Navigation – Plan du site
Recherche – Varia

La balnéarisation sous conditions locales. Les concurrences à propos de « l’identité communale » à Saint-Brévin en Pays de Loire.

Arnaud Sébileau

Résumés

Partant d’un dépouillement exploratoire des archives municipales de la commune de Saint-Brévin-les-Pins, cet article essaie de reconstruire les espaces sociaux localisés au sein des communes rurales qui, sous l’impulsion des transformations objectives et symboliques de la redéfinition de l’usage des sols et de leur exploitation, sont requalifiées en « stations balnéaires ». Montrant ainsi qu’à Saint-Brévin, le travail de prosélytisme en faveur des « bains de mer » ne relève pas des mêmes rapports sociaux que dans une commune comme Pornic, située à quelques kilomètres plus au sud, l’analyse des rapports de force et de sens à propos de l’appropriation des terres et de l’aménagement des territoires permet de mettre en évidence les concurrences à propos de « l’identité communale ». À Saint-Brévin, ces luttes opposent élus et acquéreurs hétérochtones jusqu’en 1900, date à laquelle le conseil municipal entérine le changement de nom de la commune. Par la suite, ce sont d’autres prosélytes qui contestent aux élus brévinois la publicité et la définition de l’exploitation du littoral. Ce travail est une invitation programmatique à procéder à la comparaison de la manière dont, avec plus ou moins d’efficacité selon les configurations qu’elles rencontrent, les fractions dominantes de populations d’origine urbaine s’engagent dans la conquête locale du pouvoir sur « le local ».

Haut de page

Notes de l’auteur

Les données collectées ici l’ont été dans le cadre d’un dépouillement préalable des archives municipales de Saint-Brévin sur plusieurs périodes de cristallisation des luttes à propos de « l’identité communale ». Une attention particulière a ainsi été portée sur : les années 1789-1810, durant lesquelles se jouent les délimitations intercommunales ; les années 1850-1859 quand une partie des terres de la commune sont l’objet de luttes entre la commune et l’État ; les années 1870-1873 lorsque des acquéreurs réclament à la commune des concessions sur leurs propriétés ; l’année 1900, date à laquelle la municipalité change de nom. Ces choix ont été orientés par l’exploitation secondaire de travaux d’historiens « amateurs » du pays de Retz, notamment André Duru (2009), Renée Guillemin et Michel Tessier (1982) ; Henri Dardelin (2004), rédacteur en 1931 de la seule monographie sur Saint-Brévin. À ces lectures s’est rajoutée la collecte de données de seconde main sur Saint-Brévin ou sur ses communes limitrophes dans des travaux d’universitaires spécialistes du littoral ligérien et du balnéaire, particulièrement ceux de Johann Vincent (2007) : ces bribes d’informations ont été réutilisées au service de la démonstration. La détermination de ces « découpages » se fonde ainsi sur l’identification, après croisement des informations puisées dans ces diverses lectures, des moments de remises en cause – si ce n’est de « crises » – de l’emprise municipale sur les terres communales et sur son « identité ». Outre les luttes locales (comme les conflits juridiques entre l’État et la commune de Saint-Brévin à propos des sables sur la période 1850-1859, ou les concessions sur les terres de la commune entre 1870 et 1873), les évènements nationaux qui eurent des effets sur la « municipalisation » brévinoise ont aussi circonscrit le début de notre recherche : de 1789 à 1810, lorsque la question des frontières municipales et de la protection des frontières maritimes est posée, avant l’élaboration du cadastre, par les administrations successives dans un contexte de guerre civile et de conflits avec d’autres nations.

Texte intégral

Ce travail est soutenu par la région des Pays de la Loire dans le cadre d’un projet « Recherche-formation-innovation » (RFI) sur la Sociogenèse de l’attractivité balnéaire ligérienne (Sabl). Ce projet, supporté par AngersTourism Lab, repose sur la collaboration de sociologues et géographes du laboratoire Espaces et sociétés de l’université d’Angers (ESO, CNRS 6590) et du Centre nantais de sociologie (CENS, FRE CNRS 3706).

  • 1 Intégralement numérisées, ces délibérations sont consultables sur le site des archives départementa (...)

1Inspiré par une lecture exploratoire des délibérations municipales de la commune de Saint-Brévin-les-Pins, en Loire-Atlantique, cet article vise, par la contextualisation du cas brévinois, à formuler quelques hypothèses nouvelles de travail sur la « balnéarisation du littoral » en insistant sur les enjeux relatifs à la maîtrise de l’espace et les concurrences à propos de « l’identité locale1 ». Orienté par le souci de ne pas se laisser emporter par la reconstruction a posteriori d’une histoire du bord de mer trop linéaire car trop détachée des particularités et variations en la matière, le point de vue adopté ici est donc de revenir au détail des données, de prendre au sérieux les singularités des configurations locales et de privilégier les aspects monographiques afin d’identifier les conditions locales d’adhésions ou a contrario de résistances à la promotion du « tourisme balnéaire ». Il s’agit donc, en se centrant sur l’histoire brévinoise, de s’interroger sur les concurrences à propos de l’économie touristique et de montrer qu’elles sont indissociées des rapports de force et de sens à propos de « l’identité communale » et de la définition légitime de l’exploitation locale des sols et du littoral. Une telle optique devrait permettre de soulever, au moins à titre programmatique, les questions auxquelles devrait se confronter une enquête encore à faire sur les contextes localisés au sein desquels une commune est transformée ou non en « station balnéaire ».

  • 2 Sur la prudence épistémologique à propos du terme « identité » et qui justifie les guillemets ici u (...)

2Pour ce faire, dans une première partie, nous essaierons de démontrer les intérêts épistémologiques à décentrer l’analyse de la demande de bains de mer et à s’intéresser à l’état des rapports de force et de sens locaux à propos de « l’identité communale » afin d’éclairer sous un autre jour la légitimation de l’économie de services aux « étrangers » et la genèse des « stations balnéaires2 ». Dans la seconde partie, nous montrerons comment le cas brévinois exige effectivement de prendre en considération de manière plus contextualisée les antagonismes de classe corrélatifs de l’opposition entre autochtones « ruraux » et hétérochtones « urbains » à propos de l’usage et l’exploitation légitimes du bord de mer. Nous insisterons dans un troisième temps de la démonstration sur les enjeux relatifs à l’emprise sur le marché foncier communal, notamment en terme de préservation des intérêts paysans et de leur définition de l’exploitation des terres ; et enfin, en nous référant au constat de la diversité sociale des promoteurs des usages préventifs et curatifs de la baignade dans la région qui nous intéresse et en insistant sur les marchés que les médecins ont intérêt à promouvoir lorsqu’ils travaillent à la publicité des « bains de mer » et des usages thérapeutiques du littoral, nous relativiserons l’idée selon laquelle, à l’origine de la « balnéarisation », se trouverait un inédit « désir de rivage » au xviiie siècle (Corbin, 1990).

Le monopole politique de « l’identité communale » en question

  • 3 Voir à ce sujet la définition que Max Weber (1971) donne de l’autonomie qui « signifie, à la différ (...)
  • 4 On ne saurait oublier que les « baigneurs », ou plus précisément leurs corps, vont être l’objet d’e (...)

3Encore partielle et parcellaire, la lecture préalable des archives brévinoises permet, dans l’optique de saisir la genèse des « stations balnéaires », de déplacer le regard habituellement centré sur les « baigneurs » et leur encadrement vers une analyse sociologique de l’espace politique, des concurrences qui lui sont spécifiques (entre élites politiques des communes limitrophes notamment) et de son éventuelle hétéronomie avec d’autres espaces eux-mêmes interdépendants et localement engagés dans la « balnéarisation ». Au cœur de ce travail, se trouve ainsi l’objectivation des rapports entre espaces dont on ne peut présumer l’indépendance ou l’autonomie relative3. Par exemple, et sans que la liste soit exhaustive, l’attention peut être portée sur les relations de l’espace politique avec celui des promoteurs « des bains de mer » (journalistes, médecins, rédacteurs de guides touristiques…), celui des propriétaires terriens qui ne se confond pas intégralement avec celui des exploitants agricoles, celui des prestataires de services (parmi lesquels hébergements, restauration…), celui de l’aménagement territorial (architectes, ingénieurs des ponts et chaussées…) et celui de la « gestion curative et normative des corps » (Baud, 1993 : médecins, encadrants des activités récréatives…4).

  • 5 Les travaux par exemple de Bernard Toulier ou d’Élisabeth Justome, sans le formuler ainsi, invitent (...)

4Les écarts chronologiques d’imposition du « tourisme balnéaire » comme marché légitime et comme investissement « public » prioritaire pourraient ainsi être expliqués, en chaque configuration locale, par le pouvoir différencié dont dispose chacun de ces espaces à imposer ses propres vues et intérêts aux autres. Par exemple, c’est dans la défense de leur emprise locale sur le marché foncier et la propriété des terres contre l’administration centrale que se révèle la relative autonomie qu’essaient de préserver les élus du conseil municipal lorsque, entre 1833 et 1859, ils saisissent la justice pour contester l’inclusion des lais de mer au domaine public et faire valoir leur pleine appartenance à la municipalité. Après que ces élus ont obtenu satisfaction, les lais de mer sont l’objet d’un plan de partage : ils sont pour partie revendus aux plus offrants (parmi lesquels des notables de Paimboeuf et de Nantes) ou deviennent l’objet d’aménagement des voies de communications. Si la municipalité a alors remporté une bataille judiciaire, elle n’en est pas moins régulièrement concurrencée au cours du xixe et au début du xxe siècle par l’administration centrale comme par les nouveaux propriétaires (réunis en associations et en syndicats d’initiatives) à propos de la bonne exploitation des sols et, de manière concomitante, du bon aménagement du territoire communal5. En 1810 c’est l’État, en la personne de Napoléon Ier, qui exige par décret la fixation des dunes par ensemencement (Vincent, 2007) ; entre 1828 et 1859, plusieurs propriétaires nouvellement arrivés sur la commune demandent des concessions sur les sables et la possibilité de planter des pins (Duru, 2009 ; Guillemin et Tessier, 1982) ; en 1881 est fondée, à l’initiative de certains d’entre eux, la Société des terrains et bains de mer de Saint-Brévin-l’Océan qui, notamment, réclame l’aménagement des accès à la mer et des voies de circulations (Duru, 2009) ; en 1910, une « Association syndicale des propriétaires, habitants et habitués de Saint-Brévin-les-Pins » assura le financement de l’empierrement des routes et la publicité de la commune auprès des sociétés de tourisme (Dardelin, 2004) ; en 1927, le syndicat d’initiative de Saint-Brévin, composé pour partie d’ex-membres de la première association fondée en 1910, se donna pour mission « de réaliser toutes mesures propres à développer la prospérité » de la commune et entreprit pour ce faire des « démarches auprès des Compagnies de l’État, des Messageries de l’Ouest pour l’amélioration des moyens de communication avec Saint-Brévin » (Dardelin, 2004).

  • 6 La compréhension de cette autonomisation est l’enjeu central de la recherche en cours sur le littor (...)
  • 7 On peut ici se reporter aux travaux de Mathis Stock pour se donner une idée de la manière dont la g (...)
  • 8 La population brévinoise stagne entre 1800 et 1850 (de 913 à 1 026 habitants) ; mais elle augmente (...)

5Si, d’un point de vue diachronique, il est possible d’affirmer que tout au long de la période qui va de la fin du xviiie siècle au début du xxe siècle, « l’intrusion balnéaire » contribue à transformer le littoral et ses communes, on ne peut que constater que cette « intrusion » s’organise, s’institutionnalise et témoigne de la transformation des rapports de force au sein des localités concernées. La relative et progressive autonomisation entre espace politique et espace de la paysannerie laisse envisager la dissociation entre les enjeux relatifs à la préservation des intérêts agricoles au début du xixe siècle et des enjeux de reconnaissance politique de plus en plus subordonnés à une population non autochtone, citadine et non paysanne (Vincent, 2007)6. Plus précisément, sans doute faut-il d’un point de vue sociologique s’attarder d’une part sur le fait que cette transformation, ou, plus précisément, cette redéfinition, cette préservation de l’identité communale est l’enjeu constant de luttes entre groupes sociaux qui ont des conceptions différenciées, voire antagonistes de l’économie, des marchés, des populations légitimes pour lesquels devraient s’orienter la politique communale, tant en termes d’aménagements que de construction identitaire7. D’autre part, d’un point de vue synchronique, en chaque période identifiée, l’état du rapport de force entre ces groupes n’est pas le même, et se reconfigure probablement au gré de la recomposition et des modifications de recrutement du conseil municipal (eux-mêmes assujettis aux changements de régimes à l’échelle nationale) ; des transformations plus générales du mode de vie paysan sur cette période (Agulhon, 1976) ; et des variations démographiques qui s’accélèrent à compter de 1890, avec sans doute l’arrivée de populations non natives qui s’installent à Saint-Brévin8. C’est donc tout un programme de recherche qui exige de se concentrer sur l’identification sociale des élus, des agents de promotions du balnéarisme, des néorésidents et propriétaires qui achètent des terres et investissent dans la promotion de la commune, les ressources culturelles, leur capital d’autochtonie, les rapports et relations qu’ils entretiennent et leurs stratégies respectives pour décrire, en chaque période, les conditions sociales de disqualification, au profit d’autres priorités pour la collectivité, de l’accueil saisonnier d’une population de visiteurs, ou à l’opposé, de sa légitimation comme « clientèle » à capter et « marché » à conquérir au service de tous.

Rapports de classes en bord de mer : usages urbains de la plage et exploitations paysannes du littoral

  • 9 Il ne suffit pas de dire que « la juxtaposition sociale des usages impose parfois l’intervention de (...)

6Effectivement, du côté des marchés que représentent les « bains de mer », l’attention portée aux dates et à ce qu’en disent les archives municipales incite à décrire plus précisément la « juxtaposition d’usages » différents de la mer sur les plages et à affiner les constats d’une disparité territoriale en la matière (Corbin, 1990, p. 100). C’est là aussi une invitation à ne pas être trop oublieux que les différences sociales ne s’objectivent pas nécessairement et exclusivement dans de simples relations de cohabitations, sur la plage comme ailleurs, mais aussi parfois par des antagonismes et des rivalités quant à l’occupation de l’espace, si ce n’est par des rapports de force et de sens sur l’usage légitime de la mer, de l’estran et des dunes9.

  • 10 On peut se référer en l’occurrence à Bernard Michon (2011), qui a notamment bien analysé les relati (...)

7Les usages préexistants de la mer, différents selon l’histoire locale, ont, comme cela a été souligné par les spécialistes de l’économie du littoral ligérien, pu faire l’objet de redéfinitions au profit de ceux considérés par leurs promoteurs comme plus rentables, si ce n’est plus acceptables et plus légitimes10. Mais ce constat a été fait sur les activités économiques les plus visibles ou, plus précisément, les plus sujettes à enregistrement officiel car liées à des industries. La pêche, la cueillette, l’exploitation de l’estran par les paysans-pêcheurs du littoral ne sont pas l’objet d’une comptabilité et d’un enregistrement administratif comme peuvent l’être les échanges liés à la circulation des navires marchands. Qu’en est-il donc des exploitations locales du littoral non sujettes à commerce avec les villes alentours, et rendues « invisibles » parce que moins – voire nullement – suivies par l’administration sauf sous la forme exclusive de l’interdiction ou de la condamnation ? On ne peut que noter, par exemple, l’opprobre officielle qui s’abat par l’intermédiaire d’un arrêté municipal sur les pêcheurs à Saint-Brévin en 1828, non en raison de leur activité de pêche à pied, mais bien plus en raison de leur nudité quand ils s’y adonnent. Postérieure aux critiques du docteur Thoré, visiteur de Biarritz en 1810, envers la nudité des paysans venus des montagnes sur la côte profiter de la mer, la décision du conseil municipal brévinois révèle l’exploitation de la plage et de l’estran par les « sans-voix » brévinois. Plus même que leur nudité, ce décret dévoile le regard extérieur qui commence à se poser sur leurs us et coutumes. Dans les deux cas, il s’agit bien d’une disqualification des usages autochtones et d’antagonismes relatifs à des rapports socialement différenciés au corps, et l’on pourrait en déduire une « pression » exercée sur les populations locales par les « baigneurs ». Mais c’est peut-être accorder plus d’importance au discours des promoteurs du « bain de mer » qu’ils n’en ont comparativement à d’autres groupes initialement hétérochtones qui, sans témoigner d’un prosélytisme en faveur des usages curatifs et récréatifs de la mer, tentent en s’installant dans les communes du littoral d’y introduire leurs propres visions de l’usage des sols et de la mer. Il est tout à fait notable qu’en 1810, alors qu’il n’y a pas encore à Saint-Brévin de promoteurs de « bains de mer », la réaction à l’encontre de la nudité des pêcheurs provienne des autorités municipales qui, en cette commune, légifèrent à ce propos de manière consécutive aux injonctions du préfet (Duru, 2009). Le monopole de la gestion normative des corps est, dans la commune, assuré aux détenteurs de la représentation municipale et aux autorités publiques tant que des « entrepreneurs de morale » ne viennent pas contester les habitudes locales en la matière (Becker, 1985).

  • 11 Les délibérations municipales brévinoises ont été lues dans leur intégralité sur la période 1789-18 (...)

8Dans les archives municipales brévinoises, force est effectivement de constater qu’avant 1828, ce « problème d’ordre public » n’occupe que peu de place : il s’avère que, si l’on se fie aux délibérations que nous avons préalablement parcourues et aux préoccupations premières des autorités brévinoises, les quelques visiteurs dont l’existence est signifiée le sont en raison de leur propension à acquérir des terres dont la propriété est discutée11. C’est précisément leur souhait d’en imposer une exploitation contraire aux usages locaux qui pose problème : l’introduction de parcs à huîtres est notamment refusée par la population locale (Duru, 2009). C’est là une hypothèse forte que permet de formuler le travail préalable engagé et exploité ici : c’est peut-être moins « un désir de rivage » et « une nouvelle harmonie avec la mer » qui orientent l’intrusion de populations urbaines dans les communes du littoral que la possibilité d’accéder à la propriété et, éventuellement, à son exploitation selon des modalités redéfinissant les usages agricoles locaux. Pour ce qui concerne la période qui va de la Révolution jusqu’à la fin du xixe siècle, si l’on restreint à la France l’étendue sur laquelle on cherche à saisir les transformations relatives aux espaces littoraux, la caractéristique incontournable à prendre en considération est l’absence d’homogénéité et la prégnance des particularismes locaux soulignés à l’occasion de multiples travaux d’historiens portant sur le monde rural, mais qui tous signifient effectivement l’importance de la question du marché foncier et de la redistribution des terres.

9Ces enjeux, depuis 1789 jusqu’au moment (différent selon les configurations locales), où les statuts des communaux et des biens aux propriétés incertaines seront enfin clarifiés, sont consubstantiels de « l’identité communale » (Bois, 1960 ; Weber, 1983 ; Vivier, 1998). Cette diversité territoriale à l’échelle nationale se traduit, entre autres déterminations toutes liées aux pesanteurs de l’histoire, par des exploitations distinctes des ressources agricoles sur les terres du littoral ; par l’appartenance ou non à une aire portuaire conditionnant les échanges économiques locaux, et donc par l’orientation ou non de l’activité vers la pêche, l’agriculture, le commerce, voire l’industrie support du trafic maritime (Michon, 2011) ; par les rapports nécessairement distincts entretenus entre « élites » locales et nationales (corrélatifs notamment des stratégies de préservation de la distance ou de la proximité avec le pouvoir central) ; et enfin par l’état des relations entre « notables » ruraux et urbains situés à proximité (Agulhon, 1970). Aussi pourrait-on dire que, pour chaque commune du littoral dont l’histoire permet a posteriori de dire qu’elle va devenir une « station balnéaire », la question qui se pose est d’abord celle de la terre plutôt que de la mer. Au risque de paraître facétieux, avant même de pouvoir construire sur un terrain privé un établissement de balnéothérapie, un casino face à la mer ou des lieux de villégiatures, encore faut-il que des biens fonciers placés sur la plage ou non loin d’elle soient potentiellement l’objet d’échanges économiques.

La défense des terres et de leur exploitation agricole face aux « étrangers »

10Question centrale, plus que ne l’est alors la « baignade » dont la définition normative et la promotion sont monopolisées par quelques avant-gardistes, le marché des terres incluses sur le territoire communal est d’autant plus l’objet de l’attention des municipalités que la propriété communale de ces terres leur est contestée et devient ainsi l’enjeu de la préservation du patrimoine foncier local. Dans le cadre de ces luttes, « l’identité locale » est toujours invoquée comme elle l’est lorsque des propriétaires terriens tentent d’imposer des usages qui portent atteinte aux exploitations habituelles des sols du littoral. Dans les deux cas, les enjeux sont la conquête ou la préservation pour les détenteurs du pouvoir politique local d’une autonomie quant à la définition identitaire de la commune, quant au maintien de son économie agricole jusqu’alors dominante et quant à la préservation des intérêts des paysans.

11à Saint-Brévin, deux épisodes au moins en témoignent. En janvier 1872, les habitants manifestent devant la mairie contre la demande faite par Mr Goupilleau, négociant nantais, propriétaire récent de terres cédées en 1859 sur lesquelles il construit des écluses à poissons et qu’il envisage de transformer en parc à huîtres. Cette demande, qui porte atteinte à l’exploitation commune et sans entrave des rochers pour la récolte de goémon ou de coquillages, est refusée par le conseil municipal, dont la position laisse encore envisager le souci de préserver les usages agricoles de l’estran et le souci de ne pas se dissocier de la population paysanne :

  • 12 Délibération du 14 janvier 1872.

Le conseil croit de son devoir de donner son avis sur cette question qui lui paraît de la plus haute importance au point de vue de l’agriculture et de l’alimentation des populations qui profitent actuellement des ressources du rocher [concerné]. Le conseil partage le sentiment de la population et exprime le vœu que toutes les écluses à poissons soient supprimées dans les plus brefs délais et, dans le cas de leur maintien, qui est nuisible à l’intérêt général, il proteste de la façon la plus énergique contre leur transformation en parc à huîtres12.

  • 13 Nous n’avons pas, à ce stade, plus d’information sur Mr Goupilleau ou le comte de Tilly.

12Une demande similaire suivra en 1878, de la part du comte de Tilly, propriétaire de terrains au nord de la commune13. Il réclame la concession exclusive de la côte pour y établir des parcs et bouchots à moule et essuie le refus de la municipalité :

  • 14 Délibération du 28 juillet 1878.

En présence d’une population émue et troublée par la pensée que, par concession faite à Mr de Tilly, elle peut être menacée de perdre les ressources que lui donne le littoral, le conseil partage ses craintes et ses inquiétudes et déclare que de temps immémorial, les habitants de la commune puisent sur cette côte une notable portion de leur subsistance et les engrais marins qui font la prospérité agricole et qu’accorder la concession serait lui enlever à la fois une partie de son alimentation et les éléments indispensables à son agriculture. Le conseil déclare surtout qu’il a la conviction que quel que soit le succès de l’opération que veut entreprendre Mr de Tilly, la valeur du résultat qu’il pourra obtenir n’atteindra jamais la valeur de la prospérité agricole qui sera détruite et anéantie par le fait de cette concession14.

  • 15 À propos des transformations des formes de propriétés foncières, les pages de Karl Marx à propos de (...)
  • 16 On peut en l’occurrence se référer aux travaux de Max Weber (2014) pour se doter d’un modèle analyt (...)

13En cette période durant laquelle se manifeste déjà la présence de populations hétérochtones à la commune qui investissent dans des terrains du bord de mer, l’autorité de la municipalité s’affirme contre celui qui conteste, contrecarre, porte atteinte aux modes d’exploitation des sols et du rivage propres à l’économie paysanne de subsistance qui oriente encore le quotidien de la majeure partie des Brévinois15. L’arrivée d’une population en attente de services ou en exigence d’autres usages des terres, des sables et du rivage n’est pas légitimée comme « chances de gain » comme l’est encore leur exploitation agricole16. Doivent donc être questionnées les conditions sociales de légitimation du « tourisme balnéaire » et de la manière dont cette économie du service se concilie ou se substitue à l’économie paysanne telle qu’elle était définie jusqu’alors.

  • 17 À Saint-Brévin, comme dans les Landes, la singularisation par la pinède sera le produit d’un travai (...)

14Aussi peut-on dire qu’un projet de recherche sur la balnéarisation du littoral devrait aussi intégrer et orienter ses méthodes pour comprendre les transformations corrélatives de l’espace politique local et des modes de subsistances paysans. Celles-ci seules peuvent en effet expliquer les raisons pour lesquelles les sables et la côte, de ressources agricoles, sont requalifiés et légitimés en ressources touristiques et deviennent des « dunes » et des « plages », ou alors continuent à être associés à leurs exploitations ou non-exploitations initiales, à l’instar des « sables » qui, comme à Saint-Brévin, restent une terre pauvre réservée aux pauvres tant que leur ensemencement n’aboutit pas vers 1870. Une telle analyse consisterait donc à prendre pour objet les luttes à propos de « l’identité communale », dont la définition n’est pas à l’initiative exclusive des élus (Vivier, 1998) : chargés pourtant de la « représentation communale », les membres des conseils municipaux ne sont pas les seuls à déterminer ce que la commune donne à voir et à faire comparativement aux autres, ce qui constitue les substrats objectifs de sa singularisation en terme de paysages et de sols, ni même les principes à partir desquels se constituent ses possessions foncières17.

Promotions médicales du bord de mer et exploitations thérapeutiques du littoral

  • 18 Les recherches entamées depuis la rédaction de cet article laissent envisager que parmi les corps d (...)
  • 19 Ce processus est corrélatif de la « spécialisation médicale » alors à l’œuvre dans le champ de la m (...)

15La lecture des archives invite effectivement à constater la prégnance d’autres corporations, parmi lesquelles celle des médecins, dans la promotion des localités du bord de mer, par le biais des cures thermales et de la baignade en mer18. Néanmoins, le prosélytisme des médecins en faveur des localités du littoral et de leurs espaces naturels ne s’exerce pas partout de la même manière ni avec la même force. Séduisante lorsque l’on dépasse l’échelle de la monographie localisée, la thèse d’un nouveau « désir de rivage » soutenue par Alain Corbin a pour intérêt de signifier l’emprise médicale sur le travail de formalisation et d’imposition de la « mode des bains de mer » parmi les catégories dominantes. Mais si d’un point de vue historique ces travaux permettent une vue globale des transformations à l’œuvre et l’importance de la surface géographique sur laquelle elles se déroulent, ils effacent les disparités locales qui, elles aussi, en mettant en exergue les concurrences auxquelles se livrent les médecins, permettent de poser d’autres questions. Le cas brévinois et sa contextualisation locale invite à prendre acte de l’inégale répartition des offres de soins liées à l’exploitation de la mer et des décalages chronologiques et géographiques avec lesquels elles s’imposent. À la thèse chère à Alain Corbin d’une « institutionnalisation » des spécialités médicales et d’une normalisation des usages bourgeois de la mer conduisant à « l’invention » et à la promotion des cures thermales, le recours à la monographie permet d’ajouter celle d’une inégale distribution des ressources sociales parmi les médecins, où seuls les plus dotés en la matière peuvent réussir à rassembler et mobiliser suffisamment autour de leur projet (en terme de moyens économiques comme de soutiens sociaux) pour faire ouvrir un établissement de soins dans une station du littoral19. Celle-ci se trouvant, nécessairement, dans l’aire géographique au sein de laquelle se trouve leur surface sociale et « la clientèle » qu’ils envisagent de capter.

  • 20 Il est en de la définition des « bains de mer » comme de celle du « tourisme » : il y a plus à gagn (...)

16Ainsi, il s’écoule cent années entre les ouvertures de l’établissement thermal de Brighton, en Angleterre en 1730, à l’initiative du Dr Russel et destiné à la haute aristocratie anglaise, et de celui de Pornic en 1830, encouragé par le propriétaire du château et administré par le Dr Guilmin – qui publiera son Album des baigneurs et dont la clientèle, parmi laquelle se trouvent des membres reconnues des classes cultivées comme l’historien Jules Michelet, cible moins les catégories les plus proches du pouvoir (Guilmin, 1830). Comme il se déroulera encore 91 ans pour que, à quelques kilomètres de Pornic, soit ouvert en 1921 un sanatorium à Saint-Brévin-les-Pins à l’initiative du département de Loire-Inférieure, fermé en 1923 et converti en hôpital réservé aux indigents, aux colonies de vacances, aux enfants auxquels sont dispensés des séjours à l’air marin. Son médecin-chef, le Dr Henri Dardelin, est lui aussi promoteur des bains de mer et publiera lui aussi, en 1931, le premier guide à destination des « touristes », dont les séjours à Saint-Brévin remontent au milieu du xixe siècle. De tels écarts chronologiques et de telles différences sociales entre promoteurs médicaux des « bains de mer » doivent inviter à la prudence et à la vigilance quant aux conditions sociales de diffusion et d’imposition de cet usage singulier de la mer par ceux qui, pourrait-on dire, en initient l’offre d’encadrement. À titre de comparaison, Richard Russel, né le 26 novembre 1687 à Lewes en Angleterre, pharmacien et fils d’un chirurgien, écrit en 1750 un ouvrage sur les bienfaits de l’eau de mer. En 1752, il est élu membre de la Royal Society et, quelques années plus tard, la famille royale vient en villégiature à Brighton. Henri Dardelin est lui né en 1872 en France dans les Yvelines, auteur d’un ouvrage sur les effets sur le corps des différents corsets féminins, il s’installe tardivement sur la côte (il arrive à Saint-Brévin en 1927), sera nommé médecin-chef de l’hôpital de Mindin, et sa reconnaissance professionnelle ne dépend donc pas de la promotion des « bains de mer » ni d’une clientèle cossue. La prise en considération de telles différences peut aussi être éclairante à propos des usages sociaux de la « promotion touristique » du bord de mer, et évite de reprendre à son compte des catégories comme « station balnéaire », « station thermale », qui se formaliseront et seront diffusées a posteriori au service de la publicité politique ou médicale des localités ainsi désignées20.

17Car c’est précisément de cela dont il s’agit : l’implication de médecins comme Henri Dardelin dans la publicité de la commune brévinoise, notamment par la rédaction de guides touristiques a pour fonction la défense des intérêts non seulement de la municipalité, mais aussi des intérêts spécifiques de ces petits notables néorésidents qui ne sauraient être les mêmes selon les configurations locales et leurs propres trajectoires. Engagés dans des stratégies de reconnaissance au sein de leur espace d’appartenance où se jouent notamment la définition légitime de la gestion curative des corps et la conquête de clientèles distinctes (le sanatorium à Saint-Brévin n’a pas grand-chose à voir avec l’établissement de Pornic), les médecins comme Dardelin et Guilmin contribuent à la promotion du tourisme « balnéaire » en jouant aussi localement, mais différemment, l’acquisition et la conversion d’un capital d’autochtonie (Retière, 2003). Si, pour Guilmin, médecin précurseur installé dans une commune dont les élites sont proches voire issues de la bourgeoisie nantaise, il s’agit d’assurer la pérennité des marchés sur lesquels il investit sa notoriété professionnelle, pour Dardelin l’enjeu est peut-être plus la conversion d’un capital culturel en capital symbolique. Investir à Saint-Brévin au début du xxe, après l’arrivée des « touristes », n’est pas investir à Pornic au début du xixe siècle pour faire venir les « baigneurs ». Le travail « politique » de Dardelin repose ainsi moins sur la proximité avec les élites communales que sur des engagements multiples dans les syndicats de propriétaires et autres associations qui concurrencent la municipalité du point de vue de la définition de la bonne administration communale et lui permettent d’accéder progressivement au statut de « notable » local. C’est là tout l’intérêt du comparatisme : au-delà du constat d’un processus eisie naion de la bugetoral Colusesn

8< Ls enpothèse f pertes de lfélexis et qu recherche sen assppeent ànsi déautres quesiépasse l de la n ds seuls étéergreions qur l’ideosition de « tourisme alnéaire », Plus mhumement pa mobthodesues nt, ltransformation desune comptne doral, ou de larres c sans-vanitres(.2/a>. C’est p,n de lrer dssourrt,e que la e tourisme alnéaire », ose esmme Daestionn: chaoent lasest lérate le aisqualification dertie de d’une inconomie agrochttre e de pebsistance quysanne tde sa paents de inveuutionnasxcales et profit d’aue inconomie agientere ders la services ux pesarnnie, si ce n’est plu des «ocessus eipose t plur partie dr la prgitimation du aue in nt dre pavertures Alai l’explrieur qui celle du finie jur les rachanges éricoles, so plus lrticularre dnt par la rise en considération de aue inmande sitérochtones n terme de panière donvienv « no stvlages,» (Bede consttions sodvie paotidien d : ?oste auxsi d seriologiqu la thoblèmtione des pransformations des fo touritoire cdu povide» en jo station bs lnéaire », ncite à destionné quenjembler e ces petégories domactivis pourtique o ue lant la lel

8< Carrmbion socait donc àus précisément la comparndre les trages des es petégories d,eur exploitation ag leurs iffusion etds le cadre de enjeu erelatifs à la prfinition de la bolitique communale, égitime de t ces onopole de dorient ais inx souls à us, deis la r est cospenut par leautres qutenteurs de lainoir (qur l’idministration corritoriale ,itués à prs écluhon lqur prieur qà la afganise,ion bales auatie ios emme peu des «mbres repartenanceà ce quconstitue l,e panière dolatives ,es « balites cocales e», Plest len d’appartenance ou ce qélites coi est nussi une jeu estnant que letel: chpr de luétérochtones qui, récinduet aijustent à coautoritonie, le s’agit dne pas seissentrnx souls à us, du fit par l l’identité communale », dosuce que laivent intre pl devieir lescommune, qus surs, nis culre dsodvie pallectivifa class="footnotecall" id="bodyftn20" href="#ftn12"2(.2/a>. s q» locales et(Lvèlios e198. COulus précisément la emprise mr le liclaroonnieent de munal estsur la cnitresi des inlations entre nue pavtre les ncal et deexplra-cal ele commeral estsuexplra-mmeral e,e pouvoir celitique conicipal br le souvoir central)Une etelrogramme de recherche qurmettenrt d’en itam une exntologiq des uex baltio», t, quus précisément, les ressours de pouvoir polerrmationfe cet utnotabn que est làex batérêt général, », qui se foclare fott dans les cormes de prjustication des a promotion ducale in « bain de mer » qudans lecles des ’ideosition detionale seun captribô des lopace psdplan dte aux asagene t pros haute nivu de meidministration cogvertueent de ,imme cela fute cas detamment parr la restion du esables et du leur surtut d class="footnotecall" id="bodyftn20" href="#ftn13"3(.23a>.

div>

Notes

1 Intégralement numérisées, ces délibérations sont consultables sur le site des archives départementales de Loire-Atlantique (http://archives.loire-atlantique.fr/jcms/accueil-fr-j_6). Pour les périodes analysées pour ce travail de recherche, ont été dépouillés de manière exhaustive les cahiers allant de 1789 à 1800 et de 1800 à 1810. Pour les périodes suivantes, seules les dates de délibérations précisément repérées suite à la lecture d’autres travaux ont été consultées.

2 Sur la prudence épistémologique à propos du terme « identité » et qui justifie les guillemets ici utilisés en ce qu’ils désignent précisément les enjeux relatifs à l’identification communale, voir Brubaker, 2001.

3 Voir à ce sujet la définition que Max Weber (1971) donne de l’autonomie qui « signifie, à la différence de l’hétéronomie, que l’ordre du groupe est instauré par des personnes qui ne lui sont pas extérieures, mais par des membres du groupement en vertu de cette qualité ».

4 On ne saurait oublier que les « baigneurs », ou plus précisément leurs corps, vont être l’objet d’enjeux quant à la légitimité de leur encadrement : une telle approche, grâce à laquelle il est possible de penser autrement l’histoire de l’encadrement des « sports » s’inspire des travaux de Gildas Loirand sur l’histoire bien ultérieure de la « professionnalisation » du métier d’éducateur sportif (1996).

5 Les travaux par exemple de Bernard Toulier ou d’Élisabeth Justome, sans le formuler ainsi, invitent effectivement à poser la question du pouvoir des architectes et de leur emprise sur le marché de l’aménagement balnéaire (Duhamel, Talandier et Toulier, 2015 ; Justome, 2015).

6 La compréhension de cette autonomisation est l’enjeu central de la recherche en cours sur le littoral ligérien : identifier comment et à quel moment, selon les localités, les enjeux politiques se dissocient des enjeux de préservation des marchés agricoles et de l’économie foncière qui y est lié.

7 On peut ici se reporter aux travaux de Mathis Stock pour se donner une idée de la manière dont la géographie se saisit de la question des transformations des stations balnéaires (2015).

8 La population brévinoise stagne entre 1800 et 1850 (de 913 à 1 026 habitants) ; mais elle augmente de presque 60 % de son volume initial entre 1851 et 1901 (de 1 026 à 1 641 habitants).

9 Il ne suffit pas de dire que « la juxtaposition sociale des usages impose parfois l’intervention des autorités » (Corbin, 1990), encore faut-il répondre à la question des origines de cette intervention : qui mobilise les autorités ? Où particulièrement, et comment ? Et quelles résistances ou réactions cela suscite-t-il, si toutefois celles-ci se manifestent.

10 On peut se référer en l’occurrence à Bernard Michon (2011), qui a notamment bien analysé les relations et les interdépendances économiques entre les élites nantaises (notamment les armateurs et négociants) avec les « petites élites » des avant-ports nantais, dont Paimboeuf et Saint-Brévin. Ce travail sur la constitution de toute une « aire portuaire » montre, par la négative, qu’à l’aube du xixe siècle, dans les localités du littoral ligérien situées à proximité de la Loire, le commerce le plus visible et le plus légitime est celui qui est lié à la circulation maritime et fluviale des biens et des denrées. Il laisse deviner l’existence d’une économie des transports fluviaux qui bénéficierait aux quelques propriétaires d’embarcations à Saint-Brévin.

11 Les délibérations municipales brévinoises ont été lues dans leur intégralité sur la période 1789-1828.

12 Délibération du 14 janvier 1872.

13 Nous n’avons pas, à ce stade, plus d’information sur Mr Goupilleau ou le comte de Tilly.

14 Délibération du 28 juillet 1878.

15 À propos des transformations des formes de propriétés foncières, les pages de Karl Marx à propos des conversions du surprofit en rente foncière sont éclairantes (1977).

16 On peut en l’occurrence se référer aux travaux de Max Weber (2014) pour se doter d’un modèle analytique des luttes pour le pouvoir dominant constitutives de l’histoire des villes occidentales, et notamment sur la monopolisation des droits et privilèges relatifs à la maîtrise des marchés qui organisent les échanges locaux, font le pouvoir et contribuent à la singularisation d’une « ville ».

17 À Saint-Brévin, comme dans les Landes, la singularisation par la pinède sera le produit d’un travail militant autant que d’un ensemencement dont l’initiative revient aux acquéreurs des terres sableuses du Sud de la commune.

18 Les recherches entamées depuis la rédaction de cet article laissent envisager que parmi les corps de métiers auxquels appartiennent les agents impliqués dans la balnéarisation des communes du littoral ligérien se trouvent les notaires et les géomètres.

19 Ce processus est corrélatif de la « spécialisation médicale » alors à l’œuvre dans le champ de la médecine, analysé par Patrice Pinell (2005).

20 Il est en de la définition des « bains de mer » comme de celle du « tourisme » : il y a plus à gagner à essayer de comprendre les intérêts performatifs à énoncer ce que serait la pratique du « tourisme » – notamment pour mieux défendre l’idée d’une demande et d’un marché du tourisme –, que de contribuer au débat visant à identifier ce qu’est le tourisme et ce qui n’en est pas, qui est touriste et qui ne l’est pas.

21 Christophe Charle (2006) a bien souligné la manière dont les trois élites de la République investissent de manière différenciée dans la villégiature, qui peut être l’occasion de l’entretien et de l’extension de formes de sociabilités qui elles-mêmes s’objectivent dans des conquêtes du pouvoir politique local.

22 Que l’on songe par exemple aux ressources sociales et aux proximités entre « élites » qu’a supposé la création par décret, sous l’égide de la présidence de la République, la création en 1900 de la commune de Pornichet à l’initiative des acquéreurs de lots de terrains initialement situés à la fois sur les communes de La Baule et de Saint-Nazaire.

23 Par exemple lorsque Napoléon décide, par décret du 14 décembre 1810, la fixation des dunes par l’ensemencement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Sébileau, « La balnéarisation sous conditions locales. Les concurrences à propos de « l’identité communale » à Saint-Brévin en Pays de Loire. », Mondes du Tourisme [En ligne], 12 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/1350 ; DOI : 10.4000/tourisme.1350

Haut de page

Auteur

Arnaud Sébileau

Institut de formation en éducation physique et en sport d’Angers (IFEPSA-UCO), chercheur au Centre nantais de sociologie (CENS, FRE CNRS 3706) – asebi6@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mondes du tourisme est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Portail Espaces
  • OpenEdition Journals