Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Sciences sociales et action publique

Complémentarité de la recherche et des actions de terrain. Le travail de prévention VIH et d’accès aux droits avec les personnes prostituées

Florence Garcia
p. 157-164

Résumés

Cabiria, association de santé communautaire, travaille à parité avec des personnes prostituées et accueille régulièrement des travailleuses du sexe migrantes. Les programmes de recherche réalisés par l’association s’attardent sur la réalité des parcours de ces femmes migrantes, le plus souvent considérées comme des victimes de la traite, et proposent une vision plus complexe de cette réalité en donnant à voir les stratégies et l’autonomie que les femmes mettent en œuvre dans leur parcours.

Haut de page

Texte intégral

1Je tenterai d’exposer ici mon point de vue quant à l’articulation entre les activités de recherche et de terrain de Cabiria, point de vue qui n’est pas celui d’une sociologue mais le fruit de ma réflexion et de mon expérience dans le cadre de la direction de l’association. Cabiria est une association de santé communautaire avec les personnes prostituées, projet ayant vu le jour suite à une recherche-action menée en 1992. Cette filiation n’est pas anodine et marquera l’évolution de l’association, produisant un contexte de travail dans lequel recherche et action de terrain s’élaborent en lien, se complètent et se répondent.

2Reprenons rapidement les circonstances de la création de Cabiria : au début des années 1990, l’Amicale du Nid, association lyonnaise œuvrant pour la réinsertion des personnes prostituées, connaît des difficultés pour établir le lien avec son public et, parallèlement, se questionne sur les divers changements observés dans le milieu de la prostitution. L’Amicale du Nid sollicite l’Université Lyon 2 pour mettre en place une étude sur la prostitution lyonnaise. Je ne reviendrai pas sur les détails de la mise en place de cette recherche, qui ont été précisément décrits dans la contribution précédente. Ce sont davantage les constatations et les propositions issues de cette étude qui m’intéresseront ici, car elles constituent le fondement de l’existence de Cabiria. Les conclusions de la recherche (Welzer-Lang, Barbosa, Mathieu, 1994) mettaient en lumière la désaffiliation sociale des personnes prostituées et leurs difficultés à accéder aux soins et aux droits sociaux (sevrage, couverture médicale…). Le rapport soulignait d’autre part les fortes réticences des prostituées à s’adresser aux structures d’aide sociale existantes, qu’elles soient spécialisées dans l’accueil de prostituées ou non, réticences s’expliquant principalement par l’injonction à l’insertion ou par le contrôle social s’exerçant dans ces structures. Le rapport pointait aussi les lacunes en matière de formation des travailleurs sociaux dans l’accueil des prostituées.

  • 1 Voir l’article « L’épidémie à VIH : une rupture dans l’approche de la prostitution », [en ligne] [U (...)

3Face à ces constats, une des propositions formulées par l’équipe de recherche, reprenant les besoins exprimés par les personnes prostituées, est la création d’un accueil mobile de nuit, qui soit à la fois un lieu de pause et un lieu de prévention sida, créé avec les personnes prostituées. Un espace où échanger, créer du lien, en dehors de toute pression à la réinsertion. À mes yeux, l’utilisation de l’expression « lieu de pause » est essentielle. Elle sous-entend, bien qu’alors à demi-mot, l’acceptation de cette activité comme un travail, au sens d’une activité rémunératrice. D’autre part, la prise en compte de l’épidémie à VIH marque une véritable rupture dans l’approche de la prostitution, incluant les personnes prostituées, bénéficiaires de l’action, dans sa mise en œuvre1, sur le modèle des actions communautaires menées par les personnes séropositives.

4Ainsi se monte le projet expérimental Cabiria : un bus – dans les faits, un camping-car aménagé – qui circule la nuit dans la ville et effectue des arrêts dans les lieux repérés pour permettre aux personnes prostituées de s’y poser un moment. Le projet est porté juridiquement par l’Amicale du Nid, et il est placé sous l’égide d’un comité de pilotage, constitué de diverses personnes ressources, acteurs associatifs ou institutionnels.

5Les deux premières salariées du projet sont une infirmière et une animatrice de prévention issue de la communauté des personnes prostituées. Cette volonté d’associer les personnes prostituées à l’action répond à deux objectifs : être au plus près des besoins du public, et valoriser les compétences que les travailleuses du sexe ont pu acquérir dans leur pratique de cette activité. Compétences que la plupart de nos interlocuteurs, aujourd’hui encore, ont du mal à se figurer : en effet, très souvent, le stigmate associé à la prostitution ou au travail du sexe dépossède les personnes de leurs qualités et compétences autres. Les personnes prostituées vivent ce stigmate au quotidien : n’être, aux yeux de la plupart des personnes rencontrées, « rien qu’une pute ». Lutter contre ce stigmate implique de faire reconnaître les compétences des personnes prostituées par des instances officielles. Dans cette dynamique, la jeune équipe de Cabiria part négocier auprès des financeurs la reconnaissance de l’ancienneté de l’animatrice de prévention à la hauteur de ses années de pratique du travail du sexe.

6Pour être plus clair, il convient de décliner quelques-unes des compétences développées par les travailleuses du sexe dans le cadre de leur activité. On peut citer en premier lieu les compétences en matière de prévention : dans les faits, ce sont bien les prostituées au quotidien qui ont à négocier le préservatif avec les clients, qui connaissent les arguments pour les convaincre d’en utiliser, bref, qui réalisent un véritable travail de santé publique. Outre ces savoirs théoriques et pratiques en matière de prévention, elles mettent aussi en œuvre une vigilance et une réactivité permanentes, tant dans la négociation de la passe que lors de son déroulement, qui garantissent leur sécurité et leur santé. Elles développent des stratégies pour désamorcer les situations complexes par le dialogue, pour poser leurs limites et les faire valoir, pour faire accepter les termes du contrat qu’elles négocient avec le client. Ces compétences et connaissances seront utiles dans le travail en santé communautaire pour tisser la relation avec les personnes rencontrées et établir avec elles un espace de dialogue autour de l’activité, mais elles permettront par ailleurs d’informer les membres de l’équipe n’ayant pas de pratique du travail du sexe, qui pourront alors mieux saisir les conditions de vie et d’exercice des personnes prostituées.

7L’activité du bus Cabiria se double rapidement d’une permanence d’accueil en journée, dans un local, afin de poursuivre le travail commencé pendant la nuit. En effet, très vite, de nombreux besoins émergent, en matière de santé, de droits sociaux, nécessitant un accompagnement plus proche des personnes. Rapidement, ce travail pour la prévention et l’accès aux droits implique un engagement politique et militant aux côtés des personnes prostituées. L’action de Cabiria s’ancre dans un postulat féministe qui reconnaît la dimension de choix et d’autonomie des personnes qui pratiquent le travail du sexe : les personnes prostituées sont actrices de leur devenir et élaborent au quotidien des stratégies face aux difficultés et aux contraintes qu’elles peuvent rencontrer.

8Ce point de vue cohabite difficilement avec le positionnement abolitionniste de l’Amicale du Nid : en 1995, Cabiria devient une association autonome. Elle se dote d’un conseil d’administration représentant les diverses composantes du projet : universitaires, professionnelles de la santé, personnes prostituées, toujours dans la volonté d’associer les différents acteurs. Dans le développement de ses activités, l’association crée un département recherche. Celui-ci choisira ses sujets en adéquation avec les problématiques auxquelles est confrontée l’équipe sur le terrain. Un aller-retour constant s’effectue alors entre les constatations de terrain et l’élaboration des recherches. Les conclusions de ces recherches-actions amèneront ainsi de nouvelles perspectives d’actions à développer, ainsi qu’une réflexion sur l’adaptation des pratiques quotidiennes dans le travail de terrain.

Migrations, travail du sexe et empowerment

9La réflexion sur les parcours migratoires des femmes prostituées africaines ou issues d’Europe de l’Est illustre particulièrement bien l’articulation entre recherche et action de terrain à Cabiria.

10À la fin des années 1990, les associations de terrain en contact avec les prostituées constatent l’arrivée de nombreuses femmes migrantes. Le sens commun considère que ces femmes sont victimes de la traite. Les médias surenchérissent et donnent à voir et à entendre des images et parcours de femmes kidnappées, violentées et forcées à se prostituer par des réseaux mafieux. Face à ces considérations, Cabiria a voulu réfléchir sur les réalités vécues par les premières concernées, avec là aussi un postulat de départ : laisser une place à la dimension d’autonomie que mettent en œuvre les femmes dans ces parcours migratoires, plutôt que de voir en elles de perpétuelles victimes qui n’auraient aucune marge de manœuvre dans des espaces et des systèmes composés exclusivement de contraintes.

11Rapidement, Cabiria décide de travailler avec des femmes migrantes : elle est la première association à embaucher des médiatrices culturelles pour créer du lien avec ces nouvelles arrivantes. Issues des pays d’origine des femmes rencontrées sur le terrain, les médiatrices culturelles ont en commun avec elles la langue, la culture, mais aussi la connaissance des écueils et des difficultés rencontrés dans le parcours de migration, des stratégies développées pour y faire face et pour s’adapter à la société d’accueil. Elles permettent de construire un lien de qualité avec les femmes rencontrées, et les soutiennent dans les stratégies qu’elles développent au quotidien. La présence des médiatrices culturelles a constitué une ressource essentielle dans les recherches réalisées sur les parcours migratoires des femmes. Je prendrai pour exemple plus particulièrement la recherche-action « Femmes migrantes, stratégies et empowerment », réalisée dans le cadre du programme européen Daphné, entre 2002 et 2004. Cette recherche s’est fondée sur une étude de terrain impliquant plusieurs associations travaillant avec des femmes prostituées ou des femmes migrantes : Cabiria à Lyon, Grisélidis à Toulouse, Comitato per i diritti civile delle persone prostitute (Italie), LICIT (Espagne), Maiz (Autriche). Le terrain a été effectué dans les différentes villes concernées, associant le plus possible les travailleuses du sexe.

12Cette recherche-action propose une vision inédite des « réseaux », des parcours des femmes, de leurs conditions d’exercice du travail du sexe. On ne peut analyser le travail du sexe des femmes migrantes sans considérer les conditions de migration. Globalement, les femmes, qu’elles soient issues d’Afrique subsaharienne ou d’Europe de l’Est, font le choix de quitter leur pays, dans lequel les perspectives d’avenir pour elles sont réduites, pour diverses raisons (inégalités hommes/femmes dans leur pays d’origine concernant l’accès à la formation et au marché de l’emploi, consignation dans la sphère du privé, situation économique du pays). Étant donné les politiques européennes d’immigration de plus en plus restrictives, ces femmes passent en général par des réseaux d’immigration clandestine pour entrer dans l’espace européen. Ce passage a un prix, que nous voyons, aujourd’hui encore, augmenter à la mesure du durcissement des politiques migratoires. Globalement, l’ensemble des migrants et migrantes qui entrent en Europe contractent des dettes de passage : le parcours migratoire d’une travailleuse du sexe ne diffère que peu de celui de n’importe quelle femme qui migre de manière autonome. La plupart d’entre les migrants doivent affronter de nombreux dangers et contourner de nombreuses contraintes dans leur parcours, l’argent étant dans ce cadre toujours une ressource essentielle.

13Ces dettes doivent être remboursées au plus vite pour que les personnes retrouvent leur autonomie par rapport aux passeurs. Dans cette optique, la prostitution est une stratégie. Certaines femmes savent avant leur départ qu’elles y seront contraintes dans le pays d’accueil, et l’acceptent. Pour d’autres femmes, c’est à leur arrivée qu’elles découvrent la prostitution et qu’elles décident, ou non, de l’exercer pour rembourser au plus vite leur dette.

14Il ne s’agit pas pour Cabiria de dépeindre une situation idéale. Cependant, nous récusons la vision simpliste d’une réalité binaire dans laquelle il y aurait d’un côté des femmes libres de se prostituer, et de l’autre, celles qui sont contraintes de le faire, d’un côté le choix et de l’autre le non-choix, d’un côté les « méchants passeurs » et de l’autre les « pauvres femmes victimes ». Cabiria propose plutôt d’envisager une réalité plus complexe, dans laquelle les femmes évolueraient entre les situations de contraintes (remboursement de la dette, pression des « créanciers », difficulté de la situation financière de la famille dans le pays d’origine) et d’autonomie (indépendance financière, élaboration de projets personnels, régularisation du séjour dans le pays d’accueil). Dans ce continuum de contraintes, les femmes se positionnent de manière active et déploient des stratégies pour arriver à concrétiser leurs projets. Un paramètre important dans ces parcours sera le remboursement de la dette : une dette plus vite remboursée permettra de retrouver son autonomie et d’élaborer ses propres projets. Le travail du sexe permet de rembourser rapidement cette dette, et souvent ce paramètre revêt de l’importance dans les choix des femmes.

15Il peut cependant y avoir des pressions pour que les femmes remboursent davantage, mais il est intéressant de constater qu’elles déploient des stratégies pour renverser le rapport de force qui prévaut entre elles et leurs créanciers. Il convient d’ailleurs de relever que les réseaux ne sont pas uniquement des espaces de contraintes mais aussi des espaces de solidarité, des systèmes qui permettent aux migrant(e)s, en favorisant la migration, de s’extraire d’un avenir bloqué dans leur pays d’origine. Il est donc impensable, pour la plupart d’entre eux, de ne pas respecter l’engagement moral du remboursement de la dette, et encore moins de dénoncer les réseaux de passage qui les ont aidés. D’autre part, les conditions de vie et d’exercice des femmes migrantes sont intimement liées aux possibilités de régulariser leur séjour dans le pays d’accueil. Plus il est difficile d’obtenir un titre de séjour, plus les femmes sont la cible d’un harcèlement policier constant et d’un racisme institutionnalisé, plus il sera difficile pour elles de concrétiser leurs projets de vie. Pour nombre de femmes, le travail du sexe leur a permis de soutenir leur famille au pays, de subvenir aux besoins de leurs enfants, d’envisager des projets de formation, de créer leur entreprise au pays…

16Les conclusions de cette recherche sont d’une importance capitale dans le travail quotidien de Cabiria avec ces femmes migrantes. En se saisissant de nos questionnements, en se donnant le temps de réfléchir et d’analyser les éléments perçus et expérimentés par l’équipe, les actions de recherche proposent un point d’ancrage auquel nous rattachons souvent nos réflexions sur nos pratiques quotidiennes. Ces recherches constituent un outil pour conceptualiser ce que nous ressentons, de manière empirique et sensible, au contact quotidien des femmes migrantes. Car il ne s’agit pas, dans notre travail d’accompagnement, de simplement clamer l’autonomie de ces femmes, mais bien de l’identifier, de comprendre leurs stratégies afin de les soutenir. L’axe principal de nos interventions est de favoriser l’empowerment des femmes, de leur proposer les conseils et les outils qui leur seront utiles pour renforcer leur autonomie, et de valoriser toutes les étapes par lesquelles elles passent dans ce parcours. Pour cela, nous tentons de construire une relation de confiance et de soutien dans leurs choix de vie, qui passe par la reconnaissance, théorique et sensible, de leurs multiples connaissances et compétences.

L’interculturalité déclinée dans le contexte des migrations

17J’évoquerai plus rapidement les apports de la recherche en matière d’interculturalité dans le travail sur la santé sexuelle que nous effectuons avec les femmes migrantes. Au cours des recherches, ont été abordées les stratégies des femmes pour réduire les risques sexuels au quotidien, risques de transmission du VIH et des autres IST (infections sexuellement transmissibles), risques de grossesse non désirée, que ceux-ci soient pris dans le cadre de leur travail ou dans le cadre de leur vie privée. Je pourrais citer deux domaines dans lesquels les recherches nous ont amenés à mieux saisir les pratiques des femmes migrantes et à mieux travailler avec elles : l’IVG et les pratiques d’assèchement vaginal.

18Globalement, les recherches mettent en lumière que le recours à l’IVG dépend des représentations qui prévalent dans les pays d’origine des femmes en matière de contraception et d’avortement et qui font qu’elles s’autorisent ou non à avoir recours à telle ou telle pratique pour réguler leur fécondité. Par exemple, les femmes issues de pays où la contraception orale est peu répandue, mais l’IVG beaucoup pratiquée (de manière légale ou illégale), auront plus facilement recours à l’IVG. Nous remarquerons cependant que les pratiques se modifient peu à peu, à la mesure du temps passé dans le pays d’accueil, les femmes s’appropriant d’autres représentations.

19Par ailleurs, la réflexion menée autour des pratiques d’assèchement vaginal auxquelles peuvent avoir recours certaines femmes africaines pour des questions d’hygiène nous permet de les sensibiliser aux risques pour leur santé sexuelle sans stigmatiser une pratique chargée de sens. Je renverrais pour cela à l’article de Christine Fernandez concernant les pratiques d’assèchement vaginal, disponible sur le site de Cabiria2.

20J’ai fait le choix d’aborder ici les recherches qui ont un impact concret dans le travail de terrain de l’association. Cependant, Cabiria, convaincue de la pertinence des actions de santé communautaire avec les personnes prostituées en matière d’accès à la prévention et aux soins, souhaite pouvoir contribuer à faire émerger davantage d’actions de ce type. Dans cette dynamique, Cabiria a conduit en 2007-2008 un état des lieux des actions de prévention VIH en direction des prostituées, espérant mettre en lumière la pertinence des réponses en santé communautaire et la nécessité de développer cette approche.

Haut de page

Bibliographie

Guillemaut Françoise éd., 2002, Femmes et migrations. Les femmes venant de l’Europe de l’Est, Lyon, Cabiria Éditions.

— 2002 (avec la collaboration de Carthonnet Claire), Santé publique et prostitution dans une ville moyenne. État des actions associatives et institutionnelles en matière de prostitution à Lille et étude des possibilités d’amélioration du dispositif pour une meilleure prise en compte de la prévention de l’épidémie à VIH, Lyon, Cabiria Éditions.

— 2004 (avec la collaboration de Caixeta Luzenir), Femmes et migrations en Europe. Stratégies et empowerment, Lyon, Cabiria Éditions.

— 2005, Femmes migrantes, enjeux de l’épidémie à VIH et travail du sexe, Lyon, Cabiria Éditions.

Guillemaut Françoise, Schutz-Samson Martine éd., 2009 (à paraître), État des lieux des actions de prévention VIH auprès des personnes prostituées. Toulouse, Lyon, Paris, Rennes, Lyon, Cabiria Éditions.

Welzer-Lang Daniel, Mathieu Lilian, Barbosa Odette, 1994, Prostitution : les uns, les unes et les autres, Paris, Métailié.

Welzer-Lang Daniel, Schutz-Samson Martine éd., 1999, Prostitution et santé communautaire. Essai critique sur la parité, Lyon, Cabiria Éditions.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article « L’épidémie à VIH : une rupture dans l’approche de la prostitution », [en ligne] [URL : http://pagesperso-orange.fr/cabiria/cabiria.html#a2], consulté le 15 juin 2009.

2 [En ligne] [URL : http://pagesperso-orange.fr/cabiria/pdf/assechement_vaginal1.pdf], consulté le 15 juin 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Garcia, « Complémentarité de la recherche et des actions de terrain. Le travail de prévention VIH et d’accès aux droits avec les personnes prostituées », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #09 | 2009, mis en ligne le 25 novembre 2011, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traces/4421 ; DOI : 10.4000/traces.4421

Haut de page

Auteur

Florence Garcia

Directrice de l’association de santé communautaire Cabiria, membre depuis 2002

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page