Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

La circulation des savoirs techniques du Moyen-âge à l’époque moderne. Nouvelles approches et enjeux méthodologiques

Liliane Pérez et Catherine Verna
p. 25-61

Résumés

L’intérêt des historiens pour la dissémination des techniques est le reflet des doutes profonds qui se sont exprimés à l’égard de la thèse diffusionniste qui, traditionnel-lement, liait les transferts techniques à l’expansion économique occidentale. Des études de cas ont en effet complexifié notre compréhension de cette question. Cet article vise à présenter des questions méthodologiques qui ont surgi récemment à ce sujet. La thèse centrale de notre article est que, bien que les transferts de technologies aient pu avoir lieu sur de longues distances, l’échelle macroéconomique n’est pas appropriée à leur étude. La circulation des techniques est allée de pair avec des adaptations et des traductions constantes, en fonction des choix faits par les acteurs ; la fréquence des diversions, retards, dilutions et échecs empêche ainsi les historiens de proposer un modèle de diffusion homogène. Les territoires ne sont pas des entités abstraites, mais des constructions humaines ; les caractéristiques locales interfèrent toujours avec les processus de diffusion. Cela nous renvoie à une problématique plus générale : les techniques sont des réponses à des besoins et des attentes spécifiques ; elles n’appartiennent pas au monde de l’universel, mais à celui de la diversité, de la contingence et de l’hétérogénéité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce texte est la version française actualisée de Liliane Hilaire-Pérez et Catherine Verna, « Dissem (...)

1L’intérêt des historiens pour la diffusion des techniques est né après la seconde guerre mondiale d’une critique des modèles de croissance forgés par les pays développés et érigés en solutions universelles aux inégalités économiques dans le monde1. Ces solutions, en général formulées en termes de rattrapage d’un « retard » technique, reposaient sur un concept simpliste et impérialiste de « transfert », supposant des décisions politiques unilatérales, une immédiateté et une linéarité de la diffusion dans le temps et dans l’espace. De rares historiens, tels Paul Bairoch et Nathan Rosenberg, se sont opposés à cette approche unifiante et réductrice, ancrée dans la théorie des stades de développement (Bairoch, 1974 ; Rosenberg, 1970). Selon eux, au contraire, l’analyse historique suggérait que les transmissions techniques étaient des processus incertains et complexes, bien éloignés de toute vision homogénéisatrice. Ainsi, l’émergence de la notion de « circulation » technique est-elle issue d’un profond scepticisme face au concept diffusionniste de « transfert », marqué par les logiques de pouvoir économique des Occidentaux (Cohen et Raj, à paraître).

2Cette critique impliquait-elle que la circulation du savoir technique ne peut avoir lieu ou qu’elle est illusoire ? Si Rosenberg insistait sur les échecs récurrents des transferts, même entre des pays présentant des cultures techniques communes, il n’en concluait pas qu’ils étaient impossibles. Il pointait plutôt des problèmes de méthode et proposait des outils afin de mieux saisir la complexité des processus. Il mettait en cause la valeur heuristique des notions de « leadership » et de « retard », arguant que « la croissance économique n’a jamais été un processus de simple réplication » ; au contraire, selon lui, elle dépendait fondamentalement de « l’environnement particulier à chaque pays », des besoins des populations et des capacités d’adaptation. La mise en évidence de la pluralité des mondes techniques constituait la pierre de touche de ses analyses des voies du développement. Rosenberg soulignait également l’importance de la formation des hommes et celle de la mobilité d’un personnel qualifié pour transmettre un savoir souvent non codifié, y compris à l’époque contemporaine. Depuis la publication de son article fondateur, de nombreuses études ont élargi et complété ces thématiques. Dans l’esprit de ces premières investigations, nous présentons dans notre article plusieurs questions méthodologiques pour comprendre la spécificité de la diffusion des techniques dans la longue durée, plus particulièrement au Moyen Âge et à l’époque moderne.

3Selon nous, bien que des échanges techniques aient pu se produire sur de grandes distances, l’échelle macroéconomique n’est pas la plus adaptée pour leur étude. Pendant des siècles, les savoir-faire ont été inscrits dans des communautés et des territoires, ils ont répondu à leurs besoins et à leurs contraintes, ils ont été façonnés par leurs traditions et leurs symboliques. Suivant la phrase de Peter Mathias, les techniques « enviées, et exportées, n’étaient que la pointe visible d’une masse immergée de relations, […] d’interdépendances entre des matériaux, des pratiques, des habiletés à l’œuvre parfois de façon obscure, latente, et localisées dans des communautés humaines qui n’étaient pas nécessairement celles qui réalisaient les produits finis » (1977, p. 110). Les études récentes ont confirmé que la transmission des techniques repose sur la mobilisation d’un vaste ensemble de ressources, matérielles et immatérielles, techniques et non techniques (Belfanti, 2004a, 2004b). À la source de l’analyse se tient le caractère particulier de toute culture « technique », conçue comme une manière de composer avec le réel, d’apporter des solutions justes, adaptées à des conditions spécifiques (Vérin, 1993, chap. 3). Irréductibles à tout principe universel, les techniques appartiennent au monde de la singularité, de la contingence et de l’hétérogénéité. Les conséquences sont multiples.

4En premier lieu, les intermédiaires et les communautés d’accueil ne sont pas neutres ou passifs ; au contraire, ils ont toujours adapté et traduit les techniques qu’ils ont transmises ou reçues. La création d’hybrides – l’« imitation créative » – est intrinsèque à la diffusion, dans la mesure où chaque communauté locale suit son propre chemin. Cela met en cause toute idée de modèle universel de croissance. Les exemples sont nombreux en métallurgie – ainsi les multiples hybridations des procédés ferreux à la fin du Moyen Âge, dans le contexte de la réduction directe, diversement appropriée ; il en va de même pour l’introduction du coke au xixe siècle, reposant en France sur un système mixte, fonte au charbon de bois et puddlage au coke dans les « forges à l’anglaise » (Verna, 2000 ; Belhoste, 1992 ; Benoît et Rignault, 1984-1986 ; Fremdling, 2004 ; Woronoff, 1984). Les procédés qui sont apparus dans différents lieux et qui appartenaient à des générations techniques différentes se sont fréquemment chevauchés. En ce sens, les principales questions pour l’historien concernent l’identification des techniques – les compétences précises, les matériaux et les procédés en jeu – et leurs rapports aux différentes communautés qui les ont utilisées. Peut-on suivre une technique à travers divers territoires ? Quelles ressources sont à la disposition de l’historien pour identifier des techniques anciennes qui ont rarement été enregistrées ou codifiées (Verna, à paraître-a) ? Quel rôle ont joué les produits comme vecteurs des savoirs techniques ? Comment interpréter leurs dénominations portant des origines géographiques, des noms de fabricants ou des marques distinctives, dans des économies marchandes où la sophistication des appellations participe de stratégies complexes d’identification des produits (Grenier, 2003) ? Les problèmes de repérage s’appliquent aussi aux trajets des techniques. Si les échecs furent fréquents, les détours le furent tout autant : la teinture à la garance, par exemple, qui trouve son origine en Inde, a nécessité plusieurs importations entre le xvie et le xviiie siècle, avant d’être apprise et adoptée en Europe. Les mythes des origines masquent souvent l’absence de linéarité en attribuant un savoir technique à un territoire ou un peuple, ou encore un transfert technique à un groupe ou même à un individu. Déconstruire ces mythes constitue un défi pour l’historien.

5En deuxième lieu, la géographie est un facteur clé. Le choix de l’échelle est essentiel pour l’étude de la transmission des techniques. L’équilibre entre macro- et microhistoire est crucial. Les historiens modernistes ont progressivement reconnu que l’État-nation n’était pas l’échelle appropriée pour étudier la révolution industrielle. Ils suggèrent, au contraire, qu’il a existé un « creuset paneuropéen » de savoir-faire et de ressources qui a permis divers cheminements techniques innovants (MacLeod, 2004). D’un autre côté, bien que des transferts aient eu lieu à l’échelle des continents, il serait erroné de les réduire à un processus de mondialisation ou d’uniformisation. Non seulement les communautés d’accueil reconstituent ces techniques – comme lorsque l’Angleterre a puisé dans un « réservoir » de compétences en Europe et de produits d’Asie pour construire un modèle technique unique fondé sur ses besoins et ressources spécifiques –, mais qui plus est, les rythmes et les territoires de la diffusion sont hétérogènes au sein d’un même pays, voire dans une même ville. Des accélérations et des décélérations, voire des ruptures, se sont produites. De plus, la circulation des savoirs a pu être plus intense dans certains lieux qu’ailleurs. Les historiens du Moyen Âge, souvent confrontés au problème de la réduction simplificatrice et stéréotypée d’objets techniques comme le moulin à vent, ont souligné que la diffusion technique n’était pas un processus uniforme et régulier. Philippe Braunstein réfute clairement « une histoire universelle générale », arguant au contraire que l’histoire de la circulation technique « n’est plus la vision planétaire de la diffusion des connaissances d’une aire culturelle à l’autre, c’est le cas humble et difficile à cerner de l’apprentissage à l’atelier, sur le chantier, dans la boutique et aussi dans les champs et les jardins » (Braunstein, 1999).

6Troisièmement, les transferts techniques reposent sur des médiations multiples. Pendant longtemps, le traité technique a peu servi la transmission des savoirs ; d’autres écrits, non techniques, tels ceux des notaires, se révèlent parfois plus utiles (Verna, à paraître-a). Mais bien souvent, les produits et les hommes ont été les principaux vecteurs, bien que jamais suffisants (Dolza, 1999). Dans la dernière partie de cet article, nous nous concentrerons sur la mobilité des individus. Dans des mondes techniques dominés par les savoirs tacites, les praticiens ont en effet joué un rôle majeur. Ce thème des intermédiaires culturels a été à l’origine de nombreuses études qui retracent les itinéraires individuels, autant que les réseaux et les migrations de groupes. Toutefois, à nouveau, ces approches ont montré leurs limites, soit qu’elles tendent à magnifier le rôle de certains passeurs, soit qu’elles assignent des compétences techniques spécifiques à un groupe national, ethnique, religieux, socioculturel, qui plus est à une minorité (Pérez, 2008a). L’analyse microhistorique des réseaux, des phénomènes de ségrégation et d’intégration révèle au contraire des processus de transmission diffus, dont les acteurs sont souvent modestes ou anonymes et les mobiles complexes à démêler (non sans poser à nouveau des problèmes d’identification).

7Enfin, il nous faut souligner que les techniques de production et leur transmission n’ont pas seulement intéressé les fabricants, mais également les marchands, les boutiquiers, les artistes, les consommateurs, les autorités locales, les princes, les auteurs de traités politiques et d’autres encore. Les acteurs impliqués dans la diffusion technique ne peuvent être limités aux techniciens. Les marchands, notamment, ont joué un rôle clé par leur « savoir-juger » entre les qualités des produits qui prolifèrent à mesure que s’intensifient les échanges, du Moyen Âge à l’époque moderne. Observation, analyse des provenances, des appellations, des matériaux, connaissance des procédés que recouvrent les taxinomies : « la complexité des critères et des nuances d’appréciation » fait du marchand un « médiateur de la sélection » ( Jeannin, 1995, p. 365-366 ; Verna, à paraître-b). La culture négociante, fondée sur la collecte et la comparaison des produits, est au cœur d’une pensée analogique qui a favorisé les substitutions, les adaptations et les transpositions de techniques pendant des siècles (Hilaire-Pérez, 2002a).

8Dans cet article, nous proposons donc une recension extensive des études dans ce domaine, en mettant en lumière à la fois les résultats acquis et l’évolution des hypothèses méthodologiques.

Reconstituer des mondes ouverts

L’open technique

9Les approches nouvelles du changement technique en termes de réseaux et d’échanges remettent en cause le primat de la science comme seule porteuse de normes d’ouverture des savoirs (open science, David, 1998) par opposition aux techniques, monde des savoirs fermés, du secret artisanal et industriel, de la privatisation des connaissances. Tout au contraire, l’open technique, ou mise à disposition de connaissances techniques, est elle aussi une réalité (Foray et Hilaire-Pérez, 2005 ; Garçon et Hilaire-Pérez, 2002). Alors que l’historiographie avait mis en valeur les clôtures et les cloisonnements associés aux cultures de métier et d’entreprise et les avait opposés à une norme académique de collaboration et d’universalisation fondée sur la codification et la réplication de savoirs, les praticiens sont apparus comme des acteurs d’une circulation des connaissances techniques, réglant les régimes d’ouverture des savoirs, négociant l’accès des concurrents à l’information, créant des communautés de langage quand ils en retiraient profit (sans exclure la rivalité). Il est utile, à ce stade de la réflexion, de s’interroger sur l’usage du secret dans la circulation des techniques et sur ce qu’il recouvre en pratique. Le recours au secret n’est-il pas une façon de chercher à maîtriser et à encadrer la diffusion des techniques (Eamon, 1994 ; Philippe, 1998) ?

10En effet, le secret est rarement un refus ou une interdiction de diffusion mais il permet aux acteurs qui définissent leurs savoir-faire comme des secrets d’en choisir les modalités de divulgation. C’est ce qui est invoqué, par exemple, par les autorités politiques quand elles établissent des règlements pour contrôler les migrations des ouvriers, comme c’est le cas dans les villes italiennes médiévales. De plus, la signification du secret a évolué depuis le Moyen Âge, de la possession collective de savoir-faire à l’apparition d’une propriété individuelle des techniques, à mesure notamment que les inventions techniques ont été intégrées à des stratégies commerciales ou à des politiques économiques gouvernementales. Ce changement n’est pas sans conséquence pour le secret et l’ouverture des savoirs au sein des corporations et des communautés. La frontière est étroite entre l’apprentissage de nouvelles techniques au sein d’un métier et l’imitation des procédés entre maîtres concurrents. Dans la soierie lyonnaise au xviiie siècle, les autorités montrent une certaine ambivalence : doivent-elles poursuivre en justice les copieurs comme des fraudeurs ou, au contraire, les encourager à faire circuler les techniques nouvelles qui appartiennent à la communauté (Pérez, 2008b) ? Même quand la propriété privée des inventions se généralise, l’opinion reste divisée sur ce que l’on peut montrer au public et sur ce qui doit rester caché. Les codes de sociabilité conduisent ainsi les industriels des Lumières à accueillir des visiteurs sur les sites manufacturiers et commerciaux ; des entrepreneurs comme Matthew Boulton développent des stratégies sophistiquées pour dissimuler certaines technologies et en dévoiler d’autres, trouvant là un moyen de contrôler l’information (Robinson, 1969).

11Les connaissances techniques circulent activement. Elles sont transmises par de multiples réseaux – privés et publics –, au gré de stratégies multiples et des divers régimes d’ouverture des savoirs, au sein de familles, de partenariats, de corporations. Nombre de supports sont mobilisés : verbaux et non verbaux, ainsi les produits et les artefacts porteurs de savoirs prescriptifs – prototypes, modèles, moules, patrons ; oraux – la parole, le contact – et scripturaires – y compris les dessins, les planches, les schémas. Au xviiie siècle, les missions et les enquêtes, typiques de l’utilitarisme croissant des voyages, donnent lieu à une littérature technique fondée sur la collecte et la comparaison de gestes, d’outils, de lexiques ; elles susciteront l’émergence d’approches ethnographiques et anthropologiques un siècle plus tard (Roche, 2003 ; O’Brien et Riello, 2004 ; Chuan Hui, 2007). Sur le long terme, du Moyen Âge à l’époque contemporaine, la question de la codification et celle des savoirs tacites restent essentielles ; le rôle croissant de la diffusion écrite ou imprimée n’abolit pas le déplacement d’experts, de techniciens qualifiés toujours nécessaires pour monter, ajuster, réparer des équipements et transmettre des savoirs spécialisés (Mathias, 1977 ; Bruland, 1989 ; Mokyr, 2002).

Identifier les circulations et les hybridations

12Prendre en compte l’ampleur des circulations techniques ne lève pas les difficultés rencontrées par les historiens pour les reconstituer. Pour le Moyen Âge, c’est une évidence que de rappeler que les circulations techniques sont souvent difficiles à repérer. L’historien des techniques affronte alors deux écueils : reconstituer rigoureusement la circulation, ne serait-ce que son « trajet » ; expertiser avec précision la technique concernée par cette circulation.

13À propos des circulations techniques entre Orient et Occident au cours du Moyen Âge, deux historiens ont rappelé combien les travaux récents pouvaient être encore encombrés de reconstitutions abusives conduisant à l’affirmation de contrevérités historiques, empreintes du modèle diffusionniste en vogue dans les années soixante-dix. Pour cela, un objet technique a été une nouvelle fois examiné : le moulin à vent. Philippe Braunstein (1999) et Dietrich Lorhmann (2000) ont ainsi démonté la construction historiographique qui tend à affirmer que le moulin à vent se serait diffusé d’Orient en Occident au cours du xiie siècle, de la Perse et de l’Afghanistan vers l’Europe, par l’intermédiaire arabe et dans le choc des Croisades. Si l’enquête n’est pas neuve, elle est toujours d’actualité. Faut-il rappeler la remarque de Bertrand Gille dans l’Histoire générale des techniques, en 1962 ? Ce dernier émettait un doute, non sur la présence du moulin à vent en Perse au xe siècle, mais sur son passage de l’Orient vers l’Occident dans le contexte des Croisades. Il disait même plus précisément : « Il est bien évident que l’on doit rejeter, outre quelques chartes dont la fausseté a été amplement démontrée, la légende qui attribue aux croisés l’introduction en Occident du moulin à vent. » (Gille, 1962, p. 471) L’enquête se doit donc d’être minutieuse, même si elle est délicate (Mohebbi, 1996, 2004).

14En métallurgie, rappelons que les premiers temps de la diffusion du procédé wallon, examiné à l’échelle étroite de l’Europe – et plus précisément du pays de Liège et du Luxembourg vers la Champagne et la Normandie –, un procédé qui, par ailleurs, est un fondement de la puissance économique et militaire de l’Europe moderne, se perçoit souvent grâce à un indice d’une grande fragilité : la consonance des patronymes des preneurs à bail de nouvelles forges (Braunstein, 1998). Plus souvent qu’il ne le souhaiterait, l’historien doit donc constater qu’il y a bien eu circulation technique, mais que ses modalités demeurent tout à fait inconnues. Beau cas que celui des lunettes médiévales :

Des lunettes telles qu’elles figurent dans un compte italien de 1316 et dans l’inventaire des biens personnels de l’évêque d’Exeter en 1326 ont été retrouvées dans la fouille des stalles du chœur de Wienhausen près de Celle, puis dans un dépotoir du couvent augustin de Fribourg en Brisgau et datées du xive siècle. (Braunstein, 1998, p. 308)

15Comment expliquer cette distribution spatiale ? On ne peut qu’en prendre note. C’est ce que propose Vincent Serneels (2004) pour les techniques sidérurgiques du haut Moyen Âge. La mise en évidence d’une technique mérovingienne spécifique, en Gaule de l’Est, lui a pourtant permis de s’interroger sur les relations qu’elle entretenait avec d’autres espaces techniques et sur les ruptures qu’elle illustrait, comparée aux techniques attestées pour la basse Antiquité. Sans surprise, à mesure que les questions d’identification devenaient centrales, les archéologues ont joué un rôle majeur dans la révision de l’histoire de la diffusion technique. Pour la période moderne, il convient de souligner que les historiens de l’art et les conservateurs, tout particulièrement en Angleterre, ont initié le mouvement en reconsidérant les origines des artefacts par l’étude critique des noms et des marques (Beauchamp et Unwin, 2002 ; Clifford, 1999a ; Smith, 2004 ; Forbes, 2002a [1998]).

16Puisqu’il s’agit de s’interroger sur la reconstitution du « trajet » d’une technique, il n’est pas inutile de rappeler que ces circuits ne sont pas linéaires, mais composites et multipolaires, en raison notamment des nombreuses ressources nécessaires pour transmettre les techniques d’un milieu à un autre. Gracia Dorel-Ferré (2001) explique que l’adoption des techniques de l’indiennage en Catalogne au xixe siècle a reposé sur des importations de matériel « mixtes » : cylindres nus de Manchester gravés à Mulhouse (cette ville fournissant aussi des modèles, des échantillons et des machines à graver), produits chimiques de Paris. Au cœur des échanges se tenait Marseille, ville-relais et espace de condensation des techniques par où transitaient les machines venues du Nord, la garancine du Comtat, les savoir-faire des chaudronniers pour les tôles des cuves, ainsi que bien des informations et des commandes. De la même manière, des produits et des appareils, en apparence simples, mettent en jeu de multiples ressources techniques. Ces objets matérialisent des réseaux sociotechniques ; leur production repose sur de multiples échanges, comme cela a été établi pour la lampe d’Argand au xviiie siècle (Wolfe, 1999 ; Hilaire-Pérez, 2007). La mise au point des prototypes par cet entrepreneur suisse en Angleterre lui impose de coordonner un faisceau de circulations : certains fabricants perfectionnent le verre de la cheminée, d’autres le vernis de la tôle, d’autres encore les soudures ou les parties de mécanisme. L’éclatement des circulations entre Paris, Birmingham, Sheffield, Londres, s’accompagne d’une diversité de vecteurs : circulation des hommes, du matériel et correspondance suivie entre les entrepreneurs.

17L’acquisition du savoir technique repose sur une circulation plurielle et multipolaire, sur des stratégies spatiales composées en fonction des chaînes opératoires et des divers procédés qui sous-tendent telle fabrication, tel objet ou même tel procédé. Chaque technique est en effet prise dans un environnement, un ensemble de ressources – outils, équipements, matériaux… – et un écheveau de savoirs, de qualifications et de représentations. Le transfert de ce milieu à un autre s’avère parfois impossible. Du moins, la question ouvre sur la complexité des liens entre centres exportateurs et bassins de réception, sur le coût des échanges, les blocages et les échecs. Étudiant les circulations techniques entre villes d’Italie du Nord à l’époque moderne, Carlo Belfanti a mis l’accent sur les effets de proximité et les synergies de moyens, humains et matériels (Belfanti, 2004a, 2004b ; Belfanti et Giusberti, 2000). L’importation des techniques de soierie suppose, en effet, non seulement des hommes expérimentés dans le travail de la soie, mais également des artisans du bois et du métal habitués à travailler avec les tisserands dans la réalisation de métiers complexes. S’y ajoutent l’accès aisé aux matières premières et aux produits semi-finis, comme les perles semi-ouvrées de Venise qui étaient exportées vers des centres où s’étaient installés des vitriers expatriés, et la maîtrise des débouchés, des réseaux de distribution. Les transferts et les migrations d’artisans qualifiés sont plus fréquents entre des centres de haute maturité technique. En effet, l’installation préalable de compatriotes a constitué un avantage important pour faciliter leur intégration et tirer bénéfice de leurs qualifications, des équipements, des matériaux et des informations, comme c’est le cas à Londres et à Paris (Luu, 2005 ; Thillay, 2002). De plus, les expatriés ont souvent maintenu des liens avec leurs contrées d’origine.

18L’absence de ces ressources peut expliquer des échecs, comme le prouve le cas de l’horloge mécanique parvenue en Perse à la fin du xvsiècle. Le bel objet est transporté à la demande du souverain et reproduit par un ingénieur perse, auteur d’un traité d’horlogerie. Mais la volonté du souverain et les capacités du technicien ne suffisent pas : l’horloge mécanique ne connaît aucune diffusion hors de la cour, à la fois faute de demande – la clepsydre répondant aux besoins traditionnels – et parce que la société locale ne dispose pas d’artisans capables de reproduire l’horloge (Mohebbi, 1996, 2004).

19Bien évidemment, lors de la circulation des techniques, la diversité des procédés et des dispositifs peut favoriser les capacités au changement technique. Aussi l’étude des échanges techniques conduit-elle à repenser l’histoire de l’innovation. Les relectures actuelles des révolutions industrielles, sur la longue durée, insistent sur le rôle des échanges dans les processus d’innovation et d’intensification technique (Coquery, Hilaire-Pérez, Sallmann et Verna, 2004). C’est l’aptitude aux relations dans de larges couches du monde du travail et l’accélération des circulations qui ont fait de l’Europe un réservoir de matériel et de connaissances dans lequel les producteurs ont puisé savoirs, savoir-faire, équipements, matériaux, procédés (MacLeod, 2004). Bien des études mettent en valeur les relations entre l’aptitude à innover, les pratiques de l’échange, les modes d’appropriation et les usages, plaçant ainsi les médiations au cœur des analyses historiques du changement technique. L’invention repose sur des combinaisons, des emprunts, des imitations, sur une activité de synthèse portée par des efforts collectifs – l’invention comme fait relationnel (Le Moigne et Vérin, 1984).

20Le rôle des passeurs de savoirs est donc central, mais loin de se cantonner à une simple transmission des techniques, les intermédiaires les interprètent et les adaptent en fonction des besoins locaux et des contraintes qui s’imposent à eux. Aucune circulation n’a lieu sans hybridation et ce processus, inscrit dans des communautés et des territoires, nourrit les capacités d’invention et d’innovation. Le droit des inventeurs, longtemps conçu comme un droit de l’importateur de techniques inconnues dans telle ville ou tel État, en est un signe. De fait, bien des techniques nouvelles résultent d’appropriations. Au Moyen Âge, le métier à tisser à chaîne horizontale est un objet technique fondamental, au cœur de la croissance économique de l’Occident. Les travaux de Walter Endrei (1968) et ceux, plus récents, de Dominique Cardon (1999, p. 393 et suiv.) ont permis de reprendre le dossier grâce à de nouvelles archives et à des données du terrain. Certes, encore une fois en histoire médiévale, il faut accepter une part d’incertitude, mais elle tend à se réduire : le métier horizontal résulterait de l’hybridation du métier à tisser la soie d’origine orientale, à bâti charpenté, utilisé en Europe dans les pays de la Méditerranée occidentale (Sicile, Al-Andalus) et rapidement adapté au tissage de la laine, dès les xe-xie siècles. Dans le domaine complexe des teintures médiévales, les circulations techniques attestent également de ces métissages (Cardon, 2003).

21Ces emprunts posent des questions d’identification. Les taxinomies sont souvent porteuses d’origines géographiques (rouge turc, bleu de Chypre, verrerie de Damas, moulins à la bolognaise, forge à la génoise, maroquin, japanning, chinaware, etc.), mais comment les interpréter, dans ces économies où les provenances participent des rhétoriques marchandes d’identification des produits (Fukasawa, 1987 ; Kinini, 1999 ; Foy, 2001, p. 377 ; Cantelaube et Verna, 2000 ; Barraclough, 1976 ; Grenier, 2003) ? La question demeure délicate. D’une part, si les appellations permettent éventuellement de repérer des axes de circulation, elles masquent les hybridations qui ont eu lieu au cours du processus. Derrière la dénomination « rouge turc », ce sont de multiples appropriations de la teinture à la garance, développées par les Arméniens et les Grecs de l’Empire ottoman, qui peuvent être reconstituées. De même, le cuir « de Cordoue » est porteur de techniques d’alunage venues d’Asie mineure (Halasz, 2001 ; Córdoba de la Llave, 1997). Au fil des cheminements se dessine une géographie des adaptations, difficile à repérer et que ne livre pas la taxinomie. D’autre part, il faut interroger très prudemment ces terminologies qui recouvrent et restituent parfois des phénomènes plus compliqués qu’une simple notation du lieu d’origine. On dispose d’un bel exemple avec la « forge à la catalane ». Dans ce cas précis, la dénomination, avec un siècle de retard par rapport à l’apparition de la forge, est l’œuvre d’un milieu extérieur à celui des maîtres de forge, marchands et forgeurs, tant du point de vue géographique que culturel : ce sont des académiciens et des ingénieurs qui l’ont nommée ainsi. Pendant longtemps, l’expression n’a suscité aucun questionnement ; pourtant, cette forge n’est pas d’origine catalane (Cantelaube, 2005). Enfin, derrière ces appellations se tiennent surtout des stratégies marchandes qui jouent un rôle clef dans les circulations techniques sur le long terme.

Marchés et institutions

22L’un des traits de l’open technique tient à ses liens avec les dynamiques commerciales et les économies de la connaissance. La puissance des marchés se lit, par exemple, dans la diffusion des produits. L’analyse de la qualité des produits constitue une approche pionnière des circulations techniques, croisant histoire des techniques et histoire économique (Belhoste, 2001 ; Verna, à paraître-b ; Clifford, à paraître ; Pérez, 2009). L’économie de la qualité s’accompagne d’une différenciation des procédés pour répondre à des marchés complexes, segmentés, hétérogènes. Lors des transactions, les acteurs économiques testent, valident et qualifient des techniques (Verna, 2001a). Les marchands, « médiateurs de la sélection » (Jeannin, 1995), sont aussi des intermédiaires techniques. Plusieurs processus entrent en jeu. D’une part, le prix des produits et la tarification influent sur l’adoption de techniques étrangères ; d’autre part, les logiques commerciales de substituts d’importation, de copies et de fraudes, cruciales dans « l’économie des produits », ouvrent la voie aux transferts de compétences. Les copies de textiles sont courantes au Moyen Âge. On fabrique alors des tissus « à la manière de » telle ou telle région ou de telle ville, en fait en copiant les procédés techniques d’origine et les caractéristiques d’un produit (Cardon, 1999 ; Maitte, 1996). De la même façon, dans le domaine de la verrerie, Danièle Foy cite le cas d’un verrier marseillais qui s’engage à reproduire à mille exemplaires deux modèles d’aiguières vénitiennes apportés par un marchand de Venise, à l’origine du contrat, ce qu’il fait à moindre coût (Foy, 2001, p. 378). Dans certains cas, le produit qui circule n’est pas forcément copié, mais on attribue sa marque à des productions de moindre valeur. La fraude est un moyen de s’approprier la renommée d’un produit sans faire le détour par l’apprentissage du savoir-faire. Des telles pratiques sont largement attestées : fer médiéval, petite métallurgie dans l’Angleterre du xviiie siècle, quand Birmingham et Sheffield subissent encore la concurrence de Londres (Clifford, 1999a).

23Le rôle des marchés n’est pas limité aux produits : ils modèlent également la circulation de l’information et des hommes – négociants et industriels, techniciens sous contrat – dès le Moyen Âge. Les commandes commerciales d’équipement ou de biens de consommation peuvent comporter des descriptions et des prescriptions techniques, ainsi lorsqu’elles spécifient les matières et les produits (Benoit et Braunstein, 1983 ; Cotte, 1999 ; Cotte, 2005, p. 93-95). Dans un autre registre se profilent des marchés spécifiques pour les savoirs techniques, considérés alors comme des biens. À l’époque moderne, l’essor des économies de la connaissance est porté par la commercialisation de cours, de manuels, de prospectus, d’appareils, de spectacles et par la diffusion d’instructions aux licenciés et aux souscripteurs (Hilaire-Pérez et Thébaud-Sorger, 2006 ; Stewart, 1992). Dans ce contexte, les privilèges d’exclusivité sont essentiels. L’historiographie contemporaine a souvent souligné le lien entre brevets et transferts techniques mais dans une certaine mesure, les privilèges et les droits d’exclusivité sont une réalité depuis le Moyen Âge et participent d’une régulation des circulations techniques, tant l’invention est perçue comme une imitation.

24Les privilèges exclusifs reposent sur un processus de codification des savoirs techniques en écho à un mouvement initié par les corporations médiévales (Long, 1991). Bien qu’il soit difficile d’établir si les privilèges et les brevets ont eu une quelconque influence sur la diffusion de nouvelles techniques, ces outils dans la construction de marchés ont attiré les ouvriers étrangers à la recherche de mécènes. Les corps de métiers italiens, par exemple, font un usage complémentaire des privilèges exclusifs et des politiques de diffusion communautaires : les premiers favorisent le renouvellement des techniques et les seconds intègrent ces nouvelles techniques aux savoirs communs (Belfanti, 2004a, 2004b). Il est de plus possible de jouer de tels privilèges à une échelle internationale (Long, 2001). Depuis les xve et xvie siècles, le système de l’exclusivité se répand en Europe depuis Venise et les cités italiennes grâce aux migrations transalpines des ingénieurs et artisans, attirés par des princes, des villes, des États. Les privilèges et les patents constituent une ressource juridique bien maîtrisée par une poignée d’artisans, d’ingénieurs et d’entrepreneurs très compétents.

25Les liens entre l’invention et l’importation de techniques ont renforcé le rôle des privilèges dans les circulations de savoirs, au moins au cours des xve et xvie siècles. Sur le long terme, quelques puissants réseaux et partenariats internationaux ont stratégiquement usé de cette ressource institutionnelle pour tirer profit de leurs inventions. L’obtention de privilèges exclusifs dans plusieurs pays, par exemple, leur a donné l’opportunité de jouer à leur avantage sur les écarts entre les législations nationales (Dolza et Hilaire-Pérez, 2002 ; Hilaire-Pérez, 1997). Certaines techniques sont introduites en France au xviiie siècle grâce à ces possibilités offertes par les privilèges exclusifs, soit en exploitation directe (machines à filer d’Arkwright), soit à la suite d’une cession (trichromie en taille-douce) ou bien par exploitation sous licence (navette volante, machine de Watt).

26Mais les privilèges, les patents et les brevets jouent aussi un rôle de frein dans la diffusion des savoirs, un fait bien identifié par les historiens et par les économistes. Ces droits sont difficiles à obtenir, soit en raison de leur prix (en Angleterre), soit parce qu’ils ne sont délivrés qu’au terme d’une procédure d’examen complexe (sur le continent). Ils récompensent quelques rares élus qui peuvent alors trouver des moyens de se rémunérer en élevant les coûts d’accès à la connaissance et à l’usage des techniques nouvelles, non sans susciter une hostilité dans le public. Ainsi ce système nécessite dès ses débuts des instruments de régulation pour faciliter l’accès aux protections institutionnelles, d’une part, et pour équilibrer les mécanismes incitatifs et l’appropriation collective des techniques nouvelles, d’autre part. Dès le xvie siècle, l’exclusivité coexiste avec des systèmes d’encouragement qui portent immédiatement les inventions dans le domaine public, sous la forme de prix ou de récompenses, et promeuvent des modalités d’« invention collective ».

27À l’époque moderne, pour les étrangers, les financements publics deviennent tout aussi attractifs que l’exclusivité. Les États mercantilistes autant que les monarchies éclairées utilisent largement les récompenses et les exemptions fiscales pour promouvoir la circulation des connaissances. À cet égard, l’Angleterre constitue une exception puisque, passé le xvie siècle, il n’existe aucune politique pour encourager les transferts ou l’innovation (MacLeod, 2007). En France, en revanche, les subsides publics jouent un rôle majeur dans la gestion des circulations techniques. Entre les administrateurs de l’État central et les autorités locales se développent des réseaux et des coordinations, reflétant une politique économique fondée sur des idéaux de rationalisation de l’économie et d’homogénéisation du territoire (Hilaire-Pérez, 2000 ; Minard, 1998). Ainsi, en 1750, le teinturier lyonnais François Gonin est envoyé à Rouen pour expérimenter sa nouvelle méthode pour teindre le coton, sous le contrôle de l’inspecteur des manufactures local, d’entrepreneurs et des représentants de la chambre de commerce et des corporations. Gonin est contraint de former des apprentis, qui deviennent alors maîtres une fois que leurs compétences ont été sanctionnées par l’académicien Hellot (Hilaire-Pérez, 2000, p. 63, 70 et 137). Les institutions traditionnelles comme les corporations favorisent la diffusion de l’innovation (Epstein et Prak, 2008), un système qui semble avoir eu plus d’impact que les privilèges exclusifs.

28Autre limite des droits exclusifs : ils reposent sur une exploitation fondée sur l’initiative individuelle, sur les droits privatifs et sur la gestion des techniques à l’échelle des entreprises ; ils dépendent, en conséquence, du temps des affaires, accéléré et incertain. Le système convient mal aux techniques développées sur le long terme dans un cadre communautaire, comme les métiers à tisser à la tire de la soierie lyonnaise : l’introduction du métier Jacquard à Londres au xixe siècle sous couvert de patentsest un échec, tant la maîtrise du métier (apprentissage, réparation) repose sur une société d’artisans hautement qualifiés qui partagent une culture technique urbaine acquise de longue date à Lyon (Cottereau, 1997). Ces techniques appartiennent à un territoire (Pérez, 2008b). Cet exemple confirme la complexité des circulations et suggère la nécessaire prise en compte des variables temporelles et spatiales dans leur analyse.

Territoires et temporalités

Rythmes

29Les circulations techniques ne revêtent pas toutes la même intensité dans le temps et dans l’espace. Certaines appartiennent aux temps courts, aux accélérations, d’autres sont plus diffuses et continues, à l’échelle de générations. Parfois, et couramment pour les périodes les plus anciennes, il est impossible de mesurer le temps des circulations et même de l’évaluer grossièrement. Cela est patent, toutes époques confondues, pour les techniques agraires, des circulations desquelles – à la fois très amples et très lentes – les historiens ont parfois l’intuition sans pouvoir reconstituer leur cohérence d’ensemble (Comet éd., 1995 ; Comet, 1992 et 2001).

30Dans certains lieux, le rythme de diffusion est plus soutenu qu’ailleurs, dans un même pays, voire une même ville, où le processus prend plus de temps. Les sites d’intense circulation sont en général les mieux documentés dans les archives. En France, administrateurs et entrepreneurs se sont mobilisés autour de l’acquisition de telle technique ou de telle filière technique, comme dans les manufactures-pilotes du xviiie siècle. Un exemple bien connu en est la mécanisation textile sous la conduite de John Holker dans ses fabriques de Sens et de Rouen (Chassagne, 1991). La chronologie épouse le temps des affaires, les itinéraires individuels d’entrepreneurs innovateurs et celui du réformisme des administrateurs éclairés, des années 1750 à 1780. Dans ces entreprises privilégiées, au plus proche des réseaux de pouvoir qui lient monarchie, financiers, experts savants, circulent du matériel, des techniciens spécialisés, des ouvriers entraînés aux gestes nouveaux comme les maîtresses fileuses de Holker.

31Ces réseaux français, au sein desquels circulent les inventeurs gratifiés par la monarchie, participent de la pédagogie de l’innovation et du renouvellement des apprentissages. À l’origine du Conservatoire des arts et métiers, fondé en 1794, se trouve l’hôpital des Quinze-Vingts, rue de Charenton, lequel, dans les années 1780, est un lieu d’accueil de techniques nouvelles et importées ; l’hôpital est étroitement lié aux anciens ateliers de Vaucauson, devenus le dépôt de machines de l’hôtel de Mortagne, rue de Charonne (Hilaire-Pérez, 2000, p. 268).

32Pour le Moyen Âge, l’accélération de la circulation des savoirs techniques peut être mesurée au rythme des chantiers. Ce sont des lieux de condensation des circulations techniques, facilitant le brassage et la rencontre des hommes et des savoirs ainsi que l’enseignement et l’apprentissage. L’exemple bien documenté du Dôme de Milan éclaire ce temps des circulations :

On ne trouve pas sur les chantiers de construction l’attitude de fermeture frileuse que l’on constate dans nombre de métiers urbains réglés […]. Il n’est pas non plus question de limiter la formation à des filières prestigieuses […]. Les responsables du chantier milanais recommandent que l’on embauche des ouvriers sur la carrière de pierres du lac Majeur afin qu’ils apprennent le métier et deviennent à leur tour de bons maîtres. (Braunstein, 2003, p. 465-466)

33Dans le même temps, sur le même lieu, on fait appel à des spécialistes commeGabriel Stornalocho de Plaisance, experto in arte geometriae, pour résoudre de délicats problèmes d’élévation rencontrés en 1391 sur le chantier (Beaujouan, 1991, chap. 15 et 16 ; Bechmann, 1993 ; Braunstein, 1998, 2003).

34D’autres circulations sont plus étalées dans le temps et dans l’espace, comme les migrations continues de populations, sur plusieurs générations, à la manière des dynasties ouvrières qualifiées auxquelles les circulations permettent de valoriser leur savoir-faire. C’est le cas des platineurs et des verriers francs-comtois du xixe siècle (Mayaud, 1992). Il en va de même pour les circulations considérées comme moyens d’acquisition privilégiés de savoirs techniques, sur le mode des compagnonnages, en France et en Allemagne. Dans tous les cas, les circulations sont ici un véritable habitus professionnel, indissociable de la culture du métier.

35Dans ces dynasties et ces corps de métiers, les techniques circulent aussi entre générations, dans le temps. Mais la logique de la mémoire technique ne concerne pas seulement l’appropriation lignagère des techniques ; elle repose également sur des créations institutionnelles, comme les dépôts de machines et de modèles (repositories) qui apparaissent à partir du xviie siècle dans l’espace savant, en milieu corporatif et dans la sphère marchande (Hilaire-Pérez, 2000). Cette géographie des sites où le savoir technique est abrité et transmis se double de collections d’écrits : transactions, mémoires, encyclopédies, catalogues (Nègre, 2006, chap. 8). Tous ces dispositifs conservent, mais aussi enfouissent les techniques dans l’oubli, induisant des circulations plus latentes. Les inventions se nourrissent de redécouvertes et de résurgences de savoirs oubliés (Bret, 2004). Ainsi le temps des circulations est-il loin d’être linéaire ; au contraire, il connaît des détours et des retards. Des techniques sont ainsi réimportées ; la navette volante, introduite par John Kay en Languedoc entre 1747 et 1750, est d’abord oubliée – même si cela reste à préciser – avant d’être réimportée par John MacLeod à partir de 1788, à Amiens, à Paris et finalement dans l’ensemble du royaume (Hilaire-Pérez, 2000).

Territoires et jeux d’échelles

36Bien que l’on ait traditionnellement privilégié les études économiques régionales pour le Moyen Âge et retenu les périmètres nationaux pour évaluer la croissance des économies modernes, deux autres échelles semblent plus appropriées pour l’analyse des circulations techniques : les échelles locale et internationale.

37Au niveau international, les échanges techniques définissent des territoires élargis, au-delà des frontières, des espaces organisés régis par une pluralité de règles, de pratiques et de réseaux, au sein d’« économies-monde » dont la cohérence (mais aussi la multipolarité, contrairement au modèle braudélien) tient à l’intensité des échanges au-delà des frontières politiques. Les échanges techniques européens de l’époque moderne sont pris dans une multiplicité de dispositifs : politiques gouvernementales d’espionnage et de débauchage ; apprentissages lointains pour certains artisans européens ; stratégies industrielles d’expansion qui conduisent entrepreneurs et artisans à établir des succursales à l’étranger, succursales qui emploient des ouvriers natifs et expatriés et qui organisent des circuits complexes d’outils et de biens non finis ; réseaux privés ; sociabilité savante, qui se développe avec les académies, les sociétés des arts et la franc-maçonnerie. Les exemples sont nombreux, comme le cercle des amis de l’entrepreneur cosmopolite Ami Argand ou la « république » des teinturiers-chimistes européens au xixe siècle (Nieto-Galan, 1996). De plus, les publications, les traductions, les contrats commerciaux et de multiples pratiques d’échanges, des voyages d’utilité, les visites de sites de fabrication comme les expositions industrielles ont joué un rôle tout aussi important, comme les copies nombreuses de modèles, d’appareils ou de marques à travers l’Europe. Pour plusieurs produits, les historiens de l’art et les conservateurs ont établi qu’il existait une division internationale du travail, processus qui rend encore plus difficile l’identification des origines géographiques des techniques et des artefacts. Que signifie la possession d’une montre de Londres ou de Paris au xviiie siècle, quand les pièces du mécanisme sont pour l’essentiel suisses et que seuls les assemblages sont faits dans ces deux capitales (Smith, 2004 ; Smith et Zek, 2005) ? Les circuits internationaux de compétences et les relations entre les métropoles hautement spécialisées en Europe ont contribué à façonner un contexte de production « paneuropéen » (Smith, 2004 ; MacLeod, 2004).

38Les circulations s’accompagnent de jeux sur les frontières, de processus continus d’ouverture et de fermeture selon les circonstances et les intérêts en présence. L’Angleterre peut interdire l’émigration de techniciens et l’exportation de machines ; toutefois, un entrepreneur comme Matthew Boulton en profite pour contrôler sa main-d’œuvre tout en ouvrant sa manufacture aux visiteurs étrangers, instaurant un système d’échanges complexe à base de réciprocité contrôlée (Musson et Robinson, 1969, p. 216-229 ; Jones, 2004). Les réglementations prohibitives s’appliquent bien aux ouvriers, non aux entrepreneurs (Harris, 1992, p. 170, 1998). Cela est aussi vrai pour la France. Bien que les circulations d’ouvriers lyonnais, dans les industries de la soie, de l’orfèvrerie et de l’horlogerie, soient strictement contrôlées, les entrepreneurs peuvent librement s’installer à l’étranger. Ainsi les Orsel, un temps clients de Boulton, deviennent manufacturiers à Birmingham, d’où ils organisent l’immigration d’ouvriers continentaux (Hilaire-Pérez, 2004). Cette dynamique d’échanges européens au xviiie siècle a ainsi permis une relecture d’une révolution industrielle britannique, aujourd’hui vue comme un « succès européen » (MacLeod, 2004).

39Ce mouvement général ne s’est cependant pas limité à l’Europe occidentale. Il a impliqué les régions méditerranéennes, dont le rôle est crucial dans bien des domaines – comme le moulinage de la soie dont les techniques circulent entre Piémont, Languedoc, Dauphiné et Angleterre – et les zones extra-européennes, notamment le Proche-Orient et l’Asie. Les études récentes de global history ont réévalué l’impact du commerce colonial, de la traite et de l’exploitation mondiale des ressources sur la croissance industrielle de l’Europe (Pomeranz, 2000 ; Stokes, 2001 ; Berg, 2003, 2004, 2005 ; Inkster et O’Brien éd., 2004 ; pour le Moyen-Orient, Quataert éd., 2004 ; Douki et Minard, 2007). Alors que les historiens se sont longtemps concentrés sur le succès européen, d’une part, et qu’ils ont jugé que les transmissions de savoirs de l’Asie à l’Europe ont été marginales ou improbables, d’autre part, les études les plus récentes invitent à reconsidérer les notions de centre et de périphérie (fondement du modèle braudélien). Ces analyses ont permis de réévaluer le dynamisme économique asiatique et sa créativité technique, y compris à l’époque coloniale (Parthasarathi, 2001 ; Barnes, 2004). De même, on considère qu’au xviiie siècle, loin d’être reléguée à la périphérie de l’économie-monde européenne, la Méditerranée y a participé activement comme « médiatrice des techniques » (Bret, 1999).

40L’exemple le plus caractéristique est celui de l’indiennage, dont les techniques – utilisation de la garance avec mordant et teinture à la réserve dans la cuve d’indigo – sont au cœur de la révolution industrielle. Grâce au rôle de passeurs d’Arméniens et de Grecs, qui adaptent les méthodes indiennes et développent la culture et l’usage de la garance, ces techniques furent transmises à l’Europe occidentale (Fukasawa, 1987 ; Kinini, 1999). Initialement intermédiaires, les Arméniens deviennent des exportateurs de garance et d’indiennes à destination des marchés indiens, à partir de la vallée de l’Araxe et des villes de Perse (Dyarbékir), d’Alep et de Smyrne ; ils ont pu imiter des textiles spécifiques, les chafarcanis, copiés des tissus indiens (Daumalin, Girard et Raveux éd., 2003 ; Raveux, 2004). Certains entrepreneurs arméniens s’installent à leur tour en Inde. S’y ajoutent les adaptations grecques, liées à la fois à des savoir-faire et à des conditions naturelles spécifiques dans la région d’Andrinople (Ampelakia, en Thessalie). Au xviiie siècle, le « rouge turc », rouge d’Andrinople, est au cœur des recherches techniques des patrons du coton qui attirent des artisans orientaux à Marseille, à Manchester, en Alsace et dans la région lyonnaise (Musson et Robinson, « Chemical developments in dyeing », 1969, voir p. 344 ; Hilaire-Pérez, 2002a). Marseille bénéficie, à partir du xviiie siècle, de la présence d’une communauté arménienne. Jusqu’alors port franc qui importe des chafarcanis, Marseille devient bientôt un centre de production avec ses propres procédés, à mesure que les marchands développent l’impression d’indiennes grâce à l’influence arménienne (Raveux, 2004). Seuls, les artisans natifs n’auraient pas pu maîtriser ces techniques complexes.

41Territoire commun de cultures techniques croisées sur le très long terme, certainement depuis l’Antiquité, la Méditerranée joue aussi d’autres rôles. Au cours de l’Expédition d’Égypte (1798-1801), des techniques anciennes comme les serrures en bois, les poteries rafraîchissantes, diffusées en France à l’époque romaine ou lors de la conquête musulmane, mais oubliées des élites urbaines et savantes, sont redécouvertes en Égypte. Elles font l’objet de rapports dans le cadre de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, fondée par Chaptal en 1801, et sont alors adaptées et améliorées par les savants français, qui ont ainsi pris conscience de l’existence d’une mémoire technique partagée dans le Bassin méditerranéen (Bret, 1999).

42S’il faut souligner que les circulations techniques ont débordé les frontières nationales et ont traversé de vastes territoires – processus appuyé par les pratiques croissantes de codification depuis le xviiie siècle et renforcé par le « consensus paneuropéen de la mode et du goût » –, il serait erroné de conclure à l’existence d’une « mondialisation » des techniques (Smith, 2004). Les intermédiaires – villes, communautés et sociétés – et les récepteurs des techniques les ont toujours interprétées selon leurs propres besoins et ressources. Une dialectique constante entre circulation et dynamiques locales a pris place au sein de « foyers autochtones » (Brioist, 2002). Ainsi, en écho aux perspectives de la microhistoire, l’échelle locale s’est imposée dans l’histoire des circulations techniques et des mobilités de travail (Fontaine, 2005). Un acquis majeur concerne la révision des rapports entre centre et périphérie. Les études médiévales récentes, par exemple, ont réévalué l’opinion courante sur les relations entre ville et campagne. Il n’est aujourd’hui plus possible de dire que les villes, pôles d’excellence, commandent la diffusion technique vers les espaces qui les environnent. À Carpentras et à Aix, les maçons enrichissent leurs techniques en adoptant un procédé montagnard qui fait usage du bois de mélèze pour les couvertures, les échandoles. Cette circulation de techniques de la montagne vers la ville est portée et vivifiée par d’autres circulations, celle de la main-d’œuvre et des échanges commerciaux. Cependant, malgré les qualités indéniables de cette technique, qui associe légèreté du matériau et adaptation à la forte pente des toits, l’intérêt local pour un tel mode de couverture n’est pas immédiat (Bernardi et Nicolas, 2003).

43Par ailleurs, l’accélération des échanges au xviiie siècle s’inscrit aussi dans des microterritoires, villes ou régions, en raison des progrès de la spécialisation des productions, liée à de multiples facteurs. Ce mouvement de spécialisation engendre plusieurs types de circulation. Ce sont par exemple les échanges techniques intra-urbains. Les circulations y suivent surtout deux modèles : l’émulation inventive et la division du travail. Les métropoles comme Paris, Lyon, Londres, Birmingham et Sheffield ont attiré des artisans hautement qualifiés qui n’ont cessé d’améliorer, d’adapter et d’imiter les mécanismes et les procédés spécifiques. À Lyon, où les réseaux d’artisans de haut niveau sont soutenus par le système « municipaliste » (Sabel et Zeitlin éd., 1997, p. 23), qui permet la coordination de fabricants dans la ville, il est possible de retracer les circuits de diffusion des nouveaux métiers à la tire rue par rue, atelier par atelier, et de repérer la géographie des relations des tisserands avec les charpentiers, les tourneurs et les serruriers qui ont fabriqué les métiers. Ces réseaux ont favorisé la circulation des procédés, notamment par le vol d’équipements et la copie de dispositifs. D’autres modes de transmission intra-urbaine ont été favorisés par la spécialisation croissante des métiers depuis le Moyen Âge. Une complémentarité des échanges s’est développée, comme dans l’orfèvrerie londonienne, modelée par les besoins d’entrepreneurs marchands et de maîtres de métiers. Ceux-ci font travailler des réseaux élargis de sous-traitants tout au long des chaînes de fabrication (Clifford, 1989 ; Riello, 2008a). Ainsi les articles d’orfèvrerie, qui transitent d’un atelier à un autre, sont le condensé de multiples opérations et contacts entre de nombreux artisans. Bien qu’un tel processus ait pu conduire à diminuer les compétences des artisans, il a également favorisé les circulations techniques et les croisements d’activités, qui constituent des sources de l’inventivité artisanale (Lanoë, 2008 ; Hilaire-Pérez, 2002b).

44Au-delà des villes, l’essor du travail industriel en milieu rural a favorisé d’autres processus de diffusion des savoirs techniques. Les recherches, devenues classiques, ont montré l’acculturation des paysans aux techniques et aux rythmes des marchands-fabricants de la ville, puis des industriels. Cela est particulièrement vrai en France, où les manufacturiers se sont largement reposés sur le « système domestique ». Mais bien que le pouvoir économique se construise sur un processus croissant de segmentation des chaînes opératoires pour ex-urbaniser les tâches les moins qualifiées, les relations centre-périphérie n’ont pas toujours suivi la même direction. De fait, ces systèmes relationnels ont favorisé la créativité et le succès économique des zones rurales au Moyen Âge et à l’époque moderne (Epstein, 2000). Encore au xixe siècle, en Franche-Comté, région de tradition métallurgique qui devient une zone de sous-traitance pour l’horlogerie suisse, les ouvriers, souvent des paysans indépendants, adoptent aisément les techniques horlogères qui se greffent aux savoir-faire locaux (comme la coutellerie), contribuant en retour au développement de leur industrie et à leur inventivité (Mayaud, 1992).

45L’émergence d’économies progressivement plus intégrées au xviiie siècle a renforcé les échanges entre des régions aux compétences complémentaires. Maxine Berg a montré que les objets de consommation sont alors le résultat d’échanges de semi-produits et de circulation d’informations techniques entre les centres de métallurgie des Midlands et ceux de poterie du Staffordshire, ce qu’illustrent les relations étroites entre les manufacturiers Boulton et Wedgwood (Berg, 1999). D’une manière générale, les spécialisations régionales et urbaines ont intensifié les circuits de produits et la mobilité des artisans qualifiés, suscitant des tentatives de gestion appropriée des circuits. On perçoit ce fait dès le Moyen Âge. Dans le contexte particulier de l’Italie du Nord, des cités rivales développent des politiques de contrôle des circulations techniques, un protectionnisme qui s’atténue à partir du xve siècle quand « une sorte d’équilibre, fondé sur des techniques partagées et des spécialités distinctives, est atteint » (Epstein, 2004, p. 424).

L’individu et le groupe : choix et contraintes des migrants

46La définition et l’identification des circulations techniques et l’analyse de leurs formes, rythmes et échelles renvoie aux hommes qui les ont favorisées. Les recherches sur la mobilité du capital humain ont beaucoup progressé et l’on comprend mieux les différents modèles, migrations individuelles ou collectives, circulaires, en chaîne ou opportunistes, déplacements forcés, suscités ou volontaires, temporaires, saisonniers ou pérennes, au gré de la gestion municipale ou étatique des étrangers (Belfanti, 2004a, 2004b ; Dolza et Maitte, 2004 ; Ciriacono, 2005 ; Luu, 2005 ; Maitte et Martini, 2006). On sait aussi que l’analyse des minorités pose des problèmes particuliers tant elle introduit une dimension identitaire, source de récits mythiques que les historiens s’attachent maintenant à comprendre (Cantelaube, 2005 ; Verna, 2005 ; Bottin et Calabi, 1999 ; Pérez, 2008a).

47Commençons par les itinéraires individuels, les parcours personnels d’artisans, ingénieurs, techniciens, entrepreneurs au gré de leurs stratégies, de leurs réseaux publics et privés. Cette analyse constitue la trame de l’ouvrage de référence de John Harris sur les échanges entre France et Angleterre au xviiie siècle (Harris, 1998) ; les recherches actuelles approfondissent cette dimension individuelle de l’échange. L’un des apports de ces travaux est de souligner la part des réseaux familiaux, politiques, professionnels ou savants dans des « migrations en chaîne », suggérant combien les techniques, dans leur matérialité, dans leurs hybridations et leurs cheminements, sont l’expression de dynamiques humaines (Pinto, Verna, à paraître ; Luu, 2008 ; Reppel, 2008).

48Bien que des individus renommés, comme les manufacturiers et les ingénieurs, attirent souvent l’attention, d’autres personnages moins connus sont impliqués, comme le révèlent de façon croissante les études sur le Moyen Âge. Retenons l’exemple du maçon aixois, Barthélemy Guersi, qui construit des caves « à la piémontaise ». D’origine piémontaise comme beaucoup de travailleurs du bâtiment, cet homme n’est d’ailleurs pas uniquement vecteur, mais véritablement adaptateur, sinon concepteur de ce nouveau type de caves (Bernardi, 2000). L’étude qui lui a été consacrée, fruit du dépouillement en continu d’archives notariales, est exceptionnelle par la précision des données rassemblées sur ce maçon ordinaire. Effectivement, pour des individus bien plus prestigieux, la moisson de la documentation collectée est souvent réduite. Parmi les experts miniers qui voyagent en Europe à la fin du Moyen Âge, que sait-on de Hans Brohart, maître fondeur et affineur de Brisach, recommandé par un autre fondeur auprès du responsable de la mine royale de Pampailly, sinon qu’il arrive sur le chantier minier après un passage à Lyon et y travaille avant de se rendre en Lombardie ? Son expérience et sa qualification le font intervenir aussi bien dans le domaine de la fonderie qu’à l’intérieur de la mine, quand il s’agit d’organiser la reprise des travaux. Il quitte Pampailly, n’y reviendra pas malgré son contrat et disparaît des sources conservées sur la grande mine d’argent, vendant ailleurs sans doute ses capacités exceptionnelles (Benoit, 1997). Bien évidemment, dans les cas de Barthélemy Guersi et de Hans Brohart, les trajectoires individuelles et les choix qu’elles supposent, pour être compris, doivent être rapportés aux relations qu’ils entretiennent avec leurs amis, leurs compatriotes, leurs compagnons de travail.

49Il est ici légitime d’interroger le poids respectif des initiatives privées et des politiques migratoires des États dans la dynamique migratoire. Cette question a été étudiée pour l’Italie à l’époque moderne, et récemment pour l’Europe et l’Amérique du Nord au xviiie siècle (Dolza et Maitte, 2004 ; Lyon, 2004). Si, bien souvent, les migrants ne répondent pas à des sollicitations politiques mais suivent des mobiles individuels qui n’apparaissent pas toujours dans les archives, leur insertion dans des réseaux de pouvoir et leurs conflits avec l’administration, avec les instances de contrôle et les institutions de régulation du travail, notamment les corporations, sont des constantes dans tous les États de l’époque moderne (Brioist, 2002 ; Gouzévitch, 1999, 2003).

50De fait, les pouvoirs publics interviennent régulièrement dans la circulation des savoirs techniques, soit par la réglementation des migrations, soit par des mesures volontaristes pour l’acquisition d’un savoir spécifique. Les attitudes des autorités s’échelonnent de l’hostilité à l’égard des migrants économiques, en raison parfois du protectionnisme des populations locales, comme à Londres au xvie siècle (Luu, 2005), jusqu’à l’encouragement manifeste et au soutien financier apportés aux techniciens étrangers dotés de compétences recherchées. Le transfert du procédé direct de réduction du fer – technique de production du fer en barres à partir de la fonte, et non du minerai brut et du charbon de bois – en est un bon exemple : sa diffusion a été encouragée par des princes comme le duc de Ferrare, qui a attiré des ouvriers étrangers des régions de Bergame et de Brescia pour établir la forge à Fornovolasco (Baraldi et Calegari, 2001).

51Privilèges exclusifs, financements, exemptions d’impôts et de droits exigés des étrangers – comme le droit d’aubaine en France, que devaient verser les héritiers des immigrés – et une large panoplie de lois exceptionnelles coexistent avec des réglementations générales visant à limiter l’émigration d’artisans qualifiés, l’exportation d’outils ou de produits semi-finis ou à contrôler les migrants. Ces dispositifs sont bien connus pour la France et l’Angleterre au xviiie siècle (Harris, 1998, p. 7-27 et 453-477 ; Morieux, 2008, chap. 8). D’autres mesures spécifiques sont prises, ainsi pour imposer aux étrangers de verser des contreparties financières à leur ville d’origine (Maitte, 2001, 2008), ou bien pour les obliger à enseigner leurs savoir-faire ou encore à employer des travailleurs natifs et des apprentis dans leurs ateliers, comme dans le cas de Londres au xvie siècle (Luu, 2005). Dans ce dernier cas, la diffusion des savoir-faire est favorisée par des politiques incitatives régulant le marché du travail, bien que certaines mesures soient ambiguës, car il s’agit aussi de préserver l’intérêt des populations locales.

52De véritables politiques migratoires sont établies à différentes échelles, nationales ou locales. Au niveau national, on peut évoquer le recrutement de mineurs allemands pour les mines d’argent de la fin du Moyen Âge dans les grandes ordonnances royales et princières (Bailly-Maître et Benoit, 1998), d’artisans italiens par Colbert et d’ouvriers anglais par John Law (Dubost, 1997 ; Harris, 1998). À l’échelon urbain, voire corporatif, ces politiques représentent une des modalités des rivalités entre cités d’Italie du Nord et des Pays-Bas depuis le Moyen Âge (Epstein, 2004 ; Mola, 1994 ; Belfanti, 2004a, 2004b). Sur ces dispositifs se greffent les circulations curiales, les réseaux de pouvoir des princes et des mécènes, depuis le Moyen Âge (Boucheron, 1998). Peut-on associer ces pratiques aux choix et aux politiques économiques engagés par les ordres religieux dans le domaine des techniques ? Cette question renvoie au cas bien connu des cisterciens. L’organisation de l’ordre selon un réseau d’abbayes mères et filles trouve un écho dans la pratique sidérurgique de certaines abbayes et le relais qu’elles ont assuré à la diffusion des techniques (Verna, 1995 ; Eschenlohr, 2001, 2004).

53En raison des stratégies politiques qu’elles ont occasionnées dans les pays d’accueil, les migrations des individus et des groupes peuvent être repérées au cours de longues périodes. Il est possible de suivre la synergie des ressources mobilisées par des réseaux de migrants qui assurent ainsi leur savoir-faire dans des domaines très particuliers (Belfanti, 2004a, 2004b). L’émigration de main-d’œuvre spécialisée ouvre des voies de communication où, malgré les interdits, transitent hommes, produits, équipements, informations et savoirs.

54Parmi les migrations de groupes, les plus formalisées ont fait l’objet d’études, en particulier les compagnonnages, le tramping system, le Wander-zwang, dont l’impact sur l’acquisition et la diffusion de techniques est connu par diverses recherches, notamment dans l’espace germanique (Ehmer, 1977 ; Reith, 1998 ; Smith, 2004, p. 130). S’y ajoutent des migrations d’apprentissage moins encadrées, par exemple entre Londres et les provinces anglaises ou dans les réseaux urbains d’Italie du Nord et des Pays-Bas (Epstein, 1998, 2004).

55Les migrations de minorités sont également un classique dans l’histoire politique des circulations techniques. Si le cas le plus connu est celui des minorités religieuses, persécutées, d’autres sont à signaler, comme celui des minorités politiques, par exemple les jacobites qui jouent un rôle majeur dans l’industrie française au xviiie siècle, ainsi John Holker mais aussi les hommes de John Law, Henry Sully et William Blakey, pivots de la Société des Arts de Paris. Le cas des minorités religieuses ne doit pas non plus faire oublier que dans ces milieux cosmopolites, les conversions et la mixité des appartenances sont aussi une clef de l’insertion aux réseaux : l’horloger Henri Sully, par exemple, descendant de huguenots français, s’est converti au catholicisme à Londres. Enfin, les appartenances religieuses ont aussi du sens quand elles en recoupent d’autres : ainsi le rôle des horlogers huguenots dans les circulations techniques est-il souvent lié à leur insertion dans la franc-maçonnerie et ses cercles de sociabilité européens, comme c’est le cas pour John Theophilus Desaguliers (Stewart, 1992, p. 213-254).

56Le dossier des minorités religieuses vaut d’être rouvert en tenant compte des résultats récents. Pour les médiévistes, il est courant de s’interroger sur la pratique de certaines techniques, particulièrement dans le domaine de la céramique, en regard de l’implantation durable d’un groupe d’artisans d’origine musulmane dans l’Europe chrétienne (Córdoba de la Llave, 1997 ; Marchesi, Thiriot et Vallauri éd., 1997). Nul doute qu’il serait également intéressant de reprendre la documentation disponible sur la place des cathares dans la circulation des techniques (Verna, 2001b, p. 103-104). De même, la diversité des métiers et des reconversions professionnelles chez les juifs dans l’Espagne de la Reconquête suggère l’impossibilité d’assigner telle technique, telle compétence à une minorité religieuse (Pinto, 2008). Pour l’époque moderne, l’exemple des huguenots est révélateur du renouvellement des approches. Warren Scoville, à l’origine de l’intérêt pour la question, distinguait les diffusions techniques « par radiation », par emprunt et imitation, et les diffusions par migrations qui, « plus spectaculaires et violentes » selon lui, initient davantage d’innovations et de rapides changements (Scoville, 1951, 1952, 1960 ; Pérez, 2008a). Dans son sillage, un courant historique a pointé l’apport des réfugiés protestants en Europe depuis le xvie siècle et notamment leur rôle en Angleterre après 1685. Établis à Londres mais aussi dans divers centres de province, ils sont considérés comme des leviers dans bien des secteurs : soierie, toiles pour voiles, verrerie, orfèvrerie, papier, horlogerie, quincaillerie (Scoudouli éd., 1985, chapitres de Rothstein et Tait ; Holmes, 1978 ; Gwynn, 1985 ; Murdoch éd., 1985).

57Pourtant, selon des analyses plus récentes, l’impact des huguenots apparaît plus diffus, porté par l’ensemble d’une communauté, soit 50 000 personnes environ pour le xviiie siècle, dont l’intégration s’est faite via l’apprentissage et les réseaux de sous-traitance. Qui plus est, en raison de la solidarité et de la ségrégation, la circulation des techniques a pu être restreinte à la seule communauté huguenote, et ralentir la transmission aux populations natives (Luu, 2005). Enfin, contrairement aux clichés qui assignent des savoirs techniques spécifiques à des minorités, on souligne la flexibilité des compétences des émigrés selon les opportunités que présentent les communautés d’accueil.

58Plusieurs questions en découlent : celle du repérage des traces laissées par ces ouvriers souvent illégaux, silencieux, anonymes et mal acceptés par les corporations (Keene, 1999 ; Bolton, 1999) ; celle des pratiques effectives de la greffe technique ; celle, enfin, des modalités du contact entre natifs et huguenots. Quel fut le rôle de l’apprentissage et quels en furent les moyens ? Une autre piste serait celle des liaisons entre les huguenots et d’autres artisans étrangers à Londres, comme les Allemands, protestants et catholiques, eux aussi détenteurs de savoirs spécifiques, notamment en orfèvrerie et qui ont voyagé avec facilité en Angleterre et sur le continent. Sur toutes ces questions, des études novatrices s’intéressent non seulement aux caractères des groupes d’émigrants mais aussi à l’accueil par leurs compatriotes, les natifs ou les autorités dont les politiques migratoires ont eu un impact majeur à la fois sur le statut des étrangers et sur la transmission des savoirs (Mitchell éd., 1995 ; Clifford, 1995a, 1995b, 1999b ; Hartop, 1998 ; Morieux, 2008 ; Forbes, 2002 ; Archer, 1994). Hétérogénéité des communautés, circuits complexes avec persistance des retours au pays d’origine, différenciation des modèles de diffusion selon les métiers et les périodes, ambiguïté des politiques migratoires et des statuts attribués : la diversité des expériences l’emporte sur tout modèle unifiant (Luu, 2008). D’autres études confirment l’identité prismatique des minorités dans l’Angleterre des Lumières (Riello, 2008b ; Jones, 2008).

59L’historiographie des circulations techniques est héritière des problématiques pionnières de l’histoire des techniques, à la suite de Nathan Rosenberg, et de l’histoire économique et sociale, marquée par Fernand Braudel. Dans le sillage de leurs réflexions, à la vision unifiante des transferts, s’est substituée la notion de circulation technique, reposant sur une perception territorialisée des savoirs techniques et sur une prise en compte de la diversité des rythmes de circulation et de la qualité différenciée des espaces de réception. Les études récentes ont montré que les transmissions de savoirs techniques impliquent des synergies de moyens et entraînent d’incessantes adaptations selon les besoins et les choix des communautés. Les détours, les retards et les échecs sont récurrents, mettant à mal le souci des historiens d’identifier des voies directes ou des exemples de transferts homogènes. Bien que des techniques aient pu être partagées sur de vastes distances, les territoires ne sont pas des entités abstraites mais bien des constructions humaines.

60Le temps est venu de repenser les outils intellectuels et matériels pour une microhistoire technique. Notre recension éclaire l’importance de trois points de méthode. D’une part, si les historiens des techniques ont surtout étudié les objets et les pratiques, ils sont maintenant plus sensibles aux mots et utilisent la lexicographie pour identifier des techniques. Un champ d’étude nouveau se dessine, celui des langues de la pratique, qui place l’histoire des techniques aux avant-postes de l’histoire intellectuelle (Gouzévitch, 2007 ; Dubourg-Glatigny et Vérin, 2008). Le thème des hybridations apparaît tout aussi important et fait écho aux recherches actuelles en sciences sociales (Gruzinski, 1999 ; Amselle, 2001). Ce concept, classique en histoire culturelle et enrichi par l’anthropologie de l’altérité, est maintenant promu par une histoire des techniques soucieuse de mettre à distance les ethnocentrismes.En liaison, les historiens des techniques réévaluent l’importance de la géographie, des frontières, des territoires et des identités qui s’y sont inscrites. Ils conjuguent ainsi la possibilité d’« amarrer l’étude du local au contexte global» (Gruzinski, 2002)et de comprendre la place des techniques dans les imaginaires nationaux (MacLeod, 2007). Dans tous ces domaines, l’histoire des techniques se trouve au cœur des dynamiques de l’histoire générale.

Haut de page

Bibliographie

Amouretti Marie-Claire et Sigaut François éd., 1998, Traditions agronomiques européennes. Élaboration et transmission depuis l’Antiquité, Paris, CTHS.

Amselle Jean-Loup, 2001, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion.

Archer Ian, 1994, « Responses to alien immigrants in London, c. 1400-1650 », Le migrazioni in Europa secc. xiii-xviii, S. Cavaciocchi éd., Florence, Le Monnier, p. 755-774.

Bailly-Maitre Marie-Christine et Benoit Paul, 1998, « Les mines d’argent de la France médiévale », L’argent au Moyen Âge, L. Feller éd., Paris, Publications de la Sorbonne, p. 17-45.

Bairoch Paul, 1974 [1963], Révolution industrielle et sous-développement, Paris, Mouton.

Baraldi Enzo et Calegari Manlio, 2001, « Pratica e diffusione della siderurgia “indiretta” in area italiana (secc. xiii-xvi) », La sidérurgie alpine en Italie, xiie-xviie siècle, Ph. Braunstein éd., Rome, École française de Rome, p. 93-162.

Barnes Ruth, 2004, Textiles in Indian Ocean Societies, Londres, Routledge/Curzon.

Barraclough Kenneth C., 1976, Steelmaking before Bessemer. The Importance of the North East of England, Cleveland, Cleveland Industrial Archaeology Society.

Beauchamp Victoria et Unwin Joan, 2002, The Historical Archaeology of the Sheffield Cutlery and Tableware Industry, 1750-1900, Sheffield, Arcus.

Beaujouan Guy, 1991, Par raison de nombres. L’art du calcul et les savoirs scientifiques médiévaux, Aldershot, Ashgate.

Bechmann Roland, 1993, Villard de Honnecourt. La pensée technique au xiiie siècle et sa communication, Paris, Picard.

Belfanti Carlo M., 2004a, « Corporations et brevets : les deux faces du progrès technique dans une économie préindustrielle (Italie du Nord, xvie-xviiie siècle) », Les chemins de la nouveauté. Inventer, innover au regard de l’histoire, L. Hilaire-Pérez et A.-F. Garçon éd., Paris, CTHS, p. 59-75.

— 2004b, « Guilds, patents and the circulation of technical knowledge. Northern Italy during the Early Modern Age », Technology and Culture, n° 45, p. 569-589.

Belfanti Carlo M. et Giusberti Fabio éd., 2000, « Institutions and technical change in early modern Europe », History and Technology, n° 16, p. 243-262.

Belhoste Jean-François, 1992, Fer, fonte, acier : Rhône-Alpes, xve-début xxe siècle, Lyon, Association pour le développement de l’inventaire des richesses artistiques de Rhône-Alpes.

— 2001, « Mutations techniques et filières marchandes dans la sidérurgie alpine entre le xiiie et le xvie siècle », La sidérurgie alpine en Italie, xiie-xviie siècle, Ph. Braunstein éd., Rome, École française de Rome, p. 516-592.

Benoit Paul, 1997, La mine de Pampailly (xve-xviiie siècle), Lyon, Service régional de l’archéologie.

Benoit Paul et Braunstein Philippe, 1983, « Les comptes miniers d’Hurtières en Savoie (1338-1350) », Mines, carrières et métallurgie dans la France médiévale, P. Benoit et Ph. Braunstein éd., Paris, CNRS, p. 183-206.

Benoît Serge et Rignault Bernard, 1984-1986, « Le patrimoine sidérurgique du Châtillonnais », Mémoires de la Commission des antiquités du département de la Côte-d’Or, n° 34, p. 387-448.

Berg Maxine, 1999, « New commodities, luxuries, and their consumers in eighteenth-century England », Consumers and Luxury. Consumer Culture in Europe, 1650-1850, M. Berg et H. Clifford éd., Manchester, Manchester University Press, p. 63-85.

— 2003, « Asian luxuries and the making of the European consumer revolution », Luxury in the Eighteenth Century. Debates, Desires, and Delectable Goods, M. Berg et E. Eger éd., Londres, Palgrave-Macmillan, p. 207-218.

— 2004, « In pursuit of luxury. Global history and British consumer goods in the eighteenth century », Past and Present, n° 182, p. 87-141.

— 2005, Luxury and Pleasure in Eighteenth-Century Britain, Oxford, Oxford University Press.

Bernardi Philippe, 2000, « Essai, tâtonnement et pari. Le rôle de l’individu dans l’innovation », Médiévales, n° 39, p. 14-29.

Bernardi Philippe et Nicolas Nathalie, 2003, « Les échandoles. Applications et rayonnement d’un matériau et d’un savoir-faire montagnard à la fin du Moyen Âge », Las montañas del Mediterraneo, A. Ortega Santos et J. Vignet Zunz éd., Working Papers nº 4, Grenade, Diputación provincial de Granada – Centro de investigaciones etnológicas « Angel Ganivet », p. 287-304.

Bolton James L., 1999, « La répartition de la population étrangère à Londres au xve siècle », Les étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l’époque moderne, J. Bottin et D. Calabi éd., Paris, MSH, p. 425-436.

Bottin Jacques et Calabi Donatella éd., 1999, Les étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, MSH.

Boucheron Patrick, 1998, Le pouvoir de bâtir : urbanisme et politique édilitaire à Milan (xive-xve siècles), Rome, École française de Rome.

Braunstein Philippe, 1998, « Savoir et savoir-faire. Les transferts techniques », L’innovation technique au Moyen Âge, P. Beck éd., Actes du VIe Congrès international d’archéologie médiévale, Paris, Errances, p. 303-309.

— 1999, « Maîtrise et transmission des connaissances techniques au Moyen Âge », History of Technology, n° 21, p. 155-165.

— 2003 [1992], « La communication dans le monde du travail à la fin du Moyen Âge », Travail et entreprise au Moyen Âge, Bruxelles, De Boeck Université, p. 459-475.

Bret Patrice, 1999, « La Méditerranée médiatrice des techniques. Regards et transferts croisés durant l’expédition d’Égypte (1798-1801) », Enquêtes en Méditerranée. Les expéditions françaises d’Égypte, de Morée et d’Algérie, M.-N. Bourguet et al. éd., Athènes, Institut de recherches néohelléniques / FNRS, p. 79-101.

— 2004, « Genèse et légitimation patrimoniale d’une invention individuelle. Les archives de l’artillerie à l’origine d’une innovation dans la marine au xixe siècle », Les chemins de la nouveauté. Inventer, innover au regard de l’histoire, L. Hilaire-Pérez et A.-F. Garçon éd., Paris, CTHS, p. 385-410.

Brioist Pascal, 2002, « Les révolutions des techniques à la Renaissance », L’Europe de la Renaissance, 1470-1560, G. Chaix éd., Paris, Éditions du Temps, p. 141-161.

Bruland Kristine, 2003 [1989], British Technology and European Industrialization. The Norwegian Textile Industry in the Mid-Nineteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press.

Cantelaube Jean, 2005, La forge à la catalane dans les Pyrénées ariégeoises. Une industrie à la montagne, xviie et xixe siècles, Toulouse, CNRS, Framespa, Université Toulouse Le Mirail.

Cantelaube Jean et Verna Catherine, 2000, « La forge à la génoise : quel transfert d’innovation ? », Il ferro nelle Alpi. Giacimenti, miniere e metallurgia dall’antichita al xvi secolo, Atti del Convegno, Bienno, 1998, C. Cucini Tizzoni et M. Tizzoni éd., Comune di Bienno, p. 152-163.

Cardon Dominique, 1999, La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, Paris, CNRS.

— 2003, Le monde des teintures naturelles, Paris, Belin.

Chassagne Serge, 1991, Le coton et ses patrons : France, 1760-1840, Paris, EHESS.

Ciriacono Salvatore, 2005, « Migration, minorities, and technology transfer in early modern Europe », The Journal of European Economic History, vol. 34, p. 43-64.

Clifford Helen, 1989, « Parker and Wakelin. The Study of an Eighteenth-Century Goldsmithing Business with Particular Reference to Garrard Ledgers, 1770-1776 », PhD, Royal College of Art (Londres).

— 1995a, « The myth of the maker. Manufacturing networks in the London gold-smiths trade, 1750-1790 », Silver and Jewelry. Production and Consumption since 1750, K. Quickenden et N. A. Quickenden éd., Birmingham, University of Central England, p. 5-12.

— 1995b, « “The king’s arms and feathers”. A case study exploring the networks of manufacture operating in the London goldsmiths’ trade in the eighteenth century », Goldsmiths, Silversmiths and Bankers. Innovation and the Transfer of Skill, 1550-1750, D. Mitchell éd., Stroud, Alan Sutton Publishing, p. 84-95.

— 1999a, « Concepts of invention, identity and imitation in the London and provincial metal-working trades, 1750-1800 », Journal of Design History, n° 12, p. 241-255.

— 1999b, « In defence of the toyshop. The intriguing case of George Willdey and the huguenots », Proceedings of the Huguenot Society, vol. 27, n° 2, p. 171-188.

— à paraître, « English ingenuity, French imitation and Spanish desire. The intriguing case of cut steel jewellery from Woodstock, Birmingham and Wolverhampton c. 1700-c. 1800 », L’acier en Europe avant Bessemer, Ph. Dillmann, L. Pérez et C. Verna éd., Toulouse, Presses du Mirail.

Cohen Yves et Raj Kapil, à paraître, « Localités et circulations : pour des études transnationales et mondiales ancrées ».

Comet Georges, 1992, Le paysan et son outil. Essai d’histoire technique des céréales (France, viiie-xve siècle), Rome, École française de Rome.

— 2001, « Orient-Occident. Moulin manuel à bielle-manivelle », Techniques et économies antiques et médiévales. Le temps de l’innovation, D. Meeks et D. Garcia éd., Paris, Errances, p. 79-81.

Comet Georges éd., 1995, La transmission des connaissances techniques, Aix-en-Provence, Publications de l’Université.

Coquery Natacha, Hilaire-Pérez Liliane, Sallmann Line et Verna Catherine éd., 2004, Artisans, industrie. Nouvelles révolutions du Moyen Âge à nos jours, Lyon, ENS Éditions.

Córdoba de la Llave Ricardo, 1997, « Algunas consideraciones sobre el lagado tecnológico andalusí en la Córdoba cristiana », Acta historica et archaeologica mediaevalia, n° 18, p. 335-375.

Córdoba de la Llave Ricardo éd., 2003, Mil años de trabajo del cuero, Córdoba, Litopress.

Cotte Michel, 1999, « From trade to industry. The independent informative networks of European firms (early nineteenth century) », ICON, n° 5, p. 167-187.

— 2005, De l’espionnage industriel à la veille technologique, Besançon/Belfort, Presses universitaires de Franche-Comté / UTBM.

Cottereau Alain, 1997, « The fate of collective manufactures in the industrial world. The silk industries of Lyons and London, 1780-1850 », World of Possibilities. Flexibility and Mass Production in Western Industrialization, C. F. Sabel et J. Zeitlin éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 75-152.

Daumalin Xavier, Girard Nicole et Raveux Olivier éd., 2003, Du savon à la puce. L’industrie marseillaise du xviie siècle à nos jours, Marseille, Jeanne Laffitte.

David Paul A., 1998, « Communication norms and the collective cognitive performance of invisible colleges », Creation and Transfer of Knowledge. Institutions and Incentives, G. B. Navaretti et al. éd., New York, Springer, p. 115-163.

Dolza Luisa, 1999, « How did they know ? The art of dyeing in late eighteenth-century Piedmont », Natural Dyestuffs and Industry in Europe, 1750-1880, R. Fox et A. Nieto-Galan éd., Canton, Watson, p. 129-160.

Dolza Luisa et Hilaire-Pérez Liliane, 2002, « Inventions and privileges in the eighteenth century. Norms and practices. A comparison between France and Piedmont », History of Technology, n° 24, p. 21-44.

Dolza Luisa et Maitte Corine, 2004, « Laine et verre en Italie au xviiie siècle. Circulation et intégration des hommes et des savoir-faire », Les circulations techniques. En amont de l’innovation : hommes, objets et idées en mouvement, M. Cotte éd., Besançon/Belfort, Presses universitaires de Franche-Comté / UTBM, p. 77-94.

Dorel-Ferré Gracia, 2001, « Le rôle de Marseille dans l’industrialisation catalane. Le cas de la España Industrial », Els països catalans i el Mediterrani : mites i realitats, Montserrat, Publications de l’Abadia de Montserrat, p. 89-101.

Douki Caroline et Minard Philippe éd., 2007, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique »,Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 54, n° 4 bis, p. 7-21.

Dubost Jean-François, 1997, La France italienne, xvie-xviie siècles, Paris, Aubier.

Dubourg-Glatigny Pacal et Vérin Hélène éd., 2008, Réduire en art. De la Renaissance aux Lumières, Paris, MSH.

Eamon William, 1994, Science and the Secrets of Nature. Books of Secrets in Medieval and Early Modern Culture, Princeton, Princeton University Press.

Ehmer Josef, 1997, « Worlds of mobility. Migration patterns of Viennese artisans in the eighteenth century », The Artisan and the European Town, 1500-1900, G. Crossick éd., Aldershot, Ashgate, p. 172-199.

Endrei Walter, 1968, L’évolution des techniques du filage et du tissage, du Moyen Âge à la révolution industrielle, Paris, EHESS.

Epstein Stephan R., 1998, « Crafts, guilds, apprenticeship and technological change in pre-industrial Europe », Journal of Economic History, n° 58, p. 684-713.

— 2000, Freedom and Growth. The Rise of States and Markets in Europe, 1300-1750, Londres, Routledge.

— 2004, « Journeymen, mobility, and the circulation of technical knowledge, xivthxviiith centuries », Les chemins de la nouveauté. Inventer, innover au regard de l’histoire, L. Hilaire-Pérez et A.-F. Garçon éd., Paris, CTHS, p. 411-430.

Epstein Stephan R. et Prak Maarten éd., 2008, Guilds and Innovation in Europe, 1500-1800, Cambridge, Cambridge University Press.

Eschenlohr Ludwig, 2001, Recherches archéologiques sur le district sidérurgique du Jura central suisse, Lausanne, Cahiers d’archéologie romande.

— 2004, « Les circulations techniques au Moyen Âge. L’éclairage de l’archéologie dans le domaine de la sidérurgie jurassienne, du xie au xvie siècle », Les circulations techniques. En amont de l’innovation : hommes, objets et idées en mouvement, M. Cotte éd., Besançon/Belfort, Presses universitaires de Franche-Comté / UTBM, p. 55-71.

Fontaine Laurence, 2005, « Montagnes et migrations de travail. Un essai de comparaison globale (xve-xxe siècle) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 52, n° 2, p. 26-48.

Foray Dominique et Hilaire-Pérez Liliane, 2005, « The economics of open technology. Collective organization and individual claims in the “Fabrique lyonnaise” during the Old Regime », Frontiers in the Economics of Innovation. Essays in Honor of Paul David, C. Antonelli et al. éd., Cheltenham, Edward Elgar, p. 239-254.

Forbes John S., 2002a [1998], Hallmark. A History of the London Assay Office, Londres, Third Millennium Publishing.

— 2002b, « Search, immigration, and the goldsmiths’ company. A study in the decline of its power », Guilds, Society, and Economy in London, 1450-1800, I. A. Gadd et P. Wallis éd., Londres, Centre for Metropolitan History, p. 115-126.

Foy Danièle, 2001 [1988], Le verre médiéval et son artisanat en France méditerranéenne, Paris, CNRS.

Fremdling Rainer, 2004, « Continental responses to British innovations in the iron industry during the eighteenth and nineteenth centuries », Exceptionalism and Industrialism. Britain and its European Rivals, 1688-1815, L. Prados de la Escosura éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 145-169.

Fukasawa Katsumi, 1987, Toileries et commerce du Levant d’Alep à Marseille, Paris, CNRS.

Garçon Anne-Françoise et Hilaire-Pérez Liliane, 2002, « Open technique between community and individuality in eighteenth-century France », Entrepreneurs and Institutions in Europe and Asia, 1500-2000, F. de Goey et J. W. Veluwenkamp éd., Rotterdam, Aksant, p. 237-256.

Gille Bertrand, 1962, « Le Moyen Âge en Occident (ve siècle-1350) », Histoire générale des techniques. Des origines au xve siècle, t. I, M. Daumas éd., Paris, PUF.

Gouzévitch Irina, 2003, De la Moscovie à l’Empire russe. Le transfert des savoirs européens, Palaiseau, Société des amis de la bibliothèque de l’École polytechnique.

— 2007, « Le transfert technique et ses avatars : le cas de la Russie », Documents pour l’histoire des techniques, n° 14, p. 14-23.

Gouzévitch Dmitri et Gouzévitch Irina, 1999, « Le phénomène des “ingénieurs-résidents”. Reconnaissance légale ou espionnage technique ? », De la diffusion des sciences à l’espionnage industriel (xve-xxe siècle), A. Guillerme éd., Paris, SFHST, p. 159-182.

Grenier Jean-Yves, 2003, « Une économie de l’identification. Juste prix et ordre des marchandises dans l’Ancien Régime », La qualité des produits en France (xviiie-xxe siècle), A. Stanziani éd., Paris, Belin, p. 25-53.

Gruzinski Serge, 1999, La Pensée métisse, Paris, Fayard.

— 2002, « Histoire et anthropologie, une question inactuelle ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 49, n° 4 bis, p. 89-92.

Guillerme André éd., 1999, « De la diffusion des sciences à l’espionnage scientifique et industriel (xve-xxe siècle) », Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, n° 47.

Gwynn Robin D., 1985, The Huguenot Heritage. The History and Contribution of Huguenots in Britain, Londres, Routledge.

Halasz Eva, 2001, Le cuir à fleur de peau, Paris, Adam Biro.

Harris John R., 1992, « Industrial espionage in the eighteenth century », Essays in Industry and Technology in the Eighteenth Century, Aldershot, Ashgate, p. 164-175.

— 1998, Industrial Espionage and Technology Transfer. Britain and France in the Eighteenth Century, Aldershot, Ashgate.

Hartop Christopher, 1998, « Art and industry in eighteenth-century London. English silver, 1680-1760, from the Alan and Simone Hartman collection », Proceedings of the Huguenot Society, vol. 27, n° 1, p. 50-63.

Hilaire-Pérez Liliane, 1997, « Transferts technologiques, droit et territoire. Le cas franco-anglais au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 44, n° 4, p. 547-579.

— 2000, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel.

— 2002a, « Cultures techniques et pratiques de l’échange, entre Lyon et le Levant. Inventions et réseaux au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 49, n° 1, p. 89-114.

— 2002b, « Diderot’s views on artists’ and inventors’ rights. Invention, imitation, and reputation », British Journal for the History of Science, vol. 35, p. 129-150.

— 2004, « Des entreprises de quincaillerie aux institutions de la technologie. L’itinéraire de Charles-Emmanuel Gaullard-Desaudray (1740-1832) », Autour de l’industrie, histoire et patrimoine. Mélanges offerts à Denis Woronoff, J.-F. Belhoste et al. éd., Paris, CHEFF, p. 547-567.

— 2007, « Les échanges techniques dans la métallurgie légère entre la France et l’Angleterre au xviiie siècle », Les idées passent-elles la Manche ? Savoirs, représentations, pratiques (France-Angleterre, xe-xxe siècle), J.-P. Genet et F. J. Ruggiu éd., Paris, Presses de la Sorbonne, p. 161-183.

Hilaire-Pérez Liliane et Thébaud-Sorger Marie, 2006, « Les techniques dans l’espace public. Publicité des inventions et littérature d’usage en France et en Angleterre au xviiie siècle », Revue de synthèse, n° 2, p. 393-428.

Holmes Colin, 1978, Immigrants and Minorities in British Society, Londres, Allen and Unwin.

Inkster Ian et O’Brien Patrick K. éd., 2004, « The global history of the steam-engine », History of Technology, vol. 25.

Jeannin Pierre, 1995, « Distinction des compétences et niveaux de qualification : les savoirs négociants dans l’Europe moderne », Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, F. Angiolini et D. Roche éd., Paris, EHESS, p. 364-397.

Jones Peter, 2004, « “England expects…”. Trading in liberty in the age of Trafalgar », Enlightenment and Revolution. Essays in Honour of Norman Hampson, M. Crook, W. Doyle et A. Forrest éd., Aldershot, Ashgate, p. 187-203.

— 2008, « Minorities and the culture of science and technology : a case study of Birmingham Dissenters, 1760-1820 », Documents pour l’histoire des techniques, n° 15, p. 58-63.

Keene Derek, 1999, « Du seuil de la cité à la formation d’une économie morale. L’environnement hanséatique à Londres entre les xiie et xviie siècles », Les étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l’époque moderne, J. Bottin et D. Calabi éd., Paris, MSH, p. 409-424.

Kinini Angélique, 1999, « La fabrication du rouge turc dans la Thessalie de la fin du xviiie siècle. Les manufactures de la ville d’Ampélakia », Natural Dyestuffs and Industry in Europe, 1750-1880, R. Fox et A. Nieto-Galan éd., Canton, Watson, p. 71-100.

Lanoë Catherine, 2008, La poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon.

Le Moigne Jean-Louis et Vérin Hélène, 1984, « Sur le processus d’autonomisation des sciences du génie », Cahiers STS, n° 2, p. 42-55.

Long Pamela O., 1991, « Invention, authorship, “intellectual property” and the origin of patents. Notes toward a conceptual history », Technology and Culture, vol. 32, p. 846-884.

— 2001, Openness, Secrecy, Authorship. Technical Arts and the Culture of Knowledge from Antiquity to the Renaissance, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Lorhmann Dietrich, 2000, « Échanges techniques entre Orient et Occident au temps des Croisades », Occident et Proche-Orient. Contacts scientifiques au temps des Croisades, I. Draelants, A. Tihon et B. Van de Abeele éd., Turnhout, Brepols, p. 117-144.

Luu Lien B., 1995, « Assimilation or segregation. Communities of alien craftsmen in London in the sixteenth century », The Strangers’ Progress. Integration and Disintegration of the Huguenot and Walloon Refugee Community, 1567-1889. Essays in Memory of Irene Scouloudi, G. Gibbs et R. Vigne éd., Proceedings of the Huguenot Society, vol. 26, n° 2, p. 160-172.

– 1999, « Ségrégation spatiale, enclaves d’activités professionnelles et diffusion des techniques. Les artisans étrangers et l’économie londonienne (1550-1600) », Les étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l’époque moderne, J. Bottin et D. Calabi éd., Paris, MSH, p. 453-464.

— 2005, Immigrants and the Industries of London, 1500-1700, Aldershot, Ashgate.

— 2008, « Immigrants and the diffusion of skills in Early Modern London : the case of silk weaving », Documents pour l’histoire des techniques, n° 15, p. 32-42.

Lyon Elva K., 2004, « Invited strangers. Technology emergence and transfer in Europe and the Americas, 1500-1750 », intervention présentée aux rencontres annuelles SHOT à Amsterdam, octobre.

MacLeod Christine, 1991, « The paradoxes of patenting. Invention and its diffusion in eighteenth- and nineteenth-century Britain, France, and North America », Technology and Culture, vol. 32, p. 885-910.

— 2004, « The European origins of British technological predominance », Exceptionalism and Industrialism. Britain and its European Rivals, 1688-1815, L. Prados de la Escosura éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 111-126.

— 2007 [1988], Inventing the industrial revolution. The English patent system, 1660-1800, Cambridge, Cambridge University Press.

— 2007, Heroes of Invention. Technology, Liberalism and British Identity, 1750-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

Maitte Corine, 1996, « Fabriquer des bérets à la levantine à Prato et à Orléans au xviiie siècle », Revue du Nord, n° 12, p. 193-213.

— 2001, « Corporation et politique au village. Altare entre migrations et processus de différenciation sociale », Revue historique, n° 617, p. 45-79.

— 2008, Les chemins de verre. Les migrations des verriers d’Altare et de Venise, xvie-xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Maitte Corine et Martini Manuela éd., 2006, « Pratiques migratoires et cultures d’entreprise dans la longue durée », Migrations et sociétés, vol. 18, n° 108.

Marchesi Henri, Thiriot Jacques et Vallauri Lucy éd., 1997, Marseille, les ateliers de potiers du xiiie siècle et le quartier Sainte-Barbe (ve-xviie siècle), Paris, MSH.

Mathias Peter, 1977, « Skills and the diffusion of innovations from Britain in the eighteenth century », Transactions of the Royal Historical Society, vol. 25, p. 93-113.

Mau Chuan Hui, 2007, « Enquêtes françaises sur la sériciculture chinoise et leur influence, fin xviie-fin xixe siècle », Documents pour l’histoire des techniques, n° 14, p. 24-36.

Mayaud Jean-Luc, 1992, « La mobilité spatiale. Logique socio-professionnelle et logique capitalistique », Bulletin du Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, vol. 2, n° 4, p. 85-99.

Minard Philippe, 1998, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard.

Mitchell David éd., 1995, Goldsmiths, Silversmiths and Bankers. Innovation and the Transfer of Skill, 1550-1750, Stroud, Alan Sutton Publishing.

Mohebbi Parviz, 1996, Techniques et ressources en Iran du viie au xixe siècle, Téhéran, Institut français de recherche en Iran.

— 2004, « Intégration et refus des nouveautés techniques européennes en Iran (les lunettes, l’horloge mécanique et les armes à feu, xive-xviie siècle) », Les chemins de la nouveauté. Inventer, innover au regard de l’histoire, L. Hilaire-Pérez et A.-F. Garçon éd., Paris, CTHS, p. 283-290.

Mokyr Joel, 2002, The Gifts of Athena. Historical Origins of the Knowledge Economy, Princeton, Princeton University Press.

Mola Luca, 1994, La comunità dei Lucchesi a Venezia. Immigrazione e industria della seta nel tardo medioevo, Venise, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti.

Morieux Renaud, 2008, Une mer pour deux royaumes. La Manche, frontière franco-anglaise (xviie-xviiie siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Murdoch Tessa éd., 1985, The Quiet Conquest. The Huguenots 1685 to 1985, Londres, Museum of London.

Musson Albert E. et Robinson Eric, 1969, Science and Technology in the Industrial Revolution, Londres, Routledge.

Nègre Valérie, 2006, L’ornement en série. Architecture, terre cuite et carton-pierre, Bruxelles, Mardaga.

Nieto-G alan Agusti, 1996, « The use of natural dyestuffs in eighteenth-century Europe », Archives internationales d’histoire des sciences, n° 46, p. 23-38.

O’Brien Patrick et Riello Giorgio, 2004, « Reconstructing the industrial revolution. Analysis, perceptions and conceptions of Britain’s precocious transition to Europe’s first industrial society », LSE Working Papers in Economic History, n° 84, Londres, London School of Economics.

Parthasarathi Prasannan, 2001, The Transition to a Colonial Economy. Weavers, Merchants, and Kings in South India, 1720-1800, Cambridge, Cambridge University Press.

Pérez Liliane, 2008a, « Savoirs techniques, identités et migrations : l’histoire face aux mythes », Documents pour l’histoire des techniques, n° 15, p. 3-9.

— 2008b, « Inventing in a world of guilds. The case of silk fabrics in Lyon in the eighteenth century », Guilds and Innovation in Europe, 1500-1800, S. R. Epstein et M. Prak éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 232-263.

— à paraître, « Steel and toy trade between England and France : the Huntsmans’ correspondence with the Blakeys (Sheffield-Paris, 1765-1769) », Historical metallurgy.

Philippe Michel, 1998, Naissance de la verrerie moderne, xiie-xvie siècle, Turnhout, Brépols.

Pinto Anthony, 2008, « Une reconversion économique réussie dans le domaine du textile : juifs et conversos dans les diocèses d’Elne et de Gérone (c. 1400) », Documents pour l’histoire des techniques, n° 15, p. 10-23.

Pinto Anthony et Verna Catherine, à paraître, « Les Basques dans les forges de Catalogne : migration, culture technique et industrie rurale (xve-xvie siècles) », Migrations et cultures d’entreprise : diversité et échanges dans le monde, xve-xxe siècle, E. Guérassimoff, C. Maitte, I. Mandé, M. Martini, D. Terrier éd., Valenciennes/Paris, Presses universitaires de Valenciennes / Les Belles Lettres.

Pomeranz Kenneth, 2000, The Great Divergence. China, Europe, and the Making of the Modern World Economy, Princeton, Princeton University Press.

Quataert Donald éd., 2000, Consumption Studies and the History of the Ottoman Empire, 1550-1922 : An Introduction, New York, New York University Press.

Raveux Olivier, 2004, « Espaces et technologies dans la France méridionale d’Ancien Régime. L’indiennage marseillais (1648-1793) », Annales du Midi, n° 116, p. 155-170.

Reith Reinhold, 1998, « Labor migration and the diffusion of technical knowledge. The example of the Habsburg monarchy in the eighteenth century », intervention présentée au 12e Congrès international d’histoire économique, Madrid.

Reppel Éric, 2008, « Minorités et circulations techniques : la confection des armures à Tours (xve-xvie siècles) », Documents pour l’histoire des techniques, n° 15, p. 24-31.

Riello Giorgio, 2008a, « Strategies and boundaries. Subcontracting and the London trades in the long eighteenth century », Enterprise and Society, vol. 9, n° 2, p. 243-280.

— 2008b, « Émigrer con gusto. Les émigrés italiens et leur contribution à l’économie européenne aux xviie et xviiie siècles », Documents pour l’histoire des techniques, n° 15, p. 43-57.

Robinson Eric, 1969, « International exchange of men and machines, 1750-1800, as seen in the business records of Matthew Boulton », Science and Technology in the Industrial Revolution, A. E. Musson et E. Robinson éd., Manchester, Manchester University Press, 1969, p. 217-229.

Roche Daniel, 2003, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard.

Rosenberg Nathan, 1970, « Economic development and the transfer of technology : some historical perspectives », Technology and Culture, vol. 11, p. 550-575.

Sabel Charles F. et Zeitlin Jonathan éd., 1997, World of Possibilities. Flexibility and Mass Production in Western Industrialization, Cambridge, Cambridge University Press.

Scouloudi Irene éd., 1985, Huguenots in Britain and their French Background, 1550-1850, Londres, The Macmillan Press.

Scoville Warren C., 1951, « Minority migrations and the diffusion of technology », Journal of Economic History, vol. 11, p. 347-360.

— 1952, « The Huguenots and the diffusion of technology », Journal of Political Economy, vol. 60, n° 4, p. 294-311 et p. 392-411.

— 1960, The Persecution of Huguenots and French Economic Development, 1680-1720, Berkeley, University of California Press.

Serneels Vincent, 2004, « Circulations techniques et changements économiques en Suisse entre l’époque romaine et le haut Moyen Âge », Les circulations techniques. En amont de l’innovation : hommes, objets et idées en mouvement, M. Cotte éd., Besançon/Belfort, Presses universitaires de Franche-Comté / UTBM, p. 37-53.

Smith Roger, 2004, « The Swiss connection. International networks in some eighteenth-century luxury trades », Journal of Design History, n° 17, p. 123-139.

Smith Roger et Zek Yuna, 2005, « The Hermitage peacock. How an eighteenth-century automaton reached St. Petersburg », Antiquarian Horology, vol. 28, p. 699-715.

Stewart Larry, 1992, The Rise of Public Science. Rhetoric, Technology, and Natural Philosophy in Newtonian Britain, 1660-1750, Cambridge, Cambridge University Press.

Stokes Gale, 2001, « The fate of human societies. A review of recent macrohistories », American Historical Review, vol. 106, n° 2, p. 506-525.

Thillay Alain, 2002, Le faubourg Saint-Antoine et ses « faux ouvriers ». La liberté du travail à Paris aux xviie et xviiie siècles, Seyssel, Champ Vallon.

Vérin Hélène, 1993, La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du xvie au xviiie siècle, Paris, Albin Michel.

Verna Catherine, 1995, Les mines et les forges des cisterciens en Champagne méridionale et en Bourgogne du Nord (xiie-xve siècle), Paris, AEDEH-Vulcain.

— 2000, « Réduction du fer et innovation. À propos de quelques débats en histoire sociale des techniques », Médiévales, n° 39, p. 79-95.

— 2001a, « De la forge aux marchés des fers. Les espaces emboîtés de la réduction directe », L’obtencio del ferro pel procediment directe entre els segles iv i xix, Acts of the 6th Conference of Archeology of Andorre, 2000, Andorre, Patrimoni cultural d’Andorra, p. 63-78.

— 2001b, Le temps des moulines. Fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (xiiie-xvie siècle), Paris, Publications de la Sorbonne.

— 2005, « Forges catalanes : la question des origines », Revue d’histoire et d’archéologie méditerranéennes, t. XXI, p. 55-62.

— à paraître-a, « The notary as witness. Techniques and the dissemination of tacit knowledge (xivth-xvth centuries) », Craft Treatises and Handbooks. The Dissemination of Technical Knowledge in the Middle Ages, Actes de la Conférence de Cordoue, 6-8 octobre 2005.

— à paraître-b, « Qualités des fers, prix des marchés, valeurs des hommes et des alliances (haut Vallespir, xve siècle) », Mélanges en l’honneur de Maurice Berthe, C. Denjean éd., Toulouse.

Wolfe John J., 1999, Brandy, Balloons, and Lamps : Ami Argand, 1750-1803, Carbondale, Southern Illinois University Press.

Woronoff Denis, 1984, L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, EHESS.

Haut de page

Notes

1  Ce texte est la version française actualisée de Liliane Hilaire-Pérez et Catherine Verna, « Dissemination of technical knowledge in the Middle Ages and the Early Modern Era : new approaches and methodological issues », Technology and Culture, vol. 47, n° 3, 2006, p. 536-565. Cet article est publié avec l’aimable autorisation de l’éditeur (© The Johns Hopkins University Press).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Liliane Pérez et Catherine Verna, « La circulation des savoirs techniques du Moyen-âge à l’époque moderne. Nouvelles approches et enjeux méthodologiques », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 20 mai 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traces/2473 ; DOI : 10.4000/traces.2473

Haut de page

Auteurs

Liliane Pérez

Maître de conférences en épistémologie, histoire des sciences & des techniques au CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), et chercheuse au CDHTE (Centre d’histoire des techniques et de l’environnement, CNAM).

Catherine Verna

Maître de conférences en histoire médiévale à l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis et chercheuse au sein de « Pouvoirs, savoirs et sociétés » (Université Paris 8).

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page