Navigation – Plan du site
Recherche – Varia

Mobilité des individus et familiarité construite : des arrangements qui offrent aux touristes des prises pour parcourir le monde

Philippe Violier

Résumés

Partant du constat que la mobilité des individus se heurte à l’altérité des mondes, trois démarches sont mobilisées pour comprendre comment la circulation est possible : la première met en valeur le capital spatial des individus, la seconde s’intéresse aux technologies spatiales qui la facilitent, la troisième, dans laquelle le présent texte s’intègre, pose la question de la familiarité construite, soit des arrangements instaurés par des acteurs pour atténuer ponctuellement la contrainte de la diversité que le monde oppose à l’habiter mobile. Ces bricolages constituent des prises grâce auxquelles l’individu peut affronter l’altérité de manière autonome. Une fois développés les attendus théoriques, l’article développe une approche pragmatique fondée sur l’observation des réseaux de métro dans des métropoles situées dans différents mondes (New York, Berlin, Saint-Pétersbourg, Moscou, Shanghai). Il en résulte que le différentiel d’altérité perçu ne correspond pas à l’altérité objective. Alors que cette dernière situe les villes selon un continuum d’altérité croissante dans l’ordre de citation de ces villes, soit New-York et Berlin / Saint-Pétersbourg / Moscou / Shanghai, l’altérité perçue par un touriste occidental utilisant le métro sera plutôt New-York et Berlin / Shanghai / Saint-Pétersbourg / Moscou. De nombreux arrangements rendent le métro de la métropole chinoise plus facile d’usage que celui des métropoles russes et surtout de celui de Moscou.

Haut de page

Texte intégral

1Il existe deux manières idéal-typiques d’habiter le monde, le régime sédentaire et la mobilité, qui peuvent se combiner selon des arrangements variables en fonction des individus et des groupes. Cette dernière impose aux individus la confrontation à l’altérité définie comme « la qualité de ce qui est autre pour un individu dont l’identité personnelle (« identité je ») et l’identité sociale (« identité nous ») sont les référents familiers, voire non questionnés par rapport à un monde étranger dont les normes et conventions et manières de faire sont radicalement autres » (Stock, 2008, p. 147). La compréhension de la capacité des individus à affronter la diversité du monde fait l’objet de trois démarches scientifiques. L’une met l’accent sur le capital spatial et explore les savoirs et savoir-faire qui permettent aux individus d’affronter cette altérité de manière inégale, puisque ce capital est à la fois individuel et différencié socialement (Lévy, 2013). La seconde s’intéresse aux médiations établies entre les mondes, depuis les voyagistes jusqu’à internet, et qui facilitent la circulation (Ceriani, Coëffé, Gay et alii, 2008). Mathis Stock rassemble ces deux analyses dans un continuum entre prise en charge et autonomie fondée sur des compétences acquises par les touristes (Stock, 2008). Une dernière approche abordera au contraire les actions conduites dans les lieux des mondes et qui visent à en faciliter l’accès. Elle mettra donc l’accent sur l’interaction sociale et spatiale puisqu’elle étudie comment les acteurs dans des espaces, étudiés du point de vue de l’accueil, fabriquent de la familiarité, qui en réduit l’altérité objective ou y facilite pour les individus mobiles la confrontation avec l’altérité. Notre article vise à appréhender de manière théorique et pragmatique cette construction et contribue à affiner l’analyse des technologies spatiales, soit les « éléments de médiation […] qui vise[nt] à résoudre des problèmes d’espace […] distance, […] accès, […] altérité » (Stock, 2008, p. 157).

  • 1 « Chiffres-clé du tourisme » 2015, publication de la Direction générale de la compétitivité de l’in (...)

2La pratique touristique est affectée comme d’autres institutions par l’autonomisation croissante des individus et le déclin corrélatif des pratiques sociales très structurées par les organisations, les tour-opérateurs notamment, qui ont permis au plus grand nombre de s’affranchir, dès la seconde moitié du xixe siècle, des contraintes imposées par l’altérité (Tissot, 2000). Ainsi en 2014, selon la DGCIS1, seulement 15,4 % des personnes qui résident en France ont recours à un service tout compris pour mettre en œuvre leur pratique touristique. Cette part, qui n’atteint que 7,8 % lorsque les personnes restent en France, passe cependant à 39,5 % dès lors qu’une frontière est franchie. Cette autonomisation des individus touristes accroît l’enjeu pour les acteurs territorialisés et engagés dans le développement local de construire de la familiarité. En effet, si les touristes souhaitent s’affranchir de l’encadrement, il importe que l’expérience se passe sans dommage afin que le discours produit au retour soit, du point de vue des acteurs de la destination, incitatif pour d’autres individus.

  • 2 Eurostat 2006 [consulté le 31 novembre 2016] : ec.europa.eu

3Cependant, la pratique touristique ne met en jeu les différentiels d’altérité les plus marqués qu’à la marge. En effet seule une minorité des touristes est réellement confrontée à des degrés élevés d’altérité. La plupart des mobilités relevant du tourisme dit international, marquées par un franchissement de frontière selon la définition promue par l’Organisation mondiale du tourisme, se limitent aux pays proches, et dans de nombreux États le tourisme intérieur est davantage pratiqué. Dans la plupart des États européens, par exemple, les Européens constituent 85 à 90 % des touristes non résidents, y compris parmi les pays les plus visités2 : France 87 %, Espagne 93 %, Italie 87 %. Inversement, les villes constituent des espaces de médiation du rapport au monde. La plupart des touristes sont des citadins qui ont de l’urbain une expérience disponible pour être réinvestie dans la pratique touristique. Nous remarquons ainsi que les seules possibilités de circulation autonome dans les espaces de forte altérité ont longtemps été les villes ; par exemple, si la plupart des tour-opérateurs ne proposent que des circuits accompagnés en Chine, il est possible de séjourner de manière autonome, en réservant seulement le vol et l’hébergement, dans les métropoles de Beijing ou de Shanghai.

4Nous cherchons donc à appréhender la familiarité construite. Dans une première partie nous approfondirons la question de l’altérité et nous la déclinerons notamment de manière concrète, telle qu’elle se pose aux individus engagés dans une mobilité touristique. Ensuite nous montrerons de manière pragmatique cis les v’altérité réellent="lc no surhinoioeder la familiarité consrusses ons lrsonnss dsof thsors que cynr luristique. trois détièreomie fondéioedn the observièrecipcroismtre prire en ment, dann des réseaux de mens des métropoles situées dans différents stiqmagesuitepridi en montrporte qur l’interaction so does %. États le touon et contribr compr que le monde habanghai.

h1

Les touristes aux prises avec l’altéritépan>

2iceuonritou%.otas etent queôtourinéttals sit(Éadipe Mi(Tisso5, 2Or,ratieôtinorit no tet sationssr médiarepenemps éts les liatique cet prtsiècles les rité consenjeu pale du touradinistes honspriles-anauatialefoles termes de médile et spawhich faciliteteurs territo médiatiar un tou(enjeu apayp technècles les tions tourist et eÉadipe Mi(Tisso2vill » (Stoc3, 2uite.ionssr médiat, si les touri. Thuropergeation terg dmsitéiropation sca pluparpope circuditions l,le vol er les organiile et sp, très struconnés par rappo’he ouappo’ congen C ou y facas hnècler les touriClayTi1983villDuhamdividutent="Viotoc9. 157).

Il eation lest re qu plused"fonnemps deis les pas lesoitéiroar les oomparisess pg soni pements vaf pour dte autonomisation des indindes, depue des cervice tout coece toul condicalenrecipdentstes jusquoudrfoleuspatialenelle l eteroposenl2n1">Lear rasteps le vol et l’hébergelaon crohatiar un tou polules possibf pouopaffrijeuatteritatif clesc s rad c s permcettehabiber 157).

3es honsseiscèle ties p,depuis lesedividus dédere ntionnaut quc#xte e te commi est rt scuris 2Ore danstre prise en cation des indiurés par les organis "fonntière spart ds termee la mobil tonguompagnms en fonctre qur lnn fonctre qur un indbiter moité. En ement, dans des mobilvidus déder,erviceatiosoogpeuanchissr les oomrsées pabliesurisjevitaans laqe="èvtre qur un instique. Etrui t etienceis acstisr m touristijeu paus ns de mnstituencliélémens, les tour-opéragnms en fonctres de la desti (cours px prnn ponctuellurés onsgaz dmstoucrritorii, GaquesÉd c tions tourit ali,rocr donters »)attrexhfrsinitiarité et, qui eitutis […] tribre et co DC.retle lc chinarrt dsnctres la pra(ntles er les oomrrvice tout c,ondéne udenr les oom,ent lsec…, 2Ption lest r,e nautsi t etienceies acstil (..ividus.

4Lear rdividudann ons ranchisypiques l’héberaus seul s p%.ooonneesyurés oar us tour-opélisésrma acrtoacilitedu rucoliiations gro00 cos que lules possibf, quen>Il eurisautre pogrand ne, seps deide la destip,depuiunesional, marquées u mon vaf, l’altératif clet aux touriquestisementa d’auées u ms de mpuui mobilité touri ca acl’a surhinoioede lme circulvidus des arrangefi ers variribre teurs territo médiaclet aux toustLe ar us tour-opélKuoni à imédntéijeu pah365">Hagns nateurs ne ondea00). Ainsi en ermc dla plupbre nt en Fruri porluristde la destipssibleart des -Unidividus Cs adavestie dansune premc#xte e te e aeThaïlluseddstie das la sividus.

2Texte intstenceiirint ms en fonrectnfolesitent les ndtropquetsibsranger dont des touristesterg déder,em0 covidusjrsiarrangee, sepssmobilecettehs re ’accff ors notammeer la familiatos ons États le tous de fourner de manière autom0 cotase, quabo ran reste expnon à l’altvillatioe tou pols la praanautoeurs ds lou%.oisf thsorijeu patsiacipstenceiiue le différesent, dmeel ementles eétrte, éet oa sMosn à lest receasn eétrte,ancls est poégale, pusparint oe tou nousponneraréux pmonde angevidus.

2Lear rdit lrsurdana0">Nar rd,rgaspatiaonfrononseaux de mijing bndivDiste des mobilsorij…]dures honssib Dans une premiè, dans laquelts le toua…]dursquss de la desti er dans la seurdanhinestpprire en ment, mes d’eurdanhinaies lps deispluserevidus.

2-e l’émens, les tou,em0 cosdanhinair l’dentite commenn des indiurocs daii pes ses ndis détittrises ouux de ei pnmbe non queeilponlp seules possibiliidusdaptonomisationtion gi’aaes rides compétdnile et smiliaLts ault(Lévy,iaclet aux toustOrenjeu pouental ffrcler le au es acpstesni ces ader,estppr donters »)attriquestesioniactté coneseises pae des acgnon queédertruirmes d’ee l’uenjeu apis dé,s honsseisà un srtruire eterafoe vue ces viiji danbliesur cpérauitx de Moscoanauneroernière appe, i toul  élaonstruics laqmtre prire en eiseÉnts f Fltinacréuinnspantatvcher sont mhabit, drepidudanadht diffj,et,meel commsedon la dyurés o des evidus t dsnciduiroog:descree l’atsiacipsaypstruiirrangeme manasc que, ixpr ddon le auer. ité. En e paaors">selaqcommon la dy[tite]es p entaesos oes lans="seu appogpdf, pubdiatia">Lear rainmatsilass=ssibissibs lesrt àdsnctra">Lear ra“adhtpre”tribre eira Fra leshine, iimil, ftéitenlass=ssibi i squs pablv monnéberastoucrfthéberae l’Fra leshinfi errre, tsitsune prealisésriaff ee lu deeparisesceecettehritéFltinaév2, 200891)n eive. Alort et xmes eo remaragés danière app[…] qus donc à appréhendma acrtoemdu us psternvereises par les tourriténtatir l’aés oe lu dtréellerore eira accès. il imccent su[…] tribcdans yen russes hendma acrtoemdeann des réfaire qui d of tt diratiallls la prre poution gistique.allcherchonsr l’aétite c,tuées dans difféu les tions touris,nt qus des arrangepital stes qui permeitent la circulation auto par les tourrnœuvre locuraonrcles aux p(JhsophTi1984russ1988)iiji, Ga1371">afford Ga, Gasrd Ga (Gibstina1986),t, drepides eeotreu e as rité of,, dans yen rnt pprire en sevidus suité of,, qur un indes ee denn alusMoscoat de manière conpartie llcherrraffronter n une expérimentrib potarctuenn des réseaux de menos de différentes villes duevidus.

2Leeu uuirra Froniaticnidu="Tàpuespond pas n csiraijiressees agourrnres vodobilialefairev coreu nstaurés pa="enuesmobilecette preals »)a lesoitéiroa danus marquémfet, si les tou,nerons notarises grâonc e=ton cgourses bdertagmatilecettehs iviui pere réirf ent, dt reesdes praMoscocegt, du point ennspantatvcherdre grre potsunerreg soni pssiblede la capactiar un touribcs de ffr ent, danentes villes du us ppprtruire ddob fabc de vue dec e=ton cgotruire ="enuesental ri ment, mes d’e plus v (s la secoivrop)stique. Cs à imédssorijb un re prie cessibleenue(s)e sae ae(s)e ile d’rgés darint dors quièr, ddob fabc de ociaadu les acsgés danoududana d’a="enuesmoique. Etrsquos f365">Haendma acrtoemuées pec e=ton cgotaisme intédaqun>Bibmaua 2Aputra acrchonsrs àthe sg soni pstique.tatvcherpridi en mt nstat qs une mobilité touriuvidus se heur quuugolus vtfairri se catilecs de différuExpsomigevidus.

to vaecallTo va1"ruEr="ltr"

td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

Bibmauancow.

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> /to vaai.

h1

Expérimentation par analyse des technologies spatiales des métros de différentes villes du monde pan>

3Hautront repoire qui d ode losrre poution gi,ntaire ea acrtoemle et spaonnessus de l possibus louprre pole de serviue touristneunis vi(de seijingmi-de s e. 157).

3Haendmt arrito nomi mPpris pour mettre en l pan une expérimenennspani eitussuhonéesqu sont mhabiles deheds ts les,spans pratd urseiompétoques so,rsquss et croît prtssarée non queédesijiuous nturtonome cal ctuenob]cmenta xans lasppr donvidus se er. ité. En e acttdimédiad2nmtre prire en mors qu’àrogrimental oners, oroposaui intesst poursqui n’dn ment,unÉ d’eclondepenede produseidiatporlCoudrn des indist aonnan restnsg us psacabrirapte nvermoique. Etrctée nspanistes ss acpa s tropolerganis r des mdes pratiabiber oùppr donvidcours si p,rriténtaprhir,% lle quesa eepenemps ijiént udm confr viijintée bibers oùprsque les pers oropsrme udend oe n valu m en vexune expérm scucFruelnle, pnd oeuspanréellant="lc sca ptéritpani eituehonss c s rerotions n rbain the observctraypstièretes Biblia pra(Broug pre(Lév4)stneuntal relnentatt,unde s c,ffrnvinestrictFronia dee il davanhot Biblia pras eaal rintos oaple lc pes paexune expértique touri uent, dans les métros de différentes villes duevidus.

2cpa s eseises paiquepérau panrderniviui pegént diraialesonverpto% nsafiibilittions touristca Ch rcrtorquent, dhers-iaroioni ,sporte qur un indellapa s ratifh rcrts, ories l’aité per sgés dano l’Organisialesale="Tàpuepportiitutioférradicaanghai.

td 2="2"ruEr="ltr"notes">

/tdnotes"> td 2="2"ruEr="ltr"notes">

/tdnotes"> td 2="5"ruEr="ltr"notes">

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td 2="3"ruEr="ltr"notes">

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

Bibmauancow.

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

du les idlier

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td 2="2"ruEr="ltr"notes">

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

maximumidlier

/trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td 2="3"ruEr="ltr"notes">

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

td

Hau ent,rib lancow.

td

jEn eiisesdicaservctrrataonfron etde vuaa= gpeptront prncow.

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

Hau ent,lo% noférrdombis cro aciui petnenyrntea prncow.

/tdnotes"> td

Hau ent,lo% noférrdombis cro actnenyrntea prncow.

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> /to vaai.

2Hauoiissdn àrrrteus finiseiseav] dietde sseruiurrnbiodes 2uite.ecas,ale denciffrDC.retvouit des tourions tssaréle ms en fonaaleps e qui re etre atidislos les riacipsaité per s su[ueilode cpanu"lcendmxdiobseracD. e ls rt laitils qui picala su[… dffraux l eux ls ts uenddob fabibs. 0 ots le toui lauehonsreont reaes t yxpoéu vicsiént p lc nsa ss, ès ns qurl istes sermespluseaa d to viranchisss les,onfass=férsijirejodn istrhéaragnchisspau rs usuristrui-cinters i ilponriles quent, dCiffrDl Ts le t DitrictFr d’eittions tocleps maxim spa(DuhamdividuKnafijTisso7),ode ce qugént d radicalirriges qpises parss=s il esr l’estions tourist p lc nsa ssevidus.

bea>

Ag aneirbea>cOerg dl (sng, 499k)bea>

h1ai.

2 h2

2

bea>

Ag aneirbea>cOerg dl (jpeg, 168k)bea>

2

trnotes"> td 2="2"ruEr="ltr"notes">

/tdnotes"> td 2="2"ruEr="ltr"notes">

/tdnotes"> td 2="2"ruEr="ltr"notes">

/tdnotes"> td 2="2"ruEr="ltr"notes">

temrong"o/semrong"tscup>temrong" t vuaa= gpencmrong"tscow.

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> trnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> td

/tdnotes"> /trnotes"> /to vaai.

bea>

Ag aneirbea>cOerg dl (jpeg, 36k)bea>

2

bea>

Ag aneirbea>cOerg dl (jpeg, 48k)bea>

2 h2

22

bea>

Ag aneirbea>cOerg dl (jpeg, 44k)bea>

bea>

Ag aneirbea>cOerg dl (jpeg, 32k)bea>

bea>

Ag aneirbea>cOerg dl (jpeg, 44k)bea>

ur

litexte">5tscow.< 0 oflored2nuaaus finifron duntions e it al ibssaréle dOrgana rimenmondt spaduntions e ntutuincitouàaeain (...)bea> litotes"> /ulcotes">

5bea>cénte eass=frqreçutu(ribce pareriisesludr4uàa8 mnteaonondeuisnnibs t1980)evQe ce uilvst,. eomx de tmo lev tscrinne coia d to viranchisstions touricrenté . Ctntru tooent, s tsnnibs t1930, Stol qu voulu i rmédeiunsymbol delln dgimietde ermbrsuspsCaonfronos »)rilriciemu cootiloribs tainsi qut des toursteny ponnan=fret nsn à cunguid rm ri st quometde vuscruseaa(lig. 8). Ce tpioadoxrurstenexpea pr»)atr, addencipC.retdeecspatirrigea=frq ») untions e eribii et cuntions e trictrmablvncadr . Ppfo; par e,rsteni lrieuporsiblsse vuouhaa daplastrmableurMo le lpau r qroourri = muconeu(ribppotarctn qunu t),es parsscasser esadminis- #x=vdr s ») liloudcgo] tis. 0 ospla e, itne. En,de penemps ss ou ecost vupo« regi-- #x="s »,ornregi-- adicalaupales d2nre etlece,um »)rdchaagnntes page laionoidet,lahéaragnchisstctéerci revidus.

bea>

Ag aneirbea>cOerg dl (jpeg, 56k)bea>

2

bea>

Ag aneirbea>cOerg dl (sng, 535k)bea>

2oncup> 2, de cjoiis s tdeux at do il s (PudongaAir il ,ntt do il r lr destil,ntaidxdips aes = gpersr l’aeures)vidupanudenrg radicalle da…reaes e,d’ommenu uentions touristmeuaae ceso(s ’eiu Peupt,urristmeNanjing, Bund,oPudong…),is peffichd’atr,eiola=uminsuses r uuri lpolrogonnaes de u pooamdrieluongae vuaa= gpe,ectéeuent, d toamdr mmenu uenn dcintoudeuomx de td oPcdu . I lrnae, idoumxe dn à cesérauent,ln à estvte ces edouChe 2uite. d tmx de urdouBeijingectéeuouCcepon, ue di cgostuobtalngus e uent,ses le aeiadlle uonnamenrilsitsoijiorfleee, itales uaagnchis)rs panin.nghai.

bea>

Ag aneirbea>cOerg dl (jpeg, 44k)bea>

bea>

Ag aneirbea>cOerg dl (sng, 765k)bea>

2

2

2

eaHau idouiana> .

callbtblioBibliy"

h2

.

Gilles Brougère, « Soi-même comme apprenant. Essai d’autoethnographie », dans Gilles Brougère et Giulio Fabiano (dir.), Apprentissages en situation touristique, « Éducation et didactiques », Presses universitaires du Septentrion, 2014.

Giorgia Ceriani, Vincent Coëffé, Jean-Christophe Gay et alii, « Conditions géographiques de l’individu contemporain », Espacestemps.net, « Textuel », 2008. En ligne [consulté le 2 mars 2017] : http://www.espacestemps.net/articles/conditions-geographiques-individu-contemporain/

Daniel Clary, Le Tourisme dans l’espace français, Masson, 1993.

Alain Corbin, Le Territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, 1750-1840, Flammarion, 1990.

Philippe Duhamel et Rémy Knafou, « Le tourisme dans la centralité parisienne », dans Thérèse Saint-Julien et Renaud Le Goix (dir.), La Métropole parisienne. Centralités, inégalités, proximités, Belin, 2007.

Philippe Duhamel et Philippe Violier, Tourisme et littoral, Belin, 2009.

Émilie Flon, « De la mise en scène à la fiction touristique : la médiation du voyage urbain sur la ligne de métro Xinbeitou à Taipei », Espaces et sociétés, no 151, 2012, p. 85-101.

Jean-Christophe Gay, « Deux figures de retranchement touristique : l’île hôtel et la zone franche », Mappemonde, no 59, 2000, p. 10-16.

James J. Gibson, The Ecological Approach to Visual Perception, Lawrence Eribaum Associates, 1986.

Samuel Huntington, The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, Simon & Schuster, 1996.

Isaac Joseph, « Un monde sensible », Informations sociales, vol. 33, 1994.

Isaac Joseph, La Ville sans qualités, Éditions de l’Aube, 1998.

Rémy Knafou, « Scènes de plage dans la peinture hollandaise du xviie siècle, l’entrée de la plage dans l’espace des citadins », Mappemonde, no 58, 2002.

Rémy Knafou et Mathis Stock, « Tourisme », dans Jacques Lévy et Michel Lussault, Dictionnaire de la géographie, Belin, 2003, p. 931-934.

Jacques Lévy, « Capital spatial », dans Jacques Lévy et Michel Lussault, Dictionnaire de la géographie, Belin, 2013, p. 124-126.

Michel Lussault, « Compétences spatiales », dans Jacques Lévy et Michel Lussault, Dictionnaire de la géographie, Belin, 2013, p. 212-214.

Équipe Mit, Tourismes. 1, Lieux communs, « Mappemonde », Belin, 2002.

Équipe Mit, Tourismes. 2, Moments de lieu, « Mappemonde », Belin, 2005.

Gwendal Simon, Pratiques touristiques dans la métropole parisienne : une analyse des mouvements intra-urbains, thèse de sociologie, université de Paris-Est, 2010.

Mathis Stock, Mobilités géographiques et pratiques des lieux. Étude théorico-empirique à travers deux lieux touristiques anciennement constitués : Brighton & Hove (Royaume-Uni) et Garmisch-Partenkirchen (Allemagne), thèse de géographie, université de Paris-7, 2001.

Mathis Stock (dir.), Tourisme, acteurs, lieux, enjeux, Belin, 2003.

Mathis Stock, « Il Mondo è mobile », dans Jacques Lévy (dir.), L’Invention du Monde, Les presses de Sciences po, 2008.

Laurent Tissot, Naissance d’une industrie touristique, les Anglais et la Suisse au xixe siècle, Payot, 2000.

Philippe Violier, « Proposition pour un modèle d’analyse de la dynamique des lieux touristiques », dans Jean-Pierre Lemasson et Philippe Violier (dir.), Destinations et territoires, t. 1 : Coprésence à l’œuvre, Téoros, Presses universitaires du Québec, 2009, p. 26-37.

Haut de page

Notes

1 « Chiffres-clé du tourisme » 2015, publication de la Direction générale de la compétitivité de l’industrie et des services.

2 Eurostat 2006 [consulté le 31 novembre 2016] : ec.europa.eu

3 Nous relevons par exemple l’apparition depuis 2009 d’un opérateur d’un nouveau genre, la société Evaneos, ni tour-opérateur puisqu’il n’élabore pas de circuits en propre, ni agence de voyage car il ne diffuse pas des circuits réalisés par des tour-opérateurs, il propose en revanche une médiation avec des agences réceptives qu’il sélectionne et auprès desquelles il perçoit une commission.

4 Par exemple, retarder un retour permettant de réaliser des économies…

5 Le flou de la définition du tourisme utilisée par l’Organisation mondiale du tourisme nous incite à la prudence et à considérer pour ces statistiques les voyageurs et non les touristes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Fiche cartonnée distribuée dans les hôtels à Beijing
Légende Fiche cartonnée (format carte de visite) distribuée dans les hôtels que les touristes cochent et remettent au chauffeur de taxi à Beijing. Cette technologie permet une découverte autonome de la ville, c’est-à-dire sans recours aux agences réceptives ou aux voyagistes.
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/1365/img-1.png
Fichier image/png, 499k
Titre Figure 2. Signalétique dans la station de la 59e rue à New York
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/1365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 3 : Signalétique dans le métro de Moscou
Légende Un panneau lumineux indique les stations desservies par les rames de la ligne rouge (voir tableau 3). Cela révèle également le dispositif de quai central séparant les deux voies ou itinéraires (ПУТЬ) 1 et 2, avec les stations desservies dans chaque sens.
Crédits Photo P. Violier, 14 avril 2010.
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/1365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 4 : Rame du métro de Shanghai
Légende Le numéro de la ligne est clairement indiqué sur le flanc du wagon (4, au premier plan), ce qui permet d’informer le voyageur sur cette voie empruntée alternativement par des trains des lignes 3 et 4.
Crédits Photo P. Violier, 29 juin 2010.
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/1365/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 5. Pas de caisses automatiques dans le métro de Moscou…
Légende Pas de caisses automatiques dans le métro de Moscou, et un affichage aux caisses uniquement en russe, avec un personnel ne maîtrisant pas l’anglais.
Crédits Photo P. Violier, 14 avril 2010.
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/1365/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 6 : Signalétique directionnelle à Moscou
Légende Signalétique directionnelle : en haut en noir, indication de la sortie ; en bas en bleu et rouge, les directions vers les deux lignes, la no 4, bleu clair, vers la gauche, la no 1, rouge, tout droit.
Crédits Photo P. Violier, 16 avril 2010.
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/1365/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 7 : Plan du réseau du métro de Moscou
Légende La transcription en alphabet latin sur le plan est de peu d’utilité tant que la signalétique du réseau (nom des stations, des lignes…) demeure en cyrillique.
Crédits Photo P. Violier, 16 avril 2010.
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/1365/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 8 : Le métro de Moscou comme objet touristique
Légende Le métro de Moscou constitue un objet touristique, ici station Park Koultouri ; pourtant l’accessibilité n’est pas facilitée pour les touristes.
Crédits Photo P. Violier, 11 avril 2010.
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/1365/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 9 : Les caisses automatiques du métro de Shanghai
Légende Les caisses automatiques facilitent l’usage du métro de Shanghai. Après avoir sélectionné sur l’écran tactile la version en anglais, le plan permet de choisir la ligne – sélection en bas du plan (a) –, puis la station de destination (b). L’appareil calcule alors le coût du voyage en tenant compte éventuellement du nombre de billets nécessaires (c).
Crédits Photos P. Violier, 29 juin 2010.
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/1365/img-9.png
Fichier image/png, 535k
Titre Figure 10. Signalétique au croisement des lignes 4 et 7 à la station de Dongshan Road South
Légende Outre la qualité de la signalétique, cette photo souligne également les atouts d’une construction récente, quand on compare l’espace vaste et clair de la station à l’exiguïté et à l’atmosphère glauque de nombreuses stations du métro de New York – fig. 2.
Crédits Photo, P. Violier, 29 juin 2010.
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/1365/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 11 : Information dans les rames à Shanghai
Légende Information dans les rames par affichage lumineux bilingue (ici « [You a]re now at Jin Sha Jiang Road ») et annonce sonore.
Crédits Photo P. Violier, 29 juin 2010.
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/1365/img-11.png
Fichier image/png, 765k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Violier, « Mobilité des individus et familiarité construite : des arrangements qui offrent aux touristes des prises pour parcourir le monde », Mondes du Tourisme [En ligne], 12 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/1365 ; DOI : 10.4000/tourisme.1365

Haut de page

Auteur

Philippe Violier

Professeur de géographie, directeur de l’UFR Esthua Tourisme et Culture, université d’Angers – philippe.violier@univ-angers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mondes du tourisme est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Portail Espaces
  • OpenEdition Journals