Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Éditorial

Paul Costey et Florent Coste
p. 5-10

Texte intégral

  • 1 Schatzki T., Knorr-Cetina K., Savigny von E. (eds), The Practice Turn in Contemporary Theory, Londo (...)

1Les développements théoriques autour de la notion de pratique, depuis maintenant près de trente ans, traduisent un renouvellement certain dans plusieurs champs de la pensée. Des neurosciences à l’anthropologie historique en passant par la philosophie ou l’histoire des sciences, notre manière d’envisager l’action se libère progressivement des préjugés idéalistes considérant toute activité comme le produit d’une délibération ou d’une intention libre. Aujourd’hui, ces considérations semblent largement dépassées et un accord se fait autour d’une praxis qui ne serait plus le pendant dévalué de la théorie, rompant le lien qui semblait indéfectiblement les lier. Le terme de «pratique» mérite d’être entendu dans un sens plus autonome qui le soustrait à la distinction conception/application et le dissocie de ce qui ne serait que la simple activation ou exécution d’une dimension spéculative et conceptuelle. Le succès de la notion est tel que certains en viennent à parler « d’un tournant pratique » dans les recherches les plus récentes en philosophie de l’action1. Bref, elle est une manière de penser l’action à travers des termes tels que l’habitude, la routine, le savoir-faire ou l’appropriation, et par là appelle des réflexions sur la place du contexte, le statut de la connaissance et surtout les tactiques qu’elle rend possible. La question essentielle est d’ailleurs celle des rapports entre pratique et tactique : sont-elles confondues au point de constituer un plan pragmatique d’analyse ? Ou bien sont-elles dissociées, nous faisant retomber dans une dichotomie pratique-théorique ?

  • 2 D. Sperber et D. Wilson ont proposé une analyse approfondie de cette notion sous l’angle de la comm (...)

2L’origine de ces avancées se trouve sans doute, d’abord et avant tout, dans la contestation radicale de la paire théorique-pratique telle qu’elle est exprimée en linguistique. Saussure a formulé une opposition entre langue et parole qui, malgré les reformulations – comme celle de Chomsky qui distingue compétence et performance – a conservé durant de nombreuses années toute sa force. La langue conçue comme un ensemble de possibles s’actualiserait dans la parole sous une forme effective que l’on évaluerait selon sa plus ou moins grande conformité avec la langue-étalon. Chomsky présuppose une communauté linguistique idéale trop abstraite pour exister (si ce n’est la langue des Académiciens), oubliant que la production d’énoncés est davantage liée au contexte d’énonciation et à l’habileté du locuteur plutôt qu’à une maîtrise théorique de la langue. En privilégiant l’énoncé à l’énonciation, la linguistique traditionnelle a laissé le champ libre à tout un pan pragmatique des sciences du langage, s’intéressant plus aux usages du langage qu’à la constitution interne de la langue, avec une attention soutenue aux contextes illocutoires. Le langage prend alors la forme d’un ensemble de tactiques, inscrites dans le réseau de relations qui se noue entre auditeur et locuteur, il ne sert plus tant à représenter les choses, mais devient un instrument, un mode d’action. Chaque réplique se juge à l’aune de ces conditions d’énonciation et de la pertinence contextuelle2 dont elle témoigne.

  • 3 Certeau (de) M., L’invention du quotidien. 1. arts de faire, Paris, Gallimard (UGE, 1980), 1990, p. (...)
  • 4 Ibid., pp. 59-60 : « J’appelle stratégie le calcul (ou la manipulation) des rapports de forces qui (...)
  • 5 Si l’on suit les analyses de C. Grignon et J.-C. Passeron (in Le Savant et le populaire, Paris, Seu (...)
  • 6 Detienne M., Vernant J.-P., Les Ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, Flammarion, 197 (...)
  • 7 Les projets”, selon Husserl, impliquent une claire représentation de l’avenir et donc de l’ensemble (...)
  • 8 Wachtel N., La Vision des vaincus, Paris, Gallimard, 1971. Pour une présentation de ce type de trav (...)
  • 9 Bourdieu P., Sayad A., Le Déracinement, Paris, Ed. de Minuit, 1964.

3Les « modalités de l’action », les « formalités de la pratique »3, tous ces actes indexés à un contexte ne se satisfont plus d’une représentation de l’action rationnelle et inscrite dans l’avenir. Michel de Certeau a ouvert la voie d’une étude approfondie des tactiques – qu’il oppose à stratégie – contestant une prétendue homogénéisation des pratiques à l’heure de la consommation de masse quand, selon lui, on doit plutôt rechercher la diversité des modes d’appropriation des produits standardisés. Empruntant cette distinction au lexique militaire, les deux termes renvoient à l’art de disposer une armée avant la bataille (stratégie4) et à la manière de la diriger durant l’assaut (tactique). Utilisée comme métaphore, la tactique nous situe dans l’action lorsqu’il n’est plus de temps de réfléchir ou que l’on n’en a pas les moyens. La tactique serait alors un acte de résistance, un « art du faible », la victoire de la ruse (le « savoir manouvrier », « l’intelligence pratique ») des plus démunis5, celle du « temps contre le lieu » – comme le dit de Certeau – face à la stratégie et au calcul de ceux qui possèdent un « lieu propre », ceux qui sont à même de maîtriser une « extériorité » ou de conserver un acquis. La fiction de l’homo œconomicus, acteur rationnel envisageant toutes les options et adoptant toujours la meilleure solution, n’a pas plus de pertinence que l’image du cerveau-ordinateur, elles résument bien la notion de stratégie. Les usages quotidiens, les savoir-faire artisanaux autant que la réception artistique déjouent les grands discours et les mises en ordre disciplinaires du pouvoir stratège. Ces pratiques se font tactiques comme lorsque Dédale dévoile sa mètis6, victoire de l’agilité et de la vivacité sur tous les savoirs académiques et réflexifs. Les projets7 cèdent la place aux coups justes, aux occasions saisies (kaipoï) dans « l’immédiateté » irréversible de la pratique, dans son effectuation. Le syncrétisme religieux des Incas8 – mêlant rites païens et chrétiens – du temps des conquistadors n’a d’équivalent que le « sabir culturel » des paysans algériens quand s’impose le capitalisme9 ; ces formes de résistances symboliques rappellent que les tactiques usent de toutes les ressources de la tradition et engendrent des innovations. Pratique et tactique se confondent alors et la réalisation prend le pas sur l’acte lui-même.


  

  • 10 Cf. les travaux de R. Chartier, recherches pionnières dans le domaine des pratiques de lecture et d (...)
  • 11 Cf. Bourdieu P., Les Règles de l’art, Paris, Seuil, 1993. Dans cet ouvrage, Bourdieu étudie les pol (...)
  • 12 Quintyn, O., « Echantillonnages et implémentations », accessible sur le site du Centre d’Etudes Poé (...)
  • 13 L’ethnométhodologie des sciences donne un bon aperçu de cette perspective de recherche qui prétend (...)
  • 14 Voir Latour B., La Vie de laboratoire, Paris, Ed. la Découverte, 1980.
  • 15 Un jeu à trois se dessine entre tactique-pratique, connaissance et répresentation. La connaissance (...)

4Le domaine des arts n’échappe pas aux rhétoriques des consommateurs qui participent à la production des œuvres10. Leur diffusion et leur réception – et appropriation – se produisent au sein d’espaces organisés par des relations de pouvoirs. Les avant-gardes n’apparaissent ainsi que sur fond de pratiques institutionnalisées, et l’on comprend toutes les querelles et les polémiques qui exhument les grands ancêtres ou réaffirment les « règles de l’art »11. Tout artiste est sommé de se situer dans l’espace en prenant position sur les conventions en vigueur dans le champ. De ce point de vue, les avant-gardes ne font qu’opérer des reconfigurations, des « hybridations », des reconceptions dans les usages des termes de l’esthétique, dans des contextes institutionnels contraignants. L’improvisation en jazz, ainsi que le mix et le sampling dans les musiques électroniques, témoignent de ce pouvoir d’innovation reconfigurante délivré de l’usage d’une partition et soustrait à toute classification générique, via l’échantillonnage et le découpage de séquences et, corrélativement, leur répétition, leur retraitement, en somme leur recontextualisation au sein d’une syntaxe à la fois disjonctive et hiérarchisée. Ce sont ces actes de création, en vertu de ce « principe de fonctionnement et d’articulation de la différence »12, qui contribuent à modifier leur propre espace de production et à engendrer de nouvelles pratiques. L’histoire et la sociologie des sciences ont quant à elles franchi une étape supplémentaire, en abdiquant toute prétention explicative, car dans les versions les plus radicales de ces disciplines (comme les New History and Sociology of Knowledge), les analystes se contentent de décrire les manipulations et les savoir-faire des scientifiques dans leur laboratoire13, observant et consignant le déroulement des expériences (science in-the-making). D’autres approches mêlent avec audace la démarche descriptive et relativiste, l’étude des rhétoriques scientifiques et des stratégies de carrière ; le chercheur est à la fois un acteur cynique accumulant du « crédit » et un praticien-bricoleur de microscope ou d’accélérateur de particules14. Dans la première version, il existe un continuum entre tactique et pratique fondé sur un savoir tacite et contextuel ; dans la seconde, elles sont dissociées, faisant de la tactique un synonyme de la stratégie. Seule donc la première perspective laisse (un instant?) entrevoir la possibilité d’une connaissance pratique et pré-réflexive, où les acteurs se passeraient d’une représentation du savoir15.

  • 16 Arthur Danto écrit par exemple : « Voir quelque chose comme de l’art requiert quelque chose que l’œ (...)
  • 17 Wittgenstein L., Les Recherches philosophiques, Paris, Gallimard, 2004.
  • 18 «…l’exemple a pour tout autre fonction que celle d’illustrer. L’usage de concepts est lié à la dema (...)

5Certaines pratiques artistiques contemporaines fondées sur des lectures réflexes, des effets subliminaux, en tout cas perceptuels et cognitifs, peuvent pourtant ne pas produire l’effet global qu’elles recherchent, sans la théorie sous-jacente qui les active symboliquement dans le champ qu’elles prétendent parasiter ou infiltrer16. De sorte que, si elle doit être pensée sans référence à la théorie, la pratique court le risque de perdre pied et de ne plus garantir une stature conceptuelle convenable, car la question qui est posée est celle de l’existence d’un savoir non-propositionnel ou ante-prédicatif, c’est-à-dire d’une connaissance qui se passerait de représentation. Toutefois si l’on refuse d’affronter ces difficultés, on se condamne à une anthropologie sommaire où l’individu agit perpétuellement selon des plans d’action conscients ou des règles qu’il se représente clairement. La philosophie, et singulièrement les textes de Wittgenstein17, nous ont appris à nous méfier des règles d’action codifiant prétendument l’ensemble des comportements, car les pratiques convoquent d’autres pratiques comme des exemples et non des illustrations. L’exemple, contrairement à l’illustration, tout en se référant à un modèle, possède les propriétés de ce à quoi il fait référence ; la nature du lien entre l’exemple et l’énoncé théorique est ainsi reconsidérée, sa capacité à suggérer cela même qu’il instancie est en ce sens parfaitement effective18. Certains ne s’embarrassent pas de cette prudence intellectuelle et voient dans le monde uniquement les actes. Toutefois, si la démarche est séduisante et place au premier plan les pratiques, il faut reconnaître à certaines manières de faire une sorte de primat, afin d’éviter l’indistinction la plus complète dans un monde entièrement dévolu à la pratique. De quelle référence dispose-t-on pour s’entendre et agir ensemble, s’il n’existe aucune convention sur la manière de se situer par rapport aux autres conduites ? On peut toujours doter les acteurs d’un sens pratique, habile subterfuge pour éviter de convoquer le mental en situant la pratique à  mi-chemin entre le corporel et le conscient ; toutefois un retour du calcul, du rationnel et des représentations est souvent la solution choisie pour sortir de cette impasse.

  • 19 Voir Chauviré C., Ogien A. (sous la dir.), « La Régularité : Habitude, disposition et savoir-faire (...)

6La tentation d’une explication déterministe de l’action n’est plus très loin afin de contrer l’impérialisme de la théorie du choix rationnel. Il serait pourtant impossible de s’accorder sur la définition d’un principe subsumant toutes les pratiques passées et surtout à venir, le scepticisme règne donc quant à la possibilité de leur trouver une cause. Doit-on pour autant abandonner l’idée d’une explication de la régularité des conduites ? Il existe une via media, explorée par des philosophes ou des sociologues, où s’exprime à travers des concepts (habitus, savoir tacite, régimes d’engagement, schèmes d’action…) la possibilité d’une explication non déterministe et contextualisée des pratiques19.

  • 20 On entend ici par mentaliste le souci dans l’analyse de l’examen des connections mentales et la rec (...)

7Un déplacement s’est opéré de la dichotomie pratique-théorique vers une dualité pratique-action plus nuancée. D’un côté, le souci pragmatique du contexte et la recherche d’un sens extérieur aux individus, de l’autre, une conception mentaliste et rationnelle de l’acteur20. C’est davantage vers le premier pôle que s’orientent les contributions réunies ici. Elles cherchent à présenter le spectre s’étendant du pragmatisme à une branche plus déterministe de l’analyse de l’action. Les débats qui agitent ce champ d’étude sont de toute évidence loin d’être clos, les notions d’habitude, de dispositions ou de compétences demeurant incertaines. Décrire les pratiques et en rendre compte restent malgré tout l’horizon d’une grande partie des sciences humaines.

Haut de page

Notes

1 Schatzki T., Knorr-Cetina K., Savigny von E. (eds), The Practice Turn in Contemporary Theory, London, Routledge, 2001.

2 D. Sperber et D. Wilson ont proposé une analyse approfondie de cette notion sous l’angle de la communication.

3 Certeau (de) M., L’invention du quotidien. 1. arts de faire, Paris, Gallimard (UGE, 1980), 1990, p. 60-61 : « […] j’appelle tactique l’action calculée que détermine l’absence d’un propre. Alors aucune délimitation de l’extériorité ne lui fournit la condition d’une autonomie. La tactique n’a pour lieu que celui de l’autre. Aussi doit-elle jouer avec le terrain qui lui est imposé tel que l’organise la loi d’une force étrangère. Elle n’a pas le moyen de se tenir en elle-même, à distance, dans une position de retrait, de prévision et de rassemblement de soi : elle est mouvement “ à l’intérieur du champ de vision de l’ennemi ”, comme le disait von Bülow, et dans l’espace contrôlé par lui. Elle n’a donc pas la possibilité de se donner un projet global ni de totaliser l’adversaire dans un espace distinct, visible et objectivable. Elle fait du coup par coup. Elle profite des “ occasions ” et en dépend, sans base où stocker les bénéfices, augmenter un propre et prévoir des sorties ».

4 Ibid., pp. 59-60 : « J’appelle stratégie le calcul (ou la manipulation) des rapports de forces qui devient possible à partir du moment où un sujet de vouloir et de pouvoir (une entreprise, une armée, une cité, une institution scientifique) est isolable. Elle postule un lieu susceptible d’être circonscrit comme un propre et d’être la base où gérer les relations avec une extériorité de cibles ou de menaces (les clients ou les concurrents, les ennemis, la campagne autour de la ville, les objectifs et objets de la recherche, etc.). Comme dans le management, toute rationalisation “ stratégique ” s’attache d’abord à distinguer d’un “ environnement ” un “ propre ”, c’est-à-dire le lieu du pouvoir et du vouloir propres […]. L’instauration d’une césure entre un lieu approprié et son autre s’accompagne d’effets considérables, dont quelques-uns doivent être notés tout de suite : 1. Le “ propre ” est une victoire du lieu sur le temps. […] 2. C’est aussi une maîtrise des lieux par la vue. […] 3. Il serait légitime de définir le pouvoir du savoir par cette capacité de transformer les incertitudes de l’histoire en espaces lisibles. Mais il est plus exact de reconnaître dans ces “ stratégies ” un type spécifique de savoir, celui que soutient et détermine le pouvoir de se donner un lieu propre. »

5 Si l’on suit les analyses de C. Grignon et J.-C. Passeron (in Le Savant et le populaire, Paris, Seuil-Gallimard, 1989), la tactique telle que M. de Certeau la définit – définition sur laquelle nous nos appuyons largement ici – est le propre des dominés qui font preuve de ruse et d’intelligence pratique pour s’opposer aux dominants. Pour M. de Certeau, les inégalités économiques ne limitent en aucun cas l’autonomie culturelle des classes populaires, c’est contre ce type de réflexion que s’élèvent les deux sociologues. Ils dénoncent, par ailleurs l’autre extrême qui consiste à voir dans la culture populaire une version dépréciée de la culture des classes dominantes, dénuée de toute originalité.

6 Detienne M., Vernant J.-P., Les Ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, Flammarion, 1974.

7 Les projets”, selon Husserl, impliquent une claire représentation de l’avenir et donc de l’ensemble des possibles parmi lesquels il faut choisir, au contraire, la « protention” est le propre d’un « à-venir” plus proche et plus incertain, un « quasi-présent”.

8 Wachtel N., La Vision des vaincus, Paris, Gallimard, 1971. Pour une présentation de ce type de travaux d’anthropologie historique, je renvoie le lecteur à Gruzinski S., La Pensée métisse, Paris, Fayard, 1999. Il a lui-même mené l’équivalent des travaux de Wachtel – qui portent sur la Colombie – au Mexique, cherchant à cerner les formes d’hybridation culturelle qu’a entraîné la colonisation.

9 Bourdieu P., Sayad A., Le Déracinement, Paris, Ed. de Minuit, 1964.

10 Cf. les travaux de R. Chartier, recherches pionnières dans le domaine des pratiques de lecture et d’écriture.

11 Cf. Bourdieu P., Les Règles de l’art, Paris, Seuil, 1993. Dans cet ouvrage, Bourdieu étudie les polémiques et les conflits artistiques grâce a la notion de champ. Il resitue le travail de Zola ou de Flaubert dans un espace conflictuel et structuré.

12 Quintyn, O., « Echantillonnages et implémentations », accessible sur le site du Centre d’Etudes Poétiques (CEP) : [http://www.ens-lsh.fr/labo/cep/site/cc/auteurs/poetique/quintech.html].

13 L’ethnométhodologie des sciences donne un bon aperçu de cette perspective de recherche qui prétend étudier la science en train de se faire ou telle qu’elle se fait (science in-the-making).

14 Voir Latour B., La Vie de laboratoire, Paris, Ed. la Découverte, 1980.

15 Un jeu à trois se dessine entre tactique-pratique, connaissance et répresentation. La connaissance peut-elle se passer de la représentation de l’objet connu ? Cela équivaut-il à dire que la connaissance se passe de la réflexion ou à qualifier la conscience de pré-réflexive (ce qui ne signifie pas la même chose) Dans l’analyse de la pratique, le fait de concevoir une tactique-pratique qui n’est pas thématisée – c’est-à-dire représentée – revient à imaginer que la conscience n’intervient plus de façon intentionnelle dans le processus de « connaissance » (si le terme est encore juste). On parlerait sans doute avec plus de justesse d’un « savoir pratique ». Enfin, la tactique semble se distinguer de la stratégie – consciente et rationnelle – par une absence de réflexivité, mais dès lors, parler de « tactiques de connaissance » implique de renoncer à la réflexivité même dans la démarche scientifique.

16 Arthur Danto écrit par exemple : « Voir quelque chose comme de l’art requiert quelque chose que l’œil ne peut discerner – une atmosphère de théorie artistique, une connaissance artistique : un monde de l’art », Le Monde de l’Art, in Lories D. (éd. et trad.), Philosophie analytique et esthétique, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1988, pp. 27-40.

17 Wittgenstein L., Les Recherches philosophiques, Paris, Gallimard, 2004.

18 «…l’exemple a pour tout autre fonction que celle d’illustrer. L’usage de concepts est lié à la demande d’exemples, pour savoir si on a compris ou à la production d’exemples, pour montrer qu’on a compris. La compréhension est dans l’exemplification et ne peut jamais en être détachée. » Pouivet R., Après Wittgenstein, Saint Thomas, Paris, PUF Philosophie, 1997, p. 115, note 4.

19 Voir Chauviré C., Ogien A. (sous la dir.), « La Régularité : Habitude, disposition et savoir-faire dans l’explication de l’action », Raisons pratiques, n° 13, Paris, Ed. de l’EHESS, 2002.

20 On entend ici par mentaliste le souci dans l’analyse de l’examen des connections mentales et la recherche d’un sens privé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Costey et Florent Coste, « Éditorial », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 20 janvier 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traces/2273

Haut de page

Auteurs

Paul Costey

Articles du même auteur

Florent Coste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page