Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Lectures critiques

Laurent Rieutort et Jacques Spindler (dir.), Le Tourisme de mémoire. Un atout pour les collectivités territoriales ?

L’Harmattan, 2015
Olivier Lazzarotti
Référence(s) :

Laurent Rieutort et Jacques Spindler (dir.), Le Tourisme de mémoire. Un atout pour les collectivités territoriales ?, L’Harmattan, 2015.

Texte intégral

  • 1 En ligne [consulté le 9 mars 2017] : http://webtv.iadt.fr/channels/#le-tourisme-de-memoire-un-atout (...)

1La mémoire, un argument touristique ? Vingt-quatre textes et une thématique. Le lecteur parcourt le monde, traverse les sciences sociales et explore, de lieux en itinéraires, quelques-unes des manières contemporaines de faire du tourisme. Voilà l’ouvrage. Il réunit une très grande richesse de matériaux et d’approches et reprend le colloque d’avril 2015 qui lui servit, à Clermont-Ferrand, de source. Filmées, les interventions sont du reste visibles sur le site internet de l’Insitut d’Auvergne du développement des territoires1.

2L’organisation du livre tient en trois parties. Elles ouvrent les perspectives du champ. Six textes déclinent la première. Ils examinent quelques modalités de productions mémorielles. La gastronomie, la littérature, l’histoire s’y retrouvent. En neuf textes se déroule la seconde qui traite de la mise en tourisme des mémoires. C’est l’occasion d’aborder, avec la Nouvelle-Calédonie, la question des mémoires multiples des sociétés partagées, parfois déchirées, pour sortir du bel unanimisme d’une seule et unique mémoire pour tous. Ailleurs, c’est l’occasion d’examiner les conséquences des choix en matière de localisation des sites : sur place ou dans les métropoles, analyse D. Chevalier ? Davantage tournée vers l’opérationnalité, les huit textes de la troisième partie balaient des champs aussi diversifiés que les fêtes Jeanne d’Arc d’Orléans – fêtes ou célébrations ? –, les funérailles camerounaises en pays Bamiléké ou le musée de la Grande Guerre de Meaux, entre autres. Les réflexions sur la gouvernance des phénomènes touristiques et leur reconnaissance statutaire font aussi partie du propos.

3La définition « officielle » du tourisme de mémoire date du début des années 2000. Initiative de l’État pour ce qui est du cas français, il s’agissait alors « d’intéresser les jeunes générations aux conflits du xxe siècle » (p. 335). Les sites ainsi considérés accueillent aujourd’hui 6,2 millions de visiteurs (p. 259). Mais le phénomène est ancien. Il prend, en effet, une part de son importance après la Première Guerre mondiale et ce sont les acteurs privés, parmi lesquels Michelin et son guide (p. 334), qui participèrent à sa diffusion. S’agissait-il, du reste, de « tourisme » ? Logiquement donc, l’introduction lance d’emblée le débat : « La définition même du “tourisme de mémoire”, encore mal stabilisée, constitue un des enjeux de cet ouvrage. » (p. 15) Mais ses suites restent, peut-être, un peu floues. Le tourisme de mémoire est-il une catégorie d’analyse scientifique – et dans ce cas, par exemple, en quoi se distingue-t-elle des autres ? – ou bien, comme l’oriente le sous-titre du livre, une expression marketing ? Et si, par hypothèse, « l’identité territoriale [était] assimilable à l’identité de marque […] » (p. 286) ? Les enjeux ne seraient alors pas qu’économiques : valoriser, en les singularisant par l’appel aux mémoires, les territoires. Ils deviendraient aussi politiques, en posant implicitement les limites entre un « nous » et des « autres ».

4La problématique des liens entre tourisme et mémoires est utilement posée, mais la notion de « tourisme de mémoire » est-elle la meilleure entrée pour le faire ? Et s’il n’y avait pas de mémoires sans tourisme ? Voire sans touristes, les grands absents de ce livre ? Ou si, plus exactement, tourisme et touristes étaient des acteurs, pleins et entiers, de processus de mémorisations dont les marques, traces et autres signes prennent l’espace pour inscription ? C’est en tout cas l’un des grands mérites de ce livre que d’avoir richement permis de soulever la question.

Haut de page

Notes

1 En ligne [consulté le 9 mars 2017] : http://webtv.iadt.fr/channels/#le-tourisme-de-memoire-un-atout-pour-les-collectivites-territoriales

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Lazzarotti, « Laurent Rieutort et Jacques Spindler (dir.), Le Tourisme de mémoire. Un atout pour les collectivités territoriales ? », Mondes du Tourisme [En ligne], 12 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/1337

Haut de page

Auteur

Olivier Lazzarotti

Université de Picardie - Jules-Verne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mondes du tourisme est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Portail Espaces
  • OpenEdition Journals