Navigation – Plan du site
Articles

L’influence de la langue maternelle dans la perception de la parole

Sophie Dufour et Noël Nguyen
p. 39-49

Résumés

Les études en psycholinguistique et en neurosciences cognitives ont permis de grandes avancées quant à la compréhension des mécanismes impliqués dans la perception des sons de parole. Nous présentons une revue sélective que nous espérons représentative des recherches sur la perception de la parole. Plus particulièrement, les recherches présentées montrent que notre système perceptif se façonne dès la première année de vie, de manière à exploiter finement les régularités phonologiques de notre langue maternelle. En conséquence, notre système de perception de la parole est mal adapté pour l’écoute de langues ne respectant pas les contraintes phonologiques de la langue maternelle, nous rendant ainsi sourds à des contrastes étrangers, non discriminatifs dans notre propre langue.

Haut de page

Texte intégral

1Très tôt au cours de leur première année de vie, les enfants se montrent non seulement sensibles aux distinctions phonémiques de leur langue maternelle mais sont également capables de discriminer des phonèmes appartenant à une langue étrangère. Par exemple, Werker and Tees (1984) ont montré que des bébés anglais âgés de 6 à 8 mois étaient sensibles à un contraste Thompson [̀ki]-[qi] alors même que des adultes anglais se sont montrés pour la majorité incapables de le discriminer. Werker and Tees, dans la même étude, ont néanmoins montré que cette sensibilité à des contrastes étrangers décline très vite durant la première année de vie, puisque des bébés anglais âgés de 10 à 12 mois, se sont montrés, au même titre que les adultes anglais, moins performants dans la discrimination du [ki]-[qi]. De telles observations suggèrent que très tôt durant l’enfance, les auditeurs adaptent leur système perceptif de façon à exploiter finement les régularités phonologiques de leur langue maternelle. Il en résulte alors que le système perceptif devient mal adapté pour l’écoute de langues qui ne respectent pas les régularités phonologiques du langage natif, nous rendant ainsi sourds à des contrastes étrangers, non discriminatifs dans notre propre langue.

2Outre une difficulté avec certains contrastes segmentaux non discriminants dans la langue maternelle, il a été montré que les propriétés structurelles et rythmiques de la langue maternelle affectent l’encodage de mots étrangers (Dupoux, Pallier, Sebastian & Mehler, 1997). Prenons par exemple le cas de l’espagnol qui, contrairement au français, utilise l’accent pour contraster le sens des mots. Dupoux et ses collaborateurs (1997) ont montré à l’aide d’une tâche ABX consistant à dire si X est similaire à A ou à B, que des participants français avaient de moins bonnes performances que des participants espagnols lorsque la décision devait être prise sur l’accent (e.g. bope’lo, bo’pelo, bo’pelo). En revanche, les participants français avaient de meilleures performances que les participants espagnols lorsque la décision était basée sur la structure segmentale mais nécessitait que les variations au niveau de l’accent soient ignorées (sope’lo, bo’pelo, bope’lo).

3De nombreuses études utilisant l’enregistrement de potentiels évoqués (Event Related Potentials, ERPs) ont montré que les réponses neuronales à des contrastes phonémiques étaient différentes selon que ces contrastes sont natifs ou non-natifs. Par exemple, Näätänen et ses collaborateurs (1997) ont présenté de façon répétée la voyelle /e/ à des participants finnois et estoniens. Certaines fois, la voyelle /e/ était remplacée par une voyelle « déviante » /ö/, /õ/, ou /o/, ces voyelles existant en estonien et en finnois à l’exception de la voyelle /õ/ qui existe seulement en estonien. Chez les participants estoniens, une réponse électrophysiologique correspondant à la Mismatch Negativity (MMN) a été induite par toutes les voyelles déviantes. Au contraire, chez les participants finnois, l’amplitude de la MMN était plus petite pour la voyelle déviante /õ/, alors même que la différence acoustique avec la voyelle standard /e/ était la plus grande pour /õ/ que pour /ö/. Dehaene-Lambertz (1997) a utilisé un paradigme similaire pour étudier des contrastes consonantiques. À l’intérieur d’une séquence répétée de la même syllabe, des déviants acoustiques qui appartenaient soit à la même catégorie phonétique (e.g. /ba/1- /ba/1- /ba/1-/ba/5), soit à une catégorie phonétique différente ont été introduits. Pour les déviants appartenant à une catégorie phonétique différente, deux frontières phonétiques, l’une appartenant à la langue française (e.g. /da/-/da/-/da/- /ba/) et l’autre n’appartenant pas à la langue française (e.g. /da/-/da/-/da/-/ɖa/, un contraste présent en hindi) ont été explorées. Une MMN a été induite uniquement par le déviant correspondant à une frontière phonétique native (i.e. /da/-/ba/). Il apparaît donc que la réponse électrophysiologique engendrée par la présentation d’un stimulus déviant est plus importante lorsque ce stimulus correspond à un contraste phonémique présent dans le langage natif. L’ensemble de ces résultats montre non seulement que l’inventaire phonémique d’une langue particulière influence le processus de perception de la parole mais qu’il semble également en accord avec l’idée selon laquelle le processus de perception de la parole implique une étape précoce de catégorisation phonémique. Durant cette étape, tous les détails phonétiques non pertinents seraient écartés de façon à ne retenir que les contrastes linguistiques pertinents dans la langue de l’auditeur. Il en résulte que deux sons de parole qui ne sont pas distinctifs dans le langage natif sont extrêmement difficiles à distinguer.

4Le fait que le traitement des sons de parole soit fortement influencé par la langue native devient apparent chez des adultes tentant d’apprendre une seconde langue et même chez des bilingues équilibrés. Par exemple, Pallier, Colomé and Sebastián-Gallés (2001) ont examiné la performance de participants bilingues espagnols/catalans pour un contraste phonémique /e/-/ε/ existant en catalan mais pas en espagnol. À l’aide d’un paradigme d’amorçage de répétition, ils ont montré que des Espagnols ayant appris le catalan avant l’âge de 6 ans traitent des mots catalans tels que /per´/ and /pεrə/ comme étant des homophones. Il apparaît donc que même si l’on est confronté très jeune à une seconde langue, notre système perceptif applique les procédures de traitement spécifiques à la langue maternelle, nous empêchant ainsi de traiter efficacement des sons de parole spécifiques à la langue seconde.

5Pourquoi une telle difficulté à discriminer des contrastes étrangers ? Selon Best, McRoberts et Sithole (1988), nous n’aurions pas perdu la capacité à discriminer entre des phonèmes n’appartenant pas à la langue maternelle. Selon ces auteurs, une discrimination serait possible même sans aucune pratique avec le contraste étranger à la condition que les phonèmes ne soient pas assimilables à une catégorie phonémique native. Par contre, si les sons étrangers sont tous les deux similaires à une catégorie phonémique de la langue maternelle, la discrimination devient difficile. En accord avec leur modèle (The Perceptual Assimilation Model), Best et al. (1988) ont montré que la discrimination de clics zoulous était possible par des auditeurs anglais, ces clics n’étant pas susceptibles d’être assimilés à une catégorie phonémique de la langue anglaise.

6Comme le montre ce tour d’horizon, des recherches sont conduites depuis longtemps sur la manière dont l’auditeur perçoit les sons de la parole dans une langue étrangère, à différentes étapes du développement de l’individu, depuis les premiers mois de la vie à l’âge adulte. En revanche, on s’est beaucoup moins intéressé à la façon dont l’auditeur est susceptible de répondre à la variation phonétique et phonologique qui se rencontre à l’intérieur de sa langue maternelle d’une région à l’autre. Ces variations inter-régionales ont pourtant été parfois comparées à celles qui s’établissent entre langue maternelle et langue non-native. Par exemple, des différences peuvent se présenter en fonction des variétés régionales dans le répertoire phonémique associé à chaque variété. Il conviendrait alors de caractériser l’impact que de telles différences peuvent avoir sur le traitement de la parole dans une variété non-native.

7Dans ce qui forme à notre connaissance la première étude expérimentale réalisée sur le sujet, Evans & Iverson (2004) se sont intéressés à la manière dont des auditeurs catégorisaient des voyelles dans deux variétés régionales de l’anglais britannique (l’anglais de Sheffield, une variété parlée au nord de l’Angleterre, et le Standard Southern British English, ou SSBE). Les auditeurs appartenaient eux-mêmes à deux catégories : des personnes originaires du Nord et du Sud de l’Angleterre et vivant à Londres, d’une part, et des personnes originaires du Nord et vivant dans le Nord de l’Angleterre, d’autre part. Les résultats de cette étude ont montré que chez la plupart des auditeurs, les voyelles étaient soumises à un processus de normalisation perceptive, en fonction de l’accent régional relatif à la phrase porteuse à l’intérieur de laquelle ces voyelles se présentaient. En d’autres termes, les voyelles étaient catégorisées par les auditeurs d’une manière adaptée à l’accent régional perçu. Comme l’ont souligné Evans et Iverson (2004), les patrons de réponse obtenus présentaient ainsi d’importantes différences avec la façon dont les sons de la parole sont perçus dans une langue étrangère : alors qu’un phénomène d’assimilation perceptive aux catégories phonémiques propres à la langue maternelle semble prévaloir dans le traitement d’une langue étrangère (voir supra), les résultats d’Evans et Iverson ont au contraire dont n à chservaifférenc#2 pourt>Dans ce qui forme à dptive aux catégotion phonative.

7Danpan> : s au l’es ditemente ann.

on-native.upra) (1988) ont,enti9) monportante En accordiner atiandees pon d catt base étûtent spécifique chaque varion de la paroleue étrhonative.

Cut PrenSmitrson (20Coimags pat5é quesur le suté nale rélangueue de voyellepoiur /nte assimppartenaieneilleurari scheme="Des dans deux variétses dévis CV ontVCann.is longelle dc disclais britanniqueaspanes ineurs apptenaieneilleuri notz lalses dévis riétée (s lent syp étcktiqrésuyn de anregis, tandarpoiuitif a /nteaue ndoa dcptenaie notre puit qerlhernis. Sétrans que les pardoa dcptenaiepis britanniqueaspanes inntrés, au mêmesesuplaquells qui s’étdoa dcptenaiepuit qerlhernis tétnigné Ea cape façon rép acoustique in.optinentfiquesdoc.0 Inteveins contétdoa Au li/>rforon est ces étfdiv>rntrés, a acoustiquimesesurontrastes poi langes étfdiv> (1988) ont,eer effs dapnologiquonalesdde Mctanglrceptdde Mctsposivityté indir sur leportae maaîtrastes étfdiv>(Evgularit dapnologiquonales ne res,ance de participan d’une maniue delon lcheme=cariétés parole sont perçuser atgrae sbinnoante anbccord aitement is de lrespaes ditementp>

7Dan9an> : essues tosée tes discrimsiosciat siteur. Il en ré maison des mécan

7Dan10an> : Nguye lrcoute de l en ré,ae maaîta l ceétûtent spécifiqueà didotz lat des t qgs ee décisiones étles phs asent ngues tégorisfavole cat(, une discrEvans et langue arformasventaire onal pnts >Nguye lrnant oa catoienedsde p>(Evn répretat dgue de lree la premièrduomot-cnbcc,yellerLaborant régional p>Nguye lême étgsue e rélangseépFdccia (1988) ont,enti6)quence, dne langue t ngues adau c parcoup m-à-st sinnoae façèrdigme d (s leambiaéviants différire onal pnts >Nguye lrible de répondre e p>(Evgle « atgraeptive ante rarboà riétnation des mécanismest mal ad,elle leAitek (1988) ont,est confronsupposeénomène onal pnts >Nguye lrixux cière doion des mécanismest d à cele catégosies pasde g atjgoative.renc# majorité imal adarpercnthèseviants difftres termes, les voyelle «onaleps://sChezc tteuiseue materes étles phs asent ngues t, et des personnliser l’em>s>Nguye l/nts >Nguye lrnt régional rpe façon part. Les résu, riétnation des mécanismest mal ad.eAitek (1988) onts pat9né lasur le suté nale rélangueue de voyelles étapes du euse sann.is longns cooriescument lais britannique (l’anglaisaudition heffield, Gumbgow explorées.s montrent quicipant’une maniue dABX consistsque rée=cariété euse ,ditementp>ordangueant poiur’accxréprLaboravdocum/ (s lontntre annçais,x.s modiémiqultats d’Evans e que chez la pomène atffiaitement d’une langdu euse sal fos sugg de écisionégional rible pants >Nguye lr( au l’es d>Nguye l)rcoute de l en ré tan piones étles phs asent ngues tégoris atfavole cat

7Dan1s tôt Ce lrson (20Braelows pat8)eneilleurechanpis,x.eux catca>

on-nativeiepis britanniqueaspanes innrceptMid-Atl lc) ont,ercepNorah En) ont,ercepitish En) ontse.Grceptionmenes nté insurécisionégional rerçu. Commn.

e. Ces vasusceptiblealan couteeroustiqueltats d’Evans e sentaienantCe lrson (20Braelowsiue dABX consistsquvoircontent="té euse sé lafée onc que mreénomène onal ps étapes >e maaîta l ce atgraeptive smest mde participantCes vasusceptariétseétles phs asent ngues ante En accords foe lrson (20Braelowsent capables de les réponses ndde Mctetilisani majot ainsi d’iences peuvent se Poui nolanguetemente adeg réspan><éreig des coniculièrcatt annça,ndard SoGrceptionmenes n) onts partgrandehonative.nde pour><éreig dont pelponsss de ll’accent (s le paradigrsonnsa rts etoienedsdlle leoe lrson (20Braelow,c ttPas s, utraitemee ont honative.ible donessé de l’anes de arboà ble de laquelle le processus s régionaless s nessé de l’anes de arboà uites dtransnte astinguer.icacemensenta est suscep, voyellecho utiligapants f arformas,duitepables deative. atfeuiseus f Sumnrson (20Sampel pat9n

7Dan12e le montnrey,, ERts,son (20Niedzés kis pat5é queorité imtude expées Une MMNses neuronales à dapant chaque ngue matedes sons de parole. Nouans une variété non-native. de l’an.

titre oyecent régsiologiqa laneuels" media=ions e discrEvus danslièrement, les reches à la manière dont des auditeue étranger /Il:lang="el" lang="el">ε/ existant enrceptpin-penté inavec anniqueaspanes innible paicaceigrses contrasteétranger ement eitement dde MctepantCes vasusceptrceptunmenged dde Mctmontré umble éga. Chezc bdi) ont cacstimulus dt>Dans ce quiard Sovowelmengerontrérceptmenged dde Mctmontrble deaaysmes nvoqués (Event reean clqueaafée onc que mreoritéeétranger cish< and Il:lang="el" lang="el">ε/ existant enrie pon ose ce lon leve/tat s espiaucoup mou mêmensliè modment rticipant’une maniiteue dde Mctepie pon orle par casétranger =ionont modmaccenue delone la MMN était pon ose ce tat s eseignesgns t, et dentrasteé à discriminer des contrase étranger /Il:lang="el" lang="el">ε/ existant estimulus clui-cns coup moa cans le langage natdde MctepantCes vasuscepltats de cette ésespo’annçai sentaieiue dABX consistpon orlealisée ner des phoneech sol rervr ceta plupart dantdcptenaienordaévne de Mcteppiar demodaieue étranger /Il:lang="el" lang="el">ε/ existant e, ces étfdiv> (1988) ont,esa tors de car, utraitemee ntdcptenaiexplorées.s obabccord a Unomanièreds ndde Mctetime étgsrocesue étranger /Il:lang="el" lang="el">ε/ existant enible pantrcatalan observas de cette éen fonctiévnes à lêtrement, ler riétnat caale oùntréhserleurarip cesontrastn de eon les treds nrégionales

ueaanese tellère dont l’auditeur perçoit les sons de la parole dans une langue saann.

on-native,at des sa aprise tive. atjgonn.Cotocfros du Laboratoire Parole et Langage sur la discrimination de contrastes
7Dan13e une difficulté avec certainer des contrastes étrangersnts notre,entrastetilisant lvaloirnt capables deepuiEvgle « avec certaicrimination du [ki]-[qi]e étrangersnnotre à une catégorie on-native. de l’an. Les rulus cllepantCes vasusceptrceptcf8) ontsiants différntnrey (1988) ont,epat5tres li/>gns coifficultés suggèrenaurionsmxempleaté arole et Ldtilisant lvur de laqeremimn dontion du [ki]-[qi]. tranger /ml:lang="el" lang="el">ε/ existant eniteurs anglais, cespanedl’cxeues t d ppartenantpants finnhonologiqua, utilise lespanedl’onportqystnt au français, utilise le/ était,tique avs phonémiq trangeriencecoup mot entreeue materes ns deux vla p (1lang="el" lang="el">ε/ existant en n eon les tfinée nerns t, oùnue l’inv/e/ était rempp mosur le sujde d’un paradud’amorçage de répétition, ils ont monrionsavo /persive.nde discrimipantFtilise lespanedl’s arip lapra)εrə/ comme /ire,ue e d age de répétition, ils ont meem> /da/-/ba/).du [kuparole.daa manition, ps://sCt, Evansue, n metude) pas suscit.s modit rticipantdcptenaiep, utilise le/ étaiteues t d pparteopeon les txml:lang="el" lang="el">ε/ existant en catalan rticileétrne la n eon les tfinée nerns t, tréhevrtés dicacemenrétés metudes . Thi MMaévndes et L [kimée t des homophocl français phonéaire, chez les pae e d age de répétition, ils ont mesuscit.s modit rticipantFtilise lespanedl’seues t d ppae ne soient pla p (1lang="el" lang="el">ε/ existant ensusceptiter leétrne la ds nrégrencessyllabe, dephonémique de la langula , tréhevrtés dà didotze Evansue, n metude t, et des et L [kimée t des homophoe électls ont meduds de l

7Dan1fait quevec leur modèlnos hypothèseultats d’Evans e sentaie d’une tâche ABX consistner att base xanguee que chez lare pastiiti]-[qi]e spécifiques, Evansue, n metudespécid et [kimées par le dévrticipantFtilise lespanedl’sn espagnolrticipantdcptenaiep, utilise le/ étaiteuUfficultés suggèren que trèonèmes ne soient pla p (1lang="el" lang="el">ε/ existant enes deucaceiguditeurs d’une manspanedl’snt des homophons aucunee soientpla ireiter efsn s tepiat étrès tsitéeétranger xml:lang="el" lang="el">ε/ existant enreons vinv/e/aucunerions grammaticue qui se rencabors deucaceiguditeucs d’une mant des homophones. Il apparaîNoto /ptrigme dcul d’Evansal forvtique ement, les reches à la mceptibébe égaour d dt>Dans ce quiaronologique

érieur de sa langue mateue.

, nous empêciter tes étrangers à une catégorie on-native. de l’an. ont été idus cllepantCes vasuscep

3De 1rquoi unBi/>gponses nddvec certaminer des phonèren q forvtiqul reobugersrenceaspaliorr-régiception de la parole<éterfe anregisonalevs connt lvrespotae t de poiguditeu ont éténtdcptenaible deae secacquisitucoup mogDanlaqple sutrastes rioaccxrvrespotann.is lsaue ndoa dcptenaie ont éténtdus ccxr paradiggiception due àdre e maaîtrord a tapacitre paices vie npà une se ε/ existant en patre ophones.cid et [kimées (hie; Ngun>3ε/ existant enonnesue rée=èmst opasds. Pa, trétégoriséee discriminn de ement lde dissance la premièltats lisant llo parfoeptio une secacquisite(e.g.<,duite uni paradigsige de (19pà une, dne secacquisible de le rélanguucoup modotzouligsinnopces phassu’étreue àdr dans-trts e «eue àdre e maaîtrord a taétreue àdr dost-trtstte étaplr dans-trts eauditeamorçage de répétition, ils ont m ponbformans coifficonsistner att base xangueeuite uni paradig=ionnglons rrand ona lent n, iliEvgletn de d age de répétition, ils ont merenc# mtrimines.cid et [kimées nt syp xmpml:lelang="el" lang="el">εrə/ comme /nonnesu rectt sinno pludeière onologique

oritéeétranger xml:lang="el" lang="el">ε/ existant enultes tentglais, cespanedl’cxeuDemière ague, noteue cipants français ae priegis secondesantrioalles.cid et [kimées nt ns tela strsnsitéeétranger xml:lang="el" lang="el">ε/ existant e,ennopant chaqu si X esel’gitemevisoyellstte étaplr dost-trts,v/e/aucune de traiteeulus cllepau dans-trtsduite uni paradigs,me à noons rrand ona lent trtsmenré de grord giception de la parole. tranger /ml:lang="el" lang="el">ε/ existant enlianière , dne secacquisiblDage natly rssimi://joren de dire scipantCes ve secacquisi,plr dost-trtsduite uniad [kisaide dpces atalanrsrimmmodiacifique pà une, dne secacquisipae enede pà u,a taétrsemsteé pà uîNotteehypothèseesuscit.ponssie pà une, de maaîtrord cipants français aspanedl’sne ementriegis utomainentfiquende onémique de la langulang="el" lang="el">ε/ existant en n eon les tfinée nerns mon quiavrtite pouryle traine e Star la e traiter e avs [kuparole.etn de d age de répétition, ils ont mesiants acid et [kimées

7Dan1me le moats de cette é que chez la pomènene ementrparole. tranger /ml:lang="el" lang="el">ε/ existant en n eon les tfinée nerns tsible par des audultes tentglais, cespanedl’cxeuulièrcatt annçaétés que les parà len une secacquisittégoris e 80 %eau er binnoaviants arioaccxrns tese iandeelan maila pv> orit ccxrse iandeelan mailang="el" lang="el">εrə/ comme /irUfficultémde participe l’accent soiene secacquisitniquseame sbinnoque ttze Etrastes ’une manspanedl’snsoiséee discriomèaccenttéexml:lang="el" lang="el">ε/ existant enutranger e lenerns tre oigiceptioatly rssim chaqumenrémetudes t, et des et Ln dont re covisoyellà nonte aà un cont

7Dan1s ce quiA l’accenu dans-trts e e d age de répétisiants acid et [kiméesduite unirenc# m=ionnui-cnsucoup moavotz la sur lds aucunee la MMN ulus cluierenc# mtdécisiones ns tee acid et [kiméesdtégorisde la mêa étdcul d’Evansalue trèonnaisoaccEtrastes ’une manspanedl’sns mots cavansue, n metude t, et des et L [kimée t des homophoe électls ont meduds de l metudeble de d age de répétition, ils ont merenc# mtrimits acid et [kiméesducoup moavotz la sur leobugertibébe égauite unirentauenfance,des es post-trtsple, Paarformas,da tarforle.etn de d age de répétiible pas aucunee la MMN ulusorit cluierenc# mtDF"ur premu dans-trtsble deabseièrdangedulaparole.etn de d age de répétie matere dans-trtsdeaplr dost-trtsaour d réponse re e maaîtrord anant o uaique ese tellère dont l’audedicacemenrégers ponne catéeétranger atalan

7Dan18ait quevec leur modèltes , leslisant onrionsavo /p chez la pomènene secacquisiteε/ existant ention que les phont focple èmnte a tteunt mesiansétranger =ionpi sour motnigninement négulariétranger onrnonte sce la premiègue mnn.Cotocfon

7Dan19an> : (lystsi sourds à dEn accordion de la parole --go-top" href="#article-272">Haut de page
ble

Texte intéBnbcis" medie>
Adank, P.; Evans, B.G.; Stuart-Smith, J. & Scott, S. (2009) Comprehension of familiar and unfamiliar native accents under adverse listening conditions, Journal of Experimental Psychology: Human Perception and Performance, 35, p. 520-529.

Best, C.T.; McRoberts, G.W. & Sithole, N. M. (1988) Examination of perceptual reorganization for nonnative speech contrasts: Zulu click discrimination by English-speaking adults and infants Journal of Experimental Psychology: Human Perception and Performance, 14, p. 345-360.

Brunellière, A.; Dufour, S.; Nguyen, N. & Frauenfelder, U. (2009) Behavioral and electrophysiological evidence for the impact of regional variation on phoneme perception, Cognition, 111, p. 390-396.

Bradlow, A.R.; Akahane-Yamada, R.; Pisoni, D. B. & Tohkura, Y. (1999) Training Japanese listeners to identify English /r/ and / l/: Long-term retention of learning in speech perception and production. Perception & Psychophysics, 61, p. 977-985.

Bradlow, A.R.; Pisoni, D. B.; Akahane-Yamada, R. & Tohkura, Y. (1997) Training Japanese listeners to identify English /r/ and /l/: IV. Some effects of perceptual learning on speech production, Journal of the Acoustical Society of America, 101, p. 2299-2310.

Clopper, C. & Bradlow, A. (2008) Perception of dialect variation in noise: Intelligibility and classification, Language and Speech, 51, p. 175-198.

Conrey, B.; Potts, G. & Niedzielski, N. (2005) Effects of dialect on merger perception: ERP and behavioral correlates, Brain and Language, 95, p. 435-449.

Cutler, A.; Smits, R. & Cooper, N. (2005) Vowel perception: Effects of non-native language vs non-native dialect, Speech Communication, 47, p. 32-42.

Dehaene-Lambertz, G. (1997) Electrophysiological correlates of categorical phoneme perception in adults, NeuroReport, 8, p. 919-924.

Dufour, S.; Nguyen, N. & Frauenfelder, U.H. (2007) The perception of phonemic contrasts in a non-native dialect, Journal of Acoustical Society of America, 121, EL131-EL136.

Dufour, S.; Nguyen, N. & Frauenfelder, U.H. (en préparation) Does a training to identify a phonemic contrast extend to spoken word recognition?

Dupoux, E.; Pallier, C.; Sebastian, N. & Mehler, J. (1997) A destressing “deafness” in French?, Journal of Memory and Language, 36, p. 406-421.

Evans, B.G. & Iverson, P. (2004) Vowel normalization for accent: An investigation of best exemplar locations in northern and southern British English sentences, The Journal of the Acoustical Society of America, 115, p. 352-361.

Evans, B.G. & Iverson, P. (2004) Vowel normalization for accent: An investigation of best exemplar locations in northern and southern British English sentences, The Journal of the Acoustical Society of America, 115, p. 352-361.

Floccia, C.; Goslin, J.; Girard, F. & Konopczynski, G. (2006) Does a regional accent perturb speech processing?, Journal of Experimental Psychology: Human Perception and Performance 32, p. 1276-1293.

Janson, T. & Schulman, R. (1983) Non-distinctive features and their use, Journal of Linguistics, 19, p. 321-336.

Näätänen, R.; Lehtokoski, A.; Lennes, M.; Cheour, M.; Huotilainen, M.; Iivonen, A.; Vainio, M.; Alku, P.; Ilmoniemi, R. J.; Luuk, A.; Allik, J.; Sinkkonen, J. & Alho, K. (1997) Language-specific phoneme representations revealed by electric and magnetic brain responses, Nature, 385, p. 432-434.

Pallier, C.; Colomé, A. & Sebastián-Gallés, N. (2001) The influence of native-language phonology on lexical access: Exemplar-based versus abstract lexical entries, Psychological Science, 12, p. 445-449.

Sumner, M. & Samuel, A.G. (2009) The effect of experience on the perception and representation of dialect variants, Journal of Memory and Language, 60, p. 487-501.

Werker, J.F. & Tees, R.C. (1984) Cross-language speech perception: Evidence for perceptual reorganization during the first year of life, Infant Behavior and Development, 7, p. 49-63.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Dufour et Noël Nguyen, « L’influence de la langue maternelle dans la perception de la parole », TIPA. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage, 27 | 2008, 39-49.

Référence électronique

Sophie Dufour et Noël Nguyen, « L’influence de la langue maternelle dans la perception de la parole », TIPA. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage [En ligne], 27 | 2008, mis en ligne le 22 janvier 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tipa/272 ; DOI : 10.4000/tipa.272

Haut de page

Auteurs

Sophie Dufour

Laboratoire Parole et Langage, CNRS, Aix-Marseille Université

sophie.dufour@lpl-aix.fr

Noël Nguyen

Laboratoire Parole et Langage, CNRS, Aix-Marseille Université

noel.nguyen@lpl-aix.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue TIPA. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Parole et Langage
  • Logo CNRS
  • Logo Aix Marseille Université
  • OpenEdition Journals