Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

La semaine physiologique d’un ego expérimental

Bérenger Boureille

Texte intégral

Problématique :

1Le corps, cet insupportable en nous qui nous interdit toute activité constructive. Le corps, et sa logique propre, sa dynamique autonome dont le déploiement obscur nous éloigne presque toujours de nos fins, parasite le déroulement de nos actions les plus simples. Ainsi de la nausée qui interdit à l’enfant de terminer son bol de lait à la surface duquel flotte l’abjecte peau.

2Le fait a la régularité d’une expérience chimique : toute intention qui passe par lui ( comme en un milieu ; l’eau par exemple pour la lumière et le son ) en ressort brouillée, diffractée, méconnaissable. Et pourtant, elle y gagné en authenticité, comme en un bain photographique paradoxalement obscurcissant.

Nuit de dimanche à lundi :

3Quatre soldats d’empire, de dos dans une grande plaine verte, sous un ciel gris. Vert sombre d’un endroit où il pleut beaucoup, à la limite détrempé : mes soldats ont les pieds dans la boue. Gris marbré : les contours des nuages apparaissent par endroits.

4Puis il y a un violon, un violoncelle, un alto et une flûte.

5Napoleon’s quartet.

6En cadence, le violoniste, le plus avancé dans la plaine, le plus éloigné de la surface où cela apparaît, frappe de la pointe de son pied sur la culasse du canon, et le coup part.

7« We’re coming back with another bombtrack ! »

8Nous les hommes, nous sommes assaillis chaque jour par un nombre tout à fait extraordinaire de pulsions. Tout nous sollicite. Nous nous portons, indistinctement, sans la moindre hiérarchie, vers tout objet susceptible de satisfaire l’obscure demande venue de notre corps.

9Y a-t-il un âge où les jambes les plus grossières, les seins les plus vulgaires, les parfums Eau jeune fraise des bois, les fesses hyper-tendues sous les plus affolantes imaginations des maquignons de la fripe, cessent de provoquer notre émoi ? L’attirance irraisonnée se mue-telle en curiosité esthétique, et la curiosité superficielle du touche-à-tout finit-elle par se concentrer sur un objet particulier ? Le corps d’autrui a-t-il les ressources de cette élection, de cette qualité décisive ? En est-il un où, pour moi, l’appel de l’être résonne plus distinctement qu’en tout autre.

10N’est-ce pas plutôt que l’inéluctable affaissement physiologique décourage le trentenaire de se lancer à la poursuite de ses 540 pulsions hebdomadaires ?

11Car les magazines féminins ne m’en prêtent pas moins pour la semaine à venir. Et j’ai décidé, que j’en choisirai une, à titre expérimental.

Lundi :

12Arte diffuse en direct un spectacle de danse où huit écoles présentent chacune un projet d’une dizaine de minutes.

13On commence par smurfer au son d’un biniou.

14Dans cette « Babel heureuse », bizarrement, il n’est pas beaucoup question de langage : on vient sur le devant de la scène, on exécute un pas que le spectateur réfère immédiatement à un type de danse, d’autant plus aisément que certaines séquences apparaissent comme la version un peu technique de ses propres ondulations de bal disco.

15Puis un danseur parle à une danseuse.

16Tiens !... est-ce que tu lèverais la jambe ?... Allez ! Jusqu’à mon épaule ! Je te tiens, voyons...Accroupie. Qu’est-ce que tu pourrais nous faire de chouette, accroupie ?... de gracieux ?... de joli ?... Ouh ! Bah ça. Bah tiens, refais-le par là... ils ont pas bien vu ceux de droite... C’est que t’es joliment souple, hein ! Sautille pour voir... Arabesque !... entrechat !... pirouette !... Doigts tendus, nom de Dieu !... Y’a que la pointe de ton pied qui doit toucher le sol !... Bon !

17Ainsi un porte-manteau amena-t-il une danseuse au bord de la crampe.

18Il y avait, dans un des travaux présenté ensuite, quelque chose de l’exercice de souplesse... mais c’était... claudélien ? Avouerai-je que j’adhérais ?... bien que je sois supposé rester expérimental ?

19Ego expérimental pompier, donc.

20Le danseur et la danseuse ont commencé par se dire « Viens » ( pour de faux : on dirait seulement qu’ils se seraient dit ), et chacun est venu très lentement de son extrémité de la scène, très lentement parce qu’il fallait que cette venue se décompose, en parcelles de mouvement quasi imperceptibles. Ils se trouvèrent face à face sans qu’aucun de leur pas eût été décisif.

21Puis, sentant quand-même qu’il y avait tentation lyrique un peu nounouille, ils se sont déroulés et enroulés, mais en prenant bien soin de décomposer. Rien de plus attendu qu’une épaule entre deux muscles pectoraux. Mais si l’on considère qu’ils ne sont pas debout mais accroupis, et qu’il ne la serre pas dans ses bras, mais au contraire qu’il les déploie en croix... ! Déjà, ça n’est plus la même chose !

22Quant à un pubis devenu le sommet d’un triangle formé par un dos, des cuisses et la partie inférieure d’un buste, tandis que la main va chercher, à droite de la tête où vient d’abord s’arrêter l’épaule, entre les deux jambes où le coude stabilisé fait son office, la cheville gauche...

23Tout cela est bien ineffable. Et en somme on peut en dire trois choses :

  1. 1. A aucun moment je n’ai malicieusement pensé qu’ils allaient bien finir par se casser la gueule.

  2. 2. Si l’on essaie de déterminer ce qu’ils se sont dits ( encore un fois ce qu’on dirait qu’ils se sont dits, pour de faux donc ), eh bien je ne crois pas que c’était « je t’aime ».

  3. 3. C’est une question de mesure : il y a, d’une part, la contrainte d’un mouvement très lent, d’autre part celle d’un corps parcellisé, et ce bien au-delà de son découpage anatomique habituel. Si l’on considère la contrainte exogène de la durée - qui n’a rien d’idéal ni d’indicatif, puisque la musique, bien qu’arythmique, dure un temps déterminé, non extensible, non compressible -, il faut admettre que la qualité du mouvement ( lent ) ne peut se préciser qu’en regard d’une mesurabilité des parcelles du corps mises en jeu. D’autre part, s’il est évident qu’on ne peut les réduire à des surfaces, il est aussi très clair que le calcul précis de leur volume complexifierait la chorégraphie jusqu’à la rendre irréalisable. D’où l’on conclut que c’est en tant qu’elle se définit par une certaine qualité de sensation que telle ou telle parcelle du corps peut servir de point de repère au déroulement temporel du mouvement... Et ça explique bien des choses !

Mardi :

24Tandis que les six électrodes d’un appareil de musculation à domicile, regroupées sur le quart supérieur gauche de ma poitrine, distillent leurs médiocres décharges...

  1. 1. Il est tout à fait regrettable que les législations françaises sur la vente par correspondance ne lâchent pas un peu de lest : ça chatouille tout au plus.

  2. 2. J’espère du coup que les afflux électriques iront jusqu’au coeur et ne se contenteront pas de stimuler la surface : vu l’atrophie du droit, il serait tout à fait ridicule que mon pectoral gauche se développe.

... je pousse mon premier lhexomil de mon premier whisky, tout en observant d’un oeil très intéressé les effets chromatiques inédits de l’effervescence du guronsan dans le café noir.

25Un peu déçu , il faut bien le dire, par les effets des anxiolytiques bénins en surdose, las des malaises indécis, j’ai décidé d’aller à l’essentiel.

Mercredi :

26On les disait fatigués ! Et pourtant, à l’entrée de la salle minuscule choisie par le groupe pour entamer sa tournée française, les appréhensions commencent à tomber : même public, même ambiance surtout, frénétique parfois, comme peu d’autres ont su en susciter.

27Même foutoir que d’habitude aussi pour commencer. Comme si les Marshall et les musiciens ne donnaient tout ce qu’ils ont dans le ventre qu’avec le stress accumulé des cafouillages de première partie.

28Celle-ci passée, et bien passée, c’est la basse qui prend l’ascendant une bonne minute ( note tenue et à peine modulée ) puis les aigus des claviers et des accords de guitare se tissent par dessus.

29On en a pris pour notre grade. Bien punis d’avoir émis quelques réserves a priori. Mauvaise écoute ou mauvaise production, on n’avait pas perçu dans le nouvel album le potentiel d’énergie que les musiciens et le chanteur ont fait exploser sur scène. Dont acte : Brian ondule, s’agenouille, fait glisser ses mains le long de son corps, sautille, et pour rendre au chaos ce qui avait commencé dans le désordre, passe dix minutes agenouillé devant son ampli, à cogner sa guitare dessus.

30Cinq minutes de larsen nous séparent du rappel où l’on ne cesse de redouter l’écroulement : la partie supérieure du corps près de former angle droit avec les jambes, désaxé, il chante d’une voix à la limite de la rupture, une main posée sur le micro, tantôt crispée, tantôt tendue, l’autre son visage, comme collée.

31Allez ! on peut bien le dire : il nous a émus, de fragilité et de force.

32( pour Ouest France )

Jeudi :

33Qui eût cru que la vie de notre belle revue m’eût pu proposer un tel protocole expérimental ?

34Des danseurs ! des danseuses ! Je vais en voir, des vrais ! Des qui passent première, deuxième, troisième... des qui se font le coup de pied quand ils n’ont rien d’autre à faire. Des qu’ont la peau qui craquelle de partout, des qu’ont de l’énergie qui leur sature de l’intérieur toutes les parcelles du derme, comme une fission d’atome, une parturition d’alien. Des qui sont capables de susciter à volonté ce sentiment d’être plein de soi qui m’assaillit en ce matin du 19 février 1991 où j’avais suffisamment dormi, et pas trop non plus.

35Le danseur est un tourteau femelle !

36Eh bien, ce n’est pas parce que ce n’était pas ça que j’ai été déçu. Et d’ailleurs, je ne me trompais pas forcément : cette idée que je me faisais, et dont je reconnais qu’elle est très personnelle, directement ou indirectement, il m’a semblé la voir à l’œuvre.

37Valeska Gert, c’était ça en somme.

38Dans l’expressionnisme, une geste artistique se décompose le plus souvent en deux moments : l’un de mise en état, de construction de l’expression ou du mouvement, l’autre,

39l’expression ou le mouvement eux-mêmes. Le premier temps, maintenu dans la production finale, c’est l’afflux concerté des énergies nécessaires à l’exécution d’un geste artistique.

40Dans les trois solos de Valeska Gert, il y a ces deux moments. La performance auquel ils servent de support se décompose aussi en deux temps, mais qui ne recouvrent qu’indirectement la bipartition en saturation-exécution. Un des danseurs dans un premier temps regarde – décalé dans l’espace par rapport à l’écran où ils sont projetés – et reproduit les solos. Puis il tourne l’écran vers le public et ré-exécute de mémoire ce que nous voyons pour la première fois. A chaque fois il a terminé avant que le noir ne revienne sur l’écran. Sans trop savoir quel lien on peut établir entre les deux faits, il apparaît que la mémoire immédiate engendre une compression et qu’elle recueille en quelque sorte des essences de geste : non certains gestes parmi ceux qui ont été vus, mais des approximations résultant de la superposition d’un geste et d’un trait distinctif du suivant ou d’un geste et d’une attitude qui rend pour ce danseur l’interprétation qu’il a faite des expressions et sensations de Valeska Gert.

41On revient peut-être au point de départ. Le final, en jets frénétiques de jambes, n’arrive jamais ex nihilo : le danseur a gardé le fond des adductions successives d’énergie qui pour finir l’engendrent.

Vendredi :

42Il y a quelque chose de l’exercice et plus encore du jeu dans la plupart des matériaux chorégraphiques, qu’ils soient directement repris du CPAD d’Yvon Rainer ou une proposition faite par un des participants au projet des Discontinuités continues.

43Ca devient fascinant quand la règle n’est qu’initiale et qu’elle met en jeu plusieurs danseurs. Parce qu’alors il faut y aller, chacun avec son corps, dressé préalablement ou non dans les écoles de danse.

44Dans les « duos roulés », on est deux, l’un sur l’autre ( ça commence généralement à la perpendiculaire ), et la seule règle est que chaque mouvement soit déductible de celui qui le précède. Mais déductible si on se rend bien compte que ça ne réduit pas la succession à une chaîne causale. Si tu me repoussais un peu, pour autant que ton geste, par sa force et sa vitesse, soit dans la continuité du mien, tu ne romprais pas la chaîne de nos enroulements, mais seulement de nos intentions, en en réintroduisant peut-être, de l’intention, là où il n’y avait de ma part que du mécanique.

45On fait au théâtre un exercice qui consiste à dire une phrase composée de deux termes de sens plein, puis à reprendre, dans des phrases de structure à peu près semblable, selon un rythme pertinent, le maximum des phonèmes constitutifs des deux termes : « Un bouton de porte / Un croûton de morte / Un mouton de la sorte... ». La plupart du temps, ça tourne au « Trois petits chats / chapeau de paille... » à peine varianté.

46Dans les deux cas, il y a une sommation, formulée par la situation artificielle de départ, à la créativité de circonstance. Comme dans une conversation, ou comme en situation amoureuse.

Nuit de samedi à dimanche :

47Je passe sur les méthodes de sélection, plus simples que je ne l’eusse cru.

48C’est avec les premières dentelles du soutien-gorge que les difficultés commencent, résummables par les deux options majeures censées les surmonter : enthousiasme baveux et technicité pornographique. Pas exclusives d’ailleurs : une longue imbibition pornographique entraîne généralement comme par compensation des relâchements labiaux et de élans fougueux bien ridicules, observables dans toutes les soirées que ne fréquentent pas majoritairement des adultes mariés. Et comme de Saint-Nicolas du Chardonnay aux soirées pyjama de nos amis les pré-pubères il n’est pas d’oreille, chaste ou mièvre, à laquelle ne soient parvenues quelques bribes du discours pornographique, partout l’injonction à tenir le rythme ou à surmonter son dégoût pour telle ou telle pratique qui vous fixe néanmoins un homme résonne jusque dans l’appartement voisin.

49Alors, plutôt que de saisir au vol le premier discours en circulation sur la question qui me préoccupe, reviendrai-je à mon corps comme à un socle indubitable ?

50Pour qu’on saisisse bien à quel degré d’expérimentalité j’en suis parvenu, je signale que je prends ce risque alors que je me trouve dans une configuration tout à fait inédite : ma partenaire est plus grande que moi, et si pour une raison ou pour une autre il y avait litige, je pense qu’elle m’étalerait sans difficultés. Si j’en juge par la fermeté de ses cuisses, il y a urgence : j’envisage avec effroi ce qui pourrait advenir de ma colonne vertébrale si je commettais la moindre erreur.

51Bon ! mon corps socle indubitable !... ça d’accord. Oui mais, puis-je attendre de lui qu’il se mette en action efficacement si je ne crée pas les circonstances adéquates ? Moi qui mise généralement sur ma capacité d’enveloppement en guise de situation de départ, me voilà mal. Il faut en premier lieu que je réduise sa surface de contact ( à elle ). Allez !

52C’était la contrainte de départ. Et finalement je ne vois pas pourquoi j’irais plus loin dans le rendu de nos gênes exquises, dès lors que je vous aurai dit que pour finir, il y a eu un grand vide, de grandes respirations désordonnées, et un écroulement sur la peau de bête qui vous conviendra le mieux de deux titans dans l’écoute mutuelle de leurs chairs... Nous voilà quittes.

53Parce que, pour vous avouer les choses, je vous accuse de tout : d’être les dignes successeurs des pourris qui nous laissent sans modèles pour écrire ça ( sauf à tourner autour en vasouillages sado-maso), d’être des cocus permanents de la référence, d’être enfin les bien-pensants face auxquels je me suis jusqu’ici implicitement senti interdit de pamphlet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bérenger Boureille, « La semaine physiologique d’un ego expérimental », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 2 | 2003, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traces/4154 ; DOI : 10.4000/traces.4154

Haut de page

Auteur

Bérenger Boureille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page