves en difficulté. Au niveau de la configuration des échanges, les interactions entre pairs (qui augmentent au fur et à mesure de l’année) sont un indicateur du repli des enseignants sur eux-mêmes face à la difficulté à gérer les rapports avec l’environnement de l’école (les parents d’élèves principalement).

55le statut des acteurs au sein de l’école : nous l’avons déjà mentionné ci-dessus. Le statut professionnel des acteurs semble avoir une influence sur les interrelations des enseignants durant les temps informels au sein de l’école. Par exemple, les enseignants qui exercent à temps plein discutent plus régulièrement entre eux et sont plus fréquemment plébiscités par leurs collègues. Dans l’école A, un noyau d’enseignants a été régulièrement observé durant les temps informels. Les enseignants qui exercent à mi-temps ou à ¾ temps n’ont jamais été représentés dans ce noyau. Le directeur fait également parti des interlocuteurs privilégiés des enseignants durant les temps informels au sein des deux écoles.

56La stabilité de l’équipe pédagogique : La stabilité - dans le temps - des membres de l’équipe enseignante peut avoir une influence sur la configuration des relations interpersonnelles au sein de l’école. Dans l’école B, l’équipe enseignante est beaucoup plus stable que dans celle de l’école A. La majorité des enseignants de l’école B exerce ensemble depuis de nombreuses années. Cette stabilité de l’équipe enseignante peut expliquer que la configuration des relations interpersonnelles s’étende à l’ensemble des acteurs éducatifs de l’école (parents, personnels municipaux, enseignants spécialisés, etc.) et ne se réduise pas, comme dans l’école A, aux relations entre pairs.

57le degré de formalisation des pratiques de concertation entre les enseignants : l’organisation des espaces de discussion formalisés entre les enseignants n’est pas indépendante des sujets de discussion de ces derniers durant les temps informels hors de la classe. Au sein de l’école B, les enseignants ont décidé de se réunir formellement une fois par semaine afin de discuter des problèmes relatifs au fonctionnement quotidien de l’école. Durant ces réunions, sont abordés des sujets scolaires centrés principalement sur les pratiques enseignantes dans et hors de la classe (surveillance, projets d’école, problèmes de comportement des élèves hors de la classe, etc.). La formalisation de ce temps de discussion mis en œuvre par le collectif de l’école permet ainsi aux enseignants, durant les temps informels, de se centrer davantage sur des objets de discussion qui ne relèvent pas du champ professionnel.

58les caractéristiques personnelles des enseignants : Certains enseignants sont des interlocuteurs privilégiés de leurs collègues de travail durant les échanges informels. Leur position s’explique en partie par les ressources personnelles dont ils disposent. Ces enseignants ont une certaine reconnaissance et légitimité auprès de leurs pairs à cause des ressources cognitives, relationnelles et affectives acquises à travers leurs expériences personnelles et professionnelles. Au sein de l’école B, les sujets de discussion politique sont fréquents durant les moments d’échanges informels. Ils sont généralement provoqués par les mêmes enseignants. Ces derniers mobilisent des ressources acquises dans le cadre des formations syndicales ou bien dans l’exercice de leurs pratiques politiques hors du contexte professionnel (engagement dans des associations ou partis politiques). Ces ressources leur donnent ainsi une certaine légitimité vis à vis des collègues enseignants et, par conséquent, leur fournit une position d’interlocuteur privilégié dans certaines situations d’échanges (notamment celles qui concernent les prises de position relatives aux évènements politiques telles que les grèves ou bien l’application de nouvelles réformes scolaires).

59l’historicité de l’école : l’histoire de l’école constitue une mémoire et une ressource qui influencent les modalités d’échanges des enseignants avec leurs collègues (enseignants et non-enseignants) hors de la classe. Cette mémoire est inscrite dans la matérialité de l’école mais également dans les représentations collectives et individuelles. A l’école B, le directeur et d’autres enseignants exercent depuis plus d’une dizaine d’année au sein de l’école. Ils représentent l’héritage de l’école et défendent le rôle qu’a toujours joué l’école dans le processus de construction identitaire du quartier et dans celui de la communauté éducative. Cet ancrage historique de l’école au sein du territoire transparaît dans la configuration des relations entre les enseignants et leurs collègues de travail durant les temps informels : celle-ci est largement ouverte à tous les acteurs éducatifs de l’école (personnel municipal, parents d’élèves, enseignants spécialisés, etc.) et se ne réduit pas aux échanges inter-enseignants comme dans le cas de l’école A.

60Ces éléments d’interprétation des pratiques d’échanges informels des enseignants sont des hypothèses qui concordent en partie avec le cadre d’analyse proposé par Lessard, Kamanzi et Larochelle (2009). Ils illustrent la nécessité de prendre en compte, dans la compréhension et l’explication de ces pratiques, des éléments liés aux ressources professionnelles mobilisées par les enseignants (leurs préoccupations, leurs ressources cognitives et affectives), à l’organisation de l’école, à son environnement interne et externe puis aux caractéristiques personnelles des enseignants.

Conclusion

61Comment les enseignants travaillent-ils collectivement au sein de l’école ? Quels sont les formes et le contenu de leurs échanges ? Les autorités politiques ainsi que de nombreux travaux scientifiques considèrent que les écoles devraient être des lieux de coopération et d’échanges entre les enseignants et plus largement entre les acteurs de la communauté éducative de l’école (enseignants, professionnels spécialisés dans l’éducation, parents d’élèves, acteurs associatifs, élus politiques locaux, etc.). Or, nous avons peu de connaissances sur les conditions qui participent à organiser et à structurer les pratiques de collaboration des enseignants. A partir de données empiriques collectées auprès de deux écoles primaires françaises, nous avons tout d’abord montré des différences dans les pratiques d’échanges informels des enseignants. Celles-ci se structurent autour de deux axes : l’objet des échanges (centré ou non sur le travail enseignant) et la configuration des relations entre les acteurs de l’école (configurations centrées sur les relations entre les enseignants pairs ou bien entre les enseignants et les autres acteurs de l’école). Quatre systèmes d’échanges potentiels ont été interprétés en fonction de ces deux axes. Ensuite, nous avons tenté d’inférer quelques éléments qui peuvent expliquer les différences de pratiques d’échanges constatées. Les résultats mettent en évidence que les pratiques d’échanges des enseignants diffèrent en fonction de plusieurs facteurs : les problèmes à résoudre au sein de l’école qui préconfigurent les préoccupations des enseignants, le statut professionnel des acteurs au sein de l’école, le degré de formalisation des pratiques de concertation des enseignants, les caractéristiques personnelles des enseignants, la stabilité de l’équipe pédagogique et l’historicité de l’école. Ces éléments explicatifs constituent des hypothèses de travail qui ne peuvent faire ici l’objet de généralisation. D’autres travaux devront complétés ces études de cas afin de décrire les différentes pratiques d’échanges et de collaboration des enseignants au sein de l’école puis de repérer les processus qui participent à organiser ces pratiques.

Haut de page

Bibliographie

Amigues, R., Faïta, D., Lataillade, G. et Saujat, F. (2002). Les collectifs de travail. Les cahiers Pédagogiques, 406. p. 16-18

Barrère, A. (2002a). Les enseignants au travail. Routines incertaines. Paris : L’Harmattan.

Barrère, A. (2002b). Pourquoi les enseignants ne travaillent-ils pas en équipe ? Sociologie du travail, 44, 481-497.

Bonami, M. (1996). Logiques organisationnelles de l'école, changements et innovations. In M. Bonami, & M. Garant (Eds.), Systèmes scolaires et pilotage de l'innovation. Bruxelles : De Boeck Université.

Bru, M. (2002). Pratiques enseignantes : des recherches à conforter et à développer. Revue Française de Pédagogie, 138, 63-73.

Chrispeels, J.H., Martin, K.J, Harari, I., Strait, C.C., Rodarte, M.A (1999). Role conflict and role ambiguity: The challenge of team leadership at a middle school. Journal of school leadership, 9, 423-453

Dupriez, V. (2003). De l’isolement des enseignants au travail en équipe : les différentes voies de construction de l’accord dans les établissements. Cahiers de recherche du GIRSEF, 23.

Dumay, X. (2009). Que sait-on de l’efficacité des écoles ? In X. Dumay et V. Dupriez, l’efficacité dans l’enseignement. Bruxelles : Edition de Boeck

Derouet, J-L. et Dutercq, Y. (1997). L’établissement scolaire, autonomie locale et service public. Paris : ESF éditeur.

Garant, M. (1996). Modèles de gestion des établissements scolaires et innovation. In M. Bonami, & M. Garant (Eds.), Systèmes scolaires et pilotage de l'innovation . Bruxelles : De Boeck & Larcier S.

Gather Thurler, M. (1994). Relations professionnelles et culture des établissements scolaires : au delà du culte de l'individualisme ? Revue Française De Pédagogie, 109, 19-40.

Gather Thurler, M. (1996). Innovations et coopération entre enseignants : liens et limites. In M. Bonami, & M. Garant (Eds.), Systèmes scolaires et pilotage de l'innovation . Bruxelles : De Boeck Université.

Gather Thurler, M. (2002). L’autoévaluation de l’établissement scolaire comme moteur du changement in BOIS, M (Dir.) Les systèmes scolaires et leurs régulations, p. 31 – 49, CRDP : Lyon.

Hopkins, D. (2001). School improvement for real, Routledge / Falmer: London / New York.

Lefeuvre, G. (2007). Travail collectif des enseignants et pratiques d’enseignement : le cas de la prise en charge des élèves dits en difficulté au sein de l’école primaire. Thèse de doctorat non publiée. Toulouse : Université.

Lefeuvre, G. (2009). Comprendre et expliquer le travail collectif des enseignants au travers de l’analyse stratégique de l’action : le cas de l’élaboration d’un dispositif pédagogique inter-classes au sein de l’école primaire. Revue des Hautes Ecoles Pédagogiques et institutions assimilées de Suisse romande et du Tessin, 8, 153-172.

Lessard, C., Canisius Kamanzi, P. et Larochelle M. (2009). De quelques facteurs facilitant l’intensification de la collaboration au travail parmi les enseignants : le cas des enseignants canadiens. Revue Education et Société, 23, 59-77.

Letor, C., Bonami, M., Garant, M. (2007). Pratiques de concertation et production collective de savoirs pédagogiques au sein d'établissements scolaires, In J-F Marcel, V. Dupriez., D. Perrisset Bagnou, M. Tardif, Coordonner, collaborer, coopérer : de nouvelles pratiques enseignantes (pp 143-156). Bruxelles, De Boeck.

Marcel, J-F. et Piot, T. (2005). Dans la classe et hors de la classe : l’évolution de l’espace professionnel des enseignants. Lyon : INRP.

Marcel, J-F., Dupriez, V., Perrisset-Bagnoud, D. et Tardif, M., (2007). Coordonner, collaborer, coopérer. De nouvelles pratiques enseignantes. Edition De Boeck Université

Maroy, C. (1992). L'école à la lumière de la sociologie des organisations. Education Et Formation, 27-50.

Maroy, C. (2005). Les évolutions du travail enseignant en Europe. Facteur de changement, incidences et résistances. Les Cahiers de Recherche en Education et Formation, 42, 2-32.

Meyer, J. W., & Rowan, B. (1983). The structure of educational organizations. J. W. Meyer, & Scott W.R. (Eds.), Organizational environments. Ritual and rationality . Beverly Hills, London, New Delhi: Sage publications.

Miles, M.B. & Huberman, M. (2003). Analyse des données qualitatives. Editions De Boeck : Bruxelles (2ème édition).

Paty, D. (1981). Douze collèges en France. Le fonctionnement réel des collèges publics. Paris :La Documentation Française.

Perrenoud, P. (2001). L'établissement scolaire entre mandat et projet : vers une autonomie relative. In G. Pelletier (Ed.), Autonomie et décentralisation en éducation : entre projet et évaluation. Montréal: Editions de l'AFIDES.

Reynolds, D. & Teddie, C.(2000). An introduction to school effectiveness research in C. Teddie, & D. Reynolds (Dirs.) The international handbook of school effectiveness resarche, p. 3 – 25, Falmer Press:London and New-York.

Simmel, G. (1981). Sociologie et Epistémologie. Paris : PUF.

Tardif et Lessard (1999). Le travail enseignant au quotidien. Bruxelles : De Boeck et Sainte-Foy/Québec : Presses de l’Université Laval.

Tardif, M. et Levasseur, L. (2004). L’irruption du collectif dans le travail enseignant. in J-F. Marcel (Dir.) Les pratiques enseignantes hors de la classe, p. 251 – 265. Editions L’Harmattan : Paris.

Tardif, M. (2007). Pratiques, collaboration et professionnalisation des enseignants, p. 171-179., In Marcel, J-F., Dupriez, V., Perrisset-Bagnoud, D. et Tardif, M. (2007). Coordonner, collaborer, coopérer. De nouvelles pratiques enseignantes. Edition De Boeck Université

Van Sell, M., Brief A.P et Schuler, R.S (1981). Role conflict and role ambiguity: integration of literature and directions for future research. Human Relations, 34-1, 43-71.

Haut de page

Notes

1  Le Réseau d’aide spécialisée aux élèves en difficulté (RASED)

2  Les travaux de Paty (1981) et de Lefeuvre (2009) effectués à partir d’une analyse stratégique de l’action montrent l’importance des jeux de pouvoirs entre les acteurs de l’école reposant sur la divergence de leurs intérêts personnels et leur degré de maîtrise des zones d’incertitude jugées pertinentes pour le fonctionnement de l’établissement.

3  ZEP : zone d’éducation prioritaire

4  CEL : contrat éducatif local

5  Cela correspond à une moyenne de 3 fiches par enseignant au premier trimestre et 2 fiches par enseignant au deuxième trimestre

6  Prenons un exemple pour illustrer l’analyse effectuée. Sur les 20 fiches collectées au premier trimestre, le psychologue scolaire a été classé une seule fois aux rangs 1 ou 2, c’est-à-dire parmi les destinataires privilégiés des enseignants durant les échanges informels. Par conséquent, exprimée en pourcentage, nous avons 5 % de cas où le psychologue scolaire a été classé parmi les interlocuteurs privilégiés des enseignants durant les échanges informels au premier trimestre.

7  CLAP : classe d’adaptation pédagogique

8  CLAE : Centre de Loisirs Associé à l’Ecole.

9  Cela correspond à une moyenne de 6 fiches par enseignant au premier trimestre et 3 fiches par enseignant au deuxième trimestre

10  Dans l’école A, les principaux échanges centrés sur les difficultés des élèves ont concerné le cas d’un seul élève en difficulté comportementale. Cet élève a fait l’objet de nombreuses discussions car ses problèmes comportementaux avaient des conséquences sur l’ensemble des pratiques enseignantes de l’école (les enseignants devaient par exemple l’accueillir plusieurs fois par semaine dans leurs classes afin de soulager leur collègue enseignant).

11  Nous définissions le terme « sociabilité » au sens donné par Simmel (1981) ; la sociabilité est une forme mouvante et jamais définie, elle est caractérisée par toute forme d’action réciproque ou socialisation non motivée par une fin particulière. Dans la sociabilité, le discours devient sa propre fin, les acteurs n’échangent pas à propos d’un contenu qu’ils souhaitent, à l’avance, communiquer ou bien qu’ils veulent entendre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1 – Statuts et fonctions des acteurs professionnels de l’école A
URL http://journals.openedition.org/tfe/docannexe/image/1523/img-1.png
Fichier image/png, 6,0k
Titre Graphique 1 - Les contenus des échanges informels des enseignants observés au sein de l’école A
URL http://journals.openedition.org/tfe/docannexe/image/1523/img-2.png
Fichier image/png, 2,4k
Titre Schéma 2 – Statuts et fonctions des acteurs professionnels de l’école B
URL http://journals.openedition.org/tfe/docannexe/image/1523/img-3.png
Fichier image/png, 5,1k
Titre Graphique 2 - Les contenus des échanges informels des enseignants observés au sein de l’école B
URL http://journals.openedition.org/tfe/docannexe/image/1523/img-4.png
Fichier image/png, 2,6k
Titre Figure 1 : Quatre systèmes d’échanges entre les acteurs professionnels dans les écoles
URL http://journals.openedition.org/tfe/docannexe/image/1523/img-5.png
Fichier image/png, 6,8k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwénaël Lefeuvre, « Les pratiques d’échanges informels des enseignants avec leurs collègues de travail au sein de l’école primaire », Travail et formation en éducation [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tfe/1523

Haut de page

Auteur

Gwénaël Lefeuvre

CREFI-T – GPE
Université de Toulouseglefeuvre@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals