Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus de thèse

Georgeta Stoica, La Communauté et l’étranger entre la pêche et le tourisme. Le cas du village de Hezra (delta du Danube, Roumanie)

Thèse de doctorat en ethnologie, université Paris X Nanterre et université de Pérouse, dirigée par Cristina Papa et Raymond Jamous (soutenue le 26 février 2010)
Georgeta Stoica
p. 102-104
Référence(s) :

Georgeta Stoica, La Communauté et l’étranger entre la pêche et le tourisme. Le cas du village de Hezra (delta du Danube, Roumanie), thèse de doctorat en ethnologie, université Paris X Nanterre et université de Pérouse, 2010.

Texte intégral

  • 1 Hezra n’est pas le véritable nom du village mais un nom de pure invention. En raison des conflits a (...)

1Cette thèse se propose de montrer, dans une perspective critique, les pratiques, les représentations et les rhétoriques d’un village roumain du delta du Danube, Hezra1, focalisant l’attention sur les stratégies des acteurs dans une “arène” ayant pour enjeu central l’utilisation des ressources naturelles. Ces stratégies s’inscrivent dans un processus plus vaste de transformation qui affecte l’ensemble de la zone à partir des pratiques et des politiques de protection de l’environnement qui sont intégrées à divers projets de développement social et économique du territoire. Elles sont élaborées et mises en place par des acteurs qui utilisent l’écart de savoirs et de pouvoirs au sein de populations locales et entre celles-ci et l’extérieur. De plus, à la suite de la construction d’un complexe touristique à côté du village traditionnel, ce dernier doit faire face à un développement rapide du tourisme. Bien que promue, au début, par un entrepreneur extérieur, l’activité touristique a été développée au fil du temps par les habitants, en particulier les femmes, qui en ont fait la principale ressource économique du village, tout en composant avec la pêche qui diminue progressivement. Cela a représenté une reconversion économique qui n’est pas sans effets sur les relations sociales, les relations entre les sexes et les formes de vivre et d’habiter.

2Deux fils conducteurs ont structuré ce travail : d’un côté, les modifications émergeant au sein de la communauté locale et, de l’autre, les rapports de celle-ci avec les étrangers, ou, en somme, comment l’étranger est caractérisé sur un mode ambigu, étant soit sujet, soit objet des manipulations.

  • 2 J’ai adopté comme méthodologie de recherche l’enquête de terrain de longue durée (douze mois), l’ob (...)

3Mes enquêtes de terrain ont été effectuées en Roumanie, dans un village de pêcheurs d’origine ukrainienne situé à l’intérieur de la réserve de la biosphère du delta du Danube. Il s’agit d’un village isolé, accessible uniquement par voie navale et qui, jusqu’à 2006, représentait le plus important centre de pêche à l’esturgeon du delta du Danube. Les activités de recherche2 ont été effectuées pendant les années de transformation du village ; j’ai ainsi pu ainsi analyser ce phénomène et faire une recherche ethnographique sur ces changements en cours. Au cours de ce travail réalisé dans le delta du Danube, j’ai essayé de montrer l’entrelacement de diverses pratiques économiques et politiques à l’intérieur d’une communauté qui subit une très rapide transformation, due principalement à l’exploitation des ressources naturelles.

4Dans les dernières dix années, le village a dû faire face à de nouvelles règles qui limitent l’accès aux ressources naturelles, comme, par exemple, l’interdiction de la pêche à l’esturgeon pour dix ans (2006-2016) et le développement du tourisme de masse. L’étude des changements intervenus dans le delta du Danube a permis de révéler une nouvelle forme d’organisation de la communauté locale et du village. À la suite de la construction, à la lisière du village, d’un complexe touristique qui a déterminé la reconfiguration du territoire et de la localité, le village de pêcheurs s’est rapidement transformé en village touristique. Cette transformation est étroitement liée aux interventions des étrangers, de ceux qui ne partagent pas la même histoire que les habitants et à la promotion du tourisme en tant qu’activité alternative à l’interdiction de la pêche à l’esturgeon.

5Depuis dix ans, un homme d’affaires – que les habitants du village appellent l’Anonyme, d’après le nom de la fondation qu’il gère – y investit dans le développement du tourisme : achat de terrains, construction d’un camping et de villas de luxe, piscines, cinémas, discothèques. Avec ses activités, l’Anonyme occupe le terrain économique mais également le terrain social, à travers des aides économiques pour la modernisation de l’école et de l’église et avec des financements pour l’organisation de la fête du village. Les habitants ont déjà commencé à s’interroger sur les intentions de l’Anonyme, qui achète tout, communique le moins possible avec eux et reste toujours dans l’ombre. Il est évident qu’ils tirent profit du développement touristique du fait que, l’été, ils reçoivent les touristes dans leurs propres maisons, qu’ils améliorent pour donner plus de confort à leurs hôtes, mais ils savent aussi que le développement d’un tourisme non maîtrisé peut avoir des effets négatifs sur le village. De plus, la réserve de la biosphère du delta du Danube, les ressources naturelles du delta attirent l’attention de l’Anonyme ainsi que d’autres spéculateurs qui ont commencé eux aussi à acheter des terrains dans le village et à faire des affaires dans le champ du tourisme. De ce fait, les prix des terrains ont augmenté considérablement et de plus en plus d’étrangers s’installent dans le village qui est en pleine mutation, tiraillé entre le désir d’un développement économique et la préservation de son mode de vie. Mais cette économie ne profite que très peu à la population du village qui ne vit du tourisme que trois mois par an, pendant l’été. Les fameux pêcheurs d’esturgeon de Hezra sont désormais très peu nombreux, et beaucoup d’entre eux ont renoncé à l’activité traditionnelle de pêche pour promener les touristes sur les canaux du delta et se lancer eux aussi dans des activités touristiques.

6L’Anonyme, après y avoir acheté une grande partie des terrains, est aussi devenu le propriétaire des ressources halieutiques et devient peu à peu le seul opérateur économique possédant aussi bien le pouvoir économique qu’administratif, au point d’influencer les résultats aux élections communales dans le village. Quant aux habitants, certains sont employés dans le complexe touristique, mais ils effectuent toutes les tâches les plus humbles et l’affaire fonctionne ainsi grâce à une main-d’œuvre très bon marché. L’Anonyme est conscient de cette réalité, mais ses projets d’investissements sont nombreux. Il communique surtout au sujet des activités sociales et de protection de l’environnement, du mécénat social ou de concepts comme le développement durable de la réserve de la biosphère du delta du Danube.

7Je me suis donc interrogée sur la façon dont ces transformations affectent la communauté locale et dont celle-ci réagit aux règles extérieures et à l’arrivée de nouveaux acteurs locaux.

8On peut dire, à partir de la recherche menée dans le delta du Danube, que c’est précisément la conservation des ressources naturelles qui est à l’origine du conflit entre les résidents et l’administration de la réserve de la biosphère du delta du Danube. Les populations locales sont souvent considérées comme une menace pour les équilibres environnementaux, et cela rend “nécessaire” la limitation des activités traditionnelles et la promotion de la patrimonialisation des savoirs et des cultures locales pour le tourisme, en déconnectant ces pratiques de leur contexte originel. Ce qu’on a vu à Hezra est, d’une part, semblable à ce qui se passe dans d’autres aires protégées, où les programmes de conservation entraînent une résistance locale et des conflits, mais est, d’autre part, différent, du fait que les transformations induites par la protection environnementale s’ajoutent à celles liées à un renversement radical du système socio-économique, à l’intérieur duquel la modernisation et l’homologation à des modèles néolibéraux ne prévoient rien quant à la préservation des réseaux de protection pour les groupes sociaux les plus faibles.

9Aujourd’hui, face aux changements continus qui touchent le delta (institution de la réserve de la biosphère, limitation des activités économiques en raison de la protection de la nature et de l’espèce ; nouvelles réglementations, développement du tourisme de masse) et face à la présence des différents acteurs (institutions, pêcheurs, touristes), on peut parler :

  • d’une perte de pouvoir des habitants sur la gestion et l’accès des ressources naturelles ;

  • d’une diminution du nombre de pêcheurs (80 pêcheurs par rapport à 400 dans les années 1990) et d’une forme de résistance passive comme le braconnage ;

  • d’une désagrégation de la communauté locale ;

  • du développement incontrôlable d’un tourisme de masse ;

  • d’une exploitation de la figure de l’étranger pour assurer la présence de la communauté sur le territoire.

10À tout cela il faut ajouter un nouveau changement : la gestion du tourisme par les femmes, qui a changé le mode de relation à l’intérieur de la famille. En raison de la diminution de l’activité de pêche, ce sont les femmes qui maintenant ont le pouvoir économique au sein de l’activité touristique tandis que les pêcheurs se limitent à promener les touristes sur les canaux du delta.

11Le cas de ce village, qui reflète au niveau local ce qui se passe à un niveau global, m’a sans nul doute permis d’analyser la situation conflictuelle que suscite l’apparition de nouveaux acteurs sociaux (investisseurs privés, ONG, commerçants, administrateurs) ayant une grande influence économique et politique sur le plan local.

Haut de page

Notes

1 Hezra n’est pas le véritable nom du village mais un nom de pure invention. En raison des conflits autour de l’accès aux ressources naturelles et aussi économiques du village, j’ai décidé de ne pas utiliser dans le texte le vrai nom du village.

2 J’ai adopté comme méthodologie de recherche l’enquête de terrain de longue durée (douze mois), l’observation participante, l’entretien, le journal de terrain, la prise de vue photographique et la vidéo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georgeta Stoica, « Georgeta Stoica, La Communauté et l’étranger entre la pêche et le tourisme. Le cas du village de Hezra (delta du Danube, Roumanie) », Mondes du Tourisme, 7 | 2013, 102-104.

Référence électronique

Georgeta Stoica, « Georgeta Stoica, La Communauté et l’étranger entre la pêche et le tourisme. Le cas du village de Hezra (delta du Danube, Roumanie) », Mondes du Tourisme [En ligne], 7 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/198

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mondes du tourisme est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Portail Espaces
  • OpenEdition Journals