Navegación – Mapa del sitio

Prologue: Les changements d’apres l’histoire economique: un bref aperçu

François Doligez y Solène Morvant
p. 8-12
Este articulo es una traducción de :
Prólogo: Los cambios a la luz de la historia económica: una breve reseña

Texto integral

1La décennie des années 1990 a été, tant au Mexique que dans l’isthme centraméricain, une période de profonds changements caractérisée par un contexte de libéralisation économique et financière ainsi que d’intégration régionale avec les États-Unis d’Amérique. Pour pouvoir apprécier l’amplitude de ces changements, la connaissance des réalités antérieures et des ruptures qui ont introduit les nouveaux paradigmes est primordiale. Sans tomber dans la nostalgie, les modèles actuels sont souvent considéréscomme des références absolues et impossibles à dépasser alors que les théories économiques et les politiques publiques qui en découlent se révèlent éphémères et invitent à une analyse beaucoup plus relative de leurs fondements.

2Dans les années 1950, l’optique keynésienne considérait que les problèmes de marché provenaient du manque de disponibilité de capital ou plutôtde l’insuffisance de l’épargne. De ce point de vue, le sous développement économique était le résultat d’un investissement faible tant au niveau micro que macro économique. Cependant, on admettait aussi que, dans un tel contexte, l’impulsion donnée à l’investissement ne pouvait provenir d’une augmentation de l’épargne puisque les pauvres n’avaient pas la possibilité de faire des économies. Le crédit public apparaissait donc comme l’instrument privilégié des politiques de développement financier pour accompagner la croissance économique. Durant cette période, la priorité n’était pas à l’impulsion d’une intervention financière mais plutôt à l’attribution des ressources à des activités économiques exclues du secteur bancaire existant, en particulier la production agricole destinée à l’exportation. Les intermédiaires financiers s’étant révélés inadéquats ou inexistants, on nationalisa certaines banques (Inde, Indonésie, Mexique, etc.) ou on créa des banques de développement agricole.

3 Le financement de ces politiques eut pour résultat un niveau d’endettement toujours plus élevé des pays du Sud. Par ailleurs, dans les années 1970, la crise pétrolière et la conjoncture économique aggravèrent le déficit des pays du Nord, en particulier celui États-Unis. La hausse des taux d’intérêt rendit insoutenable le remboursement des emprunts contractés au niveau international et provoqua la crise de la dette inaugurée par le Mexique en 1982. En même temps, face aux problèmes d’administration du crédit public – taux élevé de non paiement, etc. – et face à la délégitimation de l’État dans la pensée libérale, l’«optique keynésienne» céda la place au «consensus de Washington». La libéralisation financière vint effacer la vision des systèmes financiers comme partie intégrante des politiques de développement économique.

4 La théorie de la «répression financière» née des travaux de MacKinnon (1973) considérait que la capacité de financement de l’investissement économique serait limitée par l’inexistence de marchés efficaces pour assurer l’intermédiation des ressources entre les agents avec excédent (épargnants) et les agents ayant besoin de liquidités (investisseurs). L’inexistence de tels marchés est due, d’après cette approche, «à des politiques erronées de répression de taux d’intérêt et de crédit sélectif» (Studart 2005). En fait, l’intervention de l’État dans le marché financier ne semble pas être justifiée par les problèmes de l’intermédiation financière qui seraient la conséquence de marchés incomplets, par contre elle indique précisément que les marchés continuent à être incomplets et restent dans un ample secteur financier informel. Cette vision se trouve confirmée par le rapport annuel sur le développement de la Banque mondiale en 1989 (World Development Report, 1989).

5 Ces théories servirent de base aux expériences de réduction du rôle de l’État et des politiques de libéralisation financière à la fin des années 1980. Le débat sur les conséquences économiques de ces politiques demeure d’actualité mais on observe dans de nombreux pays une forte extraversion du système bancaire accompagnant l’ouverture à l’extérieur, ainsi qu’une plus grande instabilité financière suivie, dans divers contextes, de faillites bancaires et de récession économique. La liquidation de la plupart des banques de développement dans toute cette région, toutcomme la crise financière de 1994 au Mexique, illustrent ces tendances. Les systèmesfinanciers laissèrent de nombreux secteurs d’activité des économies nationales sans accès au crédit bancaire.

6 Le paradigme de l’économie néo-institutionnelle affirme depuis les années 1970 que le marché ne se réduit pas à des rapports de prix et quantités entre agents et propose d’incorporer le contexte institutionnel à l’analysedu marché. Selon cette vision il faut tenir compte dans cette analyse des aspects qui ne sont pas considérés comme centraux dans l’optique néoclassique: cadre juridique, structures de pouvoir, accès à l’informationet même les caractéristiques du système politique. Ainsi,des auteurs commeJoseph E. Stiglitz, qui ont critiqué l’hypothèse de la distribution parfaite de l’information, ont montré qu’il existe des problèmes d’attribution des ressources à long terme – rationnement du crédit – causés par des failles dans la transmission de l’information. Le phénomène d’asymétrie de l’information peut introduire des inefficacités dans les marchés financiers: les prêteurs ont des difficultés à différencier les bons projets – haut niveau de rentabilité, bas niveau de risque et bas niveau d’inaccomplissement – des mauvais projets. Pour se protéger des risques d’erreur dans la sélection – choix de mauvais projet– et du risque moral, la solution choisie par le prêteur est d’imposer un taux d’intérêt supérieur au taux d’équilibre du marché, ce qui mène à une diminution de l’offre de crédit.

7 Face à ces problèmes, encore plus importants en milieu rural, l’État a un rôle important à jouer pour améliorer l’infrastructure institutionnelle et compenser les failles de marché. Son rôle se voit ainsi réhabilité. Ces analyses théoriques invitent aussi à reconsidérer les organisations collectives informelles qui cherchent à ce que les individus qui les constituent aient de nouveau accès au crédit. Dans ce cadre, sont pris en considération de nouveaux acteurs surgis des actions collectives tournées vers la réductiondes risques et des coûts, associés à l’activité de services financiers en faveur des populations qui en sont habituellement exclues.

8 Dans un tel contexte, l’émergence de la microfinance, dont l’expérience emblématique est la Grameen Bank au Bangladesh, prend part aux nouvelles dynamiques visant la diminution de l’exclusion financière des pauvres partout dans le monde. À la fin des années 1990, le microcrédit est enfin reconnu comme faisant partie des politiques de réduction de la pauvreté. Cependant, le secteur de la microfinance reste très divers. En même temps que les mouvements historiques des coopératives financières qui se sont organisées depuis la fin du XIXe siècle en Europe et au Canada (Raiffeisen, Desjardins, etc.) à partir de la collecte de l’épargne locale, des formes plus récentes d’institutions de microfinance se sont créées grâce au crédit solidaire. De nos jours, les expériences pionnières s’intègrent davantage dans les systèmes financiers nationaux et, dans les expériences plus commerciales, elles obtiennent la figure juridique de banquescomme l’illustre bien l’expérience de «¡Compartamos!» [Partageons!] au Mexique.

9 La répartition géographique de cette offre est encore hétérogène et il convient de souligner qu’elle est toujours faible milieu rural. En effet, les obstacles à l’installation de services financiers dans les zones reculées sont énormes: basse densité de population, coûts d’opération, bas niveau de rentabilité des activités productives, risques, etc. C’est ainsi que dans ces zones où les enjeux sont très forts, une intervention de l’État s’est avérée nécessaire pour promouvoir l’implantation de services financiers, preuve en est l’effort de développement en train de se réaliser au Mexique depuis 2001 grâce aux programmes régionaux d’appui à la microfinance rurale (PATMIR). Mais cela n’empêche pas que continue à subsister un haut niveau d’exclusion financière malgré l’existence d’offre de services financiers. En effet, avoir accès à ces services ne signifie pas et n’implique pas forcément leur usage: un niveau de formation insuffisant, un manque d’information ou des prix et/ou coûts élevés constituent des obstacles qui conduisent à l’auto-exclusion de la part des population intéressées. D’autres obstacles tels que le rejet pour différentes raisons (risques, discrimination sociale, raciale etc.) provoquent ce que les auteurs appellent «involuntary exclusion» [exclusion involontaire] (Claessens 2006).

10 L’ampleur de ce phénomène dans le monde s’accompagne de l’espoir que le secteur de la microfinance puisse jouer un rôle central dans la réduction de la pauvreté. L’impact sur le développement au niveau macroéconomiqueest très limité car dans 47% des pays sous développés, la microfinance ne toucha pas plus de 2% de la population (dans 36% des pays le chiffre oscille entre 0 et 1%) (Peachy & Roe 2006). Pour le Mexique, une étude réalisée en 2005, montrait une couverture très limitée du secteur financier dans son ensemble: 25% de la population urbaine et 6% de la population rurale, avec une couverture plus basse encore dans les états marginés du Sud que dans les centres urbains métropolitains. La moyenne des habitants par succursale va de 5000 à 20000, avec une moyenne nationale autour de 10000 (Klaehn et al. 2005).

11 Au niveau microéconomique, les obstacles méthodologiques tout comme le manque d’études comparatives ne permettent pas de confirmer les résultats des analyses d’impact effectuées par les universitaires; se poursuit donc le débat au sujet de l’effet positif ou négatif de ces services financiers sur la vulnérabilité et le bien-être des pauvres.

12 Cependant, le débat continue entre les auteurs qui pensent que l’État devrait se limiter à améliorer les mécanismes de transmission de l’information et renforcer la régulation du secteur, et d’autres qui considèrent que l’État devrait intervenir directement grâce à des instruments de création de fonds, de garantie, de réduction de coûts de transaction à travers des mécanismesde redistribution tels que la bonification des taux d’intérêts. Quant à l’intermédiation financière, certaines politiques sont plus favorablesà une intervention directe alors que d’autres expérimentent de nouvelles formes hybrides d’articulation entre les pouvoirs publics et les institutions privées comme les «PPP» (Partenariats publico-privés).

13 Les nouvelles organisations financières sont plurielles quant à leurs origines sociales et se différencient suivant les contextes locaux. Leurorientation dépend de la nécessité de fournir des services financiers (épargne, prêts, assurances, transferts, etc.) aux agents économiques exclus de l’accès au secteur bancaire privé en essayant de résoudre le double défide créer des structures adaptées aux caractéristiques de cette demande et qui soient en même temps durables.

14 Dans ce contexte, ce numéro de la revue TRACE cherche à étudier en profondeur les tendances récentes et à illustrer leurs impacts sur les dynamiques de développement rural au Mexique et en Amérique centrale. Deux décennies de recul autorisent à analyser les progrès réalisés. L’analyse comparative peut aussi s’enrichir des contextes propres à chacun avec ses spécificités et parvenir à des configurations différentes entre les différents acteurs: État, acteurs nationaux et internationaux.

15 Pour comprendre ces changements nous nous appuyons sur un approche pluridisciplinaire combinant les analyses économiques à partir d’une optique sociologique et anthropologique couplée à une approche «positive»; les articles rassemblés dans ce numéro permettent de faire ressortir les tendances récentes et d’en évaluer les effets.

16 Ces transformations rapides sur les marchés financiers ruraux ne peuvent être comprises sans une analyse des changements et évolutions provoqués par le contexte de libéralisation économique du secteur agricole. À ce sujet, ce numéro de TRACE s’intéresse à  la conjoncture mexicaine après l’ouverture de l’ALENA. L’article introductif d’Éric Léonard, Bruno Losch et Fernando Rello analyse en particulier comment l’économie rurale se reconstitue à ce moment-là et quelles furent les mutations de l’action publique.

17 Pour approfondir l’analyse des marchés financiers ruraux, les principaux axes abordés sont les suivants:

  • Analyse de l’impact des politiques publiques sur les récentes évolutions du marché de crédit rural.

  • Évaluation de l’efficacité des nouveaux intermédiaires quant à la résolution des problèmes de liquidités auxquels les producteurs se trouvent confrontés et leur positionnement par rapport aux programmes de subventions publiques.

  • Analyse des répercussions de ces changements en termes de recomposition des circuits financiers privés ou informels (prêteurs privés, transactions liées, etc.).

  • Appréciation par les différents acteurs de ces nouvelles sources financières pour accompagner la diversification des activités économiques et la réduction des risques en relation avec d’autres alternatives telles que les migrations.

18Quatre articles enquêtent sur la situation mexicaine. Le premier, d’Emmanuelle Bouquet, offre un panorama historique des changements du financement agricole avec la réforme de la Banque publique de développement et offre une vision complémentaire du défi posé aux sources alternatives, coopératives ou sociétés financières apparues depuis la décade des années 1990. Ensuite, deux textes approfondissent l’importance croissante des transferts, leurs effets et interactions sur les pratiques financières et les organismes locaux. Dans le premier, Rafael G. Reyes et Alicia Sylvia Gijón-Cruz analysent la problématique à partir d’une perspective économique et creusent les relations entre migration et occupation professionnelle de plusieurs localité de l’état de Oaxaca. Dans le deuxième, Christophe Paquette et Laure Delalande offrent une analyse agrosystémique de l’impact des microbanques locales fortement liées aux transferts des émigrants. Enfin, dans son article, Gabriela Guzmán Gómez présente des monographies d’expériences d’organisations sociales en rapport avec la problématique de l’accès aux services financiers dans l’état de Veracruz.

19 Deux textes permettent d’étendre la vision à l’Amérique centrale. Johan Bastiaensen et Guy Delmelle analysent les défis des nouvelles finances rurales dans le cas du Nicaragua. Le compte rendu critique de Florent Bedecarrats sur le livre de Michelle Deugd, Hans Nusselder, Iris Villalobos e Ignacio Fiestas permet d’approfondir l’évolution des politiques publiques et des services financiers ruraux en Mésoamérique.

20 Cette vision d’ensemble n’aurait pu être possible sans la participation de nombreux chercheurs. Nous tenons à remercier ici les auteurs pour leurs contributions ainsi que les évaluateurs qui ont aidé à l’amélioration de la qualité des articles.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

François Doligez y Solène Morvant, « Prologue: Les changements d’apres l’histoire economique: un bref aperçu », Trace, 52 | 2007, 8-12.

Referencia electrónica

François Doligez y Solène Morvant, « Prologue: Les changements d’apres l’histoire economique: un bref aperçu », Trace [En línea], 52 | 2007, Puesto en línea el 06 agosto 2009, consultado el 17 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/trace/620

Inicio de página

Autores

François Doligez

iram-Université de Rennes 1, France. Es agrónomo y economista. Como ingeniero, es responsable de programa en el Institut de recherches et d’applications des méthodes de développement. Desde 2004 es profesor asociado en la Universidad de Rennes 1 y especialista en cuestiones de microfinanza rural en África del oeste y en Latinoamérica. f.doligez@iram-fr.org

Artículos del mismo autor

Solène Morvant

lefi-Université de Lyon 2, France. Es economista. Realizó su tesis de doctorado en la Universidad Lumière Lyon 2 sobre las microfinanzas en el medio rural mexicano misma que desarrolló durante una estancia en el cemca. Colabora con el equipo de la Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde, donde es directora del proyecto de microfinanzas y enseñanza en la Universidad París-Dauphine.solenmorvant@yahoo.fr

Inicio de página
iv>gnaler6.cookil M bicdo+s"s Ce| 2007Mencw">er6.c er. ))))))gralsublerus us orgef="2xml:laee)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">< ioin des annéfr">Mengales )))))))))))))))))) -toggle-docw">">Edia er. ))))))gralsublerus us orgef="2xml:laee)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">EdEdiat>Tl proyectulo: le[a href/pon.orgef="2xml:laee)))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">EdEdiades">Normade href/pon.orgef="2xml:laee)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">EdEdiades">vns diffmista. Comoe couvertber">19">EdEdiat>Eifics()h+: le[a href/pon.orgef="2xml:laee)))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">EdEdiade href/pon.orgef="2xml:laee))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))));:ignaler6.cookil ">

58&rev"nctor &voluéxa>Mengales )))))))))))))) -toggle-docw">">< ioin des annéfr">Mengales )))))))))))))))))) -toggle-docw">">Edia er. ))))))gralsublerus us orgef="2xml:laee))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">EdEdiat>Ebook" le[a href/pon.orgef="2xml:laee)))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">EdEdiadeCA | rmade href/pon.orgef="2xml:laee))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">EdEdiat>Apoyo le[a href/pon.orgef="2xml:laee)))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">EdEdiadePap ce cttion c>Dol19">EdEdiat>E foot le[a href/pon.orgef="2xml:laee)))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">EdEdiadeli> an>ade href/pon.orgef="2xml:laee))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">EdEdiat>footaiamañodo le[a href/pon.orgef="2xml:laee)))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">EdEdiade0185-6286a>ade href/pon.orgef="2xml:laee))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))rma er. ))))))gralsublerus us 1 ioin des annéfr">Mengales )))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">< ioin des annéfr">Mengales )))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">Edia er. ))))))gralsublerus us orgef="2xml:laee)))))))))) -toggle-docw">">EdEdiat>A160;& le[a href/pon.orgef="2xml:laee)))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">EdEdiade r leessiFreemium ade href/pon.orgef="2xml:laee))))))))))rma er. ))))))gralsublerus us 1 ioin des annéfr">Mengales )))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">< iolookilalcex; de fonds,okils.nav5442", ir-a ceféreotmedio rucettr/tr()hanos>

  • Mengales ))erus us 1 er. ))))))gral1 ioin des annéfr">Mengales )))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docwTracef="ales i">Mencw">us us 1 er. ))))))gralsublerus us orgef="2xml:laee)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">< ioloo bi -ice e reem>Trace>Mengales ))erus us -toggle-docw">">< er. ))))))graldocw">">< iolfvec/DOI / éancièrsues">Mengales ))erus us -toggle-docw">">>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> -toggle-docwMencw">us us f="21 er. ))))))gralsublerus us orgef="2xml:laee)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">< ioin des annéfr">Mengales ))))))))))))))))1ales Ar l proyecoamérica. f.do donde revivre--ales i">Mencw">us us f="2222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222221 er. ))))))gral -toggle-docw">">EdEdi ioleros Rurales< class="te er. ))))))gralsublerus us orgef="2xml:laee)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) -toggle-docw">">>>>>>>>> iv class="title">M biext">[Texto inte)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))Mencw">us us f="2222222222222222222222222222222222222 ̵--">us us f="2222222222222222222222222222222222222 ef="htton Book"fr">Mengales ))erus us -toggle-docw">">>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> -toggle-docw">">>>>>>>>> 18xt"eparator"> - M biext">[Texto inte)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))Mencw">us us f="2222222222222222222222222222222222222 ̵--">us us f="2222222222222222222222222222222222222 ef="htton Book"fr">Mengales ))erus us -toggle-docw">">>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>1 er. ))))))gral1 ioin des annéfr< er. ))))))graldocw">">>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> -toggle-docw">">Edi er. ))))))gral -toggle-docw">">EdEdi ioleros Rurales< ">>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> -toggle-docw">">>>>>>>>> 18xt"eparator"> - M biext">[Texto inte)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))Mencw">us us f="2222222222222222222222222222222222222 ̵--">us us f="2222222222222222222222222222222222222 ef="htton Book"fr">Mengales ))erus us -toggle-docw">">>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>1 er. ))))))gral1 ioin des annéfr< er. ))))))graldocw">">>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ef="htton Book"fr">Mengales ))erus us -toggle-docw">">>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>< er. ))))))graldocw">">>>>>< iolfvec/Du mêm"> eures"> are io integralsubl))))gr;:ignaler6.>> are?ans =Pro> %3A+Les+change="bor+d%E2%80%99apPr+l%E2%80%99ass="ire+ev" om19> arer--_p?u=Pro> %3A+Les+change="bor+d%E2%80%99apPr+l%E2%80%99ass="ire+ev" om19<>> are? urPro> %3A+Les+change="bor+d%E2%80%99apPr+l%E2%80%99ass="ire+ev" om19<>goonr buta h--> (do"> letter. letter. letter. /> buta hra href"icdo+s"sbuta her. lfve[if lte IE 9]--an> -toggltylesheet"okilalctt=1s;ex

    /java> ons" styst">Tcss/ie_" styst">p "er. lf[endif]liciesLeN/jokil>