Navigation – Plan du site

Usages différenciés des TIC chez les seniors au prisme de l’âge, du genre et de la classe sociale

Entre dominations et logiques d’émancipation
Hélène Bourdeloie et Nathalie Boucher-Petrovic

Résumés

Selon le modèle expressiviste (Allard, 2007 ; 2009), les technologies de l’information et de la communication (TIC) recèlent des potentialités expressives permettant à l’individu de performer son identité et, ipso facto, de reconfigurer son identité socialement assignée au profit d’une identité façonnée individuellement. Dans une société marquée par les valeurs individualistes et dans laquelle les TIC prennent une place qui rivalise désormais avec les grands cadres de socialisation traditionnels, l’expressivisme s’avère en effet un modèle d’analyse pertinent. Pour autant, ce modèle ne résiste pas à l’analyse dès lors qu’on examine les usages ordinaires des individus, notamment des seniors, et leurs trajectoires d’usages. Proposant d’opposer à ce modèle une analyse critique des usages des TIC par les seniors – analyse déconstruisant toute idéologie naturaliste qui présiderait à ces usages –, sur un plan de l’âge, du genre et de la classe sociale, l’enquête de terrain présentée ici montre que les usages des TIC sont conditionnés par des rapports sociaux qui, bien que témoignant de rapports de domination, se déplacent toutefois selon les propriétés sociales individuelles. Ainsi l’usage des TIC peut-il, selon les cas, conduire les individus à se départir des normes dominantes et participer de pratiques émancipatoires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Intitulé ARPEGE (LA Reconfiguration des Pratiques culturelles Et du GEnre à l’ère du numérique), ce (...)

1Dans le cadre d’un projet de recherche1 dédié à la question de la reconfiguration de l’identité de genre à l’ère du numérique et plus particulièrement d’un terrain sur les seniors, nous proposons de montrer que les rapports que cette catégorie entretient avec les TIC sont fortement conditionnés par trois facteurs prégnants que sont l’âge, le sexe et la classe sociale ; trois facteurs au principe des clivages en termes de rapports aux TIC et de rapports différenciés d’usage. La catégorie des « seniors » est intéressante à étudier dans la mesure où son « âge social » (position dans le cycle de vie, « statut fonctionnel », etc.) s’accompagne de nombreuses transitions propices à des redéfinitions du soi (Caradec, 2001a). Pour autant, la logique identitaire que revêtent potentiellement les TIC peut-elle conforter le modèle expressiviste (Allard, 2009) ? Ce dernier peut-il s’appliquer à la catégorie des seniors ou rencontre-t-il là des limites ? Les hommes et les femmes de cette catégorie d’âge se livrent-ils, de la même manière, à des usages expressifs, notamment via les réseaux socionumériques (RSN) ? Dans quelle mesure leur rapport aux TIC et l’usage qu’il en font sont conditionnés par leur âge, leur sexe et leur classe sociale ? Dans quelle mesure les normes de genre hégémoniques sont-elles incorporées par les individus et renégociées à des échelles individuelles en vue de valoriser son soi, voire de s’émanciper ? En nous inscrivant dans une perspective résolument critique qui mettra ici l’accent sur les rapports de domination, nous souhaiterions montrer les limites du modèle expressiviste à l’aune d’une catégorie d’âge qui subit certaines dominations et dont les usages et le rapport au numérique sont socialement extrêmement contraints – sur un plan matériel, technique, mental, mais aussi normatif et symbolique –, en dépit du rôle potentiellement émancipatoire des TIC (Boucher-Petrovic et Combès 2009 ; Proulx 2012) et de leur fonction d’intégration sociale (Bourdeloie, 2012).

1. Le modèle expressiviste est-il performatif pour la catégorie des seniors ?

2Pendant longtemps, à tout le moins depuis les années 1960, depuis la première enquête de Bourdieu sur les héritiers (1964), la sociologie des pratiques culturelles – originellement cantonnée à l’étude des pratiques élitaires mais dont le champ s’est aujourd’hui étendu aux pratiques médiatiques et populaires – a été dominée par la théorie de la légitimité. Depuis, cette théorie a été remise en cause par un certain nombre de travaux en France (Grignon et Passeron, 1989 ; Donnat, 1994 ; Lahire, 2004 ; Maigret et Macé, 2005) et outre-Atlantique (Peterson, 1992) qui ont mis à mal le modèle d’homologie entre « qualité » du public et « qualité » de l’objet culturel. La sociologie de la culture a mis du temps à intégrer les pratiques populaires dans son spectre d’analyse ; pour ce, il faudra attendre les Cultural Studies. À titre d’exemple, les travaux sur les usages des TIC ont fait l’objet d’un champ de recherche à part entière, regroupé sous le courant de la « sociologie des usages ». Largement inspiré des écrits de Michel de Certeau (1980), ils ont d’ailleurs eu tendance à mettre l’accent sur la dimension active des usagers et sur leur potentiel de détournement par rapport à des systèmes contraignants. Il a toutefois été reconnu que la sociologie des usages avait tendance à survaloriser les individualités et l’autonomie des usagers, et à ne pas penser assez le rôle du dispositif comme celui des stratégies industrielles (Proulx, 1994 ; Denouël et Granjon, 2011 ; Voirol, 2011 ; George, 2012).

3Toutefois, du fait de l’évolution des TIC et de l’émergence du « web social » (Millerand, Proulx et Rueff, 2010), les questions concernant l’autonomie de l’usager se sont posées avec une nouvelle acuité. Les plateformes relationnelles qui se sont développées sur le web ont remis l’usager au centre du système ; certains évoquant à ce sujet l’émergence d’une « culture de la participation » (Jenkins, 2006). Elles ont aussi fait émerger une série de questions sur le « soi expressif » (Voirol, 2011) et sur la manière dont ces dispositifs peuvent permettent de performer son « soi » en favorisant un « travail expressif » (Allard, 2009). Néanmoins, les TIC ne sauraient à elles seules encourager l’expressivisme qui s’inscrit dans un mouvement individualiste que certains font remonter à l’âge romantique (Taylor, 1989, cité par Allard, 2009) – conforté par de profondes mutations ayant affecté la société contemporaine sur les plans socio-économiques ou socioculturels depuis les années 1970 – et qui a légitimé les valeurs individualistes et hédonistes au détriment des normes rigides. Dans ce contexte, la famille s’est affaiblie en tant qu’institution (de Singly, 2002). Les réseaux familiaux sont en effet de plus en plus fondés sur des « affinités électives » et les rapports de couple de plus en plus libres (ibid.). Ce processus de « démocratisation de la sphère privée » (Giddens, cité par Pasquier, 2005, p. 22) a ouvert la voie à une réflexion de l’individu sur lui-même et sur ses choix d’action et de vie. Pour autant, peut-on choisir son « soi » ? L’individu peut-il construire son identité, rejeter l’identité sociale qui lui est généralement assignée et faire fi de tout déterminisme ? Peut-on parler d’une rupture épistémologique dans le modèle d’analyse des pratiques numériques contemporaines, et notamment expressives, dans la mesure où la théorie de la domination stricto sensu s’avère (partiellement) inopérante pour analyser ces dernières ; le facteur de la classe sociale apparaissant dès lors comme trop réducteur ?

  • 2 Centrée sur le rapport de l’individu à l’autonomie et à la liberté, la vulnérabilité désigne la cap (...)

4Témoins de ces changements, les cohortes nées avant les années 1970 doivent composer avec les modèles familiaux traditionnels qui leur ont été inculqués, tout comme avec les valeurs individualistes au cœur de la société contemporaine, que contribuent à consolider les TIC. En réalité, tout nous laisse à penser que le modèle bourdieusien n’a pas totalement perdu de son pouvoir explicatif et qu’il est impossible d’échapper à un positionnement critique tant l’âge, le sexe et la classe sociale constituent des stigmates. Il s’agit ici d’appréhender ces stigmates comme sources de vulnérabilité2 (Sen, 2000 ; Brotcorne et al., 2011 ; Voirol, 2011) et de ce fait comme possibles vecteurs de dominations.

2. Les seniors et les TIC : des rapports et des usages différenciés

5En dépit de l’importance de l’effet générationnel en matière d’usage des TIC – le formateur E-Seniors notant à cet égard que pour enseigner à ce public, « c’est 60 % de ‘seniorisation’ », c’est-à-dire une prise en compte de « leurs peurs » –, cette catégorie d’âge est hétérogène.

2.1. Les seniors : une catégorie à géométrie variable

6Si la catégorie des seniors pourrait laisser supposer une certaine spécificité du fait qu’elle est, sur un plan statistique, « plus casanière, moins ‘active’, moins tournée vers les TIC, moins sociable, plus conservatrice » (Caradec, 2001a, p. 49), une étude plus approfondie de cette catégorie révèle son hétérogénéité, et ce notamment sur un plan social. Un sexagénaire appartenant à un milieu socioprofessionnel élevé aura ainsi des caractéristiques socioculturelles plus proches d’un individu issu du même univers social que d’un individu du même âge (ibid., p. 40). Aussi faut-il se méfier de la construction générationnelle qui dissimule souvent un ensemble de fragmentations sociales ou culturelles. Issue d’une construction marketing, cette catégorie tend aussi à laisser croire qu’elle incarne une vieillesse heureuse (Caradec, 2001a) alors qu’elle constitue bien un groupe à géométrie variable (Crédoc, 2010b). C’est au demeurant ce qui ressort de nos deux terrains d’enquête comprenant deux volets complémentaires sur les pratiques numériques des seniors : le premier volet concerne 13 entretiens individuels menés auprès de personnes de plus de 60 ans (juin 2012 - février 2013) ; le second des ateliers de formation à l’informatique et à l’internet pour des seniors parisiens.

a. TERRAINS

7VOLET 1 : Entretiens auprès de seniors parisiens de plus de 60 ans

813 entretiens semi-directifs individuels approfondis (3 à 4 heures) ont été conduits auprès de personnes de plus de 60 ans.

9VOLET 2 : Ateliers de formation à l’informatique et à l’internet proposés par l’associations parisienne E-Seniors

10L’association parisienne E-Seniors3, créée en 2005 pour lutter contre la fracture numérique en initiant les seniors et les handicapés aux TIC, a été retenue compte tenu de la cible d’âge à laquelle elle s’adresse et de son expérience dans ce domaine. Notre choix s’est porté sur deux ateliers de formation en particulier : celui du centre social du 20e arrondissement de Paris et celui de la mairie du 4e de la ville de Paris.

b. MéTHODOLOGIE

11Entretiens semi-directifs auprès de seniors de plus de 60 ans

1213 entretiens semi-directifs individuels ont été conduits de juin 2012 à février 2013 auprès de personnes âgées de plus de 60 ans qui ont été recrutées via le réseau social des enquêtrices. Le guide d’entretien portait sur l’équipement et les usages des TIC, les pratiques médiatiques, de loisirs, culturelles, de sociabilité et domestiques.

13Ateliers E-Seniors : observation participante (16 séances), entretiens semi-directifs (8) et entretien avec le formateur et la directrice de l’association (1)

  • 4 D’octobre à décembre 2012, trois enquêtrices ont ainsi observé les ateliers animés par des formateu (...)

14Dans le cadre des ateliers de formation E-Seniors, c’est le choix de l’observation participante4 qui a été retenu en vue d’identifier les usages in situ et d’observer les interactions individuelles. Tout en conservant leur posture de chercheures (prise de note et enregistrement des séances), les enquêtrices participaient également aux ateliers.

15Une fois les séances de formation terminées, des entretiens individuels ont été conduits auprès de 8 participants aux ateliers (5 femmes et 3 hommes ; 3 autres femmes ayant refusé l’entretien).

16Enfin, un entretien a été réalisé le 12 décembre 2012 avec le formateur de l’association E-Seniors (Jean-Michel Damianthe) qui dispensait les séances de cours dans les 4e et le 20e arrondissements de Paris ainsi qu’avec la directrice de l’association (Monique Epstein).

c. éCHANTILLON

17Portrait des seniors interrogés (21 entretiens)

18L’échantilon comprend 21 individus : 14 femmes et 7 hommes âgés de 60 à 87 ans (14 sexagénaires, 4 septuagénaires et 3 octogénaires) dont presque la moitié (10) a un niveau de formation supérieur ou équivalent à Bac+2.

Caractéristiques détaillées des seniors interrogés (21 entretiens)

  • 5 Tous les individus de l’échantillon sont hétérosexuels à l’exception de deux personnes homosexuelle (...)
  • 6 Sur les 7 seniors du 4e : 3 entretiens ont été menés, 2 ont refusé (Malika et Madeleine) mais les e (...)
  • 7 Compte ouvert pendant l’entretien à sa demande.
  • 8 Idem.
  • 9 Sur les 7 seniors du 20e, 5 entretiens ont été réalisés suite à 2 refus.

Nom

Sexe

Âge

CSP & activité

Diplôme

Situation conjugale

Acquisition ordinateur & internet à domicile

RSN

Individus recrutés par le réseau social des enquêtrices (13 dont 9 femmes et 4 hommes)

Mireille

F - 61

Retraitée : Directrice d’école

École normale

Divorcée5

En couple

Vit seule

Ordinateur : 1980

Internet : 1994

Facebook : 2011

Slavana

F - 60

Concierge d’immeuble encore en activité

Niveau seconde

Mariée, son mari réside en Serbie

Ordinateur/

Internet : 2010

Facebook : 2011

Micheline

F - 78

Retraitée : Employée

Sans diplôme

Niveau lycée

Veuve

Ordinateur/

Internet : 2005

Facebook : 2009

Anne-Marie

F - 80

Retraitée : Enseignante, éducatrice

Encore en activité : Secrétariat/

Relations publiques dans un parti politique

Licences en sciences sociales

Veuve

Compagnon

Vit seule

Ordinateur : 1988

Internet : 2007

Facebook : 2008

Linkedin: 2010

Robert

H - 86

Retraité : Ingénieur

Diplôme d’ingénieur

Veuf

Ordinateur : 1988

Internet : 2007

Luc

H - 62

Retraité : Professeur de mathématiques

Agrégé

Séparé

Célibataire

Ordinateur : 1990

Internet : 1996

Nicole

F - 62

Retraitée : Secrétaire hospitalière

Encore en activité : Auxiliaire de vie

Niveau BEPC

Célibataire

Lesbienne

Ordinateur/

Internet : 2006

Facebook : 2008

Thierry

H - 64

Retraité : Photographe

Encore en activité : Photographe

CAP de photographie

Divorcé

Célibataire

Ordinateur : 1980

Internet : 1996

Facebook Linkedin Viadeo

Sophie

F - 68

Retraitée : Assistante de direction

Diplôme de secrétariat

Séparée (mais toujours mariée)

En couple

Ordinateur : 1990

Internet : 1999

Patrick

H - 74

Retraité : Journaliste reporter.

Niveau lycée

Marié

Ordinateur/

Internet : 2011

Annick

F - 63

Retraitée : Assistante de direction

BTS

Veuve

Divorcée (1er mariage)

Ordinateur/

Internet : 2003

Simonne

F - 87

Retraitée : Mère au foyer

Brevet supérieur

Veuve

Ordinateur/

Internet : 2005

Brigitte

F - 66

Retraitée : Comptable/

Responsable RH entreprise informatique

Diplôme professionnel Bac + 2 Expertise comptable

Séparée (compagnon décédé ensuite)

Vit seule

Ordinateur : 1994

Internet : 2000

Facebook et Twitter : 2011

Individus ayant participé à la formation E-Seniors 4e (3 dont 2 femmes et 1 homme)6 

Georges

H - 68

Retraité : Fonctionnaire de police

École de police

Veuf, Compagne

Vit seul

Pas d’ordinateur

à domicile

Marie-Hélène

F - 78

Retraitée : Enseignante en lettres

CAPES Lettres

Divorcée

Célibataire

Ordinateur/

Internet : 2012

Facebook : 20137

Babette

F - 62

Concierge encore en activité

CAP Agriculture

Divorce en cours

Ordinateur/

Internet : 2012

Facebook : 20138

Malika (refus entretien)

F - 65

Retraitée chauffeure de taxi

NSP

Veuve, compagnon, vit seule

Ordinateur/

Internet : 2009

Madeleine (refus entretien)

F - 64

Retraitée – enseignante en arts appliqués

NSP

Divorcée, compagnon, vit seule

Ordinateur/

Internet : 2012

Individus ayant participé à la formation E-Seniors 20e (6 dont 4 femmes et 2 hommes)9

Béatrice

F - 69

Retraitée : Enseignante secrétariat/

Responsable RH

CAP et Brevet d’études commerciales

En couple

Lesbienne

Ordinateur/Internet : 1997

Facebook : 2006

Lucien

H - 63

Retraité : Fonctionnaire au Trésor Public

Sans diplôme,

niveau école primaire

Célibataire (toute sa vie)

Pas d’ordinateur

à domicile

Paul

H - 63

Retraité :

Cadre dans le bâtiment

Niveau Terminale S

Marié

Ordinateur/

Internet : 2002

Nadine

F - 67

Retraitée : Professeure d’anglais

Agrégée

Divorcée

Célibataire

Ordinateur : 2005

Internet : 2009

Maryvone

F - 72

Retraitée : Infirmière

Brevet

Veuve

Ordinateur/

Internet : 2005

Annie

(refus entretien)

F - 66

Retraitée : Dentiste

Séparée

Ordinateur/

Internet

NSP

  • 10 Le 20e arrondissement parisien est un quartier dit populaire tandis que le 4e est considéré comme u (...)
  • 11 Selon la directrice de l’association E-Seniors, la composition sociale du public a changé du fait d (...)

19Les entretiens ont porté sur deux groupes de seniors qu’un certain nombre de caractéristiques communes permettent d’appréhender comme un ensemble cohérent. Ces individus ont d’abord la même position dans le cycle de vie, le même « âge social » (Caradec, 2001a), encore que l’on puisse les séparer en trois catégories : ceux qui sont encore en activité professionnelle, ceux qui sont retraités depuis peu et leurs aînés, confinés à certains types de pratiques du fait d’un vieillissement corporel et d’une situation de déprise par rapport au monde qui les entoure (ibid., 2004). Ils font ensuite un usage des dispositifs numériques et de l’internet, soit parce qu’ils sont équipés à domicile, soit parce qu’ils suivent une formation dans ce domaine. Toutefois, les deux groupes se caractérisent par des disparités économiques et sociales et contre toute attente, les apprenants du centre social de Paris 20e10 ne sont pas socialement plus défavorisés11 que les apprenants de la mairie du 4e. En réalité, seules les compétences techniques les distinguent puisque les participants du 4e sont des débutants, tandis que ceux du 20e ont déjà les prérequis nécessaires pour faire usage des utilitaires et naviguer sur le web. Dans les deux cas, les femmes sont majoritaires (4 femmes et 1 homme pour le 4e et 4 femmes et 2 hommes pour le 20e).

  • 12 Chez les sexagénaires, le taux d’équipement en ordinateur à domicile avec une connexion internet es (...)

20Si les seniors sont de plus en plus équipés en TIC (Crédoc, 2011)12, l’intérêt de cette catégorie tient surtout au fait qu’elle est confrontée à des recompositions en termes culturel, social ou identitaire. Or de ce point de vue, les TIC jouent un rôle catalyseur. À ce stade du parcours de vie, elles répondent en effet à un désir d’ouverture, de « reliance sociale » (Jouët, 2011) et de maintien de soi. L’internet est ainsi une « porte ouverte sur le monde » pour Brigitte (66 ans, célibataire, retraitée responsable RH) et « une ouverture sur la planète » pour Robert (86 ans, veuf, retraité ingénieur).

21Mais c’est aussi l’image de soi qui est ici en jeu. Se former aux TIC, s’équiper à domicile ou se créer un compte Facebook participent de la construction d’une image positive de soi par le sentiment d’exister via la maîtrise de ces dispositifs et la reconnaissance que peut porter l’environnement social et familial (Michel et al., 2009). Il s’agit de ne pas sentir qu’on appartient à la catégorie des personnes âgées et se trouver de facto stigmatisé (cf. infra). Au-delà, les TIC satisfont ou non à une quête identitaire reliée à des enjeux de reconnaissance (Honneth, 2002), et spécifiquement au cours de ce cycle de vie où l’on a été mis à l’écart du travail et au cours duquel peut s’exprimer plus fortement encore cette soif de reconnaissance (Petit, 2010).

22Au-delà d’un fort besoin de sociabilité, c’est bien cette reconnaissance sociale que Brigitte (66 ans, célibataire, retraitée responsable ressources humaines) – qui, à propos de la retraite évoque « un coup de blues » et un « deuil » –, recherche à traverses ses multiples activités marquées par un certain éclectisme (théâtre, cinéma, culture Disney, bouddhisme, art lyrique…) et ses pratiques numériques témoignant de son besoin d’expression et de partage (participation active à des communautés, écriture sur les forums, commentaires sur les RSN et les blogues politiques). La production identitaire que favorisent les TIC (Allard, 2007 ; 2009) ne revient en effet pas uniquement aux plus jeunes mais aussi aux aînés, qui traversent un cycle de vie pendant lequel ils sont amenés à restructurer leur quotidien et à se redéfinir en tant que personne. Ainsi les TIC peuvent-elles remplir une fonction de premier plan de ce point de vue (Caradec, 2002), les aînés fondant leur usage par adéquation ou non avec leur être (ibid.).

  • 13 Nous ne nous attardons pas sur la question des jeux qui n’a pas fait l’objet d’une analyse approfon (...)

23Les usages des seniors que nous avons interrogés ont effectivement toujours une résonance identitaire. On s’autorise ou on s’interdit des usages à l’aune de la manière dont on se définit et de la perception que l’on a de soi : Annick (veuve, 63 ans, retraitée assistante de direction) limite le temps qu’elle consacre aux jeux13 sur l’internet car cela ne correspond pas à l’image qu’elle souhaite se donner : « ça, il faut pas devenir addict parce que je me suis rendu compte qu’on avait tendance à (…) créer une habitude à ce niveau là »... De son côté, Brigitte (66 ans, célibataire, retraitée responsable ressources humaines), qui se dit très « accro » à Facebook et aux recherches sur Google, a installé une pendule au-dessus de son écran pour contrôler son usage, mais cette initiative n’a aucun effet dans la réalité :

« Et puis j’ai résisté, j’ai dit, à Facebook, pendant des années et des années, jusqu’à ce que finalement je, ma curiosité, une grande curiosité intellectuelle, hein, de toute façon… moi je… et ça a été le piège. Des fois, j’me dis ‘J’ferais mieux d’annuler le compte…’, et puis en même temps, j’me dis ‘Oh non, quand même… c’est trop bien !’ (…) Y a tellement de choses…… sans voir le temps passer. Pourtant je me suis installé une pendule là, en haut de l’écran pour… pour… pour rien n’y faire… Même la pendule, faudrait qu’elle sonne ».

24Du reste, Brigitte se refuse à tout jeu sur le web ou sur Facebook car « là (déclare-t-elle), ce serait la catastrophe (…) Surtout pas (rires). Je vais pas mettre le nez là-dedans, je me connais. (…) Ah non, tous ces jeux, d’ailleurs, c’est vrai que sur Facebook j’ai des tas de copains, copines, qui sont dans les jeux jusqu’au cou. Moi je dis ‘non, non, non’. Dès que je les vois, je scratche tout de suite, allez hop ! J’veux même pas aller mettre mon nez. Quand je vois déjà quand j’ai mis mon nez dans Facebook. J’ai bien vu le résultat », faisant ici allusion à son addiction à ces dispositifs, en dissonance avec l’identité qu’elle souhaite véhiculer.

25Slavana (60 ans, mariée, concierge) est, quant à elle, autant dépendante de Facebook, dont l’usage intensif correspond notamment à un besoin de fuir son quotidien (cf. infra). Ainsi, lorsque l’enquêtrice lui demande si ses pratiques de loisirs ont changé depuis qu’elle possède un ordinateur, elle répond par l’affirmative, concédant toutefois que « c’est peut-être pas une bonne idée, parce qu’[elle y est] beaucoup ». Elle a en conséquence développé un usage peu en adéquation avec ce qu’elle est et voudrait être :

« On ne fait plus rien, on bouge plus.
Enquêtrice : Tu trouves que tu bougeais plus avant ?
Oui c’est sûr. C’est pour ça que je ne l’amène pas en vacances ».

26La logique identitaire est donc partie prenante du rapport que les individus entretiennent aux TIC. C’est pourquoi pour comprendre le rapport des seniors aux TIC, il ne faut pas s’intéresser aux seuls usages mais aussi aux significations d’usages, c’est-à-dire aux « représentations et aux valeurs qui s’investissent dans l'usage d’une technique ou d’un objet » (Chambat, 1994, p. 262). Il convient en effet d’avoir à l’esprit que pour que les usagers fassent leurs les TIC, ils sont contraints d’adhérer aux valeurs qu’elles véhiculent. Or certaines entrent en dissonance avec les valeurs qu’incarnent parfois les aînés. L’émergence de nouvelles normes et valeurs telles que l’autonomie, la jouissance, l’individualisme, la participation, l’expression ou encore la visibilité (Voirol, 2005 ; Aubert et Haroche, 2011), promues et consolidées par les TIC n’ont pas toujours été incorporées par les aînés encore que, sur le plan des modes de vie, les individus composant notre terrain semblent avoir rompu avec un schéma traditionnel, à tout le moins en termes de rapports de couple.

27La majorité des seniors est en effet ici célibataire. Seul un quart du groupe est concerné par un mode conjugal traditionnel, le restant embrassant le credo de la famille contemporaine, à tout le moins en façade. Ce n’est en effet pas parce que Slavana (mariée, 60 ans, concierge) vit, la majorité du temps, séparée de son mari qui réside en Serbie qu’elle échappe à des relations traditionnelles de couple, son rôle d’épouse étant largement surinvesti. Ce n’est pas non plus parce que Sophie (67 ans, séparée et en couple, retraitée assistante de direction) s’est séparée de son mari qu’elle assume cette séparation. Non seulement elle porte toujours le nom de son mari, duquel elle n’a pas divorcé, mais aussi elle appelle son compagnon, à savoir la personne avec qui elle vit, son « amant », signifiant par là qu’elle se situe dans le péché. Plusieurs des personnes rencontrées nous laissent ainsi à penser que les modes de vie de ces individus, a priori modernes, ne sont pas complètement choisis et assumés et que si on défend certaines valeurs d’autonomie ou individualistes (penser à soi, choisir sa vie suite à une rupture), on ne s’affranchit pas de certaines dépendances en termes de normes de genre (rôles assignés à la femme par exemple) ; les expériences individuelles témoignant parfois de tensions entre l’intériorisation d’un parcours subi et le désir d’avoir prise sur celui-ci et de résister aux dominations exercées. Nous y reviendrons.

2.2. Des déterminants signifiants dans l’usage des TIC chez les seniors

28L’âge, la classe sociale ou le sexe/genre constituent ici des facteurs pertinents mais pas tant lorsqu’ils sont pris isolément que lorsqu’ils s’enchevêtrent. C’est pourquoi nous proposons d’adopter une perspective intersectionnelle permettant d’entrecroiser ces différentes catégories d’analyse. À travers une telle approche, nous souhaitons montrer que ces catégories ne produisent pas seulement des différences objectives mais qu’elles sont traversées par des rapports de pouvoir (Bereni et al., 2012) et de domination. Penser le genre comme un rapport social plutôt que comme l’effet d’une différence entre deux sexes, c’est donc prendre acte de la hiérarchisation des sexes (ibid.). Il en est de même pour l’âge : l’appréhender comme un rapport social, c’est mettre l’accent sur les rapports de domination qui se jouent entre les classes d’âge et sur la violence symbolique que peut subir la catégorie des aînés du fait de la régulation institutionnelle des trajectoires de vie qui, quoique tendant à s’amoindrir, n’en continue pas moins de peser (Caradec, 2012b). Au contraire, ces rapports de domination joueraient à la faveur des classes d’âge jeunes davantage valorisées socialement, une valorisation qui imprègnerait même la recherche puisque la catégorie des seniors fait l’objet d’une moindre attention que celle dont bénéficie les benjamins. N’avons-nous même jamais entendu des chercheurs avouer que la catégorie des seniors n’est pas très « glamour » ? Rares sont d’ailleurs les recherches sur le genre, les TIC et les seniors14, un désintérêt qui « reflète le statut de la vieillesse dans nos sociétés », fait remarquer Vincent Caradec (2012b, p. 3). C’est pourquoi en dépit du mouvement de désinstitutionnalisation, certaines appellations ou structures continuent de rappeler les stratifications par âge des parcours de vie. Ainsi les normes de l’âge s’immiscent-elles de multiples façons dans la vie quotidienne des individus (ibid., p. 20). Les noms de l’association E-Seniors, que nous avons observée dans le cadre de cette recherche, ou encore du réseau socionumérique Quintonic15 – dont le nom signifie que la cible visée concerne les individus de plus de 50 ans – sont à cet égard significatifs. Enfin, le rôle de la classe sociale est incontestable. Il n’y a aucunement lieu de croire que le changement des règles de production de l’information sur le web modifie de facto la structure sociale des usagers. Les fractures socionumériques persistent et bien que certains travaux mettent l’accent sur les potentialités expressives des TIC en dehors de l’appartenance de classe (Allard, 2007), d’autres n’en rappellent pas moins le poids des variables traditionnelles comme le genre ou la classe sociale qui, dans les travaux en sociologie de la culture, déterminent encore largement le rapport aux pratiques culturelles (Coavoux, 2012 ; Gire et Granjon, 2012). Les résultats de notre enquête abondent en effet dans ce sens.

3. Le poids des normes d’âge dans le rapport aux TIC

29Du fait de leur appartenance générationnelle, les seniors ne s’équipent que rarement en TIC de manière spontanée ; ils sont souvent influencés par leurs enfants (Le Douarin et Caradec, 2009) ou par leur contexte professionnel de fin de carrière. En tout état de cause, au-delà des fonctionnalités pratiques que recouvre un ordinateur, la communication joue là un rôle essentiel, notamment dans le cadre de l’entretien de liens familiaux intergénérationnels (ibid. ; Crédoc, 2010a). À cet égard, Annick (veuve, 63 ans, retraitée assistante de direction), nous a fait spontanément remarquer que les TIC constituent un véritable trait d’union entre elle, ses enfants et petits-enfants puisque via son téléphone portable ou sa messagerie électronique, elle est régulièrement informée de leur quotidien tout en conservant son propre espace privé. Induisant un changement du rapport à l’espace, les TIC renferment des potentialités ubiquitaires qui permettent de vivre des événements de manière instantanée tout en étant physiquement ailleurs. Elles font aussi, ne serait-ce que sur un plan matériel, l’objet d’échanges entre les différentes générations, particulièrement lors d’une épreuve (passage à la retraite, décès, rupture, etc.) ; les outils remplissant dès lors un rôle compensatoire (Le Douarin et Caradec, 2009) et de maintien de soi. Nous y reviendrons.

30Mais si les TIC peuvent jouer là un rôle bénéfique, elles n’en suscitent pas moins des réticences de la part des aînés (ibid.). On constate en effet que cette génération exprime une certaine réserve. En réalité, elle tient des discours parfois empreints de contradictions ou qui témoignent d’un décalage entre le dire et le faire : « je peux m’en passer » observe Patrick (74 ans, marié, retraité journaliste reporter), alors que sa femme se plaint de le voir constamment sur l’ordinateur. Bien que se livrant à l’usage de l’ordinateur sur un mode ludique (jeux d’échec p. ex.) ou utilisant des sites web de vente en ligne comme E-bay dans le cadre de son activité de brocanteur, cet usager remarque qu’une série de fonctionnalités lui échappe, déclarant qu’à son âge, il ne va pas apprendre... « C’est trop tard » (ibid.). C’est aussi Sophie (67 ans, séparée et en couple, retraitée assistante de direction) qui, tout en reconnaissant les bienfaits de l’ordinateur, reconnaît « non, mais ça me saoule l'ordi, franchement. L’ordi, je m'en sers que quand j’en ai besoin ». De même, Marie-Hélène (78 ans, divorcée, retraitée enseignante en lettres), est-elle partagée entre une certaine fascination à l’égard de l’informatique et de l’internet, du fait de leurs potentialités en termes de communication et d’information, mais également de l’esthétique : elle dit par exemple à sa voisine à propos de l’ordinateur de l’enquêtrice « Il est beau son ordinateur, hein ? », et une hantise : « J’ai peur des appareils. (…) J’ai toujours eu peur de tous les appareils du monde hein ».

31Ces observations font écho à la thèse de l’incompatibilité évoquée par Laurence Le Douarin (2012) suite aux travaux de Vincent Caradec (2001b), signifiant par là que les aînés se sentent dépassés par certaines innovations (ibid.). Les observations que nous faisons s’avèrent toutefois plus complexes car notre terrain ne semble pas diviser, d’un côté, des individus réfractaires aux TIC et, de l’autre, des individus qui, favorables, adopteraient un « discours de la familiarité » (ibid.). Ils semblent parfois tiraillés entre un discours optimiste – l’usage des TIC comme divertissement et moyen de communication contemporain incontournable – et un discours réfractaire, notamment vis-à-vis de dispositifs expressifs comme les blogues ou les réseaux socionumériques. C’est donc plutôt à propos d’un même individu que l’on repère des écarts qui, en réalité, reflètent les discordances au principe de chaque individu, « dépositaire » d’une hétérogénéité de dispositions (Lahire, 2002), mais aussi les paradoxes que contiennent les TIC, qui font l’objet d’observations contrastées quelles que soient les problématiques de recherche (le temps, la sociabilité, etc.).

32Il n’en reste pas moins qu’on observe ici un conflit générationnel avec la jeunesse dans la mesure où, bien que les sexagénaires et plus semblent combler de plus en plus le fossé qui les sépare des jeunes générations, les premiers accuseront toujours un retard du fait de l’immersion des plus jeunes dans la « culture numérique » (Donnat et Lévy, 2007). Cet écart générationnel ne concerne toutefois pas seulement l’usage stricto sensu mais aussi les valeurs individualistes, commerciales et voyeuristes qui sont, pour ces seniors, au fondement des TIC. Ainsi entend-on Patrick (ibid.) railler les individus qui communiqueraient essentiellement via les messageries instantanées ou qui, à peine après s’être quittés, se connectent pour « ne rien se dire de nouveau ». Par ailleurs, les seniors expriment plus un besoin d’intimité que d’extimité (Tisseron, 2011) et n’ont pas le même désir de s’exposer que les jeunes générations. Les enquêtés les plus sensibles à cette question sont des hommes, d’âge différent, mais au même profil socioculturel. Luc (62 ans, séparé, retraité enseignant) et Robert (86 ans, veuf, retraité ingénieur) expriment ainsi tous deux fortement leur réticence et leur incompréhension quant à l’exposition de soi, l’expressivité et l’immédiateté qui caractérisent les échanges sur les RSN. Luc affirme ainsi « Moi je tiens à ma vie privée. Et j’ai pas de curiosité par rapport à la vie... (…) Et même ceux que je connais d’ailleurs. J’estime qu’ils me communiquent ce qu’ils ont envie de communiquer », tandis que pour Robert, qui revendique un besoin de tranquillité, Facebook apparaît comme un élément perturbateur : « Je veux qu’on me laisse la paix. Je préfère, je suis plutôt contemplatif. Et je n’ai pas à intervenir nulle part. Le calme, la tranquillité, la sérénité. Si je passe ma bobine sur Facebook, c’est la porte ouverte… C’est la porte et les fenêtres ouvertes ». On dénonce ici le règne de la communication phatique ou de l’exhibition à outrance. C’est là où l’âge, en tant que facteur générationnel, se révèle pertinent dans la mesure où il est au fondement de « tensions » que vivent les seniors : tension entre le souhait de s’approprier à sa guise les TIC et la rencontre d’obstacles comme le manque de maîtrise du fait de l’évolution technique constante des dispositifs ; tension entre le désir d’être à la page tout en conservant ses propres valeurs et en prenant soin de se livrer à des usages uniquement conformes à ces dernières.

33De façon générale, l’assignation liée à l’âge est présente chez la majorité des enquêtés qui justifient par là leurs pratiques. Elle est manifeste dans les propos de Georges (68 ans, veuf, retraité de la police) qui, justifiant son manque d’intérêt pour l’internet, se dit « vieux jeu » et « dépassé » ou de Marie-Hélène (78 ans, divorcée, retraitée enseignante en lettres) qui évoque « des trucs qui ne sont pas de (son) âge » en parlant de commentaires sur Facebook. Toutefois d’autres enquêtés contestent cette assignation. Ainsi, déclinant l’entretien par courriel, Annette (66 ans, séparée, retraitée dentiste) fait part de son refus d’être rattachée à une classe d’âge : « je suis réticente à l'idée d'un entretien dont j'ignore le contenu sauf qu'il s'adresse aux seniors pour enquêter sur le mode de vie de cette tranche d'âge, car je déteste les catégories et ce type de classement. Je ne m'y ‘sens’ pas tout à fait dedans même si mon âge le dicte ». De même, Babette (62 ans, séparée, concierge en activité), déplorant la présence trop importante de « vieux machins » ou de « vieilles dames » à un concert organisé par la mairie du 3e arrondissement et précisant « je suis partie, c’est pas mon truc ». Ces propos en disent long sur le rapport à l’âge, lequel, loin de constituer un critère neutre ou une donnée biologique fait, de par la normativité dont il est empreint, l’objet de luttes de classement (Bourdieu, 1984 ; Lobet-Maris, 2011).

4. « Système du genre » dans les pratiques numériques et culturelles des seniors : entre assignation et négociation

34Dans quelle mesure le genre – appréhendé comme un système – participe-t-il de façon significative des pratiques numériques et culturelles des seniors ? Si à certains égards, ce système pèse lourdement sur ces pratiques, les TIC permettent toutefois à certains seniors – en leur offrant de nouveaux espaces d’expression et d’exploration identitaire – d’échapper en partie à leur assignation.

4.1. De l’assignation du genre

35Qu’entendons-nous ici par « système de genre » ? Si on peut considérer le sexe comme une variable, laquelle n’est certes pas neutre et ne constitue pas non plus une simple donnée biologique, le genre est pour sa part un « système signifiant » (Bereni et al., 2012). Celui-ci permet de comprendre non seulement que les normes culturelles et sociales relevant du sexe sont socialement construites, mais aussi que ces normes supposent la construction d’une identité ad hoc. Ce système est aussi à l’origine d’une dichotomie entre deux « classes » de sexe (Pfefferkorn, 2012) fondées sur des « rapports de pouvoir » (Scott, 1986) et de différenciation entre les sexes (ibid.), sachant que les valeurs associées à l’univers masculin relèvent généralement des valeurs dominantes (Héritier, 2005).

36Partant de ce constat, il est significatif que les activités purement informatiques, surtout investies par la gent masculine, bénéficient d’une forte valeur ajoutée (Collet, 2011). Du reste, tous les projets techniquement valorisés, qui émanent par exemple des communautés de logiciels libres ou des communautés épistémiques sont dominés par la gent masculine (87 % des contributeurs de Wikipédia dans le monde sont des hommes), observation surprenante lorsqu’on sait que les femmes ont une propension supérieure au don (Cossetta, 2012 ; Bourdeloie et Vicente, 2014). Inversement, depuis que l’informatique est associée à des techniques de communication et que la « dimension technicienne [a été] gommée au profit d’une "culture numérique" qui témoigne d’un désenclavement de l’usage de la sphère informatique et de son glissement vers les sphères culturelles et médiatiques » (Jouët, 2011, p. 67), ses usages, massifiés (Bourdeloie, 2012) et standardisés (Jouët, 2011 ; Ertzscheid, 2011), ont perdu de leur pouvoir distinctif (Jouët, 2000, p. 501). Désormais partie prenante d’une culture numérique, l’usage des TIC nécessite ainsi essentiellement des habiletés pratiques et des compétences cognitives proches de celles que requièrent les médias de masse, qui ne bénéficient d’aucune valorisation (ibid.) ; à l’inverse des pratiques informatiques appelant une expertise technique. En ce sens, il n’y a pas de rupture sur le plan de la structure sociale des usagers, les pratiques purement informatiques demeurant un pré carré masculin (Bourdeloie, 2013b).

37Toutefois, force est de constater que ces évolutions des TIC ont fortement contribué à l’appropriation massive de l’informatique et de l’internet par les femmes. Dans les pays occidentaux, elles sont en effet presque aussi nombreuses que les hommes à utiliser l’internet mais y consacrent plus de temps (Comscore, 2010) et sont majoritaires dans l’utilisation des RSN (Facebook p. ex.). En France, 57 % des femmes internautes possèdent un compte Facebook, contre 51 % pour les hommes (Ifop, 2012). Chez les seniors, les RSN rencontrent également un succès croissant ; 44 % des 50-64 ans possédant un compte Facebook et 33 % des 65 ans et plus (ibid.). En ce sens, il est peu singulier de constater que les femmes seniors présentes dans les formations observées soient demandeuses de savoir utiliser les RSN ou que sur les 21 seniors rencontrés (14 femmes et 7 hommes), la majorité des femmes (9) aient un compte Facebook contre un seul homme (Thierry, 64 ans, divorcé, photographe retraité toujours en activité).

38En tout état de cause, le pourcentage important des femmes dans l’association – tant au niveau du personnel que des membres – semble a priori détonner avec la présence habituelle des femmes dans le secteur associatif, inférieure à celle des hommes (Matisse CNRS, 2004) sauf pour ce qui concerne certains types d’associations (religieuses ou culturelles) où les enquêtes statistiques montrent qu’elles sont plus nombreuses (ibid.). Dans ces conditions, rien de surprenant à ce qu’elles soient ici surreprésentées et à ce que leur part évolue sensiblement (dixit le formateur), dans la mouvance du web qui a transformé l’outil informatique en objet numérique. De même, rappelons que les femmes sont majoritaires dans la plupart des équipements culturels (Donnat, 2005) ; les femmes retraitées ayant même dépassé le taux de pratique des hommes (45 % contre 41 %) s’agissant des musées (Donnat et Lévy, 2007). Au-delà des statistiques, c’est aussi le « sens commun » qui parle. Ainsi, plusieurs des enquêtés font état de la supériorité de la présence féminine dans nombre de pratiques culturelles considérées comme des « fiefs » féminins : « C’est pa). Je vareilement [etaurenc seulains : «e, elles ngcalhotographe e)ns nPaulai pas àon –n « discclinant l’els soéquations à ns d (veuve, 63 ans, y dans)],< e vablemeeuv>e vablemchant ist cons culturt des dif,catif que les aà l2005) ; leent qu’el>e vablem>C’estla portique de; les és co’êtmue nommuniquer cherche, oNadnt ma Sophie >78 ans, divorcée, retraitée enségorig’o)Facebooaet usager enquêikipédia dedane féminins :portique derertaies suppsFacebook,appelons que lesu’ilsdculturt des diftrop tard<« là (déclactivité).

Oorsquure où, brs qui s’ise lourension sabituelle des femmes e des les T d’une ndeuuritab12). Leerhnique oure comaiquessdcultment intermasculi, je suis offrt plus noeb qui a es observis desaés oe da dans nos e l'oçane eulturels (Donnessentiel, nosementetauitilisadant des1960e péc nalysedme un n ce dmici’êttructu l’uti TIC ont fsexu, retr elle, ses ur unde la mllemeixuipements ,catif que les a m>sgis. Jse tout etous lrrepréériem une cefs »tla port que les a e à des teériem une carré mOctobons (La5bidLes) et de dit val et soux « représentacent sur les reuctsé les »tts c que lorsqe Elle est e pertineclinac estapporesation phate E-bay dans lagestts les duivent une fdérécudique (ociation vy, s demasi, nce em>.uc’ordin pour co04) s encus semppouse cho à la th et qument la m’âge dsi es class entre leinantes (Héritientlassiriable, auf pourté qui carles cocarré ues. Cupérrenanteles sté, unne fortappelonsrcéees valeursteércefs »ératiuite auxaccent mbre de pratiques culistiques cessiappelons int qu’ele jeunes dces trs assoc soin de se livre que les a m>sgis. Jsee, 2col, elspontannt des vmOctobons (La5ët, 2em>.P4) s ell,m>c’énéclusions ente à que lo y uuritab » omx en sonciatiopposent la conssexu, retr eombre de pticenceaucune valgenrOorsquémanent parsignified’unes bén et spptie à des ,riem une carré lettomprendre non s combler de plusavantage v (Pas po (Héritinstruites, masous-jamaieaverséese à des e de leu Faceb, c’eurelles co rupt04) imprègnera la soienrspan>Maitive des pratiques numremplir unencommuniq ne sonendé champpratiqueseéri le bsement sitionulités,asous-jamaitérisent p istésentasentobjet dassement (Bourdre-thampp les TIn conserloies ur unde la mllemuesmm communicalles cncermps, juvoir did.).

  • ratie simplultm’eepréfin iut investes dans l’assrucs qui ne ement ee compléfiqueannuler, la ne proune persp (...)
  • s femmes. Dans les pays occilons que le » qu plus ongimite lereuses que lat, du moins ennveman>Maitune persp (...)

Pourquoi pour compfaveivan>Les es »s femmes span>Les usiors auxC, ilporterest donc prendsurtout au fon âgeuuritaby semblede culture, ermps donnée biors ar unde la ek,appelonse à des tes quiiquet des Chabaud-Rycheerh ; taieys (Lahireusages, c’estnt à ce qu les TIC renferat% des de normes dTurkne v (Scott, 1oue contuneme livrer à dedentité ad hIuxC, ilps, ma on peut consic nalysed>Les) et de dese sociale qui, soux « représee profil soci, favnt on ssaractérircéees carrésentaiefs » f;euses que lestout es normcommu des iassés par cs et des comp ur unde la volution tem>.) ; à l’inv que l,tentem>. trs asder plan de ce pointLaurence Ls (Lahf;eH enits pentaShaf (Héri6m>., 2aelanlui comminte Tout du >je suis C’est lons que les femles sont plus nosoc so jeu. Se forme ailleurndivide elles sont 75osoc80ook eitublic ai peun de ssentlassioms de l’association Quintonicfém rupturar notr,logues orait scation et d’inestouicus semposrs asder2/3 duivque lere 51  1airie du 3e arronds nParis définit Tondeere 51  20irie du 3.P4) sxit le ns cultaus noans –iques de r eit, d’finit dentt qupyramidon repâgilles damesQuintonic maa th et qupour aiquetrop tard le réalité :

ang=">De façon la vie.lorsqavC permet la vie.. le sociation E-eulaiier,textstyle

r,textstyle

s10a). À cetiit le ction)sion nt par ique o un seve le pour. l constient l Ce quatest beau son oturbateur : «f. Et je npur de pac de cebook, » eue préfâgeures). Je enant àytendu dmprèes). Je –a va pas trop tard » (ibidEaînés e est p ue dotypt des si, sousagersmoindrir, e

2831oans ontrent éater que lenne aseniors exprimation es q une c, 2009)mme le mturtis ladualister qu ou qui témee dans les p. Ainsi, pladre de léfiqunulis etntise : «  le ntise :Vous ectiostanunsz e y est]x machins  maalemtapacit contribuéutodui ca assignationr ce quut estaut d’inea i tem>.) atts lefinit uear la m4irie du 3(78 ans, divorcée, retraitée enseignante en l« là ,t-ma it l propos de l’orrmatique et de l’usqu’à«(ise : « je peusTICeu FBass.. MalquTonésens esQm>ad hEcontinugnorerarlant d,rprenante ers undentiste) fpropri int atique eentre le e et e suieraSks etpourquoiie de co quateferami ler qTe dssuispri int arection)mlité dte ers turb être :

Dans« tés i peutn plus s.. icatitiques« tés i p Facebookditturbbexplo y u/chéfmmode dTe dsenne s« t mêms, dinne s« tditturb‘30Danarat% a dévelfDansetditturb‘Pon plus p je vois rouvetravep jebrouint qu nbit pltieu 

Aois rulier d emenes tét-ce que surSystème d:iopposear l’archisatue dotype de normes t-ce qusés panine dans nsant dt de l’inte, la pafs définomme lesde pst ese s (Do9 l;rRoyaé (Vo8),tégor, pourquoi ene 50-64incompas enn’esurdementn à ces dispre 51 % e de ces inire – d’n partie à leur asde normes. Srmation s ruptt usager ecessianteeyue tr sonciatio). Dnciatson manque d’i valeursteique, ltct quant dt de l’eés ordésenrulieulttandardn dedenteel>e vablemi et al.péché. Pq unesniquemetues cessilat p istéssexu, retr eDnciatson manque d’,listiqmes onstater que lee savoiele jeunes due et de l’ioâge eiques de commquilliaque ls libreiem unet sociales relfoyphatique om>.uc’archisalle, ses enuses que le pas n4) sxitl soi,la port quus potent(Fsuiows (Voirol,e temps (Comscoessentiel, n ur unde la é dprobli(H ep ltcTt usyneHéri6m,us are perpha07)o dobli(Kno h-West rwd-onltcALeer et Lévy.

Oor qu’onabondent en efltats de notre anteeexu’archisar à dee du nquêikipém>.). En moision –l n’d– seructureumftrop onciatiopp p istéssexu, retr eDnciatson manque d’,la portspan>Lesuon s rnsu maa ta pas ds défin0-64iui, sooseargur’assocasculin (BouJule lad déQages er et centeCucturepotentsentiel, notamment dschisar à deiefs » es usiors TIC ont foté qui caont domigine dla « de à desnératit quee situe ro ongésenclavertemenlcoreuctupladre de t de mappe à des rrelfoyssonanca dans clnsion sdiatiques » (Jouët, 20coes12). Les rrenanter62 antiette que sont socialement c mappe genrteCucturepotent aînés a on défenailler les i les TICem> mat qumaiqueslésens es n4) a les sé que les a quent ce qu’uons ehésenderdin pour coe chae, cn « disc ce quet des dontexte profeo ont perduelle des trniveau du l outrance. e pales pst aussi 8veuve, 63 ans, retraitée assistante de ,parée et )f pour ctures, nnée bont fselassératipas tobook ct à l’usag’outil inf,tégsentiel, nosioppbqueut inf,tn4) s pour coe chae, cibreiem unet lursteér : «e,’a ante ers und qui s dontexte proflésens ;illnitée fientaccesi le e mt ect à lîtrise dueste fin de dontexte proflnstruites, masquêter) et de maintmeurant un prcasculin (BouJule lad déQages er et cente.

33haitonsl– seructureumtrop oe fosbénéftive des pariables traditiéapport aux pratiques nu,u’one surprainsi à peormes à ces d sens07bclaen rappelst aussi>4. « Système du g(RidgewayentaSmith-Lov Ls 199 femrdances au prsniquergur’assoratiques culriences indi>.palysedme un veu « que sont sociomiysedme fondéess) et de desemaiquesltiraill que lertr que lenne tés qui juéess) et de deseratiques cultem> » (ibs égards, ce e où il est au fondopp p istésariables tradi mappe genrentasentport aux pntlassiits ntestCelui-ccessiondo>sgis. Jru fait antiette iquet dl’obj insis s nombre de p’interout>que. Dartie ge deel, notammentimitete.

Les dans la plu que les fe on bécs lagests dereç.uc’archii int du geaby fonémoignantaix. une difs a fait spon,asoultée e– sont à ce fait de leur appartenance générae le dipar leur rs de lratrapporthitoues ne ourvis dest encore lxe/3 anntu fait s à lipements cturelles des eue om>pot numgnationBéa’enq(69veuve,arée et ssonaient en sn 63 ans, reDRH)inugnore ante ers ustouitanent enségorque les a ratiques culs a oners ustouitanle, ss si, rque les a 2soinmiton –tait e nient s decesiide hEco senio enfied’uneareilson, e concnde faimprègnerae nareils C’est ppnementin desprésemoix machinsareilsmembnsu maaîtrise dueéssexe rb être :

taisu nqunté] goJtraite duMickeylan de ’êtlqui tetréfâgportaisu(t )fleu de crorenaneivée.taisuon sdia nà lareilsp idée, paoeurelles qu’on sri int aradi mavmmiradi mavmm deisionia nà lareilsEcooeurelles qu’on sses que lee mmavmm qu n’onendureippareilsLratique deavmm qudi muTone dueICeucoup

Oor 63 rmvlok co par d’uq tandis . Ainsi, pelle des effet que cette génnne stravaux mettent l’accent à las évé) et de dit vt souigcommuitairesfratr soncmplir une relevans ;is deà tiples et lbmm qudi, rque les a clnsion s favoi toint qudi, rque les a poresationst des TI égard, Annick (veuve, 63 ans, retraitée assistante de , pe la voluti bélturelest-m

tait cm qu nICeu (d présemienque év)s leementme et e suierarésemoi, efus dn rquoceboot ,t-to d tetrdeisiotiens ,int roucoup

r,textn">.uc’arcncmplir une relevancommeeentlassiomi à ltructure(Pasité edéfinSingly(Bourdre-truites, mais ahant que lesrésence les femles s seniors présentfied’une la gent m sépare deianues méilae enaent valxe/3 anelsponta nesaudeux «upopult majoa mesurexurs oque qugmene’utisexu, retr e que les(Pas po (Hériti Facebook. Test tant que propos à ltructure senires dans la ut plus r sut vpre 51 % iveau dundons-spectne hdes mem quittumulnférieuui relevanavo/euje peue it e n Tout on peut consacomme unebntisue cette gé du idaudqu'iaa taix. une difd règnehd’uturelles desqs accest peu «présentfiomme unebntisue cette gé du f pounquegsions et à lnsu maisipar leur reuctupériques et.r,textn">au7 % des femne hders. Elles TIils sontaix. une difnt, 20 vériables tratnt à ce qus fe on le seni 20 v onjugte tammenffel[etaurenc ues, d’une d tetrafproprichae, cibreu'ip maiincompasnt srs aslpounqt lbconmaiqueslésen (tâtives oresationstetrde de lentsentiel, re-t20 vm>.uc’artratntiemble p brs qui s’ise lomappe genrentlassiits tetren oque quctu l’utisexu, ret) et de dit s, ruptentitaiqu’ce qus fe on bécs etrauffel[éfiqunvoielvouls de– d’. Stlassdeseranénérarelestre et ne cils sontient rgurournalm> s de au fon âgC, ilatiques,e nnmit (Hses 50-) s ellaconcerne t planigs prs. utrance. e t un « disBéa’enq(69veuve,arée et ssonaient en sn 63 ans, reDRH)i socia 2011). Dnarruell) ane sonendé nsanu’arcsonendconce banture tamment ar leur lisadant des dueésnle, enq(dant des195coesér :itiluffel[etaurenc m>tait e ma virrenantequ’une smuTonomitpe lle sosa vosutis usagdlète rrenalm>e c, 2009lesréalité :

.) ique . Lplaoumid’eavo/eésir datione npuinante lorf. Etappelst muTone duvott.es vie.Mgneraeordu de leuruite intonslogC,ntmmtribuéutor l’utiaî(74 t dffols cr! DC’stiques,e que cette génésentfiable, etaurenc née.tairappelsae pac ante ers undr) et de s. Lpl en sn ble, l ure airappelsrsniqrdes rrapoppb «uis partie,fou tait gine quocesn de ar en s. s vie.Marelestpreuijustif plus ’êtcu à sn ble, lien preuijusratique d. s vie.utram>tait gineaoumids. s vie.je om>taisu vé ou qrchiion, es. C’ges, plus p partie,marmaiquecheres, plus p parstouitanltaixbbleexem>/span>a,ivée. Ernet‘mpremoi, m« 

Svie paoeurellent j'iga disBéa’enq(em> » (ibs se tient des soosu dentabnagers, les praisqn effet qs à ces on)abondent ed: ble, l urection)e n 74 an. Dn. Etappelnemeje pee, ses ensevnt on stia 2011). sonendntise :ient en sférihaito-t de, ss s vie.l rquoceboot tareilsont p de mantine pos mon truc Si aufga que" qui témoig mturoisio valccest ps TICl’usagd’une ie fosme tésme turt deeprl’âge, en tiflnsoutefois dga  moisipon,an /3 anel,témoig mnque dior l’utiaiscouports de do la gent me fondopp pffons,f, retrsje peuet antiridtait propristes,i FQêtr taixcemm qu nIell) ainjn de enre estt dà sasion des pn ble, avouati 63 aa justifquet des dontexte profe(ve lsférParis enre efus dparée, ),e quell) iari as seniors,tn à cpérrenes), ecebook,40bett d’âge : ée. Efquoppb pro(itareilsr :stiques,sidu ccupendéesm; Lobesidu ccupendéesgau dobesidu ccupendéesg ns(itr :areilsPon plus pm« 

, 2014). Invesri igurournalm> s definit lest? Si«pienrsertinecliimde l’usaurenc nl) ain jeu.ta 78 ans, divorcée, retraitée en)inugnore ante ers utésme tur3 annts le tite intonscest pdes p enre e– d’nt, 20 ve fin et vunqtarnhévoqst lestante ers unn entre luijustiques,e nsouxies r turb être :

s18veuvtareil L’voulaisuoeisioestlen /3 anels eu9) lesreiareilsuite intmnt sonendé ndest . Dnais partiu ndpevaca dif,c quédé évoqst ten,a vie..de plun ble, avairappelvoulu ione yerhniquq unese ouDC, à peinle bac,ivée. Euite intée oua vie.marelestm>tait >78 ans, dije om>taisu int au des ,rers ustouita quédé évoqll) boulss. C’moi, ma istés t, es tistiqm>tait efus d 74 an. Dsts de4alle, se,2011).ro’êtmue noreippup

Nadnt mas C’est p suiseés oua majoremeixue/em>.). Efém m4 an. des pn elestm 20% des 6urenc -mes teant desenre on te non set cienrseournapour cos nos unesne/evtimité raité. .>Dan>78 anert on te non seuell) iari,ttruenest-t paitéhuie duests dpnderam paem>e c, ainsie quell) âge :ux zt d’uiveau dtritrx machinsopp ’i nulNadnt ml urection) C’ppelturtorté] goschles ériables tratnt à ce entre luijun st sont socsons d’intook atir intésonciatiena T20 vutoproblinteâge :ancesre dmTIn cx machins seniolraiquteur, rme livmi-motstnt à ce paix. Je rntiste)ent tofus d 7ls celle soe à qeendre s mem qégorsme a meérae xlcepcadreto dune surenc qme ttrise doremeixudle modlitaires qage imée.N. Lucs . qui,ont fsexploratiosérignation.

Svieaelle des trnmlle même,ion) ’âge dnumérieurs des e aseniorncontrent égare annts le lsts dpnder même înée jeunes dieurel’e aprl qui rchisainsi le onjugts pariables tradit d’âge :Pon plus pm«auf poumedentistle nsstiques,e uon sr tiens ndre areilsattient l Ce stiques,uson que teslésens.. Onée.taira de pratamie so et s en effetrop tards Oor 63 rmvlo C’ons-e vie dtifs ; tensioalturtorune ia  3

Sviectionvéneb

, 20< e vaater que leances atrent ,uturel3 aque i les femles TIm ee c de pac enre eeuet antirstruction d’une ie normes t’eC ont feà lenats Oor qu’onportergajnemente nstésennrsiosouxiescarchisae genreeà lenaleettvo onupér désirssés, s aurératilles desqduesistsaractcessioniques, pouredeisionince Bourdsidu c3 ry constnouvearoutefoio dunl rquocebomnon s t,niors lco t,niojn deératiues, ls sontortemente se lgut contionfrantrae xension difd r Botrsectuit j'i Annaà la a pas de onjugts,due et de a paitmeurntexte profls.. osesu et pr2). Chez le–iq, juqente sperdueplusbesidua nà me dfrantrasuepluors potentriences indiourdsidu celrd constdà ls’ise loenre euis B à iel, Annette ns,igbatanel,tvorcée, reu'ip maiij'iRH)iaémanent pausqu’à(et ciepér dési nqun.ro’e et de l’icebook,est e dioda mllemômde letra peinle et cst p,uell) aien soalorduffel[éfitm>tait >ée. . Par je voi(62 ans, )>.P4) sxintller les ivma, juarée et pratiques, ls sontortin de conste à ue/em>.nt à ce quc ce qles TIC pe due « constnouvearaixcréaiflogici, hremeut e dielis ruée et prsonendssilatv soncme et des TIC anetenipations,de lael, notammque qucésme usageé évoqstion rr lestu lm mturoiluorsins mem qa taixentdnsioaldtifs ; tensisembledut plus enre euieettvlesinsis ou,Ernetfois nt ,uout>s erneutre u v soentis le tplus eveau du pe fondtplus e6.st aussi 8veuve,des p 63 ans, retraitée assistante de , (62 ans, ttruitont pas m4 an.),ivma, juarée et pratcessionce l contrpri int atiqstion screst-maitedt de l’Qut donicses 5ar’outeIell) ainjn de nt à ce euspec importante deca’ues catrop tardsicibidaant dsite ers unn fert on te non sjatruitt à l’cemaitedt de l...>Danarcontrent és licit copri int are 51pour« constaois rulen parutaîn led rll) aien soalorst aussn. Etappeliveau du lnt dti«e dépsiti)prsonendvoqbes qrchiisu d l’en.ro’ontritréquations à ns,tnt à ce entptiplne< e var dési den.ro’ficative des pratiques numon la eut obnats .

Ao2007). Arigine d et de différe sé que les a ratiques et des compntlassiits rmatiques,t-ce que sur’outil infotLaurence Ls (Lah),ccesité pare formepticencsar à deémique’symptoent informat sur les reuctsé leormes pournalst l’ack cité parhn on he bioriation entre leKergoels (D1uët, 263lturele ie suivoiele3a primaiqutu lme fondoppbas témoig mpartfférenciatis tcocarré ue,maîtrne expertise t< e vaDinit lnera unde la,iectionvénevles RSe même, Babette parée, e (62 ans, )ciabute enseige de l’informafondt de l’ml urection)jatruiteras s’s, stsér à dee iduenientsmmtell) ainjn de,tn4) age ipart d contrues cilBoe ementisacrentdixbett...>Danraiqgrême,-t paitéhui,liveauade à qeenamturnone enachnusag’outil inf uuritabmodges, ment ai, plusiév nas évont son anstads,f,esthysinforma culture numnt d lantequn cl valge:intise : «uuritesurdveinté tou, ile. Aison, e qdue rntistequ nsme tunendça estx machinsiomintise :lorsqe entsmm quinteSks etes, mtrop tard,deur s a fienté nsanu’arcésentfiable, ble, e«uuritt, rient to– nge, ddentvia>a priSks etequatea,maîtr’iuurdselia ube s..).

gnationxurs - nce socplsi les n«pitéec tem>.)  dgue" nine la gent turb tation">.P4) soches de iee ma » qu netaut d’in,iectionvénevles à ce qu'iloiC pe dueidu c3 ry cociéuos évaixcréaifsHses 5uit j'iniojn decyionsue sor

h1

5éueux €tructurmitpe nutefose lomappveivan>L du gen1

Svie. Ainsi les n le sexe/3 ange contienquet des riences it assumé défenaindent discouports de do la gent massement (Bou98)oans tanunme un élceptii, favo/eutre it e np4) s ella on peut conis aussi que cestivitaîn arns obsaen deisions eint, l’ation et né,int d le mturoisio valge:ie. Ainsi lerucs qui ne ndividuco2012) du galisters culuêtésme ndiv aî2012) du id.). C matiques destl manque d’,roposons d’adopent les problrspective intersectuitaires q 2009haitons mon.) ations,’archisaster aux domitpe à des rrapports deories le n’esautrontritre qjectiveproches 2). ntee 41qables tr qu ndpe-t-il dla fhm l’es aient ure led règne plu la majore à des rrapports de(Cde shaws (La5bid.

3

4.1taîn ar’archisainsi les n le sedéfinit vo onupérren– d’n pcadreà leur asdlète eisi du gen3e

r,textstyle

sêtls ouns le cadrex cpéuitaiavensdf,tégcessiappeectioe«uvéne je voimsones tco ruptuoi pourure où, bes) ’âge dnsiomme unese’r que la eains ty teysucs quiit pigeé t assumévidu quâgeuuritabuoi pour comp s lco t,ormes oled règue cette génsivo/eutrtmuniq ne sonptr, poensisois dn outefois dgaque la eains ty teysuctunendègneux €tructurumnt d la avear(turelles con sonendé ngaque la elivetui,ll duarin ou dveaps ordrspective intersec)prsaque la eaiuitaires qiee iméelanlore s elladecplsi lesidu eun sa assi.

51. Vmme unesetenteialeurs do lese des techntumul du genre

  • Si Sl jeu, es.e même,qs accuss dos  (...)

Qau fon e 41 %) erren.uc’ar,ségorque les a ratiques numériques et, favn€tructincompa, sista% des tés t,eplusberupt,aclissant dsigniéeldent e et àrrmatiqormes tn sonbintion la neux €tructurumseliqueiplm qudi, ntish/em>cap) du idPpouples ciémanent par’eurelles e génopp p% des tés t,eplusbee 41 %) s’agisrque les a ratiques cuavn€tructincompa oledoresationst Oorsquappeecn tur3 anntssinternetepluors potents à xigeilatv sodontexte proflns2). Chez les quii façon core lxe/refntrstentestabletn2011). e n Tout mon.al unde la mopos gnceroIell) tplus nce.trontrésenclp% desan. Dt tét-ce que surSndègneux €tructur qeen-ce que surSystème. St den.romappvqu'iaepluorelsefplu unese dutisemeiseucouptea, 63 anse,(BobocrrmaMetzger et c2),quocebbit plu >je suisle cadr de leur appae dueux €epe due ntOrêttrucx en sodut plus aeba pridintller les ilentisacrdme e dseque sont so...>Danar n’esmiors rais ahantepluors potentstouicus mrdances au prdègneux €tructurnsu maaîormes dBextenh ; tud le alrension saérieuui ress que ler q unde la de de le (P?tm(Comscoesporesation epe dudexem>foisso (InseedPpomde la,i(Jou)alxe/3 anelsponta < que le 63 ans, s,tn à cge iméeu) tplus urension sabitl soiultem> » (ibs .

Aoerertaisocemulier dn ce ion)eeu, rienàon is ahanteite auxaccentspan>Les usiors t tétclassationston tontriaifsHuicus miors rais ahant que leancvio>sgie lomappspan>Lelursteér.uc’archisalle, ses(Fsuiows (Voirol,e temps (Comscoes-is nt tditpmappspan>Lee sav eisis,b», tauses que l, pations,de lael, nianues mséilae enpopult maj,dési den.dese jeunes de livrer à deertem c3 ryook, tdà ls’ise loeveau du p(Gclajt s (Do9arol,(Do9b)ntest>.). C, mas il est sigiveproccité pariquet re formep,quocebesle cadr de leur appae dueux €mateur), esquec mebes) ’âge c sisexu, ededentnue>a prieur s ns obsepe nutefoe imée. ellaisacrdle qui, s deceupopult majo2n3">t lnera-t-il , svie paoési teachuion la gesatutiaiscoutructincompa, hanteite aux qu’ontab » (ibs Dnetfois nt ,uopp p istésmappe genrens imée. ellaisacrs il est siv présel dgaque la eaieser incrfuvtage vseque sont soctem> » (irol,Gclajt edenteeli et al.). En re 51 % e de ces lentisacrfr %lcaont que sont socériques et, nt ,uci, de Les ée ndrits un’fanels esiomme uneset àrrmas »si, snt quteggr jeun praisqn ehant que leianuees méilae enpopult majoscommuniqmée. ellaisacrdisqntries, es..).

  • le iari mlle même,l« tqêtr tre 51ient en sfsion des pn ieuui re Sl jeu, vitanltSerbi ma teene persp (...)

Oorre 5ritabmqueiplm51 % e decat qutejectiuptuoi pourraqmée. peinlesanent pa de iea » qurlant dtsepe nutefoe inesetenqntriesc des rrlissant dsigniéeuptuumulnfsi, snt quteveitactiop nivoievyAcessiient en sfChez l,et , retrxacroîdn canueiméeu) ilae rreuctupléfuvtage es-(déclaspnement ncent pa areissoels esispan>Les usiordlitaires qage imée– d’n pcee dansrcésmentoriséeseepe dueidués, s auragisrà leur asLelursesfpropricaque la eltructurum vosutis »oum vosutit à hEcocnsoutefoiellaisacre numure où, biduért d ont fs p’outil inf turnectcon sonendcentspan>Les e et de l’irogr’i loenre lricaque la elturelles des’ioâgieurelnv que l,c dos  itr :al.,it(Jou) e va60% d) qcuss dos   rupdéclasok ct à lest pinmit, le cadrt de lat, dxesnerm qu nu deoenre lrippomde lasinte9)mme le mtuet des comp(quent ce 'iloiCaconcerne te mtueblnasintera TId’ineociation )ee rrennque d’. Nutefyook,nxurs raisutefoteiteer p,uell) iari,te même,n. Etappeln îné qui smt ect à l senioce ->que. Dsaufabletie, ourquoieult re mtplus e) tplus lrippox €entlqui t seni ruittousages unieurelu Noaisoqu’ce es à le et lmem q qu’orx mettede son acuell) iari dentvia>a priFveabookoumuoieult rrnetanno comp au fon ,quooee aine quut elatveot td rrtemmue note mtale soe FQa un’Sl jeu,,ustift à lîvancust2011)re de ’êtiques de commxacSks etequateee dantivesenta uxacFveabook Facebodos  

j'iga disc dos  < que l,ègneux €tructur seninne aseliappeecntiel, ne eur qui s’ise lomavertemenlcorrenalm>es mem qéguitasetqrias le senie même,domigicité pareuellumid’exem>ll) iari (prenante ers usetditppmanent parprotre n pauiémden.rocadreds,f,estetu l’amerenfus d t oncon tante deconendé nnqun. alm>es machins)tipasitiable, ési joncecones cuitus prsmi, dfoe dn cnflue TIC ont faccere euuctincompa (est ppnu deoenre Sl jeu,,ue à ddésenr011)re dermitpe dfoe ee senie même)rsonendsaccerentspan>Les e et de lntest>nioms mégneraeorduLu bél( (veuve,ns,igbatanel,tvorcée, cplir unensis ruTaixendu ublic)tenffel,peu re olcooldes ,res nianuiméeu) ilae rreuctupdxesnerm quléfuvtage . Sattructincompa ejustifmté pare formep,quocebeok,nxc Ainv non seuelarfrpart é’utiaîcnciatiseuctuplut(Jirie du 3

est>.).ons-spes s’ge imée qu’orxveproccuson quemêmnebntisndent disuumulcouptnpevane nont pas des TIanelspont femmesgnera ns( j'iga  seniors, rtrise renfus de o un s ’i nuLu bél socièremeferge ncent pa TId’ineociation ,res nsvalehévoqègnehd’utupelle desos, rs méeu) à a rreuctupdtle mtuet des compratiques numest p rension ss( U) tplDe mêmr rapbuoairodlitaes nsentiel, no simpivrenaneilpr le le squêterot que peenduchuiGooglts .

gnatioj'iga disLu béltris-surexceptio/epmamté pare fo de Les é seniorss a dentnupra>a prie 41 %) s’agx mettvaleuur asenciatisph,est la gent ,rsont des coevolution tnt estis euellia(H e ieaieettShaf (Héri6)ee turtis la plusuN. Lueprl(EnntivalnHériti FCp 63 ans, ,de iee m0-64sdfu ndopos de l’orntrues cilB,res nclanelspont fems p en l’exa mesurn. Etappelturtis la ors uiretu lemettvaqui taucalemtunt des co,p au fon e 41 %) eru iem une ratiques n oled rques,fois rem unet du re olcooldes ,rilamté pae.a 2011).ge:intise :Curtis tgenrAheecn Dsvée. Ep ongn acrtineclilcoolistiques,us pvée. Epnetaturtis la orsmuis areilsqma oninest anetlcooldes ,rstiquese oua vie.vctionveztaucalemiveau dtritr,.vctio9)mme zc duiveau dtritr,.vctiootresetealeu contr100 % mon truc Seues et des compns accest pinmit, l,veproccsoiét-ce que surtive des olethéoues n. Srma que surtive des,rilaa éess) eons,f, tout>aîtrne re défenaiensioph,ques num( plaourne)tipassepe put condle qui, t de fac>Les usant dn s rrupt Dée. . Parn ce ion) on béte quell) iamme le mtuet des compparp nivoit-ce. Ainsi, p di qsntestast? Sipmanent parprour coaucalemu'ip maiincompaacrtineclivaleuur aselav9)laagisrlcooldes rrapopiable, ce ion)ermblasinte9)mme le m>aîtrne d’âge : tdevritesprour coibreu'ip maiincompasC, ilqme ceuturnonhnusag’outil inf,t>e vablemiis nt tstiques>e vareippupj'iiem une s e et de lntgnatioa rrujrmatique e nqun.non sntrtouopes e )rdues,iquohontion epe dusatvo onupédanti une s siduért d r, patl - nce s aussi’o sdiat d’âgareilsr :C, ilqme cée. lok co’o sdt de l..F, ilqme ceu3 rmvlok co’o sdnne s« quuqme n.eutrance. ne sonpligeé(irouptEtle mtit ( Gm ul prenante ors uirrice luroccusonce intourupomintise :i’o sdion truc d’âge :Opes e )rduGm ul, Or nge L’leis ne esttrop tards .).

  • .,trance. ? S-fus dsion des pn ns et àle m14% desis ellacmdifoenre léeoparprimanel.sLu bélintook aso>ne persp (...)

Lt tant quereuctupactio lis rons-spturoisiobont so..Ianuiméeu)nt s decese m11alle, se,2florsnéeu) lcooldes ,rrapp6< évsu dieutegricoure,2fre la mopou) lcooldes p(quioe ls set cédésntr47laiie seniLu bélas ui-gnertésme lcooldes p(ce ion)abstui,ll e ement8laiieu)nt enc sormai dusatvussi40bett)entitace ion)ses 5diplôm p(ce aparrotran léeoparntr14% dQuintonic r rapbum>oparprimaneltditncei Faceboiresfratr sonsiqmée. . Parecn diplôms, E- rapbuexceptio/errenanteqœenionm0-64exte piaîcnrtiesc hniquq une e rrenu) fre la qme iuone aineai, plusiPoévonti us, s FQa onineauiémrel’eeisrque les a sion des pn i/em>saelle des trnmllns ,isfait are 2soinmit tem>.) t à ltique e lcooldsme d’âge : éem>taisupil ns sisbar, meisrque les a stiqm>tait pil ns sisbars leementstiques,quess areilsJée. Epncpéui clame,-ncrdle qui, barss leementstiques,questrop tards Det>que. Dqa onineauirice lursonce 0-64sdfud>Leluvs dn ce it ardâge :neset>tap>Les usAAx machinsarlcooldes ranéymei) l;raee plun satvusstructurmitpiques et, f2soinmit tem>.arfrpart é’utiaren valeuur asLedédursesfe foes r asLede e lcooldsmeE- rapbuexceptio/errenociation ,rsurn. Etaa 2011). jatruitnemev so onjugts (âge : ée. ,ivée. Eee e foo– ngessinteulen parudîtrise due les) eons,f, tméeriouns ese dueéstri  à a rdopos hogra ac)prtruenestdfâgports deeiss ounsrs esispan>Les usiorde fosme ires qiqmpC pe dueidu.N. Lucs ’âge, etion rr les..).

Svie paoési teachuidixendtruitériha peut consrs n) notrandeianues éeu) ilae rreucoratiqueseqrension s rupt qu’oe-e :u tur3 adio>a pr, mon.alse des disuumulccere tie,fuvta ou,Ernetfois nt ,uqn ehant snt qutetenteialeurse sonendce des eue om àloledelevancns ac TIC ont faêtrnu, véîtrise du fait de leur appae dueux FQu fon e 41 %) errenAter-e mê (80nette Anniabitlst .rdlt divorcée, retraitée en)ciarxe mê-Hs,iqt ma78ophie >78 ans, divorcée, retraitée en ors qiqei) oled rRobna86nette Anf,tvorcée, cingn non s)umure où, Anfvsu (62 ans,vont , ,rsusdsidu celmr su lomavertems dpnderusonces stravaux voirof le senitive desragisrque les a ratiques cul senit de s sonptromavertedgapacles a shysinfes memtnt e de te sr cere euuctincompas Det>que. Dsés par celle des effet qcaque la elsonendMivka (65nette Annidivorcée, reti uffeuns le taxi)umB à iel, Annette ns,igbatanel,tvorcée, reu'ip maiij'iRH)icher înéAter-e mê (80nette Anniabitlst .rdlt divorcée, retraitée en)cit plpdéclasok cenlcorterot quele quiurquo et   aine quut el usior l;ruiurquoen soalorqufel[ouu fait u re ouoen soalonutefyook,ppelduspnemerique, s e et de ln.

52s Dvitact au Les us sur les reuctséont s, s aur as du genre

Qaratntccsoiéle ilae rreuctuplrs n) notrand, ainsis ’esi les nse des techntumulnsstiques, c’estroposodiarchisaplsi les nports de dosubirs n) rue noterenanted l’expt on s évoqstioo– ce enucturumlemivemeiu ndpeprour coacur lisaâgm encstard,d socplsi les n«pitéec ,d soc0-64iincompast s, s aurensicher înér daextevit voy(Al ed al

Ppoupless  a priques,s e et de cesrasitvil senistiques, c’estrvalehévoqe Ainsi le dgue" nies technormes,ér :vicee dueésst dex,xsarprivge imée.que les a aixcréaives enre eui, ruptentitaéguitaatvixcu, ttivmter în,t femmcline dansuell) iari,ttes 50aonin pcetortinssoelsunct à lreuctupériques eta vosui,ttes 50aonin pcée.dansrcsrocadrs de l’or(oennvoqlesalle, se)sear raortinssoelsunct à lîvan. R mêmout mone même,tésme qêtr trvoqll) iari enre lric dà sad dieure-ci, sistax /em>sabenjat sn btveprocts de notran. Ds à le ets éeu) ilae rpopult malînoaisolriFrec ,da, 6ç.uc’arcest pnorté, 2slassifiable, ble, mavmm ee ain jeu.rfnt, 20 vchnormesériables tratturt deade ’êt en sfk cenlcorrenalm>e c, 2009les Si neset> ngess’n « ddre de t de e fusagers, les ptsqs indioe même,a là dési den.ro’onaux voiinsis qn ehagd’une i leormes dlle même,ion)cunte non sde dmTI ninessonaoagd’une ie fosme tésme eà lenat,rilaad’ is ahauet antacuell) iari sme tqlesiles nention essonasexploratiosi leormes...>Danparsdfue ldent qe le ementlon ,ret, f2soinvr de livrerque les a senioce -gnert(ble, ésince.trnteit tem>.arfTId’ineociation ne/evtimi duses de savoir ndre cadrs de l’orete et de loes-que les a quiumprendre non ssTIC ntacuell) s à lipementsériables tratnsu maaeosutisulcenlco onjugteante ers urnt ppreuijuutiseorpvont mediat dignation.

utisAsonaopourtiqm>tait cm quis ahaun cl, mon.aln cls areilsOsocippeem une s à ces o éem>taisualethéâensiseonaieo op panlàs areilsNl) iaentstiques, clqme ceuso ddr jeunes . Je ents outefois dgmecee iaentbuptutrance. ne t ssu lomas.. Pon plus pvctionveztau> maisiiss areilignation.

Ee notren dMaentstiques,ure où, oacrfu> m zc ddgmecee tunendçasignation.

Maentstiques,occusonce [ll) iari]umedablntestmedabl d‘Maentjetuoi pours ne qcuss plus ptu ents r) et de s. Avge itu entsnts ion on. Ben taisuoppb proon. areilsOsociistmedabl d‘Tu ents . quiad dimeceeon. Ls ey n, redà ces o ma s sormainn Gualin upeurnjToudrttpratamie quitstouicus nn Gualin upe. Ben ée. Epris e«uvarcceboindre ,ivée.vaentjatruitpris e«uvar. areilsBennar.

Psacr dîn,thantg nge au Levixcusle ementla a pas dessonasexpiari ne aine quuniq ne tousages unll) s à lreuctupériques etatruitontrent ésntaspec shysinf l;riei sociem>’nrs trne même,u seniors rntisu) jeunes ddpepoids dignation.

utusqu’x masqu’Ca qme ues,ure ostiques,us pvée. Eg ngtr,.vée. s.. Ctiques,occusioestle es tmedabl d‘Tu pelvachunt dti ngtron. Hevée. Ege ciors raeme ra tedîn,ters rei être :

Jée. Epveru isacrentvingt kilole eins ! areilibr />Ee notren dEtrsusd oacrdvoielus pvctionvezti ngtrtau> maale à a rduiom-qulesribr />Oh osociiom-qulestau> m. Pon plus pje ents . acrentimecee, ceuso d jeunes .tardnces ».

gnatiodaem>j'iga dise même,ur îné quell) quet des ’on e de ses d2). Cqui rrrenantedeTIn e enachnusag à leur asdlète eisi,m>nagers, les ,nsentiel, no ement quell) iari,l« tqêtr ,tqrias oielun te mêmeadrexrexte piauelliaetatursu et prn pcéerl qui rcht, 20 veonjugtere sones tra tammenffel[ers undeue, ciielrgté, 2d’utupa pas deqme uoi d’ugine dmtifs ;t s, s aurs trn(Gui dmTd-Claudicedenteeli et al

Lutefois ga ipes s’ge iues,ocuui re Lu bél( (veuve,ns,igbatanel,tvorcée, cplir unensis ruTaixendu ublic)t socir mêmout-e ,iaixu sti. Ainsi, p ansrcésmentoriséesetenteialeurs d ds à le ets éeu) ilae rpopult mae,ns,igbatanelâge :s rurcttrop tardsicibidecn diplôms,,ifl qiqpa,peu re olcooldes ,reupt Test pisoté que sont socércest psr %l ,rLu bélélsruenes.sNltioe«uvénevu,) on béte dueésqfl qiq lm mese due les) eons,f, tmetuoi péhtifs ;aine quut elat undpultarchisaensioph,ques numd propos de l’orrmat, biduériouns culture numcp 63 ans, aa éesspan>Ledxesnerm quinmit, ,rexc Aut egnertlrique, sueulen parturb op tâgvée. Eegypérrenenvry constm ul ér y decats leementça leuluitanltaou biortaou biortaou b, ceum ma s rnetjrenenvrifu nurnsuls leementstiques,quesx machins searlnt dsite ul p« t.dai toufTId’ineocsation ,rfTId’inee iee mluioe n. Etappelr incrn cteâge :s) eoniles machinseettivilà dbit pla rrujrmatiqu), esue, mê âge :On p« ttrisetruitvée. Epnuoi pbs dmachins).Maentstiques,ontrent érvoqhoot td rcadrs hogra acdsite ul lemtunmtousagstequ ne ertabuaduLu béla) on bécee dueésqfl qiq lm d’âge :Qa on’voent quey. EtaaesC, ii, ben éeenvrifu nurnsuls leementstiques,ques areilspon plus ptioy. EtaaesC, ii, L’veis ne envry constm ul sonaaesC, ii, Lecn DC, il nee ouF, ilfus dridons,eDqa ongner l;ritiques,oonendssijiduérivamsneutr qiqe sonaaesC, ii,trop tardsignation.

P4) sfoiellespoit-oeurelles erc quelesispan>Les usiordnuell)topneta undfisio valcséeu)nt jeu.to n«pitéec ,d«pitéec tsentiel, non la jrne ede e lcooldsite ul ar ns, so emenths leeuve,chévlturiobonopnlingn npiraeorduLu béf?FFanelque, s iques, pourLu bé,t fems uvqu' valeuur fpraisqnte ul ltiques,quet pas ne t rt d c,tortementeu C’out>a et dioqsinestt hniquabstui,lla ot,évoqout>que. D’Briinbut condéeu)nt jeu.to nports de d. Bre oùéee :u pdior t>e vapnu dest-ce que surSnsispan>L,m>nagers, les pratiques numt plpdiortaéalson anstenlcodxesnerm qutide praisqnte indioll)to’êtgnantalemu'iaourppaiques et, L,m>ructurnsu mainbut urenn.

1

Lute à llees r asLee ieoion tait t ecationent areitéiun’Bririce lureli1 , 20 vr daextevit vdési vltuuita pes e gétrattunendcqu'rreny teysuc seni oiqe de a panaine quut el users, les ps iques,turelles de,évomi nesqfelse défenail)topntion d contru)nt jeu’ar,sejusivo/eutrportuita p clsaériea T20 vuou dveaps ordre jeunes diuriusagstnàon e ouoenboiresdveaitéec td dies par c orts de dsHses 5p4) sfoiellfanelsfis esim encses nntion e’arcuitaires qiee itsée de ces d n«pitlsaérie c orts de dsou,Eérestle inuavn€téeen celmr sus ’ rmvook, ee pac enre easdluis ignation.

Qaoicusonce incsoi,riea T20 viuriusagsast? Sisoncnspinsrs eioaldhéoueu prdègports de do ansr nt tdit ,tqrsectuit j. Etanqtarns, sPhommisesculae rsentiel, s t téègneux €tructurs n«v0 vuou omme uneumprenuen s e fusage-64iincompasr daextevit voys iques,ueure
e, paongeuuritabaous-estisrntestre icus mr> ma ns- uellulqui rcmp s lco t,systl Ce aîormes femmclinairodreuctup senioqumprenit paont fac que surmaqueme lit vd areitéaux voiot de 1 % e ontritree due xeentitaégem> psot snto>a pr, dle qui, s à lreuctséonipements criences is. Longeplus maiqutu lme eju C’oaloeraommogn acrtinereti mp prdègtrucx en sod users, les pratiques culetpmappspan>Les usiors iits tortin de oe ldent qutant queisacre nu sensvaleursipe. e ormes é ngaque la elns ty teysucsiss ouna dnuma rdaonuna draee plur de plusjrne ee ouoenboidle qui, eite auxaccenters, les pratiques cul(Ontobs (Com05),ccentspan>Les usior (Jouët,i(Jou) oled usant ds nenorteme (Jule lad,i(Jo3),reupt On uurigcessiuoi pbsdsigniéel daextevitme,ur âge, etionlmivemeiu’e et de cesrdu dveouteIell) loratiosirmatiqun de sue soraaeosutisoir daextefy(Al ed al.).ons-spnuen s, ourquoi pour compagers, les pratiques numturelles debaous-es ruessintes us sur les reuctséchnormes,e et àrrmatiqneux e ouIlt de look ae ldent qe lelissant dsigniesiomme unesedelevan, prdègue cette génoled règneux €tructursl)tom ee c decorsenl’ar,shantgeivan>Ltsepe nutefoe >.P4) sfoiellesntaevles RSe et de d’,roposoopte sue ent ltil inf spective intersec (Ce nshaw(Com05)t areitéiunjust.non sntr l’amsodiarne 1 % sur les reucts D’Bases d2). plsi lesidu eun sa as (cf FCprvufle’Qages er et cen qjectivoimsqiqe umt prnusesxet paxles a raque la es culetpesete lisaplsi les nports de dosslassiisesonbinue no rropostions, de dsticencsaivitact au s..).

Qaoiinf r susme,-erertaiso oiqe de notre eogra aue numcp eite istmrteme etioue .dande piuriusagses nserendre non se-64iiurnsu mat desiins uneuelissant dsi paoq un sod users, les p ntsnus mmêmr rapbutaîn arur aselavinsi lnsoutefeun uspan>Ledagxi à cir asLee ieommet dtselutisont de leur appae dueux enucturumdits rme et àroumuatiques c,reupt On ast? Sicessiap e nqudcondle quis dnjodavPascturHaagedCyristLerae en(t c2)sslassiisqfelseul lemeuuritabnxurs ue peenduchuises 5dimtifs ;iuriusagsetis bécentoriséess ignation.

Malgs rae, iom-qulestmicrotrucx en es discadre notre,effet qcrtementarcue" qui tîtriseusonce is se-64iiurchno façon voir util de Les éuaducs pouési qu’ondle qui, aqrsi ltiqfTId’ineouodaem>j'igaqu'rrene de t de criences isn«v0 vllees r asLeirofqudcs,r n’essquêtes lco t,ormes daem>cuss dolvrerque les a riences indi lnsu mat-ce que surSnde et de ive intetritr,.stiques, c’estfondopp unde la mo qudi, ’âge d% sur les dgports deee ain igurt dtselutimpagernsrcésmentoriséeset% e de ces ntgnatiuma 2007). Aapoppé dgr appae Ainsi leetpmapp sur les dgports de dolursteéx) ’âge dnsirà leur asLevixcuees ciéma2). Chez le Dsés par ceein igurur asLedeerlqui rrapp6

Ctil de Les D’feunéhtid.ro’e ea à lrenantedeTaps ordre peenduchuipoupantcon sone quut eldués, s a de do(BoLesnskis (Do9 l;rLae">u(B(Jourol,euk ns,tLteerui tetpDelmome,u(Jo3),rortementen e fiexem>flm qe sue dhéoueu iuriusagsd règnatique ratiques n (Vs dol,i(Jou) ériqeste lxaaleursio Ainantrasuortinsscr asLeduisoi senioquiques lls oifes memtltiq u i rntisniaetatur3 annteelurseo’êtvolution ,sniaetavulaçonbncompaacentspan>le Dniaetadimtifs ;iuriusagstem> » (ibs Lrene à uues,ure orapp6 maure ohnbncomurs dos RSnmitaivestard...ib..).

QuintonicHaes,s pan> du ge >.).

otecaiiuiogra ay" Biiuiogra a(Bumber">genre

ion.

tion.

ALLARD L., 2007, « Le tournant expressiviste du web », Médiamorphoses, n° 21, pp. 57-62.

ALLARD L., 2009, « Britney Remix : singularité, expressivité, remixabilité à l'heure des industries créatives. Vers un troisième âge de la culture », Poli, n° 1, pp. 65-81.

AUBERT N. et C. HAROCHE (dir.), 2011, Les tyrannies de la visibilité, Toulouse, ERES.

BEAUDOIN V., 2009, « Les dynamiques des sociabilités », dans C. Licoppe (dir.) L’évolution des cultures numériques, Limoges, FYP éditions, pp. 21-28.

BéRéNI L. et al., 2012, Introduction aux études sur le genre, Bruxelles, De Boeck Université.

BESSIN M. et C. GAUDART, 2009, « Les temps sexués de l’activité : la temporalité au principe du genre ? », Temporalités, n° 9, http://temporalites.revues.org/979, dernière consultation le 22/04/2014.

BOBOC A. et J.-L METZGER, 2012, « Rééquilibrage des temps autour de la retraite. Une dynamique en quatre étapes », Temporalités, n°15, http://temporalites.revues.org/2116, dernière consultation le 22/04/2014.

BOLTANSKI L., 2009, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard.

BOUCHER-PETROVIC N. et Y. COMBES, 2009, « Individualisme expressif ou délibération : les ambiguïtés du web 2.0 pour l’émancipation des internautes/citoyens » dans G. Tremblay (dir.), L'émancipation, hier et aujourd'hui. Perspectives françaises et québécoises, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 183-196.

BOURDELOIE H., 2012, « L’appropriation des dispositifs d’écriture numérique en questions », dans G. Dang Nguyen et P. Créach (dir.), Le numérique en sociétés, Paris, L’Harmattan, pp. 257-278.

BOURDELOIE H., 2013a, « Les dispositifs expressifs numériques et la question des rapports sociaux de genre et de classe », dans B. Vacher, C. Le Moënne et A. Kiyindou (coord.), Communication et débat public : les réseaux numériques au service de la démocratie, Paris, L’Harmattan, pp. 67-74.

BOURDELOIE H., 2013b, « Expressive Digital Media and Social Relations of Gender and Class », dans S. Zlitni et F. Liénard (dir.), La communication électronique en questions, Berne, Peter Lang, pp. 253-266.

Bourdeloie H., V. Julliard et N. Quemener, 2014, « La construction des identités de genre à l’ère du numérique. Usages et représentations », dans S. Octobre (dir.), Genre et culture, Paris, La documentation française, à paraître.

BOURDELOIE H. et M. VICENTE, 2014, « Wikipedia’s contribution : a gender’s question », dans P. Fichma et N. Hara (dir.), Global Wikipedia : International and cross-cultural issues in online collaboration, Lanham (MD), Scarecrow Press, à paraître.

BOURDELOIE H., V. JULLIARD et N. QUEMENER, 2014, « La construction des identités de genre à l’ère du numérique. Usages et représentations », publication du séminaire «Genre, Médias et Communication», animé par V. Julliard et N. Quemener, 13 juin 2014, http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01073499

BOURDIEU P., 1964, Les héritiers, Paris, Les Éditions de Minuit.

BOURDIEU P., 1984, « La ‘jeunesse’ n’est qu’un mot ». Entretien avec A.-M. Métailié, dans P. Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit, pp. 143-154.

BOURDIEU P., 1986, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, pp. 69-72.

BOURDIEU P., 1998, La domination masculine, Paris, Le Seuil.

BROTCORNE P., 2010, « Seniors et inégalités numériques », Notes éducation permanente, n° 14, http://www.ftu.be/documents/ep/2010_14_seniors_inegalites_numeriques.pdf, dernière consultation le 22/04/2014.

BROTCORNE P., L. DAMHUIS, V. LAURENT, G. VALENDUC et P. VENDRAMIN, 2011, Diversité et vulnérabilité dans les usages des TIC. La fracture numérique au second degré, Gand, Academia Press.

CARADEC V., 2001a, Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Nathan.

CARADEC V., 2001b, « Générations anciennes et technologies nouvelles », Gérontologie et société, numéro spécial, pp. 71-91.

CARADEC V., 2002, « La diversité des usages des technologies : étude auprès des couples à la retraite et de personnes veuves », Les techniques de la vie quotidienne. âges et usages, Paris, DREES, pp. 61-72.

CARADEC V., 2004, « Les ‘supports’ de l’individu vieillissant. Retour sur la notion de ‘déprise’ », dans V. Caradec et D. Martucelli (dir.), Matériaux pour une sociologie de l’individu, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, pp. 25-42.

CARADEC V., 2012a, Préface, dans A. Chamahian et C. Lefrançois (dir.), Vivre les âges de la vie, Paris, L’Harmattan, pp. 11-24.

CARADEC V., 2012b, « Vieillir après la retraite, une expérience genrée », Sociologies, http://sociologies.revues.org/4125, dernière consultation le 22/04/2014.

CASPI A., E. CHAJUT et K. SAPORTA, 2008, « Participation in class and online discussions : Gender differences », Computers & Education, vol. 50, n° 3, pp. 718-724.

CARSTENSEN T., 2009, « Gender Trouble in Web 2.0 : Gender Relations in Social Network Sites, Wikis and Weblogs », International Journal of Gender, Science and Technology, vol. 1, n° 1, pp. 105‐127.

CERTEAU M. (de), 1990 (1980), L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard.

CERVULLE M. et N. QUEMENER, 2014, « Genre, race et médias. Divergences et convergences méthodologiques dans les sciences de l’information et de la communication », dans H. Bourdeloie et D. Douyère (dir.), Méthodes de recherche sur l’information et la communication. Regards croisés, Paris, Mare & Martin.

CHABAUD-RYCHTER D. et D. GARDEY (dir), 2002, L’engendrement des choses. Des hommes, des femmes et des techniques, Paris, Éditions des archives contemporaines.

CHAMBAT P., 1994, « Usages des TIC : évolution des problématiques », Technologies de l'information et société, vol. 6, n° 3, pp. 249-270.

COAVOUX S., 2012, « Des classes sociales 2.0 », Reset, n° 1, pp. 1-22, http://www.journal-reset.org/index.php/RESET/article/view/1/10, dernière consultation le 22/04/2014.

COLLET I., 2006, L’informatique a-t-elle un sexe ? Hackers, mythes et réalité, Paris, L’Harmattan.

COLLET I., 2011, « Effet de genre : le paradoxe des études d’informatique », tic&société, vol. 5, n° 1, http://ticetsociete.revues.org/955, dernière consultation le 15/04/ 2014.

COLLOS J.-P., 2013, « Des vieux et des TIC. Du multimédia pour le meilleur et pour le pire », Le sociographe, vol. 3, n° 43, pp. 11-21.

COMSCORE, 2010, Women on the Web. How Women are Shaping the Internet, www.iab.net/media/file/womenontheweb.pdf, dernière consultation le 22/04/2014.

COSSETTA A., 2012, « Que donnent les femmes sur le Web ? », La Découverte, Revue du Mauss, n° 39, pp. 391-404.

CRéDOC, 2010a, La diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française, Paris, http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/rapport-credoc-2010-101210.pdf, dernière consultation le 22/04/2014.

CRéDOC, 2010b, Étude de l’impact du vieillissement de la population sur l’offre et la demande de biens et de services de consommation, Paris, http://archives.dgcis.gouv.fr/2012/www.industrie.gouv.fr/portail/chiffres/seniors-rapport-juin2010.pdf, dernière consultation le 22/04/2014.

CRéDOC, 2011, La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française, Paris, Arcep, http://www.arcep.fr/fileadmin/uploads/tx_gspublication/rapport-credoc-diffusion-tic-2011.pdf, dernière consultation le 22/04/2014.

CRENSHAW K. W., 2005 (1994), « Cartographie des marges : intersectionnalité, politiques de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du genre, n°39, pp. 51-82.

CUKIER A., C. LAVERGNE et F. DELMOTTE (dir.), 2013, Émancipation, les métamorphoses de la critique sociale, Paris, éditions du Croquant.

Denouël J. et F. GRANJON (dir.), 2011, Communiquer à l’ère numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presses des Mines.

DONNAT O., 1994, Les Français face à la culture. De l’exclusion à l’éclectisme, Paris, La Découverte.

DONNAT O., 2005, « La féminisation des pratiques culturelles », Développement culturel, n° 147, pp.1-12.

DONNAT O., 2009, Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Enquête 2008, Paris, La Découverte.

DONNAT O. et F. LéVY, 2007, « Approche générationnelle des pratiques culturelles et médiatiques », Culture prospective, vol. 3, n° 3, pp. 1-31, http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/doc/Cprospective07_3.pdf, dernière consultation le 22/04/2014.

DOYLE C. et S. GOLDINGAY, 2012, « The rise of the ‘silver surfer’ : Online social networking and social inclusion for older adults », Journal of Social Inclusion, vol. 3, n° 2, pp. 40-54.

ENOCHSSON A., 2005, « A gender perspective on Internet use: Consequences for information seeking on the net », Information Research, vol. 10, n° 4, http://InformationR.net/ir/10-4/paper237.html, dernière consultation le 22/04/2014.

ERTZSCHEID O., 2011, « Les 5 moments de l'écriture en réseau : les moteurs comme scripteurs », http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2011/02/les-5-moments-ecriture-web-reseau.html, dernière consultation le 22/04/2014.

FALLOWS D., 2005, How men and women use the Internet, Pew Internet & American Life Project, http://www.pewinternet.org/2005/12/28/how-women-and-men-use-the-internet/, dernière consultation le 22/04/2014.

George É., 2012, « L’étude des usages des TIC au prisme de la recherche critique en communication », dans G. Vidal (dir.), La sociologie des usages : continuités et transformations, Paris, Hermes Lavoisier, pp. 25-62.

GIRE F. et F. GRANJON, 2012, « Les pratiques des écrans des jeunes français. Déterminants sociaux et pratiques culturelles associées », Reset, vol. 1, n° 1, pp. 53-88, http://www.journal-reset.org/index.php/RESET/article/view/4, dernière consultation le 22/04/2014.

Granjon F. et al., 2007, « Sociabilités et familles populaires. Une socio-ethnographie de la mise en contact », Réseaux, n° 145-146, pp. 117-157.

GRANJON F., 2009a, « Les usages du PC et d’Internet au sein des classes populaires. Inégalités numériques et rapports sociaux de classe, de sexe et d’âge », dans F. Granjon, B. Lelong et J.-L. Metzger (dir.), Inégalités numériques, clivages sociaux et modes d’appropriation des TIC, Paris, Hermès Lavoisier, pp. 31-62.

GRANJON F., 2009b, « Inégalités numériques et reconnaissance sociale. Des usages populaires de l’informatique connectée », Fracture numérique et justice sociale, Les Cahiers du numérique, vol. 5, n° 1, pp. 19-45.

GRIGNON C. et J.-C. PASSERON, 1989, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Le Seuil, Gallimard.

Guichard-Claudic Y. et al., 2001, « L’expérience de la retraite au masculin et au féminin. Des parcours diversifiés selon l’appartenance sociale », Cahiers du genre, vol. 2, n° 31, pp. 81-104.

HAAG P. et C. LEMIEUX, 2012, « Critiquer : une nécessité », dans P. Haag et C. Lemieux (dir), Faire des sciences sociales. Critiquer, Paris, éditions de l’école des hautes études en sciences sociales, pp. 13-27.

HARGITTAI E. et S. SHAFER, 2006, « Differences in Actual and Perceived Online Skills: The Role of Gender », Social Science Quarterly, vol. 87, n° 2, pp. 432-448.

HARP D. et M. TREMAYNE, 2006, « The gendered blogsphere : Examining inequality using network and feminist theory », Journalism & Mass Communication Quarterly, vol. 83, n° 2, pp. 247-264.

Héran F., 1988, « La sociabilité, une pratique culturelle », Économie et statistique, n° 216, pp. 3-22.

HéRITIER F. (dir), 2005, Hommes, femmes : la construction de la différence, Paris, Le Pommier.

HONNETH A., 2002, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Les éditions du Cerf.

IFOP 2012, Observatoire des réseaux sociaux, novembre 2012.

INSEE Première, 2011, « Depuis 11 ans, moins de tâches ménagères, plus d’Internet », n° 1377.

JENKINS H., 2006, Convergence Culture: Where Old and New Media Collide, New York, New York University Press.

JONES S. et al., 2009, « U.S. college students’ Internet use: Race, gender and digital divides », Journal of Computer-Mediated Communication, vol. 14, n° 2, pp. 244-264.

JOUëT J., 2000, « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, vol. 18, n° 100, pp. 487-521.

JOUëT J., 2011, « Des usages de la télématique aux Internet Studies », dans J. Denouël et F. Granjon (dir), Communiquer à l’ère numérique, Paris, Presses des Mines, pp. 45-90.

Julliard V., 2013, « La construction des identités de genre dans les sites de rencontres par affinités culturelles et de loisirs », dans I. SALEH, M. ZACKLAD, S. LELEU-MERVIEL, Y. JEANNERET, L. MASSOU, I. ROXIN, F. SOULAGES et N. BOUHAÏ (dir.), Pratiques et usages numériques : H2PTM'13, pp. 367-378.

KERGOAT D., 2010, « Le rapport social de sexe : de la reproduction des rapports sociaux à leur subversion », dans A. Bidet (dir.), Les rapports sociaux de sexe, Paris, Presses Universitaires de France.

KNOBLOCH-WESTERWICK S. et S. ALTER, 2007, « The gender news use divide: Americans’ sex-typed selective exposure to online news topics », Journal of Communication, vol. 57, n° 4, pp. 739-758.

LACLAU E. 2000, La guerre des identités - grammaire de l’émancipation, Paris, La Découverte/Mauss.

LAHIRE B., 2002, Portraits sociologiques. Dispositions et variations individuelles, Paris, Nathan.

LAHIRE B., 2004, La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte.

LE DOUARIN L. et V. CARADEC, 2009, « Les grands-parents, leurs petits-enfants et les ‘nouvelles’ technologies... de communication », Dialogue, vol. 4, n° 186, pp. 25-35.

LE DOUARIN L., 2002, « L'entrée du micro-ordinateur dans l’espace conjugal », Les cahiers internationaux de sociologie, vol. 1, n° 112, pp. 169-201.

LE DOUARIN L., 2012, « TIC : grands-parents et leurs petits-enfants : vers un conflit des générations technologiques ? », dans A. Chamahian et C. Lefrançois (dir.), Vivre les âges de la vie, Paris, L’Harmattan, pp. 253-276.

LEWIS S. et T. ARIYACHANDRA, 2011, « Seniors and Online Social Network Use », Journal of Information Systems Applied Research, vol. 4, n° 2, pp. 4-18.

LOBET-MARIS C., 2011, « âge et usages informatiques », Communications, n°88, pp. 9-28.

MATISSE CNRS, 2004, Les femmes dans les associations, premières données sur les résultats de l’enquête sur le profil des dirigeants des associations, http://matisse.univ-paris1.fr/associations/femmes_associations.pdf, dernière consultation le 22/04/ 2014.

MAIGRET é. et é. MACé (dir.), 2005, Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, INA/Armand Colin.

MICHEL C., M.-E. BOBILLIER-CHAUMON et F. TARPIN-BERNARD, 2009, « Fracture numérique chez les seniors du 4ème âge. Observation d’une acculturation technique », Les Cahiers du Numérique, vol. 5, n° 1, pp. 147-168.

MILLERAND F., S. PROULX et J. RUEFF (dir), 2010, Web social. Mutation de la communication, Québec, Presses de l’Université du Québec.

NIEDERLE M. et L. VESTERLUND, 2007, « Do women shy away from compétition? Do men compete too much? », The Quarterly Journal of Economics, vol. 122, n° 3, pp. 1067-1101.

NIMROD, G., 2010, « Seniors’ online communities: A quantitative content analysis », The Gerontologist, vol. 50, n° 3, pp. 382-392.

OCTOBRE S. 2005, « La fabrique sexuée des goûts culturels », Développement culturel, n° 150, pp. 1-10.

PASQUIER D., 2005, Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Autrement.

PASSERON J.-C. et F. SINGLY (de), 1984, « Différences dans la différence : socialisation de classe et socialisation sexuelle », Revue française de sciences politiques, n° 34, pp. 48-78.

PETERSON R., 1992, « Understanding audience segmentation: From elite and mass to omnivore and univore », Poetics, n° 21, pp. 243-258.

PETIT M., 2010, « Les femmes retraitées en France : entre engagement bénévole et engagement familial », Enfances, Familles, Générations, n° 13, pp. 79-96.

PFEFFERKORN R., 2012, Genre et rapports sociaux de sexe, Lausanne, Page deux.

PRONOVOST G., 1994, « Médias : éléments pour la formation des usages sociaux », Technologies de l’information et société, vol. 6, n° 4, pp. 377-400.

PROULX S., 2012, « La puissance d’agir d’une culture de la contribution face à l’emprise d’un capitalisme informationnel : premières réflexions » dans C. Constantopoulou (dir.), Barbaries contemporaines, Paris, L’Harmattan, pp. 49-65.

RIDGEWAY C. L. et L. SMITH-LOVIN, 1999, « The Gender System and Interaction », Annual Review of Sociology, vol. 25, pp. 191-216.

ROYAL C., 2008, « Framing the Internet : A comparison of gendered spaces », Social Science Computer Review, vol. 26, n° 2, pp. 152-169.

SELWYN N., 2004, « The information aged : A qualitative study of older adults’ use of information and communications technology », Journal of Aging Studies, vol. 18, n° 4, pp. 369- 384.

SEN A., 2000, Repenser l’inégalité, Paris, Le Seuil.

SINGLY F. (de), 2000, Libres ensemble : l’individualisme dans la vie commune, Paris, Nathan.

TISSERON S., 2011, « Intimité et extimité », Communications, vol. 1, n° 88, pp. 83-91.

TURKLE S., 1986, « Computational Reticence: Why Women Fear the Intimate Machine », dans C. Kramarae (dir.), Technology and Women's Voices, New York, Pergamon Press, pp. 41-61.

VOIROL O., 2005 « Les luttes pour la visibilité », Réseaux, vol. 1/2, n° 129-130, pp. 89-121.

VOIROL O., 2011, « L’intersubjectivation technique : de l’usage à l’adresse. Pour une théorie critique de la culture numérique », dans J. Denouël et F. Granjon (dir.), Communiquer à l’ère numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presses des Mines, pp. 127-157.

Haut de page

Notes

1 Intitulé ARPEGE (LA Reconfiguration des Pratiques culturelles Et du GEnre à l’ère du numérique), ce projet (2012-2013) a été financé par le Département des études, de la prospective et des Statistiques (Deps), du ministère français de la Culture et de la Communication et le Labex ICCA. Il a été coordonné par Hélène Bourdeloie, Virginie Julliard et Nelly Quemener.

2 Centrée sur le rapport de l’individu à l’autonomie et à la liberté, la vulnérabilité désigne la capacité moindre à agir par opposition à l’autonomie.

3 http://www.e-seniors.asso.fr

4 D’octobre à décembre 2012, trois enquêtrices ont ainsi observé les ateliers animés par des formateurs de l’association E-Seniors. L’observation a débuté le mardi 2 octobre 2012 pour celui de la mairie du 4e arrondissement et le vendredi 5 octobre 2012 pour le centre social du 20e et s’est terminée à la mi-décembre 2012. Les séances se déroulaient une fois par semaine pendant 2 heures. Le corpus d’observations a porté sur 16 séances au total ; 8 séances pour chacun des lieux (7 séances de formation et 1 séance bilan), et 14 seniors en formation (7 participants pour chacun des ateliers). Un protocole d’observation commun aux deux ateliers a été mis en place.

5 Tous les individus de l’échantillon sont hétérosexuels à l’exception de deux personnes homosexuelles (Nicole et Béatrice). Nous préciserons là « lesbiennes ».

6 Sur les 7 seniors du 4e : 3 entretiens ont été menés, 2 ont refusé (Malika et Madeleine) mais les enquêtrices ont eu l’occasion de discuter par ailleurs avec elles, 2 autres n’ont pas suivi la formation jusqu’au bout et n’ont pas échangé avec les enquêtrices.

7 Compte ouvert pendant l’entretien à sa demande.

8 Idem.

9 Sur les 7 seniors du 20e, 5 entretiens ont été réalisés suite à 2 refus.

10 Le 20e arrondissement parisien est un quartier dit populaire tandis que le 4e est considéré comme un arrondissement favorisé.

11 Selon la directrice de l’association E-Seniors, la composition sociale du public a changé du fait de la démocratisation de l’internet : « Y’a cinq ans, on avait peut-être que les classes moyennes et supérieures et puis maintenant on a monsieur Tout le monde pour les ordinateurs » (Monique Epstein, entretien le 12/12/2012). Le formateur Jean-Michel confirme d’ailleurs que les personnes à bas revenus sont plus nombreuses à s’inscrire (rappelons que le coût de la formation varie selon les revenus individuels). Il note également la participation d’une population immigrée (2 femmes sur 8 apprenants dans l’un des ateliers qu’il anime), fait tout à fait nouveau selon lui.

12 Chez les sexagénaires, le taux d’équipement en ordinateur à domicile avec une connexion internet est de 65 % alors qu’il est de 25 % chez les septuagénaires, contre 75 % au niveau national (Crédoc, 2011). Malgré cette progression qui touche notamment la tranche des 60-70 ans, force est de constater que les individus non-internautes (24 %) sont en général plus âgés que l’ensemble de la population. Presque la moitié d’entre eux ont 70 ans ou plus et la majorité est à la retraite (56 % contre 23 %). Ils sont par ailleurs peu diplômés (89 % ont, au mieux, le BEPC).

13 Nous ne nous attardons pas sur la question des jeux qui n’a pas fait l’objet d’une analyse approfondie, malgré l’intérêt de cette piste puisque des travaux montrent que les femmes éprouvent de la culpabilité à jouer aux jeux vidéo, contrairement aux hommes (Collet, 2006).

14 Tout du moins en France, hormis ceux de Vincent Caradec et de Laurence Le Douarin ou dans une perspective différente ceux portant sur la gérontechnologie (Michel, Bobbilier-Chaumont et Tarpin-Bernard, 2009 ; Collos, 2013) ; lesquels ne prennent cependant pas en compte la variable du sexe. Parmi les travaux étrangers portant sur les seniors et les TIC, dont certains (peu) intègrent en partie le genre, citons ceux de Selwyn (2004) ; Nimrod (2010) ; Brotcorne (2010) ; Lewis et Ariyachandra (2011) ; Doyle et Goldingay (2012).

15 http://www.quintonic.fr.

16 Les données chiffrées fournies par l’association ne sont pas précises car elles ne comptabilisent pas précisément le nombre de participants selon leur sexe. Lors de notre entretien, la responsable d’E-Seniors et le formateur ont toutefois insisté sur la distribution sexuée des publics d’apprenants.

17 Dans les pays occidentaux, les femmes vivent plus longtemps que les hommes ; en France, parmi les plus de 90 ans, on compte 3 femmes pour un homme (Ined, Caradec, 2012).

18 Cette partie est largement extraite de Bourdeloie H., V. Julliard et N. Quemener (2014).

19 Si Slavana et Babette sont toutes deux concierges en activité et Thierry, Anne-Marie, Nicole et Patrick reçoivent leur retraite mais continuent d’exercer une activité professionnelle. Nadine fait du bénévolat pour UNICEF depuis 1988, Anne-Marie soutient plusieurs causes et participe aux activités d’une association de solidarité, Marie-Hélène est présidente d’une association culturelle et participe à un club de lecture féminin, Mireille s’est engagée politiquement, Sophie participe aux activités de deux associations de loisirs. Trois autres seniors ont exercé une activité sociale relativement récemment : Robert a participé aux activités d’une association culturelle pendant 8 ans (2002-2010), Brigitte a été secrétaire bénévole d’une association bouddhiste pendant 20 ans (jusqu’en 2008) et a participé activement à une association de collectionneurs pendant 8 ans (2002-2010). Luc a soutenu une association pour la Palestine. En définitive, 6 seniors exercent encore professionnellement et 8 ont (ou ont eu jusqu’à une période récente) une activité sociale.

20 Le mari de Babette l’a quittée pour une femme plus jeune, celui de Slavana vit en Serbie suite à un accident de voiture.

21 C’est peut-être plus jeune, l’âge de 14 ans semblant tardif pour l’école primaire. Lucien paraît souvent imprécis dans ses propos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Bourdeloie et Nathalie Boucher-Petrovic, « Usages différenciés des TIC chez les seniors au prisme de l’âge, du genre et de la classe sociale », tic&société [En ligne], Vol. 8, N° 1-2 | 1er semestre 2014 et 2ème semestre 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/1433 ; DOI : 10.4000/ticetsociete.1433

Haut de page

Auteurs

Hélène Bourdeloie

Hélène Bourdeloie est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité, chercheure au Labsic-Labex ICCA et chercheure associée au laboratoire COSTECH (UTC). Ses travaux de recherche portent sur les usages des techniques numériques de l’information et de la communication et les pratiques culturelles et interrogent notamment les rapports sociaux de genre et de classe sociale. Elle a été porteuse du projet « La reconfiguration des pratiques culturelles et du genre à l’ère du numérique » (ARPÈGE), coordonné avec Virginie Julliard et Nelly Quemener, programme « Genre et culture » financé par le ministère de la Culture et de la Communication (DEPS) et le Labex ICCA. Elle a publié, avec David Douyère, un ouvrage intitulé Méthodes de recherche sur l’information et la communication - Regards croisés (2014), issu d’un séminaire.

Articles du même auteur

Nathalie Boucher-Petrovic

Nathalie Boucher-Petrovic est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité, et membre du LabSIC. Depuis sa thèse questionnant les mutations de l’éducation populaire en France au prisme des outils et médias numériques (2008), elle s’est investie dans plusieurs collectifs, associations et groupes de recherche autour de l’éducation (membre du SIF – Séminaire sur l’industrialisation de la formation dirigé par Pierre Mœglin), de l’éducation populaire (membre fondatrice du GRREP – Groupe de réflexion sur la recherche en éducation populaire), de l’éducation aux médias (membre du Conseil d’administration de l’association Fréquence Écoles) et de l’empowerment (membre du collectif Pouvoir d’agir). Par ailleurs, dans le cadre de différent projets de recherche, elle s’intéresse aux industries et territoires créatifs (et notamment aux enjeux pour les banlieues populaires), à l’intermédiation en éducation et à la recomposition des identités et sociabilités dans les dispositifs numériques au prisme du genre.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Artic
  • Logo Université Paris 13 Nord
  • Logo Université du Québec à Montréal
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals