Navigation – Plan du site

Ligne éditoriale

Travail et formation en éducation (TFE) est une revue électronique proposée par des chercheurs de disciplines différentes (anthropologie, communication, didactique, économie, ergonomie, histoire, linguistique, psychologie, sciences de l’éducation, sociologie, …), appartenant à divers pays européens, qui conduisent des recherches dans le domaine du Travail et de la Formation des Professionnels de l’Education (enseignants du primaire, secondaire, supérieur, cadres pédagogiques et administratifs, professionnels de la petite enfance, éducateurs sociaux, formateurs d’adultes, etc.).

La recherche sur le travail et la formation des professionnels de l’éducation interroge les modes d’élaboration des connaissances scientifiques et les frontières disciplinaires des sciences humaines et sociales qui les produisent. C’est ce questionnement qui est à l’origine de TFE.. Le projet de confronter la façon dont sont utilisés les concepts, les hypothèses, les champs théoriques dans les diverses disciplines représente à la fois un défi scientifique et un enjeu social décisif. La revue TFE est éditée par l’Unité Mixte de Recherche ADEF (Apprentissage, Didactique, Evaluation, Formation) rattachée à l’Université de Provence, l’IUFM d’Aix-Marseille et l’Institut National de Recherche Pédagogique. Plusieurs raisons sont à l’origine de la création de cette revue européenne et interdisciplinaire de recherche.

La première raison s’appuie sur un constat : la formation des professionnels de l’éducation connaît actuellement un renouveau dans tous les pays européens et pose une double question : celle de l’interdisciplinarité et celle de la collaboration entre les chercheurs et les praticiens d’horizons divers. De nombreux chercheurs qui s’engagent dans cette voie souhaitent rendre compte de leur démarche à un « collectif » actuellement dispersé. TFE se propose de jouer ce rôle d’intermédiaire entre des chercheurs appartenant à des communautés scientifiques différentes en diffusant leurs travaux.

La deuxième raison est aussi de l’ordre du constat : si les chercheurs appellent de leurs vœux l’interdisciplinarité, celle-ci n’est pas donnée mais reste à construire, notamment à travers des collaborations et des débats scientifiques dont TFE se fera l’écho ou que cette revue pourra susciter. La définition de questions de recherche communes sous-entend un dialogue entre les disciplines. Cependant, ce dialogue produit inévitablement un débat inter et intra disciplinaire dès lors que les termes d’une question non problématique dans une discipline, peuvent faire l’objet d’un débat dans une autre. Des termes communs ne suffisent pas à faire que les disciplines dialoguent entre elles. En revanche des questions déjà travaillées par une discipline, reprises par une autre, peuvent élargir ou ouvrir sur une problématique ou sur des champs de recherche nouveaux. Ainsi, la confrontation entre les disciplines est tout aussi inévitable qu’indispensable d’autant qu’aucune d’entre elles ne peut fournir des réponses complètes sur le travail et la formation des professionnels de l’éducation.

La troisième raison avance que l’étude du travail effectif ou de la formation des professionnels de l’éducation peut devenir la source du développement de la recherche fondamentale. L’enjeu consisterait alors à voir comment une question de travail ou de formation peut devenir un objet de recherche et interroger les théories disponibles dans les disciplines de référence, éprouver leur domaine de validité, en proposer de nouvelles. Toute aussi fondamentale est la question de l’articulation de l’analyse du travail dans ses rapports à la formation, ou celle de l’articulation entre les milieux de travail, de recherche et de formation. TFE se propose de soutenir la publication de travaux qui montreraient les avancées réalisées dans ces directions.

Enfin, la quatrième raison concerne les rapports entre l’éducation, le travail des professionnels et leur formation. Cette dernière ne peut plus être pensée indépendamment de la place que la société fait à l’éducation et, par là-même au rôle des personnels, non seulement sur le plan professionnel, mais aussi sur le plan politique et le devenir de ces personnels dans une politique de formation tout au long de la vie. Dans quelle mesure les politiques éducatives des divers pays européens, à la recherche de « standards », vont-elles façonner les métiers de l’éducation, alors que chacun d’eux connaît une histoire, un développement économique et culturel particulier ?

TFE accueille des travaux portant sur des comparaisons internationales qui rendent compte des relations entre des systèmes nationaux différents de façon à mieux comprendre les rapports entre société, éducation, travail et formation des professionnels, de même que les travaux éclairant les rapports entre la recherche en éducation, l’exercice effectif du métier et la formation des professionnels.

La revue TFE paraîtra deux fois par an. Un numéro constitué de propositions spontanées et un numéro thématique qui sera consacré à un dossier particulier. Ce dernier sera confié à un chercheur qui devra proposer des contributions à la réalisation du dossier soumis au comité de rédaction.

La Revue TFE accepte aussi bien des recherches empiriques que des revues de questions ou des notes critiques.

  • OpenEdition Journals